En novembre, lorsque AT&T (T) flirtaient avec les 40 dollars, j’ai écrit un article qui prédisait que le titre n’allait pas beaucoup monter. Voici comment j’ai résumé les perspectives de Ma Bell.

Je considère que T est une prise. Je ne serais pas surpris de voir le cours de l’action augmenter à court terme, mais je pense que nous verrons l’action se stabiliser dans une fourchette de négociation dans un avenir pas trop lointain. J’aimerais pouvoir dire le contraire, mais les antécédents de la société, combinés à la nature opaque des perspectives d’AT&T, ne m’obligent pas à acheter à ce stade.

Je n’ai pas toujours raison, mais ce résumé était tout à fait juste. Le jour où l’article a été publié, l’action a atteint 39,50 $. Fin février, les actions se négociaient entre 38 et 39 dollars.

En février, j’ai écrit un deuxième article sur AT&T, révélant que j’avais vendu mes parts dans la société. Cet extrait est l’une des nombreuses raisons que j’ai fournies pour justifier l’abandon des actions.

Considérez ceci : Depuis que l’actuel PDG a pris les rênes en 2007, l’action AT&T a baissé d’environ un dollar par action. Au cours de la même période, les actions de Verizon ont augmenté d’environ 50 % et le S&P 500 a plus que doublé. Verizon est le plus proche de trouver un jumeau pour AT&T.

Les performances médiocres de la direction, combinées aux pertes d’abonnés et à la concurrence féroce, me détournent d’AT&T.

J’ai fait valoir que la société manquait de souplesse financière en raison du niveau d’endettement. Ma position a été mal interprétée par plusieurs lecteurs, et j’ai abordé ce point dans la section “Commentaires”.

Oui, l’entreprise est lourdement endettée. Non, je ne pense pas que la dette mette en péril le dividende, ni qu’elle constitue une menace existentielle.

Depuis la parution de ces articles, le titre a chuté d’environ 10 dollars par action. AT&T a plusieurs vents contraires, et je ne m’attends pas à de solides gains d’actions à long terme ; néanmoins, aujourd’hui, je détiens une position complète dans l’action.

Discours de l’éléphant dans la salle : DETTE

Je vois des commentaires sur SA concernant les niveaux d’endettement d’AT&T et la sécurité du dividende. Le tableau suivant donne un aperçu du niveau d’endettement de la société et des progrès réalisés par AT&T pour réduire ce fardeau.

Source pour 4 graphiques : Métriques Macrotendances/auteur du graphique

Certains affirment que l’entreprise pourrait réduire le dividende. Cependant, je n’ai vu aucune affirmation selon laquelle Verizon (VZ), une société ayant 100 milliards de dollars de dettes, pourrait suspendre son dividende. Comme Verizon est la comparaison la plus proche d’AT&T, je trouve instructif de comparer les deux. Ces graphiques mettent en évidence les ratios d’endettement des entreprises.

Verizon a une dette/fonds propres beaucoup plus élevée que AT&T. Comparons maintenant une société bien connue avec une base financière solide : Microsoft (MSFT).

AT&T se compare favorablement à Microsoft en ce qui concerne le ratio dettes/fonds propres. De toute évidence, les ratios dettes/fonds propres ne sont qu’une mesure de la situation financière d’une entreprise.

Ces comparaisons utilisent des métriques différentes.

Ratio actuel dette à long terme/capital

AT&T Verizon AT&T Verizon

.76 .84 40.92 63.96

Je ne prétends pas qu’AT&T se trouve dans une position enviable. Je constate que l’entreprise a un niveau d’endettement gérable.

La société détenait 10 milliards de dollars en espèces au premier trimestre, et ce mois-ci, AT&T a reçu un prêt de 5,5 milliards de dollars à rembourser à la fin de l’année. Comme beaucoup d’entreprises confrontées à cette crise, la société cherche un coussin supplémentaire.

Une autre source de liquidités provient de la décision de l’entreprise de suspendre le programme de rachat d’actions. Cela signifie que les 4 milliards de dollars destinés aux rachats peuvent soutenir les finances d’AT&T.

Je dis bon débarras aux rachats d’actions. En 2019, AT&T a racheté pour 2,1 milliards de dollars d’actions, soit 7 % du FCF de la société. En retour, la société a retiré 56 millions d’actions, soit 0,4 % seulement du nombre d’actions. Je pense que l’argent serait mieux dépensé pour faire face à la dette.

Voici ce qui importe. Le FCF d’AT&T en 2019 s’élève à 28 milliards de dollars, dont 51 % sont consacrés au dividende. Comme indiqué ci-dessous, les paiements de la dette se font en tranches gérables.

Source : Présentation des revenus du premier trimestre 2020

Questions entourant le lancement de HBO

Dans un mois environ, AT&T lance le service de streaming HBO Max. La société prévoyait de lancer le service avec un grand nombre de nouveaux contenus ; cependant, COVID-19 a bloqué la production télévisuelle et cinématographique. Si l’on ajoute à cela la perte d’événements sportifs, la crise constitue un début peu propice.

Avec Disney+, poussant 50 millions d’abonnés et Netflix (NFLX) comptant 167 millions d’abonnés dans le monde, AT&T doit faire face à une rude concurrence pour une offre qui, à 14,99 dollars, coûte plus cher que les services de ses concurrents.

Dans le but de fournir un contenu de qualité, WarnerMedia a signé un contrat pluriannuel de 250 millions de dollars avec J.J Abrams Bad Robot Productions. Bien que je considère cet accord comme positif, il met en évidence les sommes qu’AT&T doit investir pour réussir avec HBO Max.

Outre la charge de la dette associée à WarnerMedia, ce segment a retenu le contenu de ses rivaux, ce qui a entraîné une perte de 1,2 milliard de dollars en frais de licence. En outre, la Le budget du contenu de HBO passera à 2,5 milliards de dollars en 2020 contre 500 millions de dollars en 2019.

Bien que HBO Max soit la pierre angulaire de l’argument du taureau, la direction ne voit pas cette initiative devenir rentable avant 2025.

Source : AT&T

C’est la question que doivent se poser les investisseurs : le boom de la diffusion en continu inspiré par COVID-19 va-t-il apporter une vague de nouveaux clients à AT&T, ou les problèmes liés à cette crise vont-ils paralyser l’entreprise ?

D’une part, le public à domicile se régale à la télévision. D’autre part, AT&T souffre d’une baisse des recettes publicitaires, de la fermeture de plus de 40 % des magasins de la société, de retards de production et de fermetures de salles de cinéma, ainsi que d’une incapacité à fournir des techniciens d’installation aux clients potentiels.

Cependant, il y a une lueur d’espoir dans le service de streaming TV de la société AT&T. Lancé le mois dernier, les abonnés peuvent accéder à 40 000 programmes à la demande et à 500 heures de stockage sur DVR. Les clients n’ont pas besoin de smart TV ou de streaming tiers, SInce AT&T TV est auto-installé, la direction affirme que les coûts d’acquisition des clients sont 50 % moins élevés.

Dans un monde où les techniciens ne peuvent pas entrer chez les clients, cela pourrait faire une différence.

Est-ce que cela change la donne ?

5G est le deuxième pilier qui soutient l’argument des taureaux d’AT&T. La direction affirme que la 5G augmentera les revenus futurs, mais les détails concernant ces augmentations sont rarement donnés.

S’il est probable que la 5G augmentera les revenus grâce à une nouvelle génération de téléphones et de plans 5G, les investissements requis pour la 5G absorberont une grande partie de ces gains de revenus.

Certains prétendent que l’Internet des objets entraînera une augmentation des recettes, mais je me base sur les prévisions de la direction pour les trois prochaines années, à savoir un TCAC de 1 à 2 % pour les recettes.

Pourquoi j’ai chargé sur AT&T

Vous vous demandez peut-être pourquoi je suis réinvesti dans AT&T après avoir vendu début février. Après tout, les faits présentés dans cet article ne constituent pas une caution solide pour le titre. En outre, mes deux articles cités en référence donnent des raisons de se tenir à l’écart de la société.

Ma réponse est simple.

Les actions sont sous-évaluées, le rendement est attrayant et le côté “téléphone portable” de l’entreprise est une source de revenus sûre. Je saisis une opportunité offerte dans un environnement d’investissement difficile.

L’action se négocie à un PE à terme de 8,86 contre un PE courant supérieur à 15. Certains protesteront contre le fait que l’IP ne reflète pas l’environnement commercial actuel. Je soutiendrai qu’il est dans la fourchette, et cela me suffit.

Ne rendons pas les investissements difficiles. En cherchant des multi-baggers, n’écartez pas les boudins qui offrent des rendements solides. Je soutiens que le dividende est sûr, et sur ce marché (permettez-moi de changer cela pour n’importe quel marché), un rendement sûr de 7 % est difficile à trouver.

Je pense que la voie à long terme probable pour AT&T est de progresser à petits pas, comme elle l’a fait pendant des décennies. Toutefois, tout au long de cette crise, AT&T offrira un degré de sécurité que peu d’entreprises peuvent égaler.

Je reconnais qu’AT&T fait face à des vents contraires. Pendant ce temps, de nombreuses entreprises subissent des tornades virtuelles. J’ajouterai que la poignée d’entreprises qui réussissent dans cet environnement ne vendent pas au rabais

Comme indiqué précédemment, environ la moitié du FCF est consacrée au dividende, ce qui laisse une marge d’erreur importante. J’ajouterai que la direction remuera ciel et terre pour préserver le dividende, car c’est la principale raison pour laquelle la plupart des investisseurs investissent dans cette société.

Bien que je consacre 3 % de mon portefeuille à Ma Bell, je serais prêt à augmenter ma position de 50 %, si les actions venaient à baisser sensiblement.

Au moment où j’écris ces mots, l’action AT&T se négocie à 29,71 dollars. Le cours cible moyen sur 12 mois de 27 analystes est de 36,40 $. La moyenne des 10 analystes qui ont évalué la société au cours des deux dernières semaines est de 35,00 $.

Je considère AT&T comme un ACHAT.

Un dernier mot

J’espère continuer à fournir des articles aux lecteurs de SA. Si vous avez trouvé cet article de valeur, j’apprécierais beaucoup que vous me suiviez (ci-dessus près du titre) et/ou que vous appuyiez sur “J’aime cet article” juste en dessous. Cela m’aidera grandement à continuer à écrire pour la SA. Je vous souhaite bonne chance dans vos projets d’investissement.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s T. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Je n’ai pas de formation formelle en matière d’investissement. Tous les articles représentent mon point de vue personnel sur un investissement potentiel donné et ne doivent pas être considérés comme des conseils en matière d’investissement. Il convient de faire preuve de diligence raisonnable et les lecteurs doivent effectuer des recherches et des analyses supplémentaires avant de prendre leur propre décision d’investissement. Tous les risques pertinents ne sont pas couverts dans cet article. Les lecteurs doivent tenir compte de leur propre profil d’investissement unique et envisager de demander conseil à un professionnel de l’investissement avant de prendre une décision d’investissement.


Commencer à trader avec eToro