Objet

Je regarde la indicateurs hebdomadaires à haute fréquence parce que, bien qu’elles puissent être très bruyantes, elles fournissent une bonne prévision de l’économie et télégraphient le maintien ou le changement de l’économie bien avant que les données mensuelles ou trimestrielles ne soient disponibles. Elles sont également un excellent moyen de “marquer vos convictions au marché”. En général, je passe par ordre d’indicateurs avancés longs, puis d’indicateurs avancés courts, puis d’indicateurs coïncidents.

Note méthodologique

Les données sont présentées dans un format “juste les faits, madame” avec un minimum de commentaires afin de minimiser les biais.

Le cas échéant, j’inclus les hauts et les bas sur 12 mois dans les données entre parenthèses à droite. Toutes les données proviennent du FRED de St. Louis, sauf indication contraire.

Quelques éléments (par exemple, les indices des conditions financières, les indices régionaux de la Fed, les cours des actions, la courbe des rendements) ont leurs propres mesures basées sur des études à long terme de leur comportement.

Lorsque les données sont corrigées des variations saisonnières, elles sont généralement positives si elles se situent dans le tiers supérieur de cette fourchette, négatives dans le tiers inférieur et neutres entre les deux. Lorsqu’elles ne sont pas corrigées des variations saisonnières et qu’il y a des problèmes saisonniers, attendre que le changement de signe de l’année en cours (YoY) soit décalé par rapport au point de retournement. J’utilise donc une convention : les données sont considérées comme neutres si elles sont inférieures à la moitié de leur valeur positive/négative à l’extrémité de la période de 12 mois.

Pour les indicateurs avancés longs, qui par définition tournent au moins 12 mois avant un tournant dans l’ensemble de l’économie, il existe une règle supplémentaire : les données sont automatiquement négatives si, lors d’une expansion, elles n’ont pas atteint un nouveau sommet au cours de l’année écoulée, à la seule exception qu’elles sont neutres si elles vont dans la bonne direction et sont proches d’un nouveau sommet.

Pour toutes les séries pour lesquelles un graphique est disponible, j’ai fourni un lien vers l’endroit où se trouve le graphique correspondant.

Récapitulatif des rapports mensuels

Les données de mars comprenaient de fortes baisses de la production industrielle, des ventes au détail et des permis et mises en chantier de logements. En partie à cause de ce dernier chiffre, l’indice des indicateurs avancés a baissé de 6,7 %, la plus forte baisse en plus de 75 ans.

Indicateurs avancés longs

Taux d’intérêt et écarts de crédit

Tarifs

  • Indice BAA des obligations de sociétés 3,89%, en baisse de -0,63 p/p (fourchette de 1 an : 3,29-5,18)
  • Bons du Trésor à 10 ans 0,65%, en baisse de -0,08% p/p (0,54-2,79)
  • Spread de crédit 3,24%, en baisse de -0,55% p/p (1,96-4,31)

(Graphique à FRED Graphique | FRED | St. Louis Fed)

Courbe de rendement

  • 10 ans moins 2 ans : +0,44%, -0,06% p/p (-0,04 – 0,55)
  • 10 ans moins 3 mois : +0,51%, en hausse de +0,02% p/p (-0,52 – 0,70)
  • 2 ans moins les fonds de la Fed : +0,16%, baisse de -0,02% p/p

(Graphique à FRED Graphique | FRED | St. Louis Fed)

Taux hypothécaire conventionnel à 30 ans (extrait de Mortgage News Daily) (graphique au lien)

  • 3,41%, en hausse de +0,16% p/p (3,13-4,63)

Les obligations d’entreprises et les bons du Trésor de la BAA sont devenus positifs il y a plusieurs mois. Le fait que les obligations d’entreprises soient récemment tombées à un nouveau creux d’expansion serait normalement extrêmement haussier au premier trimestre 2021, mais le pic à près de cinq ans signifie normalement que c’est négatif. Cette semaine, les obligations ont rebondi en territoire positif près de leurs plus bas.

L’écart entre les obligations d’entreprises et les bons du Trésor est récemment devenu très négatif, mais il a également rebondi de manière significative. Les trois mesures de la courbe des rendements sont désormais solidement positives. Les taux hypothécaires restent suffisamment bas pour être considérés comme positifs.

Logement

Demandes de prêts hypothécaires (de l’Association des banquiers hypothécaires)

  • Achat d’applications -2% p/p à 184 (184-315) (SA) (nouveau minimum d’un an)
  • Achat d’applications 4 semaines en moyenne -24 à 206 (SA)
  • Acheter des applications YoY -35% (NSA)
  • Achat d’applications YoY 4 wk en moyenne -26% (NSA)
  • Refi apps +10% p/p (SA)

*(SA) = corrigé des variations saisonnières, (NSA) = non corrigé des variations saisonnières

(Graphique ici)

Prêts immobiliers (de la FRB)

  • Hausse de +0,2% p/p
  • Hausse de +5,2% en glissement annuel (2,8-5,2) (nouveau record)

(Graphique à Prêts immobiliers, Toutes les banques commerciales | FRED | St. Louis Fed)

Avec des taux plus bas depuis le début de 2019, les demandes de prêts hypothécaires à l’achat ont été solidement positives. Il y a trois semaines, elles sont redevenues négatives. La baisse des taux a également conduit récemment à un sommet décennal en matière de refi et a été de nouveau proche cette semaine.

À l’exception de quelques semaines en 2019, les prêts immobiliers sont généralement restés positifs au cours des dernières années.

La masse monétaire

M1

  • +1,7% p/p
  • +12,5% m/m
  • +19,7% en glissement annuel en termes réels M1 (-0,1 à 13,9) (nouveau record sur un an)

M2

  • +0,5% p/p
  • +6,9% m/m
  • +13,6% en glissement annuel M2 réel (2,0-13,1) (nouveau record en un an)

(Graphique à FRED Graphique | FRED | St. Louis Fed)

En 2018 et au début de 2019, le vrai M1 est devenu neutre et très brièvement négatif. La croissance réelle de M2 est tombée en dessous de 2,5 % presque tout au long de 2018 et au début de 2019, et a donc été jugée négative. L’année dernière, les deux ont continué à s’améliorer et ces derniers mois, les deux se sont retournés et sont restés positifs. Les mesures prises par la Fed pour lutter contre le krach économique n’ont fait qu’amplifier ce phénomène.

Bénéfices des entreprises (bénéfices estimés et réels du S&P 500 provenant de l’I/B/E/S via Factset.com)

  • T4 2019 réel, en hausse de +0,08 à 41,78, en baisse de -1,0% t/t, en baisse de -2,8% par rapport au pic du T4 2018
  • T1 2020 9% réel + 91% estimé, en baisse de -2,04 à 33,77, en baisse de -19,2% t/t, en baisse de -21,2% par rapport au pic du T4 2018

(Graphique : P. 24 ici)

FactSet estime les gains, qui sont remplacés par les gains réels au fur et à mesure qu’ils sont déclarés, et sont mis à jour chaque semaine. Sur la base des résultats préliminaires, j’ai élargi la fourchette “neutre” à +/-3 % et j’ai calculé la moyenne des deux trimestres précédents ensemble, jusqu’à ce qu’au moins 100 entreprises aient effectivement déclaré leurs revenus.

Les résultats du premier trimestre ont été déclassés de plus de -15% au cours du mois dernier. Il va sans dire que cette mesure est négative.

Conditions de crédit (de la part de la Fed de Chicago) (graphique au lien)

  • L’indice des conditions financières en baisse de -0,13 (en vrac) à -0,02
  • Indice corrigé (hors conditions économiques générales) en baisse de -0,22 (moins serré) à +0,26
  • Augmentation du sous-indice de +,06 (plus serré) à +0,66

Le point d’équilibre réel de l’indice ajusté de la Fed de Chicago est d’environ -0,25. Dans l’indice de levier, un chiffre négatif est bon, un chiffre positif est mauvais. Le point d’équilibre historique a été de -0,5 pour l’indice non ajusté. Il y a un mois, tous les trois sont passés de positif à “neutre”. Il y a trois semaines, ils sont tous devenus négatifs.

Indicateurs avancés courts

Dollars américains pondérés en fonction des échanges

Les deux mesures du dollar étaient négatives au début de 2019. À la fin de l’été, elles sont passées à un niveau neutre sur la base de l’année précédente. La mesure par rapport aux principales monnaies a récemment fait l’objet d’un important déversement. Les deux mesures ont récemment été neutres. Cette semaine, la mesure générale est restée négative, tandis que contre les principales devises, elle est restée neutre.

Prix des produits de base

Indice Bloomberg des matières premières

  • Baisse de -1,39 à 62,09 (61.10-83.08)
  • Baisse -24,0% en glissement annuel

(Graphique de l’indice Bloomberg des matières premières)

Bloomberg Industrial metals ETF (de Bloomberg) (graphique au lien)

  • 95,70, en hausse de +2,67 p/p (88,46-124,03)
  • Baisse -21,0% en glissement annuel

Les prix des matières premières ont augmenté après l’élection présidentielle de 2016. Les indices des métaux industriels et des matières premières en général sont tombés à un niveau très négatif en 2019. Les métaux industriels se sont brièvement améliorés suffisamment pour être considérés comme neutres puis positifs, mais les deux sont maintenant extrêmement négatifs.

Cours des actions S&P 500 (de CNBC) (graphique au lien)

En 2019, les actions ont atteint de nouveaux sommets historiques sur trois mois jusqu’en février. Avec le récent krach, elles ont atteint leur plus bas niveau depuis trois mois et un an. Elles se situent maintenant à peu près à mi-chemin entre ces deux extrêmes. Étant donné qu’au cours des trois derniers mois, il y a eu à la fois de nouveaux plus hauts et plus bas sur trois mois, cette mesure est considérée comme neutre.

Indices régionaux des nouvelles commandes de la Fed

(*indique le rapport de cette semaine)

La moyenne régionale est plus volatile que l’indice ISM manufacturier, mais elle prévoit généralement correctement son évolution d’un mois à l’autre. Il a été “très” positif pendant la majeure partie de 2018, mais s’est refroidi à partir de la fin de l’année dernière. Pendant toute l’année 2019, il a oscillé entre positif et plat, jusqu’à ce qu’il devienne négatif en janvier. En février, il y a eu un fort pic positif, que j’ai interprété comme signifiant que les fabricants essayaient de bloquer les approvisionnements avant ce qu’ils anticipent comme étant des perturbations majeures. En mars, cette situation s’est effondrée et la moyenne est maintenant encore plus négative que pendant la Grande Récession.

Mesure de l’emploi

Demandes initiales de prestations de chômage

  • 5 245 000, en baisse de 1 361 000
  • Moyenne sur 4 semaines 5 508 500, en hausse de +1 243 000

(Graphique à FRED Graphique | FRED | St. Louis Fed)

En avril dernier, les demandes initiales ont atteint leur niveau le plus bas depuis 49 ans. Il va sans dire que tout cela est passé par la fenêtre.

Indice du personnel temporaire (de l’American Staffing Association) (graphique au lien)

  • Baisse -5 à 76 w/w
  • Baisse -18,8% en glissement annuel

Cet indice est devenu négatif en février 2019, s’est aggravé au cours du second semestre et s’est encore détérioré au cours du dernier mois, et ce, de façon très importante, au cours des trois dernières semaines.

Retenue d’impôt (auprès du ministère du Trésor)

  • 174,9 milliards de dollars pour les 20 derniers jours de déclaration contre 195,6 milliards de dollars il y a un an, soit une baisse de -20,7 milliards de dollars ou -10,6%.

Les comparaisons entre les deux années ont été presque uniformément positives depuis février 2019, jusqu’à il y a deux semaines. Cette semaine, elles sont devenues fermement négatives.

Prix et utilisation du pétrole (de la E.I.A.)

  • Pétrole : baisse de 5,04 à 18,15 dollars p/p, baisse de 70,5% en glissement annuel (nouveau plus bas depuis 18 ans)
  • Baisse du prix du gaz de -0,07 $ à 1,85 $ p/p, en baisse de -0,98 $ par rapport à l’année précédente (le plus bas depuis 4 ans)
  • Utilisation moyenne sur 4 semaines en baisse de -31,6% par rapport à l’année précédente

(Graphiques à la section Essence de pétrole de cette semaine)

Au début de cette année, ils sont passés à un niveau plus élevé, mais depuis, ils ont brusquement baissé ; ils sont donc devenus positifs. Les prix du gaz sont à leur niveau le plus bas depuis 20 ans. L’utilisation a été positive pendant la majeure partie de 2019 et a oscillé entre négatif et positif au cours des derniers mois. Elle est devenue négative de manière décisive au cours des trois dernières semaines.

Taux des prêts bancaires

  • 1,030 TED spread up +0,02 w/w (0,21-1,51) (graphique au lien)
  • 0,072 LIBOR en baisse -0,009 p/p (0,61-2,50) (graphique au lien)

Le TED et le LIBOR ont tous deux augmenté en 2016 au point où ils étaient généralement négatifs, avec beaucoup de fluctuations. Il est important de noter que le TED était supérieur à 0,50 avant les deux récessions de 2001 et 2008. Après avoir été ballotté entre positif et négatif en 2018, l’écart du TED est resté positif depuis le début de 2019, jusqu’à ce qu’il redevienne négatif il y a trois semaines. Le LIBOR a été et reste négatif.

Création d’entreprises

Le professeur Geoffrey Moore a inclus les formations nettes moins les faillites telles que mesurées par Dun & Bradstreet parmi ses 11 courts indicateurs avancés. Cette statistique, qui n’est pas exactement la même et n’a que 15 ans, est une mesure similaire. Il y a une saisonnalité marquée et une variance considérable d’une semaine à l’autre, mais une moyenne de 5 semaines réduit la plupart de ces bruits tout en conservant au moins un court signal avancé qui semble tourner 1 à 3 mois avant le cycle.

Ce résultat est devenu négatif il y a 5 semaines, dès que le coronavirus est devenu un véritable problème.

Indicateurs de coïncidence

Réservations de restaurant YoY (de la part de Open Table)

Je vais mettre à jour cette information pour la durée de l’épidémie de coronavirus. Le dernier jour où les réservations de restaurant ont été positives YoY était le 24 février. La forte baisse a commencé le 9 mars.

Les dépenses de consommation

Il y a deux semaines, le fond est finalement tombé en dessous de la lecture de Retail Economist. Cette semaine, le Redbook est finalement devenu négatif, bien que pas si mal.

Transport

Les chemins de fer (de la AAR)

  • Baisse des chargements de voitures -23,8% en glissement annuel
  • Unités intermodales en baisse -20,0% YoY
  • Baisse des charges totales -21,9% en glissement annuel

(Graphique du rapport Railfax – Rapport sur le chargement du trafic ferroviaire de marchandises en Amérique du Nord)

Transport maritime

Depuis janvier 2019, le rail a été presque uniformément négatif et s’est détérioré à partir de la fin de l’année. Les comparaisons avec l’année précédente ont continué à se détériorer au cours du dernier mois.

Harpex a atteint de nouveaux sommets en trois ans à la mi-2019 et est resté proche de ces sommets jusqu’au début de cette année. Il a reculé d’environ 165 points. Le BDI a suivi une trajectoire similaire, atteignant de nouveaux sommets en trois ans en septembre 2019, puis déclinant vers de nouveaux creux en trois ans au début du mois de février. Il reste au-dessus de ces minimums, mais reste négatif. Avec la reprise en Chine, ces mesures pourraient commencer à s’améliorer.

Je me méfie des indices de prix comme celui-ci, car ils sont fortement influencés par l’offre (comme dans le cas de la surconstruction de navires au cours de la dernière décennie) et par la demande.

Production d’acier (de la American Iron and Steel Institute)

  • Baisse -18,1% p/p
  • Baisse -33,6% en glissement annuel

À l’automne 2019, les comparaisons YoY étaient presque exclusivement négatives. Elle était généralement positive depuis le début de cette année, mais en mars, elle est redevenue négative. Le creux a été atteint il y a deux semaines, et la mesure a été pire cette semaine.

Résumé et conclusion

Maintenant que les dépenses de consommation et la retenue d’impôt du Redbook ont baissé, parmi les indicateurs coïncidents, littéralement tout – le Baltic Dry Index, le rail, l’acier, les réservations de restaurant, Harpex, BDI, le TED spread et le LIBOR, plus les deux mentionnés ci-dessus – est négatif.

Il n’y a eu qu’un seul changement parmi les indicateurs avancés courts. Les prix du gaz et du pétrole sont positifs. Les cours des actions et des dollars américains sont neutres, rejoints cette semaine par l’écart entre les obligations d’entreprises et les obligations du Trésor. Le personnel temporaire, le dollar contre les principales devises, les demandes initiales, les indices régionaux des nouvelles commandes de la Fed, l’indice des conditions financières de Chicago, l’utilisation du gaz, la création d’entreprises et les produits de base industriels et généraux sont négatifs.

Les indicateurs avancés longs se sont améliorés, les obligations d’entreprises ayant rejoint les bons du Trésor, les taux hypothécaires, la courbe des taux, M1 réel et M2 réel, les prêts immobiliers et le refinancement hypothécaire comme étant positifs. Les bénéfices des entreprises sont négatifs, tout comme les demandes d’achat de prêts hypothécaires, l’indice ajusté des conditions financières de Chicago et son sous-indice de levier.

Les prévisions actuelles et à court terme sont toujours aussi terribles. Les prévisions à long terme, soutenues par la baisse des taux d’intérêt et l’intervention de la Réserve fédérale, sont devenues positives, jetant ainsi les bases d’une éventuelle reprise. En attendant, à moins qu’un traitement ou un vaccin miracle n’apparaisse, les décisions de politique publique prises au plus haut niveau à Washington, ou à défaut par les différents consortiums de gouvernements d’États qui se sont formés, détermineront la forme de la réponse économique à la pandémie.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro