Trump avait annoncé que les nouvelles taxes douanières de 10% sur les 300 milliards USD de produits d’importation chinoise restante ne seront appliquées qu’en décembre, malgré qu’elles fussent prévues pour septembre. Cette mesure, qui était censée contraindre la FED à d’autres réductions de taux, a lourdement affecté les marchés et les tentatives de négociation avec la Chine.

Celle-ci a répliqué avec des décisions de représailles, avec notamment l’arrêt des importations de produits agricoles américains. La dépréciation continue du Yuan est par ailleurs une solution chinoise pour contourner les effets négatifs des taxes américaines, mais nuit gravement aux bourses américaines et européennes.

Le report de l’application des nouveaux tarifs américains semble, malgré tout, ne pas convaincre la Chine à faire marche arrière. Au contraire, elle annonce d’autres mesures de riposte dans les prochains jours.

Les marchés s’inquiètent de la position de la Chine dans le conflit commercial

Le retour de Trump concernant sa décision d’appliquer de nouvelles taxes douanières à l’encontre des importations américaines de produits chinois non-encore affectés par les tarifs n’a pas été pris en compte par le pouvoir central de Pékin. En effet, la menace n’est que reportée au mois de décembre, malgré que 250 millions USD de produits chinois sont déjà taxés à 25% par les douanes américaines.

Pékin continue de riposter en attendant une entente conclue à long terme avec les USA

Les représentants du gouvernement chinois ont affirmé que les mesures qui ont été prises face à la dernière menace américaine seront conservées et que d’autres viendraient même les compléter. Pékin juge sans doute qu’il est actuellement devenu plus compliqué de trouver une entente avec Washington et craint de nouvelles surprises de la part de Trump.

La politique de protectionnisme commercial de celui-ci est, en effet, actuellement en voie de prendre des proportions démesurées et s’accompagne de pressions politiques au niveau de nombreux pays, comme l’Iran, le Mexique, l’Allemagne, la Russie et la France. Les nouvelles tensions engendrées par l’annonce d’autres tarifs douaniers à l’encontre de la Chine ont fait place à de grandes inquiétudes au niveau des marchés.

Néanmoins, malgré les craintes de l’anéantissement des efforts précédemment fournis durant les précédents mois de négociation, on apprend que les discussions se poursuivent quand même à l’abri des regards. On peut ainsi en conclure que les tensions apparentes n’empêchent pas les deux plus grandes puissances mondiales de rechercher une issue au conflit qui les oppose.

Le conflit commercial contre la Chine : fin de la croissance spectaculaire US

La guerre commerciale avec la Chine peut être un facteur important quant au risque de récession de l’économie américaine. En effet, les USA importent plus de 800 millions USD de produits chinois. La hausse des tarifs douaniers sur ces derniers réduit les marges bénéficiaires des importateurs US, mais également le pouvoir d’achat des ménages américains.

En effet, les entreprises vont devoir répercuter les coûts supplémentaires d’importation au niveau des prix des produits pour conserver leurs marges bénéficiaires. Cela peut engendrer une baisse du PIB et de la consommation, lesquels sont les principaux vecteurs de l’insolente croissance économique des USA depuis une dizaine d’années. Néanmoins, les importations américaines ne constituent que 15% du PIB du pays. Cela peut ainsi réduire les impacts du conflit commercial avec la Chine.

De nouveaux éléments qui pèsent sur les négociations Chine-USA

Actuellement, les inquiétudes des marchés sont de plus en plus pesantes, car les négociations ont été perturbées par l’escalade provoquées par les nouvelles menaces de Trump. Les analystes n’espèrent plus un possible accord entre Pékin et Washington qu’après les prochaines élections américaines de 2020.

De plus, le support de l’Iran par la Chine et la Russie concernant les tensions en cours dans la région du Golfe peut également freiner les discussions. La possibilité que Pékin opte pour une répression militaire face aux manifestations populaires à Hong-Kong risque aussi de réduire à néant une éventuelle entente commerciale avec les USA.

Les chances d’une entente commerciale sino-américaine s’amenuisent

Bien qu’une escalade du conflit commercial entre la Chine et les USA ne soient bénéfiques pour aucun des deux pays, les négociations risquent d’être parasitées par certains évènements. Actuellement, on attend les nouvelles mesures de représailles adoptées par Pékin concernant les nouvelles menaces douanières qui pèsent toujours sur ses exportations à destination des Américains. Une rencontre est également prévue en septembre entre les délégations des deux pays et permettra d’en savoir plus l’évolution de la situation.

Néanmoins, Donald Trump a démontré qu’il est très attentif à la situation en cours à Hong-Kong. Les manifestations y ont en effet gagné en intensité et le gouvernement central semble être décidé à utiliser ses forces militaires comme mesure de répression.

A rappeler que Hong-Kong jouit d’un statut spécial lui permettant de bénéficier d’une autonomie particulière vis-à-vis de Pékin depuis 1984. Il dispose ainsi d’un gouvernement et d’un système judiciaire propre, permettant à ses habitants de jouir d’une plus grande liberté d’expression et d’un régime plus démocratique, que le gouvernement central chinois remet en cause depuis plusieurs années. Une répression violente par Pékin de ces émeutes ne serait pas approuvée par le congrès américain.

Réaliser une entente commerciale avec la Chine dans ces conditions serait très pénalisant pour la candidature de Donald Trump lors des prochaines élections présidentielles de 2020. De plus, la Chine a déjà pris position dans le camp irano-russe au sein du conflit actuel dans le Golfe. La Russie a notamment conclu un accord de soutien militaire avec la République islamiste pour sécuriser les voies navigables du monde.

Commencer à trader avec eToro