Il est difficile de ne pas être excité lorsque vous entendez la Lloyd’s rapporter qu’un pétrolier a été mis en affrètement pour un montant record de plus de 410 000 dollars par jour. Si l’on ajoute à cela les informations faisant état de taux de route au plus haut niveau jamais atteint dans la vie de la plupart des opérateurs, on pourrait penser que l’industrie du transport maritime par pétroliers est le segment à privilégier pour les navires à coque longue… Je veux dire le transport de marchandises. Mais tempérons les attentes et examinons la situation de manière plus rationnelle.

Princess Mary VLCC Tanker

S’il y a un seul segment de l’économie mondiale qui pourrait être l’exemple type du mauvais investissement au XXIe siècle, c’est bien celui du transport maritime. Les investisseurs et les banquiers jettent de l’argent par les fenêtres à mesure que l’économie se développe depuis 20 ans. Tout le monde s’efforce de surconstruire tous les segments du transport maritime, des pétroliers sales et propres au transport de vrac sec et même aux porte-conteneurs. Ensuite, on ajoute certains des pires acteurs (amoraux) de l’industrie (non, je ne citerai pas de noms), détruisant jusqu’à 99,99 % de la valeur actionnariale tout en s’enrichissant et en enrichissant leur famille, et voilà, mes amis, ce qu’est devenue cette industrie.

Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’opportunités d’investissement ou de commerce qui se présentent. Il faut simplement être discipliné et toujours regarder chaque situation d’un œil critique. Cela inclut la situation actuelle représentée dans le segment du transport maritime par pétroliers en raison de la contango actuelle du pétrole brut et du potentiel de stockage flottant qui bloque l’approvisionnement des pétroliers pendant un certain temps.

Dans cet article, nous discuterons des taux d’affrètement des pétroliers depuis le début de l’année et déterminerons les exigences en matière de seuil de rentabilité en fonction des niveaux de contango du pétrole brut. Nous identifierons également les entreprises du secteur qui pourraient potentiellement bénéficier de taux d’affrètement à temps élevés et parlerons des incertitudes qui pourraient nuire à cette opportunité commerciale. Les données utilisées dans cette analyse proviennent de divers courtiers maritimes (Gibson, Charles R. Weber et Affinity), du CME et de divers sites Web gratuits consacrés aux investissements, tels que Stockcharts.com.

Tarifs des vols charter depuis le début de l’année

En raison de toutes ces variables, il est difficile de se faire une idée précise de la situation réelle du marché des pétroliers maritimes à partir d’un seul indice comme le Baltic Dirty Tanker Index ($BDTI) ou d’un prix moyen à l’échelle mondiale tiré d’un article. Il existe différentes tailles de navires et des variations entre les navires. Il existe un certain nombre de routes standard pour les pétroliers dans le monde, et de nombreux courtiers maritimes qui fixent les affrètements. Par conséquent, il peut y avoir de grandes différences dans les taux d’affrètement.

Maintenant, nous n’allons pas essayer de prévoir les taux futurs. Il y a eu suffisamment d’études universitaires pour montrer que le nombre de déterminants corrélés aux taux d’affrètement à temps est beaucoup trop important et comprend des variables qui ne peuvent être prévues, comme le temps. Par conséquent, ces taux sont présentés uniquement pour illustrer la variabilité à laquelle nous sommes confrontés.

Pour mieux organiser ces taux d’affrètement à temps, nous allons d’abord séparer les taux d’affrètement à temps déclarés par taille de navire. Étant donné qu’historiquement, seuls les très grands transporteurs de pétrole brut, les Suezmax et les Aframax ont été utilisés pour le stockage flottant, nous éliminerons tous les Panamax ou les pétroliers plus petits. Ensuite, nous regrouperons les valeurs d’affrètement à temps par semaine. Cela permettra d’illustrer la variabilité des itinéraires à un moment donné. Les données sont présentées par numéro de semaine, car les courtiers maritimes font la moyenne de leurs prix déclarés et ne les communiquent pas tous le même jour.

La première carte concerne les très grands transporteurs de brut, ou VLCC. Ces navires ont généralement une capacité de 2MM de barils ou de pétrole brut. Les routes signalées comprennent le golfe Persique vers le golfe des États-Unis (2 échantillons par semaine), le golfe Persique vers Singapour, le golfe Persique vers le Japon, le golfe Persique vers la Chine (3 échantillons par semaine), la côte ouest africaine vers la Chine et le golfe des États-Unis vers la Chine via la Méditerranée.

La deuxième carte concerne les Suezmax Carriers. Ces navires ont une capacité d’environ 1 million de barils de pétrole brut. Les routes signalées comprennent le golfe Persique vers le golfe américain, la côte ouest africaine vers le golfe américain, la mer de Béring vers la Méditerranée (2 échantillons par semaine), la côte ouest africaine vers le Royaume-Uni (3 échantillons par semaine), la mer des Caraïbes vers la côte du golfe américain et le golfe américain vers le Royaume-Uni.

Enfin, nous avons une carte des transporteurs Aframax. Ces navires ont généralement une capacité de 750 000 barils de brut. Les routes signalées comprennent la mer du Nord vers le Royaume-Uni (2 échantillons par semaine), le golfe Persique vers Singapour, la mer des Caraïbes vers la côte du golfe américain (2 échantillons par semaine), la mer Baltique vers le Royaume-Uni (2 échantillons par semaine) et le golfe américain vers le Royaume-Uni.

Il est évident que la plus grande variabilité se situe au niveau des taux d’affrètement des VLCC. En effet, il y a moins de ports pouvant accueillir des VLCC dans le monde entier. Ces mêmes ports sont accessibles aux pétroliers Suezmax et Aframax. Cela a en fait augmenté la demande pour les petits pétroliers et a contribué à réduire la variabilité des prix.

Là encore, nous n’essayons pas d’analyser ou de prévoir les prix. Plus tard, nous discuterons de certains risques qui pourraient affecter les taux d’affrètement à temps des pétroliers, mais avant d’en arriver là, examinons le commerce du pétrole brut “à stockage flottant” qui est possible lorsque les contrats à terme du pétrole brut sont en contango.

Contango sur le pétrole brut

Le Contango est défini comme une condition dans laquelle le prix de la matière première du contrat à terme est supérieur au prix au comptant prévu à ce moment dans le futur. Il est important de faire la différence entre une courbe de contrats à terme “normale” et une courbe en contango.

Puisque nous parlons de pétrole brut, nous utiliserons cela comme exemple. Supposons un marché parfaitement équilibré, où l’offre correspond à la demande et où le prix d’équilibre est actuellement de 50 dollars par baril. Il en coûte 0,25 cents par baril par mois pour stocker et assurer le pétrole dans un réservoir. C’est le coût de portage. Par conséquent, une courbe normale des prix à terme aurait un prix au comptant de 50 $, un prix à terme à un mois de 50,25 $, un prix à trois mois de 50,75 $, un prix à six mois de 51,50 $ et un prix à un an de 53 $.

Maintenant, puisque nous avons un marché équilibré et un prix d’équilibre, en réalité, personne ne s’attend à ce que le prix au comptant du pétrole brut augmente à 53 dollars au cours de l’année prochaine. Il devrait encore s’échanger à 50 dollars car il n’y a pas eu de changement dans l’économie sous-jacente du marché. Cependant, supposons qu’un déséquilibre se produise.

Soudain, l’offre de pétrole brut dépasse la demande. Les prix au comptant chutent de 50 à 25 dollars. Les prix normaux des contrats à terme devraient baisser du même montant, soit 25 $. Mais, disons que vous regardez le marché à terme et voyez que les prix à un mois sont de 26 $, à trois mois de 27 $, à six mois de 28 $ et à un an de 29 $. Le marché est en contango ; le prix à terme est plus élevé que le prix au comptant futur prévu.

Théoriquement, vous pourriez acheter le pétrole maintenant pour 25 $, payer 0,25 par mois pour le stocker pendant 12 mois (3 $) et vous engager à le vendre à 29 $ en réalisant un bénéfice garanti de 1 $ par baril. Faites cela avec un million de barils de pétrole et vous venez de réaliser un bénéfice d’un million de dollars !

Mais c’est le monde théorique. Le monde réel est tout autre et il n’est pas si simple de déterminer le coût de portage et les futurs taux au comptant. On peut parler d’un contango du pétrole brut, mais cela ne veut pas dire qu’il en est ainsi.

Actuellement, au moment où nous écrivons ces lignes, les prix à terme du CME sont élevés, l’écart entre un mois et 12 mois étant de près de 12 dollars.

Cela signifie-t-il que les marchés pétroliers sont en contango ? Si l’on considère que le prix à terme à un mois est de 20,82 alors que les prix au comptant ont clôturé à 20,11, c’est peut-être le cas. Et ce n’est que le contact le plus court. Avec un écart de 12 $ entre le spot et 12 mois, il est tentant et probablement approprié d’appeler ce marché contango.

Mais on ne sait pas combien de temps il restera en contango sans revenir à un retard normal. En voici un exemple : Il suffit que les coûts de portage augmentent suffisamment et pouf, voilà votre profit d’arbitrage de contango.

Les opérateurs de stockage le savent. Les courtiers et les armateurs le savent aussi. Ils veulent aussi leur juste part de profit et augmenteront les tarifs pour l’obtenir. Cela aura pour effet d’augmenter les coûts de portage, de réduire le contango et de ramener le marché à l’équilibre.

Taux de rentabilité des vols affrétés à temps

Cela soulève donc la question de savoir quels taux les propriétaires devraient exiger et quels taux les commerçants et les producteurs peuvent se permettre de payer tout en étant rentables. Tout cela dépend de l’écart entre les prix au comptant (ou le coût de production pour les producteurs) et le prix des contrats à terme.

Revenons à nos tarifs de charte du temps et faisons une analyse simple :

Un contrat à terme couvre 1 000 barils de pétrole mais son prix est fixé au baril près. Par conséquent, si nous prenons le montant du contango multiplié par la capacité de stockage divisé par le nombre de jours de stockage, nous pouvons déterminer le seuil de rentabilité où 100 % du profit de l’arbitrage est absorbé par le coût du stockage.

Les données sont présentées dans une matrice d’incréments de temps d’un mois par incréments d’écart d’un dollar.

Pour les VLCC, nous trouvons :

Le VLCC Contango atteint le seuil de rentabilité
Contango 30 60 91 121 152 182 213 243 274 304 335 365
$1.00 $66,667 $33,333 $21,978 $16,529 $13,158 $10,989 $9,390 $8,230 $7,299 $6,579 $5,970 $5,479
$2.00 $133,333 $66,667 $43,956 $33,058 $26,316 $21,978 $18,779 $16,461 $14,599 $13,158 $11,940 $10,959
$3.00 $200,000 $100,000 $65,934 $49,587 $39,474 $32,967 $28,169 $24,691 $21,898 $19,737 $17,910 $16,438
$4.00 $266,667 $133,333 $87,912 $66,116 $52,632 $43,956 $37,559 $32,922 $29,197 $26,316 $23,881 $21,918
$5.00 $333,333 $166,667 $109,890 $82,645 $65,789 $54,945 $46,948 $41,152 $36,496 $32,895 $29,851 $27,397
$6.00 $400,000 $200,000 $131,868 $99,174 $78,947 $65,934 $56,338 $49,383 $43,796 $39,474 $35,821 $32,877
$7.00 $466,667 $233,333 $153,846 $115,702 $92,105 $76,923 $65,728 $57,613 $51,095 $46,053 $41,791 $38,356
$8.00 $533,333 $266,667 $175,824 $132,231 $105,263 $87,912 $75,117 $65,844 $58,394 $52,632 $47,761 $43,836
$9.00 $600,000 $300,000 $197,802 $148,760 $118,421 $98,901 $84,507 $74,074 $65,693 $59,211 $53,731 $49,315
$10.00 $666,667 $333,333 $219,780 $165,289 $131,579 $109,890 $93,897 $82,305 $72,993 $65,789 $59,701 $54,795
$11.00 $733,333 $366,667 $241,758 $181,818 $144,737 $120,879 $103,286 $90,535 $80,292 $72,368 $65,672 $60,274
$12.00 $800,000 $400,000 $263,736 $198,347 $157,895 $131,868 $112,676 $98,765 $87,591 $78,947 $71,642 $65,753
$13.00 $866,667 $433,333 $285,714 $214,876 $171,053 $142,857 $122,066 $106,996 $94,891 $85,526 $77,612 $71,233
$14.00 $933,333 $466,667 $307,692 $231,405 $184,211 $153,846 $131,455 $115,226 $102,190 $92,105 $83,582 $76,712
$15.00 $1,000,000 $500,000 $329,670 $247,934 $197,368 $164,835 $140,845 $123,457 $109,489 $98,684 $89,552 $82,192

Les taux des VLCC ont dépassé les 200 000 dollars ces dernières semaines. Par conséquent, un écart minimum de 4 $ est requis sur le court terme d’un mois. À quatre mois, l’écart de prix doit être supérieur à 12 $. Actuellement, l’écart de prix entre le mois le plus proche se stabilise après 15 $, ce qui rend toute échéance de plus de 5 mois non rentable.

Pour les transporteurs Suezmax, nous trouvons :

Le Suezmax Contango atteint le seuil de rentabilité
Contango 30 60 91 121 152 182 213 243 274 304 335 365
$1.00 $33,333 $16,667 $10,989 $8,264 $6,579 $5,495 $4,695 $4,115 $3,650 $3,289 $2,985 $2,740
$2.00 $66,667 $33,333 $21,978 $16,529 $13,158 $10,989 $9,390 $8,230 $7,299 $6,579 $5,970 $5,479
$3.00 $100,000 $50,000 $32,967 $24,793 $19,737 $16,484 $14,085 $12,346 $10,949 $9,868 $8,955 $8,219
$4.00 $133,333 $66,667 $43,956 $33,058 $26,316 $21,978 $18,779 $16,461 $14,599 $13,158 $11,940 $10,959
$5.00 $166,667 $83,333 $54,945 $41,322 $32,895 $27,473 $23,474 $20,576 $18,248 $16,447 $14,925 $13,699
$6.00 $200,000 $100,000 $65,934 $49,587 $39,474 $32,967 $28,169 $24,691 $21,898 $19,737 $17,910 $16,438
$7.00 $233,333 $116,667 $76,923 $57,851 $46,053 $38,462 $32,864 $28,807 $25,547 $23,026 $20,896 $19,178
$8.00 $266,667 $133,333 $87,912 $66,116 $52,632 $43,956 $37,559 $32,922 $29,197 $26,316 $23,881 $21,918
$9.00 $300,000 $150,000 $98,901 $74,380 $59,211 $49,451 $42,254 $37,037 $32,847 $29,605 $26,866 $24,658
$10.00 $333,333 $166,667 $109,890 $82,645 $65,789 $54,945 $46,948 $41,152 $36,496 $32,895 $29,851 $27,397
$11.00 $366,667 $183,333 $120,879 $90,909 $72,368 $60,440 $51,643 $45,267 $40,146 $36,184 $32,836 $30,137
$12.00 $400,000 $200,000 $131,868 $99,174 $78,947 $65,934 $56,338 $49,383 $43,796 $39,474 $35,821 $32,877
$13.00 $433,333 $216,667 $142,857 $107,438 $85,526 $71,429 $61,033 $53,498 $47,445 $42,763 $38,806 $35,616
$14.00 $466,667 $233,333 $153,846 $115,702 $92,105 $76,923 $65,728 $57,613 $51,095 $46,053 $41,791 $38,356
$15.00 $500,000 $250,000 $164,835 $123,967 $98,684 $82,418 $70,423 $61,728 $54,745 $49,342 $44,776 $41,096

Les taux des Suezmax ont dépassé 90 000 dollars au cours des dernières semaines. Par conséquent, un écart minimum de 3 $ est requis sur le court terme d’un mois. À quatre mois, l’écart de prix doit être supérieur à 11 $. Actuellement, l’écart de prix entre le mois le plus proche se stabilise après 15 $, ce qui rend toute échéance de plus de 5 mois non rentable.

Pour les transporteurs Aframax, nous trouvons :

Aframax Contango : le seuil de rentabilité
Contango 30 60 91 121 152 182 213 243 274 304 335 365
$1.00 $25,000.00 $12,500 $8,242 $6,198 $4,934 $4,121 $3,521 $3,086 $2,737 $2,467 $2,239 $2,055
$2.00 $50,000.00 $25,000 $16,484 $12,397 $9,868 $8,242 $7,042 $6,173 $5,474 $4,934 $4,478 $4,110
$3.00 $75,000.00 $37,500 $24,725 $18,595 $14,803 $12,363 $10,563 $9,259 $8,212 $7,401 $6,716 $6,164
$4.00 $100,000.00 $50,000 $32,967 $24,793 $19,737 $16,484 $14,085 $12,346 $10,949 $9,868 $8,955 $8,219
$5.00 $125,000.00 $62,500 $41,209 $30,992 $24,671 $20,604 $17,606 $15,432 $13,686 $12,336 $11,194 $10,274
$6.00 $150,000.00 $75,000 $49,451 $37,190 $29,605 $24,725 $21,127 $18,519 $16,423 $14,803 $13,433 $12,329
$7.00 $175,000.00 $87,500 $57,692 $43,388 $34,539 $28,846 $24,648 $21,605 $19,161 $17,270 $15,672 $14,384
$8.00 $200,000.00 $100,000 $65,934 $49,587 $39,474 $32,967 $28,169 $24,691 $21,898 $19,737 $17,910 $16,438
$9.00 $225,000.00 $112,500 $74,176 $55,785 $44,408 $37,088 $31,690 $27,778 $24,635 $22,204 $20,149 $18,493
$10.00 $250,000.00 $125,000 $82,418 $61,983 $49,342 $41,209 $35,211 $30,864 $27,372 $24,671 $22,388 $20,548
$11.00 $275,000.00 $137,500 $90,659 $68,182 $54,276 $45,330 $38,732 $33,951 $30,109 $27,138 $24,627 $22,603
$12.00 $300,000.00 $150,000 $98,901 $74,380 $59,211 $49,451 $42,254 $37,037 $32,847 $29,605 $26,866 $24,658
$13.00 $325,000.00 $162,500 $107,143 $80,579 $64,145 $53,571 $45,775 $40,123 $35,584 $32,072 $29,104 $26,712
$14.00 $350,000.00 $175,000 $115,385 $86,777 $69,079 $57,692 $49,296 $43,210 $38,321 $34,539 $31,343 $28,767
$15.00 $375,000.00 $187,500 $123,626 $92,975 $74,013 $61,813 $52,817 $46,296 $41,058 $37,007 $33,582 $30,822

Les taux Aframax ont atteint environ 50 000 dollars au cours des dernières semaines. Par conséquent, un écart minimum de 2 $ est requis sur le court terme d’un mois. À quatre mois, l’écart de prix doit être supérieur à 9 $. Actuellement, l’écart de prix entre le mois le plus proche se stabilise après 15 $, ce qui rend toute durée supérieure à 7 mois non rentable.

Et, bien que les pétroliers Panamax n’aient pas été utilisés historiquement pour le stockage, si nous examinons cette classe de pétroliers, nous trouvons :

Le Panamax Contango atteint le seuil de rentabilité
Contango 30 60 91 121 152 182 213 243 274 304 335 365
$1.00 $16,667 $8,333 $5,495 $4,132 $3,289 $2,747 $2,347 $2,058 $1,825 $1,645 $1,493 $1,370
$2.00 $33,333 $16,667 $10,989 $8,264 $6,579 $5,495 $4,695 $4,115 $3,650 $3,289 $2,985 $2,740
$3.00 $50,000 $25,000 $16,484 $12,397 $9,868 $8,242 $7,042 $6,173 $5,474 $4,934 $4,478 $4,110
$4.00 $66,667 $33,333 $21,978 $16,529 $13,158 $10,989 $9,390 $8,230 $7,299 $6,579 $5,970 $5,479
$5.00 $83,333 $41,667 $27,473 $20,661 $16,447 $13,736 $11,737 $10,288 $9,124 $8,224 $7,463 $6,849
$6.00 $100,000 $50,000 $32,967 $24,793 $19,737 $16,484 $14,085 $12,346 $10,949 $9,868 $8,955 $8,219
$7.00 $116,667 $58,333 $38,462 $28,926 $23,026 $19,231 $16,432 $14,403 $12,774 $11,513 $10,448 $9,589
$8.00 $133,333 $66,667 $43,956 $33,058 $26,316 $21,978 $18,779 $16,461 $14,599 $13,158 $11,940 $10,959
$9.00 $150,000 $75,000 $49,451 $37,190 $29,605 $24,725 $21,127 $18,519 $16,423 $14,803 $13,433 $12,329
$10.00 $166,667 $83,333 $54,945 $41,322 $32,895 $27,473 $23,474 $20,576 $18,248 $16,447 $14,925 $13,699
$11.00 $183,333 $91,667 $60,440 $45,455 $36,184 $30,220 $25,822 $22,634 $20,073 $18,092 $16,418 $15,068
$12.00 $200,000 $100,000 $65,934 $49,587 $39,474 $32,967 $28,169 $24,691 $21,898 $19,737 $17,910 $16,438
$13.00 $216,667 $108,333 $71,429 $53,719 $42,763 $35,714 $30,516 $26,749 $23,723 $21,382 $19,403 $17,808
$14.00 $233,333 $116,667 $76,923 $57,851 $46,053 $38,462 $32,864 $28,807 $25,547 $23,026 $20,896 $19,178
$15.00 $250,000 $125,000 $82,418 $61,983 $49,342 $41,209 $35,211 $30,864 $27,372 $24,671 $22,388 $20,548

Les tarifs Panamax ont dépassé les 40 000 dollars ces dernières semaines. Par conséquent, un écart minimum de 3 $ est requis sur le court terme d’un mois. À quatre mois, l’écart de prix doit être supérieur à 10 $. Actuellement, l’écart de prix entre le mois le plus proche se stabilise après 15 $, ce qui rend toute échéance supérieure à 6 mois non rentable.

Il est évident que tout propriétaire/exploitant va exiger des taux conformes aux conditions actuelles du marché pour éliminer tout profit d’arbitrage présenté par le contango du marché. Par conséquent, tant que ces conditions de prix existent sur les marchés à terme du pétrole brut, les compagnies pétrolières devraient pouvoir exiger des taux élevés.

Cela nous amène donc à notre prochaine section : Qui sont ces entreprises qui pourraient potentiellement profiter de la situation actuelle du marché.

Compagnies de transport maritime par navires-citernes

Voici une liste des compagnies de transport maritime qui opèrent dans ce secteur. Elle est présentée sans commentaire. Pour être incluse dans cette liste, la compagnie doit opérer dans le secteur des pétroliers sales (pétrole brut) et avoir une majorité de navires de taille VLCC, Suezmax, Aframax, et/ou Panamax. Les sociétés qui ne possèdent que des navires de plus petite taille ou des pétroliers pour produits propres sont exclues.

DHT Holdings (DHT) exploite une flotte de VLCC. La plupart de ces navires sont employés sur le marché spot.

Euronav (EURN) exploite une flotte de VLCC et de pétroliers Suezmax en plus des anciens ULCC utilisés aujourd’hui comme stockage flottant. Un grand nombre de leurs navires sont exploités sur le marché spot.

Frontline (FRO) exploite une flotte de VLCC, de pétroliers Suezmax et Aframax. Nombre de leurs navires opèrent sur le marché spot.

Nordic American Tankers (NAT) exploite une flotte de pétroliers Suezmax.

Navios Maritime Acquisition (NNA) exploite une flotte de 10 VLCC ainsi que des pétroliers de produits propres. Certains de leurs VLCC opèrent sur le marché spot, mais les autres opèrent selon un accord fixe avec partage des bénéfices.

Teekay Tankers (TNK) exploite une flotte mixte qui comprend des pétroliers Suezmax et Aframax, des transporteurs de produits propres et des méthaniers et transporteurs de GPL et de GNL.

Cela ne veut pas dire que chacune de ces entreprises bénéficiera des conditions actuelles du marché ou que le cours des actions augmentera à partir de là. En réalité, il y a beaucoup d’incertitudes et de risques à prendre en compte.

Incertitudes et risques

La plus grande incertitude est probablement la situation économique mondiale actuelle du point de vue de la demande. Au premier trimestre, beaucoup de gens s’attendaient à un bref ralentissement économique et à une reprise rapide. Cependant, étant donné que la demande a baissé de plus de 19 millions de barils par jour, il y a peu d’éléments qui suggèrent un rebondissement rapide des prix du pétrole brut. Une projection plus optimiste de l’EIA américaine prévoit une baisse de la demande de 5,2 barils par jour en taux annualisé. Une demande plus faible pour le brut signifie une demande plus faible pour les transporteurs de brut.

En outre, nous avons une incertitude du côté de l’offre. Les membres de l’OPEP, en collusion avec les non-membres de l’OPEP, se sont disputés à propos des réductions de l’offre. On ne sait pas encore combien et combien de temps les fournisseurs vont couper. Mais ces coupures ne sont pas encore arrivées. En conséquence, les capacités de stockage existantes se remplissent. On ne sait pas encore combien de temps elle va durer avant d’être remplie à pleine capacité. La seule chose que l’on sait en ce qui concerne l’offre, c’est que tout le monde sait que les autres vont tricher. Quel que soit le chiffre annoncé en fin de compte, soyez assurés que la véritable réduction de l’offre sera bien moindre. Et, à moins que l’offre ne soit coupée bien plus que la demande n’ait diminué, la demande de pétroliers comme stockage flottant augmentera.

Et, si cela ne suffit pas à vous faire perdre la tête, il y a toujours les risques systémiques et spécifiques à l’entreprise associés à chacune des actions ci-dessus. Cela dit, chaque investisseur doit faire ses propres vérifications préalables et examiner si l’une de ces sociétés peut être incluse dans un portefeuille.

Conclusion

La plus grande décision à prendre avec ces entreprises, si l’on décide de faire le commerce, est probablement celle de savoir quel est le calendrier d’investissement. Il est évident que les taux d’affrètement à temps (comme on l’a vu plus haut) sont volatils en temps normal. Ce ne sont pas des temps normaux. Il est vrai que l’offre va se remplir rapidement et que les producteurs et les négociants vont chercher à assurer un stockage temporaire sur des pétroliers, mais l’ensemble du commerce pourrait se dérouler rapidement.

De même, une volatilité accrue sur le marché boursier peut rapidement submerger n’importe laquelle de ces actions. La plupart d’entre elles ne négocient en moyenne que quelques millions d’actions par jour. Ainsi, les institutions ou les grosses commandes peuvent rapidement brûler le livre et faire varier les prix de manière drastique. Cela dit, les opérateurs qui sont longs sur l’une de ces actions doivent envisager de maintenir des stops serrés.

Enfin, étant donné les perspectives à long terme de l’économie mondiale, les rendements des dividendes et les taux de rémunération ne devraient pas être une considération primordiale. À l’heure actuelle, aucune de ces entreprises ne devrait être considérée comme un achat à long terme et oublier.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s DHT, EURN, FRO. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Ces informations ne constituent pas des conseils d’investissement, ni une recommandation d’acheter ou de vendre des titres. Les investisseurs particuliers doivent faire leurs propres recherches et comprendre pleinement les risques associés à cette société.


Commencer à trader avec eToro