La création de monnaie entraîne toujours l’inflation

L’une des affirmations avancées au sujet de l’assouplissement quantitatif est qu’il créera inévitablement de l’inflation. La réponse habituelle est que cela fait une décennie et qu’il n’y a aucun signe, alors quel est le problème ?

La bonne réponse est ici plus nuancée. L’équation de la monnaie est MV=PQ, la monnaie multipliée par la vitesse de sa circulation est égale aux prix multipliés par la quantité. Nous pouvons également penser à cela d’une manière légèrement différente, où M est la monnaie étroite, le type que la banque centrale crée, et MV est la monnaie large, la masse monétaire après l’influence du système bancaire dans la création du crédit et tout cela.

Lorsque la relation entre la monnaie de base et la monnaie large se rétablira – c’est-à-dire lorsque V se rétablira -, la création de plus de M conduira effectivement à l’inflation. La réponse à cette question est que la création de crédit en plus de la masse monétaire de base n’est pas encore revenue à la normale.

Bien sûr, on peut penser que ce ne sera jamais le cas, mais c’est une hypothèse, qui pourrait ne pas se vérifier. C’est pourquoi toute cette création d’argent de base a été faite sous forme d’EQ. Acheter des obligations d’État, c’est-à-dire ne pas dépenser l’argent dans l’économie réelle. De cette façon, si l’inflation augmente – si le V se rétablit – nous pouvons revendre les obligations sur le marché, collecter l’argent créé et le détruire, ce qui efface proprement la pression inflationniste.

L’intérêt de l’EQ est qu’il est réversible – c’est très différent de dépenser le nouvel argent de base pour des choses réelles, quelque chose qui n’est pas réversible de la même manière.

IPC de la zone euro

Nous disposons des dernières estimations de l’inflation des prix à la consommation dans la zone euro :

CPI

(IPC de la zone euro d’Eurostat)

Ignorez la ligne rouge, l’énergie. Nous voulons examiner l’inflation de base ici. Et il n’y a pas de grand problème que nous pouvons voir. Même à l’heure actuelle, nous ne voyons pas de déflation, cette grande terreur pour une économie alimentée par la dette. Sauf que :

Les perspectives en matière d’inflation ont été revues par la crise COVID-19 ; le choc généralisé de la demande combiné à la chute précipitée des prix du pétrole devrait faire passer l’inflation globale bien en dessous de zéro d’ici l’été, et nous prévoyons qu’elle restera inférieure à l’objectif tout au long de l’année prochaine.

Moody’s, comme presque tout le monde, est vraiment sûr que nous allons bientôt assister à une déflation au moins légère.

Pendant une courte période, cela n’a pas d’importance, mais nous ne voulons vraiment, vraiment pas le laisser s’intégrer dans l’économie ou les attentes.

Alors, que devrions-nous faire ? Un peu de stimulation, bien sûr.

La relance de la zone euro

Nous faisons aussi beaucoup de stimulation :

La zone euro aura besoin d’au moins 500 milliards d’euros supplémentaires (435 milliards de livres sterling) pour faire face à la pandémie, a déclaré le chef de l’agence de sauvetage du bloc.

Les ministres des finances de l’Union européenne se sont mis d’accord sur un paquet de 540 milliards d’euros pour aider à amortir le coup porté par le Covid-19 au début du mois, y compris des lignes de crédit du fonds de sauvetage et un fonds commun d’assurance emploi.

Le directeur général du mécanisme européen de stabilité, Klaus Regling, a déclaré qu’une deuxième phase “nécessiterait au moins 500 milliards d’euros supplémentaires de la part des institutions européennes, mais cela pourrait être plus”.

Ils recevront aussi ce demi-billion supplémentaire. À un moment ou à un autre, ils le feront.

Mais notez quelque chose d’important ici. Il ne s’agit pas seulement de l’EQ, même si le financement proviendra de la BCE sous forme de création monétaire. Il ne s’agit pas seulement d’acheter des obligations existantes – ils vont sortir et dépenser cet argent. C’est ce qui fait la différence. Comme ci-dessus, l’EQ est réversible, les dépenses dans l’économie réelle ne le sont pas.

Il est assez juste qu’il y ait une stimulation, comme le montre ce graphique :

CPI

(IPC de la zone euro de FRED)

Les deux grandes vagues d’assouplissement quantitatif de la BCE ont eu lieu juste après que l’IPC soit devenu négatif, c’est-à-dire après la déflation. Nous voulions en fait créer un peu d’inflation, donc c’est très bien. Et la prévision est que le côté droit de ce graphique va encore plonger en territoire négatif plus tard cette année. Créer un peu d’inflation, c’est bien.

Mais ce que je veux dire, c’est qu’ils ne vont pas le faire avec l’EQ. En partie parce que, comme je l’ai déjà dit, l’EQ est un outil assez usé, il n’est pas vraiment possible de faire baisser davantage les taux d’intérêt nominaux. Ils vont dépenser cet argent pour des choses réelles, quelque chose qui est beaucoup plus inflationniste.

Et encore une fois, comme je l’ai dit, le fait de dépenser directement dans l’économie de la monnaie étroite nouvellement créée est beaucoup plus inflationniste et également non réversible.

Ainsi, tant l’inflation que la déflation

Cela peut sembler étrange, mais je commence donc à penser que la zone euro va avoir un problème à la fois de déflation et d’inflation. La déflation est le résultat des grands problèmes économiques actuels. L’inflation résultant des tentatives de remédier à cette déflation.

Ce qui serait bien, bien sûr, sauf pour la structure de la zone euro. La responsabilité de la politique fiscale et monétaire est partagée. La politique monétaire concerne l’ensemble de la zone, à la BCE. La politique fiscale reste du ressort des États nationaux. Cela devient un problème important, à mon avis.

Car nous avons un moyen de tuer l’inflation causée par un relâchement monétaire excessif. Même si nous n’utilisons pas l’EQ, même si nous allons dépenser l’argent dans l’économie réelle. Cette méthode, c’est la taxation. Si l’on procède à une contraction fiscale, on peut maîtriser l’inflation.

Mais dans une zone monétaire unique, cette contraction budgétaire doit être coordonnée – ce qu’exclut précisément le fait de placer la politique budgétaire sous le contrôle des États-nations. En d’autres termes, la conception même du système signifie que l’inflation causée par cette politique monétaire excessivement laxiste ne sera pas contrôlée.

Mon point de vue

Je n’ai jamais été un fan de l’euro lui-même pour ce genre de raisons. Il divise le contrôle des politiques et perd ainsi toute responsabilité. Il est tout à fait possible, à mon avis, que nous nous retrouvions avec un peu de déflation aujourd’hui et beaucoup d’inflation à l’avenir en raison des choix politiques effectués. Et cette autre méthode de contrôle de l’inflation – une politique budgétaire stricte – ne sera pas mise en œuvre de manière coordonnée comme il se doit.

Le point de vue de l’investisseur

En période de déflation, nous voulons être dans les obligations, car la définition même de la déflation est que le futur remboursement du capital vaudra plus que le capital que nous payons pour l’obligation maintenant. Les actions ne se portent pas bien dans un environnement déflationniste.

Lorsque l’inflation augmente, bien sûr, la position correcte s’inverse. Nous voulons sortir des obligations pour nous tourner vers les actions. Notre problème est de savoir quand exactement il faut changer. Selon ma propre estimation, la bonne marche à suivre consiste simplement à ne plus investir dans la zone euro, car je ne suis pas sûr qu’il soit possible de chronométrer cela correctement.

C’est-à-dire investir ailleurs, dans d’autres devises.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro