Les options sont précieuses, mais elles constituent un gaspillage d’actifs. Une option de vente s’apprécie lorsque le prix d’un actif baisse, et la valeur d’une option d’achat augmente lorsque le marché sous-jacent monte. La beauté des options est qu’elles offrent des choix aux acteurs du marché. Les options peuvent servir d’assurance sur les prix ou d’outils de spéculation. Les marchés des options ont prospéré grâce à l’effet de levier qu’elles permettent. Les acheteurs peuvent contrôler une position importante pour un petit paiement, la prime. Les vendeurs peuvent agir en tant que compagnie d’assurance et percevoir la prime.

Le principal déterminant du prix d’une option de vente ou d’achat est la volatilité implicite, ou le niveau de variation du prix que le marché prévoit dans le futur. Depuis le début de la crise financière mondiale provoquée par le Coronavirus, les primes d’options ont augmenté de façon spectaculaire. Comme pour tous les produits d’assurance, les primes sont fonction du niveau de risque.

Les traders avisés recherchent à tout moment l’optionalité sur les marchés. Les avocats expérimentés tentent de créer des options pour leurs clients dans les contrats. Une option gratuite est un atout précieux. La Fed américaine et les banques centrales mondiales ont réagi à la pandémie mondiale par des politiques qui se résument à des options gratuites pour les participants aux marchés des taux d’intérêt et de l’or.

Le produit ProShares Ultra Gold (UGL) est un instrument à double effet de levier qui évolue de plus en plus en fonction du prix du métal jaune.

La Fed est de retour en mode dovish, et elle est plus accommodante que jamais

Après avoir réalisé que la Fed était allée trop loin en relevant le taux des Fed Funds à quatre reprises en 2018, à un moment où le resserrement quantitatif poussait les taux à la hausse, la banque centrale a fait marche arrière en 2019. Trois baisses de taux de 25 points de base et la fin du programme de normalisation des bilans l’année dernière ont fait grimper le prix de l’or au-dessus de son niveau critique de résistance technique à 1377,50 dollars l’once sur le contrat à terme COMEX à proximité.

Fin février, alors que le coronavirus se propageait dans le monde entier, la bourse américaine a commencé à baisser. En mars, elle s’est effondrée en même temps que de nombreux autres marchés dans toutes les catégories d’actifs. Dans un premier temps, la Fed a réduit le taux à court terme de 50 points de base dans un mouvement d’urgence. Moins de deux semaines plus tard, le taux des fonds fédéraux était de nouveau à zéro pour cent, et l’assouplissement quantitatif était de retour et plus important que jamais. La pandémie mondiale a amené la Fed et les banques centrales du monde entier à donner un nouveau sens à l’accommodement de la politique monétaire. Lors de sa dernière réunion, le 29 avril, la banque centrale américaine a déclaré aux marchés qu’elle était prête à faire tout ce qui était nécessaire pour assurer la stabilité du marché dans un avenir prévisible. La Fed n’a pas donné de directives.

Les banques centrales du monde entier pulvérisent les liquidités avec un tuyau d’incendie massif

La Fed et ses cohortes dans le monde entier déversent des quantités sans précédent de liquidités dans le système financier mondial pour gagner du temps et stabiliser les marchés. Des billions de dollars, d’euros et d’autres devises affluent sur les marchés en même temps que les programmes de relance des gouvernements. Les politiques actuelles inhibent l’épargne tout en encourageant l’emprunt et les dépenses et présentent toutes les caractéristiques d’une réponse à la Bernanke dans le contexte actuel. Les scientifiques s’efforcent de trouver des réponses pour mettre fin à la pandémie mondiale, alors que le virus se propage comme une traînée de poudre et que les marchés réagissent en un clin d’œil. Jusqu’à présent, les mesures de relance ont calmé les marchés, mais plus l’éloignement social sera long et plus l’économie des États-Unis et du monde entier sera plongée dans un coma auto-induit, plus les mesures de relance seront nécessaires. Le prix à payer au lendemain de la pandémie sera élevé.

Au-delà des taux de change – Les devises sont en baisse

Le dollar est la monnaie de réserve du monde, et la tendance haussière du dollar par rapport aux autres devises est restée intacte tout au long de la crise. Le billet vert américain est la première monnaie de réserve du monde en raison de la stabilité perçue du système économique et politique des États-Unis. En même temps, le dollar est librement convertible en d’autres instruments de change.

Source : CQG

Le graphique hebdomadaire souligne la hausse de l’indice du dollar, qui est passé d’un creux de 88,15 en février 2018 à 99,815 à la mi-février 2020. Lorsque l’enfer a éclaté sur les marchés, les marchés des devises ont connu une volatilité massive des prix, l’indice se négociant entre 94,61 et 103,96, le plus haut niveau depuis 2002, de la semaine du 9 au 23 mars. Le dollar s’est stabilisé au niveau 100 au cours des dernières semaines, peut-être en raison d’une intervention significative du gouvernement dans l’arène monétaire.

Le dollar reste fort à nouveau toutes les devises mondiales. La seule exception est l’or, qui s’échangeait au-dessus du niveau de 1700 dollars l’once le 30 avril. L’or s’est redressé dans toutes les devises depuis juin dernier. Les banques centrales détiennent le métal précieux jaune comme partie intégrante de leurs réserves de change. Par conséquent, toutes les monnaies fiduciaires, y compris le dollar américain, se sont affaiblies par rapport à l’or. En fin de compte, la classe d’actifs en devises est un mirage, et tous les moyens de change fiat sont en déclin. Les politiques de la banque centrale et du gouvernement visant à stabiliser les marchés pèsent sur la valeur de toutes les monnaies, car elles reviennent à faire tourner à plein régime les presses à imprimer ayant cours légal.

L’option de vente sur les marchés obligataires est une option de vente sur le prix de l’or

Les options gratuites sont difficiles à trouver dans les transactions et sur les marchés. Un avocat avisé tente toujours de créer une option libre dans un contrat. En ce qui concerne les marchés, l’assouplissement quantitatif et les taux d’intérêt à zéro pour cent aux États-Unis et en dessous de ce niveau en Europe, au Japon et dans d’autres parties du monde créent une option de vente libre sur le marché obligataire. Alors que le gouvernement intervient pour acheter des titres de créance d’État et d’entreprise, le risque de baisse des prix des obligations est actuellement à un point où une option de vente libre s’est développée.

Sur la base de l’évolution du prix de l’or entre 2008 et 2011 et entre juin 2019 et aujourd’hui, une option de vente sur les obligations se traduit par une option de vente sur le métal précieux.

Rien n’est gratuit, mais cette option de vente est la plus proche possible sur les marchés

Il n’y a jamais de déjeuner gratuit sur les marchés, mais les options de vente sur les obligations et l’or pourraient être aussi proches qu’elles le sont étant donné le coin qu’occupent actuellement les banques centrales et les gouvernements. L’impact du Coronavirus durera longtemps après que les scientifiques auront mis au point des traitements qui élimineront la nécessité d’une distanciation sociale. Jusqu’à ce qu’un semblant de normalité revienne dans l’économie, le besoin de programmes de relance et de programmes gouvernementaux se poursuivra. C’est pourquoi l’option de vente sur les obligations et l’or est à long terme.

En 2008, l’or a atteint un plancher de 681 $ et a remonté à 1920,70 $ en 2011. Au plus fort des conditions de risque en mars, l’or a atteint son plus bas niveau à 1450,90 $. Citigroup a prévu que l’or passerait à 2000 $ en 2021 et Bank of America s’attend à ce que le prix atteigne 3000 $ l’once. Si l’année 2008 était un guide, le prix de l’or pourrait atteindre plus de 4 000 dollars. De plus, les niveaux actuels de relance sont bien plus élevés qu’en 2008 et que pendant la période qui a suivi la crise financière, de sorte que le pic éventuel de l’or pourrait atteindre des sommets encore plus élevés.

Si la Fed, la BCE, d’autres banques centrales et les gouvernements ont effectué une option de vente à long terme sur le marché obligataire, chaque baisse de l’or devrait être une opportunité d’achat. En attendant, cette tendance sur l’or serait une continuation de la voie de la moindre résistance qui a été mise en place depuis août 2018 lorsque le prix a atteint son plus bas niveau à 1161,40 $.

Je suis favorable à la détention d’or physique à moyen et long terme. Dans une perspective à court terme, le produit ProShares Ultra Gold (UGL) offre aux acteurs du marché un double effet de levier en pourcentage. Voici le résumé du fonds et les principales positions de l’UGL :

Source : Yahoo Finance

L’UGL détient des contrats à terme et des swaps pour créer un double effet de levier. L’actif net le plus récent s’élevait à 128,42 millions de dollars, avec une moyenne de 206 773 actions qui changent de mains chaque jour. L’UGL facture un ratio de dépenses de 0,95 %.

L’or est passé de 1 666,20 $ le 21 avril sur le contrat à terme de juin à un sommet de 1 764,20 $ le 23 avril, soit 5,88 %.

Source : Barchart

Sur la même période, le LGU est passé de 57,52 à 63,58 dollars par action, soit 10,54 %. Les produits comme l’UGL ne sont appropriés que pour les positions à court terme, de moins de quelques semaines au maximum. Comme l’or se négocie 24 heures sur 24 pendant la semaine et que l’UGL n’est disponible que pendant les heures d’ouverture de la bourse américaine, le produit peut parfois manquer des pics ou des creux dans le prix de l’or.

Il y a toujours un risque dans toute position longue ou courte sur un actif. En ce qui concerne le marché des obligations et de l’or, les banques centrales et les gouvernements du monde entier font tout leur possible pour créer ce qui se rapproche le plus d’un placement libre étant donné leur dépendance à l’égard des mesures de relance.

Le rapport Hecht sur les produits de base est l’un des rapports les plus complets disponibles aujourd’hui de la part de l’auteur classé deuxième pour les produits de base et les métaux précieux. Mon rapport hebdomadaire couvre les mouvements du marché de 20 produits de base différents et fournit des appels haussiers, baissiers et neutres, des recommandations de trading directionnel et des idées d’actions pour les traders. Je viens de retravailler le rapport pour le rendre très exploitable !

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : L’auteur a toujours des positions sur les marchés des matières premières en contrats à terme, options, produits ETF/ETN et actions de matières premières. Ces positions longues et courtes ont tendance à changer en cours de journée.

L’auteur est de l’or en barre


Commencer à trader avec eToro