Medpace Holdings, Inc. (NASDAQ:MEDP) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 29 avril 2020 9:00 AM ET

Entreprises participantes

Kevin Brady – Directeur exécutif – Finances

August Troendle – Président et directeur général

Jesse Geiger – Directeur financier et directeur des opérations du laboratoire

Participants à la conférence téléphonique

Dave Windley – Jefferies

John Kreger – William et Blair

Sandy Draper – SunTrust

Eric Coldwell – Baird

Donald Hooker – KeyBanc

Opérateur

Bonjour, Mesdames et Messieurs, et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre de Medpace. [Operator Instructions]

Je voudrais maintenant vous présenter votre hôte pour la conférence téléphonique d’aujourd’hui, Kevin Brady, directeur exécutif des finances de Medpace. Vous pouvez commencer.

Kevin Brady

Bonjour, et merci de vous joindre à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de Medpace. Notre président et directeur général, August Troendle, et notre directeur financier et directeur des opérations de laboratoire, Jesse Geiger, sont également présents aujourd’hui. Avant de commencer, je voudrais vous rappeler que nos remarques et nos réponses à vos questions pendant cette téléconférence peuvent inclure des déclarations prospectives au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995.

Ces déclarations impliquent des hypothèses inhérentes avec des risques connus et inconnus et d’autres facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de nos attentes actuelles, y compris l’impact des modifications des normes de comptabilisation des produits.

Ces facteurs sont abordés dans la section “Facteurs de risque” de notre formulaire 10-K et d’autres documents déposés auprès de la SEC. Veuillez noter que nous n’assumons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prévisionnelles à l’avenir, même si les estimations changent.

En conséquence, vous ne devez pas vous fier aux déclarations prévisionnelles d’aujourd’hui comme représentant notre point de vue à partir d’une date ultérieure à aujourd’hui. Au cours de cet appel, nous ferons référence à certaines mesures financières non GAAP. Ces mesures non conformes aux PCGR ne sont pas supérieures ou ne remplacent pas les mesures comparables conformes aux PCGR, mais nous croyons que ces mesures aident les investisseurs à avoir une compréhension plus complète des résultats.

Un rapprochement de ces mesures financières non GAAP avec les mesures GAAP les plus directement comparables est disponible dans le communiqué de presse sur les résultats et les diapositives de présentation de l’appel aux résultats fournis en relation avec l’appel d’aujourd’hui. Les diapositives sont disponibles dans la section “Investor Relations” de notre site web à l’adresse suivante : investor.medpace.com.

Sur ce, je voudrais maintenant passer la parole à August Troendle.

August Troendle

Bonjour. La pandémie de COVID-19 a représenté un défi important pour l’industrie mondiale des essais cliniques. Le détournement des ressources sur les sites d’investigation a ralenti le recrutement, et dans de nombreux cas, a réduit la fréquence des visites des patients selon le protocole.

Les restrictions de voyage et l’accès aux sites par les promoteurs et les ORC ont nécessairement réduit la surveillance et l’audit habituels des essais sur place pour la conformité aux exigences réglementaires et protocolaires. La plupart des entreprises, y compris la nôtre, ont été contraintes de déplacer la plupart de leurs employés vers un environnement de travail éloigné, ce qui peut avoir un impact sur le flux de travail et la formation du nouveau personnel.

Heureusement, nous disposons de systèmes, de processus et d’une expérience dans la réalisation d’essais avec une présence minimale sur place et avec des visites et une surveillance virtuelles de sécurité. La deuxième conversion d’un essai en cours d’une surveillance sûre classique en visites sûres virtuelles est inhabituelle et a été réalisée dans l’ensemble de notre portefeuille d’études avec un minimum de perturbation ou de perte de qualité des données de l’essai.

La sécurité des patients, notre principale préoccupation, n’a pas été mise en péril par ce changement. Nous apprécions le fait que les organismes de réglementation aient adopté une approche pragmatique dans leurs lignes directrices publiées concernant le COVID-19. Nous avons apporté un certain nombre de changements à nos activités pour faire face aux défis de la pandémie. Parmi ces changements, on peut citer les suivants :

L’un d’entre eux a mis en place une équipe de réponse aux incidents pour traiter les questions émergentes et définir la politique de l’entreprise et les exigences sur le lieu de travail. Deuxièmement, une équipe de réponse aux opérations interfonctionnelles a été créée pour élaborer ou réviser les processus de surveillance et de gestion des essais ;Troisièmement, un plan de communication mondial a été mis en place pour informer le personnel du monde entier des changements en cours. Quatre, a organisé des sessions de formation obligatoires hebdomadaires pour les équipes de direction de projet afin de revoir les processus et de mettre en œuvre des mises à jour axées sur l’industrie ou la réglementation.

Cinq, nous avons suspendu tous les voyages non essentiels. Sixièmement, nous avons déplacé la plupart du personnel vers des lieux de travail éloignés tout en maintenant opérationnelles les fonctions essentielles qui nécessitent une présence au bureau. Sept, nous avons mis à jour les plans de surveillance personnalisés nécessaires pour toutes les études afin d’aborder la surveillance des sites virtuels au lieu de visites sur place, ainsi que l’activation de solutions technologiques de soutien pour la vérification des données à la source.

Huit, des systèmes et des processus organisés pour les visites et le soutien aux patients à domicile. Neuf, a pris des mesures pour adapter le personnel aux besoins actuels et futurs à court terme, notamment en supprimant de nombreux employés administratifs qui soutiennent le personnel du bureau.

Je voudrais donner quelques détails ou une image de l’ampleur des perturbations. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré une pandémie le mercredi 11 mars 2020. Je prendrai cela comme le temps 0, car jusqu’alors, la perturbation des sites n’était un problème qu’en Chine.

Comme le 11 mars était un mercredi, cette semaine n’a eu qu’un impact modeste. Les échantillons de laboratoire ont diminué de 6 % et le dépistage des patients, c’est-à-dire les patients vus dans le cadre du recrutement pour les essais, a été relativement normal.

La semaine suivante, les volumes d’échantillons de laboratoire ont diminué de 21 % et les dépistages des patients de 54 %. La semaine suivante, la semaine du 22 mars, les échantillons de laboratoire ont diminué de 34 % et les examens des patients de 75 %. Plus récemment, le volume des échantillons de laboratoire a diminué de 40 % et les examens des patients de 85 %. Ces chiffres sont restés stables ces dernières semaines, mais n’ont montré aucun signe de reprise.

Les visites de patients en cours, déjà inscrits à des essais, ont diminué d’environ 55 %. Les visites de surveillance physique ont diminué de 95 %, mais environ 60 % des visites physiques perdues sont remplacées par des visites virtuelles sur site. Les activations de sites sont en baisse de 80 %.

Les études en cours ont été annulées à plusieurs reprises en raison des difficultés et des incertitudes liées à la pandémie. Étant donné que l’impact opérationnel et financier de la réponse à la pandémie sur un essai est influencé par le stade de l’essai, je voudrais fournir quelques données démographiques sur notre portefeuille d’essais attribués.

L’analyse suivante est basée sur la période allant d’avril à décembre 2020 et est résumée à la diapositive 3 de notre présentation des résultats. Nous avons classé les études récompensées en trois catégories. Premièrement, les études pour lesquelles le recrutement est terminé. Ce sous-ensemble comprend 30 % de nos revenus projetés d’avril à décembre. Pour 92 % de cette catégorie de recettes, c’est-à-dire de ces 30 %, nous ne prévoyons aucun impact substantiel sur les progrès ou les recettes.

Études sur le recrutement. Ce sous-ensemble représente 58 % de nos recettes prévues d’avril à décembre. Pour ce sous-ensemble, nous prévoyons que 32 % des recettes n’auront pas d’impact substantiel sur la progression, 29 % auront un impact significatif sur la progression, mais le recrutement se poursuit et 39 % où le recrutement a été interrompu.

Le troisième seau étudie en démarrage mais avant la première visite du patient. Ce sous-ensemble représente 12 % des recettes prévues d’avril à décembre. Pour ce sous-ensemble, 45 % de la progression vers la première visite du patient, et les 55 % restants sont actuellement en attente pour la première visite du patient. Une décision de retarder la première visite peut encore être prise pour les 45 % qui progressent actuellement vers la première visite.

Du point de vue des recettes de la période actuelle par tâche, pour les études en cours dans les deux premières godets, c’est-à-dire dans le recrutement ou le recrutement terminé, l’impact de COVID-19 sera plus important dans les domaines où il y a un niveau élevé de services unifiés où les unités sont susceptibles d’être retardées, comme le laboratoire ainsi que notre activité de cliniques, où nous effectuons directement les activités des sites de la phase 1 à 4.

Les coûts de répercussion, dont la majeure partie représente les paiements de l’État pour les enquêtes indépendantes et le contrôle des déplacements, sont également touchés de manière disproportionnée. Ces revenus sont pour la plupart retardés plutôt que perdus au cours du procès.

À l’autre extrémité du spectre, nos autres services d’essais cliniques, tels que la gestion de programme, le suivi, la sécurité, la surveillance et le reporting et le suivi médical qui sont principalement basés sur un ETP, ou une activité basée sur l’effort, qui seront peu affectés du point de vue de la reconnaissance des revenus de la période en cours.

En fait, la gestion du programme et le soutien du site peuvent nécessiter des efforts accrus à court terme pour planifier et mettre en œuvre des aménagements conformes à la réglementation pour les essais, même si le recrutement est arrêté.

En général, les retards de recrutement augmenteront considérablement les recettes futures et le coût total des activités liées aux essais en ETP pour ces essais en raison de la prolongation du calendrier. Pour la troisième tranche, les essais préalables au recrutement, l’impact pour 2020 est principalement lié au calendrier du début des études, avec des retards importants probables pour beaucoup et, par conséquent, une baisse des recettes en 2020.

On ignore si les retards de recrutement ralentiront ces études une fois qu’elles auront commencé. Pour compléter le tableau, je devrais vous donner un aperçu du fonctionnement de notre service. Gestion de projet, suivi, sécurité des données, services médicaux et de reporting, la plus grande partie des services d’essais cliniques représente environ 84% de notre revenu total.

Les laboratoires représentent 14 % et les cliniques, 1,5 à 2 % des revenus. À plus long terme, notre activité et nos revenus seront affectés par la réticence des promoteurs à lancer de nouveaux essais ou à accorder de nouvelles affaires dans un environnement incertain où les coûts peuvent être plus élevés en raison de l’allongement des délais. C’est ce qui ressort déjà des récompenses accordées aux nouvelles entreprises au cours du premier trimestre. La diminution des recettes futures due au retard dans le démarrage des essais, aux annulations et à la réduction du nombre d’attributions de nouveaux contrats sera partiellement compensée par les recettes supplémentaires provenant de la prolongation des essais en cours, comme indiqué ci-dessus, lorsque le recrutement est retardé – le recrutement est ralenti, devrais-je dire.

Cependant, les délais d’études allongés, où le recrutement est ralenti, peuvent mettre à l’épreuve la capacité de nos petits clients à soutenir financièrement un procès plus coûteux et plus tardif. La majorité de nos clients sont de petite taille et beaucoup d’entre eux n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour mener à bien leur essai sans avoir à réunir des fonds supplémentaires. En raison des difficultés rencontrées lors de la pandémie de COVID-19, nous prévoyons maintenant des revenus et des bénéfices pour l’année – pour l’ensemble de l’année 2020 en baisse par rapport à 2019. Toutefois, l’ampleur de cette baisse ne peut être raisonnablement estimée pour l’instant. C’est pourquoi nous nous retirons plutôt que d’actualiser nos précédentes prévisions.

Jesse va maintenant présenter nos résultats financiers pour le trimestre.

Jesse Geiger

Merci, August, et bonjour à tous. Le montant net des nouvelles entreprises entrées en carnet au premier trimestre a diminué de 0,7 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 246,9 millions de dollars, ce qui se traduit par un rapport commandes-facturation net de 1,07. Au 31 mars, l’arriéré s’élevait à 1,3 milliard de dollars, soit une augmentation de 16,8 % par rapport à l’année précédente. Les recettes se sont élevées à 230,9 millions de dollars au premier trimestre 2020, ce qui représente une croissance de 15 % en glissement annuel sur une base déclarée et de 15,2 % à taux de change constant sur une base organique. L’EBITDA de 40,6 millions de dollars a augmenté de 21,3 % par rapport aux 33,4 millions de dollars du premier trimestre 2019. À taux de change constant, l’EBITDA du premier trimestre a augmenté de 19,1 % par rapport à l’année précédente. La marge d’EBITDA pour le premier trimestre était de 17,6 %, contre 16,7 % pour la période de l’année précédente. Cette augmentation est principalement attribuable à la diminution des frais remboursés sur des revenus plus élevés, partiellement compensée par une hausse des coûts liés aux employés.

Au premier trimestre 2020, le revenu net GAAP s’est élevé à 29 millions de dollars, contre 19,2 millions de dollars l’année précédente. La croissance du bénéfice net a été principalement due à la croissance des revenus et à la réduction des dépenses d’amortissement, partiellement compensées par l’augmentation des coûts liés aux employés et des frais remboursés. Le bénéfice net GAAP par action diluée pour le trimestre s’est élevé à 0,76 $, contre 0,51 $ pour la période de l’année précédente. En ce qui concerne la concentration de la clientèle, nos cinq et dix premiers clients ont représenté environ 17 % et 26 %, respectivement, de notre chiffre d’affaires total pour le trimestre.

Au cours du premier trimestre, nous avons généré 49,1 millions de dollars de flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation et le nombre de jours nets de vente en cours a diminué par rapport au quatrième trimestre, passant de 14,7 jours à 21 jours. Au cours du trimestre, nous avons racheté environ 0,7 million d’actions pour un total de 43,2 millions de dollars, et il nous reste 56,8 millions de dollars en vertu de notre autorisation actuelle de rachat d’actions. La solidité de notre bilan est importante dans le contexte actuel. Nous avons terminé le premier trimestre avec 134 millions de dollars de liquidités, aucune dette en cours et 50 millions de dollars de capacité inutilisée sur notre ligne de crédit renouvelable. Comme nous l’avons mentionné en août, en raison de l’incertitude économique, nous retirons les orientations fournies précédemment pour 2020. Nous fournirons des orientations actualisées lorsque nous pourrons raisonnablement estimer les impacts de la pandémie COVID-19 sur nos résultats commerciaux.

Sur ce, je vais retourner l’appel à l’opérateur pour que nous puissions répondre à vos questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

Je vous remercie. [Operator Instructions] Et notre première question va venir de Dave Windley de Jefferies. Votre ligne est maintenant ouverte.

Dave Windley

Super. Bonjour. Merci pour le détail August. J’apprécie votre franchise ici, comme toujours. J’étais curieux de savoir si vous pouviez nous en dire un peu plus – ajouter un peu de couleur à la façon dont les clients agissent ? Vous avez dit que vous avez vu des annulations. C’est quelque chose que nous n’avons pas forcément entendu de la part de certains des autres joueurs de l’ORC jusqu’à présent. Et puis il semble que cela affecte également les nouvelles affaires. Donc, si vous pouviez nous parler des impacts relatifs sur les nouvelles affaires brutes et les annulations ? Merci.

August Troendle

Bien sûr. Dave, oui, nous constatons un impact. Et bien sûr, notre reconnaissance du travail en retard exige que l’étude progresse. Et beaucoup de choses sont en quelque sorte mises en attente. Beaucoup d’autres le font davantage sur la base d’une simple attribution, et ils pensent que cela va éventuellement commencer ou qu’un contrat a été signé. Les nôtres doivent en quelque sorte aller de l’avant. Donc, à la fin du trimestre, il y avait pas mal de clients qui faisaient une pause et mettaient les choses en attente, et qui ne faisaient pas avancer le projet pour le moment. Cela a donc eu une incidence sur nos réservations. Et nous avons eu plusieurs – plus de cinq – annulations liées au – à COVID. Vous pouvez toujours prendre une annulation et identifier plusieurs raisons et peu de choses ont été annulées exclusivement. Quelque chose se passait très bien et puis, oh, COVID va nous faire décider d’annuler l’étude. Mais ce sont des projets qui auraient pu être leur meilleure opportunité ou autre. Et – mais la raison en est que COVID aurait progressé, si ce n’était pas pour. Nous avons donc vu des annulations. Je suis surpris que d’autres ne l’aient pas fait.

Dave Windley

Merci pour cela. Je crois que j’ai réparé mon écho, désolé pour ça. La question suivante, votre modèle a toujours eu des ARCs plus centralisés, moins sur le terrain, etc. Est-ce que cela a rendu plus facile ou plus difficile pour vous la transition vers le travail à domicile ? Et pour ce qui est de soutenir les essais de vos clients, y a-t-il des moyens – je veux dire, je suppose que, par exemple, comme le fait d’avoir un bolus de vos employés à Cincinnati et de faire distribuer les essais et leur besoin de se rendre sur place, le fait de ne pas avoir d’ARC régionales basées sur le terrain pourrait rendre plus difficile pour vous de vous rendre sur place lorsqu’elles commencent à s’ouvrir. Pouvez-vous nous dire comment votre main-d’œuvre peut s’adapter à un nouveau monde affecté par la COVID ? Merci.

August Troendle

Bien sûr, nous avons plus de personnel – certainement aux États-Unis en tout cas, plus de personnel de bureau. Certains sont davantage basés dans les régions, bien que ce soit généralement l’un des endroits où les agences de notation sont basées. Donc oui, vous avez posé la question suivante : une fois que les choses seront ouvertes, les agences de notation pourront-elles se déplacer aussi efficacement que si une autre entreprise avait une personne sur place dans cette ville ? La réalité est que la plupart des agences de notation finissent par devoir prendre un vol, quel que soit leur lieu d’implantation. Mais – et je ne pense pas que les vols aériens vont être le facteur limitant l’accès aux sites. Nous aurons surtout un accès physique au site lui-même et non la possibilité d’effectuer des voyages aériens. Je ne pense donc pas que ce soit un facteur. Certes, nos activités de base à Cincinnati ont été considérablement modifiées en ce qui concerne le rapatriement de tout le monde, mais nous y avons installé une grande partie de l’infrastructure informatique et du support et nous avons très efficacement transféré de nombreuses personnes qui n’avaient jamais travaillé à domicile auparavant dans un environnement de travail à domicile. Je peux donc – je ne sais pas si c’était une aide ou un obstacle. Je ne pense donc pas qu’il y ait vraiment de différence.

Dave Windley

D’accord. C’est très bien. Merci pour toutes les réponses.

Opérateur

Je vous remercie. Et notre prochaine question vient de John Kreger de William et Blair. Votre ligne est maintenant ouverte.

John Kreger

Bonjour, merci beaucoup. August ou Jesse, je me rends compte qu’il y a trop d’incertitudes pour faire un quelconque commentaire sur l’année. Mais étant donné que nous sommes à un mois du deuxième trimestre, pourriez-vous nous dire à quel point vous pensez que les revenus pourraient diminuer du premier au deuxième trimestre ? Est-ce possible ?

August Troendle

Je ne pense pas que nous puissions l’estimer, pas avec une quelconque certitude. C’est pourquoi nous avons supprimé les conseils. Nous n’en fournissons même pas pour le deuxième trimestre.

John Kreger

D’accord. Compris. Avez-vous eu des problèmes de recouvrement avec vos petits clients ?

August Troendle

Jesse, tu veux prendre ça ?

Jesse Geiger

Oui. Merci, John. Nous n’avons pas constaté, à ce jour, de hausse des problèmes de recouvrement. Nous n’avons enregistré aucune charge de créances douteuses au cours du premier trimestre. Évidemment, étant donné que le segment de la clientèle se concentre sur les petites biotechnologies, nous surveillons de très près l’exposition au risque de crédit et restons en contact avec les clients, mais nous n’avons pas constaté d’impact actuellement.

John Kreger

D’accord. Merci. Et enfin, pouvez-vous nous donner une idée de la répartition de vos niveaux d’activité aux États-Unis, en Europe et en Asie ? Et commencez-vous à voir des schémas de réouverture de sites qui pourraient donner une idée du moment où un certain retour à la normale pourrait se produire ?

August Troendle

Oui. Ecoutez, c’est très spécifique à chaque pays. La Chine a commencé à s’ouvrir à nouveau. Dans certaines régions d’Asie, en particulier, les visites de sites sont à nouveau possibles et nous sommes de plus en plus ouverts aux sites. Ils commencent à avoir plus d’activité. Mais si l’on regarde les chiffres globaux, on constate qu’il y a très peu de signes de reprise jusqu’à présent. Nous espérons que les choses commenceront à s’améliorer très bientôt. Mais les sites sont encore assez inaccessibles et perturbés. Et dans beaucoup de ces cas, ce sont les coordinateurs – le coordinateur du site sur le site travaille depuis chez lui. Cela n’a rien à voir avec notre personnel ou notre disponibilité pour nous rendre sur place. C’est que les opérations sur le site sont perturbées.

John Kreger

D’accord. Merci.

Opérateur

Je vous remercie. Et notre prochaine question vient de Sandy Draper de SunTrust. Votre ligne est maintenant ouverte.

Sandy Draper

Merci beaucoup et nous allons aussi nous faire l’écho, nous apprécions vraiment tout le niveau de détail. Je pense qu’il faudra un peu de temps à mon cerveau pour traiter tout cela. Mais peut-être un suivi au départ. Quand vous pensez aux remboursements par rapport aux recettes des services, évidemment, le premier trimestre, nous n’avons pas vu beaucoup d’impact. Mais Jesse ou August, comment devrions-nous penser à l’impact relatif ? Devrait-il être plus sur les recettes remboursables parce qu’il s’agit surtout de voyages ? Ou bien j’essaie simplement de comprendre, en réfléchissant aux seaux dont vous avez parlé, où cela se répercute sur les recettes remboursables par rapport aux recettes des services ?

August Troendle

Bien sûr, bien sûr. Ecoute, je vais prendre ça, Jesse. C’est vraiment – le plus grand impact ici a été sur les sites. Donc les choses qui sont directement liées aux sites vont diminuer. Les visites de patients sur les sites, les échantillons de laboratoire vont donc diminuer. Et les sites font leur – sont généralement très unifiés en termes de visites, en termes de paiements. Ils sont donc payés pour faire des évaluations sur les patients. Et s’ils n’ont pas la visite, s’ils ne font pas l’évaluation ou s’ils font une évaluation partielle ou autre, ils ne peuvent pas la facturer. Ainsi, le respect de leurs critères de rémunération est retardé jusqu’à ce qu’ils effectuent la visite sur place avec le patient. Et c’est là que l’impact est le plus important. Nos paiements aux investigateurs sont donc plus touchés que nos services, qui sont plus ETP.

Et beaucoup de travail, que le patient vienne ou non, ils faisaient beaucoup de travail avec les sites et en fait, ils essayaient parfois de faciliter une visite à distance ou une visite à domicile. Il y a donc beaucoup d’activités réglementaires et autres qui se poursuivent. Et donc, de toute façon, les sites – les passages vers les sites ainsi que les déplacements. Mais là encore, oui, il n’y a pratiquement pas de déplacements. L’impact est donc considérable, même si c’est moins important que les paiements des sites des enquêteurs. Mais les paiements sur site sont en baisse, les paiements des enquêteurs, les échantillons de laboratoire, donc les laboratoires en baisse. La surveillance, la réglementation et le contrôle des autres ORC, etc. sont moins touchés. Donc oui, vous verrez que les coûts de transmission sont plus touchés que les coûts des revenus des services.

Sandy Draper

D’accord. C’est vraiment, vraiment utile. Et peut-être qu’une petite réponse à cette question est que vous avez dit que vous vous attendiez à ce que les recettes et les bénéfices diminuent d’une année sur l’autre. Dans les recettes, vous attendez-vous – je veux dire, clairement, d’après ce que vous avez dit, les remboursements vont diminuer d’une année sur l’autre. Mais pensez-vous – il semble que les revenus des services aussi seront probablement en baisse d’une année sur l’autre. Est-ce une évaluation juste ?

August Troendle

Je ne pense pas que nous donnions des conseils sur l’un ou l’autre. Nous pensons que les recettes globales seront en baisse.

Sandy Draper

D’accord. J’ai compris. C’est juste. Et puis peut-être ma dernière question, je vais retourner dans la file d’attente. Quand vous pensez à – évidemment, vous êtes dans une situation de capital chanceux avec beaucoup de liquidités, pas de dettes. Avez-vous – vous avez racheté un peu d’actions. Avez-vous une idée de – pour l’instant, vous êtes en mode de trésorerie préservée, nous n’allons pas dépenser ? Ou vous sentez-vous suffisamment à l’aise pour être sur le marché des rachats parce que beaucoup d’entreprises ont dit en gros que nous ne payons pas de dividendes. Nous ne rachetons pas d’actions pendant cette période. Avez-vous – le conseil d’administration a-t-il une philosophie similaire ? Ou avez-vous l’impression d’avoir un coussin suffisant pour déployer potentiellement des capitaux dans cet environnement ? Je vous remercie.

August Troendle

Jesse ?

Jesse Geiger

Oui. Merci, Sandy. Nous – du point de vue du rachat d’actions, nous avons effectivement acheté au cours du premier trimestre. Nous adopterons un point de vue équilibré pour le reste de l’année. Nous ne suspendons pas activement notre programme pour le moment, mais nous serons prudents dans l’équilibre entre les besoins de trésorerie de l’entreprise et les rachats d’actions opportunistes.

Sandy Draper

Ok, super, vraiment utile. Merci pour toutes les questions.

Opérateur

Je vous remercie. Et notre prochaine question vient d’Eric Coldwell de Baird. Votre ligne est maintenant ouverte.

Eric Coldwell

Merci beaucoup et bonjour. Tout d’abord, en ce qui concerne votre clientèle, je sais que vous faites de votre mieux pour examiner les finances de vos clients. Et évidemment, étant donné la diversité des clients, il est très important pour vous de collecter le plus possible d’avance et d’être certain du financement. J’espérais que vous pourriez nous donner un peu plus de détails sur ce que vous voyez en ce moment ? Il y a beaucoup de conversations sur la façon dont les biotechnologies sont financées pendant un, deux ou trois ans en moyenne, selon la source que vous utilisez, mais cela signifie évidemment que certaines ne sont financées que pendant des mois ou des trimestres. Je ne sais pas si vous avez un calendrier de vieillissement ou quelque chose de ce genre que vous pourriez partager avec nous, mais tout détail à ce sujet serait utile.

August Troendle

Jesse, tu veux y prendre part.

Jesse Geiger

Oui, Eric. Donc c’est – je n’ai pas de calendrier précis de vieillissement à partager, mais c’est un mélange. Nos clients – ces petites biotechs ont – certains ont des liquidités au bilan, d’autres ont des investisseurs engagés qui financent au fur et à mesure de l’avancement du procès. Ainsi, dans l’ensemble du portefeuille, ils disposent de diverses sommes d’argent ou ont accès à des liquidités. Mais comme l’a mentionné August dans son discours d’ouverture, certaines d’entre elles devront se tourner vers de nouveaux capitaux ou des capitaux supplémentaires à mesure que l’essai progresse et si les choses s’allongent, elles devront peut-être lever plus de fonds qu’elles ne l’auraient fait autrement. Je pense que je peux peut-être donner une petite perspective sur la composition du portefeuille en disant qu’environ 75 % des arriérés concernent les petites biotechnologies. La composition du portefeuille est donc cohérente avec les revenus, et 40 % de ce portefeuille de petites biotechnologies concerne des entreprises qui ont conclu des partenariats avec de grandes entreprises pharmaceutiques. Ainsi, 40% des 75% de la catégorie des petites biotechnologies ont des sources de financement sur les marchés, mais sont aussi partiellement financées par leurs partenariats avec les grandes entreprises pharmaceutiques.

Une autre façon de voir les choses est de comparer les entreprises publiques aux entreprises privées. Les entreprises publiques représentent 100 % de notre carnet de commandes pour les grandes et moyennes entreprises. Et notre arriéré de petites entreprises de biotechnologie est d’environ 70 % avec des sociétés publiques et 30 % avec des sociétés à financement privé. Je sais que cela ne donne aucune indication sur la trésorerie du bilan, mais cela donne peut-être un petit aperçu de la composition de leurs sources de financement en l’état actuel.

Eric Coldwell

C’est bien, c’est utile. Merci. En ce qui concerne la répercussion, vous avez mentionné que les paiements des enquêteurs et des sites sont les plus importants, les voyages les plus petits, et peut-être les paiements des laboratoires et autres paiements externes les plus faibles. J’espérais que vous pourriez peut-être nous donner des pourcentages, si vous le voulez bien, ou au moins une couleur sur le mélange de ces différents seaux et passages ?

August Troendle

Alors, je suis désolé. Des pourcentages en quoi ?

Eric Coldwell

Oui, comme les paiements du site des enquêteurs, peut-être, je vais deviner 50 %, 60 %, 70 % des revenus de la passe et des voyages peut-être 30 % et peut-être les paiements externes du laboratoire, 5 %, 10 % est ma supposition, mais j’aimerais bien votre couleur.

August Troendle

D’accord. Oui. Jesse, tu as ça ?

Jesse Geiger

Pas au bout de mes doigts. Laisse-moi suivre, Eric.

Eric Coldwell

D’accord. C’est juste. Et puis peut-être juste deux rapides. Marge de décrémentation, je sais que vous ne donnez pas de conseils, mais pourriez-vous donner n’importe quelle couleur, en séparant peut-être les activités de clinique, de laboratoire et ensuite les activités d’essai clinique de base séparément ? Avez-vous une opinion sur la marge décrémentielle concernant le ralentissement des revenus ?

August Troendle

Jesse, avez-vous une opinion à ce sujet ?

Jesse Geiger

Eric, pouvez-vous répéter la question ? Je m’excuse.

Eric Coldwell

Non. Marge décroissante. La baisse des recettes, la part de ces recettes qui tomberait dans l’EBITDA, et si vous avez cela, peut-être que globalement, nous voyons d’autres ORC proposer des fourchettes implicites allant de, disons, 35 % à 40 %, 45 % de marge de réduction nette des coûts. Je suis donc curieux de savoir si vous vous situez dans une fourchette similaire ? Et si vous pouviez, si possible, le découper par laboratoire et par clinique, par opposition aux activités traditionnelles sur site ?

Jesse Geiger

Non, je n’ai pas ça non plus. Vous demandez le guide à partir des prévisions du guide, quelle réduction de la marge nous attendrions des laboratoires et des cliniques par rapport au reste de l’entreprise ? C’est votre question ?

Eric Coldwell

Ou juste en totalité, si c’est plus facile ?

August Troendle

Je ne pense pas que nous ayons cela, Eric. Mais ce serait assez élevé. Les laboratoires et la clinique, tu parles, ça doit être au moins 40%. Mais je ne l’ai pas.

Eric Coldwell

C’est juste. Et enfin, le développement des affaires. Je suis juste curieux. Je sais que le monde change rapidement. Nous avons tous été poussés dans le grand bain du travail à domicile, du travail virtuel et du travail par téléphone. À votre avis, dans quelle mesure le développement des entreprises peut-il réellement se faire par vidéoconférence téléphonique ou virtuelle, par opposition à la nécessité de se rendre au siège ou sur le site du client, de lui serrer la main et d’avoir des conversations toute la journée ? Je suis juste curieux de savoir ce que vous pensez pouvoir faire au cours de l’année prochaine si les déplacements restent un peu difficiles ?

August Troendle

Alors, oui, je prends ça. Eric, je pense en fait que nous sommes et je suppose que tout le monde est probablement en bonne forme à cet égard. Mais la demande est là, ils doivent tendre la main. La plupart de nos clients n’ont pas de fournisseur privilégié. Donc, je pense que nous sommes dans le mélange. Et je ne pense pas qu’il faille nécessairement frapper à la porte. Et tous les autres ont le même inconvénient que vous faites maintenant une défense d’offre à distance et une présentation virtuelle. Donc, je pense que si notre stratégie consistait à pénétrer de nouveaux marchés et à nous adresser à des clients qui ont déjà un pool de fournisseurs, eh bien, cela ne se produira pas dans cet environnement. C’est donc quelque chose qui est mort dans l’eau. Mais cela signifie que c’est pour ceux qui ont ces relations, cela signifie très bien pour eux, ceux qui les ont déjà.

Ils sont assis sur la relation, et il est peu probable qu’elle soit déplacée dans cet environnement. Mais vous ne pouvez pas attaquer les relations collantes des autres. Mais je pense en termes de clients qui n’ont pas ce type de fournisseur privilégié, avec lequel nous travaillons en grande partie avec un groupe qui vient nous voir pour une opportunité, et qui s’adresse à plusieurs entreprises. Nous sommes donc en concurrence, mais sur un pied d’égalité, car tout le monde est dans la même situation. Et ils vont externaliser le travail. C’est pourquoi je ne vois pas vraiment d’impact significatif, car notre stratégie ne consiste pas à attaquer les relations de fournisseurs privilégiés des autres et à essayer de s’introduire pour la première fois.

Eric Coldwell

Ok, c’est, c’est très utile. De bons aperçus. Merci beaucoup.

Opérateur

Je vous remercie. [Operator Instructions] Et notre prochaine question vient de Donald Hooker de KeyBanc. Votre ligne est maintenant ouverte.

Donald Hooker

Super, bonjour. Donc, je vois que vous avez engagé de nouveaux employés pour le trimestre. Il semble qu’il y en ait eu environ 150 de plus au cours du trimestre, c’est donc génial. Comment gérez-vous la façon dont vous envisagez d’embaucher au cours de l’année ? Et je sais que vous êtes impliqués dans une sorte d’expansion assez importante des capacités internes de votre siège. Cela a-t-il été retardé ? Ou alors, comment devrions-nous envisager ces deux choses pour aller de l’avant, compte tenu des perturbations de la demande ?

August Troendle

Oui. D’accord. Donc, tout d’abord, cette expansion à Cincinnati, nous avons un peu de retard. Nous avons prévu d’y aller à la fin du premier trimestre. On dirait que nous sommes en mai, mais nous continuons à avancer et nous avons en fait une belle séparation du personnel qui n’a pas été possible dans certaines de nos infrastructures existantes parce que nous étions en quelque sorte surchargés. Cela nous permet donc de revenir au bureau peut-être plus tôt avec une distanciation sociale. Mais nous nous attendons à ce que les effectifs soient probablement stables cette année. Comme je l’ai mentionné, nous avons donc procédé à quelques réductions de personnel au cours du mois dernier. Et nous prévoyons de terminer l’année à peu près là où nous l’avons commencée en termes d’effectifs.

Donald Hooker

D’accord. C’est une visibilité utile. Et puis peut-être séparément, toujours intéressé par vos perspectives plus larges sur l’espace. Je veux dire le mouvement vers les essais virtuels et la surveillance à distance basée sur les risques. Je suppose que l’un des débats en cours est de savoir si cela sera viable après la fin de COVID-19. Quelle est votre vision plus large de la question ? Je veux dire, est-ce que les gens sont potentiellement dans votre esprit, une sorte de catalyseur pour vos clients pour peut-être que votre client vertical reconsidère la façon dont les études sont faites de quelque façon que ce soit ?

August Troendle

Je pense que cela met l’accent sur l’ensemble de l’industrie à court terme. Cela peut faciliter certaines technologies à plus long terme. Mais les autorités réglementaires ont été très accommodantes et nous ont permis de contourner les difficultés. Mais la plupart des essais que nous réalisons ne sont pas conçus et ne sont pas en mesure de répondre à long terme aux exigences réglementaires par des visites virtuelles. Des visites sur place seront nécessaires. Vous pouvez faire plus à distance. Et au fil du temps, nous en avons fait de plus en plus à distance. Mais il faut toujours des visites sur place pour vérifier certaines choses et certaines choses nécessitent simplement un examen sur place.

Je ne pense donc pas qu’aucun de ces essais ait été converti en un environnement de type visite virtuelle et réponde aux attentes pour l’essai complet. Il y aura du maquillage. Il y aura un certain temps passé sur place à l’avenir pour essayer de rattraper le retard et de répondre à toutes les exigences de l’essai. Je ne pense donc pas que cela poussera l’industrie à changer et que les autorités réglementaires accepteront le type de surveillance des essais qui est actuellement en cours pour une période plus longue.

Donald Hooker

D’accord, merci pour cette perspective.

Opérateur

Je vous remercie. Et notre prochaine question vient de Dave Windley de Jefferies. Votre ligne est maintenant ouverte.

Dave Windley

Salut, merci. J’ai pensé que je reviendrais puisque votre appel est relativement court. Cela nous donne un peu plus de temps. Voici les questions de suivi. L’une d’entre elles porte sur les mesures que vous avez prises en matière de coûts. En août, vous avez parlé de la réduction du soutien administratif au bureau. Prenez-vous également des mesures concernant les effectifs directs, les effectifs facturables ? Ou bien ces mesures se limitent-elles essentiellement à l’administration ? Et je suppose que si vous pouvez mettre un ordre de grandeur sur les mesures que vous avez prises, je vous en serais reconnaissant.

August Troendle

D’accord. Oui. Donc, l’action globale représente près de 10 % du personnel. mais là encore, elle est fortement axée sur les fonctions administratives et autres, mais elle comprend du personnel facturable, etc. Comme vous le savez, nous avions, au début de l’année, prévu une croissance d’au moins 15% des recettes, et nous visons encore plus. Et nous nous préparons à en obtenir 20 %. Et nous avons rattrapé nos besoins en matière d’embauche. Nous sommes en avance sur cette croissance. C’est pourquoi – et maintenant, nous ne prévoyons aucune croissance sur l’année. Il nous a donc fallu réajuster le tir, mais je pense que nous avons suffisamment de personnel en place pour pouvoir croître rapidement lorsque la situation se redressera.

Dave Windley

D’accord. Est-ce que vous – et en pensant à l’une des premières diapositives, je suppose que c’était la diapositive 3 que vous aviez vos diagrammes circulaires sur les essais affectés par seau. Pensez-vous que vous utilisez en grande partie les mêmes sites que ceux de vos homologues, et que votre niveau d’accès sera donc le même que le leur ? Ou bien y a-t-il des différences entre les sites que vous utilisez ou votre accès aux sites que vous utilisez qui seraient différentes de celles, disons, d’un plus grand organisme homologue, c’est-à-dire peut-être qu’ils ont plus d’influence, parce qu’ils font plus d’études avec un site particulier ? Ou bien vous avez cela parce que vous êtes par exemple, y a-t-il des différences nuancées dans votre capacité à accéder au site ?

August Troendle

Non, je n’en connais pas. Je ne pense pas que quelqu’un va Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose, où vous autoriseriez un client à entrer et pas un autre, une étude à être examinée, pas une autre, un accès à un ORC et pas un autre. Dans l’ensemble, les sites que nous utilisons sont les mêmes que les autres. Mais là encore, cela dépend de l’étude dans le domaine thérapeutique, et de ce que vous faites actuellement. Il s’agit donc d’un sous-ensemble de sites qui se chevauchent et que tout le monde utilise. Vous pouvez aller sur les sites qui sont les plus aptes à recruter des patients.

Et vous vous rendez sur les lieux et les sites, où ils peuvent être effectivement trouvés, saisis et conservés, et vous participez à l’essai. Et cela se termine par les mêmes sites pour tout le monde. Je suppose que l’on peut dire qu’il y a certainement une forte concentration de sites possédés. Il serait utilisé par une ORC. Une ORC qui possède ses propres sites, ils seraient principalement utilisés par elle. Mais sinon, vous parlez en grande partie du même ensemble de sites qui sont utilisés de manière différente dans les essais et je ne pense pas qu’il y ait un accès différent autre que, encore une fois, dans les réseaux de sites appartenant à ces ORC.

Dave Windley

J’ai compris. Vous avez parlé de conversations de type crise opérationnelle, de plans d’action et d’interaction avec les clients, étude par étude, sur la manière de les faire avancer – de les faire avancer ou de les maintenir en vie. Je pense que ce genre d’opérations et la sécurité clinique et des patients viennent en premier, puis les discussions sur les ordres de modification et autres choses de ce genre viennent en second. J’apprécie à nouveau la franchise dont font preuve certains de vos clients. Je me demande si vous en êtes arrivé au point où la plupart de vos clients vous disent que pour terminer cette étude, elle va coûter beaucoup plus cher et si je pense que cette conversation va amener vos clients, en particulier, à réfléchir à la quantité d’argent dont ils disposent et à la possibilité de le faire. En êtes-vous arrivé là ? Ou peut-être y a-t-il encore une chute d’eau alors que vous commencez à aborder l’aspect financier de tous ces changements ?

August Troendle

Elle est en cours, c’est une discussion permanente. Nos clients, dans l’ensemble, sont – nous les tenons informés en cas de retard dans le projet. Nous aimerions nous assurer que nous sommes proactifs en les informant de tout ce qui pourrait survenir. Ils sont également très proactifs, beaucoup d’entre eux nous demandent quel est l’impact de tout cela – nous avons maintenant retardé le recrutement dans cette étude. Comment cela se répercute-t-il sur notre coût total ? Nous pouvons donc être préparés. Il s’agit donc d’une discussion à double sens. Elle est en cours. Comme je l’ai dit, dans l’ensemble, beaucoup de nos activités ne sont pas très unifiées. Elles sont principalement basées sur la répartition du personnel et vous pouvez modifier cette répartition.

Et si vous saviez que le recrutement allait se faire à un tiers du rythme que vous aviez prévu au départ, vous pourriez le faire avec un modèle de dotation différent, un nombre différent d’employés sur le projet. Mais au milieu du projet, vous devez retirer du personnel, réaffecter certaines choses et restructurer le personnel du projet. Si le recrutement reprend, vous devez peut-être le restructurer à nouveau, parce que vous avez maintenant besoin de plus de personnel pour le projet. Les clients sont donc réticents à retirer des personnes et à les remettre en place. Il y a beaucoup de coûts de transition, la continuité, la qualité peut être compromise. Cela finit donc par rendre le projet plus coûteux pour nous et plus coûteux pour le client et pour moi – mais ces discussions sont en cours et sont généralement examinées de manière proactive.

Dave Windley

Dernière question de ma part, vous avez parlé de l’impact de ma question précédente sur le type d’annulation ou de non-inclusion dans une réservation, en raison de la rapidité avec laquelle vous reconnaissez cela. Ce genre de question concerne donc le fond même de l’entonnoir, je dirais, des choses qui sont très mûres et qui commencent à être étudiées. Qu’en est-il du – je pense à la question d’Eric, à quoi ressemble le haut de l’entonnoir ? Dans quelle mesure les demandes de renseignements et les appels d’offres de vos clients ont-ils changé, ce qui représenterait des réservations au cours du prochain trimestre ou des deux prochains ? Merci.

August Troendle

Eh bien, si j’allais voir les projets COVID-19, ce serait fantastique. Ils explosent. Dans l’ensemble, notre flux de DP a été à peu près plat, ce qui signifie que c’est plutôt bon, parce que les choses étaient bonnes au quatrième trimestre. Je pense qu’il y a beaucoup d’activité. Je veux dire, évidemment, un bien meilleur intérêt à court terme dans des domaines thérapeutiques spécifiques. Ainsi, comme je l’ai dit, COVID-19, les essais d’identification réels portant sur la pandémie elle-même sont – vous rendez l’AVR, le groupe anti-infectieux antiviral global très occupé. C’est donc une sorte d’évolution vers un groupe d’ID, et l’oncologie a continué à être assez forte. C’est l’un des domaines où la demande se maintient malgré l’environnement.

La plupart des autres domaines thérapeutiques sont un peu moins actifs à court terme, mais ils ont encore des projets qui se mettent en place dès que les choses s’ouvrent, veulent aller de l’avant. Donc, je pense que globalement, la demande fondamentale est substantielle. Je n’ai pas vu de périodes où le financement était remis en question et où l’on voit encore beaucoup d’opportunités. Mais je pense que nous voyons beaucoup de bonnes opportunités, assez bien financées, qui ne se présentent qu’en raison du coût plus élevé et de l’incertitude, autour de la réalisation d’un essai aujourd’hui plutôt que, espérons-le, dans trois mois ou dans six mois, mais – donc je pense que la demande est assez bonne et assez cohérente avec ce qu’elle était l’année dernière.

Dave Windley

D’accord, fantastique. Merci pour les réponses supplémentaires.

Opérateur

Et je vous remercie. Et maintenant, je ne montre plus de questions. Je voudrais maintenant laisser la parole à Kevin Brady pour son discours de clôture.

Kevin Brady

Merci de vous joindre à nous pour l’appel d’aujourd’hui et de l’intérêt que vous portez à Medpace. Nous sommes impatients de vous parler à nouveau lors de notre appel sur les résultats du deuxième trimestre 2020. Merci et passez une bonne journée.

Opérateur

Mesdames et Messieurs, ceci conclut la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Je vous remercie de votre participation. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro