Pour la semaine des flux de fonds Lipper qui s’est terminée le mercredi 15 avril 2020, les investisseurs ont semblé être un peu plus enclins à remettre le risque dans leurs portefeuilles, injectant un montant net de 62,9 milliards de dollars dans les fonds communs de placement et les ETF. Cette semaine, les investisseurs ont été des acheteurs nets de fonds du marché monétaire (+46,8 milliards de dollars), de fonds à revenu fixe imposables (+10,3 milliards de dollars), de fonds d’actions (+5,0 milliards de dollars) et de fonds d’obligations municipales (+833 millions de dollars).

Cependant, en ce qui concerne les fonds propres, nous constatons que les investisseurs de fonds sont restés réticents pendant cette période de turbulences à se remettre en selle, étant des rachats nets de fonds d’actions, retirant un montant net de 2,7 milliards de dollars pour la dernière semaine de flux de fonds. Depuis le début de l’année, les investisseurs en fonds communs de placement ont retiré 84,3 milliards de dollars nets des fonds d’actions classiques.

En revanche, les participants autorisés (AP – les investisseurs qui créent et rachètent effectivement des parts d’ETF) étaient des acheteurs nets d’ETF d’actions pour la semaine des flux, injectant un montant net de 7,7 milliards de dollars. Malgré l’implosion du marché, les AP ont injecté un montant net de 49,7 milliards de dollars dans les ETF d’actions depuis le début de l’année.

Les deux types d’investisseurs semblent avoir commencé à réinvestir dans des fonds à revenu fixe imposables et des ETF au cours de la dernière semaine de flux, les investisseurs de fonds conventionnels remplissant les caisses des fonds d’obligations imposables à hauteur de 2,4 milliards de dollars après avoir retiré une somme mensuelle record de 255,9 milliards de dollars en mars. À l’inverse, les AP ont été des acheteurs nets de fonds d’obligations imposables pour la troisième semaine consécutive, injectant 7,9 milliards de dollars pour porter leur total cumulé à 24,1 milliards de dollars.

Le plus intéressant, mais un peu ennuyeux d’un point de vue purement vaniteux, est peut-être le fait que les investisseurs des fonds ont continué à consacrer de l’argent aux investissements. Ils ont injecté 46,8 milliards de dollars nets dans les fonds du marché monétaire pour la semaine des flux – la septième semaine consécutive d’entrées nettes du macro-groupe – portant le total des entrées nettes de l’année à ce jour à un énorme 843,4 milliards de dollars. C’est mieux que toutes les sommes nettes de l’année entière remontant au moins à 1992. La somme la plus importante suivante a été enregistrée en 2007, lorsque les investisseurs ont injecté un montant net de 720,3 milliards de dollars.

Une fois que la panique et le désespoir de COVID-19 commencent à s’estomper et que les fondamentaux économiques et commerciaux commencent à aller dans la bonne direction, il semble qu’il y ait une grande quantité de demande et d’argent refoulés sur la touche, prêts à être remis au travail. Pour la période d’un an se terminant le 31 mars 2020, les investisseurs ont injecté un montant net de 1 200 milliards de dollars dans les fonds du marché monétaire, tout en rachetant un montant net de 182,5 milliards de dollars des fonds d’actions et des ETF et en injectant un montant net de 195,9 milliards de dollars dans les fonds à revenu fixe (y compris les fonds et les ETF imposables et exonérés d’impôts).

Poste original

Note de la rédaction: Les puces de résumé de cet article ont été choisies par les rédacteurs de Seeking Alpha.


Commencer à trader avec eToro