Alors que l’émotion continue à animer les marchés et que l’investisseur moyen pèse des avis contradictoires sur l’opportunité d’acheter ou de vendre, je pense que le moment est venu de prendre du recul et d’élaborer un plan post-coronavirus. Le coronavirus reste une préoccupation très réelle car il continue de se propager, mais certains indices laissent penser que le monde pourrait se rapprocher de notre nouvelle normalité. Ce à quoi cela ressemble, c’est ce que tout le monde pense alors que les entreprises essaient de s’adapter à un environnement où la confiance est chancelante et où tout n’est pas forcément ce qu’il semble. Mais les marchés sont traditionnellement tournés vers l’avenir et, comme la plupart des économies, nos grandes entreprises ont également été fortement touchées. C’est pourquoi il est logique d’identifier les opportunités dont nous voudrons tirer parti une fois que les marchés commenceront à se tourner à nouveau vers le nord, des entreprises qui peuvent fonctionner dans tous les environnements commerciaux comme Brookfield Renewable Partners (BEP).

L’impact de COVID-19

Ce qui fait d’Énergie renouvelable Brookfield un bon choix pour les investisseurs à tous les stades du cycle économique est une combinaison d’actifs sous-jacents, l’avenir de leur produit sur le marché, les contrats existants qui protégeront les revenus pendant de nombreuses années à venir, et une solide position de capital.

Les entreprises qui ont été le plus touchées par le coronavirus sont celles qui dépendent fortement des interactions de personne à personne. Qu’il s’agisse d’installations de fabrication où les travailleurs sont proches les uns des autres ou d’entreprises de services où leur personnel et leurs clients sont en contact étroit, la gestion de leurs activités crée des difficultés qui ne seront pas facilement surmontées. Même si certains dirigeants prônent un retour à la normale, les individus sont beaucoup plus sceptiques et hésiteront à se contenter d’appuyer sur un bouton.

Les énergies renouvelables ne sont pas ce type d’entreprise. Les énergies renouvelables reposent davantage sur des investissements en capital et moins sur un élément de main-d’œuvre pour produire leur rendement. Lorsque vos principaux intrants sont l’eau, le vent et le soleil, les restrictions telles que la distance sociale deviennent moins problématiques et vous êtes plus à même de résister aux chocs à court terme que nous subissons actuellement. La composante travail pour les producteurs d’énergie à grande échelle comme Énergie renouvelable Brookfield est liée à la maintenance continue et aux fonctions administratives où la distanciation sociale peut être mieux pratiquée. En tant que services essentiels, les entreprises énergétiques sont également confrontées à moins de restrictions de la part des gouvernements car leur production est un élément important de notre vie quotidienne. Cela signifie que l’entreprise continue à produire avec un impact moindre sur les revenus par rapport aux entreprises à forte intensité de main-d’œuvre.

Dans le même temps, les investissements dans les énergies renouvelables sont conçus pour durer des décennies, voire des siècles. Les installations hydroélectriques, en particulier, peuvent durer plus de 100 ans, créant ainsi un revenu stable et solide pour les investisseurs, avec un impact environnemental minimal au-delà du développement initial. Ce faible impact environnemental renforce la nature de grande valeur de l’énergie verte et amène les clients à donner la priorité aux accords contractuels existants. S’il y a un bon côté à cette fermeture mondiale de nos économies, c’est peut-être l’impact environnemental que cette pause a produit. Une fois les données recueillies, il se peut que l’on cherche davantage à étendre cet avantage en soutenant le secteur des énergies renouvelables.

On spécule également sur le fait que les pressions exercées sur les gouvernements pour qu’ils respectent leurs engagements envers leurs citoyens pourraient créer des opportunités supplémentaires à l’avenir pour les investisseurs de valeur bien capitalisés comme Brookfield. D’un point de vue financier, la BEP a terminé l’année avec plus de 2,7 milliards de dollars de liquidités dans ses livres et est soutenue par sa société mère, Brookfield Asset Management (BAM), qui dispose de plus de 12 milliards de dollars de facilités de crédit et de 30 milliards de dollars supplémentaires de fonds disponibles pour des opportunités d’investissement potentielles grâce à ses initiatives de fonds stratégiques. Cela signifie que bien que la plupart des entreprises adoptent une approche plus défensive de leurs activités, et Brookfield n’est pas différent, il y a de bonnes chances que Brookfield envisage une approche plus agressive si les opportunités se présentent. Cela a été souligné dans leur dernière lettre aux actionnaires où le PDG de BAM, Bruce Flatt, a souligné qu’ils reçoivent déjà des appels de l’industrie à la recherche de capitaux supplémentaires. Il est probable que cela ne fera qu’augmenter.

Un regard plus attentif sur leurs activités

Je me classerais dans la catégorie des investisseurs qui achètent et conservent des dividendes. Pendant cette crise, je n’ai pas été très actif et j’ai plutôt choisi de m’appuyer sur les entreprises avec lesquelles je me suis associé. En cette période, je m’appuie sur leurs profonds fossés, leurs flux de trésorerie importants et leurs bilans solides pour m’aider à traverser la crise. À l’origine, j’ai investi dans Brookfield Renewable Partners pour ces mêmes raisons, plus la nature à long terme de leurs actifs sous-jacents qui se projettent dans l’avenir. Bien que j’investis dans d’autres formes d’énergie dans le cadre de mon portefeuille diversifié, je peux honnêtement dire que BEP est la seule entreprise qui me permet de mieux dormir la nuit.

Brookfield s’identifie comme l’une des plus grandes entreprises d’énergie renouvelable au monde. Elle contrôle plus de 50 milliards de dollars d’actifs électriques au total, avec près de 19 000 MW de capacité installée dans 5 337 installations différentes. Elles travaillent actuellement dans 15 pays différents à travers le monde avec 3 000 employés et opèrent dans 5 secteurs différents, ce qui leur donne des capacités multitechnologiques. Ces technologies comprennent l’hydroélectricité, l’énergie éolienne, l’énergie solaire, la production décentralisée et le stockage.

La principale composante de leur activité se trouve dans leur production hydroélectrique qui représente 76% de leurs revenus. L’hydroélectricité est considérée comme l’étalon-or des énergies renouvelables en raison de la longue durée de vie de ces actifs. Une installation hydroélectrique typique peut durer plus de 100 ans et, au-delà de l’impact initial d’une nouvelle construction, elle ne perturbe que très peu l’environnement à long terme. Propre et pouvant être activée et désactivée selon les besoins, cette énergie est très appréciée. Actuellement, Brookfield exploite des installations sur 82 réseaux hydrographiques dans le monde entier, qui continueront à produire pour les générations à venir. Le seul défi auquel est confrontée la production hydroélectrique est le manque de possibilités de construire de nouvelles installations qui donnent une valeur supérieure aux opérations existantes. Cet aspect de fossé profond de leur activité a été une partie importante de ma décision initiale d’investir avec Énergie renouvelable Brookfield. L’année 2019 a également été une très bonne année d’exploitation pour les actifs hydroélectriques de BEP, car une hydrologie supérieure à la moyenne a contribué aux résultats nets.

En 2017, Énergie renouvelable Brookfield a fait l’acquisition de TerraForm Power et de TerraForm Global, ce qui lui a permis d’étendre considérablement son empreinte mondiale tout en développant ses activités dans le domaine de l’énergie éolienne et solaire. En 2019, l’entreprise a continué à étendre son empreinte en développant une activité éolienne de 210 mégawatts en Inde, ainsi qu’une activité solaire sur les toits en Chine grâce à un partenariat avec la société chinoise GLP. Ces types d’acquisitions et de partenariats opportunistes sont exactement le genre de choses que j’attends de la société, alors qu’elle passe au crible le carnage créé par le coronavirus.

Présentation aux investisseurs

C’est une stratégie qu’ils ont utilisée dans le passé lorsque les gouvernements ont eu besoin de capitaux pour financer les défis de leur économie. En 2014, Brookfield a acheté le parc éolien de Bord Gais en Irlande pour 680 millions de dollars après que le gouvernement irlandais ait subi des pressions de l’UE pour consolider ses réserves de capitaux avant de recevoir une aide supplémentaire. En 2013, Brookfield a acheté Isagen au gouvernement colombien pour 2,3 milliards de dollars, alors que le pays envisageait la privatisation comme moyen de mobiliser les capitaux nécessaires. Ces acquisitions ont constitué la pierre angulaire de l’entrée de l’entreprise en Europe et en Amérique du Sud.

Plus récemment, le BEP a conclu un partenariat avec l’investisseur institutionnel KKP pour acquérir X-Elio. Basée en Espagne, X-Elio est l’une des plus grandes plateformes solaires indépendantes au monde, avec une capacité opérationnelle de 273 mégawatts, 1 413 mégawatts en construction et une réserve plus large de 4 800 mégawatts en développement sur les principaux marchés solaires, notamment en Espagne, aux États-Unis, au Mexique, au Chili et au Japon. X-Elio a également fait ses preuves en tant que premier développeur d’actifs solaires au niveau mondial, ayant développé une capacité de plus de 2 000 mégawatts avec un fort rendement. L’accord conclu au quatrième trimestre 2019 permettra à la société d’accroître considérablement son portefeuille de projets de développement tout en s’appuyant sur ses relations avec les investisseurs institutionnels pour déployer des capitaux dans le monde entier.

Une grande flexibilité dans leur modèle d’entreprise

Ces transactions mettent en évidence le fait que Brookfield dispose d’une énorme flexibilité dans son modèle d’entreprise, ce qui lui permet d’aborder toute opportunité qui pourrait se présenter avec la certitude de pouvoir être compétitive et de générer une valeur ajoutée pour ses actionnaires. Au cours des cinq dernières années, la société a déployé plus de 3,5 milliards de dollars de nouveaux capitaux, créant ainsi des opportunités dans une variété de scénarios différents. Dans certaines situations comme Bord Gais, TerraForm et Isagen, le besoin de capitaux importants a mis Brookfield dans la course avec seulement quelques privilégiés qui ont été en mesure de prendre en charge la transaction et cela pourrait être le cas lors de la dernière crise.

Présentation aux investisseurs

En plus de leur capacité à prendre en charge certaines transactions, il existe des complexités opérationnelles qui limitent le nombre de soumissionnaires pouvant conclure une affaire. Dans le cas d’Isagen et de TerraForm, des complexités opérationnelles ont éliminé de nombreux prétendants, mais la combinaison de l’expertise existante et la coopération d’autres partenaires de Brookfield, comme Brookfield Infrastructure (BIP) et Brookfield Asset Management, permettent à la société de relever tous les défis. Dans le cas d’Isagen, le défi était le réseau de distribution existant qui accompagnait les actifs de production. Brookfield a pu résoudre ce problème en les répartissant entre BEP et BIP, ce qui a simplifié la transaction pour le gouvernement colombien.

Parfois, des opportunités sont créées par des perturbations technologiques comme dans le cas de TransAlta. En 2019, Énergie renouvelable Brookfield a accepté d’investir 750 millions de dollars canadiens, faisant passer sa participation dans TransAlta de 4,9 % à 9 %. Cet investissement permettrait à TransAlta d’accélérer sa transition de la production d’électricité au charbon à la production au gaz. En échange, BEP aura la possibilité de convertir son investissement en actifs hydroélectriques existants, car TransAlta cherche à maximiser leur valeur dans les années à venir. Ce type de situation gagnant-gagnant créée par la rupture technologique montre une fois de plus le type de flexibilité et de créativité dont l’entreprise fait preuve lorsqu’elle cherche à maximiser la valeur pour les actionnaires.

En constante progression

Une des choses que j’aime le plus chez Énergie renouvelable Brookfield, c’est qu’ils vont constamment de l’avant. En général, la plupart des services publics se contentent d’exploiter leur entreprise, réinvestissant en termes d’amélioration de l’efficacité mais générant la majeure partie de leur croissance par une demande accrue et des augmentations de prix réglementées. Cette stratégie permet généralement d’obtenir une croissance constante à un chiffre faible ou moyen, la plupart étant reversée aux actionnaires sous la forme d’un dividende. Brookfield n’a jamais fonctionné de cette manière. Oui, ses opérations de services publics fonctionnent dans un cadre réglementé avec des accords d’achat d’électricité à long terme pour garantir la rentabilité, mais son activité comporte également une composante de croissance agressive. Cette stratégie de croissance comprend une activité régulière de fusions-acquisitions qui représente 90 % de leur croissance, ainsi qu’un pipeline de développement actif dont le précoronavirus devait constituer une part croissante de leurs activités par le biais d’acquisitions comme celle de X-Elio. Une autre partie importante de leur succès a été leur capacité à recycler des actifs matures en opportunités de croissance plus élevées dans le monde entier ainsi qu’à utiliser l’environnement à faible taux d’intérêt pour restructurer la dette à long terme.

La société vise un rendement à long terme pour les actionnaires de l’ordre de 12 à 15 % et a pu se situer dans le haut de cette fourchette depuis plusieurs années. L’une des mesures clés qui alimentent cette croissance est le FFO, que Brookfield utilise pour augmenter ses dividendes et réinvestir dans la société. En 2019, les FFO ont augmenté de 13 %, ce qui est supérieur à leur moyenne à long terme de 10 %. Cette croissance a été obtenue grâce à un certain nombre de facteurs différents, notamment des gains d’efficacité opérationnelle de plus de 40 millions de dollars ainsi que de nouvelles acquisitions en ligne. Grâce aux efforts de recyclage déployés tout au long de l’année et qui n’ont pas été pris en compte dans les fonds de roulement, le BEP a pu investir 2 milliards de dollars supplémentaires dans son entreprise en 2019 et cherche à poursuivre sur cette lancée en 2020.

Un autre élément à noter dans le bilan est la capacité de l’entreprise à gérer son dividende en pourcentage des fonds de roulement. À un moment donné, ce ratio était supérieur à 120 %, mais il a été ramené à 95 % en 2018 et l’année dernière, à 85 %. C’est important pour les investisseurs en dividendes car cela témoigne de la durabilité du dividende mais aussi de la volonté de l’entreprise de laisser les impacts à court terme ne pas affecter le dividende sur lequel beaucoup comptent.

Présentation aux investisseurs

Un bon moment pour acheter

Actuellement, se négociant avec un rabais de 15 % par rapport aux récents sommets, Énergie renouvelable Brookfield n’a pas connu la baisse substantielle que tant d’autres entreprises ont connue pendant cette crise, mais pour de bonnes raisons. Énergie renouvelable Brookfield est une grande entreprise dans un secteur qui est sur le point de croître, grâce à une gestion solide et à une bonne capitalisation. Là où la plupart des entreprises sont en plein retrait, c’est l’époque où des entreprises comme BEP brillent. En tant qu’investisseur opportuniste, elle est prête à accélérer sa croissance en créant une valeur supplémentaire à long terme pour ses actionnaires.

Avec 2,7 milliards de dollars de liquidités actuelles, la BEP est confrontée à un certain nombre de choix en ces temps incertains. Un récent recul du cours de l’action peut inciter à renforcer les rachats d’actions, mais si l’on considère l’histoire passée, il est plus probable qu’elle investira cet argent dans de nouvelles opportunités de fusions-acquisitions qui ne manqueront pas de se présenter. Soutenus par plus de 12 milliards de dollars de liquidités par l’intermédiaire de leur société mère BAM et par leur accès important au capital d’opportunité et aux facilités de crédit, le financement ne sera pas un problème. Cela leur permet de participer à toutes les opportunités à grande échelle qui pourraient se présenter en raison de la crise que nous connaissons actuellement dans le monde.

Les défis qu’ils doivent relever concernent principalement leurs partenaires d’investissement et leur volonté d’être aussi audacieux que Brookfield a traditionnellement cherché à protéger le capital à la place. Si cela devait être le cas, elles seraient obligées d’émettre des capitaux supplémentaires que les actionnaires pourraient ne pas approuver. S’étant éloignés de cette stratégie, j’espère qu’ils réfléchiront soigneusement avant de diluer les capitaux propres.

Ils continuent également à promouvoir leurs propres possibilités de développement, notamment la construction de nouvelles centrales hydroélectriques au Brésil, des projets supplémentaires en Colombie et en Europe également. Ces projets de développement à haut rendement devraient se poursuivre. Je m’attends également à ce que l’entreprise se lance davantage dans l’éolien et le solaire, car les progrès technologiques et la rentabilité signifient que ces projets n’ont plus besoin du soutien des pouvoirs publics pour être rentables et qu’ils atteignent une rentabilité qui leur permet de concurrencer des alternatives comme le charbon et le gaz naturel.

Avec une élection en 2020 aux États-Unis qui pourrait faire revenir le sentiment de responsabilité environnementale, les étoiles pourraient s’aligner pour Énergie renouvelable Brookfield et ses actionnaires. Recevoir un généreux rendement de près de 5 % en attendant que les choses reviennent à la normale est également un avantage rassurant pour ceux d’entre nous qui ont été ravagés par une pandémie qui nous a tous laissés un peu las. À la recherche de grandes entreprises, je mise sur Brookfield Renewable Partners.

Divulgation : Je suis/nous sommes un long BEP. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro