Source

J’ai passé les trois derniers articles à décrire pourquoi le Ruth’s Hospitality Group, Inc. (RUTH) fait un investissement exceptionnel. Dans mon premier article, j’ai passé en revue la situation de trésorerie de l’entreprise et j’ai déterminé que la société dispose de suffisamment de liquidités pour passer l’année. Dans mon deuxième article, j’ai expliqué comment la direction a fait un excellent travail pour assurer la croissance constante de l’entreprise. Enfin, dans mon troisième article, j’ai fait une comparaison complète avec la concurrence, qui a montré que Ruth’s était la meilleure entreprise du groupe en ce qui concerne l’analyse, les marges et les mesures de risque/récompense.

Maintenant que nous avons déterminé que l’entreprise est solvable, qu’elle a une gestion habile et qu’elle est plus forte que ses concurrents, il est temps d’évaluer l’entreprise. Je présenterai trois modèles de flux de trésorerie actualisés : un pour le pessimiste, un pour le réaliste et un pour l’optimiste. Ensuite, je présenterai une analyse technique approfondie et une évaluation à l’aide des graphiques et des données de FAST Graphs.

Ruth’s est une excellente opportunité d’achat, quelle que soit la catégorie dans laquelle vous vous trouvez. Les quatre types d’investisseurs ont la possibilité d’obtenir un rendement positif.

Évaluation de la DCF – Le point de vue du pessimiste

Voici une explication de la façon dont je pose mes hypothèses :

  1. Ventes : faire basculer le point de vue du pessimiste/réaliste/optimiste jusqu’en 2025, où les ventes reprendront leurs cours historiques normaux
  2. CGS % Ventes : compenser les taux historiques
  3. SGA % Ventes : compenser les taux historiques
  4. Taux d’imposition effectif : compenser la loi sur les réductions d’impôts et l’emploi
  5. Ventes nettes en % CA : compenser les taux historiques
  6. Croissance des dépenses d’investissement : compenser les taux historiques
  7. CAPEX (net de dépréciation) : compenser les taux historiques
  8. Coût du capital : calculé
  9. Taux de croissance final : pour suivre l’inflation
  10. Valeur actuelle nette : fixée à 7%.

Cela étant dit, permettez-moi d’expliquer rapidement les FDC. Ces modèles projettent tous les flux de trésorerie futurs d’une entreprise et les actualisent en dollars. La valeur d’une entreprise est égale à l’addition de tous ces flux de trésorerie futurs attendus (avec quelques ajustements, qui sont effectués en bas). Ce modèle nous permet d’ajuster l’avenir comme nous le jugeons bon ; dans ce cas, adoptons donc une vision pessimiste de l’avenir.

En 2019, les ventes de Ruth s’élevaient à 468,03 millions de dollars. Disons qu’en 2020, les ventes sont réduites de 65 %, ce qui revient à dire que Ruth a été fermée pendant les deux tiers de l’année. En outre, supposons que la reprise soit si mauvaise qu’il faille encore dix ans à Ruth’s pour récupérer ses ventes perdues et revenir à un niveau de 2019 de 468,03 millions de dollars.

Compte tenu de ces hypothèses et du coût moyen pondéré actuel du capital de 5,63 % de Ruth, la juste valeur de l’entreprise serait de 15,12 $. Cela représente un gain de 37,49% par rapport aux niveaux actuels.

Évaluation de la FCD – Point de vue réaliste

Si vous êtes réaliste, vous ne voyez pas le verre à moitié vide ou à moitié plein – vous voyez le verre pour la quantité de liquide qu’il contient, que cela vous plaise ou non. Si l’on traduit cet état d’esprit, un investisseur réaliste supposerait probablement que Ruth’s aura du mal à réaliser à nouveau un chiffre d’affaires de 468,03 millions de dollars en 2019 pendant quelques années, mais après, l’entreprise devrait revenir à ce niveau.

Cet investisseur pourrait supposer que Ruth’s connaîtra la même baisse importante de 65 % en 2020, mais qu’elle connaîtra ensuite une augmentation de 70 % de ses revenus en 2021. Les années suivantes, les bénéfices augmentent fortement et, en 2025, Ruth’s gagnerait les mêmes 468 millions de dollars de revenus. Par la suite, cet investisseur peut supposer que les bénéfices augmenteront à leur taux historique de 3,20 %.

Compte tenu de ces hypothèses et du coût moyen pondéré actuel du capital de 5,63 % de Ruth, la juste valeur de l’entreprise serait de 20,32 $. Cela représente un gain de 84,75 % par rapport aux niveaux actuels.

Note : Bien que 70% semble énorme, gardez à l’esprit qu’une augmentation de 70% après une diminution de 65% est encore assez faible. Dans notre cas, cela se traduit par un chiffre d’affaires de 278,5 millions de dollars pour 2021. Pour mettre les choses en perspective, la dernière fois que Ruth’s s’est approchée de ce niveau de ventes, c’était en 2006 (271,5 millions de dollars).

L’évaluation des FDC – le point de vue de l’optimiste

L’optimiste s’attend à un rebondissement rapide. Il accepte que les ventes de 2020 et 2021 soient plus faibles, mais il pense que les craintes sont exagérées et que l’entreprise va revenir en force.

Cet investisseur pourrait croire que Ruth’s peut revenir en 2019 à des ventes de 468 millions de dollars d’ici à la fin de 2022. Il pourrait alors supposer que l’entreprise croîtra ensuite à son taux moyen historique de 3,20 %.

Compte tenu de ces hypothèses et du coût moyen pondéré actuel du capital de 5,63 % de Ruth, la juste valeur de l’entreprise serait de 25,03 $. Cela représente un gain de 127,54 % par rapport aux niveaux actuels.

Quel investisseur suis-je ?

Je me classerais comme un réaliste. Je pense que Ruth, dans sa version actuelle, offre un rendement de 84,75%.

Je pense qu’il est insensé d’être trop pessimiste. Le Dow a traversé la Première Guerre mondiale, la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale en 28 ans. Croire que COVID-19 va être la fin de la bourse (et du secteur de la restauration) est, à mon avis, totalement absurde.

D’un autre côté, il est également stupide d’être trop optimiste. Croire qu’il n’y a pas de ramifications pour les événements du monde réel est une illusion. Cependant, ces ramifications sont bien plus importantes pour les opérateurs sur produits dérivés qui jouent sur un avenir proche, où le timing est essentiel. Pour nous, investisseurs à long terme, ces ramifications s’aplanissent avec le temps et ont moins d’impact, tout en offrant une occasion unique d’acheter de grandes entreprises.

Comme le dit le célèbre dicton de Warren Buffett :

Soyez avide lorsque les autres ont peur.

Analyse technique des graphiques FAST

Source

En partant de la gauche, on peut voir que pendant la période précédant et pendant la Grande Récession, les revenus de Ruth ont souffert. Ruth est passée d’un revenu de 75 cents par action à 30 cents par action. Pendant quelques années, les bénéfices de l’entreprise ont stagné, puis à partir de 2012, ils ont connu une fantastique ascension. Fin 2019, avant que COVID-19 n’arrive aux États-Unis, Ruth’s gagnait 1,43 $ par action et avait une juste valeur de 21,45 $ (sur la base d’un P/E de 15).

La question qui se pose à ce stade est de savoir si Ruth peut se remettre à gagner 1,43 dollar par action. Si oui, les actions vaudront 21,45 $ chacune.

La réponse, je crois, est oui. Le passé ne prédit pas l’avenir, mais nous pouvons utiliser le passé pour apprendre et extrapoler. Ruth a traversé de nombreuses récessions au cours de ses 55 ans d’histoire. Compte tenu de la persévérance de l’entreprise et de sa capacité d’adaptation, je pense que les bénéfices ne se contenteront pas d’atteindre à nouveau 1,43 $, mais qu’ils seront nettement plus élevés. Le bilan est en assez bonne santé, la direction fait croître l’entreprise à un rythme constant et les Américains adorent le steak. Je pense que Ruth’s va de nouveau gagner 1,43 $ par action plus tôt que la plupart des gens ne le pensent.

Et même si ce n’est pas le cas, pensez à ceci : si Ruth’s ne parvient à gagner qu’un dollar par action (un niveau qu’elle a atteint au moins au cours des quatre dernières années), sa juste valeur serait de 15 dollars par action. Cela représente une hausse de 36,4 % par rapport au prix actuel.

Source

Maintenant, je vais raccourcir le délai pour examiner les huit dernières années de performance de la société. Au cours de cette période, le BPA de Ruth a augmenté de près de 20 % par an. C’est un taux de rendement énorme, celui qu’un investisseur pourrait attendre d’une entreprise en croissance.

Ensuite, nous pouvons examiner le ratio PEG, qui compare le P/E d’une entreprise à son taux de croissance du BPA pour voir si l’évaluation est justifiée. Plus le ratio est faible, mieux c’est, car cela indique que l’entreprise croît à un rythme plus rapide que son prix ne peut le suivre (ce qui finira par se produire). En général, un PEG inférieur à un est considéré comme sous-évalué.

Au cours des huit dernières années, le PEG de Ruth a été de 0,90, ce qui indique que le prix suit les revenus à peu près au même rythme. Cette corrélation signifie que si les revenus de Ruth doublent, le prix du marché devrait également doubler.

Note : Le taux de croissance du RPE de 19,67 % a été calculé sur une période de huit ans, de 2011 à 2019, le RPE variant de 34 cents par action à 1,43 dollar par action. Le BPA de 12/11 était de 34 ¢/action. Il est coupé sur le graphique ci-dessus.

Source

Enfin, relevons le cours de clôture mensuel de l’action sur le graphique et voyons l’historique des cours de Ruth’s par rapport à ses bénéfices.

Comme on peut le voir, la société a connu trois périodes distinctes. La première est une période de surévaluation extrême de 2004 à 2007, suivie d’une sous-évaluation importante de 2008 à 2012, et terminée par une nouvelle surévaluation extrême de 2013 à 2018. L’historique des prix de Ruth se termine avec l’atteinte de la juste valeur du prix du marché/de la part en 2019.

Nous pouvons apprendre deux choses de ce graphique :

  1. Les prix se recoupent toujours avec la juste valeur au fil du temps.
  2. Il est dévastateur d’acheter une grande entreprise à un prix dérisoire.

Lorsque l’entreprise a été surévaluée pour la première fois, elle a fini par tomber à sa juste valeur. Puis, une fois que l’entreprise a été sous-évaluée, elle a fini par remonter à sa juste valeur. Puis, une fois que l’entreprise a été à nouveau surévaluée, elle est tombée à sa juste valeur. Aujourd’hui, le prix est tombé en dessous de sa juste valeur (si l’on regarde au-delà de l’anomalie de 2020).

Les investisseurs qui ont acheté Chris de Ruth en 2006 pour plus de 23 dollars l’action ont dû attendre onze ans, jusqu’en 2017, pour atteindre le seuil de rentabilité. En revanche, les investisseurs qui ont acheté au plus bas de la crise financière pour 66 cents l’action ont récupéré 51 fois leur argent s’ils ont vendu au plus haut en 2018. Un investissement de 20 000 dollars aurait valu 1 million de dollars. Même si vous n’étiez pas convaincu en 2009, vous auriez pu attendre jusqu’en 2011, lorsque la poussière se serait calmée, et vous auriez quand même récupéré 9 fois votre argent.

La morale de l’histoire est qu’il faut acheter de grandes entreprises à des prix bons ou meilleurs. Les investisseurs ont la possibilité de profiter de la baisse du prix du marché de Ruth et de réaliser un beau rendement à long terme.

Évaluation des graphiques FAST

Source

C’est l’un de mes graphiques préférés car il nous permet d’extrapoler les taux de croissance historiques. J’ai choisi la période la plus longue disponible (17 ans) parce qu’elle fournit près de deux décennies de données et un faible taux de croissance (6,02 %).

En raison de la COVID-19, le BPA 2020 sera nettement inférieur aux 1,52 $/action de ce graphique. Soyons donc prudents et supposons que Ruth ne parvienne à gagner que 1,43 dollar par action en 2025, comme en 2019. Si vous vous souvenez bien, cela correspond à mon DCF réaliste. Dans ce DCF, j’ai supposé que Ruth’s aurait un chiffre d’affaires de 468 millions de dollars, le même qu’en 2019.

Si c’est le cas, celle de Ruth vaudrait un peu plus de 20 dollars. Regardez le petit cercle vert mis en évidence sur le graphique ci-dessus le 31/12/19. Il représente la valeur de l’entreprise aujourd’hui. Mon DCF réaliste s’aligne parfaitement avec cela, car dans ce modèle, le prix équitable de l’action s’élève à 20,32 $.

La conclusion à en tirer est que Ruth est non seulement sous-évaluée par rapport aux normes actuelles, mais aussi par rapport à ses bénéfices futurs sur la base de son taux de croissance des dix-sept dernières années.

A emporter

J’ai lancé de nombreux scénarios, je vais donc résumer de manière concise toutes les positions sur la base d’un prix actuel de 11,00 dollars par action :

Évaluation DCF :

  • Le point de vue du pessimiste : 15,12 $, rendement de 37,49
  • Le point de vue du réaliste : 20,32 $, rendement de 84,75
  • Le point de vue de l’optimiste : 25,03 $, 127,54 % de rendement

Évaluation des graphiques FAST :

  • Chartist View : 20,32 $, rendement de 84,75

Moyenne composite

  • Évaluation par méthode multiple : 20,20 $, rendement de 83,63

En utilisant de multiples scénarios et méthodologies, nous pouvons quadrupler la vérification de notre exactitude. En faisant la moyenne des modèles, nous pouvons voir qu’il est possible de réaliser un rendement de 83,63 % si le cours de l’action monte à 20,20 $. Ruth’s est une excellente entreprise qui vend à un prix avantageux. De telles opportunités ne se présentent pas tous les jours. J’en ai profité.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s RUTH. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Ni cet article ni aucun commentaire, message, vidéo ou interaction qui lui est associé ne doit être considéré comme un conseil financier. Les investisseurs doivent toujours faire leurs propres recherches avant d’exécuter une transaction financière. Raul Shah n’est pas responsable des résultats financiers qui pourraient survenir. Les investisseurs assument l’entière responsabilité de leurs actes.


Commencer à trader avec eToro