Le marché du pétrole a été une histoire passionnante à suivre ces derniers temps. Une pandémie de santé conduit le monde à un arrêt virtuel, la demande d’énergie s’effondrant en réaction. Puis, une déroute entre deux des trois plus grands producteurs de pétrole, l’Arabie saoudite et la Russie, provoque une chute des prix sans précédent dans l’histoire moderne. Selon Wood Mackenzie, consultant en pétrole et en gaz, la demande de pétrole pourrait atteindre son niveau le plus bas. Et oui, il y a encore un surplus de stocks à combler. Ils écrivent :

Le grand coup a été porté sur la demande de carburant pour avions (en baisse de 50 % par rapport à l’année précédente) et d’essence (en baisse de 25 %). Le diesel et le mazout – utilisés pour le transport de marchandises par camion, bateau et train – sont restés relativement stables.

La demande s’est affaiblie

Le cabinet de conseil WoodMac estime que l’effet net pour avril sera une baisse de 15-18 millions de barils par jour (mbd) et se poursuivra jusqu’en mai ; il pourrait être plus proche de 20 millions selon d’autres estimations. Le monde consommait environ 100 millions (bd) en 2019, avec une prévision similaire pour 2020. Un autre cabinet de conseil, Trafigura, a estimé que la demande avait atteint 35 millions de barils par jour en avril. L’EIA estime à 29 millions (bd) la perte pour 2020 en avril. Une différence que deux mois rendent tout simplement inimaginable.

C’est ce que suggère la recherche HFI d’Alpha :

– Le stockage mondial de brut à terre et sur l’eau n’a permis de construire que 260 millions de barils MTD.

– Il s’agit d’un excédent implicite de ~10 à ~11 mb/j, soit moins de la moitié de l’excédent estimé.

D’autres données, ainsi que les commentaires d’un récent panel d’experts pétroliers en ligne, suggèrent que beaucoup de pétrole brut circule également.

Côté offre

Du côté de l’offre, OPEP-plus procède à des réductions importantes. En outre, l’OPEP et d’autres pays producteurs de pétrole ont convenu de réduire la production mondiale de 13 %, soit environ 13 millions de barils par jour, note le Wall Street Journal. Les grandes compagnies pétrolières qui produisent dans ces pays, dont British Petroleum (BP), Chevron (CVX), Occidental Petroleum (OXY) et Royal Dutch Shell (NYSE:RDS.A)(NYSE:RDS.B), devront assumer une partie de ces réductions. OXY a reçu l’ordre de couper 58 000 bd à Oman. L’article précise également :

“Environ 27% de la production d’Occidental se fait en dehors des États-Unis, tandis qu’environ 15% de la production d’équivalent pétrole de Chevron en 2019 se fait dans les pays membres de l’OPEP, à savoir l’Angola, le Nigeria, la République du Congo et le Venezuela”.

Le déclin de la production pétrolière américaine se produit plus rapidement et plus profondément que prévu. Les petits producteurs privés, qui assument un quart de la production américaine, ferment leurs puits, aux côtés des grands producteurs privés du Permien. Pioneer Natural Resources (PXD) ne réduit pas sa production aussi fortement que les petits producteurs. Ils vont fermer 2 000 puits à faible production qui représentent 7 000 bd ou 3 % de la production de la société. Sinon, ils ne fermeront pas plus de puits puisqu’ils ont mis en place des couvertures et des contrats pour transporter leur production vers la côte du Golfe, explique le PDG Sheffield, qui espère exporter leur production.

En ce qui concerne les commentaires que j’ai entendus de la part du panel mentionné ci-dessus, voici quelques points clés :

– Les schistes américains pourraient ne pas être aussi touchés que prévu. Les champs et les puits conventionnels qui sont fermés dans d’autres pays, par exemple en Irak, mettront plus de temps à revenir à une production normale que les champs/puits de schiste, en raison des problèmes de coupures d’eau et de pression. L’idée est que certains champs ne seront pas aussi faciles à remettre en état que les champs de schiste. Avec les actifs de schiste, alors qu’une entreprise individuelle peut devoir vendre des actifs, un autre investisseur peut trouver des moyens d’utiliser de nouvelles technologies et pratiques pour être encore plus efficace. D’un autre côté, après le ralentissement économique, l’épuisement des puits de schiste augmente en raison du manque d’investissement et de maintenance.

– La diplomatie pétrolière est confrontée à un État fragile. Le rôle de l’Arabie saoudite est toujours essentiel dans la gestion des capacités excédentaires, mais son leadership a été terni par le conflit avec la Russie lorsqu’elle a décidé d’augmenter sa production dans un premier temps en période de crise extrême.

Un avenir différent

L’avenir du pétrole pourrait inclure plus de coopération qu’auparavant entre les pays producteurs dans le monde post-pandémique. Comme on le voit, les majors ne sont pas à l’abri de ces efforts de grande envergure pour régner sur l’offre et rééquilibrer le marché. Elles font partie de la solution, étant des sociétés quasi-privées, désormais issues de mandats gouvernementaux visibles par le public et de demandes de partage du fardeau. Les nouveaux pactes de coopération pourraient se manifester de nombreuses manières. De nouveaux types de risques géopolitiques, de changements juridiques et de partenariats apparaîtront probablement, les acteurs s’efforçant de réduire les vulnérabilités aux chocs actuels et futurs.

Toutes les principales formes d’énergie – charbon, gaz et pétrole – ont subi une forte pression à la baisse de leur production en raison de la réduction de la demande. Selon l’AIE, seules les énergies renouvelables devraient augmenter en 2020. Les émissions de carbone seront réduites, selon l’AIE, pour atteindre 30,6 gigatonnes en 2020, soit environ 8 % de moins qu’en 2019.

La transition énergétique qui était en cours aura quelques corrections de trajectoire. Les entreprises se tourneront vers les nouvelles technologies et pratiques pour s’adapter à l’évolution des perspectives. Il y aura une place pour les entreprises en place comme pour les nouveaux venus.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s OXY. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro