Aegion Corporation. (NASDAQ:AEGN) Conférence téléphonique sur les bénéfices du 1er trimestre 2020 30 avril 2020 9h30 HE

Entreprises participantes

Katie Cason – Première vice-présidente, Stratégie et communication

Chuck Gordon – Président et directeur général

David Morris – Vice-président exécutif et directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Eric Stine – Craig-Hallum

Noelle Dilts – Stifel

Opérateur

Bonjour et bienvenue à l’appel aux résultats du premier trimestre 2020 d’Aegion Corporation. Pour l’instant, tous les participants sont en mode d’écoute seulement. Une séance de questions-réponses aura lieu plus tard, et des instructions suivront à ce moment-là. [Operator Instructions] Pour rappel, cet événement est en cours d’enregistrement.

J’ai le plaisir de passer la parole à votre hôte, Katie Cason, Senior Vice President Strategy and Communications. Katie, vous pouvez commencer.

Katie Cason

Bonjour et merci de vous joindre à nous aujourd’hui. En ligne avec moi se trouvent Chuck Gordon, président et directeur général d’Aegion, et David Morris, vice-président exécutif et directeur financier d’Aegion. Nous avons publié hier un communiqué de presse qui sera mentionné lors des remarques préparées sur cet appel.

Vous pouvez trouver une copie de notre communiqué de presse et de notre déclaration sur la sphère de sécurité dans la section Investisseurs du site web d’Aegion à l’adresse www.aegion.com. Au cours de cet appel, la société fera des déclarations prospectives, qui sont par nature soumises à des risques et à des incertitudes, en particulier compte tenu de l’impact inconnu de la pandémie actuelle de COVID-19 et de la réponse de la société à ces circonstances en évolution. L’entreprise n’assume pas l’obligation de mettre à jour les déclarations prospectives.

Sur ce, je suis heureux de passer la parole à Chuck Gordon.

Chuck Gordon

Merci, Katie, et bonjour à tous ceux qui se joignent à nous pour l’appel d’aujourd’hui. L’état du monde a considérablement changé depuis notre dernier appel aux gains il y a neuf semaines. La pandémie mondiale COVID-19 a été comme tout ce que la plupart d’entre nous ont connu au cours de leur vie. Les communications et les entreprises du monde entier ont été obligées de réagir à une crise pour laquelle il n’existait pas de guide pratique.

Je me réjouis de la façon dont Aegion a réussi à gérer les effets de cette crise jusqu’à présent, et notamment de notre capacité à fournir des résultats au premier trimestre qui ont dépassé nos attentes au début de l’année. Ces résultats témoignent du travail acharné et de l’engagement de tous nos employés, et cela inclut avant tout l’engagement en matière de santé et de sécurité concerné.

Au début, il y avait beaucoup d’incertitude quant à notre capacité à poursuivre nos activités lorsque les commandes de séjours à domicile ont commencé à apparaître. Nous avons eu la chance que toutes nos activités soient qualifiées de services essentiels selon les directives fédérales d’intervention COVID-19 publiées par l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures. Si cette désignation nous a permis de continuer à travailler, nous avons également dû nous prouver à nous-mêmes et à nos clients que nous pouvons continuer à considérer la santé et la sécurité de nos employés et des communautés comme notre priorité absolue.

En quelques jours, notre équipe de sécurité a élaboré et commencé à exécuter le plan d’intervention en cas de pandémie, qui a été largement distribué à nos clients. Nous avons procédé à des évaluations des risques sur chacun de nos sites de travail afin d’identifier les zones à risque, principalement les zones à haut risque, et avons pris des mesures pour réduire le risque dans chaque activité. Nous avons mis en place de nombreux nouveaux processus de sécurité, étendu les activités de désinfection et d’assainissement de notre équipement et de nos installations et mené un programme d’éducation solide sur les pratiques d’hygiène personnelle.

Toutes les équipes de terrain ont reçu un équipement de protection individuelle approprié. La plupart des équipes sont composées de moins de six employés et sont en mesure de pratiquer la distanciation sociale sur le chantier. Lorsque les activités ne permettent pas de s’éloigner d’un mètre et demi, des masques et des écrans sont nécessaires pour réduire la propagation de l’infection. Dans certains cas, nous avons dû améliorer les hôtels pour nos équipes afin de nous aligner sur les fournisseurs recommandés par le CDC.

Dans nos usines de fabrication, nous avons travaillé dur dès le début pour minimiser les risques de la chaîne d’approvisionnement avec nos principaux fournisseurs et constituer des stocks supplémentaires si nécessaire. Tous les employés de nos installations de fabrication portent des équipements de protection et les postes sont aseptisés plusieurs fois par jour. Dans certains endroits, nous échelonnons les changements d’équipe et modifions les itinéraires d’entrée et de sortie afin de minimiser les risques lors des changements d’équipe les plus chargés.

Nous avons mis en place des permanences médicales pour notre personnel et encourageons les employés dont le travail leur permet de travailler à domicile. Comme la disponibilité des thermomètres s’est améliorée, nous mettons en place une surveillance de la température sur plusieurs de nos sites de travail, y compris nos usines de fabrication dans plusieurs lieux de terrain.

Les réactions de nos clients et des agences de régulation locales ont été très positives et nous avons été félicités pour avoir établi de nombreuses bonnes pratiques qui servent d’exemple à d’autres entreprises. Plus important encore, nos efforts nous ont aidés à réduire la propagation de l’infection et à réduire notre effectif mondial de près de 5 000 employés. À ce jour, nous n’avons eu que trois confirmations positives de COVID-19 et moins de 50 cas suspects mais non confirmés qui ont entraîné l’auto-isolement.

Alors que les États et les territoires commencent à envisager d’assouplir les mandats de séjour à domicile, nous élaborons des protocoles de retour au travail solides pour notre personnel de bureau afin de garantir que nous continuons à réduire la propagation de l’infection pour nos employés. Je suis très fier de l’amélioration de la sécurité de nos équipes, qui continuera à nous permettre d’aller de l’avant.

Au vu des résultats du premier trimestre, le BPA ajusté de 0,06 $ par action a dépassé nos attentes en début d’année. Les résultats sont dus à la poursuite des bonnes performances de nos segments Infrastructure Solutions Energy Services et nous avons réussi, dans nos deux activités, à surmonter l’impact de COVID-19 en mars.

Les prises de commandes ont également été fortes au cours du trimestre, principalement grâce à notre activité Insituform Amérique du Nord, qui a entraîné une croissance d’une année sur l’autre de notre carnet de commandes en fin de période, si l’on exclut l’impact des activités qui ont été ou seront abandonnées. Notre solide carnet de commandes nous place en bonne position pour les prochains mois et nous sommes encouragés par la vigueur continue de la demande de certaines de nos entreprises, notamment Insituform North America, Corrpro et l’activité au Moyen-Orient.

Malgré ces signaux positifs dans certains secteurs de l’entreprise, nous prévoyons que les conditions actuelles du marché auront un impact défavorable sur nos résultats pour les prochains mois. Bien que la situation reste très fluctuante, nous avons fait notre meilleure estimation des résultats attendus pour le deuxième trimestre, que David va couvrir dans quelques minutes.

Les perspectives pour le second semestre sont très incertaines, car la durée et la gravité du ralentissement économique lié à la pandémie restent inconnues. Au milieu de cette incertitude, nous nous efforçons de contrôler ce qui est sous notre contrôle. Cela commence par la sécurité, qui est notre priorité absolue.

Nous sommes également agile en ce qui concerne les capacités de chargement et de programmation de notre équipage afin de nous adapter rapidement aux changements du marché. Nous avons pris des mesures rapides et décisives pour mettre en œuvre un certain nombre d’économies de trésorerie et d’efforts de réduction des coûts afin d’atténuer les perturbations de revenus attendues et nous avons réussi à obtenir une modification de notre facilité de crédit qui nous accorde une plus grande souplesse financière et des liquidités accrues.

En outre, les avantages sont évidents dans le cadre de nos efforts pluriannuels visant à remodeler l’entreprise, qui comprennent des actions visant à réduire l’exposition au pétrole et au gaz en amont, le retrait de nombreuses petites entreprises internationales, la restructuration d’entreprises non rentables en Amérique du Nord et d’autres efforts visant à redimensionner les entreprises peu performantes et à réduire les coûts d’exploitation. Grâce à ces mesures, nous sommes aujourd’hui bien mieux placés pour faire face à ce type d’incertitude du marché qu’à n’importe quel autre moment au cours des dernières années.

Dans ce contexte de marché, je vais prendre quelques minutes pour discuter de nos résultats et des perspectives actuelles dans chacun de nos segments. Tout d’abord, en commençant par notre segment Solutions d’infrastructure, notre activité principale Insituform Amérique du Nord a enregistré de très bons résultats au cours du trimestre. Nous avons bénéficié de gains de productivité continus, de tendances météorologiques favorables et d’un bon mélange de projets de plus grand diamètre que les équipes ont bien exécutés.

Les commandes de séjours à domicile ont perturbé l’activité à la fin du trimestre, mais nos responsables des calendriers et des projets ont pu travailler efficacement avec notre importante clientèle et redéployer les ressources vers d’autres emplois et d’autres villes pour maintenir les équipes en activité. Notre vaste portée géographique et notre échelle nous distinguent à cet égard et nous donnent un avantage sur nos concurrents régionaux qui n’ont peut-être pas ce genre de flexibilité.

En conséquence, nous avons pu maintenir le chargement des équipages entre 90 et 95 % de notre capacité prévue pour l’année et nous continuons à fonctionner à des niveaux similaires aujourd’hui. Les résultats ont également été soutenus par la forte production de tubes de notre usine de Batesville et par nos multiples sites de mouillage en Amérique du Nord.

Les prises de commandes d’Insituform North America ont également été très importantes au cours du trimestre, avec une croissance de plus de 25 % par rapport à l’année précédente et une augmentation de 7 % du carnet de commandes. Nous avons constaté une belle croissance du marché, nous avons maintenu de bons taux de réussite à la table des appels d’offres et nous avons obtenu des projets aux marges prévues, en ligne avec l’année précédente.

Si nous prévoyons que les perturbations du marché seront plus prononcées au deuxième trimestre par rapport à ce que nous avons vu au premier, l’impact de cette activité devrait être plus modéré compte tenu de la forte position du carnet de commandes et des performances opérationnelles actuelles. Nous avons constaté quelques perturbations temporaires dans les appels d’offres en raison de commandes de produits de consommation courante, mais l’activité globale du marché jusqu’en avril reste forte.

Nous suivons de près l’impact à long terme du ralentissement économique sur le financement des municipalités. Les budgets municipaux pour l’eau et les eaux usées sont presque toujours gérés séparément des activités du fonds général. Les dépenses d’amélioration des équipements des services publics sont généralement financées soit directement par les redevances d’utilisation, soit plus souvent par des prêts à des fins spécifiques et des obligations de recettes qui sont étayés par le flux régulier de revenus provenant des utilisateurs des services publics.

Si l’on peut s’attendre à ce que les redevances perçues auprès des utilisateurs résidentiels restent relativement constantes, l’impact du ralentissement économique sur les recettes générées par les utilisateurs industriels est plus difficile à prévoir. Nous suivons de près les tendances et surveillons également toute mesure de relance fédérale en faveur des municipalités ou toute autre dépense d’infrastructure, qui a été un facteur positif pendant la Grande Récession et qui profiterait probablement aux entreprises en raison du fait que bon nombre de nos projets sont prêts à démarrer.

Nos activités Insituform à l’échelle internationale, ainsi que nos activités Fyfe et Underground Solutions ont donné des résultats positifs au premier trimestre, malgré les effets du virus. Notre usine de fabrication de revêtements en Europe continue d’être opérationnelle bien qu’à des taux d’utilisation réduits en raison des effets — les fermetures en vigueur pour de nombreux pays européens.

Ces petites entreprises d’Aegion devraient être plus fortement touchées au deuxième trimestre, en grande partie en raison de la nature à court terme de leur flux de commandes et de leur carnet de projets. Toutefois, nous prévoyons que toutes les entreprises continueront à être rentables et nous nous attendons à un rebond de la demande lorsque l’activité commencera à reprendre.

Nous passons à notre segment Protection contre la corrosion. Les résultats du trimestre ont été très faibles, en raison des résultats moins élevés que prévu de Corrpro et de Coating Services, partiellement compensés par la bonne performance de l’activité United. Dans le secteur Corrpro, nous nous attendions à perdre de l’argent au cours du trimestre en raison des faiblesses saisonnières, et ce fut le cas.

Nous avons également assisté à des fermetures de projets défavorables liées à l’arrêt de nos activités de construction sur plusieurs sites. Malgré ces perturbations, je suis très satisfait de notre décision de réduire nos activités de construction plus coûteuses à ce moment-là, car elles auraient été durement touchées par ce que nous prévoyons être un ralentissement de la construction de nouveaux pipelines.

Dans l’ensemble de l’entreprise Corrpro, la grande majorité de nos revenus proviennent des dépenses liées à la conformité à la réglementation – des exploitants de pipelines réglementés. Bien que nous nous attendions à des baisses liées au changement radical des marchés du pétrole et du gaz – le besoin de commercialisation de la corrosion – la surveillance de la conformité sera un soutien à la demande pour l’entreprise. Nous avons enregistré de fortes prises de commandes au premier trimestre et le niveau du carnet de commandes en fin de période était conforme à celui de l’année précédente, malgré la réduction des activités de construction.

Nous avons pris des mesures pour mettre les employés en congé et réduire les coûts afin de correspondre à ce que nous prévoyons être une période d’activité réduite liée à la partie de l’entreprise qui n’est pas réglementée, ainsi que pour remédier aux faiblesses persistantes du marché au Canada. Toutefois, Corrpro devrait rester un produit de base pour le segment de la protection contre la corrosion et nos efforts de restructuration devraient entraîner une nette amélioration des résultats du deuxième trimestre.

Dans notre activité de services de revêtement, les résultats du premier trimestre ont également été plus faibles que prévu et ont été la principale raison de l’importante baisse des bénéfices d’une année sur l’autre. Cette situation s’explique par le retard de quelques grands projets internationaux, dont deux projets au Moyen-Orient, ainsi que le grand projet en Amérique du Sud que nous avons signé l’année dernière. Nous nous attendons à ce que le travail sur ces projets reprenne au deuxième trimestre et soit récupéré dans l’année, mais la perte de revenus au premier trimestre a entraîné une forte baisse de la rentabilité en raison de l’absence de contributions à marge élevée. Nous avons finalisé avec succès le contrat pour un nouveau projet de revêtement offshore de 6 millions de dollars au Moyen-Orient, ce qui a entraîné une augmentation du carnet de commandes de ce segment d’une année sur l’autre. Ce projet devrait actuellement commencer à fonctionner au troisième trimestre.

Notre activité United a poursuivi sa tendance de forte performance au premier trimestre, grâce à la vigueur des États-Unis et à des volumes plus élevés au Moyen-Orient, bien que les résultats aient été éclipsés par la faiblesse des activités Corrpro et Coating Services. Nos activités United et Coating Services représentent notre plus grande exposition aujourd’hui à la volatilité des marchés à flux tendu et nos perspectives pour ces activités varient largement entre les hémisphères Est et Ouest.

Les opérateurs du Moyen-Orient et en particulier Saudi Aramco continuent d’être les plus bas sur la courbe des coûts mondiaux. Ils ont également tendance à opérer avec des objectifs plus nationalistes qui ne sont pas aussi sensibles aux fluctuations des prix à court terme. Pour ces raisons, nous ne nous attendons pas à un ralentissement significatif à court terme de nos activités au Moyen-Orient.

Le flux de commandes reste important dans la région, et nous n’avons vu aucun signe d’annulation de projet ou de réduction des investissements à l’avenir, bien que nous continuions à suivre de près la situation pour détecter les retards. Notre plus grand risque à court terme sera de subir les effets de la pandémie mondiale et des restrictions accrues sur la circulation des personnes et des biens dans la région, ce qui pourrait perturber temporairement le calendrier des projets.

Dans l’hémisphère occidental, nos perspectives pour les affaires en Amérique du Nord sont plus incertaines. Nous avons déjà constaté une réduction des commandes pour nos activités United et Coating aux États-Unis et au Canada et nous prévoyons que l’activité restera déprimée, en raison des réductions de CapEx annoncées par un certain nombre de producteurs.

J’ai parlé de l’appel aux gains – le dernier appel aux gains concernant la reprise du travail de doublage de United pour les clients midstream, et cela représente toujours une opportunité pour l’entreprise. En outre, nous pensons qu’il existe des possibilités de servir le marché municipal, et nous chercherons à accroître ce flux de revenus.

Dans l’ensemble de nos activités de protection contre la corrosion en Amérique du Nord, nous avons récemment licencié environ 160 employés et avons mis en œuvre des mesures d’économie agressives pour pallier la faiblesse attendue des revenus. Nous continuerons à évaluer ces entreprises au cours des prochains mois afin de déterminer si des changements structurels supplémentaires sont nécessaires en raison de la réduction des perspectives de production pétrolière en Amérique du Nord.

En ce qui concerne le segment des services énergétiques, les résultats du trimestre ont été solides et se sont bien développés d’une année sur l’autre, grâce à une augmentation significative des volumes de redressement en janvier et février. Nous nous attendions à une reprise de cette activité après ce que nous considérions comme un ralentissement temporaire l’année dernière.

Les niveaux de redressement au premier trimestre étaient conformes à ce que nous avons vu historiquement pour l’entreprise et auraient été encore plus forts, sans le ralentissement que nous avons vu en mars lié au virus. Une grande partie de la production de carburant sur la côte ouest est captive de la demande locale. La Californie a été l’un des premiers États à mettre en place des commandes strictes de “shelter-in-place” et le ralentissement des transports automobiles et aériens qui en a résulté dans l’État le plus peuplé du pays a été important.

La baisse de la demande a entraîné une forte réduction de l’utilisation des raffineries et les clients ont réagi rapidement en réduisant les heures de travail du personnel de maintenance et en reportant à plus tard dans l’année de nombreuses activités de construction dans le cadre de cette révision. Bien que la baisse du chiffre d’affaires des Services énergétiques soit censée être la plus sévère de toutes nos activités au deuxième trimestre, nous prévoyons que la reprise sera la plus rapide et fortement corrélée avec le rythme de reprise de l’activité une fois les mandats d’isolement levés.

Les fondamentaux de la demande à plus long terme restent solides pour l’entreprise. Nous sommes peu exposés à la volatilité du marché en amont et les révisions et mises à niveau de maintenance ne peuvent pas être reportées indéfiniment sans créer un risque important pour la sécurité des raffineries ou la conformité réglementaire.

Nous avons également poursuivi notre expansion géographique dans la région des montagnes Rocheuses et nous sommes satisfaits de notre capacité à obtenir de nouveaux contrats en aval, même en cette période de ralentissement économique. Voilà qui conclut l’examen de chacun des segments. Bien qu’il y ait beaucoup d’incertitudes à court terme concernant le virus et le déclin du marché pétrolier, nous pensons que la société reste bien positionnée pour le long terme. Le besoin critique de réparer les infrastructures vieillissantes n’est pas atténué par cette crise et les activités de maintenance et de réhabilitation représentent plus de 85 % de nos revenus. Nous prenons aujourd’hui des mesures décisives pour nous adapter à ces marchés turbulents et y faire face. Je suis convaincu que nous allons réussir à traverser cette crise et continuer à générer de la valeur à long terme pour nos clients, nos communautés et nos actionnaires.

Sur la base de cette vue d’ensemble, je passe la parole à David pour qu’il fournisse des détails supplémentaires concernant nos performances et nos objectifs financiers à court terme. David ?

David Morris

Merci, Chuck et bonjour à tous ceux qui nous appellent. Je vais passer en revue de manière plus détaillée les résultats de notre premier trimestre, certaines des mesures que nous avons prises pour améliorer la flexibilité financière, et nos perspectives d’orientation pour le deuxième trimestre.

En commençant par nos résultats consolidés pour le trimestre, Aegion a réalisé un chiffre d’affaires total de 287 millions de dollars, soit une augmentation de 4 % par rapport à l’année précédente. Si l’on exclut l’impact des activités abandonnées ou en cours d’abandon, les revenus sur la base des magasins comparables ont augmenté de 9 %, principalement grâce aux augmentations des services énergétiques et des solutions d’infrastructure.

La marge brute ajustée a diminué de 5 %, soit 2,6 millions de dollars, principalement en raison d’une réduction pour la protection contre la corrosion due aux retards du projet International Coating, qui a également entraîné un mélange défavorable – mélange de marges au cours du trimestre. Les dépenses d’exploitation ajustées, qui ont partiellement compensé la baisse de la marge brute, ont diminué de 3 % en raison de l’accent mis sur la maîtrise des coûts.

Le revenu d’exploitation ajusté a diminué de 1,3 million de dollars par rapport au premier trimestre 2019, principalement en raison de la baisse des bénéfices bruts. En dessous du résultat d’exploitation ajusté, nous avons bénéficié d’une réduction des charges d’intérêts sur des taux plus bas et d’un niveau d’endettement moyen plus faible tout au long du premier trimestre.

Les autres produits et charges ont été favorablement comparés au T1 2019, principalement en raison de réévaluations de change favorables. Notre taux d’imposition effectif ajusté a été de 26,2%, ce qui est conforme au taux ajusté du T1 2019.

Le revenu attribuable aux intérêts minoritaires a augmenté par rapport à l’année précédente en raison des résultats plus élevés de notre coentreprise Industrial Linings au Moyen-Orient. Au total, ces éléments ont conduit à un bénéfice par action ajusté de 0,06 $, ce qui est conforme aux résultats du premier trimestre 2019.

Nous avons déclaré une perte GAAP par action de 0,05 $ pour le trimestre. Les ajustements entre nos résultats conformes aux PCGR et les résultats ajustés non conformes aux PCGR ont consisté en 3,6 millions de dollars de frais de restructuration avant impôts, principalement liés aux dépenses de réduction progressive des activités et aux cessions d’immobilisations, ainsi qu’aux indemnités de départ et de cessation d’emploi des employés, principalement en raison de la réduction annoncée des activités de Corrpro aux États-Unis, où nous avons fermé plusieurs bureaux et abandonné des activités de construction, entre autres. La majorité de ces charges ont été réglées en espèces.

Nous avons également enregistré 400 000 dollars de dépenses avant impôts liées à l’acquisition et au désinvestissement, principalement liées à la vente d’activités de passation de marchés internationaux. Nous avons clôturé la vente de nos activités australiennes et espagnoles au cours du trimestre et avons également avancé le processus de vente de notre activité en Irlande du Nord, bien que le processus ait été mis en attente à la fin du premier trimestre en raison de la détérioration des conditions du marché liées à COVID-19.

Nous prévoyons de reprendre le processus de vente dès que les conditions du marché le permettront. Nous avons pratiquement achevé toutes les activités de restructuration annoncées et nous prévoyons que les charges de trésorerie futures seront négligeables. Nous pourrions encourir des charges non monétaires supplémentaires liées à la fermeture définitive d’entités et à la vente prévue des activités de passation de marchés en Irlande du Nord.

Comme Chuck l’a mentionné dans ses remarques, nous continuerons à évaluer les impacts de la pandémie COVID-19 et du déclin du marché pétrolier sur l’entreprise afin de déterminer si des changements structurels supplémentaires sont nécessaires en raison de l’évolution des fondamentaux de la demande à long terme. Tout changement structurel supplémentaire de ce type pourrait nécessiter des charges de restructuration supplémentaires en espèces et hors espèces.

Je vais maintenant passer en revue les résultats du premier trimestre et les perspectives du deuxième trimestre pour chacun de nos trois segments. Bien que nous soyons habitués à fournir des prévisions pour l’ensemble de l’année, la volatilité et l’incertitude actuelles du marché ont entraîné une visibilité limitée.

En conséquence, nous avons retiré fin mars nos objectifs d’orientation pour l’année entière précédemment annoncés. Toutefois, nous avons fait notre meilleure estimation des résultats du deuxième trimestre sur la base de ce que nous savons aujourd’hui des marchés.

Infrastructure Solutions a réalisé un chiffre d’affaires de 130 millions de dollars au cours du premier trimestre. Si l’on exclut les activités abandonnées ou à abandonner, les revenus ont augmenté de 8 % par rapport au premier trimestre 2019, principalement en raison de l’augmentation des volumes de l’activité d’Insituform en Amérique du Nord ainsi que de l’augmentation des ventes de produits tiers à l’échelle mondiale suite à la vente de plusieurs de nos activités internationales de sous-traitance au lieu d’un modèle de vente de produits plus favorable. Notre activité Solutions souterraines a également connu une augmentation des volumes par rapport à l’année précédente, en partie grâce à l’ajout de ressources de vente pour soutenir l’activité en 2019.

Les marges brutes ajustées et les marges d’exploitation ajustées se sont bien améliorées par rapport à l’année précédente, grâce à la forte productivité et à la combinaison de projets d’Insituform North America ; aux avantages de la sortie des opérations peu performantes et à la poursuite de la maîtrise des coûts dans l’ensemble de l’entreprise.

Au total, notre résultat d’exploitation ajusté a augmenté de 15 % pour atteindre plus de 14 millions de dollars, un premier trimestre solide pour ce segment grâce à la vigueur continue de notre activité de sous-traitance en Amérique du Nord et malgré l’impact des perturbations COVID-19 qui ont débuté en mars.

Pour le deuxième trimestre, nous prévoyons une baisse de 15 à 20 % des revenus de Infrastructure Solutions par rapport à l’année précédente. Si l’on exclut l’impact des entreprises cédées ou en cours de cession, le chiffre d’affaires devrait baisser de 5 à 10 %. Le résultat d’exploitation ajusté devrait baisser de 15 à 20 %, conformément à la réduction des revenus, en mettant l’accent sur la réduction des coûts fixes dans toute l’entreprise afin de préserver les marges.

Des baisses de revenus sont attendues dans toutes les entreprises en raison des perturbations liées à COVID-19, bien que nous prévoyions que nos plus petites entreprises Fyfe, Underground Solutions et International verront un impact plus important en raison de la nature à court terme de leur carnet de commandes et de leurs commandes. Ces entreprises devraient encore contribuer à un résultat positif au cours du deuxième trimestre. L’impact sur l’activité d’Insituform Amérique du Nord, bien que défavorable, devrait être plus modéré en raison de la forte position du carnet de commandes et de la combinaison favorable de projets au cours du trimestre.

Passage au segment de la protection contre la corrosion. Les revenus du premier trimestre se sont élevés à 66 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 6 % par rapport à l’année précédente, si l’on exclut l’impact des activités abandonnées ou en cours d’abandon. La hausse des revenus est le résultat des volumes importants des pipelines United aux États-Unis et au Moyen-Orient qui ont compensé les baisses des activités de Corrpro et de Coating Services.

Malgré l’augmentation des revenus, la combinaison défavorable résultant de la baisse des volumes des services de revêtement a été l’un des principaux facteurs de la baisse de la marge brute ajustée et des marges brutes ajustées. Nous avons également constaté des contributions significatives au premier trimestre 2019 liées à un grand projet de revêtement offshore à forte marge et n’avons pas connu de performance similaire cette année en raison du retard de plusieurs projets internationaux. Bien qu’il soit typique d’avoir une perte au premier trimestre pour l’entreprise Corrpro, nous avons également subi une perte de l’entreprise de services de revêtement, ce qui a entraîné une perte d’exploitation ajustée de près de 5 millions de dollars pour le secteur. Nous prévoyons que ces projets de revêtement reprendront leurs activités au cours des deuxième et troisième trimestres après les récentes perturbations de calendrier liées à COVID-19.

Pour le trimestre, le chiffre d’affaires de la division Protection contre la corrosion devrait baisser de 15 à 20 % par rapport à l’année précédente. Si l’on exclut l’impact des entreprises cédées ou en cours de cession, le chiffre d’affaires devrait baisser de 10 à 15 %. La baisse du chiffre d’affaires est principalement due à la diminution des volumes des entreprises, en particulier aux États-Unis où nous avons récemment achevé nos efforts pour fermer plusieurs bureaux et abandonner des activités de sous-traitance dans d’autres pays.

Les activités de United et de Coating Services devraient connaître une légère baisse de leurs revenus, principalement due à la réduction des perspectives des activités en Amérique du Nord en raison du déclin du marché pétrolier. L’activité au Moyen-Orient devrait rester forte au deuxième trimestre pour les deux entreprises.

Malgré la baisse des revenus, le résultat d’exploitation ajusté devrait être stable ou légèrement amélioré par rapport au deuxième trimestre 2019, grâce à la réduction des coûts dans toutes les activités ainsi qu’à l’amélioration de la rentabilité prévue résultant des mesures de restructuration de Corrpro North America. Nous avons déjà commencé à constater une amélioration des tendances d’utilisation de l’entreprise en avril et nous prévoyons que cela se poursuivra tant que nous pourrons faire correspondre les niveaux de chargement des équipages à toute perturbation potentielle liée à COVID-19.

Notre segment Services énergétiques a enregistré une hausse de 13 % de ses revenus, qui ont atteint 91 millions de dollars au premier trimestre 2020, grâce à un volume de redressement qui a plus que doublé au cours du trimestre. Vous vous souvenez peut-être que nous avons considéré la baisse des volumes de redressement en 2019 comme un événement temporaire lié à l’avancement de la seconde moitié de 2018 – de l’activité de redressement de 2019 en prévision des transitions de travail mandatées par l’État.

En janvier et février de cette année, nous avons constaté une belle reprise des volumes de retournement à des niveaux plus conformes aux tendances historiques. De solides résultats en termes de chiffre d’affaires, combinés à une réduction des dépenses d’exploitation, ont permis de doubler le résultat d’exploitation ajusté et d’améliorer les marges d’exploitation ajustées de 110 points de base. Les résultats auraient été encore plus solides sans la réduction des heures de maintenance en mars et le report des activités de construction et de redressement qui devaient commencer à la fin du trimestre, en raison de la crise COVID-19.

La baisse significative de la demande de carburant des consommateurs, due aux restrictions en matière de séjour à domicile, a entraîné une forte diminution du nombre d’heures de travail du personnel d’entretien depuis la mi-mars et devrait se poursuivre au cours du deuxième trimestre et jusqu’à la levée des restrictions et la reprise d’une utilisation plus typique de l’automobile et du trafic aérien. Les revenus du segment pour le deuxième trimestre 2020 devraient diminuer de 40 à 50 % par rapport à l’année précédente.

Malgré la réduction importante des recettes, le résultat d’exploitation ajusté devrait être à l’équilibre grâce aux mesures d’économie visant à réduire les frais généraux fixes. Bien que la visibilité soit limitée au-delà du deuxième trimestre, nous nous attendons à ce que le deuxième trimestre représente le pire des impacts pour les Services énergétiques en supposant qu’une reprise de l’activité des consommateurs commence au cours du trimestre.

Cela conclut l’examen de nos résultats d’exploitation pour les segments. Les dépenses ajustées des entreprises pour le premier trimestre ont augmenté d’environ 1 million de dollars par rapport au premier trimestre 2019, principalement en raison d’un certain nombre d’éléments ponctuels de moindre importance qui nous ont été défavorables au cours du trimestre. De plus, le premier trimestre 2019 a bénéficié d’une reprise de provision de 400 000 dollars. Au deuxième trimestre, nous prévoyons une baisse de 30 à 40 % des dépenses des entreprises par rapport à l’année précédente, grâce aux importantes mesures de réduction des coûts que nous avons mises en œuvre fin mars. Ces activités comprenaient des efforts pour réduire les coûts dans toutes nos entreprises ainsi que des sorties de fonds réduites et comprenaient une réduction temporaire des salaires en espèces pour les employés salariés d’Amérique du Nord, allant de 15 % pour les tranches de salaire inférieures, à 50 % pour les cadres supérieurs et à 100 % pour trois cadres supérieurs, dont moi-même, Chuck Gordon et notre avocat général ; un congé sans solde affectant plus de 15 % de la main-d’œuvre nord-américaine ; un gel de toutes les dépenses non essentielles pour les dépenses d’investissement, les voyages et autres dépenses discrétionnaires ; la suspension du programme de rachat discrétionnaire de parts de marché de la société ; et la suspension des frais en espèces pour le conseil d’administration de la société.

Nous continuerons à évaluer la durée de ces actions en fonction de l’évolution des conditions du marché, mais nous pensons que la majorité d’entre elles resteront en place jusqu’au deuxième trimestre et d’autres jusqu’à la fin de l’année.

Les économies de trésorerie liées aux réductions de salaires sont estimées à environ 4,5 millions de dollars pour le deuxième trimestre. Le conseil d’administration d’Aegion a actuellement l’intention d’attribuer des unités d’actions restreintes aux employés en remplacement du salaire auquel ils ont renoncé. La charge de rémunération en actions associée à ces attributions serait dépensée sur la période d’acquisition des droits.

Pour Aegion consolidée, nous prévoyons une baisse des recettes au deuxième trimestre de 20 à 30 %. Nous nous attendons à ce que les baisses du résultat d’exploitation ajusté soient du même ordre. Les charges d’intérêts devraient être plus élevées en raison de l’augmentation des emprunts au premier trimestre et de la possibilité d’augmenter les emprunts au deuxième trimestre, si nécessaire, ainsi que des taux plus élevés associés à notre récent amendement de crédit, que j’aborderai plus en détail dans un instant.

Au total, nous prévoyons un bénéfice par action ajusté de 0,20 $ à 0,30 $, ce qui représente une nette amélioration par rapport à nos résultats du premier trimestre, mais devrait être inférieur aux niveaux de l’année précédente en raison de la baisse des revenus et des perturbations commerciales liées à la crise actuelle du marché.

Bien que nous nous attendions à une amélioration des tendances en matière de revenus au cours du dernier semestre, alors que nous commençons à nous remettre des effets de la pandémie, la visibilité est trop limitée pour faire le point – une perspective actualisée pour le moment.

Avant de conclure, je voudrais évoquer nos flux de trésorerie et les récents efforts pour améliorer la liquidité. Nous avons eu une utilisation nette de trésorerie d’exploitation de 8 millions de dollars au premier trimestre, ce qui est conforme à l’année précédente et aux tendances historiques de l’entreprise où les sorties du premier trimestre liées aux primes et aux renouvellements annuels ont tendance à dépasser la génération de trésorerie provenant de résultats saisonniers plus faibles.

Nous avons constaté un impact défavorable sur le fonds de roulement, principalement dû à la forte croissance des revenus des Services énergétiques qui a entraîné une augmentation des créances à la fin du trimestre. À ce jour, nous n’avons pas connu de retards de paiement importants et nos encaissements d’avril ont été importants.

Toutefois, en réponse aux conditions actuelles du marché, nous avons institué des examens bimensuels des comptes débiteurs et non facturés avec chaque unité commerciale, en mettant l’accent sur tous les comptes en souffrance et tous les soldes impayés importants. Par ailleurs, nous avons mis en place des procédures améliorées d’examen du risque de crédit pour les nouveaux clients et les clients existants, en mettant l’accent sur les clients ayant des activités en amont et une exposition importantes.

Les dépenses d’investissement du trimestre se sont élevées à 6 millions de dollars, soit une baisse d’environ 25 % par rapport au premier trimestre 2019, en raison d’un gel des nouvelles dépenses mis en œuvre en mars. Nous prévoyons que les dépenses d’investissement pour le reste de l’année seront limitées aux seuls besoins critiques et nous nous efforçons de parvenir à une dépense prévue de 10 millions de dollars en 2020.

Nous avons racheté cinq millions d’actions ordinaires d’Aegion au cours du premier trimestre, dont 3 millions de dollars liés à des rachats sur le marché libre et 2 millions de dollars d’achats pour satisfaire aux obligations fiscales liées aux émissions d’actions des employés. Bien que nous estimions que les prix actuels des actions sont considérablement sous-évalués, nous avons pris la décision prudente de suspendre notre programme de rachat d’actions en cours jusqu’à ce que les conditions s’améliorent.

Nous avons terminé le premier trimestre avec 77 à 74 millions de dollars de liquidités, qui ont été aidés par des emprunts nets supplémentaires d’environ 25 millions de dollars au cours du trimestre. À la mi-mars, nous avons entamé des discussions avec notre groupe de prêt afin d’obtenir une plus grande flexibilité financière pour pouvoir gérer avec succès le risque de baisse lié à la crise actuelle du marché.

Hier, nous avons achevé un amendement à notre facilité de crédit qui comprend des clauses financières plus souples et, sur la base des projections actuelles, fournit à Aegion une capacité d’emprunt supplémentaire de plus de 100 millions de dollars au cours des 12 prochains mois. Bien que nos taux d’intérêt aient augmenté à la suite de cet amendement, nous pensons qu’il s’agissait d’une mesure prudente visant à garantir qu’Aegion dispose de liquidités suffisantes pour faire face à des perturbations inattendues en ces temps de volatilité.

La société a payé environ 2 millions de dollars pour les frais et dépenses liés à l’amendement. Environ 600 000 dollars de ces frais seront dépensés au cours du deuxième trimestre, le reste étant amorti sur la durée restante de la facilité de crédit.

Nous avons également suivi les différents programmes gouvernementaux américains et internationaux mis en œuvre en réponse à la crise COVID-19. Aegion n’était pas éligible au programme de protection des salaires et nous pensons que l’amendement de notre facilité de crédit était plus favorable à Aegion que la participation au Main Street Loan Program ou au Main Street Expanded Loan Program.

Nous pensons que l’Aegion bénéficiera de certains avantages fiscaux liés aux dispositions de la loi CARES, notamment le report d’environ 15,6 millions de dollars des charges sociales des employeurs de 2020 à 2021 et 2022. Par ailleurs, nous pensons que nos activités internationales au Canada, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande, à Singapour, à Hong Kong et en Malaisie bénéficieront de vagues comme celles qui existent dans ces pays. Nous avons l’intention d’évaluer de près tout programme pour lequel l’entité Aegion est qualifiée.

Cela conclut l’examen des résultats du premier trimestre et des perspectives à court terme pour le deuxième trimestre. Comme Chuck l’a mentionné, nous restons concentrés sur le contrôle de ce qui est sous notre contrôle, ce qui inclut des efforts agressifs de gestion des coûts et de la trésorerie pour nous assurer que nous disposons d’une solidité financière et de liquidités pour faire face à ce que nous prévoyons être une période prolongée d’incertitude sur les marchés et pour nos activités Aegion. Nous pensons être bien placés pour traverser cette crise avec succès et nous nous efforcerons de fournir des mises à jour supplémentaires dans les mois à venir.

Avec cet opérateur, nous serions heureux de répondre à vos questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions] Notre première question vient d’Eric Stine de Craig-Hallum.

Chuck Gordon

Bonjour, Eric.

Eric Stine

Bonjour à tous. Je voulais juste commencer avec Insituform Amérique du Nord. Il me semble que les marges d’exploitation sont les meilleures de toute votre histoire pour commencer l’année. Que pensez-vous de l’avenir ? Parce que je sais que vous allez avoir des perturbations de la productivité, mais vous avez aussi un faible niveau de pétrole, ce qui, je suppose, signifie des prix bas pour la résine et aussi un faible niveau de transport. Il serait donc utile d’avoir quelques réflexions sur l’avenir.

Chuck Gordon

Oui. Donc je pense que vous avez bien réussi. On s’attendrait à des perturbations qui auraient un impact négatif sur la productivité à cause du virus COVID, d’autant plus que nous devons déplacer les équipes et les déplacer en dehors de leur zone géographique habituelle. Mais nous nous attendons à ce que cela soit compensé et équilibré par une réduction des prix des matières premières. Comme vous vous en souvenez probablement, Eric, nos prix de la résine et du polyester sont tous deux basés sur la pétrochimie et nous nous attendons à ce qu’il y ait une certaine — nous commençons à voir des baisses de prix dans ce domaine. Nous commençons à voir des baisses de prix dans ce domaine. Donc, si l’on considère l’activité, on peut s’attendre à ce que ces deux choses s’équilibrent.

David Morris

Et Eric, nous voyons aussi l’avantage de sortir des petits marchés internationaux. Vous avez dit que les marges NRA étaient les meilleures jamais atteintes. Ce que nous avons rapporté, ce sont en fait les marges de la plate-forme, mais il est certain que les marges de la plate-forme profitent des bonnes performances d’Insituform North America ainsi que de la sortie des marchés internationaux.

Eric Stine

J’ai compris. Utile. Vous en avez peut-être parlé un peu. Je suis juste curieux de savoir si vous pouvez détailler un peu plus ce que vous voyez sur le marché du point de vue de la concurrence. Je pense qu’étant donné votre présence, c’est une opportunité si vous regardez un peu plus loin dans le temps, que vous pourriez prendre une part du marché, que ce soit le travail de l’équipe ou la vente de tubes à des tiers.

Chuck Gordon

En Amérique du Nord, du côté de l’équipe, nous avons constaté que la table de candidature a été légèrement perturbée, je dirais même minimalement, mais un peu en avril, non pas à cause de problèmes de financement, mais simplement parce que certaines municipalités n’avaient pas les personnes nécessaires pour rassembler les offres et les analyser, mais cela a été plutôt mineur. Je pense que l’entreprise est restée assez compétitive jusqu’à présent, mais à l’avenir, nous allons certainement chercher des opportunités de faire plus dans le domaine – plus dans ce domaine si les opportunités sont bonnes.

Eric Stine

J’ai compris. Ok. Peut-être le dernier pour moi, juste les services énergétiques. Je veux dire, je sais que ça dépend surtout en Californie des ordres de rester sur place ou de s’abriter sur place là-bas. Mais je me demande si, pour les installations dont la rotation est prévue pour la fin de l’année, il y a quelque chose de plus potentiel pour les faire avancer lorsque l’accès aux installations commencera à se relâcher un peu ?

Chuck Gordon

Nous avons donc des gens qui vont dans les installations tous les jours. Nous n’avons pas vraiment de problème d’accès. Le problème est que les raffineries fonctionnent à un rythme très faible et qu’elles sont donc soumises à une pression énorme en termes de revenus et de coûts. Elles ont donc réduit leur activité à l’intérieur des installations, davantage pour répondre à la faible utilisation de leurs installations.

Nous travaillons avec certains de nos clients pour voir s’il est possible d’effectuer un entretien prolongé pour expliquer leur lenteur. Et nous travaillons avec certains d’entre eux sur ce point, mais il est trop tôt pour dire si cela sera couronné de succès ou non. La plupart des révisions ont été reportées soit au quatrième trimestre de cette année, soit au premier semestre de l’année prochaine. Comme vous le savez sans doute, les redressements ne sont pas annulés, mais ils sont repoussés. Nous verrons donc comment cela se passe. C’est une partie de l’incertitude que nous constatons au cours du trimestre et aussi au cours du second semestre de l’année. Nous ne le savons pas encore.

Eric Stine

D’accord. Merci beaucoup.

Chuck Gordon

Bien. Merci, Eric.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Noelle Dilts du Stifel.

Chuck Gordon

Salut, Noëlle.

David Morris

Salut, Noëlle.

Noelle Dilts

Salut, les gars. Félicitations pour un bon trimestre. Alors juste – Chuck, j’apprécie vos commentaires sur le financement de nombreux projets de produits CIPP en Amérique du Nord et le genre de ce que vous voyez au niveau de l’État et au niveau local. J’ai quelques questions à vous poser. Premièrement, comment envisagez-vous le risque lié au financement, étant donné que je pense que de nombreux budgets des États et des municipalités sont soumis à une pression sans précédent ? Voyez-vous le risque qu’une partie de ces fonds soit redistribuée entre différents organismes ? Et ensuite, si vous pouviez nous dire comment vous envisagez la possibilité de mesures de relance fédérales supplémentaires.

Chuck Gordon

Oui. Bonnes questions. Je suppose que, pour la première question Noelle, nous ne voyons pas les municipalités déplacer les fonds dans une grande mesure. Mais les services publics sont mis en place comme des entités et des fonds autonomes. Et généralement, les revenus des contribuables doivent payer pour l’exploitation des services publics et ils doivent payer pour les dépenses d’investissement. Ce qui se passe, c’est que si les dépenses d’investissement et les opérations ne sont pas couvertes par les tarifs, ils augmentent les tarifs. Et l’inverse se produit également, si les choses vont dans l’autre sens. Probablement, 80% peut-être et encore une fois, ce sont des chiffres très généraux, mais une majorité importante des projets sont financés par des obligations de revenu. Et ces obligations doivent généralement être dépensées en trois ans environ pour conserver leur statut fiscal, une fois qu’elles sont émises.

Et donc, si nous regardons vers l’avenir, je ne vois pas les défis que les fonds généraux municipaux posent à notre côté de l’entreprise dans une large mesure. Il pourrait y en avoir, mais dans la plupart des cas, je ne pense pas que ce sera le cas. Ce qui aura un impact, ce sont les frais et les charges mensuelles que les municipalités reçoivent des industries. Une grande partie de l’industrie utilise une quantité importante d’eau et d’eaux usées et nous, les municipalités et les services publics, verront leurs revenus diminuer à mesure que nous entrerons dans la récession. Mais je ne suis pas sûr de l’ampleur de ce phénomène et il dépendra certainement de la base industrielle et de la localité.

Nous préférerions donc que les municipalités soient en bonne santé, mais je pense que notre mode de financement est quelque peu à l’abri des défis que les fonds généraux des municipalités devront relever

La deuxième partie de votre question portait sur les dépenses de relance. Nous travaillons certainement avec notre association industrielle et nous essayons de faire pression pour que l’eau et les eaux usées en fassent partie. Vous vous souvenez sans doute que le gouvernement fédéral – ou vous vous souvenez peut-être que le gouvernement fédéral a fourni des dépenses de relance pour l’infrastructure de l’eau et des eaux usées lors de la dernière Grande Récession. Et la façon dont il l’a fait, c’est qu’il a fourni des fonds pour les fonds renouvelables de l’État, et si les municipalités ont utilisé cet argent assez rapidement, elles ont été oubliées – si elles ont utilisé l’argent assez rapidement et qu’elles sont restées en dessous du budget, ces fonds se sont en fait transformés en subventions et les prêts ont été annulés.

Nous aimerions donc certainement voir quelque chose comme cela se produire. Nous essayons de le suivre du mieux que nous pouvons, mais il y a beaucoup d’activité, beaucoup de conversations à Washington et nous verrons comment le prochain plan de relance sera mis en place. Nous espérons qu’il comprendra quelque chose pour les infrastructures d’eau et d’assainissement. Cela a-t-il répondu à vos questions ?

Noelle Dilts

C’est le cas. Merci.

Opérateur

[Operator Instructions] Je ne montre pas d’autres questions pour le moment. M. Gordon, veuillez procéder à d’autres remarques.

Chuck Gordon

Merci, opérateur. Je tiens à profiter de cette occasion pour remercier notre personnel international, qui a continué à se consacrer à l’organisation malgré l’incertitude et les défis personnels importants. Nous continuerons à fournir des mises à jour sur l’entreprise telle que nous la connaissons et nous chercherons à fournir plus de détails sur nos perspectives à long terme lorsque nous aurons une meilleure visibilité. Merci de vous joindre à nous aujourd’hui.

Opérateur

Mesdames et Messieurs, ceci conclut la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Merci d’avoir participé et vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro