Verisign, Inc. (NASDAQ:VRSN) Conférence téléphonique sur les résultats du 1er trimestre 2020 23 avril 2020 16h30

Entreprises participantes

David Atchley – Vice-président et trésorier d’entreprise

James Bidzos – Fondateur, président exécutif et PDG

George Kilguss – Vice-président et directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Robert Oliver – Robert W. Baird & Co.

Nicholas Jones – Citigroup

Sterling Auty – JPMorgan Chase & Co.

Opérateur

Bonne journée à tous. Bienvenue à l’appel aux gains de VeriSign pour le premier trimestre 2020. La conférence d’aujourd’hui est enregistrée. L’enregistrement de cet appel n’est pas autorisé, sauf autorisation préalable.

Pour l’instant, je voudrais céder la parole à M. David Atchley, vice-président des relations avec les investisseurs et trésorier de la société. Allez-y, s’il vous plaît.

David Atchley

Merci, Monsieur l’Opérateur. Bienvenue à l’appel aux résultats de VeriSign pour le premier trimestre 2020. Merci à tous de vous joindre à notre appel aujourd’hui, et nous espérons que chacun d’entre vous reste en sécurité et en bonne santé. Jim Bidzos, président exécutif et PDG, Todd Strubbe, président et directeur de l’exploitation, et George Kilguss, vice-président exécutif et directeur financier, me rejoignent à distance depuis leurs bureaux respectifs. Je vous remercie d’avance de votre patience si nous rencontrons des interférences, des retards ou des problèmes de qualité sonore pendant l’appel d’aujourd’hui. Cet appel et cette présentation sont diffusés sur le site web des relations avec les investisseurs, qui est disponible sous la rubrique À propos de VeriSign sur verisign.com. Vous y trouverez également notre communiqué sur les résultats du premier trimestre 2020. À la fin de cet appel, la présentation sera disponible sur ce site. Et dans quelques heures, une rediffusion de l’appel sera mise en ligne.

Les résultats financiers figurant dans notre communiqué de presse sur les résultats ne sont pas vérifiés, et nos remarques comprennent des déclarations prévisionnelles qui sont soumises aux risques et incertitudes dont nous discutons en détail dans nos documents déposés auprès de la SEC, en particulier les rapports les plus récents sur les formulaires 10-K et 10-Q, qui identifient les facteurs de risque qui feraient en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux contenus dans les déclarations prévisionnelles. VeriSign maintient sa politique de longue date consistant à ne pas commenter les résultats financiers ou les orientations au cours du trimestre, à moins que cela ne soit fait par le biais d’une divulgation publique.

Les résultats financiers de l’appel d’aujourd’hui et les questions que nous allons aborder aujourd’hui comprennent les résultats GAAP et 2 mesures non GAAP utilisées par VeriSign, l’EBITDA ajusté et le cash-flow libre. Les informations de rapprochement entre les mesures GAAP et non GAAP sont annexées à la présentation de diapositives, qui se trouve dans la section “Investor Relations” de notre site web, disponible après cet appel.

Dans un instant, Jim et George feront quelques remarques préparées. Et ensuite, nous ouvrirons l’appel à vos questions. Sur ce, je voudrais passer la parole à Jim.

James Bidzos

Merci, David, et bonjour à tous. Alors que les gens s’efforcent de relever les défis mondiaux posés par COVID-19, nous nous concentrons sur la protection de notre personnel, la gestion de nos opérations, le soutien de nos communautés locales et l’aide aux petites entreprises par l’intermédiaire de nos partenaires généraux. Si les problèmes posés par COVID-19 sont sans précédent, ils s’inscrivent dans le cadre de notre préparation habituelle aux perturbations causées par des événements locaux, régionaux et mondiaux. Les plans de préparation de l’entreprise, qui sont régulièrement mis en œuvre, prévoient la possibilité de maintenir l’infrastructure Internet critique, la plupart des employés travaillant à distance. Nous sommes prêts à continuer à exploiter tous nos services, y compris les services de registre pour les .com et .net et nos opérations de routage selon les normes de performance rigoureuses régies par l’ICANN, même dans l’environnement exigeant créé par COVID-19.

En outre, pour aider nos communautés locales, comme annoncé en mars, nous avons fait un don initial de 2 millions de dollars au cours du premier trimestre aux premiers intervenants et au personnel médical de la région de Virginie du Nord, au Fonds mondial de réponse et de rétablissement des communautés COVID-19 de Centraide et au Fonds Semper Fi & America. Des efforts supplémentaires pour protéger notre personnel, gérer nos opérations, aider les communautés et les petites entreprises par l’intermédiaire de nos partenaires de distribution peuvent être trouvés sur notre blog d’entreprise, qui est disponible sur verisign.com.

J’aimerais maintenant aborder les mises à jour et les résultats du premier trimestre. Je suis en mesure d’annoncer un nouveau trimestre solide pour VeriSign, au cours duquel nous nous sommes concentrés sur notre activité principale, avons élargi la base de noms de domaine et avons obtenu des résultats financiers constants.

Le 27 mars, nous avons annoncé que VeriSign et l’ICANN avaient conclu le troisième amendement à l’accord sur le registre .com et une lettre d’intention distincte et contraignante, qui a officialisé un nouveau cadre permettant à l’ICANN et à VeriSign de travailler ensemble sur des initiatives liées à la capacité de sécurité et à la résilience du système de domaine. Nous sommes satisfaits de l’issue de ce processus et restons convaincus que ces accords serviront l’intérêt public en offrant une certitude en matière de prix et en contribuant à maintenir la sécurité, la stabilité et la résilience du domaine .com et des fonctions Internet essentielles qu’il supporte au niveau mondial.

En outre, nous avons annoncé qu’à la lumière des perturbations mondiales causées par COVID-19, nous avons des frais d’enregistrement pour tous les TLD, y compris .com et .net, jusqu’à la fin de 2020.

Comme nous l’avons déclaré le trimestre dernier, concernant la lettre d’intention, l’engagement unique de fournir 4 millions de dollars par an sur 5 ans à compter du 1er janvier 2021, pour que l’ICANN soutienne les activités visant à préserver et à renforcer la sécurité, la stabilité et la résilience du DNS et de l’Internet. Nous pensons que les activités financées par cet engagement bénéficieront à l’ensemble de la communauté de l’Internet.

Par ailleurs, pour faire le point, en février, Todd Strubbe a été promu de vice-président exécutif et directeur de l’exploitation à président et directeur de l’exploitation, renforçant ainsi notre équipe de direction.

En rapport avec les faits marquants du premier trimestre. Fin mars, le nombre de noms de domaine en .com et .net s’élevait à 160,7 millions, dont 147,3 millions pour .com et 13,4 millions pour .net, avec un taux de croissance de 3,8 % d’une année sur l’autre. Au cours du premier trimestre, nous avons traité 10 millions de nouveaux enregistrements, et la base de noms de domaine a augmenté de 1,83 million de noms. Bien que nos taux de renouvellement ne soient pas entièrement mesurables avant 45 jours après la fin du trimestre, nous pensons que le taux de renouvellement pour le premier trimestre 2020 sera d’environ 75,4 %. Ce taux préliminaire est à comparer aux 75,0 % atteints au premier trimestre 2019 et aux 73,8 % du quatrième trimestre 2019.

Au fait, notre communiqué de presse que nous venons de publier cet après-midi comporte une coquille. Et dans la phrase que je viens de lire, dans le communiqué de presse, il est dit au quatrième trimestre de 2020 au lieu du quatrième trimestre de 2019 où il est question du taux de renouvellement de 73,8 %. Donc le quatrième — le premier trimestre — désolé, le taux de renouvellement du quatrième trimestre de 2019 était de 73,8 %. Et la faute de frappe, c’est le quatrième trimestre de 2020. C’est un peu exagéré, je suppose. Je voulais donc simplement signaler cette erreur.

Revenons donc aux affaires. Pour 2020, nous prévoyons maintenant un taux de croissance de la base des noms de domaine compris entre 2 et 3,75 %. Compte tenu de l’incertitude présentée par COVID-19, cette fourchette actualisée reflète une vision plus prudente de la croissance de la base de noms de domaine pour le reste de l’année.

Au cours du premier trimestre, nous avons poursuivi notre programme de rachat d’actions qui a permis de racheter 1,3 million d’actions ordinaires pour un montant de 245 millions de dollars. Au 31 mars 2020, 826 millions de dollars restent disponibles et autorisés dans le cadre du programme de rachat d’actions actuel, qui n’a pas d’échéance. Notre situation financière et de liquidité reste solide avec 1,139 milliard de dollars de liquidités et de titres négociables à la fin du trimestre. Nous évaluons en permanence les besoins globaux de liquidités et d’investissements de l’entreprise et envisageons les meilleures utilisations de nos liquidités, y compris les éventuels rachats d’actions.

Et maintenant, je voudrais passer la parole à George.

George Kilguss

Merci, Jim, et bonjour à tous. Pour le trimestre clos le 31 mars 2020, la société a généré des revenus de 313 millions de dollars, soit une hausse de 2 % par rapport au même trimestre en 2019, et a réalisé un bénéfice d’exploitation de 206 millions de dollars, soit une hausse de 3 % par rapport aux 200 millions de dollars du même trimestre de l’année précédente. Les dépenses d’exploitation se sont élevées à 106 millions de dollars, soit le même montant qu’au premier trimestre de l’année dernière et moins que les 112 millions de dollars du dernier trimestre. La diminution séquentielle des dépenses d’exploitation est principalement le résultat d’une diminution des dépenses de vente et de marketing au cours du trimestre, partiellement compensée par les 2 millions de dollars de dons que Jim a mentionnés précédemment.

La marge d’exploitation du trimestre s’est élevée à 66% contre 65,4% au même trimestre de l’année précédente. Le bénéfice net s’est élevé à 334 millions de dollars, contre 163 millions de dollars un an plus tôt, ce qui a produit un bénéfice dilué par action de 2,86 $ au premier trimestre de cette année, contre 1,35 $ pour le même trimestre de l’année précédente. Comme indiqué dans notre communiqué de presse sur les résultats, le bénéfice net du trimestre comprend la reconnaissance de 168 millions de dollars d’avantages fiscaux non comptabilisés précédemment. Cet avantage fiscal a augmenté le bénéfice dilué par action de 1,44 $.

Au 31 mars 2020, la société avait un actif total de 1,754 milliard de dollars et un passif total de 3,163 milliards de dollars. L’actif comprenait 1,139 milliard de dollars de liquidités, d’équivalents de liquidités et de titres négociables. Le flux de trésorerie d’exploitation pour le premier trimestre était de 180 millions de dollars, et le flux de trésorerie disponible était de 169 millions de dollars, contre 187 millions et 178 millions de dollars, respectivement, pour le premier trimestre de l’année dernière.

Je vais maintenant parler des orientations pour l’ensemble de l’année 2020. Les recettes devraient toujours se situer entre 1,250 et 1,265 milliard de dollars. Cette fourchette de recettes reflète le taux de croissance actualisé de la base de noms de domaine, compris entre 2 % et 3,75 %, que Jim a mentionné précédemment. La marge d’exploitation, qui inclut la rémunération en actions, devrait toujours se situer entre 64,5 % et 65,5 %. Cette fourchette de prévisions reflète notre attente d’un investissement progressif et continu dans notre infrastructure opérationnelle, nos capacités de sécurité et nos dépenses de vente et de marketing pour le reste de l’année 2020.

Les charges d’intérêts et les produits hors exploitation nets devraient maintenant représenter une dépense de 80 à 85 millions de dollars. Cette fourchette actualisée reflète la baisse des revenus d’intérêts attendus sur les soldes de trésorerie en raison de la diminution des taux d’intérêt. Les dépenses d’investissement devraient toujours se situer entre 45 et 55 millions de dollars. Nous prévoyons maintenant que notre taux d’imposition effectif pour l’année entière sera un avantage de 2 à 5 %, ce qui reflète l’avantage fiscal de 168 millions de dollars constaté au premier trimestre. Pour le reste de l’année 2020, nous prévoyons une charge fiscale en pourcentage du revenu avant impôt comprise entre 19 % et 22 %. Les impôts en espèces pour 2020 ne seront pas affectés par la réévaluation de nos charges à payer pour les positions fiscales incertaines dont nous avons parlé précédemment et devraient encore se situer dans une fourchette de 18 à 21 % du revenu avant impôt.

En résumé, VeriSign a continué à afficher de bonnes performances financières au cours du trimestre, et nous nous réjouissons de poursuivre notre exécution ciblée pour le reste de l’année 2020 en cette période d’incertitude des marchés.

Je vais maintenant rappeler Jim pour son discours de clôture.

James Bidzos

Merci, George. Avant de passer à la question et à la partie de cet appel, je voudrais reconnaître les efforts du personnel critique, non seulement ici chez VeriSign mais partout ailleurs, pour le travail acharné et l’engagement dont ils font preuve pendant cette crise. Nous apprécions la formation, les compétences et les efforts dévoués de notre équipe, qui reste concentrée sur l’exploitation de nos infrastructures critiques. J’espère que tout le monde se porte bien et continue à être en sécurité.

Étant donné que les participants appellent à distance pour cet appel, nous aimerions passer en revue quelques questions qui, nous le savons, vous préoccupent avant d’ouvrir l’appel pour vos questions supplémentaires. La première question que je poserai et à laquelle je répondrai ensuite est la suivante : pourriez-vous fournir plus d’informations sur les impacts de COVID-19 sur votre entreprise en termes d’infrastructure, de chaîne d’approvisionnement, de clients, de demande de .com et .net et d’allocation de capital ? La réponse est que nous reconnaissons que VeriSign fonctionne de manière critique au sein de cette infrastructure sur laquelle nous comptons plus que jamais. La protection inconditionnelle de l’infrastructure qui gère les services de registre pour les .com et les .net, ainsi que de nos opérations de base, reste la première tâche à accomplir. Les plans de préparation de l’entreprise, qui sont régulièrement mis en œuvre, comprennent la capacité à maintenir l’infrastructure Internet critique, la plupart des employés travaillant à distance. VeriSign dispose de plusieurs centres d’exploitation redondants ainsi que de centaines de sites de service répartis dans le monde entier sur les 6 continents.

L’infrastructure DNS diversifiée de VeriSign ne dépend pas d’un seul type de technologie, de fournisseur ou de source d’énergie à un endroit donné, et les équipes techniques de VeriSign à travers le monde sont capables d’exécuter des fonctions clés à partir de plusieurs endroits. Nous sommes prêts à continuer à exploiter tous nos services, y compris les services de registre pour les .com et .net et nos opérations de routage selon les normes de performance rigoureuses régies par l’ICANN, même dans l’environnement exigeant créé par COVID-19.

En ce qui concerne notre chaîne d’approvisionnement, nous surveillons ces questions et prenons des mesures, le cas échéant, pour nous assurer que nous continuons à disposer de tout ce qui est nécessaire au fonctionnement continu de notre infrastructure. Il est important de rappeler que notre infrastructure ne dépend pas d’un seul type de technologie, d’un seul fournisseur ou d’une seule source d’énergie à un endroit donné. En ce qui concerne nos clients, il est clair que les entreprises et l’économie traversent une période d’incertitude. Comme nous en avons discuté dans notre billet de blog, nous prenons des mesures pour aider les petites entreprises par l’intermédiaire de nos partenaires de distribution. Afin de soutenir les particuliers et les petites entreprises touchés par cette crise, VeriSign gèle les prix des registres pour tous nos TLD, y compris le réseau commun, jusqu’à la fin de 2020. En outre, du 2 avril au 1er juin, VeriSign renonce à ce que l’on appelle les frais de restauration pour les noms de domaine .com et .net. En règle générale, lorsqu’un nom de domaine est supprimé par un bureau d’enregistrement, il y a une période pendant laquelle la personne qui a enregistré le nom peut payer une redevance de restauration unique pour le récupérer avant que le nom ne redevienne disponible. Cela permet de protéger les titulaires qui ont laissé leur nom de domaine tomber accidentellement en désuétude à un moment inopportun.

En ce qui concerne la demande de noms de domaine .com et .net, les résultats d’aujourd’hui montrent que nous avons enregistré une bonne demande de nouveaux enregistrements au cours du premier trimestre, ainsi qu’une amélioration du taux de renouvellement préliminaire. Cela étant dit, comme je l’ai dit précédemment, compte tenu de l’incertitude quant à la durée et à l’impact économique de la crise COVID-19, la nouvelle fourchette d’orientation reflète une vision plus prudente de la croissance de la base de noms de domaine pour le reste de l’année. Pour rappel, vous pouvez suivre les performances de la base de noms de domaine grâce à des mises à jour quotidiennes sur notre site web.

Enfin, en ce qui concerne l’allocation du capital, en reconnaissant que nous vivons une période sans précédent, et qu’il s’agit d’une période d’incertitude du marché pour le prochain trimestre au moins, notre rendement du capital sera plus conforme aux montants historiques.

Deuxième question que je vais poser et aborder. Une fois l’amendement 3 finalisé, quand pouvez-vous accepter des augmentations de prix pour le .com ? L’amendement 3 de l’accord sur le registre COM reflète certaines modifications convenues au titre de l’amendement 35 de l’accord de coopération avec le ministère américain du commerce, notamment les modifications tarifaires, qui autorisent des augmentations limitées des prix du .com au cours de chacune des quatre dernières années de chaque période de six ans. La première période a débuté le 26 octobre 2018. Par conséquent, le 26 octobre 2020 était la date la plus proche à laquelle VeriSign aurait pu accepter une augmentation de prix. Cela dit, comme nous l’avons annoncé en mars, VeriSign gèle les prix de ses registres pour tous nos domaines de premier niveau, y compris .com et .net, jusqu’à la fin de 2020 afin de soutenir les particuliers et les petites entreprises touchés par la pandémie de COVID-19. De plus, pour rappel, les accords de registre com et net exigent que VeriSign donne un préavis de 6 mois pour toute augmentation de prix.

Maintenant, la troisième et dernière question à laquelle j’aimerais répondre avant que nous prenions la vôtre. Y a-t-il des mises à jour sur les statistiques du .web ? Comme mentionné lors de notre dernier appel, nous attendions une décision sur la possibilité pour VeriSign de participer à l’arbitrage appelé processus de révision indépendant selon les règles de l’ICANN. Comme nous l’avons annoncé dans notre 10-K en février, le panel d’arbitrage a autorisé VeriSign et le nouveau .co à participer à certains aspects du processus de révision indépendant. Nous n’avons pas d’autres mises à jour pour le moment.

Nous allons maintenant ouvrir l’appel pour vos questions. Pour rappel, en raison de l’éloignement des participants, nous ferons de notre mieux pour répondre à chaque question, et nous apprécions votre patience si nous rencontrons des problèmes techniques. Opérateur, nous sommes prêts pour la première question.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions]. Et aujourd’hui, nous allons poser notre première question à Rob Oliver avec Baird.

Robert Oliver

Super. Et, Todd, félicitations pour votre promotion. Jim, vous êtes déjà un modèle d’efficacité, mais, oui, répondre à vos propres questions permet d’atteindre un niveau supérieur. Vous avez pris la plupart des miennes, mais je voulais simplement faire ressortir les forts taux de renouvellement, qui étaient très élevés, et peut-être obtenir un peu plus de couleur sur ce que vous voyez en termes d’activité de domaine. Je veux dire que le léger ajustement à la baisse de la fourchette révisée est assez modeste. Vous êtes curieux de savoir ce que vous observez et comment cela influence vos prévisions concernant les effets résiduels de COVID-19 sur les PME ?

James Bidzos

Voici Jim. Je vais demander à George de répondre au fond de votre question. Je dirai simplement à l’avance que COVID-19 a un impact économique important évident. Et nous parlons ici du premier trimestre, mais, évidemment, cela va durer plus d’un trimestre. Donc, je voudrais juste dire, encore une fois, pour plus de clarté, que notre point de vue plus prudent en raison de cette crise se reflète dans toutes nos orientations. Mais George, laissez-moi vous demander de répondre à la question, si vous le voulez bien.

George Kilguss

Bien sûr. Rob, c’est George. Du point de vue du taux de renouvellement, nous avons vu les taux de renouvellement augmenter un peu par rapport aux niveaux d’il y a un an. Si nous regardons de plus près, nous constatons que le taux de renouvellement antérieur en est vraiment la cause. Nous voyons donc que les personnes qui ont renouvelé des noms précédemment continuent à les conserver. Et comme nous l’avons déjà dit, c’est une fonction normale que nous considérions auparavant comme les étapes de base. Si l’on regarde la performance de la base de noms de domaine elle-même, il est clair qu’ici, au premier trimestre, comme Jim l’a mentionné, nous avons eu ce qui était en fait un bon premier trimestre. Les nouvelles unités ont augmenté de 2,1 % par rapport à l’année dernière et ont rapporté 1,8 million de dollars. Comme vous l’avez mentionné, nous gardons un oeil sur la base des noms de domaine et sur la demande pour le reste de l’année. Au cours du trimestre, nous avons constaté une bonne vigueur des bureaux d’enregistrement américains. Et je dirais que le marché chinois a été un peu plus faible, mais la force des bureaux d’enregistrement américains a vraiment dépassé cela et a surcompensé pour cela, aidant la base de noms de domaine à continuer à croître ici au premier trimestre.

Opérateur

Notre prochaine question viendra de Nick Jones avec Citi.

Nicholas Jones

Deux petites questions, dont une sur l’accord sur les prix des .com. Je suppose qu’il y en a un sur le calendrier, sans demander de calendrier précis. Mais comme vous ne prévoyez aucune augmentation de prix en 2020, pouvez-vous cocher le 26 octobre, disons, au début de 2021 ? Et si vous deviez la prendre en 2021, comme le stipule le contrat, ne pourriez-vous pas alors prendre le 26 octobre 2021 ? En fin de compte, pourriez-vous faire 2 prix – 2 augmentations dans la même année ? Je ne suis pas sûr que vous me suiviez, mais c’est ma première. Et puis j’ai un suivi rapide.

James Bidzos

D’accord. Je pense que la meilleure façon de répondre à votre question. Tout d’abord, laissez-moi vous dire que votre question porte en quelque sorte sur un processus que nous employons. Donc, plutôt que d’essayer d’interpréter cela à la volée, laissez-moi vous donner quelques faits à ce sujet. En vertu de l’amendement 3 qui, je pense, sera utile pour répondre à votre question, en vertu de l’amendement 3 à l’accord COM, VeriSign “est autorisé à prendre une augmentation de prix au cours de chacune des 4 dernières années de chaque période de 6 ans jusqu’à 7% par rapport au prix maximum de l’année de tarification précédente. L’année de tarification est définie comme étant du 26 au 25 octobre. Ce délai est conforme à l’amendement 35 de l’accord de coopération qui a fixé le début de la période de 6 ans au 26 octobre 2018. Voilà donc les faits de la mécanique, et je pense que cela devrait vous aider à arriver là où vous voulez que j’aille.

Nicholas Jones

C’est le cas. C’est utile. C’est utile. Et puis la deuxième, juste un peu plus rapidement sur le type de nouveau domaine de premier niveau, un grand bureau d’enregistrement a acquis un registre qui émet de nouveaux TLD et certains TLD de codes de pays. Cela augmente-t-il potentiellement le risque d’avoir un impact sur la demande de .com ? Ou y a-t-il – avez-vous des idées à ce sujet ?

James Bidzos

Je suppose donc que vous faites référence à l’acquisition de NeuStar par GoDaddy. Permettez-moi donc de dire que GoDaddy a été et reste un partenaire important pour nous, et nous espérons que cela va continuer. Les utilisateurs finaux continuent à voir une valeur énorme dans les domaines de premier niveau du réseau commun, et nous savons que tous nos partenaires de distribution reconnaissent également cette valeur. Il est donc important de noter que l’intégration verticale n’est pas nouvelle. Plusieurs de nos partenaires de distribution exploitent également des registres de TLD, notamment Google, qui possède le registre Google, et Name.com, qui est un bureau d’enregistrement propriétaire de Donuts, qui est un grand registre. Dans chaque cas, ces bureaux d’enregistrement continuent d’être d’importants partenaires de distribution pour VeriSign.

Opérateur

Nous allons prendre notre dernière question de Sterling Auty avec JPMorgan.

Sterling Auty

George, peut-être pour commencer avec vous. Si je regarde les résultats des revenus du trimestre, ils sont plus forts que ce que j’aurais pu prévoir sur la base des 1,8 million de noms nets ajoutés. Alors, pouvez-vous commenter ? La saisonnalité de ces ajouts nets a-t-elle contribué aux revenus ? Ou bien y a-t-il eu d’autres revenus ponctuels ou non liés à un domaine qui ont peut-être contribué au trimestre ?

George Kilguss

Il n’y a pas eu de recettes hors noms de domaine significatives que nous n’ayons pas présentées au quatrième trimestre. Je pense que ce qui peut avoir un impact sur votre perception, c’est que nous avons eu un quatrième trimestre très, très fort. Nous avons donc eu un certain nombre de domaines au cours du quatrième trimestre, ce qui nous a permis d’avoir un peu de vent de dos au premier trimestre.

Sterling Auty

Ok, super. Et puis, en ce qui concerne l’acquisition de NeuStar par GoDaddy, j’aimerais voir les choses sous cet angle. Est-ce que cela change ou influence ce que vous pourriez penser à faire avec. Web et intégration verticale ou peut-être en termes de consolidation future des registres ?

James Bidzos

Je ne vois pas vraiment d’impact sur la réflexion à ce sujet. Comme je l’ai dit, ce n’est pas la première fois qu’un bureau d’enregistrement devient un registre. Il y en a plusieurs, et ces relations fonctionnent bien. Mais je pense qu’il n’y a pas de mise à jour sur le .web, il est donc trop tôt pour spéculer sur le .web en tant que tel. Mais pour l’instant, il n’y a pas vraiment de commentaire à faire à ce sujet. Nous avons certainement discuté de la possibilité d’une intégration verticale, mais permettez-moi de dire que l’amendement 35 à l’accord de coopération a précisé que l’intégration verticale au sein du registre des communications électroniques ne devait s’appliquer qu’aux communications électroniques. Nous ne pouvons donc pas être intégrés verticalement pour les communications électroniques. Cette précision est maintenant incluse dans l’amendement 3 à l’accord sur le registre COM. Et l’accord sur le registre net ne comporte pas de précision similaire.

Sterling Auty

D’accord. Et puis, sur le site web, vous avez mentionné la mise à jour que vous aviez faite. Est-ce que COVID-19 retarde le processus ? Ou toute autre couleur que vous pourriez fournir serait utile.

James Bidzos

Je ne crois pas que ce soit le cas. Les procédures dans cet arbitrage sont – en fait, ont même précédé la crise COVID-19, même l’apparition de COVID-19 a toujours été téléphonique. Et donc, c’est différent des comparutions devant un tribunal où les gens doivent se présenter et être physiquement présents. Je crois qu’il y a une audience à venir plus tard cette année qui est au moins prévue pour être en personne, mais je ne peux pas spéculer sur ce qui se passerait là-bas. Mais tout ce qui s’est passé jusqu’à présent s’est fait par téléphone. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de ralentissement. Au-delà de cela, je ne peux pas spéculer sur ce qui se passera.

Sterling Auty

Vous avez donc mentionné qu’il y en aura une en personne plus tard dans l’année. Cela nous donne-t-il une indication qu’il n’y aura pas de résolution pour le .web, disons, au cours du prochain trimestre ?

James Bidzos

Je ne peux pas spéculer sur ce qui se passera exactement quand. Je sais juste qu’il y a eu une audience qui était au moins prévue pour être une audience en personne. Je ne sais pas si c’est un changement de sujet ou non. Je ne connais pas ce niveau de détail des règles, de la flexibilité ou des plans, ni l’impact que la crise COVID-19 pourrait avoir sur ce plan particulier. Je sais seulement que les choses ont avancé jusqu’à présent parce que, encore une fois, toutes les procédures de tout le monde ont été téléphoniques.

Sterling Auty

J’ai compris. Et dernière question. Vous avez parlé des chaînes d’approvisionnement. À quoi ressemble l’utilisation de la capacité du réseau VeriSign aujourd’hui ? Avez-vous suffisamment de moyens pour faire face à certains des pics que nous observons ? Certaines des données de trafic provenant d’Akamai et d’autres montrent une utilisation d’Internet assez importante. Quelle est la résilience d’une simple performance en termes d’utilisation de la capacité du réseau VeriSign ?

James Bidzos

Nous sommes très satisfaits des performances de notre réseau dans un contexte d’augmentation du trafic. Il est conçu avec une capacité excédentaire considérable. Et comme je l’ai déjà dit, nous sommes — nous avons prévu des situations comme celle-ci, qui certainement, le — non seulement du point de vue de l’environnement de travail à domicile, mais aussi d’une capacité de trafic accrue. La capacité excédentaire pour faire face aux charges de trafic a toujours été un critère de conception dans notre réseau, et nous nous adaptons au trafic sans problème.

Opérateur

Ce sera la conclusion de la séance de questions-réponses d’aujourd’hui. Je laisse maintenant la parole à M. David Atchley pour toute remarque complémentaire ou de clôture.

David Atchley

Merci, Monsieur l’Opérateur. Veuillez appeler le service des relations avec les investisseurs pour toute question relative au suivi de cet appel. Nous vous remercions de votre participation. Ceci conclut notre appel. Passez une bonne soirée.

Opérateur

Voilà qui conclut la conférence d’aujourd’hui. Je vous remercie de votre participation. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro