Après avoir abaissé ses taux pour la première fois en 10 ans, le FED a laissé penser qu’une réduction supplémentaire ne serait pas nécessaire dans l’avenir. Actuellement, la situation que traversent les marchés semble démontrer le contraire. En effet, on constate une baisse des rendements au niveau des marchés obligataires, mettant ainsi en évidence une inversion de la fameuse courbe des taux des rendements du Trésor.

Contrairement aux solides données statistiques que la FED a reçues dans ses rapports, les statistiques dévoilent une dégradation économique à cause des inquiétudes engendrées par le ralentissement mondial, l’escalade de la guerre commerciale entre les USA et la Chine, ainsi que les tensions grandissantes des manifestations à Hong-Kong.

La FED face à une récession prévue en 2020

Les rendements américains du Trésor concernant la rémunération des avoirs à long terme ont chuté à un niveau record, baissant sous celle des avoirs à court terme. Cette inversion au niveau de ces éléments clés constitue un indicateur de l’annonce d’une récession économique. La prochaine réunion de la FED au mois prochain devra statuer sur la décision d’une autre réduction des taux, espérée par les marchés.

Les actions de la FED suite à l’inversion de la courbe des taux

La courbe des rendements des bons du Trésor à long terme sur dix ans viennent de plonger sous son niveau de référence. Cet évènement avait précédé les 7 périodes de crise économiques que les USA avaient traversées dans son histoire. C’est ainsi par expérience que les marchés anticipent une prochaine récession pour la première grande puissance. Le rendement du Trésor US sur 10 ans nommé US10YT a en effet chuté de 2,1 points de base sous celui sur 2 ans US2YT. Cet écart négatif est apparu pour la dernière fois en 2007.

En parallèle, cela a intensifié les craintes des investisseurs alimentées par le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que la faiblesse économique mondiale. Ces inquiétudes se sont répercutées avec une baisse de 2% au niveau des indices des marchés boursiers de Wall Street.

Après l’arrêt du cycle de hausse de la FED au mois de mars, à cause de statistiques en baisse au niveau du secteur manufacturier américain, une première inversion de la courbe du Trésor US est apparue une première fois au niveau des rendements sur 3 mois et sur 10 ans. C’est en partie l’une des raisons pour lesquelles la banque centrale américaine a abaissé ses taux au mois de juillet.

Dans le cas où les données économiques s’aggravent encore, la FED peut encore réduire davantage ses taux d’intérêt. Selon les analystes, les marchés s’attendent à deux réductions supplémentaires jusqu’à la fin de l’année, ainsi qu’une troisième au premier semestre 2020.

L’envergure des politiques de taux de la FED sur l’économie américaine

Bien qu’une inversion entre les rendements à court et à long terme ait précédé les périodes de croissance négatives des USA, c’est plus un indicateur empirique que scientifique. L’effet de panique qui a touché les marchés boursiers est ainsi considéré comme étant prématuré par les analystes. En effet, ces derniers rappellent qu’une inversion de la courbe des taux a précédé de 15 mois les précédentes crises économiques américaines.

De plus, dans le cas d’une récession imminente, la Banque Centrale dispose d’une certaine marge pour redresser la situation. Cela consiste à un assouplissement des conditions d’emprunt, par la baisse des taux d’intérêt. Cette mesure vise à stimuler le commerce, en rendant les prêts moins effrayants pour les entreprises. Ces dernières peuvent ainsi plus facilement investir dans leurs projets de croissance.

Par ailleurs, des taux d’intérêt plus bas permettent également de faciliter la consommation des biens par le public, lequel sera plus motivé à emprunter au niveau des banques également. La baisse des taux permet aussi de soutenir la croissance économique à cause de la baisse engendrée au niveau des cours de change. Une dépréciation du dollar permet en effet d’attirer les capitaux des investisseurs étrangers et de relancer les exportations.

Les limites du pouvoir de la FED

Dans le cas d’une dégradation sévère de la situation économique américaine, les analystes déclarent qu’une baisse des taux de la FED à 75 points de base sera nécessaire pour corriger la courbe des taux des rendements du Trésor. Actuellement, la banque centrale américaine rechigne à adopter une politique monétaire plus agressive. En effet, elle s’inquiète de ne plus avoir de mesures de réserve dans le cas où la situation atteint un stade critique.

Cette prévision négative inquiète encore plus les investisseurs, lesquels y voient une faiblesse et une ampleur limitée des mesures de la FED. En effet, celle-ci n’est pas la seule banque centrale à observer le ralentissement économique mondial pour décider de sa politique monétaire. Les autres banques centrales peuvent également réduire leurs taux d’intérêt, annulant ainsi les baisses des taux effectuées par la FED.

Dans la semaine, les banques centrales de l’Inde, des Philippines, de la Nouvelle Zélande et de la Thaïlande ont en effet déjà entamé une réduction de leurs taux. Celle du Japon et la banque centrale européenne envisage également d’assouplir leur politique monétaire et envisagent de mettre en place leur programme d’achat d’actifs et d’obligations.

Commencer à trader avec eToro