Artisan Partners Asset Management, Inc. (NYSE:APAM) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 29 avril 2020 11:00 AM ET

Entreprises participantes

Makela Taphorn – Directrice, Rapports de gestion et RI

Eric Colson – Président du conseil d’administration, président et directeur général

Charles Daley – Vice-président, directeur financier et trésorier

Participants à la conférence téléphonique

Michael Carrier – Bank of America Merrill Lynch

William Katz – Citigroup

Robert Lee – KBW

Alexander Blostein – Groupe Goldman Sachs

Christopher Shutler – William Blair & Company

Kenneth Lee – RBC Marchés des capitaux

Daniel Fannon – Jefferies

Opérateur

Bonjour et merci d’être à l’écoute. Je m’appelle Chuck, et je serai votre opérateur de conférence aujourd’hui. [Operator Instructions]. Pour rappel, cette conférence est en cours d’enregistrement.

Je voudrais maintenant passer la parole à Makela Taphorn, directrice des relations avec les investisseurs pour Artisan Partners Asset Management. Je vous en prie, allez-y.

Makela Taphorn

Je vous remercie. Bienvenue à la mise à jour de l’activité de gestion d’actifs et des revenus d’Artisan Partners. L’appel d’aujourd’hui comprendra des remarques d’Eric Colson, président et directeur général, et de C.J. Daley, directeur financier. Nos derniers résultats et notre présentation aux investisseurs sont disponibles dans la section “Investor Relations” de notre site web. Suite à ces remarques, nous ouvrirons la ligne pour les questions.

Avant de commencer, j’aimerais vous rappeler que les commentaires faits lors de l’appel d’aujourd’hui, y compris les réponses aux questions, peuvent porter sur des déclarations prospectives. Ces déclarations sont soumises à des risques et incertitudes qui sont présentés dans le communiqué de presse sur les résultats et détaillés dans nos documents déposés auprès de la SEC. Nous ne sommes pas tenus de mettre à jour ou de réviser ces déclarations à la suite de l’appel.

En outre, certaines de nos remarques faites aujourd’hui feront référence à des mesures financières non conformes aux normes comptables. Vous pouvez trouver des rapprochements de ces mesures avec les mesures GAAP les plus comparables dans le communiqué de presse sur les résultats.

Je passe maintenant la parole à Eric Colson.

Eric Colson

Merci, Makela, et merci à tous de vous être joints à l’appel ou d’avoir lu la transcription. Lors de notre appel du premier trimestre, nous nous penchons généralement sur les investissements à forte valeur ajoutée. Pour tous ces appels, nous nous concentrons sur le long terme. Aujourd’hui, cependant, je vais surtout parler des derniers mois. Artisan Partners est conçu pour être une source de stabilité pour notre personnel, nos clients et nos actionnaires, en particulier en période d’incertitude et de peur. Pour assurer cette stabilité, nous devons communiquer en temps réel sur notre mode de fonctionnement et sur notre capacité avérée à performer à travers les événements et les cycles du marché.

Nous avons constamment communiqué ces points à nos clients, consultants et intermédiaires et à nos collaborateurs. Nous voulons partager les mêmes informations avec nos actionnaires. Le fait de se concentrer actuellement sur le court terme ne change rien à notre mentalité à long terme. Notre objectif reste la réussite à long terme. Nous ne nous laisserons pas entraîner dans une réflexion perpétuelle en mode de crise à court terme. Nous resterons fidèles à ce que nous sommes au modèle et à la philosophie décrits sur cette page.

Passage à la diapositive 2. En 25 ans, notre philosophie d’entreprise et notre modèle d’exploitation sont restés cohérents au fil du temps et dans toutes les franchises d’investissement. Nos 9 équipes d’investissement sont décentralisées, autonomes, dirigées par des talents, orientées vers le long terme et centrées sur l’art d’investir. Nous ne sommes pas une usine avec de grands bureaux et de grandes équipes qui s’adressent à des décideurs centralisés ou à des comités d’investissement, produisant des produits pour alimenter une machine de distribution. En accord avec notre approche des investissements, nous avons construit un modèle d’exploitation très flexible et très mobile, qui répond aux besoins de 9 équipes uniques avec 9 styles de fonctionnement uniques et aux besoins d’investissement des professionnels de la distribution qui voyagent beaucoup.

Notre modèle opérationnel a contribué de manière significative à notre capacité à fonctionner avec succès pendant la crise COVID-19. Notre engagement à recruter et à retenir des personnes de qualité a également été essentiel. Au cours des trois derniers mois, j’ai été très impressionné par la capacité, l’ingéniosité et le dévouement de chacun de nos associés.

Au cours de cette période récente, nous avons répondu à un grand nombre de questions de la part de clients, de consultants et d’intermédiaires. Permettez-moi de vous présenter quelques-unes des plus courantes et nos réponses. Êtes-vous opérationnellement sain ? Oui, nous fonctionnons bien. Nos équipes d’investissement tirent parti de la dislocation et de la volatilité des marchés. Nos traders exécutent un grand volume de transactions. Nos professionnels de la distribution et du marketing communiquent avec les clients et les prospects en utilisant de multiples technologies. Et nos équipes commerciales et opérationnelles continuent à fournir un soutien personnalisé de haute qualité.

Travaillez-vous à domicile et contribuez-vous à l’éloignement social et à l’aplatissement de la courbe ? Oui. Presque tous nos associés travaillent à domicile. Nous les avons soutenus de toutes les manières nécessaires pour qu’ils puissent continuer à investir et à être performants pour nos clients.

Des positions liquidées pour répondre à des demandes de rachat ? Pouvez-vous mettre de l’argent au service des clients qui cherchent à se rééquilibrer et à se pencher sur leurs besoins ? Oui. Nos négociateurs ont traité avec succès des flux importants d’entrées et de sorties. Au cours du mois de mars, ils ont négocié des actions d’une valeur d’environ 7,6 milliards de dollars, soit près de 3 fois le volume en dollars exécuté en mars de l’année dernière.

Artisan Partners fait preuve de la constance et de la constance qui caractérisent l’entreprise. Sur cette diapositive, les barres vertes montrent la moyenne des rendements excédentaires des stratégies d’Artisan sur 12 mois au cours des 25 dernières années. Au fil du temps, nous sommes passés à 9 équipes autonomes, gérant 18 stratégies d’investissement dans de multiples classes d’actifs pour des clients sophistiqués du monde entier. Comme vous pouvez le constater, nous avons constamment battu les indices de référence par des montants significatifs. Au cours des dernières périodes, avec des degrés de liberté supplémentaires dans l’ensemble de notre activité, y compris nos stratégies de troisième génération à haut degré de liberté, notre génération d’alpha a été très forte. Notre entreprise est conçue pour être performante et ajouter de la valeur en cas de choc sur le marché et au cours des cycles du marché. Nous l’avons fait, et nous comptons bien continuer à le faire.

Actuellement, non seulement nous faisons le travail au jour le jour, mais nous exécutons également des initiatives à plus long terme. En pleine crise, les responsables de notre équipe de marketing et de communication sont venus me voir et m’ont dit que le moment était venu de lancer Artisan Canvas, le blog que nous développons depuis un certain temps à l’échelle de l’entreprise. Ce blog s’est déjà révélé être un moyen idéal pour communiquer en temps réel avec de multiples interlocuteurs dans différentes régions du monde.

Artisan Canvas est l’un des nombreux investissements que nous avons réalisés dans le marketing numérique. Nous avons été méthodiques dans notre approche, en faisant les choses d’une manière qui correspond à notre modèle et à notre culture, en attendant de voir ce qui fonctionne et en cherchant des points de levier. Nous avons engagé des rédacteurs de talent qui se consacrent aux équipes d’investissement afin qu’elles puissent communiquer efficacement et effectivement avec les clients et les prospects. Nous disposons d’une équipe talentueuse et de longue date de concepteurs et de professionnels du marketing qui conditionnent et présentent nos histoires sur de multiples supports.

Et plus récemment, nous avons embauché des personnes et ajouté des logiciels pour exploiter notre contenu, le distribuer efficacement et tirer des enseignements des données que nous avons reçues sur qui s’occupe de quoi et comment. Bien qu’il s’agisse pour nous d’un voyage à long terme, nous avons accéléré et étendu nos efforts au cours des deux derniers mois.

En plus du lancement d’Artisan Canvas et de l’expansion de notre marketing numérique, nous avons récemment conclu plusieurs nouveaux partenariats de distribution qui devraient nous permettre d’accéder à de nouveaux marchés et clients. Nous pensons avoir trouvé de bons partenaires à long terme, ce qui nous donne des possibilités de croissance et de diversification de notre activité. Et au cours d’une période d’activité sans précédent, notre équipe informatique a achevé la migration de notre environnement d’exploitation informatique vers le cloud, couronnant ainsi un processus pluriannuel qui nous apportera plus de capacité, de flexibilité, d’efficacité et de sécurité. J’applaudis la performance de Dan Greller et de toute son équipe informatique. Les efforts qu’ils ont déployés pendant de nombreuses années nous ont bien préparés aux événements récents, et ils ont extrêmement bien soutenu toute notre entreprise lors de la migration vers le travail à domicile.

Notre modèle de fonctionnement fonctionne bien. Comme C.J. en parlera, notre modèle financier fonctionne également bien. Mais surtout, comme vous pouvez le voir sur la diapositive 4, nous avons de bons résultats d’investissement à long terme dans l’ensemble de notre entreprise. Nos équipes sont bien établies. Elles ont été dirigées par des chefs de projet expérimentés, elles sont disciplinées dans leurs processus et elles ont obtenu de bons résultats.

Aujourd’hui, après le retrait du marché, pour la première fois depuis de nombreuses années, toutes nos stratégies d’investissement sont ouvertes à de nouveaux clients et investisseurs. Nous constatons un grand intérêt de la part d’allocateurs sophistiqués qui cherchent à rééquilibrer et à mettre de l’argent en relation avec une société d’investissement éprouvée et de confiance. Au 24 avril, nous avons enregistré des entrées nettes de 1,3 milliard de dollars depuis le début de l’année, avec des flux nets positifs dans 13 de nos 18 stratégies. Nous constatons une demande dans les trois générations de stratégies. La troisième génération continue de récolter le plus d’entrées nettes, avec plus de 2 milliards de dollars d’entrées nettes à ce jour en 2020.

Nos récents flux comprennent des retraits importants de clients ayant besoin de liquidités pour faire face à la crise COVID-19, notamment des fonds de dotation et des pools d’exploitation hospitaliers. Bien que les circonstances soient douloureuses pour tout le monde, ces retraits nous rappellent que notre objectif est bien plus que de battre une référence ou de gagner de l’argent. Il s’agit de servir les clients, de servir les personnes qui ont épargné pour l’avenir en prévision d’une crise, dans un but précis et qui nous ont confié la gestion de leur épargne pendant un certain temps. À terme, ils utiliseront leur capital pour faire ce qu’ils font pour servir les gens qu’ils servent. C’est un grand honneur pour nous d’en faire partie. Notre objectif, en tant qu’entreprise, est de bien servir ces personnes.

Comme je l’ai fait au début de mes remarques, je tiens à souligner que cette mise à jour sur les flux à court terme ne reflète pas un changement de notre état d’esprit ou de nos projets de rapport. Lors de nos récentes discussions avec nos clients et nos prospects, il a été important de fournir des points de données soutenant la force et la stabilité de notre entreprise. Nous voulons partager ces données avec tous nos clients. Nous avons toujours dit que les flux seront globaux d’un trimestre à l’autre et d’une année à l’autre. Nous n’essayons pas d’organiser les flux. Nous accordons de l’importance aux relations à long terme et nous avons établi de nombreux partenariats de confiance à long terme avec des clients, des consultants, des répartiteurs et des intermédiaires sophistiqués. Ces partenaires apprécient la cohérence de nos actions, de notre mode de fonctionnement, de la manière dont nos équipes investissent et de notre communication.

Si nous sommes performants en tant qu’entreprise et que nos équipes d’investissement continuent à fournir des performances à long terme et à forte valeur ajoutée, nous aurons beaucoup de capital à gérer. Nous prévoyons que la grande majorité de notre croissance résultera de la capitalisation des actifs des clients sur de longues périodes, et non de flux nets. Au cours de nos 25 années d’existence, nous sommes restés disciplinés dans notre philosophie et notre approche. Nous sommes restés concentrés sur des investissements à forte valeur ajoutée et axés sur le talent. Nous avons identifié, recruté et établi des partenariats avec des leaders uniques en matière d’investissement. Avec eux, nous avons construit des franchises d’investissement qui génèrent de l’alpha. Nous le faisons encore et encore.

Nous devenons plus forts avec le temps. Nos équipes existantes acquièrent de l’expérience, génèrent des performances et instaurent la confiance. Notre plateforme opérationnelle devient plus performante et plus agile, et nous diversifions nos activités parmi des sources d’alpha indépendantes, des classes d’actifs, des zones géographiques et des types de clients.

Comme vous pouvez le voir sur la diapositive 5, un portefeuille d’un million de dollars investi dans chacune de nos stratégies au départ aurait atteint 77,6 millions de dollars au 31 mars. C’est plus de 50 % de plus de richesse que si le même dollar avait été investi dans les indices. C’est un investissement à forte valeur ajoutée.

Pour l’avenir, nous sommes bien placés pour développer nos relations à long terme, ajouter des degrés de liberté et devenir un conseiller encore plus fiable et compétent pour nos clients. Chacune de nos équipes existantes dispose d’une capacité d’investissement. Il existe une réserve importante de talents externes en matière d’investissement qui sont à la recherche d’une maison et les récents événements du marché devraient stimuler la demande d’idées et de stratégies d’investissement très différenciées, idiosyncrasiques et fondées sur le jugement, ce qui est notre priorité depuis 25 ans.

Je vais maintenant céder la parole à C.J. pour parler des performances de notre modèle financier.

Charles Daley

Merci, Eric, et bonjour à tous. J’espère que vous, votre famille et vos amis êtes en sécurité et en bonne santé. En très peu de temps, nous avons vu le monde passer d’un environnement relativement stable à un environnement connaissant une incertitude extrême quant à l’impact de COVID-19 sur notre vie quotidienne et sur l’économie mondiale. Comme Eric l’a décrit dans ses commentaires, dans des moments comme celui-ci, nous pensons qu’il est important de rester disciplinés dans notre approche de la gestion de notre entreprise et de nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler.

Notre modèle financier, dont nous avons souligné les composantes sur la diapositive 6, a été construit pour résister à la volatilité des marchés. Bon nombre de nos dépenses de fonctionnement varient directement en fonction des recettes, ce qui assure une certaine prévisibilité en période de volatilité des marchés mondiaux. Dans notre processus de budgétisation, nous prenons grand soin d’équilibrer correctement le pourcentage de nos dépenses qui sont variables avec celles qui sont fixes par nature. Cela implique de soumettre nos budgets à des tests de résistance et de savoir où nous pouvons réduire nos dépenses sans sacrifier la qualité de nos services.

Notre modèle financier continue de fonctionner comme prévu et notre activité est plus diversifiée que jamais. Au cours des dernières années, nous avons ajouté des talents, développé nos stratégies de troisième génération et renforcé nos capacités de distribution et d’exploitation. Nous avons maintenant 9 équipes d’investissement autonomes, 18 stratégies d’investissement, couvrant une gamme de classes d’actifs, de multiples canaux de distribution à travers les zones géographiques et de solides capacités opérationnelles.

Nos résultats financiers pour le trimestre sont conformes à nos attentes, compte tenu des baisses importantes des marchés financiers mondiaux et de la hausse des dépenses saisonnières, que nous subissons chaque trimestre de mars. Les actifs sous gestion de la diapositive 7 ont atteint 95,2 milliards de dollars pour le trimestre, soit une baisse de 21 % par rapport au dernier trimestre et de 12 % par rapport au trimestre de mars 2019, ce qui reflète principalement la forte baisse des marchés mondiaux en mars. L’impact de la baisse des marchés mondiaux a réduit les actifs sous gestion de 23 % au cours du trimestre, mais a été compensé par 200 points de base ou 2,8 milliards de dollars de rendements excédentaires générés par nos équipes d’investissement. Et nous avons eu de modestes sorties nettes de clients de 449 millions de dollars.

AUM par génération se trouve sur la diapositive 8. Au cours du trimestre, nos stratégies de troisième génération ont généré 1,1 milliard de dollars d’entrées nettes de fonds pour les clients et près d’un milliard de dollars de rendements excédentaires. Nos stratégies de première génération ont connu des sorties nettes de clients, mais la génération d’alpha a plus que compensé ces sorties. Avant la chute du marché, nos actifs sous gestion ont atteint un niveau record de 125 milliards de dollars le 19 février. Et depuis le creux du marché du 23 mars, les entrées nettes de clients ont été positives pendant 20 des 23 jours.

Nos principaux indicateurs financiers sont présentés sur la diapositive 9. Comme toujours, je concentrerai mes commentaires sur les résultats ajustés que nous utilisons pour évaluer notre activité et nos opérations. L’ensemble de nos résultats conformes aux PCGR et de nos résultats ajustés sont présentés dans notre communiqué de presse sur les résultats. Les résultats financiers du trimestre par rapport au trimestre précédent reflètent une baisse de l’actif moyen sous gestion, un jour de moins dans le trimestre et des dépenses saisonnières du premier trimestre, partiellement compensées par des commissions de performance plus élevées. Les revenus ont diminué de 3 % en raison d’une baisse de 2 % de l’actif moyen sous gestion et d’un jour de moins dans le trimestre. Ces baisses ont été partiellement compensées par des commissions de performance de 2,9 millions de dollars provenant d’un seul client d’opportunités mondiales.

Les dépenses d’exploitation ont augmenté de 2 % par rapport au trimestre précédent, principalement en raison de dépenses saisonnières de 5 millions de dollars, en partie compensées par la baisse des frais de déplacement résultant des mandats de COVID-19 pour les abris sur place. Le résultat d’exploitation pour le trimestre a diminué de 11 % par rapport au trimestre précédent, et notre marge d’exploitation a été de 35 %. Le bénéfice net ajusté de 51,7 millions de dollars et le bénéfice net ajusté par action ajustée de 0,66 $ ont chacun baissé de 12 % par rapport au trimestre précédent.

Les résultats par rapport au premier trimestre 2019 reflètent des revenus plus élevés grâce à une augmentation de l’encours moyen des actifs sous gestion, à un jour supplémentaire en 2020 et à la commission de performance mentionnée précédemment. La rémunération variable et les frais de distribution ont augmenté avec les revenus. Les dépenses fixes ont diminué, principalement en raison de l’augmentation des frais d’occupation au premier trimestre 2019 liés à la relocalisation des équipes d’investissement. En conséquence, notre marge d’exploitation s’est améliorée, passant de 30,9 % à 35 %, et le bénéfice net ajusté par action ajustée a augmenté de 20 %.

Passons à la diapositive 10. Notre bilan reste sain, et nous sommes bien placés pour absorber la récente volatilité que nous avons connue sur les marchés. Nous conservons environ 100 millions de dollars de liquidités excédentaires pour financer nos opérations, lancer de nouveaux produits et continuer à investir dans les capacités opérationnelles et la technologie des nouvelles équipes. En outre, nous maintenons une ligne de crédit non utilisée de 100 millions de dollars. La dette de 200 millions de dollars est soutenue par un flux de trésorerie et un EBITDA importants. Notre ratio d’endettement est de 0,6x l’EBITDA et est bien en dessous des limites spécifiées dans nos engagements.

En raison de la solidité de notre trésorerie et de notre bilan, nous restons fidèles à notre politique de dividende qui consiste à distribuer environ 80 % des liquidités générées par la société chaque trimestre sous la forme d’un dividende variable en espèces. Notre conseil d’administration a déclaré un dividende en espèces de 0,61 $ par action pour le premier trimestre 2020. Cela représente un rendement annualisé d’environ 0,10 $ aux niveaux récents du cours de l’action avant de considérer le dividende annuel spécial.

Aujourd’hui plus que jamais, j’apprécie notre modèle commercial et financier. Malgré les perturbations sans précédent de la vie des gens et de l’économie résultant de COVID-19, notre modèle continue à fonctionner et à agir comme prévu. Bien sûr, les niveaux de l’actif sous gestion restent jusqu’à présent inférieurs au deuxième trimestre. Cela entraînera une baisse proportionnelle des recettes. En outre, nous prévoyons que les frais de déplacement seront moins élevés au cours des prochains trimestres, car nos associés continuent à respecter les commandes de logement sur place. Nous prévoyons également une légère baisse des dépenses de technologie et de rémunération fixe, car nous donnons la priorité à nos projets les plus importants et retardons les plans d’embauche dans cet environnement difficile pour le recrutement et l’embarquement. Pour l’instant, nous ne prévoyons pas de réduction des effectifs ni d’impact significatif sur nos plans d’exploitation. Nous ne savons pas comment les marchés mondiaux se comporteront pendant le reste de l’année, mais nous sommes confiants dans notre modèle financier et notre bilan conservateur nous permettra de rester concentrés sur les résultats à obtenir pour nos clients, nos associés et nos actionnaires.

Voilà qui conclut mes commentaires, et nous nous réjouissons de vos questions. Je vais maintenant renvoyer l’appel à l’opérateur.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions]. Notre première question aujourd’hui nous vient de Mike Carrier de la Bank of America.

Michael Carrier

Vous avez donc mentionné les forts flux nets depuis le début de l’année, ce qui est une surprise compte tenu de la situation. Je suppose qu’en creusant cette tendance, pouvez-vous nous donner un peu plus de détails sur les facteurs qui ont contribué à cette évolution depuis – je regarde, vous avez eu une forte génération d’alpha, vous avez fait des investissements continus. Et donc, du point de vue des ventes, je suppose que certains des investissements dans la distribution et plus les relations avec les clients, l’ouverture de fonds ou le rééquilibrage de certains clients ? Et si vous pouviez nous donner des indications sur les tendances en matière de rachat ?

Eric Colson

Oui. Mike, merci d’avoir appelé. C’est Eric. Oui, le principal moteur des flux était le rééquilibrage. Les gens profitent de l’opportunité du retrait, du grand — une grande partie de ce rééquilibrage provenait, évidemment, de clients existants. Nous avons ouvert de nouveaux comptes pendant cette période, mais le moteur était le rééquilibrage.

Michael Carrier

D’accord. Et puis dans le passé, il y a eu — avec certains clients, il y a eu une petite hésitation sur le moment où nous pensons aux dépenses des managers actifs et sur ce qu’ils sont prêts à payer. Et je dirais que, compte tenu de la génération alpha que vous avez eue, vous avez été plus enclins à vous en tenir à vos dépenses. Dans cet environnement, voyez-vous des clients plus disposés à payer pour – pas nécessairement actifs, mais pour les stratégies qui sont capables de générer de l’alpha en exerçant moins de pression sur les frais ?

Eric Colson

Non. Mike, je pense que les mêmes conversations qui ont lieu avant et actuellement dans la crise qu’en tant que fiduciaire, je pense que la responsabilité est de poser des questions sur les frais et les dépenses, et nous obtenons constamment ces questions lorsque nous négocions de nouvelles relations ou même des relations existantes qui augmentent la taille de leurs actifs. Inévitablement, il va y avoir une discussion sur les frais et les taux d’honoraires. Les questions continuent donc d’affluer, et nos réponses ont été cohérentes avant et pendant l’environnement actuel. Je ne m’attends donc pas à ce qu’elles disparaissent.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Bill Katz de Citigroup.

William Katz

J’apprécie toute la couleur supplémentaire. La première question porte sur certaines des nouvelles possibilités de distribution que vous avez mentionnées, Eric, dans vos remarques préparées. Je me demandais si vous pouviez nous dire où elles se trouvent, si vous ne pouvez pas nous donner leur nom, je devrais le comprendre. Et peut-être quelle pourrait être l’opportunité supplémentaire ?

Eric Colson

Oui, certainement. Au cours des dernières années, nous avons établi diverses relations et partenariats. Et ces relations sont assez répandues. J’en décrirais quelques-unes qui élargissent notre empreinte géographique dans quelques régions du monde et qui nous permettent d’avoir un effet de levier sur la distribution, où nous offrons une relation de sous-conseil et un effet de levier sur le réseau de distribution et les professionnels de quelqu’un d’autre. Nous examinons également quelques opportunités que nous avons concrétisées pour nous enfoncer plus profondément dans le canal des intermédiaires et de la richesse qui, je pense, sera bénéfique à l’avenir ici.

Ensuite, nous sommes également en train d’achever et de compléter certaines relations de partenariat qui élargissent nos véhicules et la manière dont nous mettons en œuvre nos stratégies. Il a donc été assez fréquent, au cours de ces derniers mois, de tirer parti de certaines relations que nous avons nouées. Nous sommes heureux d’avoir achevé ces partenariats au cours des dernières semaines et nous espérons pouvoir en tirer profit dans les années à venir.

William Katz

D’accord. C’est utile. Et juste deux de plus pour moi. J’apprécie de répondre aux questions. Vous aviez mentionné de grosses victoires par intermittence. Je me demandais si vous pouviez quantifier certaines des sorties ? Et en dessous de cela, d’où viennent les réaffectations ? Viennent-elles des revenus fixes ? De la part des passifs ? De l’alternatif ? J’essaie juste de comprendre d’où viennent les flux d’entrée.

Charles Daley

Bill, c’est C.J. Oui. Encore une fois, je pense qu’il s’agit de réaffectations. Certaines d’entre elles ont eu lieu dans le cadre de la réaffectation des stratégies internationales et mondiales. Et il y en a eu — quelques unes, il y en a évidemment eu plus du côté des gagnants, étant donné les mises à jour que nous avons données. Et celles-ci ont été en quelque sorte généralisées et, comme l’a dit Eric, elles ont été rééquilibrées, passant des titres à revenu fixe aux actions pour tirer parti de l’environnement actuel du marché.

William Katz

D’accord. Une dernière chose pour vous, C.J. Vous avez dit que vous aviez terminé l’informatique. Vous vous êtes demandé et vous avez donné, je suppose, des conseils sur les perspectives de certaines lignes de G&A. Y a-t-il quelque chose de plus structurel qui pourrait vous donner beaucoup plus de moyens d’action à l’avenir qu’il n’en aurait été autrement au cas où – compte tenu de la poussée vers le numérique ? Et trouvez-vous de nouvelles solutions de contournement qui pourraient réduire la croissance des dépenses, étant donné que nous fonctionnons tous dans un nouveau contexte virtuel ?

Charles Daley

Oui. Oui. Non, c’est une bonne question. Je veux dire que le mouvement structurel s’est réellement produit sur plusieurs années, car nous avons automatisé et amélioré les systèmes. Et vous avez constaté une augmentation de l’efficacité, car nous sommes en mesure de traiter davantage avec moins d’ajouts de personnel. Et puis je pense à la deuxième partie de la question, il est un peu trop tôt pour le dire. Notre modèle est plutôt mince au départ et il reste à voir comment les gens vont réellement adapter leur environnement de travail à la suite de cette évolution. Je ne pense pas que cela aura une incidence sur notre structure de coûts, comme vous le savez, car la majeure partie de notre structure de coûts est constituée de rémunérations variables, qui ne changeront évidemment pas. Je pense donc qu’elle sera marginale, si tant est qu’il y ait quelque chose, mais nous allons certainement examiner cela au fur et à mesure que nous sortirons de cette situation.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Robert Lee de KBW.

Robert Lee

Je suppose que je me demandais, vous avez eu un — les ventes brutes ont augmenté assez bien dans le domaine des fonds et des comptes séparés aussi. Mais est-ce que l’une de ces nouvelles relations de distribution, ou celles qui ont été récemment ajoutées, a contribué à l’augmentation des ventes brutes que vous avez constatée dans le secteur de la vente au détail et des fonds communs de placement ?

Eric Colson

Rob, c’est Eric. Les commentaires que j’ai faits dans les remarques préparées au sujet des nouveaux partenaires de distribution où les contrats et les relations que nous consolidons maintenant, ils n’étaient pas à l’origine des flux bruts de l’année en cours.

Robert Lee

Je veux dire, avez-vous ajouté quelque chose au cours de l’année écoulée pour montrer que vous commencez à voir les résultats ? Ou bien s’agissait-il simplement de relations d’héritage ?

Eric Colson

Je dirai que c’était un mélange. Nous avons noué quelques bonnes nouvelles relations institutionnelles au cours de cette période, mais elles ont été entretenues par des personnes ou des consultants que nous connaissons depuis des années et qui ont déjà effectué les recherches et la diligence requise. Il s’agissait donc d’un mélange de nouvelles relations et d’une saine quantité de relations existantes qui ne font que nous apporter plus d’argent pour travailler avec nous.

Robert Lee

D’accord. Super. Et peut-être un autre rapide. Dans la mesure où, en quelque sorte, on regarde vers l’avenir avec — en plus des nouvelles relations de distribution, je pense surtout au côté institutionnel. Pouvez-vous nous parler un peu du type d’activité des nouveaux clients ? Je suppose que vous pensez qu’elle serait peut-être ralentie dans une certaine mesure, mais étant donné l’environnement, elle est plus difficile à contrôler. Est-ce que vous voyez cela ? Ou vous attendez-vous à ce que les nouveaux clients, les nouveaux clients institutionnels, restent en bonne santé ou reprennent leur activité ? Il y a de tout.

Eric Colson

Oui. Juste pour donner un peu de couleur à notre distribution et à l’établissement de relations, pendant la crise, évidemment, tout le monde dans un refuge sur place et travaillant à domicile, moi-même ainsi que notre équipe de distribution, avons tous déclaré que nos relations se sont approfondies avec les clients et les consultants existants, car nous avons tous partagé des histoires sur nos vies et nous avons soit appelé ou reçu un appel Zoom dans les maisons des autres et ces relations se sont approfondies et renforcées. Nous avons également été surpris par l’augmentation du nombre de nouvelles relations. Et nous ne nous attendions pas à ce qu’il y ait autant de nouvelles relations ou à ce que nous ayons la possibilité de les élargir, mais il est clair qu’il y avait – et certaines des stratégies les plus récentes, notre capacité à ajouter de nouvelles relations.

Et je pense que le principal moteur a été l’engagement et l’effort dans le canal institutionnel ainsi que dans certains groupes intermédiaires qui avaient des équipes de recherche ; nous avons établi des relations au fil des ans ; ils avaient la confiance dans les opérations d’Artisan Partners et les relations que nous avons établies qui nous ont permis de nous étendre à des relations plus récentes. Donc, pour ce qui est de l’avenir, je n’aurais pas dit cela il y a quelques semaines. Aujourd’hui, nous continuons à construire de nouvelles relations et à aller de l’avant.

Opérateur

Notre prochaine question vient d’Alex Blostein de Goldman Sachs.

Alexander Blostein

Je voulais connaître votre avis sur la dynamique du canal 401(k). Je pense d’abord à la mesure dans laquelle le DCIO et les actifs 401(k) constituent toujours une partie des actifs sous gestion d’Artisan. Peut-être pouvez-vous nous aider à mesurer cette part et à réfléchir à certaines des implications, tant en ce qui concerne le chômage que l’allégement des retraits avec une nouvelle pénalité jusqu’à la fin de l’année. Dans quelle mesure pensez-vous que cela pourrait avoir un impact significatif sur les flux ?

Charles Daley

Oui. Alex, comme nous l’avons déjà mentionné lors d’appels précédents, il est certain qu’une grande partie de nos sorties de capitaux au cours des deux dernières années sont le résultat de nos deux stratégies pour les entreprises de taille moyenne, qui concernaient principalement les 401(k) et les CD. Ces actifs ont diminué au fil des ans. Nous les avons remplacés par une quantité importante d’actifs institutionnels en dehors des États-Unis, ce qui a fait baisser l’ensemble de nos actifs en CD à environ 12 %. Une bonne partie de ces actifs sont des comptes séparés, et nos fonds communs de placement en contiennent toujours une bonne partie.

Compte tenu de la moindre exposition, des relations que nous avons établies dans l’espace des comptes séparés pour les CD, je ne pense pas que nous serons touchés dans la même mesure que les fonds à date cible plus importants où la majeure partie des actifs sont tous allés au cours des 5, 6, 7 dernières années. J’ai donc l’impression que notre exposition est faible et que nos relations sont saines et se sont prolongées pendant des années dans cet espace.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Chris Shutler de William Blair.

Christopher Shutler

Eric, pouvez-vous nous parler de vos discussions avec, je suppose, les nouveaux talents de l’investissement ? Et vous attendez-vous à sortir de cette crise avec un rythme d’embauche peut-être un peu plus soutenu ?

Eric Colson

Bien sûr, les discussions de la nouvelle équipe se poursuivent. Je dirais que ce serait très similaire à mes commentaires sur la distribution. Lorsque vous rencontrez une personne pour la première fois et que vous commencez à explorer de nouvelles possibilités, la relation se transforme rapidement en relation personnelle parce que vous zoomez directement sur la vie de l’autre. Les opportunités sont donc toujours là. Les moyens d’interagir et d’apprendre à se connaître sont différents, mais je pense que c’est sain.

Et je pense que le pipeline va continuer. Le rythme auquel Artisan se convertit, évidemment, est assez lent. Nous avons une barre extrêmement haute. Nous prenons notre temps et nous sommes assez patients pour faire venir de nouvelles équipes ou de nouvelles personnes. Je ne pense donc pas que le pipeline des talents soit perturbé et je ne vois pas non plus d’augmentation extraordinaire. Nous réfléchissons à l’orientation de la répartition des actifs et à la manière dont la relance et l’économie vont changer l’opinion des gens à l’avenir sur la répartition des actifs et sur l’importance de l’inflation, sur la manière dont nous devrions considérer les actifs immobiliers, les infrastructures, l’immobilier pour réfléchir à des stratégies plus efficaces sur le plan fiscal.

Nous profitons donc principalement de l’occasion pour traiter l’impact et réfléchir aux effets à long terme et à la manière dont nous devrions envisager les nouvelles équipes à l’avenir. Nous y passons donc plus de temps qu’à répondre à des appels téléphoniques pour rencontrer des gens.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Kenneth Lee de la RBC.

Kenneth Lee

Juste à un niveau plus large. Compte tenu des solides antécédents de l’entreprise et de ce que vous avez mentionné dans les remarques préparées, potentiellement pour les préférences des clients en matière de stratégies d’investissement différenciées, en particulier en période de volatilité des marchés, je me demandais si vous pouviez simplement nous faire part des stratégies particulières qui, selon vous, trouvent un écho particulier auprès des clients dans l’environnement actuel ?

Eric Colson

Oui. Heureusement, nous avons également mentionné, dans les remarques préparées, l’étendue des possibilités. Nous constatons sans aucun doute que la tendance se poursuit dans nos stratégies de troisième génération. Mais comme nous l’avons également mentionné, nous avons constaté une activité importante au sein de la première et de la deuxième génération également. L’activité est donc très large et nous avons également réouvert toutes nos stratégies. Il n’y a donc pas eu un seul canal, un seul type de client ou une seule stratégie spécifique. Et dans les remarques préparées par C.J., nous avons également parlé de la fréquence et du fait qu’au cours des vingt derniers jours, elle a été assez constante. Nous sommes donc satisfaits de cette constance. Nous sommes satisfaits de l’étendue et de la diversité des équipes.

Kenneth Lee

Très utile. Et juste un suivi, si possible. Des mises à jour sur les nouvelles stratégies d’investissement qui pourraient être introduites à court terme ?

Eric Colson

Non. Nous n’avons pas d’annonce à faire concernant de nouvelles équipes. Nous entretenons un dialogue sain avec quelques équipes que nous gardons toujours en contact avec les groupes qui nous intéressent. Nous sommes en train de repérer de nouvelles relations et opportunités d’équipes. Et comme je l’ai dit plus tôt, nous réfléchissons aux catégories et aux classes d’actifs que nous envisageons pour l’avenir, mais nous n’avons rien à annoncer ici à court terme.

Opérateur

Et notre prochaine question vient de Dan Fannon de Jefferies.

Daniel Fannon

Il s’agit d’une sorte de suivi de certaines des réponses précédentes. Vous avez souligné que le rééquilibrage est une dynamique qui se produit, mais que le marché continue de grimper. Je suppose que vous considérez toujours que le fait de jouer comme une sorte de moteur d’activité ou, évidemment, que le succès que vous avez connu, comme vous l’avez souligné, est généralisé et s’appuie sur une multitude de canaux et de fonds ? Alors, est-ce que c’est juste… est-ce que c’est plus une question de performance et de base ? Ou bien y a-t-il encore un certain comportement des clients qui résulte de la perturbation du marché au cours des 6 ou 8 dernières semaines ?

Eric Colson

Je pense que le rééquilibrage va se poursuivre. Et comme C.J. l’a mentionné, le rééquilibrage à grande échelle des actions et des obligations, mais même dans les sous-catégories, lorsque vous regardez les opportunités dans le domaine des hauts rendements, vous regardez les stratégies basées sur les opportunités et la valeur, vous avez l’impression de voir encore l’écart de rendement au-delà des actions dans les obligations et au-delà des indices. Si vous dépassez l’indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière et que vous regardez l’indice à pondération égale et l’étendue, nous pouvons tous constater qu’une poignée de titres ont animé le marché. Il y a donc encore beaucoup de possibilités de rééquilibrage dans les sous-catégories, et nous avons encore de vastes discussions sur les dessous des principales classes d’actifs et sur la manière de tirer parti de certaines stratégies spécifiques.

Opérateur

[Operator Instructions]. Et pour l’instant, je ne montre aucune question supplémentaire. J’aimerais renvoyer la conférence téléphonique à la direction pour toute remarque finale.

Eric Colson

Je pense que nous sommes tous bien. Merci d’avoir participé à l’appel d’aujourd’hui, et que tout le monde soit en sécurité. Je vous remercie.

Opérateur

Mesdames et Messieurs, sur ce, nous allons mettre fin à la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Nous vous remercions d’avoir participé à la présentation d’aujourd’hui. Vous pouvez maintenant déconnecter vos lignes.


Commencer à trader avec eToro