Alors que nous entrons dans l’une des semaines les plus chargées de la saison en termes de bénéfices, nous aimerions mettre en avant quatre actions que nous recommandons de détenir au cours du trimestre. Comme nous l’avons dit par le passé, cela ne signifie pas que les actions de ces noms connaîtront un pic immédiat juste après l’impression (c’est tout à fait possible, cependant), mais nous pensons que, une fois que la poussière du commerce actif se sera dissipée, ces noms se porteront bien au cours des 3 prochains mois.

Ci-dessous, nous abordons brièvement certains vents contraires, ainsi que l’évaluation.

Abbvie, Inc. (ABBV)

Ces jours-ci, il semble que Gilead et Johnson & Johnson attirent toute l’attention lorsqu’il s’agit de sociétés pharmaceutiques. Cependant, ABBV pourrait en fait être une action négligée à ce stade, car de nombreux investisseurs pharmaceutiques ignorent les entreprises de recherche solides qui sont axées sur la couronne. En attendant, nous ne devons pas oublier qu’Abbvie est à la pointe de la virologie, de la recherche en oncologie, de la maladie de Parkinson et de diverses maladies auto-immunes, pour n’en citer que quelques-unes. En outre, ABBV propose de nombreux produits essentiels à l’utilisation hospitalière, notamment l’anesthésie, qui est plus que jamais d’actualité. Nous recommandons vivement les actions ABBV ; le fait qu’elles se négocient actuellement à environ 20 % en dessous de leur plus haut niveau depuis 52 semaines (essentiellement sur le marché baissier) est à notre avis un oubli de la part des investisseurs.

1) Le Kaletra et d’autres médicaments contre le VIH pourraient ne pas s’avérer aussi efficaces que l’entreprise l’espérait au départ (certains rapports ont fait état de l’efficacité du médicament en Chine, bien que les essais de médicaments ne soient pas concluants). Toutefois, ce qui est plus important, c’est le degré élevé de collaboration entre les scientifiques de la société et le CDC/FDA, qui pourrait conduire à la mise au point de nouveaux médicaments à l’avenir. En outre, même les études actuelles sur le VIH ne doivent pas être écartées. Toute discussion sur les progrès significatifs de la recherche sur les coronavirus lors de l’appel des résultats pourrait stimuler un rallye.

2) Un taux de dividende attractif de 5,75 % devrait alimenter l’intérêt des investisseurs, car les sociétés à dividendes stables et à forte croissance sont sur le point de devenir un produit de base plus recherché en 2020. Les flux de trésorerie restant abondants, nous pensons que le rendement du capital de la société est sûr dans les mois et les trimestres à venir.

3) Nous avons besoin de plus d’informations sur les vents arrière spécifiques qui devraient se produire avec l’acquisition d’Allergan (AGN), qui devrait être achevée vers juillet-août. Jusqu’à présent, nous n’avons entendu que des choses génériques, mais aucun détail spécifique sur la répartition des synergies ; cependant, il est très important d’apprendre comment les processus de recherche vont être fusionnés/intégrés, le cas échéant, et comment cela va affecter le pipeline de R&D.

L’évaluation : Notre multiple P/E de 10,5x est plus que raisonnable, étant donné les perspectives de l’AGN et le fait que le multiple n’intègre pas, de manière conservatrice, de vents arrière potentiels de coronavirus. Appliqué à notre estimation du BPA 2020 de 10,13 $, nous obtenons le prix cible de 106 $.

Clorox (CLX)

Ce stock a évidemment reçu beaucoup d’attention dans le nouveau monde des coronavirus. Certains pensent que la poussée pandémique a peut-être déjà eu un effet positif sur le cours de l’action ; à notre avis, l’augmentation d’environ 20 % des actions de CLX depuis février ne permet pas d’exploiter pleinement le potentiel de la société. Les bénéfices à venir représentent une occasion de briller véritablement et de préparer le terrain pour une année fructueuse axée sur les désinfectants.

1) Les produits de nettoyage sont les plus demandés : nous estimons qu’environ 39 % à 41 % des recettes de la CLX proviennent des produits de nettoyage des salles de bain, tels que les lingettes, l’eau de javel et divers nettoyants. Il va sans dire que c’est exactement ce que recherchent les États-Unis et le reste du monde aujourd’hui, car ces produits sont devenus des exemples notables de pénurie dans les pharmacies et les supermarchés.

2) Le pronostic pour 2021 indique une croissance des revenus d’au moins 8 % par an, car les principaux experts des CDC et de l’OMS s’attendent à ce que la saison des coronavirus soit mélangée à celle de la grippe, ce qui ne devrait pas rendre la saison hivernale 2020-21 moins difficile. La “renaissance de l’hygiène”, selon nous, durera beaucoup plus longtemps que la pandémie actuelle, ce qui est très significatif du point de vue des prévisions de stocks.

3) Nous prévoyons une croissance significative du segment international dans les 1 à 2 prochaines années. Bien que les activités hors États-Unis représentent moins de 20 à 25 % du chiffre d’affaires total de la société (voir le graphique ci-dessous), nous pensons qu’à court terme, CLX fera des percées significatives au Canada et en Amérique latine, et en particulier en Europe occidentale, où la traction des revenus a été minime jusqu’à présent.

4) Une chaîne d’approvisionnement en bonne santé : des rapports erronés ont été publiés sur les perturbations de la chaîne d’approvisionnement de Clorox, ce qui a entraîné des pressions temporaires sur les actions de CLX au début de ce mois. Cependant, nos vérifications de la chaîne indiquent que dès février, Clorox a stabilisé ses chaînes d’approvisionnement, et bien qu’il y ait de nombreux cas de pénuries diverses, elles sont largement dues à des retards de réapprovisionnement de la part des vendeurs et des revendeurs.

L’évaluation : CLX étant l’un des stocks de coronavirus les plus importants, nous appliquons confortablement le riche multiple P/E de ~36x à notre estimation du BPA 2020 de 6,67 $, ce qui donne un prix cible de 239 $. Nous réitérons que ce titre, porté par le momentum, pourrait alimenter des résultats encore plus élevés à court terme. Nous demandons instamment aux investisseurs de ne pas se laisser décourager par une évaluation coûteuse.

Clorox : les marques qui sont dans tous les esprits - GuruFocus.com

PepsiCo (PEP)

Nous pensons que PepsiCo dépassera le consensus sur les revenus de 13,1 milliards de dollars, car la plate-forme diversifiée de la société (voir le graphique ci-dessous) en fait une excellente action à domicile. Nous observons les trois vents contraires suivants :

1) Forte croissance à un chiffre du chiffre d’affaires du rayon boissons, particulièrement stimulée par les ventes du mois de mars. Le marché nord-américain devrait être particulièrement fort, avec une accélération allant jusqu’à 110-140 pb.

2) L’impulsion donnée par Instacart et d’autres canaux de distribution devrait contribuer à la traction dans les principaux groupes démographiques aux États-Unis.

3) L’augmentation de la marge pourrait atteindre 60 à 85 points de base, grâce à une solide croissance des revenus, bien que nous prévoyions que l’entreprise se dirige vers une expansion plus agressive dans les trimestres à venir, d’autant plus que les frais généraux non liés aux dépenses d’emploi font l’objet de certaines réductions.

L’évaluation : Nous estimons notre BPA 2020 à 5,82 $, ce qui, au multiple de ~28x, se traduit par un prix cible de 161 $.

La stratégie de diversification de PepsiCo en 2014

Starbucks (SBUX)

Starbucks est l’une des rares marques qui continuent d’être physiquement disponibles dans de nombreux endroits du monde. De plus, même si certaines sont fermées, SBUX devrait être l’une des premières entreprises à rouvrir.

1) La Chine est un signe avant-coureur des choses à venir : Comme ce que nous avons vu avec Apple, Starbucks en Chine montre à quoi pourrait ressembler une réouverture et une réintégration, une fois la situation du virus améliorée. Nous prévoyons que la plupart des sites géographiques du monde (voir carte ci-dessous) rouvriront en quelque sorte en mai.

2) Le modèle de vente au volant et de livraison devrait remplacer environ 85 à 92 % des ventes perdues en magasin pour le mois de mars.

3) Au lieu de se concentrer sur les orientations annuelles, nous pensons que la société se concentrera astucieusement sur la traction de trimestre en trimestre, la prochaine mise à jour devant probablement avoir lieu au milieu ou vers la fin du deuxième trimestre. Si la direction de SBUX fournit actuellement des garanties concernant son chiffre d’affaires du mois de mars, les investisseurs pourraient alors lui accorder le bénéfice du doute jusqu’à la prochaine mise à jour.

L’évaluation : Nous réduisons notre RPE d’environ 34 cents (soit 12 %), ce qui nous amène au nouveau RPE de 2,60 dollars. Nous appliquons le multiple du BPA de ~35x, où une grande partie de la prime provient du fait que Starbucks est en mesure de rester opérationnel, malgré l’arrêt en cours lié au coronavirus. Le prix cible qui en résulte est de 91 dollars.

Rayonnement géographique du SBUX

Source : Données sur les entreprises

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro