Orange SA (NYSE:ORAN) Conférence téléphonique sur les revenus du 1er trimestre 2020 30 avril 2020 2:30 AM ET

Entreprises participantes

Stéphane Richard – Président-directeur général

Ramon Fernandez – Directeur général délégué, Finance, Performance & Europe

Paul de Leusse – Directeur général adjoint d’Orange pour les services financiers mobiles et Directeur général de la banque Orange

Laurent Paillassot – Directeur général adjoint, Directeur général d’Orange Espagne

Fabienne Dulac – Directrice générale adjointe, Directrice générale d’Orange France

Alioune Ndiaye – Directeur général d’Orange Moyen-Orient et Afrique

Helmut Reisinger – Directeur général d’Orange Business Services

Participants à la conférence téléphonique

Stephane Beyazian – MainFirst

Nicolas Cote-Colisson – HSBC

Akhil Dattani – JPMorgan

Roshan Ranjit – Deutsche Bank

Andrew Lee – Goldman Sachs

Jakob Bluestone – Crédit Suisse

Giovanni Montalti – UBS

Mathieu Robilliard – Barclays

Sam McHugh – Exane

Frédéric Boulan – Bank of America

Stéphane Richard

Bonjour à tous et bienvenue à cette présentation de nos résultats du premier trimestre 2020. Je m’attends à ce que vous ayez certainement des questions sur les événements que nous vivons, mais je vais d’abord vous présenter les principaux faits saillants de ce premier trimestre, puis, bien sûr, demander à Ramon de passer en revue l’analyse des activités en détail.

Et je suggère de commencer par la diapositive numéro quatre, qui présente les principaux faits marquants de ce trimestre. La première chose que je veux souligner est que pour ce premier trimestre 2020, nous avons une croissance des revenus et de l’EBITDA, et ce malgré deux semaines de blocage. C’est donc, je pense, une nouvelle très intéressante, importante et positive dans la situation actuelle.

Le Moyen-Orient et l’Afrique restent manifestement un solide moteur de croissance des revenus. Mais dans le même temps, la France, l’Europe et les entreprises progressent à des rythmes différents, mais se développent. Nous avons, et c’est un élément très positif, accéléré la croissance du chiffre d’affaires des services de détail en France. Et nous sommes très fiers d’avoir été classés numéro un du Net Promoter Score en France sur l’ensemble de l’année 2019, ce qui est clairement une réalisation très importante pour nos équipes après des années de gestion axées sur la qualité de l’expérience client. Cela fait plus de 10 ans que nous n’avons pas atteint ce premier rang en termes de NPS.

Quelques informations sur la crise COVID-19. Pour le dire – la première chose que je voudrais souligner est que, de toute évidence, nos services de télécommunications sont devenus plus cruciaux que jamais. Et nous continuons notre activité, notre métier, et les réseaux absorbent très bien cet événement et ce trafic étonnant.

Par exemple, en France, le trafic fixe a augmenté de 40 %. La qualité de notre réseau est un atout majeur, et la qualité de service a été maintenue. Le service à la clientèle a également été maintenu, en tirant parti d’une numérisation accrue. Cela a été rendu possible parce qu’Orange est une entreprise qui n’a jamais cessé de travailler, en fait, en cette période de crise. Nous avons aujourd’hui environ 100 000 personnes qui travaillent à distance dans le groupe. Nous comptons sur leur agilité et leur capacité à s’adapter très rapidement à ces nouvelles contraintes. Nous disposons d’outils techniques très performants, et nous avons pu passer très rapidement au travail à distance.

Un autre exemple est OBS, l’entreprise Enterprise qui a fait face à l’augmentation brutale et soudaine du télétravail au sein des équipes dans le monde entier. Pour soutenir notre entreprise, nous pouvons également compter sur un bilan solide, comme vous le savez, avec une dette nette inférieure à deux fois l’EBITDAaL à la fin de 2019 et sur une trésorerie de 17 milliards d’euros, dont une facilité de crédit renouvelable de 6 milliards d’euros. C’est aussi le résultat d’années d’efforts, de discipline et de bonne gestion financière.

Il est certain que le secteur des télécommunications sera l’un des plus résistants dans ces circonstances sans précédent. Et Orange, je pense, est très bien placé pour y faire face même s’il sera, bien sûr, impossible de résister totalement à l’impact de la crise qui affecte violemment l’économie mondiale. En fait, comme nous le savons déjà, notre dynamique commerciale se ralentit, le taux de désabonnement diminue, ce qui est bien, mais aussi le SAC et le SRC, ce qui pourrait être bien pour l’EBITDA et moins pour la ligne de revenus, nous avons – nous aurons clairement un ralentissement du coût des frais généraux et administratifs, ce qui est bien, mais aussi un ralentissement des revenus de l’itinérance, ce qui est moins bien. Ce sont là quelques impacts identifiés à ce jour.

En raison de cette baisse substantielle de l’activité commerciale, de nombreuses propositions et discussions en cours avec les clients ont été suspendues. Il en va de même pour de nombreux projets internes, tels que les concessions d’Orange, concernant notre infrastructure de fibre dans les zones PIN, qui avaient bien sûr été reportés.

Chaque crise comporte des risques et des opportunités, et le B2B en est un bon exemple. Elle sera directement touchée par le ralentissement économique tout en soulignant le besoin crucial de services de télécommunications, de sécurité et de cloud computing. Il est donc trop tôt. Nous devons évaluer l’impact financier global de la crise pour le groupe. Mais bien sûr, comme vous pouvez l’imaginer, nous suivons de très près ces effets.

En gardant à l’esprit cette évolution de la situation épidémique, il est également temps de se préparer à la vie après la crise, qui sera, bien sûr, très différente et aussi différente d’un pays à l’autre. Pour commencer, cette crise a souligné l’importance de l’inclusion numérique, et nous y donnerons la priorité. Tout ce qui contribue à fournir une meilleure connectivité à nos clients, le déploiement de la fibre optique ou le covoiturage ou le mobile. Et plus généralement, la gestion optimisée des infrastructures sera notre priorité.

La numérisation, ainsi que la simplification, étaient déjà une priorité, mais elle sera accélérée en ce qui concerne les relations avec les clients ou les processus internes. Enfin, la crise a mis l’accent sur la place du foyer et de la famille, ce qui est totalement conforme à notre choix stratégique de nous concentrer sur le foyer. Le réseau local domestique doit être accéléré, par exemple.

Passons à la page 6, qui reprend les principales réalisations de ce premier trimestre. Je pense que nous pouvons dire que le T1 2020 a été un trimestre réussi pour Orange, et ce malgré le début de l’impact de COVID-19 dans nos activités au cours des deux dernières semaines de mars. Permettez-moi de vous en donner quelques illustrations.

Premièrement, nous connectons désormais 42 millions de foyers à très haut débit, ce qui fait de nous le leader absolu du FTTH en Europe avec 39 millions de lignes FTTH en Europe. Nous avons confirmé qu’à partir de décembre 2019, Orange est le leader en termes d’expérience client en France. Comme je l’ai déjà mentionné, nous sommes devenus numéro un pour l’indicateur Net Promoter Score. Et en 2019, nous avons gagné 7,5 points NPS, ce qui est énorme, et nous avons atteint cette première place. Ce revirement est – a été rendu possible, grâce à la forte diminution des points douloureux pour les clients, tels que les pannes de réseau, le manque de bande passante et de dispositifs à jour, ce qui se traduit par la réduction du nombre de plaintes, mais aussi l’accélération du déploiement de la fibre et de la 4G, en particulier dans les zones rurales, et le repositionnement proactif des offres plus attractives de nos clients avec plus de données.

Nous nous préparons à lancer la 5G dans certaines de nos opérations européennes. Mais bien sûr, nous devons y réfléchir à nouveau à la lumière de deux nouveaux enjeux. Premièrement, le lancement commercial en France et en Pologne devra probablement être reporté en raison des retards dans les enchères du spectre, même si nous manquons encore de visibilité dans l’agenda de ces enchères. Mais surtout, dans la perspective de COVID-19, la plupart des opérateurs et des clients B2C ou B2B ont observé que les réseaux 4G existants associés au FTTH satisfont pleinement les besoins des clients. Cela soulève la question de la pression sur le rythme du déploiement de la 5G si l’on considère que les réseaux 4G existants ont bien fait leur travail. Ce sont donc des sujets très importants sur lesquels nous allons travailler dans les mois à venir.

Ensuite, ces investissements nous ont permis d’afficher une solide performance commerciale avec plus de 70 millions de clients 4G et 7,8 millions de clients FTTH, soit une augmentation de 20 % d’une année sur l’autre, grâce à la France, qui a enregistré le plus grand nombre d’ajouts nets jamais enregistré au premier trimestre pour le FTTH ; et à l’Espagne, qui a atteint un taux de pénétration du FTTH de 80 % dans sa base de clients à large bande. Orange reste le premier opérateur de convergence en Europe avec 10,8 millions de clients B2C convergents, soit une croissance de 3 % ; et les revenus convergents augmentent de 4,5 % par rapport à l’année précédente au premier trimestre 2020, ce qui représente 40,5 % du total des revenus des services de détail dans nos pays européens.

Troisièmement, nous mettons en œuvre avec succès notre stratégie visant à devenir un opérateur multiservices de premier plan. Orange Bank a atteint plus de 580 000 clients au premier trimestre 2020, grâce à un portefeuille d’offres enrichi et à la forte performance commerciale en Espagne depuis son lancement au quatrième trimestre 2019. Notre approche valeur porte ses fruits avec 50% des nouveaux clients en France ce trimestre ayant choisi une offre payante contre moins de 15% il y a deux ans.

En Roumanie, nous avons atteint 201 000 clients Orange Money, parmi lesquels 61 000 clients ont souscrit à une carte de débit après seulement un an de lancement de ce produit. Orange Money reste un moteur de croissance majeur pour nos opérations en Afrique et au Moyen-Orient, et nous avons continué à le renforcer avec le lancement d’Orange Money au Maroc en mars. Nous resterons également un acteur majeur dans l’agrégation et la distribution de contenu afin de consolider notre position d’opérateur multiservice de premier plan.

Au premier trimestre 2020, nous avions 10 millions de clients IPTV, soit 335 000 clients de plus par rapport à l’année précédente, grâce à la France, l’Afrique et le Moyen-Orient, tandis que les revenus des contenus ont augmenté de 4,8 % par rapport à l’année précédente. Pendant la période de blocage en France, nous avons vu nos ventes de vidéo à la demande multipliées par deux.

En cette période de crise, où les services de télécommunications aux entreprises se sont révélés plus cruciaux que jamais, l’OBS a réussi à répondre aux besoins de connectivité soudains et croissants des services médicaux d’urgence, des hôpitaux et des entreprises opérant dans des domaines stratégiques ou sensibles, tels que l’environnement, l’énergie ou les transports. Nous proposons également des outils pour les aider à gérer leurs plans d’urgence.

Au premier trimestre 2020, conformément au plan Engage 2025, nous avons signé un contrat d’achat d’électricité à long terme avec Iberdrola pour une centrale solaire de 328 mégawatts – centrale électrique en Espagne, couvrant près de 9 % de la consommation d’électricité d’Orange Espagne. Ce n’est qu’un exemple.

À la page 7, vous trouverez nos réalisations financières pour ce premier trimestre 2020. Nous avons enregistré des recettes de 10,5 à 10,4 milliards d’euros au premier trimestre, en croissance de 1 % par rapport à l’année précédente, grâce à une tendance positive dans tous les pays sauf l’Espagne. Le groupe a atteint un EBITDAaL de 2,6 milliards d’euros, en amélioration de 0,5 % d’une année sur l’autre ce trimestre, dont 0,1 % pour les activités de télécommunications, tandis que les activités eCAPEX ralentissent de 3,1 % par rapport au T1 2019, pour atteindre 1,6 milliard d’euros à la fin du mois de mars. Cette réduction est en partie due à la crise COVID et concerne à la fois le déploiement des réseaux de fibre optique et des réseaux mobiles. Ainsi, l’EBITDAaL du groupe moins eCAPEX a atteint 1 milliard d’euros au premier trimestre, soit une amélioration significative de 6,8 % par rapport à l’année précédente.

Quelques éléments supplémentaires sur eCAPEX. Dire que l’accélération du déploiement de la fibre optique en France a entraîné une augmentation de 1,6 million de nouveaux foyers connectables au cours de ce premier trimestre. C’est 2,5 fois plus qu’au premier trimestre de l’année dernière. Au total, nous avons atteint un total de 41,6 millions de foyers connectables à très haut débit, dont 17,8 millions de foyers connectables FTTH en France, 14,5 millions en Espagne et 4,4 millions en Pologne. Le groupe n’a cessé de consolider sa position de leader dans le domaine de la 4G, atteignant une couverture supérieure à 96 % de la population dans tous les pays européens et déjà commercialisée dans 15 pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

Ces efforts continus que nous avons déployés se sont traduits par une légère baisse du chiffre de l’eCAPEX dans le secteur des télécommunications, qui a diminué de 3 % ce trimestre par rapport au premier trimestre 2019. Cette baisse est le résultat de trois effets principaux : le premier s’étend également aux prochains trimestres et les deux autres sont plus limités au premier trimestre 2020. Tout d’abord, la crise COVID a débuté dans la seconde moitié du mois de mars pour ralentir le rythme de déploiement des lignes adressables et connectables et la connexion des clients finaux.

Ensuite, suite à un accord signé par Orange et SFR en mai 2018, par lequel Orange devait se retirer de 236 municipalités de la zone NE, nous avons construit SFR au premier trimestre pour la partie restante et la plus grande de ces lignes FTTH. Troisièmement, suite à la vente annoncée en décembre 2019 de 1 500 sites mobiles espagnols non stratégiques à Cellnex, nous avons comptabilisé au premier trimestre la partie restante des recettes non comptabilisées au quatrième trimestre 2019.

Après cet aperçu de nos réalisations au cours du premier trimestre 2019 – premier trimestre 2020, permettez-moi de céder la parole à Ramon pour vous donner plus de détails sur nos activités. Ramon ?

Ramon Fernandez

Je vous remercie. Merci beaucoup, Stéphane, et bonjour. Je vais donc commencer par la diapositive numéro 10 avec la France, où vous pouvez voir qu’au premier trimestre, le chiffre d’affaires total a augmenté de 0,5 %, grâce à une amélioration de la tendance de notre chiffre d’affaires des services de détail pour le deuxième trimestre consécutif, grâce aussi à une augmentation de nos revenus liés à la fibre, liée à l’accélération de nos déploiements, en particulier dans le domaine des PIN. Ce trimestre, l’impact des offres de contenu numérique est vraiment très faible avec seulement 1 million d’euros de vent arrière.

Voyons donc – afin d’évaluer la performance sous-jacente, comme nous le faisons traditionnellement, voyons nos activités de détail, en commençant par les services de détail, à l’exclusion du RTPC, qui a augmenté de 2,2 %, soit une accélération par rapport au quatrième trimestre, où il a augmenté de 1,7 %. Et même si vous prenez en compte l’impact du RTPC, nous avons été stables d’une année sur l’autre au premier trimestre. Cela représente moins 0,1 % par rapport à moins 0,6 % au T4 2019 et environ 0,7 % – moins 0,7 %, 0,9 % au trimestre précédent. C’est donc vraiment une belle amélioration. L’ARPO convergent a augmenté de 2,3 % à 68,6 € au premier trimestre, contre plus 1,6 % au quatrième trimestre 2019, sous l’effet de la hausse des prix des livrets bancaires dans l’Open Mini, effective depuis la fin du quatrième trimestre, et de l’augmentation du nombre de lignes par offre convergente et de la pénétration de la fibre.

L’ARPO réservé aux services mobiles a diminué de 0,5 % pour atteindre 16,6 euros, en raison de la diminution des appels vocaux internationaux hors dégroupage liée à la réglementation européenne et de l’itinérance internationale liée à COVID-19. En ce qui concerne le haut débit uniquement, les hausses de prix dans le livre d’or en vigueur depuis le quatrième trimestre 2019 et la réduction du niveau des promotions dans le haut débit ont contribué à stabiliser presque l’ARPO du haut débit uniquement, avec une baisse limitée de 0,5 % pour s’établir à 36,2 euros au premier trimestre.

Les ventes d’équipements ont diminué de 15,2 %, soit moins 45 millions d’euros au premier trimestre par rapport à une baisse plus limitée de 2,6 % au quatrième trimestre 2019, largement impactée par l’effet COVID-19 avec la fermeture de nos magasins en France, comme l’a expliqué Stéphane, et aussi par une baisse de la demande du marché mondial au premier trimestre.

Les recettes de gros ont augmenté de 2,6 %, grâce à la FTTH, qui a compensé le déclin du dégroupage et de l’itinérance nationale. Enfin, la croissance des autres revenus de plus 29% au premier trimestre a été tirée par le démarrage du programme de construction sur mesure en France, permettant à Orange d’accélérer le déploiement et de renforcer la couverture de son réseau mobile dans les zones non denses et également le long des axes de transport tout en limitant les investissements.

Passons à la diapositive suivante, la diapositive 11, notre performance commerciale. Nous avons enregistré des chiffres solides dans le domaine du haut débit au cours de ce premier trimestre, avec un premier trimestre record dans le domaine de la fibre optique. Sur le fixe, nous avons enregistré plus de 37 000 ajouts nets de haut débit, la clientèle haut de gamme s’étant améliorée de 0,2 point. Cette solide performance est soutenue par un premier trimestre record pour la fibre avec 192 000 ajouts nets FTTH contre 168 000 au premier trimestre 2019. Au premier trimestre, 54 % des ajouts nets FTTH sont des nouveaux clients d’Orange. Il s’agit donc toujours d’un outil d’acquisition très puissant, qui consolide notre position de leader absolu avec 3,5 millions de clients FTTH.

Sur le mobile, nous avons observé au premier trimestre un mouvement encourageant de reprise des prix initié par Sosh avec le lancement d’une offre à vie de 15 € début mars, suivi par deux de nos trois concurrents qui ont augmenté leurs propres prix de 12 à 14 €. Dans le cadre de notre approche valeur, nous avons enregistré moins 58 000 ajouts nets contre un chiffre positif de 19 000 au premier trimestre 2019. Cette performance négative atypique est principalement due à une cohorte spécifique de Sosh. Ces clients très sensibles aux prix ont généré un pic de désaffection à Sosh en janvier et février lorsque nous avons décidé de ne pas renouveler une promotion après la période de promotion de 12 mois. Et cette tentative de traction sur les prix s’est avérée inefficace dans le contexte d’une agressivité du marché avec des promotions à vie. Il convient toutefois de noter que le lancement de cette offre à vie de 15 euros à Sosh, début mars, a été un succès, mais que l’ensemble du marché a ralenti avec l’éclatement de la crise de COVID.

Nous avons également constaté une agressivité des prix en avril dernier, mais il est trop tôt pour tirer des conclusions de cette dernière initiative. Malgré cet événement atypique sur le Sosh, le churn des mobiles a continué à baisser de 0,6 point sur un an, et il s’est établi au premier trimestre à 11,7% contre 13,3% au quatrième trimestre, en lien avec la baisse du churn sur l’ensemble du marché, évidemment accentuée par l’effet COVID-19 en mars et aussi par les progrès que nous faisons en matière de convergence. La convergence est restée un outil d’acquisition puissant, soutenant nos performances tant en fixe qu’en mobile avec 30 000 ajouts nets en mobile, atteignant 1,68 lignes par offre convergente, soit une augmentation de 2 % par rapport à l’année précédente.

Passons maintenant à l’Espagne sur la diapositive n° 12. En Espagne, le marché est clairement polarisé. La tendance à l’évolution est visible lorsque l’on examine la segmentation basée sur les prix. Le segment convergent à bas prix, qui est inférieur à 45 euros, affiche une part d’acquisition de 30 %, en hausse de 10 points par rapport à l’année précédente. Et tous les opérateurs présents en Espagne ont désormais un point de prix d’entrée inférieur à 40 €, tandis que, d’autre part, les propositions de valeur se sont renforcées dans le segment haut de gamme au-dessus de 70 €. Nos performances commerciales reflètent cette tendance et aussi notre stratégie, qui a été axée sur la valeur plutôt que sur les volumes.

Sur le segment haut de gamme, le lancement de nos offres Love Unlimited sur la marque Orange ciblant les clients ayant un ARPO supérieur à 80 € en février a été un franc succès avec plus d’un million d’abonnés. Et nos offres “More-for-more” et “football” ont permis d’augmenter l’ARPO convergent de 0,20 € par rapport à l’année précédente pour atteindre 58,3 €, et même plus d’un € par rapport à l’année précédente si vous regardez spécifiquement l’ARPO convergent B2C de la marque Orange. La contrepartie a été une tendance à la baisse des volumes, avec des ajouts négatifs au premier trimestre pour le haut débit fixe et le mobile, respectivement de moins 59 000 et moins 127 000.

À la mi-mars, dans le cadre des mesures gouvernementales concernant la crise de COVID, la rentabilité et les campagnes commerciales agressives ont été interdites. Et cet effet – l’effet de cette politique reste faible au premier trimestre, mais devrait être un peu plus visible au deuxième trimestre jusqu’à la fin du lock-down, même si la rentabilité sur le mobile est maintenant partiellement réouverte.

Comme annoncé lors de la journée du marché des capitaux et lorsque nous avons parlé des résultats de l’année entière, notre objectif en Espagne est d’augmenter notre part de marché dans le segment bas de gamme. Nous avons réussi à augmenter progressivement les volumes d’Amena, mais avec encore un potentiel important à exploiter avant la mise en œuvre de la convergence sur nos marques à bas prix dans les prochains mois. Le lancement de ces marques convergentes à bas prix a été légèrement retardé en raison de la limitation actuelle de la portabilité.

En conséquence, nos revenus ont diminué de 2,4 % au premier trimestre, en ligne avec le quatrième trimestre, les revenus des services de détail ayant encore baissé à moins 4,6 %, contre moins 3,4 % au quatrième trimestre. Et comme vous le savez, 2020 est l’année de la transition pour Orange Espagne, et la crise actuelle met une pression supplémentaire sur nos performances en matière de marge. Du côté positif, notre activité de gros est plus que jamais une source de force, fournissant une couverture puissante contre la volatilité économique actuelle.

Passons à notre segment Europe 6 pays sur la diapositive 13, où nos services de détail ont augmenté de 4,3 % ce trimestre, contre 2,4 % au quatrième trimestre, 25 % de cette croissance provenant de la connectivité, à savoir la convergence, le fixe uniquement et le mobile à large bande uniquement, et 65 % des services informatiques et d’intégration.

Nos performances en matière de connectivité reflètent notre souci permanent de la convergence, les revenus issus de la convergence représentant aujourd’hui 19 % des services de détail. La convergence maintient donc une croissance solide de plus 25 % ce trimestre, contre plus 28,5 % au quatrième trimestre. Et l’importance que nous accordons à la convergence est également visible dans nos performances commerciales, avec une augmentation nette des contrats mobiles de plus 28 000 et une augmentation nette des contrats fixes à haut débit de plus 51 000, avec une part stable ou en augmentation des contrats convergents dans notre base de clients.

Après les quatre derniers trimestres, qui étaient en baisse, les services de gros ont retrouvé une croissance positive de plus de 0,6 %, grâce à une meilleure évolution des MVNO qui a compensé certaines pertes dues à la baisse des tarifs de terminaison d’appel et à la fin des contrats d’itinérance nationale. Ce trimestre pour ce segment d’Europe 6 a également vu la baisse des ventes d’équipements, moins 8,3 %, principalement en raison de la crise sanitaire, et des autres revenus à moins 30 % en raison de la baisse des ventes d’origine en Pologne. Bien que leur impact sur l’EBITDA ait été faible, ces deux effets ont fait baisser la croissance globale des revenus du segment Europe à plus 0,3 %, contre plus 1,7 % au quatrième trimestre.

Du point de vue du pays, nous enregistrons un septième trimestre consécutif de croissance des recettes en Pologne, à plus 0,9 %, grâce à une croissance de plus 5,1 % des services de détail, contre moins 0,2 % sur l’ensemble de l’année 2019. Ce résultat est une conséquence de la stratégie “more-for-more” (plus pour plus) initiée par Orange Polska en 2019.

Maintenant, nous filtrons jusqu’à nos résultats. C’est aussi le résultat d’une meilleure performance des services informatiques et d’intégration, avec plus 58 %, dont 32 % proviennent – hors intégration de BlueSoft. Nous avons acquis cette société, BlueSoft, en 2019. Et enfin, c’est aussi le résultat d’une augmentation des revenus de la vente en gros de téléphones portables en raison de la crise sanitaire. Il faut également noter la performance de notre chiffre d’affaires chez Orange Belgique, en hausse de 1,9 % ce trimestre. Cette hausse est due à une solide croissance des services de détail, plus 4,6 %, elle-même due à une croissance de plus 36 % des ventes convergentes, ce qui a permis d’atténuer la baisse des ventes d’équipements et des autres revenus.

Passons maintenant à l’Afrique et au Moyen-Orient, la diapositive 14, qui est le principal contributeur à la croissance du groupe, avec une augmentation des recettes de 6,2 % au premier trimestre et aucun impact significatif de COVID au premier trimestre. La performance du chiffre d’affaires est due à une très forte croissance des services de détail, de plus 9 %, alimentée par trois facteurs importants que vous connaissez bien maintenant : premièrement, les données avec 26,5 millions de clients 4G, en hausse de 51 %, et les revenus associés en hausse de 27 % ; deuxièmement, Orange Money, avec une base de clients actifs de 18,6 millions de clients, en hausse de 20 %, et des revenus en hausse de 22 % ; et troisièmement, le haut débit fixe avec plus de 1,3 million de clients, en hausse de 21 % par rapport à l’année précédente, et des revenus en hausse de 22 %.

Si l’on examine les KPI commerciaux en Afrique et au Moyen-Orient, la clientèle des téléphones portables a augmenté de 4,8 %, pour atteindre 123 millions de clients, en tenant compte de l’impact de la sortie du Nigeria. La qualité de la clientèle ne cesse de s’améliorer, comme en témoignent l’augmentation de plus d’un point du tarif basé sur la tarification et la réduction de deux points du taux de désabonnement des services mobiles prépayés.

D’un point de vue géographique, les principaux contributeurs aux recettes totales ont continué à afficher une croissance solide au premier trimestre. L’Égypte a connu une croissance de 10,6 %, grâce aux services de détail et soutenue par les données et par une vente massive d’équipements. La Côte d’Ivoire a connu une croissance de près de 10 %, soit 9,9 %, soutenue par le développement des données et la réparation du marché. Et le pôle Sonatel maintient une bonne tendance, grâce aux données et à Orange Money avec le Sénégal, qui a retrouvé fortement son leadership dans les ajouts de réseaux mobiles après un quatrième trimestre très compétitif.

Passons à la partie consacrée aux entreprises sur la diapositive 15. Vous pouvez voir que l’entreprise OBS a enregistré une croissance de ses revenus pour le sixième trimestre consécutif, à plus 0,8 %, grâce au leadership continu du réseau et à la solide performance des services informatiques et d’intégration, notamment le cloud et la cybersécurité. La croissance des revenus des services informatiques et d’intégration a atteint 6,9 % ce trimestre, et nous représentons maintenant 38 % des revenus totaux du segment Entreprise. Il s’agit d’une proportion croissante de plus de 2 points par rapport à l’année précédente.

Par ailleurs, le groupe a obtenu plusieurs reconnaissances du marché ce trimestre, confirmant notre statut d’acteur majeur dans nos domaines de croissance, en particulier le cloud et la cyberdéfense. Il convient également de noter que, suite à nos dernières acquisitions dans le domaine de la cybersécurité, moins d’un an après l’acquisition, SecureLink et SecureData ont été entièrement intégrés et rebaptisés sous la marque Orange CyberDefense. Nous sommes donc maintenant prêts à saisir la valeur.

Les services de réseaux de données, toujours résistants, ont enregistré une croissance des revenus de plus de 0,5 %, grâce à notre leadership dans les réseaux à fibres optiques et les réseaux définis par logiciel. Cette performance fait plus que compenser la baisse de la voix à moins 6,5% ce trimestre, structurellement impactée par la baisse en France et aussi une nouvelle baisse du mobile à moins 5,8% au premier trimestre, principalement due à la baisse des revenus de roaming en relation avec la crise COVID. Permettez-moi également de vous rappeler que le segment Entreprises est en pleine transformation et que nous ne prévoyons pas de retrouver une croissance de l’EBITDA avant fin 2021, comme nous l’avons dit en décembre et en février.

En ce qui concerne l’activité commerciale, Orange a été choisi par Abu Dhabi pour ses solutions adaptées aux villes intelligentes et par AkzoNobel pour fournir une gamme de services de transformation de la connectivité mondiale, y compris des solutions SD-WAN, SD-LAN et de sécurité. Enfin, je voudrais souligner que dans le contexte de cette crise sans précédent, les équipes d’Orange Business Services ont activé notre plan mondial de continuité des activités, qui s’est avéré à l’épreuve de la crise, comme l’ont commenté de manière extrêmement positive de nombreux clients en France et dans le monde.

Passons maintenant la parole à Stéphane pour conclure cette présentation.

Stéphane Richard

Merci, Ramon. Avant de passer aux questions-réponses et comme nous l’avons dit lors de notre appel du 17 avril, je tiens à confirmer que, sur la base des informations disponibles aujourd’hui, nous ne prévoyons pas de déviation significative par rapport à nos objectifs pour 2020, mais nous suivons de près la situation et son évolution. Nous envisagerons une mise à jour de nos orientations financières pour 2020, ainsi que les résultats du deuxième trimestre, lorsque nous aurons amélioré la visibilité des effets de la crise COVID-19.

Ceci conclut cette présentation, et nous sommes maintenant prêts pour la session de questions-réponses.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions] Nous allons prendre notre première question de Stephane Beyazian de MainFirst. Allez-y, votre ligne est ouverte.

Stéphane Beyazian

Deux questions, si je peux, alors. En ce qui concerne le CapEx, êtes-vous en mesure de faire la différence entre les ralentissements qui découlent de la COVID-19 et votre propre volonté de ralentir en quelque sorte le CapEx et de respecter les directives en matière de flux de trésorerie disponible ? J’essaie juste de comprendre si vous allez – je veux dire si vous voulez rattraper votre retard aussi vite que possible et à tout prix dans les prochains trimestres, une fois que le verrouillage sera moins important.

Et ma deuxième question porte également sur la tentative de limiter les dépenses. En ce qui concerne la banque Orange, pouvez-vous nous parler de ses performances commerciales dans la situation actuelle et nous dire si vos projets ont changé ? Parce que je pense que vous avez d’autres lancements en cours, et cela reste une ligne d’investissement pour le groupe. Je vous remercie.

Stéphane Richard

Merci, Stéphane. En ce qui concerne votre première question, il ne fait aucun doute que les conditions actuelles vont entraîner une réduction et un ralentissement ou un report de certains CapEx au cours de l’année 2020. Comme vous pouvez l’imaginer, la construction de nouvelles lignes, les lignes FTTH, est fortement impactée par les contraintes d’immobilisation et le fait que nos sous-traitants ne sont pas aujourd’hui en mesure de maintenir le rythme de déploiement comme auparavant. Il est donc difficile de dire combien de temps il faudra pour revenir, disons, à un rythme de production normal, mais il ne fait aucun doute qu’il faudra quelques mois, et cela aura clairement un impact significatif sur nos chiffres eCAPEX. Je pense que nous ne pouvons pas dire que nous avions un plan spécifique pour réduire les CapEx cette année. Mais une fois de plus, je dirais que l’impact de l’effet mécanique de cette crise et surtout des périodes de blocage sera significatif dans nos chiffres de 2020.

Je vais peut-être demander à Ramon de répondre à la deuxième question et, bien sûr, de faire des commentaires supplémentaires sur la première. Ramon ?

Ramon Fernandez

Eh bien, je crois que Paul de Leusse est avec nous ce matin, Stéphane. Alors peut-être que sur la banque, nous allons demander à Paul de prendre ça. Et sur le CapEx, je n’ai vraiment rien à ajouter, sauf que, clairement, lorsque nous regardons notre objectif pour l’année, c’est un domaine où nous avons un certain espace pour la surveillance, évidemment.

Stéphane Richard

Alors Paul, à la banque ?

Paul de Leusse

Oui. Allô, vous m’entendez ?

Stéphane Richard

Oui.

Stéphane Beyazian

Oui.

Paul de Leusse

D’accord. Juste pour répondre sur l’impact actuel et peut-être l’impact futur de la crise sur la banque. Eh bien, évidemment, comme une grande partie de nos ventes dépendent des magasins physiques d’Orange, cette partie de nos ventes a considérablement diminué. D’autre part, nous avons fait de gros efforts pour développer nos ventes numériques pendant cette période avec un décollage assez fort comme maintenant – nous avons augmenté nos ventes numériques d’environ 40%, ce qui est une bonne nouvelle.

Nous aurons beaucoup sur le paiement mobile car, évidemment, le paiement mobile est de loin le moyen de paiement le plus sûr actuellement car avec votre mobile, vous pouvez payer sans toucher d’argent physique ou d’appareil lorsque vous êtes dans un magasin. Et nous avons constaté une forte augmentation du montant moyen payé par téléphone portable. C’est donc une bonne nouvelle pour nous. C’est pourquoi nous allons lancer une campagne télévisée début mai pour promouvoir le paiement par téléphone portable. Je me souviens que la banque Orange représente 17%, 1-7, de tous les paiements par mobile effectués en France. Nous pensons donc que d’une certaine manière, cette crise est une opportunité pour nous de promouvoir ce paiement de richesse. C’est sur l’activité.

Sur les recettes, l’impact est limité car contrairement à de nombreuses nouvelles banques qui sont dans un modèle de libre-service, où la plupart des clients ne paieraient rien à la banque et où la banque ne gagnerait de l’argent que par l’interchange, qui est considérablement réduit, notre modèle est [slightly] différent car, comme l’a dit Stéphane dans l’introduction, 50 % de nos nouveaux clients nous paient quelque chose tous les mois. Il peut s’agir d’une commission sur notre carte premium ou d’un taux d’intérêt sur le prêt à la consommation. Mais avec 50 % de nos nouveaux clients qui nous paient quelque chose, même si nos clients sont moins actifs pendant cette période, nous en tirons quand même des revenus, ce qui est très, très différent de beaucoup de nouvelles banques où le client – ou la banque – ne paie rien. Si le client ne fait pas de transactions avec sa carte, eh bien, la banque n’obtient rien en termes de revenus. Cela nous rend beaucoup plus à l’aise pour traverser cette crise.

Et vous demandez aussi si nous allons sortir un nouveau produit. La réponse est oui. Nous prévoyons de lancer en septembre et octobre prochains un compte familial, qui serait un produit assez novateur permettant à toute la famille d’avoir – de surveiller un seul compte. Et évidemment, cela s’inscrit parfaitement dans la stratégie familiale d’Orange avec le modèle ouvert d’Orange. Nous prévoyons donc d’approfondir l’intégration entre Orange Bank et Orange. J’espère que cela répond à votre question.

Stéphane Richard

Merci, Paul.

Stéphane Beyazian

Mais dans l’ensemble, nous devrions encore nous attendre à des pertes moins importantes cette année que l’année dernière pour l’ensemble des opérations de l’Orange Bank en termes d’EBITDA ?

Paul de Leusse

Oui. Il est clair que pour la France, les pertes seront réduites cette année par rapport à l’année dernière. N’oubliez pas que nous avons également lancé l’Espagne. Nous allons produire quelques pertes, mais beaucoup plus limitées que celles de la France. Mais oui, pour la France, nous limitons les pertes par rapport à l’année dernière.

Stéphane Beyazian

Je vous remercie.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Nicolas Cote-Colisson de HSBC. Allez-y, je vous en prie. Votre ligne est ouverte.

Nicolas Cote-Colisson

Je vous remercie. Certains opérateurs ont déjà indiqué des provisions plus élevées pour les créances douteuses. Pourriez-vous donc nous en dire un peu plus sur la situation d’Orange ? Et quelles sont les leçons à tirer de la crise financière mondiale d’il y a dix ans ? Que s’est-il passé alors ? Avez-vous maintenant une configuration différente en ce qui concerne ces programmes de monétisation ou de titrisation ? Et aussi un commentaire sur le changement des besoins en fonds de roulement serait très bien aussi. Je vous remercie.

Stéphane Richard

D’accord. Alors Ramon ?

Ramon Fernandez

Donc sur la première question, pour l’instant, nous ne voyons pas d’augmentation des chiffres de la dette des bandes. Nous suivons la situation chaque semaine. Et la façon dont les clients se comportent sur le marché B2C et B2B est une question d’endurance. Mais pour l’instant, nous ne voyons aucun impact. Au contraire, nous voyons de temps en temps des clients qui paient d’avance, ce qui semble indiquer que les services de télécommunications sont vraiment un service essentiel qui va être protégé pendant longtemps.

Donc pas d’évolution là, mais un suivi très strict. Quand on regarde les leçons de la crise mondiale passée, on peut voir que si on regarde les années 2008, 2009, 2010, que le secteur des télécommunications a une relation limitée avec les chiffres macro. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’impact, mais c’est un domaine où l’élasticité aux chiffres macro est assez faible. Donc, selon les pays, selon le type de services, bien sûr, cela peut varier. Mais si vous regardez, par exemple, en 2009, 2010, 2011, vous verrez un impact très limité sur l’évolution, à l’époque, des revenus de France Telecom Orange. Donc nous surveillons aussi cela parce que le secteur des télécommunications ne peut pas être totalement immunisé, évidemment, contre un choc macroéconomique majeur, mais nous sommes dans un domaine où nous regardons maintenant le marché B2C massivement postpayé avec une économie d’Abono, le terme anglais me fait défaut, mais vous voyez ce que je veux dire.

Et vous avez une intervention massive des gouvernements dans de nombreux pays, et la France n’est pas la dernière, où vous avez une politique publique très lourde de soutien en termes d’argent à l’entreprise, mais aussi, en fait, aux ménages par le biais des régimes de chômage, qui sont soutenus par le gouvernement. Et donc, cet impact devrait être atténué au moins pour un certain temps. Si vous regardez le marché B2B, ici aussi, pour le moment, nous voyons des signaux légers de certains clients demandant des délais, mais ce n’est pas encore significatif.

Ce que nous avons fait pour nous assurer que nous allons aider une partie de ces partenaires, clients ou fournisseurs à traverser la crise et à être en mesure de rebondir lorsque nous sortirons du pic de la crise avec la sortie de l’enfermement, nous avons accéléré nos propres paiements à nos fournisseurs et nous avons mobilisé une enveloppe d’environ 300 millions d’euros pour payer toutes les factures de nos fournisseurs inférieures à 50 000 euros afin de les aider à traverser cette période très critique de deux mois.

Et en ce qui concerne les clients, nous avons une approche très pragmatique au cas par cas afin de nous assurer que nous pouvons également aider ces clients à traverser les parties les plus compliquées de la crise. Nous avons donc des équipes de gestion du crédit très fortes dans le groupe, qui sont mobilisées pour assurer un bon suivi et une bonne gestion des problèmes potentiels avec les différents clients ou fournisseurs. Et si vous regardez les exigences en matière de plafond de travail, nous verrons d’ici la fin de l’année si toutes ces mesures positives que nous prenons auront un certain impact, mais il devrait être limité.

Nicolas Cote-Colisson

D’accord, merci beaucoup.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question sera posée par Akhil Dattani de JPMorgan. Je vous en prie, allez-y.

Akhil Dattani

Oui, bonjour, merci d’avoir répondu aux questions. Ma première question porte sur l’Espagne, pour faire suite à certains des commentaires que vous avez faits en introduction. Comme vous l’avez dit, vous vous êtes beaucoup plus concentré sur la valeur du volume. Mais je suppose qu’il est juste de dire que les tendances des KPI ce trimestre sont probablement plus faibles que ce à quoi nous nous attendions. Pouvez-vous simplement nous parler des mesures que vous comptez prendre pour l’avenir, en particulier compte tenu des prévisions selon lesquelles nous espérons retrouver une croissance des revenus en 2021. Et je suppose qu’avec cela, toute réflexion sur le fait de savoir si vous considérez ou non le plan d’expansion internationale comme une source de préoccupation serait également intéressante.

Et puis, en ce qui concerne la France, je suppose que les commentaires que vous avez faits dans l’introduction sur la concurrence française vous ont intéressés. Comme vous l’avez dit, Sosh a été constructif en matière de prix. Il y a eu une certaine volatilité de la part de vos pairs depuis le début de l’année en ce qui concerne ce qu’ils font. Il serait également très utile de savoir pourquoi vous pensez que les augmentations de prix ne sont pas restées et comment vous envisagez votre environnement concurrentiel local. Merci beaucoup.

Stéphane Richard

Ok. Donc, pour la situation espagnole, est-ce que Laurent est au téléphone ?

Laurent Paillassot

Oui.

Stéphane Richard

Bien sûr. Alors Laurent, vas-y.

Laurent Paillassot

Oui, merci pour la question. En ce qui concerne l’Espagne, comme nous l’avons dit en février, la tendance générale est restée la même au premier trimestre. Nous avons eu beaucoup de promotions et de remises. Une grande partie de la croissance à faible coût se produit et elle détermine la valeur globale du marché. Comme nous l’avons dit, nous allons lancer une offre convergente dans les marques à bas prix sur les segments à bas prix pour obtenir une part équitable au deuxième trimestre. Donc, le deuxième trimestre n’est pas encore le premier, n’est-ce pas ? Donc, en gros, ce que vous voyez là est en fait le suivi des tendances que vous aviez déjà fin 2019. Notre plan à cet égard n’a donc pas changé. Nous nous concentrons sur la valeur de la marque Orange. Comme vous l’avez vu, nous avons lancé des offres limitées, ce qui augmente considérablement notre ARPU. Le mix de valeur s’améliore donc.

Ce qui nous manque et qui manque encore, ce sont évidemment les volumes à bas prix. Et nous avons dit que nous lancerions des offres convergentes à bas prix au deuxième trimestre en utilisant República Móvil, Simyo et Amena. Nous sommes en train de monter lentement en puissance avec Amena. Mais évidemment, avec la période de verrouillage, qui est corrélée à l’interdiction de portabilité fixe, il n’y a aucune raison pour nous d’accélérer ou d’anticiper un quelconque lancement convergent. Cela reste donc dans notre plan pour le deuxième trimestre. Nous allons lancer des offres convergentes. Et en ce moment même, nous travaillons sur l’ensemble du portefeuille de clients afin de préserver et de maintenir la valeur sur les clients existants.

Une fois de plus, la crise rend encore plus important ce que nous faisons, à savoir rester concentrés sur la valeur dans le haut de gamme du segment et faire pression pour des volumes dans le bas de gamme. Nous travaillons aussi, bien sûr, en tenant compte de la crise, à optimiser encore plus nos processus, à rationaliser nos processus, à simplifier et à rationaliser nos offres. Il est évident que le numérique doit prendre une part plus importante à l’avenir. Il y a donc beaucoup de choses qui se passent pour essayer d’optimiser encore plus notre base OpEx.

En ce qui concerne le B2C, nous restons donc concentrés sur ce que nous vous avons dit en février. Il nous manque des volumes dans les segments à bas prix. La crise va rendre le segment local encore plus important dans le contexte espagnol, même si Euskaltel ne lance pas les offres Virgin dans cette partie du mouvement low cost sur le marché espagnol. Et nous n’y sommes pas présents. Nous devons donc être présents, et nous le serons d’ici la fin du deuxième trimestre avec Amena, avec República Móvil et ensuite avec Simyo et même avec Jazztel, une part de marché importante dans ces segments à bas prix. Et encore, comme nous l’avons également mentionné, une partie de la croissance que nous attendons pour 2021 devra provenir du segment B2B. C’est un domaine dans lequel nous devons voir ce qui se passe avec le contexte du marché. Mais nous sommes évidemment dans une situation d’attaquant sur ce segment car nous sommes numéro quatre sur le marché. Nous allons donc devenir forts sur ce segment B2B.

Et en gardant à l’esprit que le commerce de gros nous fournit également une énorme couverture sur ce marché. Nous avons donc aussi de bonnes nouvelles, et nous comptons bien en avoir encore sur les segments de gros. Je pense qu’avec la crise, il est encore plus important pour nous de nous concentrer sur la valeur dans le haut de gamme et sur le volume dans le bas de gamme. Et c’est ce que nous mettons en œuvre.

Stéphane Richard

D’accord. Merci, Laurent, et peut-être Fabienne, pour le marché français ?

Fabienne Dulac

Oui, vous m’entendez ?

Stéphane Richard

Oui, très bien.

Fabienne Dulac

Oui. D’accord. Donc, au premier trimestre, il y a deux périodes. En janvier et février, plus précisément, le marché est encore très fortement promotionnel, surtout sur le mobile. Nous avons observé, et c’était une bonne nouvelle début mars, un mouvement encourageant de reprise des prix initié par Sosh, lorsque nous avons lancé une nouvelle offre, une offre à vie Sosh, et c’était la première fois, à 15 euros. Ce mouvement a été suivi par deux concurrents. Ils ont augmenté leur prix de 12 € à 14 €, soit 15 €. C’était donc un geste très important et très intéressant. Si vous vous souvenez, il y a un an, nous étions à environ 5 € pour la même offre. C’était donc une décision très importante pour tous les marchés.

En avril, et nous sommes dans une période très spécifique de blocage, nous avons observé un contexte de retour de l’agressivité des prix. Mais c’est dû à la fermeture des magasins pour tous les concurrents et aux modes de commerce numérique et de commerce à bas prix. Il est donc trop tôt pour avoir une conclusion sur la durabilité de la reprise ou de l’agressivité du mouvement des prix. Nous devons attendre la fin du verrouillage. Et lorsque nous rouvrirons tous nos magasins, nous pourrons être confiants. Car nous avons lancé il y a deux semaines, il y a trois semaines, une nouvelle offre Sosh, 15 euros à vie, et c’est très efficace et très durable. Je pense donc que nous devons attendre et voir. Mais les dernières mesures prises par tous les concurrents sont vraiment encourageantes pour l’avenir.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Roshan Ranjit de la Deutsche Bank. Je vous en prie, allez-y.

Roshan Ranjit

Deux pour moi, s’il vous plaît. Juste un suivi sur le déploiement des fibres. Malgré les connexions record de ce trimestre pour le premier trimestre, vous avez mentionné le ralentissement. Comment cela se traduit-il dans le ralentissement par rapport aux obligations que vous devez remplir auprès de l’Arcep d’ici la fin de l’année ? Je pense que c’était environ 95% de votre zone de couverture à moyen terme. Donc, toute mise à jour serait bonne. Et deuxièmement, un suivi rapide de la question précédente. Que pouvez-vous nous dire sur les chiffres du taux de désabonnement au cours de ces dernières semaines, étant donné que vous avez vu vos concurrents augmenter également leurs prix, car c’est clairement ce qui a provoqué l’inversion de la tendance dans vos ajouts de mobiles ce trimestre ? Je vous remercie.

Stéphane Richard

Eh bien, pour ce qui est de votre première question, nous avons clairement entamé un dialogue avec le régulateur, avec l’Arcep, sur le programme de déploiement de la fibre. Disons que je pense que, bien sûr, le régulateur comprend et prend en compte les circonstances très spécifiques que nous connaissons actuellement et, bien sûr, il prendra en compte les conséquences de la situation actuelle sur le calendrier de déploiement. Il est donc probablement trop tôt pour vous donner plus de détails à ce sujet. Mais je peux simplement confirmer que nous avons commencé à parler avec l’autorité de régulation concernant cette question très importante du calendrier de déploiement de la fibre en France. Il ne fait aucun doute que nous devrons nous adapter et clairement reporter certaines des principales étapes de ce déploiement.

Et nous avons un régulateur qui est ouvert d’esprit, bien sûr, à ce sujet. Il est tout simplement impossible d’imaginer que les opérateurs du monde entier puissent procéder à ce déploiement comme s’il n’y avait pas de verrouillage, comme s’il n’y avait pas de problème particulier avec les sous-traitants et les milliers d’espaces que nous sommes en train d’épuiser. Je suis donc, je dirais, relativement confiant dans notre capacité à trouver le bon, disons, nouvel accord ou nouveau cadre sur le programme de déploiement de la FTTH avec le régulateur, en tenant compte, bien sûr, de l’impact de la crise actuelle. Fabienne, sur le sujet de la baratte ?

Fabienne Dulac

Oui. Pendant le verrouillage, tant sur le mobile que sur le haut débit, nous avons observé le même mouvement. Depuis le 11 mars, notre croissance a chuté de 60 % en raison de la fermeture des magasins. Et c’est vrai pour le mobile et le haut débit. Dans le même temps, le taux de désabonnement a également diminué de manière significative et à un rythme similaire. Au final, le résultat est donc un impact neutre sur le niveau des ajouts nets. Mais pour un hasard positif dû à notre position haut de gamme et à la prime de mixage que nous avons, c’est un meilleur mix de valeur que nous pouvons offrir. Le taux de désabonnement est donc très faible. Nous le divisons par trois. Et cela nous a permis de maintenir la valeur et d’améliorer la valeur et le mix de notre clientèle. C’est donc une très bonne décision.

Roshan Ranjit

Et rapidement sur le mélange, est-ce qu’il y a toujours une répartition de 80%, 20% de haut de gamme par rapport à Sosh en France ?

Fabienne Dulac

Quel est le mélange entre le Sosh et le haut de gamme pendant la période de verrouillage, c’est votre question ?

Roshan Ranjit

Oui. Donc, c’est toujours autour de 20 % ?

Fabienne Dulac

Oui.

Roshan Ranjit

Super. Merci.

Opérateur

Merci. Nous allons maintenant passer à la question suivante d’Andrew Lee de Goldman Sachs. Je vous en prie, allez-y.

Andrew Lee

J’ai quelques questions, une sur la France et une sur l’Afrique. Sur la concurrence française, pour faire suite aux questions que nous avons eues plus tôt. Comme vous l’avez souligné, votre filet plus faible ajoute mais l’ARPU est fort – l’ARPO montre un opérateur historique rationnel, ce qui est favorable au marché. Et évidemment, vous avez fait des commentaires sur la façon dont vos concurrents ont réagi à diverses mesures que vous avez prises. Je me demande si vous pensez que le positionnement que vous avez adopté en tant qu’opérateur rationnel et favorable au marché est viable, avec ou sans COVID ?

Et puis une deuxième question sur les compléments africains et l’anticipation de l’impact plus large de COVID sur le marché africain. Telenor nous a dit qu’en Asie, alors que les nouveaux sous-marins ont ralenti, les recharges numériques ont augmenté de façon spectaculaire pour compenser une grande partie de la réduction des recharges physiques. Voyez-vous cette opportunité de coussin en Afrique ? Je vous remercie.

Stéphane Richard

Alors Fabienne, à nouveau sur le marché français ?

Fabienne Dulac

Oui, il est trop tôt pour avoir une conclusion définitive à ce sujet. Mais ce que nous pouvons observer pendant la période de verrouillage, et maintenant que nous sommes à nouveau à une certaine action commerciale, nous avons constaté que notre clientèle, et en particulier notre clientèle haut de gamme, est très vigilante. Pas de churn et spécifiquement sur la clientèle premium. Cela est dû à tous les efforts que nous déployons pour assurer la convergence sur notre base et aussi à certains actifs en raison de la qualité de nos mesures, mobiles et fixes, en raison de la qualité des relations avec la clientèle, comme en témoigne le SNP interdit auparavant, et de la manière dont nous soutenons nos clients pendant le verrouillage.

Le deuxième point que nous avons observé est la qualité du réseau et la connectivité est un atout vraiment important. Et nous pouvons observer dès quelques semaines le temps net pour la fibre. Et nous sommes convaincus que nous avons grandi parce que la connectivité à la maison, je pense, sera peut-être l’apprentissage le plus important de cette période. Le troisième point que nous pouvons constater est que la période COVID met en évidence ce jeu de la maison et de la famille et qu’elle est totalement alignée sur notre stratégie avec les services que nous avons lancés autour de la télévision à péage, [indiscernible] tous ces plans sont très importants et solides. Nous confirmons donc notre stratégie et que nous pouvons maintenir une stratégie de valeur. C’est exactement ce que nous pensons et c’est ce que nous pouvons observer depuis ces deux dernières semaines, où nous lançons à nouveau différentes actions commerciales. C’est donc le plan que nous avons devant nous.

Stéphane Richard

D’accord. Merci, Fabienne. Est-ce que nous avons Alioune à l’appel ?

Alioune Ndiaye

Oui, je suis au téléphone, Stéphane.

Stéphane Richard

D’accord. Alors Alioune, vous pouvez répondre à la deuxième question sur les recharges numériques et peut-être plus largement sur les opportunités que cette crise peut générer pour l’Afrique.

Alioune Ndiaye

Merci, Stéphane. Merci pour vos questions. Permettez-moi tout d’abord de dire que cette crise COVID-19 a commencé un peu plus tard en Afrique qu’en Europe. Nous avons donc souffert d’une certaine diminution de l’activité pendant les premières semaines, mais nous avons déjà retrouvé le niveau que nous avions avant la crise en termes de rechargement et d’utilisation de la part de nos clients. Pour répondre plus précisément à votre question, oui, avec la crise, le niveau des recharges électroniques a augmenté de 19 %, et nous encourageons tous nos clients à passer de la carte à gratter à la recharge électronique. Et les paiements des commerçants ont également augmenté de 20 %. Ce type d’utilisation de la part de nos clients est donc en pleine croissance. Et je pense que pour l’avenir, cette tendance sera certainement maintenue ou retransmise par la politique que nous mettons en place actuellement. J’espère avoir répondu à votre question.

Andrew Lee

Très utile, merci

Opérateur

Je vous remercie. Nous allons maintenant passer à la question suivante de Jakob Bluestone du Crédit Suisse. Je vous en prie, allez-y.

Jakob Bluestone

Je me limiterai à une seule question, s’il vous plaît. Vous avez abordé un peu plus tôt la question des créances douteuses dans le secteur des télécommunications. Mais je me demandais si vous pouviez nous en dire un peu plus sur le risque de crédit au sein de l’Orange Bank. Vous n’avez manifestement pas pris de provisions pour les créances douteuses, ce qui est évidemment contraire à ce que font de nombreuses banques en Europe. Pourriez-vous donc nous expliquer comment vous gérez le risque de crédit et pourquoi vous n’attendez pas d’autres créances douteuses dans cette partie de l’entreprise ? Je vous remercie.

Stéphane Richard

Merci. Alors peut-être Paul, la banque ?

Paul de Leusse

Oui, pour les créances douteuses, nous avons deux types de portefeuilles différents. Le premier est le portefeuille des PME, qui est un portefeuille d’environ 250 millions d’euros d’actifs. Ensuite, nous avons le portefeuille des particuliers, qui est composé de prêts hypothécaires et de prêts à la consommation, qui représentent 1,7 milliard d’euros. En ce qui concerne le portefeuille des PME, nous avons constitué une provision pour créances douteuses. Nous avons vu jusqu’à présent 25 % de ces clients demander à retarder le remboursement du prêt, ce qui est autorisé et encouragé par le gouvernement français. Nous avons donc évidemment accepté cela. Et nous avons pris une petite provision. Mais comme ces clients sont pour la plupart d’anciens clients de Groupama, nous sommes assez confiants quant au risque. Mais nous avons pris une certaine provision.

En ce qui concerne le portefeuille de détail pur, c’est-à-dire les prêts hypothécaires et les prêts à la consommation, nous ne voyons jusqu’à présent aucun risque majeur. Seule une très faible proportion de ces clients ont demandé à reporter le remboursement de leur dette, moins de 2 %. Nous ne voyons donc pas de risque majeur sur cette partie. C’est sur la provision. En ce qui concerne l’acceptation du risque, oui, évidemment, jusqu’à présent, une grande partie de notre prêt a été acceptée automatiquement et nous avons changé cela. Et maintenant, la plupart de nos prêts à la consommation nécessitent une analyse humaine avant d’être acceptés parce que nous voulons resserrer notre politique de risque comme l’ont fait de nombreuses banques jusqu’à présent. C’est tout, je pense.

Jakob Bluestone

Super, merci beaucoup.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Giovanni Montalti de l’UBS. Allez-y, je vous en prie.

Giovanni Montalti

Je vous remercie. Bonjour. Vous mentionniez sur Orange Concessions que vous envisagiez de mettre le projet en attente pour le moment. Je voulais savoir si cela s’appliquait également aux autres projets sur lesquels vous travaillez, notamment sur les tours ou la fibre en Espagne et en Pologne. Je vous remercie.

Stéphane Richard

En bref, la réponse est non. Alors oui, nous avons reporté la concession d’Orange parce que le calendrier de la procédure de diligence raisonnable, etc. n’était pas vraiment facile pendant cette période. Nous reviendrons donc sur cette question à un stade ultérieur. Mais il est évident que les travaux n’ont pas été interrompus et que le projet sera mené à bien à un stade ultérieur. Et puis, en ce qui concerne tout ce que nous avons dit en décembre et en février sur la préparation des sociétés de construction de tours de forage pour la France et l’Espagne, qui doivent commencer en 2021, c’est toujours l’intention.

Nous devrons maintenant vérifier évidemment si l’heure actuelle a un impact sur le timing précis. Dans l’ensemble, je dirais qu’il n’y a pas de changement significatif à ce niveau, mais cela devra être confirmé. Et pour ce qui est de savoir comment nous pouvons fondamentalement accélérer et continuer à maximiser la création de valeur avec la fibre en Pologne et en Espagne, nous travaillons toujours. Le travail n’a jamais cessé sur nos projets, tant en Pologne qu’en Espagne. Rien n’a donc changé là-bas.

Giovanni Montalti

Merci beaucoup.

Opérateur

Je vous remercie. Nous allons maintenant entendre la question de Mathieu Robilliard de Barclays. Allez-y, je vous prie.

Mathieu Robilliard

Bonjour et merci. J’avais une question sur le segment B2B. Vous avez fait des commentaires intéressants sur l’impact de COVID-19 sur le segment des entreprises au début de la présentation, ce qui a entraîné quelques points positifs et quelques points négatifs. Pouvez-vous nous en dire plus sur les aspects positifs ? Plus précisément, je réfléchis au pourcentage de vos revenus ou de votre activité qui peut être positivement influencé par les tendances actuelles et peut-être les tendances plus structurelles de plus de vidéoconférences, de travail à domicile, etc.

Et puis une deuxième question sur l’Espagne. Vous avez donc parlé d’une polarisation du marché entre le bas et le haut de gamme. Vous avez également mentionné un glissement vers le bas de gamme. Si nous considérons le marché dans son ensemble, et considérant que l’économie va ralentir comme dans d’autres pays cette année en raison de la COVID, pensez-vous que le marché puisse croître ? Ou pensez-vous que le ralentissement économique va pousser de plus en plus de gens vers des offres groupées bas de gamme et donc avoir un impact négatif sur la taille totale du marché. Je vous remercie.

Stéphane Richard

Alors peut-être, Helmut, sur les résultats positifs de la crise sur les activités d’OBS.

Helmut Reisinger

Merci, Stéphane, et merci, Mathieu, pour cette question. Maintenant, en termes d’habilitation dans notre première phase de réponse à cette crise avec Orange Business Services, bien sûr, axée sur la résolution et la résilience pour nos clients. La résolution signifie donc des demandes à court terme qui étaient là parce que, comme nous, nous sommes 27 000 employés dans le monde. Et lorsque nous avons été mis en quarantaine en France, la Chine est déjà revenue, notre personnel dans nos bureaux. Vous voyez donc que nous avons un sacré mélange, même en interne.

Et plus de 90 % de notre personnel travaille en fait à domicile. Bref, pour faire preuve de résilience, nous avons dû, par exemple, multiplier par 7 environ, en particulier sur le segment des multinationales, toutes les capacités de télétravail. C’est une tendance positive. Une autre tendance positive est de fournir la sécurité, la solution de cyberdéfense autour de cela parce que vous avez besoin de tout cela une solution cyber-sécurisée de bout en bout si vous faites ces accès à distance sécurisés.

Les plateformes de collaboration sur vidéo ont donc également connu une belle progression. Et donc, Ramon l’a également mentionné, la partie sur les technologies de l’information et l’intégration a un certain impact positif. Si vous pensez au cloud, qui a connu une croissance à deux chiffres dans le domaine des services. Et bien sûr, à court terme, il y a eu aussi quelques mises à niveau de capacité dont les clients ont eu besoin pour faire face à la situation. Ce sont là les points positifs. Mais pour répondre précisément à votre question, quelle est la répartition des revenus dans ce domaine ? Je dirais que les revenus de ce secteur représentent environ 25 % de nos revenus. Il y a pourtant une tendance claire que nous avons constatée au premier trimestre.

Et Stéphane l’a également mentionné, et je pense que nous allons voir cette situation continuer à flotter en même temps que cette situation COVID, c’est-à-dire que l’impact de l’itinérance, puisque nous servons également des clients mondiaux, pourrait déjà se traduire par un ralentissement en janvier. Mais l’itinérance a presque cessé, y compris sur les téléphones portables. C’est pourquoi vous pouvez constater une tendance à la baisse des revenus de la téléphonie mobile dans notre présentation à la page 15. J’espère, Mathieu, que cela répond à la question.

Stéphane Richard

Oui, il y avait une deuxième question. Je pense qu’il y avait une deuxième partie de la question.

Laurent Paillassot

Oui, je crois que c’était sur l’Espagne. Oui, nous avons vu les chiffres du premier trimestre, la croissance du PIB en Espagne a diminué, elle est de moins 5%. La Banque d’Espagne a également communiqué récemment qu’elle s’attend à ce que le PIB diminue de 7 à 14 %. Et donc, évidemment, nous – tout dépend de la profondeur et de la durée de la crise économique. Il est vrai que la tendance à la baisse des coûts est le mot d’ordre pour les mois à venir, n’est-ce pas ? Donc, une fois de plus, pour nous, il est encore plus important et urgent de prendre notre juste part sur ce segment. Et encore une fois, nous avons des atouts dans ce domaine, n’est-ce pas ?

Nous avons des réseaux en fibre optique, que nous possédons, ce qui nous permet de ne pas dépendre du prix des gros flux. Nous pouvons donc fixer des prix agressifs dans ces segments tout en maintenant notre marge. Le problème est donc le même pour nous. Nous voulons défendre la valeur sur le haut de gamme du portefeuille, et nous le faisons avec le contenu. Nous le faisons aussi avec une stratégie multi-services. Nous avons la banque maintenant. Nous avons annoncé un accord avec la Zurich, des produits d’assurance que nous lancerons en septembre. Nous ajoutons donc des services dans la partie haute du portefeuille.

Et dans le bas de l’échelle, nous devons être là et nous devons être très forts. Et c’est ce que nous allons faire dans les mois à venir avec toutes les marques que nous avons. Donc, encore une fois, oui, à votre question, je suppose, oui, l’impact sur l’économie va accélérer la tendance vers le bas coût. C’est une possibilité. Mais la réponse que nous avons, la même que nous devons être présents dans ce segment, ce que nous n’avons pas. Nous maintenons donc la valeur. Et ce que nous avons fait avec les offres illimitées s’est avéré juste. Nous améliorons l’ARPU moyen global sur le portefeuille. Mais nous devons avoir plus de volumes dans le bas de gamme, ce que nous ferons sans cannibaliser le reste. Et c’est là que se situe le jeu pour l’Espagne.

Mathieu Robilliard

Merci beaucoup.

Opérateur

Je vous remercie. Nous passons à la question suivante de Sam McHugh d’Exane. Je vous en prie, allez-y. Votre ligne est ouverte.

Sam McHugh

Juste deux petites questions. La première concerne les matchs de football en Espagne. Voyez-vous des possibilités de remboursement de vos frais de football en Espagne ? Et ensuite, une question un peu plus longue, désolé. En ce qui concerne les tours et votre MSA, je ne suis pas sûr que vous soyez très avancé dans la définition d’une fusion-acquisition pour – MSA pour Orange towerco avec les opérateurs de tours indépendants en Europe qui demandent généralement un loyer beaucoup plus bas pour les locataires secondaires. Donc, pour Orange Towers, comment pensez-vous faire payer les locataires secondaires, d’un point de vue philosophique ? Orange serait-elle heureuse de donner à vos concurrents l’accès aux tours à un tarif inférieur à celui qu’Orange paie elle-même ? Ou pensez-vous que vous adopteriez un modèle commercial différent de celui de Cellnex ? Merci beaucoup.

Stéphane Richard

Laurent sur l’Espagne et Ramon sur la deuxième question.

Laurent Paillassot

Je crois comprendre que sur l’Espagne, LaLiga est prête à terminer la saison. Donc, si c’est le cas, il n’y a pas vraiment de question de réclamer quoi que ce soit si elle est terminée. Si elle n’est pas terminée, nous aurons le droit de réclamer pour ces matches qui n’auront pas lieu, n’est-ce pas ? Mais il faut garder à l’esprit que même si nous n’avons pas de contenu en direct comme aujourd’hui, nous avons du contenu pour le football. Nous avons donc des clients qui regardent toujours le football, même s’il ne s’agit pas des matchs en ligne ou réels de LaLiga, n’est-ce pas ?

Donc, à votre question, si nous avons une saison qui est interrompue et ne se termine pas, nous allons réclamer. Si elle est censée être maintenue, ce qui, d’après ce que je comprends, est que tout le monde travaille pour s’assurer que cette saison sera terminée, alors il n’est pas nécessaire de réclamer ou de droit de réclamer quoi que ce soit.

Stéphane Richard

Je vous remercie. Et peut-être, Ramon, pour la deuxième question ?

Ramon Fernandez

Oui. Eh bien, je pense, honnêtement, qu’il est un peu prématuré d’entrer dans cette discussion maintenant parce que, pour l’instant, ce que nous allons faire l’année prochaine, c’est vraiment une fois de plus, pour la France et l’Espagne, travailler sur le découpage de toutes nos tours pour les placer dans une entité dédiée. Et donc, honnêtement, il est un peu prématuré de se pencher maintenant sur les autres questions, qui sont bien sûr extrêmement pertinentes, que vous mettez sur la table. Nous allons donc procéder étape par étape et réfléchir avec certains de nos autres collègues, Jean-François Fallacher, par exemple, car la Pologne est également en jeu. Nous avons donc dit que nous commencerions par la France et l’Espagne. Nous réfléchissons également, comme vous le savez, à un projet plus large, à un moment donné, en allant vers une société européenne des tours. Nous allons donc procéder étape par étape, puis nous passerons au modèle spécifique le moment venu. Mais c’est un peu trop tôt.

Sam McHugh

Juste pour donner suite très rapidement à cela, si je peux. Je ne sais pas si vous seriez prêt à dire quel est le type de politique actuelle pour les locataires secondaires. Est-elle similaire à la – ou peut-être ne voulez-vous pas donner de détails.

Ramon Fernandez

Encore une fois, il faudra être un peu patient. Ce que vous pouvez faire pour voir ce que nous avons fait dans d’autres pays, où nous avons déjà quelques JV, où nous partageons certaines de nos tours en Pologne, en Roumanie, bientôt, très bientôt en Belgique. Vous pouvez consulter l’historique de ce que nous avons fait lorsque nous nous sommes associés à Deutsche Telkom, à Vodafone, à Proximus, et cela vous donnera quelques informations sur la façon dont nous pouvons voir la réponse à cette question. Mais pour le reste, il vous faudra encore une fois faire preuve d’un peu de patience.

Opérateur

Je vous remercie. Nous allons maintenant répondre à la dernière question de Frederic Boulan de la Bank of America. Je vous en prie, allez-y.

Frédéric Boulan

Bonjour, merci d’avoir répondu à la question. La question porte sur COVID-19 et l’impact pour l’année. Je comprends donc qu’il est un peu tôt pour nous donner tous les détails. Mais si vous pouvez préciser, a, quelle est votre exposition à l’itinérance ? Et ensuite, détaillez certaines des mesures d’atténuation – d’atténuation que vous avez mises en place. Vous avez mentionné la diminution du taux de désabonnement et des coûts d’acquisition. Tout autre levier que vous pouvez utiliser, par exemple, sur le plan du marketing, où vous pourriez réduire certaines dépenses. Il s’agit donc pour nous de comprendre où vous pourriez vous retrouver du point de vue de l’EBITDA.

Et puis je n’ai qu’un rapide suivi sur la France. Vous avez donc mentionné une situation un peu particulière au premier trimestre, lors de votre passage à Sosh. Cependant, si vous regardez les chiffres, la base de Sosh était un peu plus faible. Mais dans l’ensemble, la base était beaucoup plus faible. Il semble donc qu’il y ait encore des pertes nettes pour la marque Orange. Y a-t-il donc quelque chose de spécifique, une dynamique à laquelle nous devrions être attentifs ? Et quelles sont vos attentes pour l’avenir ?

Stéphane Richard

Donc Ramon et puis Fabienne.

Ramon Fernandez

Sur l’impact attendu de COVID-19, vous avez vu ce que nous avons dit concernant les événements, nous ne nous attendons pas, avec les informations dont nous disposons aujourd’hui, à avoir un écart significatif par rapport à nos objectifs pour 2020. Mais que, évidemment, la situation évolue extrêmement rapidement. Il y a beaucoup d’incertitudes. C’est pourquoi nous envisagerons une mise à jour de ce que nous disons maintenant lorsque nous nous rencontrerons ou discuterons fin juillet, en vue du premier semestre. Voici donc le tableau très général. En ce qui concerne l’itinérance, et je parle ici sous le contrôle de Jérôme Barré, qui est également avec nous, il est clair que COVID a un impact mécanique sur le trafic d’itinérance, où vous n’avez personne qui joue en gros, donc pas d’itinérance. Ce n’est pas structurel. C’est dans la situation actuelle.

Et nous nous attendons à un impact significatif sur le résultat global. Car ici, vous aurez des entrées et des sorties compensatoires. Ce qui sera mécaniquement impacté, ce sont les revenus de détail en raison de l’absence de voyageurs. Et il est trop tôt pour en constater les premiers effets. Mais vous devez savoir que les recettes de détail de l’itinérance représentent chaque année moins de 1 % des recettes totales du groupe. Ce n’est donc pas vraiment énorme. Ce n’est pas très important.

Sur les mesures d’atténuation. Vous en avez énuméré un certain nombre. Les SG&A feront aussi, bien sûr, partie du jeu, en revenant sur les voyages. Ce sont des coûts qui vont – pourraient être pris en charge. Vous examinerez les frais de consultation. Vous examinerez toute la base des coûts indirects. Et vous savez que nous avons aussi cet objectif d’ici 2023, qui est toujours là, de réduire évidemment notre base de coûts indirects d’un milliard d’euros. Donc, tout le monde travaille dans l’entreprise à la fois sur des mesures à court terme mais aussi sur des mesures à moyen et long terme sur la façon dont nous allons travailler sur notre base de coûts. Et cela sera lié à la situation spécifique des risques. Mais nous ne cesserons pas, bien sûr, de travailler sur des mesures à long terme plus, disons, structurelles, en examinant l’impact de la numérisation, des dépenses intelligentes, etc.

Il y a donc, en fait, beaucoup de travail qui a été fait. Et ce sera du côté de l’OpEx. Et comme nous l’avons dit au tout début de l’appel, vous avez aussi le côté CapEx, où ici, il y aura une sorte d’impact mécanique de la période de verrouillage. Nous en avons parlé brièvement. Mais nous pouvons aussi avoir une approche volontaire afin de nous assurer qu’en fin de compte, en 2020, nous sommes là où nous voulons être et vous avez compris ce que nous voulions atteindre lorsque nous parlons d’éviter tout écart significatif par rapport à nos objectifs.

Stéphane Richard

Merci, Ramon. Et très rapidement, Fabienne.

Fabienne Dulac

Oui. Comme je l’ai expliqué juste avant, malgré le verrouillage, nous avons constaté que notre clientèle, et comme je l’ai dit, la clientèle haut de gamme est très résistante. Nous sommes donc vraiment convaincus qu’à l’avenir, grâce à la stratégie que nous avons mise en place et à tous les efforts que nous avons déployés, nous pourrons revenir et avoir le même genre de tendance que par le passé. Cette période peut également être une opportunité pour le secteur de la fibre. Parce que la fibre est la meilleure réponse pour avoir une bonne qualité et une bonne connectivité à la maison, que ce soit sur le mobile ou sur le fixe grâce à la voix sur Wi-Fi. Et il en sera de même pour la convergence et la stratégie multiservices.

Je ne suis donc pas inquiet à ce sujet. Et je pense que nous aurons rouvert nos magasins, et c’est ce que nous voulons faire dans le – à partir du 11 mai, toute la dynamique sera de retour sur le mobile, sur le haut débit, à la fois sur le low-cost et sur la dernière offre que nous avons lancée, les plans à vie à 15 € pour Orange est très efficace et très réussie, et à la fois sur le marché haut de gamme car nous aurons tous les canaux à compléter dans notre stratégie de déploiement.

Frédéric Boulan

D’accord, merci.

Stéphane Richard

Je pense donc qu’il est temps de partir. Merci beaucoup d’être avec nous. Merci également pour vos questions. Passez une bonne journée.

Opérateur

Je vous remercie. Mesdames et Messieurs, ceci conclut la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Je vous remercie de votre participation. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro