Ally Financial Inc. (NYSE:ALLY) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 20 avril 2020 9:00 AM ET

Entreprises participantes

Jeff Brown – Directeur général

Jen LaClair – Directeur financier

Daniel Eller – Responsable des relations avec les investisseurs

Participants à la conférence téléphonique

Moshe Orenbuch – Crédit Suisse

Betsy Graseck – Morgan Stanley

Bill Carcache – Nomura

Rick Shane – JP Morgan

Sanjay Sakhrani – KBW

Kevin Barker – Piper Sandler

Rob Wildhack – Recherche autonome

Opérateur

Mesdames et Messieurs, merci d’être à l’écoute. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 d’Ally Financial. Pour l’instant, tous les participants sont en mode écoute seulement. Après la présentation de l’orateur, il y aura une séance de questions et réponses. Pour poser une question au cours de cette session, vous devrez appuyer sur la touche étoile, une sur votre téléphone. Veuillez noter que la conférence d’aujourd’hui est en cours d’enregistrement. Si vous avez besoin d’aide, veuillez appuyer sur star puis sur zéro.

Je voudrais maintenant passer la parole à votre orateur d’aujourd’hui, M. Daniel Eller, responsable des relations avec les investisseurs. Merci, je vous en prie, allez-y.

Daniel Eller

Merci à l’opérateur. Nous apprécions que tout le monde se joigne à nous pour examiner les résultats du premier trimestre 2020 d’Ally Financial ce matin. Vous trouverez la présentation à laquelle nous ferons référence tout au long de l’appel sur la section “Investor Relations” de notre site web, ally.com.

J’attire votre attention sur la deuxième diapositive de la présentation, où figurent nos déclarations prospectives et nos facteurs de risque. Le contenu de l’appel d’aujourd’hui sera régi par cette diapositive.

Sur la diapositive 3, nous avons inclus nos mesures conformes et non conformes aux PCGR ou nos mesures de base. Ces mesures, ainsi que d’autres mesures de base, sont utilisées par la direction, et nous pensons qu’elles sont utiles aux investisseurs pour évaluer les performances opérationnelles et les résultats du capital de l’entreprise. N’oubliez pas qu’elles complètent et ne remplacent pas les mesures conformes aux PCGR des États-Unis. Les diapositives supplémentaires à la fin comprennent des définitions et des rapprochements complets.

Ce matin, notre PDG, Jeff Brown, et notre directrice financière, Jen LaClair, sont invités à examiner nos résultats et à répondre à vos questions après avoir préparé leurs remarques.

Sur ce, je vais passer l’appel à JB.

Jeff Brown

Merci Daniel. Bonjour à tous. Nous apprécions que vous vous joigniez à l’appel en cette période critique pour notre nation.

Ces dernières semaines, la covid-19 a posé des défis importants à de nombreuses personnes dans le monde. J’aimerais profiter de cette occasion pour remercier les innombrables personnes qui se battent en première ligne, notamment les premiers intervenants, les travailleurs de la santé, les épiciers, les fournisseurs de services de livraison et de la chaîne d’approvisionnement, et bien d’autres encore. Vous représentez le meilleur de ce que nous sommes. Je vous remercie.

Nous espérons également que vous tous, vos familles et vos coéquipiers, resterez en sécurité et en bonne santé.

En réaction au virus, plus de 90 % de l’économie américaine a été touchée. Dans 41 États, des personnes sont actuellement sous le coup d’ordonnances de maintien à domicile, ce qui entraîne un quasi arrêt de l’activité économique dans de nombreux secteurs. Au plus fort de la crise, 23 États ont soit fermé, soit restreint les ventes des concessionnaires. En fait, tous les États ont considéré les opérations ou les services fixes comme des activités essentielles, mais les ventes ont manifestement subi un impact significatif. Ces 23 États ont représenté environ 50 % de notre volume de production l’année dernière.

Ce matin, nous examinerons la réponse d’Ally aux évolutions en cours et vous présenterons nos points de vue sur les points suivants : premièrement, ce que nous constatons dans l’ensemble de nos activités ; deuxièmement, comment nous sommes positionnés pour naviguer avec succès dans un environnement en évolution rapide ; et troisièmement, nous affirmerons que nos progrès restent inchangés en ce qui concerne les résultats pour nos clients et la création de valeur à long terme.

Au cours des dernières années, les solides fondations que nous avons établies ont permis à notre entreprise de prospérer pendant l’expansion économique et nous positionnent maintenant comme une source de force pour tous nos principaux constituants pendant cette période difficile et lorsque nous commencerons à nous redresser. En restant disciplinés dans notre orientation client et fidèles à nos valeurs, nous pourrons sortir de cette période plus forts qu’auparavant, en reprenant la trajectoire des améliorations tant financières qu’opérationnelles que nous avons réalisées ces dernières années.

Sur la diapositive n° 4, nous avons présenté les mesures décisives et opportunes prises au nom de nos employés, de nos clients et des communautés. Je suis exceptionnellement fier et humble de me tenir aux côtés de 8 700 coéquipiers, et de constater de visu comment nos valeurs ont été démontrées par les actions et les efforts déployés chaque jour dans toute notre entreprise.

Notre priorité numéro un reste le bien-être de notre population, et nous avons mené plusieurs actions rapides à cet égard. Des équipes interfonctionnelles ont agi rapidement à la mi-mars, permettant à 99 % de nos employés de travailler à domicile en quelques jours. Fin mars, nous avons rapidement étendu nos prestations en mettant l’accent sur les soins de santé et les soins familiaux et avons versé une aide financière de 1 200 dollars aux employés qui gagnent moins de 100 000 dollars.

Pour nos clients, nous sommes fiers d’avoir été les premiers du secteur à déployer une aide globale, apportant une flexibilité financière accrue et une sécurité supplémentaire en cette période d’incertitude pour beaucoup. Jen reviendra sur les détails dans quelques instants, mais les taux de participation globaux, les scores de sentiment et les niveaux de NPS nous confortent dans l’idée que nos clients reconnaissent nos efforts pour bien faire les choses.

Notre engagement à leur égard dans cet environnement renforcera en fin de compte les relations et atténuera les pertes à terme. Nous n’avons pas été mandatés pour prendre ces mesures, mais il n’existe pas de guide pour naviguer dans un environnement comme celui auquel nous sommes confrontés. C’est une époque où vos valeurs vous servent de principes directeurs.

Pour nos concessionnaires, nous avons été fiers d’offrir un allègement des paiements et de lancer une offre de SBA dans le cadre du programme Plan de protection des salaires. En quelques jours, nous avons mis en place une capacité qui nous a permis de soumettre près de 1 000 demandes au nom de nos clients concessionnaires. À Ally Bank, notre plate-forme numérique directe qui a généré 10 années consécutives d’expansion de la clientèle et de croissance des dépôts, a enregistré des téléchargements records d’applications mobiles au cours du mois de mars.

Pour beaucoup d’entre eux, fidèles à notre marque, nous avons renoncé à divers frais sur l’ensemble de nos offres de dépôt et de placement jusqu’en juillet de cette année. Il s’agit notamment des frais de découvert sur les dépôts et des options de report de paiement dans notre produit hypothécaire, dont nous n’avons jamais eu à supporter des frais de clientèle trop élevés. Nous sommes stimulés par les réponses extrêmement positives que nous avons reçues des clients via les plateformes sociales, les centres d’appels et les communications directes avec moi-même et des centaines de nos collègues.

Pour nos communautés, nous reconnaissons que c’est un moment de la société où le secteur privé doit jouer un rôle, et que des entreprises comme Ally doivent s’engager et faire plus. Nous avons saisi l’occasion d’augmenter nos dons, en promettant une aide financière de 3 millions de dollars à 30 organisations caritatives méritantes qui se consacrent au logement, à la santé, à l’éducation, à l’alimentation et au développement économique. Dans chacun de ces domaines, nos actions continuent d’être guidées par notre philosophie centrée sur le client et notre approche “do-it-right”.

Je vais brièvement passer en revue les résultats du trimestre sur la diapositive n° 5.

Comme ces dernières années, l’année 2020 a commencé par des trajectoires financières et opérationnelles solides, tout en créant une dynamique d’amélioration continue sur des paramètres clés. Bien que nous ne sachions pas combien de temps durera l’arrêt des activités ni quels en seront les impacts spécifiques sur les activités économiques à grande échelle, nous sommes convaincus qu’Ally est bien placé pour naviguer dans le cycle, en soutenant nos clients, en renforçant leur fidélité et en créant des opportunités de croissance progressive à long terme.

Les résultats financiers du premier trimestre reflètent une augmentation de la provision pour pertes sur créances, y compris une augmentation des réserves de plus de 2,5 fois le niveau du trimestre précédent, ce qui reflète le premier jour de la conférence CECL et anticipe les impacts de la covid-19. Le BPA ajusté a été négatif de 0,44 $ et le CPR de base a été négatif de 5,4 %. Le total des revenus a dépassé 1,6 milliard de dollars pour le troisième trimestre consécutif, soit une augmentation de 5 % par rapport à l’année précédente.

Dans le secteur de l’automobile, nous avons émis 9,1 milliards de dollars de prêts et de baux au cours du trimestre tout en statuant sur 3 millions de demandes. En janvier et février, le volume des demandes a augmenté de 5 % par rapport à 2019, mais a diminué de 6 % pour le trimestre, reflétant un ralentissement significatif de l’activité en mars. Le rendement des nouveaux prêts automobiles s’est élevé à 7,25 % au cours du trimestre. Les sous-officiers ont augmenté d’une année sur l’autre pour atteindre 1,45 % avec un impact minime de la covid-19 au cours du trimestre. Nous évaluons en permanence la dynamique du marché et les comportements des concurrents tout en maintenant des normes de souscription disciplinées, tout en restant concentrés sur les opportunités potentielles de soutenir davantage nos clients.

Dans le domaine de l’assurance, nous avons souscrit 317 millions de dollars de primes, ce qui représente notre meilleur résultat du premier trimestre et démontre les progrès significatifs que nous avons réalisés en élargissant notre portée.

En ce qui concerne les dépôts, nous avons terminé le trimestre avec plus de 122 milliards de dollars de soldes, soit une augmentation de 9 milliards de dollars d’une année sur l’autre grâce à une forte croissance nette chaque mois au cours du trimestre. Nous avons ajouté 71 000 nouveaux clients de dépôts au cours du trimestre, ce qui nous a permis de dépasser le cap des 2 millions de déposants. La croissance régulière des soldes et les tendances constantes de la clientèle démontrent la résilience de notre plateforme, la stabilité de notre profil de financement et la valeur intrinsèque de notre marque, autant d’éléments d’une importance capitale à l’aube d’une économie difficile.

Cela devrait également illustrer clairement la robuste machine de financement qui existe au sein de notre entreprise. Beaucoup d’autres entreprises de notre secteur n’ont pas la solide position de liquidité qui existe chez Ally. C’est une amélioration spectaculaire de notre entreprise par rapport à la crise de 2008 et 2009.

Au sein de nos lignes de produits de consommation et commerciaux, Ally Home et Ally Invest ont observé [indiscernible]. Les 700 millions de dollars d’émissions directes aux consommateurs d’Ally Home reflètent une prise de conscience constante de notre offre, l’environnement ayant favorisé une forte demande de refinancement pour le deuxième trimestre. Les comptes d’investissement ont connu la plus forte et la plus rapide croissance en plus de quatre ans sous la marque Ally, et le fait de disposer de cette capacité a servi d’outil de fidélisation des clients et de maintien de l’équilibre pour Ally. Nous avons récupéré près de 700 millions de dollars de transferts de soldes de notre plateforme de dépôt qui auraient pu autrement se retrouver en dehors d’Ally.

Le volume des prêts des alliés s’est élevé à 70 millions de dollars au cours du trimestre, soit une augmentation de 5 % d’un trimestre à l’autre, et les soldes de financement des entreprises ont augmenté principalement en raison de l’accroissement des activités de tirage de lignes. Début avril, nous avons constaté un ralentissement significatif des tirages de lignes supplémentaires.

Du point de vue du capital, nous avons suspendu de manière proactive les rachats d’actions jusqu’à la fin du deuxième trimestre, compte tenu des événements qui se déroulent dans le contexte macroéconomique, et nous avons présenté notre plan de capital dans le cadre du cycle CCAR 2020 au début du mois d’avril.

En ce qui concerne l’acquisition de CardWorks, nous avons commencé notre travail d’intégration et déposé une demande d’autorisation réglementaire dans les délais prévus. Nous continuons à dialoguer avec Don et l’équipe sur les tendances opérationnelles et commerciales. Bien que nous n’ayons évidemment pas anticipé les changements économiques rapides lorsque nous avons annoncé l’opération il y a deux mois, les avantages à long terme de l’acquisition restent inchangés. Je sais que certaines dispositions de l’accord vous préoccupent, et il est difficile d’en dire beaucoup pour l’instant. Ce que nous pouvons continuer à promettre, c’est que nous prendrons les bonnes décisions pour nos clients et nos actionnaires sur le long terme.

L’expérience à long terme de CardWorks sera un facteur de différenciation important dans cet environnement. Comme nous l’avons dit lors de l’annonce de l’accord, CardWorks a traversé avec succès de nombreux cycles au cours de ses 32 ans d’existence, et a prospéré après le dernier cycle. Nous reconnaissons que cet environnement est un animal différent, mais nous connaissons la qualité de cette entreprise et de ces opérateurs.

La diapositive n° 6 présente les principaux paramètres que nous avons mis en évidence depuis plusieurs années et qui, selon nous, fournissent un contexte important à court et à long terme pour les performances et la valeur inhérente d’Ally. Bien que le résultat du BPA en haut à gauche ne nous satisfasse pas, il reflète les mesures que nous prenons pour constituer des réserves et nous positionner pour les pertes prévues liées à la covid-19. Cette mesure à court terme doit être examinée en conjonction avec les tendances de la valeur comptable tangible indiquées en bas à droite afin d’avoir une perspective plus large de la valeur inhérente de la franchise et des tendances à long terme. La valeur comptable a augmenté d’année en année pour atteindre 32,80 dollars, alors même que les niveaux de capital sont restés stables, que les réserves ont été multipliées par 2,5 depuis la fin de l’année grâce à la mise en place du CECL, et que la perte nette qui en résulte a été absorbée au premier trimestre. Nous avons inclus les impacts pro forma du premier jour de CECL comme contexte supplémentaire.

Les recettes en haut à droite sont restées fortes ce trimestre, et de nombreux aspects de notre positionnement dans le bilan restent intacts. Les dépôts en bas à gauche ont augmenté à plus de 122 milliards de dollars et représentent maintenant 75 % de notre base de financement. Comme je l’ai mentionné il y a quelques instants, nous sommes bien positionnés pour exécuter dans un environnement incertain et nous pensons que nos clients nous récompenseront à long terme. Notre équipe de direction est plus que jamais concentrée sur les risques qui se présentent à nous, tout en recherchant activement de nouvelles possibilités d’innover pour nos clients et de poursuivre sur notre lancée.

Sur ce, je laisse à Jen le soin de vous présenter les résultats financiers détaillés.

Jen LaClair

Merci JB, et bonjour à tous. J’aimerais commencer par me faire l’écho de la profonde gratitude de ceux qui travaillent en première ligne pour nous servir et nous protéger en cette période critique. J’aimerais également rendre hommage à nos employés, qui ont fait preuve d’un grand dévouement et d’une grande détermination au cours des six dernières semaines, en se montrant à la hauteur de la situation, tant sur le plan personnel que professionnel, au nom de notre entreprise, de nos clients et des communautés. Je suis fier de notre personnel et fier de faire partie de l’équipe.

Sur ce, nous allons nous plonger dans la diapositive 7.

Comme vous le savez, il y a de nombreuses inconnues dans notre environnement actuel, notamment la durée de la fermeture, les niveaux de chômage, la détérioration du PIB et la confiance des consommateurs et des entreprises. Ally, comme beaucoup d’autres, doit relever le défi de prévoir avec précision les impacts sur de nombreux aspects clés de notre activité.

Malgré cela, et dans un souci de transparence, nous avons présenté un certain nombre d’informations sur ce que nous vivons actuellement et sur ce que nous attendons pour l’année à venir. Ces aperçus sont basés sur ce que nous savons aujourd’hui et nous reconnaissons et prévoyons que de nombreuses variables continueront à évoluer.

Comme JB y a fait allusion, les résultats de janvier et février ont été solides et ont continué à démontrer une dynamique croissante. À partir de la mi-mars, l’arrêt économique s’est immédiatement fait sentir dans tous nos secteurs d’activité, entraînant des baisses dans plusieurs domaines mais aussi des hausses dans nos canaux numériques, notamment Ally Home et Ally Invest.

Dans le secteur de l’automobile, la réduction de l’activité des concessionnaires a entraîné une baisse de plus de 50 % du volume des applications et des ventes à l’origine à la fin du mois de mars, ce qui devrait se poursuivre conformément aux commandes de l’abri en place. Avec le temps, à mesure que l’économie s’améliore, nous serons en mesure d’agir rapidement sur les opportunités, notamment une augmentation potentielle de la demande d’utilisation, en intervenant prudemment là où d’autres auraient pu se retirer, en fournissant des solutions adaptables comme nous l’avons fait avec le programme élargi de flux Carvana, et le lancement du produit SBA pour nos concessionnaires où nous avions financé pratiquement 100 % de nos demandes avant la fermeture du programme jeudi dernier.

En ce qui concerne les dépôts, la croissance et la fidélisation de la clientèle restent fortes et nous prévoyons qu’elles se poursuivront tout au long de l’année 2020. Nous avons enregistré la deuxième plus forte croissance de la clientèle pour un premier trimestre et les taux de rétention se sont maintenus à 96 %. En plus de la préférence croissante pour le numérique, Ally continue de gagner du terrain avec une reconnaissance de la marque qui atteint des sommets historiques. Nous avons également connu une croissance malgré l’augmentation des transferts vers les courtiers, reflétant la volatilité des marchés boursiers, mais nous avons capté près de 30 % des sorties chez Invest. Nous resterons équilibrés dans nos décisions concernant la tarification des dépôts tout au long de 2020, car nous sommes attentifs aux taux du marché, aux actions des concurrents et aux possibilités de financement alternatives.

Ally Home a connu un volume élevé en mars et début avril en raison de la demande de refinancement. Nous prévoyons que les dispositions relatives aux abris en place réduiront la demande de volumes d’achat, qui ont déjà commencé à diminuer dans diverses régions du pays.

La gestion du risque de crédit reste une priorité absolue pour nous, et nous savons que vous vous intéressez également à ce sujet. Même si nous ne constatons pas encore de détérioration de nos performances en matière de crédit, nous avons déjà ajusté nos stratégies de service en temps réel, notamment en augmentant nos effectifs, en élargissant notre clientèle et en renforçant notre engagement numérique. Nos niveaux de réserve sont plus de 2,5 fois supérieurs à ceux de la fin de l’année, ce qui reflète la mise en œuvre du CECL en cas de perte et la détérioration des prévisions macroéconomiques, notamment un chômage élevé approchant les 10 % et une baisse significative du PIB. Nous avons régulièrement mis en place divers scénarios économiques afin d’éclairer les décisions et de nous assurer que nous avons une vue d’ensemble des différents résultats.

Nous avons mis en place le CECL comme prévu ce trimestre, qui, comme nous l’avons indiqué au quatrième trimestre, reflète une période de prévision de 12 mois raisonnable et justifiable et inclut les données macroéconomiques de 2008-09 dans nos moyennes historiques. Je vous parlerai plus en détail de nos réserves dans un instant.

Nous nous attendons à ce que les sous-officiers du commerce de détail se situent entre 1,8 % et 2,1 % cette année, ce qui reflète nos hypothèses macroéconomiques actuelles, le résultat final dépendant de l’évolution de l’environnement. À titre de référence, notre modélisation CCAR implique que les sous-officiers du commerce de détail augmentent de 2,5 % à 3 %, ce qui reflète une détérioration macroéconomique persistante et généralisée. Les contrôles de relance sont susceptibles d’avoir un impact positif sur la performance du crédit, car les sondages ont montré que la première utilisation prévue des fonds supplémentaires est le remboursement de la dette ou des factures. Dans nos réserves, nous n’avons pour l’instant intégré aucun avantage lié à la relance.

Pour en venir à la partie inférieure, nous entretenons un dialogue constructif avec nos régulateurs, en les tenant au courant des tendances que nous observons. Les mesures budgétaires et monétaires prises par le Congrès et la Fed fournissent des liquidités essentielles aux Américains et des liquidités nécessaires aux marchés plus larges. Ally n’a pas de tirage au rabais en cours, mais nous pensons qu’il s’agit d’un mécanisme efficace et rationnel permettant aux banques d’accéder à des liquidités. Nous félicitons la communauté des régulateurs pour les mesures générales et radicales prises pour soutenir l’économie américaine et, comme vous le savez, nous avons retiré nos perspectives financières pour 2020 au début de ce mois.

Bien que nous soyons confrontés à des vents contraires sur le plan des bénéfices à court terme, comme l’a évoqué JB il y a un instant, l’environnement actuel n’aura pas d’impact sur nos stratégies et notre valeur à long terme. Notre bilan reste solide, avec des capitaux, des financements et des liquidités suffisants, dont je parlerai plus en détail dans un instant. Pour 2020 en général, nous nous attendons à ce que l’évolution des revenus reflète l’environnement des taux et la modération de la production due aux arrêts de production.

Comme nous en avons discuté, les frais de crédit et les niveaux des réserves sont basés sur ce que nous savons aujourd’hui, que nous continuerons à surveiller et à ajuster au fur et à mesure que la situation évolue. En ce qui concerne les dépenses, tout en continuant à investir dans des domaines qui amélioreront notre entreprise à long terme, nous nous efforçons d’identifier et de réduire les dépenses discrétionnaires dans l’ensemble de l’entreprise.

Les deux diapositives suivantes fournissent un contexte supplémentaire sur la façon dont nous nous positionnons à l’approche de ce ralentissement, passons donc à la diapositive 8.

La transformation pluriannuelle de notre profil de financement et l’amélioration de notre position de liquidité sont mises en évidence par ces graphiques. Le financement de gros a été remplacé par des dépôts, ce qui a permis d’accroître la stabilité et de réduire les coûts de financement. Ces tendances vont se poursuivre, même si nous aurons de temps en temps un accès opportun aux marchés de gros, comme nous l’avons fait début avril avec notre première émission non garantie en tant que société de premier ordre.

Notre position de liquidité souligne la capacité d’Ally à résister aux changements défavorables dans l’environnement général et démontre une croissance significative de la liquidité au cours des dernières années. Plus de 80 % de notre portefeuille de titres disponibles à la vente est constitué de titres très liquides, ce qui nous assure une grande souplesse, et nous continuons à avoir accès aux capacités inutilisées du FHLB.

En ce qui concerne la diapositive 9, nos niveaux de CET1 sont restés constants et supérieurs à notre objectif de 9 % au cours des dernières années, car nous avons déployé efficacement le capital par l’expansion du bilan et les distributions directes aux actionnaires. Pour le contexte, nous restons largement au-dessus de nos niveaux de capital minimum dans les scénarios du modèle CCAR, en intégrant des hypothèses de stress et des paiements de dividendes continus. Bien que nous n’en déduisions pas que les événements se dérouleront exactement comme les scénarios de stress précédents le laissent entendre, cela nous donne un aperçu de notre préparation en matière de capital et de notre capacité à résister à une grave récession prolongée.

La provision pour pertes sur prêts a atteint 3,2 milliards de dollars, soit 2,54 % du solde des prêts, ce qui représente la capacité d’absorption des pertes la plus élevée de l’histoire de notre entreprise, alors que nous nous dirigeons vers un ralentissement. Nous avons mis en place une base solide qui permettra à Ally d’être prête à soutenir nos clients grâce à tous nos produits bancaires.

Sur la diapositive 10, nous passons en revue les résultats financiers de notre premier trimestre. Les revenus financiers nets, hors OID de 1,154 milliard de dollars, ont diminué de 10 millions de dollars au cours du trimestre correspondant et ont augmenté de 16 millions de dollars d’une année sur l’autre. La baisse par rapport au trimestre précédent est principalement due à un élément non récurrent de reprogrammation des revenus lié à la conversion de notre système d’entretien automobile au détail. Comme on peut s’y attendre lors de la conversion d’un grand nombre d’actifs à un nouveau système, il y a eu quelques différences mineures dans le calendrier de certains calculs, mais ces écarts se neutraliseront sur la durée de vie de l’actif. Si l’on exclut cet élément, les tendances sous-jacentes se sont poursuivies ce trimestre : les rendements du portefeuille automobile ont augmenté tandis que les coûts des dépôts ont diminué.

Les autres revenus ajustés de 451 millions de dollars sont restés élevés ce trimestre, reflétant de forts gains d’investissement et une augmentation des revenus des frais hypothécaires. Les provisions de 903 millions de dollars reflètent les activités de constitution de réserves liées à la covid-19. Les frais autres que d’intérêt ont augmenté de 40 millions de dollars pour le trimestre lié et de 90 millions de dollars par rapport à l’année précédente. Les augmentations par rapport au trimestre précédent sont en grande partie dues au caractère saisonnier de la rémunération et à certains avantages sociaux liés à la covid-19.

Par rapport à l’année précédente, les conducteurs ont inclus des éléments qui devraient vous être familiers, notamment les activités basées sur le volume et les revenus reflétant notre clientèle croissante et les dépenses liées à l’assurance correspondant à la croissance des primes souscrites. Les investissements dans notre marque et nos capacités fiscales ainsi que les dépenses liées à nos produits de consommation élargis, y compris les prêts Ally, embarqués à la fin de l’année dernière. Comme je l’ai déjà dit, nous prévoyons de continuer à investir prudemment dans notre entreprise, mais les dépenses augmenteront à un rythme plus lent à mesure que nous réduirons les dépenses discrétionnaires, étant donné le changement important de notre environnement opérationnel.

Les principales mesures figurant au bas de la page reflètent les effets de l’importante réserve que nous avons constituée au cours de ce trimestre.

Passons à la diapositive 11. Du point de vue de l’industrie, les taux de référence de ce trimestre ont atteint des niveaux historiquement bas dans de nombreux domaines, y compris une réduction de 150 points de base par la Réserve fédérale pour soutenir l’économie en général. La combinaison de ces événements a donné lieu à une courbe à terme toujours plate. Pour réduire la volatilité des bénéfices, nous sommes parvenus à une position de taux d’intérêt relativement neutre depuis un certain temps, isolant notre NIM par rapport aux bilans plus sensibles aux actifs ; toutefois, la forme plate de la courbe pèsera sur l’expansion des marges.

En ce qui concerne le trimestre, la marge d’intérêt nette hors OID est restée relativement stable à 2,68%. Cela inclut une réduction de 5 points de base de la marge nette d’intérêt consolidée et une réduction de 11 points de base des rendements des voitures au détail en raison de la conversion du système que je viens de mentionner. Les actifs productifs moyens d’une année sur l’autre sont restés stables à 173 milliards de dollars, car nous avons augmenté tous les postes, sauf celui de l’automobile commerciale, dont les niveaux de stocks ont diminué de 8 % d’une année sur l’autre. Cette tendance s’est notamment inversée fin mars en raison de la baisse des ventes, où le nombre de jours d’approvisionnement de l’industrie a fait un bond de 25 jours pour atteindre 95 jours au total. Nous observons une tendance à la baisse en avril, qui devrait se poursuivre avec la reprise de la production des équipementiers.

Si l’on examine de plus près certains postes, on constate que les soldes des comptes automobiles de détail dépendront des volumes produits, tandis que les rendements des portefeuilles continueront à augmenter cette année. Les reventes seront fortement dépendantes de la réouverture des voies de vente aux enchères et du retour de la demande des consommateurs. Bien que la baisse de la valeur des voitures d’occasion à court terme soit principalement due à la baisse des niveaux de vente aux enchères, nous pensons que les tendances de prix les plus pertinentes ne seront pas disponibles tant que les activités de vente aux enchères ne reprendront pas leur niveau normal.

Les soldes commerciaux de l’automobile refléteront la dynamique évoquée il y a un instant, tandis que la baisse des indices de référence entraînera une baisse des rendements. Près de 60 % de notre portefeuille de financement d’entreprise a des planchers LIBOR, ce qui devrait atténuer les effets de la baisse des taux du marché. Les soldes hypothécaires augmenteront au deuxième trimestre, reflétant les forts volumes de refinancement compte tenu des taux hypothécaires historiquement bas.

En ce qui concerne le passif, le coût des fonds a continué à s’améliorer ce trimestre, en baisse de 12 points de base par rapport au trimestre précédent et de 27 points de base par rapport à l’année précédente. Ces tendances sont alimentées par les dépôts, que nous couvrons sur la prochaine diapositive. L’expansion des dépôts se poursuit ce trimestre, pour atteindre 122,3 milliards de dollars. Les dépôts des particuliers ont augmenté de 2,3 milliards de dollars, malgré des sorties de fonds record vers les maisons de courtage qui ont dépassé les niveaux de l’année 2019. Nous avons conservé un tiers de ces sorties chez Invest, ce qui témoigne de la valeur de rétention de la plateforme.

Chez Invest, en plus de capter les flux sortants et de connaître des activités de trading autogéré record, nous avons obtenu plusieurs prix de l’industrie et des critiques de premier plan. Nous avons également lancé une série d’outils d’épargne pour nos clients, conçus pour accroître leur capacité à planifier, allouer et faire fructifier leur épargne.

Dans le coin inférieur gauche, les taux des dépôts des particuliers ont baissé de 14 points de base par trimestre et ont chuté de 26 points de base d’une année sur l’autre. La dynamique concurrentielle reflète les perspectives incertaines pour les consommateurs, mais nous sommes bien placés pour rester réfléchis et disciplinés en matière de tarification et de croissance. Nous avons ajouté 71 000 clients, dépassant la barre des 2 millions ce trimestre, ce qui constitue une étape importante pour nous, et notre taux de fidélisation de la clientèle, le plus élevé du secteur, est resté à 96 %.

Passons à la distribution des capitaux et des actionnaires sur la diapositive 13. Le CET1 a été de 9,3 % au premier trimestre, ce qui correspond à nos tendances récentes. Nous avons choisi de reporter de deux ans les impacts liés au capital associés à la CECL, conformément aux orientations fournies par la Réserve fédérale. Nous avons racheté 3,8 millions d’actions avant de suspendre le programme de rachat jusqu’à la fin du deuxième trimestre. La semaine dernière, notre conseil d’administration a approuvé un dividende de 0,19 $ par action pour le deuxième trimestre, payable le 15 mai.

Nous avons achevé notre processus CCAR 2020 au cours du trimestre et avons soumis notre plan d’investissement à la Réserve fédérale début avril. Nous restons en dialogue régulier avec la Fed, en naviguant les implications potentielles de l’acquisition de CardWorks sur notre plan d’investissement, y compris la mise en œuvre de la règle finale du SCB à compter du 1er octobre 2020.

Les détails sur la qualité des actifs se trouvent sur la diapositive 14. Les charges nettes consolidées de 84 points de base ce trimestre ont augmenté de 11 points de base par rapport à l’année dernière, reflétant l’activité automobile au détail. Dans le coin supérieur droit, les radiations nettes de 266 millions de dollars ont augmenté de 29 millions de dollars par rapport à l’année précédente, en raison de l’augmentation des soldes des prêts automobiles et de l’assaisonnement continu du portefeuille, y compris une plus grande proportion de véhicules d’occasion.

Dans le coin inférieur gauche, les prélèvements nets sur les véhicules au détail ont augmenté de 12 points de base d’une année sur l’autre, conformément à nos attentes. Bien que nous prévoyions que la détérioration de l’environnement devrait faire progresser cette mesure, les impacts de la covid-19 ont été négligeables au premier trimestre.

En regardant les tendances de la délinquance dans le coin inférieur droit, les plus de 60 ans ont augmenté de 18 points de base d’une année sur l’autre et les plus de 30 ans ont augmenté de 63 points de base sur la même période. À l’extrême droite, nous avons mis en évidence l’impact sur le solde des clients participant au programme de report de paiement. Ces populations relèvent d’un traitement comptable unique où les clients participants sont effectivement gelés dans leur statut pendant la durée du report. Cette population unique a entraîné une augmentation des retards de paiement signalés d’une année sur l’autre, car ces comptes ne suivent pas le flux normal vers le mieux et les tendances de flux vers les pertes. Cette dynamique aura également un impact sur les taux de débit net déclarés dans les périodes futures.

Nous savons qu’il sera difficile de se fier à ces mesures comme nous l’avons fait par le passé, mais il faut garder deux points clés à l’esprit. Premièrement, nos niveaux d’allocation tiennent compte de la volonté et de la capacité des consommateurs à payer, indépendamment de leur participation à l’abstention de paiement, et deuxièmement, nous pensons que ces programmes contribueront à atténuer les pertes futures dans l’ensemble de notre portefeuille et dans le cadre de notre titrisation, alors que nous nous efforçons de trouver des solutions pour que nos clients continuent à payer pour et dans leur voiture.

La diapositive 15 fournit des détails supplémentaires sur les niveaux de réserve et la CECL. Dans la moitié supérieure de la page, nous avons souligné l’augmentation significative des réserves et des niveaux de couverture résultant de la mise en œuvre du CECL et la détérioration macroéconomique prévue liée à la covid-19. Les tendances consolidées sont principalement dues à l’augmentation du parc automobile de détail avec une couverture de 3,91 %. Les soldes globaux des réserves indiqués dans le bas reflètent des facteurs similaires.

Passant à la diapositive 16, nous avons fourni un résumé du programme de report pour les clients du secteur automobile. Au total, 1,1 million de clients du secteur automobile ont choisi de participer à notre programme de report au 16 avril. La grande majorité de cette population, soit 76 %, n’a jamais bénéficié d’un report, tandis que 70 % n’ont jamais été en défaut de paiement avec Ally. Nous pensons que la participation à ce programme permettra de réduire les pertes de contenu grâce au temps supplémentaire et à la flexibilité que nous offrons à nos clients. En outre, nous augmentons notre soutien au service à la clientèle, en utilisant des techniques et des outils de préparation supplémentaires pour maintenir une ligne de vue sur leur capacité de paiement et pour assurer une transition sans heurts vers la reprise des paiements à la fin du programme.

Nous serons en mesure de suivre les principaux indicateurs de défaillance et d’intervenir rapidement par des mesures d’atténuation des pertes pour aider nos clients à maintenir leurs paiements sur la bonne voie. Nous sommes encouragés par les réactions positives de nos clients et pensons que notre approche renforce nos valeurs en cette période d’incertitude, et permet de garder Ally en tête.

Sur la diapositive 17, nous avons inclus les résultats financiers détaillés de l’automobile pour le trimestre. Une grande partie de ces résultats ont été couverts par le contenu précédent, mais je vais souligner quelques points supplémentaires. Les revenus financiers nets ont augmenté d’une année sur l’autre, même si les soldes commerciaux ont diminué, ce qui a entraîné une baisse générale des niveaux d’actifs productifs en fin de période. Dans le coin inférieur droit, les rendements estimés des nouvelles émissions de détail sont restés bien au-dessus de 7 % pour le huitième trimestre consécutif. Cela va faire augmenter le rendement du portefeuille tout au long de 2020. Au-delà de notre programme d’aide aux particuliers, nous offrons une flexibilité de location et un soutien significatif aux concessionnaires pour soutenir leurs activités.

Soixante-douze pour cent des dealers utilisent une forme d’aide que nous avons offerte. En outre, dans le cadre du programme de protection des salaires que nous avons mis en place, nous avons financé pratiquement tous les demandeurs, ce qui représente plus de 850 millions de dollars de prêts garantis.

En ce qui concerne les mesures automobiles, sur la diapositive 18, les émissions du premier trimestre de 9,1 milliards de dollars ont augmenté d’un milliard de dollars d’un trimestre à l’autre. Le volume moyen des FICO est resté stable à 686, tandis que le volume des non-primes a légèrement baissé à 11 %.

En bas à gauche, les biens de consommation ont augmenté d’année en année pour atteindre 81,5 milliards de dollars, toutes catégories de prêts et de baux confondues. En examinant les actifs commerciaux en bas à droite, les soldes moyens ont diminué de 5,1 milliards de dollars par rapport à l’année précédente, reflétant la baisse des niveaux de stocks des concessionnaires.

Les résultats du secteur de l’assurance se trouvent sur la diapositive 19. Le résultat de base avant impôt de 77 millions de dollars au premier trimestre a diminué de 9 millions de dollars par rapport au trimestre précédent et de 3 millions de dollars par rapport à l’année précédente, principalement en raison de l’augmentation des pertes, y compris les dépenses liées aux conditions climatiques. Le résultat technique hors sinistres est resté pratiquement inchangé d’une année sur l’autre, l’augmentation des revenus BSC et GAAP ayant été compensée par l’impact de la baisse des niveaux de stock des plans d’étage. Les primes souscrites de 317 millions de dollars ont augmenté de 12 millions de dollars d’une année sur l’autre et ont représenté nos niveaux les plus élevés au premier trimestre.

La diapositive 20 présente les résultats de notre segment de financement des entreprises. La perte de base avant impôts de 64 millions de dollars est due à la constitution de réserves de 114 millions de dollars au cours du trimestre, principalement en raison de l’impact potentiel estimé de la covid-19. Les actifs en suspens ont augmenté de 785 millions de dollars au cours du trimestre et de 1,6 milliard de dollars d’une année sur l’autre, ce qui comprend 600 millions de dollars de tirages élevés sur les lignes de crédit renouvelables, les emprunteurs cherchant à augmenter leurs liquidités. L’activité de tirage s’est considérablement ralentie à la fin du mois de mars et en avril. Nous avons travaillé directement avec nos emprunteurs individuels, dont la plupart seront touchés d’une manière ou d’une autre au cours des prochains mois.

Nous pensons que le portefeuille reste solide, étant donné que 45 % du portefeuille est basé sur des actifs, le fort positionnement de nos prêts dans la structure du capital, les investissements importants en capitaux propres de nos sponsors de soutien et la solide proposition de valeur commerciale de nos emprunteurs. Enfin, nous n’avons pas d’exposition directe au pétrole et au gaz dans notre portefeuille.

Sur la diapositive 21, le revenu hypothécaire avant impôt de 12 millions de dollars ce trimestre a augmenté de 10 millions de dollars par rapport au trimestre précédent, et est resté pratiquement inchangé d’une année sur l’autre. L’augmentation des remboursements anticipés a fait baisser le niveau des actifs et a entraîné une hausse de la charge d’amortissement des primes. Le volume de production a été important, Ally ayant tiré parti de sa base de clients existante et de ses capacités numériques de pointe grâce à son partenariat avec Better.com.

Je terminerai en réitérant mon soutien à nos coéquipiers alliés qui sont le moteur de la force de notre entreprise. Je reconnais que c’est une période difficile pour beaucoup, mais je suis convaincu que nous allons naviguer et réussir ensemble. Nous continuerons à positionner l’entreprise pour l’avenir, en nous concentrant sur la manière de bien faire les choses pour nos clients et nos communautés et sur la création de valeur à long terme pour nos actionnaires.

Sur ce, je le rends à JB.

Jeff Brown

Merci Jen. Sur la diapositive n° 22, j’ai inclus des perspectives sur l’environnement dans lequel nous opérons aujourd’hui et sur la manière dont Ally va gérer l’incertitude. La nature soudaine et grave de cet arrêt a affecté le monde et notre nation d’une manière qui n’a sans doute jamais été reproduite à une échelle de cette ampleur. C’est dans ce contexte que je pense qu’il est important de reconnaître qu’une action significative dans les secteurs public et privé est nécessaire et devrait se poursuivre à une échelle et à une dimension qui n’ont jamais été vues dans l’histoire moderne pour faire face directement à l’épidémie qui a déjà des effets négatifs sur les travailleurs, les consommateurs et les citoyens à travers l’Amérique.

Si certaines tendances positives se dessinent en ce qui concerne la propagation du virus, nous ne savons toujours pas combien de temps il faudra pour revenir à un état de normalité. Chez Ally, vous avez entendu toutes nos remarques ce matin et depuis que je suis à la présidence, nous nous concentrons sans relâche sur nos clients. Nous avons bâti une culture forte et dynamique autour de ce mantra, et aujourd’hui, nous sommes encore plus encouragés à agir en accord avec ces principes. Cela apporte de la clarté à nos clients et un but à nos coéquipiers en cette période de grande incertitude, et nous sommes convaincus que cela va finalement générer de la valeur pour les actionnaires à long terme.

Nous entrons dans l’environnement actuel avec un bilan solide et bien positionné, dont le financement, le capital et les liquidités sont en mesure de servir de sources de force. Nous avons développé notre offre de voitures et de dépôts pour en faire des franchises dominantes et adaptables, prêtes à continuer à offrir des services à nos clients, tout en recherchant activement de nouvelles possibilités d’expansion. Les vents contraires que nous connaîtrons à court terme, bien que difficiles, n’auront pas d’incidence sur notre capacité à réaliser nos stratégies et notre vision à long terme.

Je vais conclure sur la diapositive n° 23. Nous sommes très fiers d’être un fournisseur de services financiers complets, adaptables et axés sur le numérique pour les consommateurs et les entreprises. Nous nous efforçons de tirer parti de notre expertise et de notre histoire pour construire une société plus forte pour l’avenir, notamment par une gestion disciplinée des risques et une gestion ciblée des capitaux.

Merci à nos associés. Je suis fier de votre capacité à vous montrer à la hauteur de l’occasion, en le faisant bien dans chaque interaction avec nos clients au sein de nos communautés et au nom de nos actionnaires.

Sur ce, Daniel, revenons à vous, et je pense que nous allons faire une brève séance de questions-réponses.

Daniel Eller

Oui, très bien. Merci JB. Nous demandons aux participants de se limiter à une seule question et à un seul suivi. Opérateur, veuillez commencer la séance de questions-réponses.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator instructions]

Notre première question nous vient de Moshe Orenbuch, du Credit Suisse. Votre ligne est maintenant ouverte.

Moshe Orenbuch

Super, merci. J’espère que vous pourrez nous en dire un peu plus sur le processus. Je sais que vous avez parlé du taux de perte supposé – vous savez, vous avez dit qu’un pourcentage très important de vos clients sont en report, mais vous avez également dit que vous ne comptiez pas sur le stimulus. Pourriez-vous nous parler de la manière dont ces clients passent réellement par le processus et de ce que nous devrions chercher à voir qui aiderait à valider les hypothèses que vous avez faites ?

Jen LaClair

Bien sûr. Bonjour Moshé. Permettez-moi de vous parler de notre processus de réserve et de son lien avec notre population de report. Au cours de ce trimestre, nous avons essentiellement modélisé les réserves en fonction de nos prévisions macroéconomiques et nous avons examiné les corrélations historiques ainsi que la volonté et la capacité de payer pour l’ensemble de notre clientèle. Pour l’instant, nous n’avons inclus aucun des éléments qui, selon nous, constitueront un avantage net positif des programmes d’abstention que nous avons mis en place pour nos populations, ni même l’effet de stimulation dont nos clients sont susceptibles de bénéficier.

Nous avons gardé les processus séparés. Nous pensons ainsi que nos réserves sont assez équilibrées, et nous continuerons à surveiller de très près la population qui fait l’objet du programme d’abstention. Nous allons le faire par des moyens quantitatifs ainsi que par des mesures qualitatives, car nous augmentons la portée humaine et numérique de ces clients.

Moshe Orenbuch

D’accord, et peut-être à titre de suivi, pourriez-vous nous parler un peu des perspectives en matière de tarification des dépôts ? De toute évidence, la croissance des dépôts a été forte et vous allez probablement constater, maintenant que la vague de tirages sur les lignes de financement des entreprises a atteint son apogée, que les niveaux d’actifs vont probablement baisser, alors pourriez-vous nous parler un peu de la tarification des dépôts à l’approche du deuxième trimestre et du second semestre ?

Jen LaClair

Oui, bien sûr Moshé. En fin de compte, nous pensons qu’il est possible de continuer à examiner la tarification des dépôts et de la faire baisser au fil du temps, surtout si l’on considère les taux actuels. Nous adoptons une approche très équilibrée. Nous voulons nous assurer que nous sortirons de cette crise en position de force et que nous serons en mesure d’accroître notre bilan de manière appropriée avec les fonds disponibles. Une fois que vous avez éteint la machine, il peut être plus difficile de la rallumer, mais si vous regardez simplement les tendances que nous constatons dans notre bilan, nous nous attendons à ce que les niveaux d’actifs baissent un peu.

Nos ratios prêts/dépôts approchent les 100 % et nous continuons à voir, en fonction de nos besoins de financement et de la situation des taux, qu’il sera possible de réduire les prix et, comme nous le faisons toujours, nous serons attentifs à gérer la valeur pour le client, les taux compétitifs et nos besoins de financement sur le bilan.

Moshe Orenbuch

D’accord, merci.

Jen LaClair

Merci beaucoup, Moshe.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Betsy Graseck avec Morgan Stanley. Votre ligne est maintenant ouverte.

Betsy Graseck

Bonjour, bonjour. Merci pour l’appel de ce matin. Deux questions. Je vais commencer par une sur l’abstention. Vous avez donné beaucoup de chiffres sur l’impact de l’abstention sur les DQ. Pourriez-vous nous rappeler les pourcentages d’abstention de paiement des soldes impayés pour lesquels vous avez reçu des demandes, tant du côté des consommateurs que du côté des entreprises, du côté des concessionnaires ?

Jen LaClair

Oui, bien sûr. Bonjour Betsy. Si vous regardez notre population d’abstention, en commençant par le commerce de détail, c’est 1,1 million de clients. C’est environ 25 % de nos comptes, un peu plus que cela en termes de soldes. Gardez à l’esprit qu’avec cette population, nous avons été très proactifs, et vous voyez dans l’ensemble du secteur un certain nombre d’offres réactives. Nous avons été proactifs – nous avons même envoyé des courriels à nos clients pour leur offrir la possibilité de bénéficier d’une plus grande souplesse de paiement. Nous pensons donc que cela nous positionne du point de vue de la marque et de la fidélité, et le fait d’adopter la bonne approche nous positionne incroyablement bien.

Sur le plan commercial, environ 73 % de nos concessionnaires profitent du report de paiement. C’est l’un des programmes que nous avons mis en place. Nous leur offrons également le programme PPP par l’intermédiaire du SBA. Si vous pensez à ce qui se passait il y a quelques semaines, nous n’étions même pas un prêteur du SBA. Nous avons pu traiter 1 000 demandes et plus de 850 millions de dollars de prêts financés pour nos concessionnaires à cet égard également.

Comme l’a souligné JB à plusieurs reprises dans ses remarques préparatoires, l’intention est de se concentrer sur les éléments contrôlables, de maintenir la solidité de notre marché et de nos clients, et nous pensons que cela nous placera en bonne position pour sortir de la crise.

Betsy Graseck

D’accord, merci. Ensuite, juste un suivi ici sur le prix des enchères dont vous parliez, en soulignant que le prix actuel des voitures d’occasion est influencé par un très faible niveau de participants à l’enchère. Comment est-ce que je pense à la façon dont cela alimente l’évaluation des prix des voitures d’occasion de votre trimestre et comment vous pensez aux gains de recommercialisation, etc. ce trimestre ? Quel est l’élément déclencheur d’un meilleur prix ? Est-il fonction du nombre de participants, selon vous, ou nous aide-t-il à comprendre comment cela devrait évoluer au cours des prochains trimestres ?

Jen LaClair

Oui, bien sûr. C’est un domaine vraiment important sur lequel nous nous concentrons lorsque vous pensez à nos rendements de location et à nos gains de recommercialisation. Ce que nous constatons actuellement, c’est que le marché est essentiellement illiquide, et il s’agit des enchères physiques comme des enchères numériques, donc il est très difficile pour l’instant de déterminer ce qu’est un prix équitable. Nous nous orientions vers un prix négatif de 5 à 7 % pour les véhicules d’occasion. Il est très difficile de savoir à l’heure actuelle. Nous sommes un peu en mode attentiste et nous pensons avoir une idée beaucoup plus précise des prix des voitures d’occasion une fois que les commandes de véhicules d’occasion seront supprimées et que les enchères pourront reprendre à des niveaux plus normaux.

Gardez à l’esprit que nous fournissons des extensions de bail à nos clients, ce qui permet de gérer la dynamique de l’offre par rapport à la demande, et nous pensons que le marché est globalement plus fort également. Mais c’est un domaine d’activité très important pour nous, et je pense que c’est l’un de ces domaines à déterminer au cours des deux prochains trimestres.

Betsy Graseck

Comment cela a-t-il joué dans les chiffres de 1Q ?

Jen LaClair

Au premier trimestre, nous n’avons pas vraiment vu de dynamique. Je veux dire, nous étions plutôt neutres en termes de gains de recommercialisation liés au trimestre, et donc cela ne s’est pas encore matérialisé, Betsy.

Betsy Graseck

Compris, merci.

Jeff Brown

Je pense, Betsy, qu’il y a d’autres compensations potentielles et d’autres catalyseurs positifs. Il est évident que nous attendons tous de voir ce qu’il adviendra des transports publics et si l’utilisation des Uber, des Lyft, du métro, des taxis, aura un impact négatif et si les gens devront à nouveau posséder un moyen de transport. Ce secteur est susceptible de le faire sous forme d’utilisation, donc ce sont des choses que nous devons équilibrer.

Je pense, comme le souligne Jen, que la dynamique à court terme est vraiment très agitée parce qu’il n’y a pas de liquidité sur le marché, et nous essayons juste d’être très réfléchis sur ce que cela implique pour l’avenir.

Betsy Graseck

J’ai compris. C’est normal de vouloir posséder sa propre voiture, alors merci. J’apprécie la couleur.

Jeff Brown

Oui, merci Betsy.

Jen LaClair

Merci Betsy.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Bill Carcache avec Nomura. Votre ligne est maintenant ouverte.

Bill Carcache

Merci, bonjour JB et Jen. Il est à noter que, ex-CECL, vous avez réussi à faire croître la valeur comptable tangible par action de manière séquentielle, malgré l’importante réserve accumulée ce trimestre. Mais comme vos actions se négocient à moins de 50 % de la valeur comptable réelle par action, je pense que certains investisseurs ont du mal à évaluer le risque de baisse de la valeur comptable réelle. Pouvez-vous nous donner un aperçu de l’historique des performances de crédit du prédécesseur d’Ally en 2008 et 2009 – vous savez, le niveau des pertes dans le secteur de la vente au détail de voitures, et peut-être nous dire quels sont les changements importants à prendre en compte du point de vue du crédit pour l’entreprise à l’époque par rapport à la situation actuelle ?

Ensuite, peut-être plus largement, toute couleur que vous pourriez nous donner pour encadrer votre niveau de confiance et votre capacité à défendre une valeur comptable tangible dans le cadre de vos hypothèses actuelles raisonnables et justifiables ?

Jen LaClair

Oui, bien sûr. Merci pour la question, Bill. C’est une très bonne question, et très franchement, nous ne pouvons même pas nous approcher des chiffres de l’évaluation que nous voyons aujourd’hui. Je vous ai dit dans les remarques que j’avais préparées que nous nous attendions à ce que, dans un scénario très défavorable, où nous avons une détérioration macroéconomique générale persistante pendant un certain temps, nous pensions à une économie en forme de L, nous devrions alors atteindre des niveaux de perte de 2,5 à 3 %.

Aujourd’hui, si vous regardez notre modélisation interne par rapport à ce scénario gravement défavorable, nous sommes réservés à environ 70 % de ce scénario ici au premier trimestre, et si vous regardez la modélisation de la Réserve fédérale qui est nettement plus punitive, en particulier sur les portefeuilles commerciaux, nous sommes à environ 50 %, donc nous avons le sentiment d’être réservés de manière appropriée et intelligente pour ce que nous vivons aujourd’hui.

Vous avez posé des questions sur les années 2008 et 2009. C’est un peu différent, difficile de faire la part des choses parce que nous avions un portefeuille différent à l’époque, mais nous avons vu les sous-officiers de la vente au détail de voitures atteindre environ 3 % pendant une très brève période, puis revenir en arrière et se normaliser très rapidement, en six mois environ. Mais par rapport à 2008-09, par rapport à nos scénarios très défavorables, nous nous sentons bien réservés à ce stade.

Il est évident qu’il y a beaucoup d’inconnues en ce qui concerne la forme de l’économie et sa gravité, mais par rapport aux performances passées, nous avons le sentiment d’être en pleine forme.

Sur votre question de confiance sur le raisonnable et le soutenable, c’est la question à laquelle tente de répondre tout macroéconomiste. Fin mars, nous avions intégré ce que nous pensons de 10/20 – c’est-à-dire un chômage atteignant 10 %, un PIB en baisse de 20 %. Il s’est un peu détérioré depuis lors. En avril, nous en sommes à une sorte de 15/30, mais il y a beaucoup de tenants et aboutissants dans nos réserves. Moshe avait posé la question sur le programme d’abstention – aucun des avantages de ce programme n’est intégré dans notre réserve. Nous nous attendons à une baisse de notre bilan, ce qui compensera en partie l’augmentation de nos réserves.

Je pense que notre confiance générale est à peu près aussi élevée qu’elle peut l’être actuellement, et nous continuerons à la gérer et à la surveiller à l’approche du deuxième trimestre et au-delà.

Jeff Brown

La seule chose que j’ajouterais, c’est que Bill et Jen l’ont parfaitement couvert, mais si vous pensez aux 6,5 milliards, 7 milliards de dollars de réduction à réserver – je veux dire, il n’y a pas vraiment de scénario concevable qui modélise cela. C’est une baisse soudaine et agressive, et nous pensons au temps et à nos performances qui vont se rétablir. Cela nous donne une grande confiance dans les perspectives de reprise.

Bill Carcache

C’est très utile, merci. Si je pouvais juste faire un suivi rapide de vos commentaires sur CardWorks, serait-il possible de discuter si le vendeur envisage de se retirer de l’affaire et si Ally serait prêt à encourir la dilution supplémentaire pour le contraindre à conclure l’affaire, ou peut-être juste un peu plus dans la mesure où vous pouvez offrir, un peu plus de couleur.

Jeff Brown

Oui, je dirais juste que je ne vais pas vraiment faire de commentaires pour le moment. Je veux dire, nous sommes en train de le faire. Comme je l’ai dit dans les remarques préparées, évidemment Don et son équipe, et certainement Ally et notre équipe ne s’attendaient pas à ce que la chute ou le déclin sévère de l’économie se produise, donc nous sommes en train de faire le processus maintenant. Nous allons prendre les bonnes décisions de part et d’autre, des décisions réfléchies pour nos actionnaires et nos clients sur le long terme. C’est vraiment tout ce que nous pouvons dire.

Bill Carcache

Merci beaucoup. J’apprécie que vous répondiez aux questions.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Rick Shane avec JP Morgan. Votre ligne est maintenant ouverte.

Rick Shane

Merci d’avoir répondu à mes questions ce matin. Jen, en réponse à la question de Betsy, vous avez parlé de l’hypothèse historique ou préalable d’une baisse de 5 à 7 % du prix des voitures d’occasion. Quand vous regardez votre – et j’apprécie le fait que vous avez fait le point sur les orientations des sous-officiers. Que pensez-vous en termes de fréquence et de gravité des pertes ?

Jen LaClair

Dans notre réserve et dans ce taux de 1,8 % à 2,1 % de sous-officiers de la vente au détail de voitures, Rick, nous avons intégré que nous aurions une pression plus importante du côté de la gravité, ainsi qu’une délinquance plus élevée. Il s’agit simplement d’intégrer les corrélations passées que nous avons constatées, alors pensez à ce qui est déjà intégré dans le calcul de la réserve.

Ensuite, pour ce qui est de l’évolution du portefeuille de location en termes de rendement, je pense que c’est la question à laquelle nous allons devoir répondre au cours des deux prochains mois et trimestres, car le volume de véhicules d’occasion et la demande commencent à revenir, car les commandes de logements en place sont supprimées au fil du temps, mais cela est largement lié à cette gravité.

Rick Shane

Donc, pour mettre un point d’honneur sur ce point, vous avez augmenté votre hypothèse de gravité, ce qui est logique, mais vous n’avez pas explicitement changé vos hypothèses sur le prix des voitures d’occasion, vous avez juste généralement supposé que les sévérités allaient augmenter ?

Jen LaClair

Oui, c’est une bonne façon de voir les choses. Je veux dire que si vous supposez des pertes de crédit plus élevées, ce sera une combinaison de fréquence et de gravité, et nous verrons si cela se vérifie exactement ou non. À un moment donné, il sera fusionné avec les prix globaux des voitures d’occasion, et nous continuerons à le mettre à jour lorsque nous aurons plus de données réelles issues de nos ventes aux enchères.

Rick Shane

Ok, super. Merci beaucoup.

Jen LaClair

Merci Rick.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Sanjay Sakhrani de KBW. Votre ligne est maintenant ouverte.

Sanjay Sakhrani

Merci, bonjour. J’apprécie tous les commentaires sur les réserves. Quelques précisions. Premièrement, à l’intérieur de votre fenêtre CECL, supposez-vous une quelconque reprise économique ? Ensuite, certaines des banques qui ont fait rapport jusqu’à présent ont parlé de la façon dont les prévisions macroéconomiques se sont affaiblies depuis la fin du trimestre par rapport à ce taux de chômage de 10 %, alors comment devrions-nous penser à la constitution future de provisions et à cette hypothèse ? Je ne sais pas ce que vous en pensez.

Jen LaClair

Oui, bien sûr. Bonjour Sanjay. Comme nous avons modélisé les réserves pour la fin mars, et que les prévisions que nous avions sont plus en forme de V qu’en forme de L ou de U pour le moment, nous avons un peu de reprise à partir du troisième trimestre, qui s’accélère jusqu’au quatrième trimestre. Cela étant dit, nous n’avons modélisé aucun des avantages potentiels des mesures de relance ou de nos programmes d’abstention, qui fournissent beaucoup plus de liquidités et de flexibilité pour les paiements à nos clients, et nous pensons donc que dans l’ensemble, notre chiffre ne comprendra pas un positif net. N’oubliez pas non plus que la taille de notre bilan est susceptible de diminuer, ce qui, dans un monde CECL, procure des avantages extérieurs au fur et à mesure que vous avancez dans le trimestre.

Nous devons adopter un point de vue équilibré. L’impact macroéconomique se matérialisera potentiellement au cours du deuxième trimestre, mais il y a aussi des compensations naturelles, donc dans l’ensemble, nous pensons être en bonne position avec notre niveau de réserve actuel.

Sanjay Sakhrani

D’accord. Alors quand je pense à CardWorks, je sais que vous ne pouvez pas vraiment dire si cette affaire sera conclue ou non. Vous supposez qu’il le sera. Lorsque nous avons parlé de l’accord et de la rentabilité de cette entreprise pendant la crise financière, nous avons atteint le seuil de rentabilité, je pense, au pire – au pire point. Dans ce contexte où la comptabilité est ce qu’elle est avec CECL, devons-nous nous attendre à pire que cela ? Pourriez-vous nous aider à réfléchir aux implications sur la rentabilité de CardWorks, en supposant les taux de chômage que vous connaissez ?

Jen LaClair

Oui Sanjay, écoutez – je pense que CardWorks est similaire à tous les autres secteurs des services financiers en ce moment. Ils se concentrent sur les éléments contrôlables, sur ce qu’ils peuvent faire pour aider leurs clients. Ils surveillent les choses de très près. Au premier trimestre, rien ne s’est concrétisé par rapport à covid-19, il est donc très difficile de dire exactement comment cela va se passer. Je pense que JB l’a parfaitement dit – nous sommes en dialogue constant avec cette équipe. Nous avons une grande confiance dans leur capacité à naviguer dans les cycles basés sur cette étude au cours des 30 dernières années, et nous continuerons à les surveiller et à travailler en partenariat avec eux, mais pour l’instant, il est juste un peu trop tôt pour être décisif sur ce à quoi ressemblera exactement leur rentabilité. Il nous est difficile de le faire pour Ally aussi, n’oubliez pas.

Sanjay Sakhrani

Très bien, super. Merci.

Jen LaClair

Merci Sanjay.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de Kevin Barker, de Piper Sandler. Votre ligne est maintenant ouverte.

Kevin Barker

Merci. Juste une suite à certains des commentaires de CardWorks. Y a-t-il des engagements spécifiques concernant la valeur nette dans…

Jeff Brown

Kevin, avez-vous conclu votre question là ?

Opérateur

Il semble que la ligne de Kevin ait été abandonnée au milieu de l’interrogation. Un moment, s’il vous plaît.

Jeff Brown

Opérateur, nous pouvons passer au suivant dans la file d’attente si la ligne de Kevin est tombée. Nous pouvons revenir vers lui ou le suivre.

Opérateur

Compris. Notre prochaine question vient de Rob Wildhack de Autonomous Research. Votre ligne est maintenant ouverte.

Rob Wildhack

Bonjour, les gars. Je voulais juste revenir sur les reports et l’abstention. Comment la vitesse de ces demandes et de ces approbations a-t-elle évolué depuis que vous avez lancé l’offre en mars et en avril ?

Jen LaClair

Bonjour Rob. J’ai mentionné que nous avons été proactifs lorsque nous avons lancé le programme, donc ce que nous avons vu est très, très rapide au cours des deux premières semaines du lancement, et en particulier au cours de la première semaine. Depuis lors, la vitesse s’est considérablement stabilisée, et nous avons donc constaté une très légère augmentation au cours des deux derniers jours, et même au cours des deux dernières semaines.

Opérateur

Nous avons un suivi de la part de Kevin Barker. Souhaitez-vous répondre à la question ?

Jeff Brown

Bien sûr, allez-y.

Opérateur

Kevin, votre ligne est maintenant ouverte.

Jeff Brown

Kevin, on t’a perdu en plein milieu de la course.

Kevin Barker

Oui, je suis désolé. En ce qui concerne le commentaire de CardWorks, avez-vous des engagements spécifiques concernant la valeur nette de CardWorks à la clôture de l’opération, ou s’il y a d’autres engagements concernant des pertes de valeur élevées au moment de la clôture de l’opération, peut-être ici au troisième trimestre ?

Jen LaClair

Oui Kevin, je vous renvoie à l’accord de fusion, qui est accessible au public.

Kevin Barker

D’accord, et ensuite un suivi de certains commentaires sur le scénario économique. Vous avez à peu près – vous disiez, quoi – 25 % de taux d’abstention. Compte tenu de vos attentes en matière de pertes, quel pourcentage de ceux qui, selon vous, finiront par se retrouver en situation de délinquance lorsque cela se produira ? Et je…

Opérateur

La ligne de Kevin a encore une fois été coupée.

Jeff Brown

D’accord, nous allons suivre Kevin hors ligne.

Daniel Eller

Opérateur, il semble que nous soyons arrivés à la fin de l’appel – plus de questions, donc je rappelle aux participants et à toute personne intéressée de s’adresser aux Relations avec les investisseurs. Nous vous remercions de vous être joint à notre appel ce matin, et cela conclut l’appel d’aujourd’hui.

Opérateur

Je vous remercie. Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre participation à la conférence d’aujourd’hui. Ceci conclut votre programme et vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro