NIC, Inc. (NASDAQ:EGOV) Conférence téléphonique sur les résultats du 1er trimestre 2020 27 avril 2020 8:30 AM ET

Entreprises participantes

Angie Davids – Relations avec les investisseurs

Harry Herington – Directeur général

Steve Kovzan – Directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Gary Prestopino – Barrington Research

Peter Heckmann – D.A. Davidson

Ishfaque Faruk – Sidoti & Company

Opérateur

Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre. La conférence d’aujourd’hui est enregistrée. Je voudrais maintenant céder la parole à Angie Davids. Je vous en prie, allez-y.

Angie Davids

Merci, opérateur. Bonjour à tous et bienvenue à l’appel sur les résultats du premier trimestre de NIC. Le communiqué de presse relatif à l’annonce des résultats du premier trimestre 2020 de NIC a été publié il y a 30 minutes. Notre communiqué sur les bénéfices est également disponible sur notre site www.egov.com/investor-relations. Vous pouvez également appeler notre siège social au (844) 944-3468 et nous vous enverrons les informations par e-mail.

Harry Herington, PDG du NIC, et Steve Kovzan, directeur financier du NIC, se joignent à nous pour cet appel. Après la lecture de notre déclaration de mise en garde concernant les informations prospectives, notre PDG et notre directeur financier feront des remarques préparées et nous répondrons aux questions.

Toute déclaration faite au cours de cet appel qui ne se rapporte pas à des faits historiques ou actuels constitue une déclaration prospective. Ces déclarations portent souvent sur les résultats financiers potentiels de l’entreprise pour l’exercice 2020 ou les exercices suivants, les estimations, les projections, la durée prévue des contrats, les déclarations relatives aux plans d’affaires, aux objectifs et aux résultats d’exploitation attendus de l’entreprise, les déclarations relatives à d’éventuels nouveaux contrats de renouvellement, les déclarations relatives au taux d’imposition effectif prévu de l’entreprise, les déclarations relatives à d’éventuels dividendes et rachats d’actions futurs, les déclarations relatives à l’impact continu de la pandémie de COVID-19 et d’autres événements futurs possibles, y compris les acquisitions potentielles et les hypothèses sur lesquelles ces déclarations sont fondées.

Les déclarations prospectives sont basées sur les attentes et les hypothèses actuelles qui sont soumises à des risques et des incertitudes qui peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des déclarations prospectives. Ces risques comprennent les conditions commerciales, politiques, économiques, concurrentielles, sociales et de marché régionales ou nationales, y compris les divers droits de résiliation de la société et de ses partenaires, la capacité de la société à renouveler les contrats existants en tout ou en partie, et à signer des contrats avec de nouvelles agences gouvernementales fédérales, étatiques et locales, l’impact d’éventuelles technologies de l’information, la sécurité informatique ou les atteintes à la sécurité des données, la capacité de l’entreprise à identifier et à acquérir des candidats à l’acquisition appropriés et à intégrer avec succès toute entreprise acquise, et l’impact que la pandémie COVID-19 pourrait avoir sur la demande de services de l’entreprise ainsi que sur ses partenaires des agences gouvernementales, sa main-d’œuvre et l’économie en général. Vous ne devez pas vous fier à une déclaration prospective comme une prédiction ou une garantie concernant l’avenir. Une analyse détaillée des risques et des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats et les événements réels diffèrent sensiblement de ces déclarations prospectives est incluse dans la section intitulée Facteurs de risque et mises en garde concernant les déclarations prospectives dans les derniers formulaires 10-K de l’entreprise et dans les rapports ultérieurs déposés auprès de la SEC. Ces dépôts sont disponibles sur le site web de la SEC à l’adresse www.sec.gov.

Toute déclaration prospective faite au cours de cet appel n’est valable qu’à la date de cet appel. Sauf si la législation applicable l’exige, la société n’est pas tenue de mettre à jour ou de réviser publiquement les déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou d’autres éléments.

J’ai maintenant le plaisir de vous présenter Harry Herington, directeur général et président du conseil d’administration de NIC.

Harry Herington

Merci, Angie, et merci à tous ceux qui se sont joints à nous pour l’appel d’aujourd’hui. Comme vous l’avez probablement déjà prédit, l’impact de COVID-19 sur les NIC et notre rôle unique d’assistance à nos partenaires gouvernementaux dans leur réponse détermineront une grande partie de ce dont nous discuterons avec vous cet après-midi. Beaucoup de nos investisseurs savent que je suis une personne très directe et que NIC a une longue histoire de transparence appropriée dans nos affaires et nos stratégies, et cet appel ne sera pas différent. Steve Kovzan et moi-même fournirons des résultats opérationnels et financiers pertinents pour le premier trimestre 2020.

Cependant, beaucoup de choses se sont produites dans les dernières semaines du trimestre alors que la crise COVID-19 s’est emparée de notre nation. Il va sans dire que les priorités du NIC ont rapidement évolué à mesure que nos partenaires gouvernementaux réagissaient à cet événement sans précédent.

Pour commencer, j’aimerais reconnaître le travail formidable que le gouvernement a accompli pour naviguer à travers la pandémie COVID-19. Pour la première fois dans l’histoire, les gouvernements de tout le pays ont été contraints de fermer des bureaux d’agences et de mettre en ligne presque toutes les opérations gouvernementales. En outre, cela s’est produit à un moment critique où les citoyens et les entreprises avaient le plus besoin d’accéder aux informations, aux conseils et aux services du gouvernement. Les défis auxquels notre gouvernement est confronté sont sans précédent et nombre des agences soutenues par le NIC ont mis en œuvre une stratégie créative pour maintenir le fonctionnement du gouvernement, y compris la transition d’un grand nombre de leurs services en ligne vers des agences physiquement fermées.

J’aimerais également rendre hommage aux près de 1 000 employés de NIC qui ont fait plus que leur devoir, en travaillant des heures incroyables ces dernières semaines et en assurant le bon déroulement de nos activités, alors que NIC est rapidement devenu une main-d’œuvre entièrement virtuelle et qu’il fournit des services essentiels à nos partenaires gouvernementaux et aux communautés pendant cette pandémie nationale.

Cette crise a fait ressortir le meilleur des employés de la NIC, et leurs efforts incroyables ont pris de nombreuses formes, de nos équipes technologiques qui ont rapidement ajouté de la capacité d’hébergement à toute heure du jour et de la nuit pour s’assurer que les sites web d’information COVID-19 puissent résister à des pics de trafic qui dépassaient parfois 2 000 % du trafic normal, en passant par nos spécialistes des applications qui recevaient régulièrement un appel téléphonique en fin de journée avec une demande du bureau du gouverneur et qui travaillaient ensuite sans arrêt pendant la nuit pour fournir une solution testée qui serait lancée pour coïncider avec la conférence de presse du gouverneur.

Les scénarios que je viens de décrire se sont produits d’innombrables fois au cours des dernières semaines et illustrent notre engagement à faire de notre mieux pour soutenir le gouvernement et aider les organismes à prendre soin des citoyens et des entreprises qu’ils servent chaque jour. Travaillant pratiquement côte à côte avec nos partenaires gouvernementaux, nous avons lancé plus de 130 services spécifiques COVID-19 depuis la mi-mars, ainsi que des dizaines de sites web d’information que les organismes publics utilisent comme principal canal de communication.

Voici quelques exemples de solutions essentielles que les NIC ont rapidement déployées. En Louisiane, notre équipe a numérisé un formulaire manuel en trois exemplaires que les équipes de test COVID-19 sur le terrain doivent remplir et l’a transformé en une soumission en ligne simple, unique et facile à utiliser. Le service a connu un tel succès qu’il est maintenant utilisé dans plus de 200 centres d’essai dans tout l’État, y compris dans les lieux de passage.

En outre, notre équipe en Virginie occidentale a récemment mis en œuvre la même technologie et lancé une solution similaire pour ses sites de test. Au Kansas et au Rhode Island, nos équipes ont conçu et lancé un marché des équipements de protection individuelle qui permet aux fournisseurs d’accélérer la mise à disposition des équipements de protection individuelle aux établissements de soins nécessaires. Et en Virginie, nous avons fourni un ensemble de services pour permettre à l’État de traiter rapidement un nombre sans précédent de demandes de chômage en ajoutant rapidement une fonctionnalité de centre d’appel et en déployant une solution mobile conviviale permettant aux résidents de déposer leurs demandes hebdomadaires par voie électronique.

Au cours de la première semaine qui a suivi le lancement de l’application, plus de 52 000 Virginiens ont utilisé ce service mobile pour déposer des demandes d’allocations de chômage. Et à l’heure actuelle, plus de 2 500 personnes utilisent simultanément l’application. Nous sommes fiers des services essentiels que les équipes du NIC ont fournis au gouvernement pendant cette crise et nous sommes reconnaissants de la confiance qu’elles nous ont accordée en cette période critique.

Notre réponse multidimensionnelle à COVID-19 a nécessité des investissements supplémentaires pour augmenter la bande passante et étendre notre capacité technique et opérationnelle afin de maintenir le gouvernement numérique ouvert aux affaires. Ces investissements imprévus à court terme étaient en réponse directe au soutien à la pandémie et n’étaient pas prévus. Pourtant, en tant que fournisseur de services essentiels au gouvernement et dans le cadre de notre proposition de valeur, nous avons pris la décision de faire le nécessaire pour que nos solutions numériques continuent à fonctionner dans un contexte de demande sans précédent de la part des utilisateurs. Bien que ces investissements puissent avoir un impact négatif modeste à court terme sur nos résultats, nous sommes convaincus que cette décision est correcte pour les NIC, car c’était la bonne chose à faire pour nos communautés.

Bien qu’aucune entreprise, y compris NIC, ne soit à l’abri des impacts financiers de COVID-19, nous pensons qu’en raison de l’histoire de NIC, de la confiance que nous accordent nos partenaires gouvernementaux et de la force de notre modèle d’entreprise, NIC restera forte tout au long de cette crise et au-delà. Le gouvernement est confronté à une période potentielle à long terme de réduction des recettes fiscales, d’augmentation des paiements de relance et de concurrence féroce pour l’utilisation de chaque dollar budgétaire. Le modèle éprouvé de NIC, basé sur les transactions, donne au gouvernement la certitude que ses services numériques continueront à servir et à se développer selon les besoins et qu’ils ne constitueront pas une nouvelle ponction sur les budgets limités des agences.

Ces derniers jours, les médias et les chefs de gouvernement se sont concentrés sur la réouverture de l’économie et le retour au travail des entreprises. Il est important de se rendre compte que les NPI ne sont jamais partis. Avant et pendant l’intervention de COVID-19, la NIC continue de décrocher de nouveaux contrats à long terme et de remporter des victoires opérationnelles. Jusqu’à présent, cette année, nous avons poursuivi sur notre lancée de 2019 en obtenant plusieurs prolongations de contrats. Il s’agit notamment de remises ou d’extensions pour les entreprises de l’Alabama, du Kentucky, de la Louisiane, du New Jersey, du Nouveau-Mexique et du programme de vérification préalable à l’emploi du ministère des transports, qui sont décrits plus en détail dans notre communiqué sur les résultats.

Nous avons entretenu des relations phénoménales à long terme avec tous ces partenaires et nous les remercions de continuer à faire confiance au NIC. NIC a également obtenu un gain important avec notre portefeuille RXGov. Le jour même où le Maine a émis sa commande de maintien en place en mars, l’État a attribué à la NIC un contrat de cinq ans pour notre plate-forme RXGov, devenant ainsi le troisième État à s’engager dans notre solution RXGov pour gérer la surveillance des médicaments sur ordonnance.

En outre, je suis heureux d’annoncer que nous avons récemment finalisé la mise en œuvre de notre solution de licence pour le cannabis dans l’État du Missouri. Et l’État a passé un contrat pour un module supplémentaire, que NIC va déployer au cours des prochains mois. Notre accord au Missouri court jusqu’à la mi-2024 avec des options de renouvellement que l’État peut exercer jusqu’à la mi-2026. Je tiens à remercier personnellement le Missouri et notre partenaire de longue date dans le Maine, pour nous avoir donné le privilège de déployer nos solutions verticales de pointe dans vos États.

Enfin, l’impact économique inconnu de COVID-19 sur notre pays suscite de vives inquiétudes. Cependant, je rappelle à tous que, depuis 28 ans, l’activité principale du NIC est restée financièrement stable, que ce soit en période de bonne ou de mauvaise conjoncture économique. Nous ne sommes pas endettés et nous continuons à générer des flux de trésorerie réguliers, ce qui nous donne une grande souplesse financière et une grande confiance en ces temps incertains. Cette flexibilité financière nous a permis de racheter plus de 241 000 actions dans le cadre de notre programme de rachat de 25 millions de dollars à des prix très intéressants pendant une période de cinq jours à la mi-mars, lorsque le marché a commencé à réagir négativement à la crise COVID-19.

Nous avons exécuté un plan de négociation automatisé 10b5-1 dans le cadre de notre récente fenêtre de négociation d’ouverture qui a commencé lorsque la fenêtre de négociation a été fermée le 18 mars. Toutefois, malgré la solidité de notre bilan et la confiance que nous avons dans notre entreprise, nous avons annulé le plan le 22 mars, car nous estimions qu’il était prudent, compte tenu de l’incertitude de la pandémie sur l’économie en général. Comme je le dis en période d’incertitude, l’argent liquide est roi. Et c’était le principe directeur de notre décision.

À cette fin, je conclurai mes remarques sur une note positive en informant tout le monde qu’après mûre réflexion, notre conseil d’administration a renouvelé son engagement de maintenir notre dividende trimestriel régulier en espèces. Aujourd’hui plus que jamais, nous estimons qu’il est important de soutenir notre économie en restituant les liquidités dont nous avons tant besoin, directement à nos actionnaires individuels et institutionnels et indirectement par l’intermédiaire de leurs divers investissements dans des fonds communs de placement, des plans 401(k) et d’autres comptes de retraite.

Sur ce, je suis heureux de passer la parole au directeur financier de NIC, Steve Kovzan.

Steve Kovzan

Merci, Harry. Au premier trimestre 2020, nous avons gagné 0,18 $ par action, contre 0,17 $ au trimestre précédent. Avant de passer aux résultats de base du trimestre, en tant qu’élément d’ordre administratif, à partir du premier trimestre de cette année, nous avons reclassé le contrat de traitement des paiements du Texas dans notre compte de résultat, de la catégorie des entreprises d’État à celle des logiciels et services, tant pour le trimestre en cours que pour le trimestre de l’année précédente, étant donné que notre activité au Texas se limite au traitement des paiements comme les autres contrats liés aux paiements dans notre catégorie des logiciels et services, et qu’il ne s’agit pas d’un contrat d’entreprise traditionnel dans le cadre duquel nous développons et gérons des services gouvernementaux numériques et nous occupons du traitement des paiements. Nous avons également inclus un calendrier supplémentaire dans la section “Investor Relations” de notre site egov.com qui présente le reclassement sur une base trimestrielle et annuelle, à partir du troisième trimestre 2018, date à laquelle le contrat de traitement des paiements au Texas a commencé.

Passons maintenant aux principaux résultats du trimestre. Les revenus des entreprises du même État ont augmenté de 7 % d’une année sur l’autre. Nous avons connu un très bon début de trimestre avant que la réponse du pays à COVID-19 n’entre en vigueur vers la seconde moitié du mois de mars. En conséquence, la croissance des entreprises du même État pour le trimestre a été légèrement inférieure à nos attentes internes, reflétant l’impact de COVID-19 sur une partie du mois sur certains de nos services aux entreprises d’État, plus particulièrement les dossiers sur l’historique des conducteurs et, dans une moindre mesure, les services gouvernementaux interactifs, en plus de certains de nos logiciels et services, y compris le programme fédéral de vérification préalable à l’emploi et le service fédéral Recreation.gov, dont je parlerai plus en détail dans un instant.

Mais d’abord, je vais décomposer les principales composantes de la croissance des entreprises du même État pour le trimestre. Les revenus des entreprises du même État, basés sur l’historique des transactions, ont baissé de 4 % par rapport à l’année précédente. Pour le mois de mars, les revenus de la RAS de même État ont diminué de 8 % par rapport à mars 2019 et ont été clairement touchés par l’épidémie, car nous n’avons jamais vu les revenus mensuels de la RAS de même État baisser à ce point dans l’histoire de notre entreprise.

Comme nous en avons discuté par le passé, nous n’avons pas la transparence idéale sur ce qui détermine les volumes de DHR au fil du temps, et cette situation n’est pas différente. Toutefois, en discutant avec nos différents contacts dans le secteur, y compris les revendeurs de données, et en nous basant sur les rapports des médias, nous pensons que la baisse des volumes de RSD pourrait être le résultat de plusieurs facteurs qui nous semblent raisonnables à ce stade.

Tout d’abord, une pause temporaire dans la seconde moitié du mois de mars pour permettre aux gouvernements et aux entreprises de s’adapter aux commandes de travail à domicile et aux accords de travail à domicile aurait pu entraîner une diminution des pools d’enregistrements par les revendeurs de données et les compagnies d’assurance. Par exemple, l’un de nos partenaires gouvernementaux n’a pas pu mettre à jour les dossiers de RSD en masse pendant une période de deux semaines à partir de la fin mars en raison de problèmes de personnel pour le travail à domicile. Heureusement, l’État a pu reprendre la mise à jour des dossiers la deuxième semaine d’avril.

Deuxièmement, plusieurs grands assureurs automobiles ont annoncé qu’ils enverraient des remboursements aux clients, car les demandes d’indemnisation ont diminué en raison de la baisse du nombre de conducteurs sur les routes, ce qui pourrait entraîner une diminution des pools de RDR. En outre, les forces de l’ordre dans tout le pays émettent moins de contraventions pour infractions au code de la route en réponse aux directives de distanciation sociale, ce qui pourrait également contribuer à la baisse des volumes de RDR.

Troisièmement, les ventes d’automobiles et de maisons, qui ont historiquement suscité la constitution de pools de dossiers de DHR, sont au point mort et pourraient également contribuer à la mollesse. Enfin, comme les entreprises embauchent moins de salariés en cette période de ralentissement économique soudain, notamment dans les secteurs de la vente au détail, du voyage, de la restauration et du divertissement, les entreprises effectuent moins de vérifications d’antécédents, ce qui pourrait contribuer à réduire les réserves de dossiers de RSD.

Bien qu’il soit difficile de prévoir avec précision l’ampleur et la durée de l’impact de la pandémie sur les volumes de DHR, nous prévoyons que cette faiblesse sera plus prononcée au deuxième trimestre, avec une fermeture complète de la plupart du pays et une forte baisse de l’économie en général, et peut-être dans une moindre mesure, au troisième et au quatrième trimestre, lorsque nous espérons que le pays et l’économie commenceront à se redresser lentement.

Ensuite, les revenus des services gouvernementaux interactifs basés sur des transactions entre États, ou IGS, ont connu une solide hausse de 13 % au cours du trimestre, grâce à l’augmentation des revenus du traitement des paiements dans certains États, notamment au New Jersey ; aux revenus du nouveau système de titres et d’enregistrement des véhicules automobiles au Wisconsin, qui a été lancé au cours du second semestre de l’année dernière, à l’augmentation des revenus des permis de chasse et de pêche dans certains États ainsi qu’à la hausse des revenus et de plusieurs autres services en ligne dans le cadre de notre activité d’entreprise d’État.

Pour le mois de mars, les revenus des IGS dans le même État ont augmenté de 8 % par rapport à mars 2019. Au cours des derniers jours du mois, nous avons assisté à la fermeture de bureaux gouvernementaux dans plusieurs de nos États d’entreprises pour se conformer aux ordonnances de séjour à domicile découlant de la pandémie COVID-19 et nous avons vu plusieurs DMV permettre aux citoyens de bénéficier de prolongations de 60 à 90 jours pour le renouvellement des immatriculations automobiles et des permis de conduire, ce qui a contribué à la baisse des revenus des IGS dans certains de nos États.

En revanche, nous avons constaté une augmentation substantielle des volumes de plusieurs services en ligne dans l’ensemble de nos entreprises d’État, les transactions précédemment effectuées dans les bureaux du gouvernement étant passées en ligne. Bien qu’il soit difficile de prévoir avec précision l’impact de la pandémie COVID-19 sur les revenus de l’IGS pour le reste de l’année, étant donné que nous n’avons qu’un mois partiel de résultats à notre actif, il est important de se rappeler que la plupart de nos services IGS ne sont pas discrétionnaires. Par conséquent, nous pensons que la plupart des transactions IGS auront lieu cette année, mais qu’une partie sera reportée à des périodes ultérieures.

En outre, de nombreux services de point de vente que nous gérons dans les bureaux gouvernementaux en brique et en mortier sont liés au traitement des paiements, pour lesquels nous prévoyons que la baisse des revenus sera partiellement compensée par une augmentation des transactions en ligne pour les mêmes services ou partiellement compensée par une baisse correspondante des coûts de traitement des commerçants, qui pourrait avoisiner 60 % des revenus des points de vente.

Un dernier domaine que je voudrais aborder avant de passer à nos activités de logiciels et de services est nos efforts continus sur le front des loisirs de plein air en Pennsylvanie et dans l’Illinois. Pour le trimestre, nous avons engagé environ 900 000 dollars de frais d’entreprise d’État pour mettre en œuvre notre plate-forme de loisirs de plein air en Pennsylvanie et dans l’Illinois, contre environ 500 000 dollars au trimestre précédent, lorsque nous étions exclusivement concentrés sur la Pennsylvanie.

Au début de l’année, lorsque nous avons annoncé nos orientations pour 2020, nous prévoyions de lancer la Pennsylvanie vers le milieu de l’année. Toutefois, en raison du manque de ressources de l’État pendant la pandémie COVID-19, notamment l’incapacité de travailler avec des agents de point de vente sur le terrain pendant le verrouillage, l’État de Pennsylvanie a récemment demandé que nous reportions la date de lancement en septembre, ce qui, compte tenu des circonstances, est tout à fait raisonnable. Malheureusement, pour nous, cela repousse le lancement en dehors de la saison de chasse et de pêche et réduit les revenus que nous prévoyons actuellement de générer en 2020 à environ 600 000 dollars, notre estimation précédente de 2,4 millions de dollars.

Toutefois, en raison des ajustements que nous avons apportés à notre calendrier de projets et à nos ressources de développement, nous prévoyons que l’impact sur les revenus d’exploitation sera inférieur à l’impact sur les recettes, soit environ un million de dollars seulement pour l’année, que nous avons intégré dans nos prévisions pour l’année, dont je parlerai tout à l’heure. Cependant, il y a un bon côté à cette situation et qu’en raison du retard, nous avons négocié une année supplémentaire à notre contrat, qui s’étend maintenant à 12 ans au total. Nous apprécions beaucoup le partenariat avec l’État et nous espérons qu’une solution sera trouvée dans le courant de l’année.

Passons à autre chose. Les revenus des logiciels et des services ont augmenté de 1,4 million de dollars, soit 9 %, par rapport au trimestre précédent, principalement grâce aux revenus de notre activité de surveillance des médicaments sur ordonnance RxGov et de l’activité NIC Licensing Solutions récemment acquise, qui ont contribué à hauteur de 800 000 dollars de revenus combinés au cours du trimestre, et à la croissance du contrat de traitement des paiements au Texas.

Je vais maintenant aborder nos deux plus grands contrats fédéraux : le programme de contrôle préalable à l’emploi, ou PSP, que nous gérons au nom de l’Administration fédérale de la sécurité des transports routiers ; et le service de loisirs de plein air Recreation.gov que nous gérons en sous-traitance avec Booz Allen Hamilton. Je vais d’abord parler du PSP. Pour le trimestre, la croissance des revenus des PSP est restée stable, en grande partie à cause de la baisse de 5 % des revenus pour le mois de mars.

En discutant avec nos homologues gouvernementaux et sur la base des publications professionnelles et des communications de l’American Trucking Association, nous prévoyons actuellement la poursuite du ralentissement des volumes de PSP dans les mois à venir en raison de plusieurs facteurs, que j’évoquerai brièvement. Mais avant cela, je rappelle que la PSP n’est pas un service obligatoire pour les transporteurs routiers et les autres entreprises associées à l’industrie du camionnage.

Toutefois, la bonne nouvelle est que l’industrie du camionnage est essentielle pendant la pandémie COVID-19. Et nous prévoyons que les entreprises de transport continueront à embaucher des chauffeurs et donc, à tirer les dossiers de la PSP, bien qu’à un rythme plus lent au cours des prochains mois pour les raisons suivantes. Tout d’abord, en raison de la détérioration rapide de l’économie en général suite à la pandémie COVID-19, qui a débuté principalement dans la seconde moitié du mois de mars, nous pensons que le roulement des chauffeurs est en baisse car les camionneurs conservent leur emploi, ce qui pourrait contribuer à réduire le nombre de dossiers PSP.

Deuxièmement, la FMCSA a temporairement levé sa réglementation sur les heures de service en raison de la pandémie de COVID-19. Les camionneurs passent donc plus de temps sur la route, ce qui réduit la nécessité d’avoir autant de chauffeurs au sein du personnel. En outre, les routes du pays étant moins encombrées, les camionneurs effectuent leurs trajets en moins de temps, ce qui nécessite également moins de chauffeurs. Troisièmement, alors que la circulation des biens non durables reste relativement forte, les entreprises de camionnage qui livrent des matières premières aux fabricants réduisent les salaires, diminuent les heures de travail des camionneurs et réduisent les dépenses, car la demande initiale de produits de consommation fait place au ralentissement économique national, ce qui pourrait également contribuer à la baisse des volumes de PSP.

Enfin, et dans une moindre mesure, l’industrie des autocars, y compris des entreprises telles que Greyhound Lines, est fortement axée sur le tourisme, et presque tous les voyages en bus ont cessé en raison de la pandémie de COVID-19. Bien que le secteur des autocars ne représente qu’une très petite partie de l’ensemble du secteur des transports routiers, il pourrait lui aussi contribuer à la diminution des stocks de documents PSP.

Comme preuve du fléchissement des recettes de la PSP, au cours des trois premières semaines d’avril, les volumes de PSP ont diminué d’environ 25 % d’une année sur l’autre. Et nous prévoyons que cette baisse sera plus prononcée au deuxième trimestre, puis, espérons-le, modérée au cours du second semestre, lorsque le pays et l’économie commenceront à se redresser lentement.

Ensuite, je couvrirai Recreation.gov. Pour le trimestre, les recettes de Rec.gov ont augmenté de 5 %. Au cours des deux premiers mois de l’année, les recettes de Rec.gov ont augmenté de plus de 25 %. Mais ensuite, en mars, nous avons assisté à un recul de plus de 20 %, car les parcs nationaux et les sites emblématiques populaires tels que Yellowstone, Yosemite et le monument de Washington ont commencé à fermer les derniers jours du mois pour éliminer les foules et renforcer la distanciation sociale.

En outre, le service forestier américain a récemment fermé la plupart des terrains de camping, qui resteront probablement fermés au moins jusqu’en mai. Nous nous attendons à ce que cette baisse des recettes se poursuive pendant une grande partie du deuxième trimestre, puis, espérons-le, s’améliore au cours du second semestre, lorsque nos parcs nationaux et nos zones de loisirs commenceront à se rouvrir lentement. Sur une note positive, notre activité de loisirs de plein air au niveau des États, en particulier les permis de chasse et de pêche, a été forte au cours du premier trimestre qui s’est terminé en mars.

Passons maintenant aux frais de fonctionnement. Les dépenses d’amortissement ont augmenté d’environ 1,1 million de dollars, soit 44 %, par rapport au trimestre de l’année précédente, principalement en raison de l’amortissement des actifs incorporels provenant de l’acquisition des actifs de RxGov, qui a totalisé environ 800 000 $ pour le trimestre, soit une hausse de 500 000 $ par rapport au trimestre de l’année précédente, et de l’acquisition de NIC Licensing Solutions, qui a été conclue le 1er mai 2019, et qui a totalisé environ 250 000 $ pour le trimestre.

Le résultat d’exploitation pour le trimestre a augmenté de 2 %, ce qui se traduit par une marge d’exploitation de 17 %, contre 18 % au trimestre correspondant de l’année précédente. Rappelons que les frais de vente et d’administration du trimestre de l’année précédente reflètent des indemnités de licenciement de cadres totalisant 2,6 millions de dollars, ce qui a réduit le BPA de 0,04 $. Sans ces coûts, la marge d’exploitation du trimestre de l’année précédente aurait été d’environ 21%.

La baisse de la marge d’exploitation au cours du trimestre actuel reflète principalement la baisse susmentionnée des revenus à marge élevée de la DHR pour le trimestre, les coûts supplémentaires pour mettre en œuvre notre solution complète de loisirs de plein air en Pennsylvanie et dans l’Illinois et la dilution modeste des activités de RxGov et de NIC Licensing Solutions récemment acquises par la société, y compris la hausse des charges d’amortissement.

Pour conclure mes commentaires sur nos résultats trimestriels, les revenus d’intérêts se sont élevés à 400 000 dollars, en baisse par rapport aux 600 000 dollars du premier trimestre 2019, en raison principalement d’une diminution des intérêts que nous percevons sur notre solde moyen de trésorerie investissable suite aux réductions d’urgence du taux des fonds fédéraux par la Réserve fédérale en mars 2020 en réponse à la pandémie de COVID-19, ramenant les taux à pratiquement zéro.

Par conséquent, nous nous attendons à ce que les intérêts perçus, le cas échéant, pour le reste de l’année soient insignifiants. Rappelons que nos orientations précédemment publiées concernant le BPA pour 2020 reflètent environ 0,02 $ de revenus d’intérêts. Nous nous attendons donc à être bien en deçà de ce chiffre et bien en deçà des 0,03 $ de revenus d’intérêts que nous avons gagnés en 2019.

Passons maintenant à nos conseils. Nous avons fait de notre mieux pour évaluer l’impact que COVID-19 pourrait avoir sur nos activités pour le reste de l’année. Nous nous sommes efforcés d’être prudents tout en étant précis du point de vue des orientations, compte tenu de ce que nous savons aujourd’hui. Et en tenant compte du fait que nous n’avons qu’un mois partiel de résultats de la pandémie COVID-19 et que nous ne connaîtrons pas l’effet complet avant les périodes futures.

Cela étant dit, pour l’ensemble de l’année 2020, nous prévoyons actuellement d’atteindre la limite inférieure de nos prévisions précédemment publiées pour les recettes totales, qui étaient de 380,5 millions de dollars, la limite inférieure de nos prévisions précédemment publiées pour l’EBITDA ajusté, qui étaient de 88,5 millions de dollars, et la limite inférieure de nos prévisions précédemment publiées pour le BPA, qui étaient de 0,76 dollar.

Nos prévisions actuelles pour 2020 supposent que nous compenserons une partie de la faiblesse des recettes, que je viens de couvrir dans mes remarques préparées, par une combinaison de frais d’interchange variables moins élevés pour les cartes de crédit, résultant de la baisse des recettes des IGS, et par un contrôle rigoureux des coûts des dépenses discrétionnaires, en se concentrant sur les investissements essentiels, y compris les positions ouvertes.

En outre, nous prévoyons une baisse significative des frais de voyage pour l’ensemble de l’entreprise, car nos prévisions actuelles supposent que le pays restera fermé pendant une grande partie du deuxième trimestre et commencera progressivement à ouvrir au cours du second semestre de l’année. Nous prévoyons actuellement que notre taux d’imposition effectif avant tout élément distinct se situera entre 25 et 26 % en 2020. Toutefois, si nous devions finalement reconnaître des éléments discrets potentiels en raison de l’expiration de la mise en œuvre des lois, notre taux d’imposition effectif pourrait être plus proche de 24 % en 2020.

Nos orientations précédentes concernant les dépenses d’investissement et les coûts de développement de logiciels capitalisés pour 2020 restent inchangées. Les dépenses d’investissement actuellement prévues se situent entre 6 et 7 millions de dollars et les coûts de développement de logiciels à usage interne capitalisés entre 9 et 10 millions de dollars.

En conclusion, malgré la faiblesse sans précédent des revenus de notre entreprise résultant de la pandémie COVID-19, NIC est une entreprise essentielle et solide qui aide le gouvernement à rester ouvert aux affaires. Notre entreprise a été créée il y a 28 ans pour permettre aux entreprises et aux citoyens d’interagir avec le gouvernement en ligne plutôt que de faire la queue dans les bureaux du gouvernement.

L’éloignement social dû à la pandémie pousse de plus en plus d’entreprises et de citoyens à interagir avec le gouvernement par voie numérique, y compris beaucoup qui ne le faisaient pas auparavant. Et nous espérons qu’ils trouveront cette expérience facile et pratique et qu’ils continueront à le faire après la fin de la pandémie.

En outre, notre flux de trésorerie constant, notre bilan sans dette et notre important excédent de trésorerie nous assurent une force et un confort financiers en ces temps incertains. Bien que nous ne soyons pas à l’abri de l’impact financier de la pandémie de COVID-9, nous pensons que nous serons résistants et que nous nous en sortirons bien mieux que de nombreuses entreprises tout au long de la crise.

Si le pays glisse vers une période de récession prolongée, je pense que notre proposition de valeur et notre modèle d’entreprise trouveront un écho encore plus grand auprès des pouvoirs publics en période de difficultés économiques, car nous continuons à les aider à réduire leurs risques financiers et technologiques, à accroître leur efficacité opérationnelle et à éviter des coûts importants, tout en offrant aux entreprises et aux citoyens un moyen plus sûr, plus rapide, plus pratique et plus rentable d’interagir avec le gouvernement. Le moment est venu pour nous de briller dans notre secteur et je ne pourrais pas être plus fier que maintenant d’être le directeur financier de NIC.

Cela conclut les remarques que j’avais préparées aujourd’hui, je vais donc rappeler Harry.

Harry Herington

Merci, Steve. Nous sommes en plein dans une période sans précédent. Et bien que notre activité ait été touchée au premier trimestre, je suis extrêmement satisfait de la performance globale de NIC. Comme je l’ai déjà dit, nous sommes une société financièrement stable, sans dette, qui continue à générer des flux de trésorerie réguliers. Nous disposons d’un modèle d’entreprise éprouvé, conçu pour fonctionner dans n’importe quelle situation économique, de relations solides avec nos partenaires gouvernementaux et d’une équipe d’employés dévoués dans tout le pays, qui ont plus que su se montrer à la hauteur pendant cette crise. Bien qu’il soit trop tôt pour savoir comment cette crise sanitaire affectera nos vies et notre économie pour le reste de l’année 2020, je suis par tempérament un optimiste avec un appétit pour l’innovation, et je crois que NIC est bien positionnée comme toute entreprise pourrait l’être en ce moment.

Sur ce, opérateur, nous allons maintenant ouvrir l’appel à questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

Merci, Monsieur. [Operator Instructions] Nous allons maintenant répondre à la première question de Gary Prestopino, de Barrington Research. Allez-y, s’il vous plaît.

Gary Prestopino

Bonjour à tous.

Harry Herington

Salut, Gary.

Steve Kovzan

Bonjour.

Gary Prestopino

Steve, puis-je vous demander, vous avez passé en revue assez rapidement certaines choses liées au contrat de la Pennsylvanie et au contrat de l’Illinois en termes de puts and take. Mais lorsque vous avez donné vos conseils, vous avez dit en gros que ce serait une perte d’exploitation supplémentaire de 3,1 millions de dollars cette année, les recettes étant compensées par les dépenses. Cela a-t-il augmenté maintenant ? Je veux dire, je pense que vous avez parlé d’un impact d’environ 1 million de dollars. J’essaie simplement d’avoir une idée de l’impact total que cela aura cette année en raison de la COVID-19.

Steve Kovzan

Oui, c’est exact. Ainsi, nos revenus attendus de la Pennsylvanie diminueront d’environ 1,8 million de dollars cette année avec le passage au lancement en septembre, mais l’impact net de ce passage n’est pas de 1,8 million de dollars, il est d’environ 1 million de dollars. Donc, oui, à votre avis, c’est un million de dollars de plus en termes d’impact sur le résultat net de la Pennsylvanie et de l’Illinois pour l’année, en raison du changement de calendrier du projet.

Gary Prestopino

D’accord. Et puis, il est bon de voir que toute la partie en ligne de votre modèle d’entreprise est vraiment en train d’arriver sur le marché. Harry, pensez-vous qu’étant donné ce qui se passe ici, que cela constitue un excellent exemple de la raison pour laquelle davantage d’États devraient vraiment adopter votre modèle au fil du temps ? Et comment pouvez-vous en tirer profit ?

Harry Herington

Oui, Gary, je suis d’accord avec cette affirmation. Je pense que les États et le gouvernement dans son ensemble vont s’orienter davantage vers la fourniture du plus grand nombre de services possible du point de vue numérique. Et bien sûr, mes équipes se concentrent actuellement sur ce point et sur l’éducation. Il y a deux choses différentes.

Premièrement, j’aimerais dire aux gens qu’une partie de l’innocence est maintenant perdue dans les agences, et que le personnel du gouvernement a réalisé qu’il devait trouver un moyen de fournir un accès à des informations en ligne qu’il ne connaissait peut-être pas dans le passé. Et cela ne concerne pas seulement les citoyens dans les entreprises. Les bureaux gouvernementaux ont également le souci d’interagir avec les personnes qui viennent ici et qui essaient de se distancer socialement. Je vois donc absolument une opportunité ici. Avant tout, nous allons donc nous efforcer de les aider à surmonter la crise COVID-19 à laquelle ils sont confrontés.

Gary Prestopino

D’accord. Et je suppose que la plupart de vos activités de vente et de marketing ont totalement cessé à ce stade ?

Harry Herington

Je dirais que la majorité – je veux dire qu’elle le ferait – du point de vue de l’intégrité, ce n’est pas le moment d’aller frapper aux portes et de dire “Hé, on a une solution pour vous”. En même temps, il y a – nous avons lancé quelques services au cours du mois dernier. Il y a certaines choses, et vous venez de m’entendre parler du Maine, où, alors qu’ils étaient en train de fermer et de dire “Très bien, tout le monde doit rentrer chez lui”, ils ont fait signer ce contrat. Nous avons obtenu quelques prolongations signées au cours de la semaine dernière. Le gouvernement doit donc continuer à fonctionner. Et nous allons être très respectueux. Nous allons travailler avec eux au fur et à mesure que nous les identifions.

Et vous m’avez entendu dans mes remarques, certaines opportunités – bien que la majorité de ce que nous avons fait avec COVID-19 n’ait pas généré de revenus parce que c’est la bonne chose à faire pour nos communautés, pour nos partenaires. Il y a eu des opportunités qui ont généré des revenus, et nous y travaillons. Mais je dirais que toute mon équipe est engagée dans ce domaine. Ils nous engagent de la bonne manière. Premièrement, à court terme, comment prenons-nous soin de nos employés ? Comment prenons-nous soin de nos partenaires gouvernementaux ? À long terme, qu’est-ce que cela signifie pour nos actionnaires ? Qu’est-ce que cela signifie pour notre entreprise ? Je suis – Steve l’a bien dit. Il n’a jamais été aussi fier en tant que directeur financier, je n’ai jamais été aussi fier en tant que PDG de cette entreprise et de la direction que tout le monde prend.

Gary Prestopino

D’accord. Et enfin, un commentaire sur le contrat de paiement du ministère des services financiers de Floride. Est-ce toujours évident – est-ce toujours contesté ?

Harry Herington

Oui. Et nous avons une politique, mais je vais vous en donner juste un peu, et c’est évident. Elle est contestée. Malheureusement, tout s’est également ralenti à cause du COVID-19, et ils ont arrêté toutes les audiences administratives jusqu’à ce qu’ils aient réglé cette question.

Gary Prestopino

D’accord. Merci beaucoup.

Harry Herington

D’accord. Restez en sécurité.

Opérateur

Nous allons maintenant passer à la question suivante de Peter Heckmann, du D.A. Davidson. Allez-y, je vous prie.

Peter Heckmann

Bonjour à tous. Merci pour le détail supplémentaire. Je me demandais, en ce qui concerne les délais de paiement de l’impôt fédéral et des États fédérés qui ont été repoussés d’avril à juillet, si vous faites beaucoup de choses en matière de paiement de l’impôt foncier, que ce soit pour vos consommateurs ou pour vos entreprises qui étaient – en pensant au deuxième trimestre, nous pourrions peut-être voir un peu plus de pression au troisième trimestre ?

Harry Herington

Oui. Absolument, Pete. C’est l’un des domaines. Nous travaillons donc dans tout le pays avec différents partenaires à partir de là. C’est intéressant. Il y a différentes histoires qui en ressortent. Nous suivons cela de très près. Là où vous avez vu une poussée du point de vue fédéral, il y a certains des États qui n’ont pas encore signalé que, même s’il s’agit de l’impôt sur le revenu provenant de l’impôt foncier, ils vont le faire. Nous surveillons donc la situation, le fonds de paiement de l’impôt foncier, beaucoup de services d’urgence locaux et ce genre de choses. C’est donc un sujet intéressant à suivre.

Steve Kovzan

Donc oui. Et Pete, juste pour faire suite à cela, oui. Bien que cela puisse arriver, nous nous attendons à ce que ce soit plutôt une question de – juste reportée à une période future par opposition à complètement perdue pour l’année.

Peter Heckmann

Oui, oui, oui. J’essaie juste de penser en termes de faire en sorte que le deuxième trimestre soit au bon endroit. Et puis, en ce qui concerne les licences de cannabis, félicitations pour le Missouri. Rappelez-nous, est-ce le quatrième ou avec combien d’États travaillez-vous actuellement à cette solution ?

Harry Herington

Nous sommes donc dans – je pense cinq – ce qui fait maintenant cinq États au total avec le cannabis. En fait, je pense que c’est six. Je retire ce que j’ai dit. Parce que nous – parce que les – quand nous avons acquis Complia, ils travaillaient dans quatre de nos États d’entreprise, et puis nous avons lancé notre service en Virginie occidentale et maintenant dans le Missouri, donc ça fait six.

Peter Heckmann

D’accord. Très bien. Et puis, à quoi faut-il penser avec le nouveau contrat en Louisiane, des conditions notables auxquelles nous devrions penser ? Ou simplement qu’un nouveau contrat est nécessaire pour une raison apparente ?

Harry Herington

C’est exact. Pour nous, c’est la même chose qu’en Louisiane.

Peter Heckmann

Super. Très bien. Merci beaucoup.

Harry Herington

Merci, Pete.

Opérateur

[Operator Instructions] Nous allons maintenant passer à la question suivante d’Ishfaque Faruk de Sidoti & Company. Je vous en prie, allez-y.

Ishfaque Faruk

Bonjour, messieurs.

Harry Herington

Salut, Faruk.

Ishfaque Faruk

Quelques questions de ma part. Tout d’abord, en ce qui concerne les contrats de traitement des paiements en Floride, vous en avez brièvement parlé, Harry. Vous attendez-vous à ce que cela devienne comme – comme quelques quarts d’heure – une sorte de résolution à ce sujet ? Je sais que vous avez brièvement dit qu’il y a des audiences.

Harry Herington

Oui. Encore une fois, il m’est difficile de vraiment prévoir ce qui va se passer quand vous êtes au milieu de tout cela, et nous n’allons pas vraiment si loin dans la voie. Je vais – ce que je vais dire, le gouvernement l’a fait – laissez-moi le dire correctement. Le gouvernement travaille vraiment dur pour s’assurer qu’ils continuent à fonctionner dans tous les domaines, et la Floride n’est pas différente. Ce n’était qu’une sorte de pause temporaire pendant laquelle ils ont déterminé quelle était la meilleure façon de traiter avec tous ceux qui travaillent à distance, y compris les tribunaux. Mais vous avez vu cela dans tout le pays. Les agences, les tribunaux, tout le monde s’est mobilisé et notre – nous devons continuer à aller de l’avant. Je m’attends donc à ce qu’elle suive sa progression normale maintenant que nous avons dépassé cette petite pause.

Ishfaque Faruk

J’ai compris. Très utile. Ok. Et Harry, dans vos remarques précédentes, vous avez brièvement évoqué la Virginie et le traitement des demandes de chômage. Pensez-vous en faire d’autres ? Et ce n’est pas un service très générateur de revenus pour vous, n’est-ce pas ?

Harry Herington

Ce sont deux questions différentes. Tout d’abord, je vais commencer par le chômage. Nous n’avons pas beaucoup de chômage dans tout le pays. Alors c’est – commençons par là. Il y a eu – comme vous le savez, dans les médias et au gouvernement, ce sont des systèmes très solides, mais ils n’ont pas été conçus pour l’impact qu’ils ont en ce moment. Et en Virginie, nous avons pu intervenir pour aider. Nous discutons avec quelques-uns de nos autres partenaires pour voir s’il y a des domaines dans lesquels nous pouvons apporter des solutions similaires, que ce soit pour aider certains des centres d’appels, certains des points d’entrée dans certains dossiers et les services, des choses comme ça.

Et toi, Steve, de…

Steve Kovzan

Oui, je suppose que ce que je dirais à ce stade, Ishfaque, c’est que nous allons monétiser le travail que nous faisons en Virginie, mais que nous allons attendre les périodes futures pour apporter un peu de couleur jusqu’à ce que nous ayons un peu plus de clarté.

Ishfaque Faruk

J’ai compris. Et enfin, pour ce qui est de – Steve, vous avez donné beaucoup de couleur du côté de la DHR. En termes de – évidemment, le Q2 va être au plus bas par rapport à ce que vous avez vu précédemment. Vous attendez-vous à ce que cela revienne en partie comme à la fin du deuxième trimestre ? Ou comment pensez-vous à l’interne pour vos propres besoins de planification ?

Steve Kovzan

Eh bien, de manière générale, quand on pense à nos prévisions, oui, elles seront certainement plus prononcées au deuxième trimestre. Et nous espérons qu’il y aura une certaine demande refoulée à mesure que le pays et l’économie commenceront à se redresser lentement, ce que nous commençons en fait à voir maintenant, probablement un peu plus tôt que prévu, commencer à se redresser lentement dans la dernière partie de l’année. Donc oui, nous nous attendons à ce que cela se modère. Et il pourrait y avoir une demande refoulée de la part des revendeurs de données et des compagnies d’assurance, je dois dire.

Ishfaque Faruk

Oui. Très bien. J’ai compris. Merci.

Opérateur

Je vous remercie. [Operator Instruction] Et comme il n’y a pas d’autres questions en attente, je voudrais rappeler nos orateurs, pour toute remarque complémentaire ou finale.

Harry Herington

Merci, Sergey, et merci à tous ceux qui nous ont rejoints ce matin. J’espère sincèrement que chacun d’entre vous restera en sécurité et en bonne santé. Et vous devez reconnaître que la distanciation sociale ne signifie pas que vous devez être isolés socialement. Je le dis à mes employés tout le temps : “Nous avons besoin les uns des autres maintenant plus que jamais.” N’oubliez donc pas de contacter votre famille et vos amis par courrier électronique, par SMS ou par téléphone pendant cette période. Je me réjouis également de m’entretenir à nouveau avec vous lors de notre assemblée générale annuelle virtuelle des actionnaires, qui se tiendra aujourd’hui à 11 heures (heure centrale).

Sur ce, merci et restez en bonne santé.

Opérateur

Je vous remercie. Voilà qui conclut l’appel d’aujourd’hui. Merci de votre participation, Mesdames et Messieurs. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro