L’inflation va-t-elle réapparaître une fois que la pandémie se sera calmée ? Karen Ward soutient que oui dans le CE d’aujourd’hui. Son argumentation s’articule autour de quelques questions clés :

  • Les prix du pétrole reviennent à des niveaux plus élevés. C’est inévitable. Les prix actuels font baisser la production américaine, ce qui réduit l’offre mondiale. Le récent accord sur la baisse de la production peut toujours être augmenté. La demande augmentera à mesure que l’économie mondiale se rétablira.
  • La demande croissante de services entraînera une augmentation de l’activité post-virus. Je pense que c’est vrai, même si je dirais que cela peut être tempéré par les personnes qui craignent de contracter le virus
  • L’offre de certains services sera plus faible en raison de l’attrition causée par le virus. Cela est également inévitable, car les prestataires de services financièrement plus faibles font faillite.
  • Enfin, elle affirme que les gouvernements maintiendront le robinet de la relance trop longtemps, surtout dans le sillage du mouvement d’austérité issu de la dernière récession.

Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec ses arguments. Cependant, c’est une excellente expérience de réflexion sur les causes et effets économiques.

James Picerno, au Capital Spectator, résume bien les arguments en faveur d’une reprise en “V” et en “U”. Il identifie également la variable clé qui ne trouvera pas de réponse tant que les restrictions de distanciation sociale ne seront pas levées (c’est nous qui soulignons) :

À un moment donné, les règles de distanciation sociale seront assouplies, mais la grande inconnue est la façon dont les consommateurs réagissent aux décrets gouvernementaux selon lesquels il est “sûr” de retourner au travail, de faire des achats au centre commercial et de manger au restaurant. Malheureusement, il y a une grande incertitude sur ce point. Personne ne sait vraiment dans quelle mesure le public sera à l’aise pour retourner à la routine habituelle.

Dans tous les cas, c’est Main Street qui dictera le chemin à suivre. Comme le rappelle l’économiste Tim Duy, “En fin de compte, c’est nous, le public, et non le gouvernement, qui déciderons du moment de la réouverture de l’économie”.

C’est la question clé : quand les consommateurs pourront-ils se sentir en sécurité pour “retourner dans l’eau” ? Nous ne le saurons pas tant que nous n’aurons pas entamé le processus de relance de l’économie.

D’autres données en provenance des États-Unis montrent l’ampleur du ralentissement. Les permis de construire – un indicateur avancé – étaient en baisse :

Voici un tableau des données :En toute honnêteté, la baisse de 12 % des permis d’une unité n’est pas si mauvaise, tout compte fait. Ensuite, nous arrivons au nombre de demandes initiales de chômage (c’est nous qui soulignons) :

Dans la semaine qui s’est terminée le 11 avril, le chiffre avancé des demandes initiales corrigées des variations saisonnières était de 5 245 000, soit une baisse de 1 370 000 par rapport au niveau révisé de la semaine précédente. Le niveau de la semaine précédente a été révisé à la hausse de 9.000, passant de 6.606.000 à 6.615.000. La moyenne mobile sur 4 semaines était de 5.508.500, soit une augmentation de 1.240.750 par rapport à la moyenne révisée de la semaine précédente. La moyenne de la semaine précédente a été révisée à la hausse de 2 250, passant de 4 265 500 à 4 267 750.

Le graphique est horrible :C’est le plus haut qu’il ait jamais été – et de loin. Il y a maintenant 22 millions de personnes sans emploi. Plus tôt dans la journée, lors d’un bulletin d’information, quelqu’un a déclaré que cela correspond à la population de la Floride.

Jetons un coup d’œil aux tableaux des performances d’aujourd’hui :

C’est un tableau étrange. Le QQQ a mené le marché à la hausse. Mais les numéros deux et cinq sont occupés par des ETF qui suivent l’extrémité longue de la courbe du Trésor. Cela signifie que les obligations se sont ralliées aux actions. Enfin, les indices des petites capitalisations ont légèrement baissé pour la journée. Les performances du secteur sont partagées. Les soins de santé (défensifs) ont été le secteur le plus performant. Curieusement, le secteur de la consommation discrétionnaire a été le deuxième plus performant. Cela n’a pas beaucoup de sens si l’on considère les nouvelles économiques d’aujourd’hui. L’énergie reste à la traîne du marché en raison des turbulences du marché pétrolier. Et il faut s’attendre à ce que le secteur financier continue de sous-performer en raison des pertes importantes qui se profilent à l’horizon.

Commençons par le graphique d’un jour, car il est assez remarquable :Aujourd’hui, nous avons appris que le marché du travail américain est en lambeaux : plus de 20 millions de personnes sont au chômage. Pourtant, le SPY a fluctué sans changement et a connu deux reprises en cours de journée. Cela nous indique que les opérateurs pensent que les chiffres de l’emploi sont temporaires.

Ramenons l’objectif à la période de deux semaines où la répartition des performances entre les grandes et les petites capitalisations est visible.

Le QQQ a toujours le meilleur graphique. Il est dans une forte tendance à la hausse depuis le 6 avril. La raison en est que les entreprises technologiques devraient être les bénéficiaires nets de ce ralentissement – pensez à la forte hausse de la demande de divertissements en ligne, de vidéoconférences et autres.

Le SPY se déplace également vers le haut, bien que son angle de trajectoire soit un peu moins important.

Les problèmes de performance commencent à se poser avec les … … qui, pour un deuxième jour, ont tendance à baisser. Nous observons le même schéma dans … … en petites capitales … … et des micro-capsules.

Enfin, n’oubliez pas que le marché du Trésor est toujours à des niveaux élevés, ce qui signifie que l’économie reste très préoccupante.

Voyons comment les échanges commerciaux se dérouleront demain.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro