Alors que l’attaque aux drones qui a frappé deux installations pétrolières saoudiennes est revendiquée par les rebelles houthis yéménites, les enquêtes menées par la coalition entourant l’Arabie Saoudite révèlent que ces actes ont, en fait, été perpétrés par Téhéran. Si les USA ont déclaré être prêt à soutenir militairement la riposte saoudienne, les résultats définitifs de l’enquête sont attendus.

Pour l’instant, on sait que ce sont des armes iraniennes qui ont été impliquées lors de ces attaques et que les drones n’ont pas été lancés depuis le Yémen. Face aux inquiétudes quant à une guerre imminente entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, la crainte d’un effondrement total pèse également sur l’économie mondiale.

L’Arabie Saoudite n’écarte pas l’éventualité d’une guerre

Engagée dans une guerre avec l’Arabie Saoudite depuis 2015, les rebelles yéménites houthis bénéficient du soutien de Téhéran. Celui-ci nie cependant être responsable des attaques aériennes qui ont détruites deux importantes installations pétrolière de l’entreprise saoudienne Aramco, malgré de forts soupçons de la part de l’Arabie Saoudite et des Nations Unies. De leurs côtés, les USA se déclarent à soutenir d’éventuels ripostes militaires saoudiennes.

Le prince saoudien Mohammed Bin Salman lance un ultimatum

C’est lors d’une émission de la chaîne télévisée US CBS que le prince héritier saoudien a averti quant aux répercussions mondiales de la situation ayant lieu entre son pays et l’Iran. En effet, celui-ci démontre une volonté de domination agressive vis-à-vis des autres pays du Golfe. Cela se reflète, entre autre, par le développement de son programme de missiles balistiques à longue portée qui menacent les régions environnantes.

Cette attitude a notamment été exacerbée par les pressions américaines qui pèsent sur l’économie iranienne sous la forme de nombreux embargos, dont pétroliers, depuis le retrait unilatéral des USA de l’accord sur le nucléaire iranien. Selon le prince saoudien, d’autres escalades sont à craindre si des interventions dissuasives ne sont pas prises à l’encontre de la République islamiste. D’ailleurs, il déclare que si la situation s’aggrave, cela porterait certainement préjudice à l’économie mondiale.

Il sous-entend ainsi que si les Nations Unies n’arrivent pas à ramener les autorités iraniennes à la raison, la situation pourrait engendrer une guerre dans le Golfe. Rappelons que plusieurs événements survenus dans cette partie du monde ont déjà failli motiver le président américain Donald Trump à lancer une frappe aérienne sur l’Irak. Le prince Mohammed Bin Salman invite ainsi les Nations Unies à adopter des mesures fermes et énergiques contre les ambitions iraniennes.

L’économie mondiale pâtirait d’une guerre dans la région du Golfe

Le prince Mohammed Bin Salman a avertit que l’attitude iranienne engendrerait une guerre si le monde n’arrive pas à la modérer. Or une telle guerre dans cette partie du monde qui est la principale source d’approvisionnement mondial en pétrole ne peut que nuire aux intérêts internationaux. Selon le prince saoudien, cela se répercuterait directement au niveau des prix de l’or noir, qui atteindrait des sommets historiques.

Les répercussions d’une hausse de ces cours ont d’ailleurs déjà été constatées au lendemain des attaques subies par les installations saoudiennes. L’arrêt de ces installations a amputé de 5% le volume mondial d’approvisionnement pétrolier journalier. Les prix du pétrole ont en effet immédiatement bondi de 19% et ont également entraîné la chute de nombreux marchés boursiers. C’est pour cela que le prince saoudien souligne qu’une solution pacifique politique doit être envisagée vis-à-vis de l’Iran, avant d’opter pour des pressions militaires qui feraient sombrer le monde dans une crise sans précédent.

Le prince héritier saoudien dénonce la stupidité de l’Iran et réclame des solutions pacifiques

Accusé d’avoir organisé les attaques sur les principales installations pétrolières saoudiennes, l’Iran serait coupable d’avoir réalisé la plus grande attaque contre l’approvisionnement énergétique mondial. Alors que l’embargo pétrolier qui pèse sur Téhéran depuis le mois de mars nuit déjà sur le cours de l’or noir, la situation vient de se dégrader encore plus. En effet, l’Arabie Saoudite lutte depuis plusieurs années avec les pays de l’OPEP pour maintenir des prix bas. Le recul de la production de brut saoudien avantage surtout le gisement de pétrole de schiste américain, plus cher à extraire et à raffiner.

L’Arabie Saoudite appelle à une rencontre USA-Iran

Selon les analystes de la mégabanque Goldman Sachs, le cours du baril de pétrole sera amené à augmenter de 14 dollars, voire à dépasser les 75 dollars, si la production saoudienne ne revient pas à son niveau normal d’ici six semaines. Or, les réparations pourraient prendre des mois, selon des sources proches du dossier. Le prince saoudien affirme d’ailleurs que ces attaques n’ont été motivées que par la stupidité, sans aucun objectif stratégique. Il rajoute même qu’une attaque sur 5% de l’approvisionnement pétrolier mondial n’a pas pu être réalisée que par un idiot.

Néanmoins, pour éviter que la situation ne s’aggrave davantage, il prône une solution politique plutôt que militaire. Il déclare ainsi que des initiatives pour résoudre pacifiquement le conflit saoudien avec le Yémen sont en cours. Il dénonce cependant le soutien apporté par l’Iran aux Yéménites, lequel complique les négociations.

Alors que le président iranien Hassan Rohani et son homologue américain Donald Trump ont balayé la semaine dernière l’espoir d’une rencontre lors de l’assemblée de l’ONU à New York, le prince saoudien encourage ces derniers à organiser un rapprochement. Ces négociations prévues avant les attaques des sites pétroliers saoudiens devaient permettre aux USA de lever les sanctions sur l’économie iranienne. Cependant, lesdites attaques ont incité les USA à renforcer ces mesures, notamment en appliquant des sanctions contre les pays qui ont continué à importer du pétrole iranien malgré les embargos américains.

Commencer à trader avec eToro