Les actions se sont ajoutées aux gains de la semaine précédente, ce qui a porté le mouvement de deux semaines à +16,6% dans le S&P 500. Au fur et à mesure que les données économiques se détériorent, les traders deviennent plus agressifs dans l’achat d’actions. Nous entendons beaucoup de commentaires sur la gravité du ralentissement économique de la COVID-19. Les économistes du FMI ont publié un rapport la semaine dernière qui prévoit une contraction de -6% du PIB mondial, la pire récession depuis la Grande Dépression, et pire que la crise financière. L’économiste en chef du FMI explique ces perspectives désastreuses dans cette vidéo. Aux États-Unis, les données macroéconomiques sont bien pires que prévu. La semaine dernière, les ventes au détail ont chuté de 8,7 % ; l’indice Empire Manufacturing de New York et l’indice manufacturier de la Fed de Philadelphie ont enregistré des chutes record ; les demandes d’allocations de chômage ont augmenté de 5,25 millions la semaine dernière, portant le total des demandes d’allocations de chômage à plus de 20 millions au cours des dernières semaines ; et l’indice économique avancé, un indicateur fiable de l’activité économique, a chuté de 6,7 % au cours du seul mois de mars.

En l’absence de données ou de perspectives économiques positives, le rebond des marchés boursiers a été fondé sur les espoirs de contenir le coronavirus et sur les mesures de relance de la Fed et du Trésor. Nous pouvons ajouter des facteurs techniques, car les marchés ont été extrêmement sur-vendus en mars. En d’autres termes, le rebond des actions est purement spéculatif. Dans notre commentaire du 3 avril, Alphabet Soup, nous avons expliqué les différentes formes que pourrait prendre la reprise économique. Aujourd’hui, nous examinons la question de savoir si la forme de la reprise économique reflétera la reprise du marché boursier.

Historiquement, le marché boursier a eu tendance à atteindre un pic avant le début d’une récession, et un creux avant la fin d’une récession. La synchronisation d’un cycle boursier sur la base du cycle économique a été plutôt peu fiable, même si les marchés haussiers à long terme ont tendance à être en corrélation avec les expansions économiques. Ce qui nous préoccupe aujourd’hui, c’est que les moteurs du marché boursier ont changé et que l’activité économique sera encore moins fiable à l’avenir. Il ne faut pas s’étonner que le principal moteur du marché boursier ait été la politique de la banque centrale (volonté de fournir des liquidités illimitées aux marchés financiers en raison de la crise financière) et qu’un moteur secondaire ait été les rachats d’actions par les entreprises.

Déjà, le marché baissier actuel des actions s’est distingué des épisodes précédents en ce sens que le délai d’exécution par rapport au pic de l’activité économique était essentiellement nul.

Avec ces mises en garde, nous présentons ci-dessous les délais traditionnels du S&P 500 par rapport aux pics/tours de l’activité économique américaine.

Le premier tableau montre les délais d’exécution du S&P 500 avant le pic d’expansion économique. Le PIB est mesuré chaque trimestre par le Bureau américain d’analyse économique. Nous avons examiné les sommets et les creux mensuels du S&P 500. Comme nous ne pouvons pas déterminer le mois historique où le PIB a atteint son sommet ou son creux, nous prenons le dernier mois de chaque trimestre du PIB pour calculer les délais.

Pic d’expansion

Le pic du S&P 500

Délai (mois)

Q4 1948

Juin 1948

+6

Q2 1953

Janvier 1953

+6

Q3 1957

Juillet 1956

+15

Q1 1960

Juillet 1959

+8

Q3 1969

Novembre 1968

+10

Q4 1973

Décembre 1972

+12

Q1 1980

Janvier 1980

+2

Q3 1981

Novembre 1980

+10

Q3 1990

Mai 1990

+4

Q2 2001

Août 2000

+10

Q4 2007

Octobre 2007

+3

Q1 2020

Février 2020

+0

Moyenne

+7,16 mois

Source : FRED

Dans le tableau suivant, nous examinons les périodes d’avance (+) ou de retard (-) du S&P 500 par rapport au point bas de la récession.

Le creux de la récession

Le creux du S&P 500

Délai d’exécution (mois)

Q2 1949

Juin 1949

+0

Q1 1954

Août 1953

+7

Q1 1958

Décembre 1957

+3

Q4 1960

Octobre 1960

+2

Q4 1970

Juin 1970

+6

Q1 1975

Septembre 1974

+6

Q3 1980

Mars 1980

+0

Q1 1982

Juillet 1982

-4

Q1 1990

Octobre 1990

-7

Q3 2001

Février 2003

-23

Q2 2009

Mars 2009

+3

Moyenne

-0,6 mois

Source : FRED

Nous avons utilisé les données mensuelles de la production industrielle par rapport aux sommets et aux creux mensuels du S&P 500 et avons obtenu des délais similaires (non indiqués).

Nos résultats montrent que le marché boursier n’est clairement pas l’économie. Les sommets et les creux du PIB n’ont pas été alignés historiquement sur les sommets et les creux du S&P 500, en plus de montrer de grandes divergences. En 1982, 1990 et 2003, le marché boursier a connu un creux après l’activité économique a atteint son point le plus bas. Même en sachant si la reprise économique prendra une forme de V, U, L ou W, il se peut que ce ne soit pas suffisant pour atteindre le creux du S&P 500 cette fois-ci. Comme mentionné, la relation actuelle entre le marché boursier et l’activité économique a la dynamique supplémentaire d’une stimulation monétaire/fiscale sans précédent de la part des banques centrales et des gouvernements. Notre message aujourd’hui est que tenter de lire les feuilles de thé en suivant l’économie s’avérera être un piège encore plus grand que par le passé. Cela dit, il nous semble aujourd’hui que la seule façon pour que le creux du 23 mars sur le S&P 500 soit le creux absolu est que le coronavirus disparaisse rapidement et que l’économie rebondisse en forme de V. À l’AMM, nous avons recentré nos portefeuilles pour qu’ils reposent presque exclusivement sur l’analyse technique. Avec le manque de visibilité que procure ce cocktail explosif de fermeture économique, de relance monétaire/fiscale, d’endettement massif dans le monde entier et la crainte que suscite le coronavirus chez les consommateurs, personne ne devrait avoir une opinion dogmatique sur la trajectoire du S&P 500 en se basant sur des prévisions économiques.

WMA ESG Investments & Monitors est un service professionnel de conseil en investissement sur le marché des SA. Notre service premium offre un accès en temps réel à nos stratégies d’allocation d’actions à gestion active et axées sur les facteurs ESG, y compris la stratégie WMA ESG High Yield (plus de 6 % de dividendes, sans LP).

Nous fournissons des mises à jour quotidiennes mettant en évidence les idées commerciales générées par nos modèles commerciaux et les opinions des stratèges sur les événements actuels du marché. Toutes les recommandations sont accompagnées d’une justification du commerce. Les lecteurs peuvent également accéder à nos nombreux outils de trading, y compris notre macro-modèle de trading DGR, notre liste de surveillance des sociétés et notre modèle de trading ESG, notre moniteur quotidien des révisions des BPA, et bien plus encore !

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro