Durant les dernières semaines, les nouvelles positives se sont multipliées et ont permis aux marchés d’espérer qu’un accord commercial Chine-USA, même intermédiaire, émergerait bientôt. Cet optimisme a été surtout renforcé par la prévision de la rencontre à haut niveau prévue en face à face à partir de ce jeudi entre les principaux responsables commerciaux des deux premières grandes puissances mondiales.

Néanmoins, bien que cette rencontre soit toujours prévue à Washington, certaines informations semblent être moins prometteuses quant à son aboutissement vers l’accord tant espéré. En effet, il semble que la Chine soit plus que réticente à mettre certains sujets sensibles sur la table des négociations. Or, la plupart de ces points ont constitué les principaux blocages aux précédentes tentatives de tractations, qui ont motivé le président US Donald Trump à initier les premières salves de mesures à base de tarifs douaniers à l’encontre de la Chine.

Pékin ne veut pas négocier dans certains domaines

La restriction du champ des sujets sur lesquels Pékin soit enclin à négocier une entente commerciale avec les USA peut fortement défavoriser les négociations. D’autant plus que les thèmes que la Chine veut exclure des discussions soient parmi les principales revendications de l’administration de Donald Trump. En effet, cette dernière fait surtout usage des pressions commerciales pour contraindre Pékin à se soumettre à plusieurs réformes d’ordre politique et industriel.

Les principales revendications américaines seront exclues des prochaines négociations

Selon certaines informations émises par les autorités chinoises, ces dernières ne sont pas en faveur d’un accord commercial de grande envergure avec Donald Trump. Par ailleurs, selon certaines sources proches du dossier, les hauts responsables du commerce chinois auraient également confié que le champ des sujets pouvant être abordés durant les rencontres prévues à Washington se serait considérablement restreint.

Ces déclarations ont été faites après leurs séries de rencontres avec des fonctionnaires US à Beijing au cours des dernières semaines. Ces préliminaires ont été réalisées dans le but de formaliser l’ordre du jour de la rencontre de haut niveau organisée ce mois d’octobre. Le fait que la Chine ait gardé ses positions quant à certains des principaux sujets de discordes entre les deux pays pourrait cependant compromettre l’étendue de l’éventuelle entente prévue entre les principaux négociateurs chinois et américains.

Ces derniers se composeront entre autre de la délégation américaine incluant le représentant du commerce américain Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin, ainsi que de la délégation chinoise qui sera dirigée par le vice-premier ministre Liu He. Celui-ci aurait notamment avertit les fonctionnaires américains en visite à Beijing que la proposition qu’il prévoit de soumettre lors de la rencontre à Washington ne répondra pas à certaines requêtes américaines sensibles.

D’après cette déclaration, les discussions n’aborderont par exemple ni les sujets touchant à la politique industrielle chinoise, ni les subventions que Pékin attribue à ses entreprises publiques. Or, ces questions sont les principaux obstacles qui ont bloqué les négociations commerciales entre les deux premières grandes puissances jusqu’à présent.

Les chances d’établissement d’un vaste accord commercial Chine-USA s’amenuisent

Dans le cas où la Chine continuerait de refuser à se soumettre aux principales requêtes US, les négociations de haut niveau organisées à partir de ce jeudi à Washington pourraient encore subir un échec. En particulier, certaines pratiques liées à la politique industrielle chinoise ont été les plus critiquées par Donald Trump depuis le début de la guerre commerciale l’année dernière.

En effet, les entreprises étrangères implantées en Chine y sont contraintes de partager leurs technologies. Cette obligation est interprétée par les USA comme étant une pratique déloyale visant à voler les propriétés intellectuelles de ces entreprises, dont la majorité est américaine. Par ailleurs, Donald Trump souhaite également que Pékin cesse de verser des aides financières à ses entreprises d’Etat.

Ainsi, pour l’instant, la Chine semble uniquement aborder les revendications du président américain concernant la reprise et l’augmentation des volumes d’importation chinoise en produits agricoles US, ainsi que ses requêtes demandant la réduction de l’énorme déficit commercial subi par les USA en 2018. D’ailleurs, il a été confirmé que la Chine a déjà repris ses achats de soja, en confirmant une commande de 600 000 tonnes prévue à être expédiée dès ce mois-ci.

Les responsables US restent optimistes, mais invitent à la prudence

Certains facteurs pouvant également être négatifs quant à la bonne poursuite des négociations Chine-USA sont également à prendre en compte. Entre autre, dans le volet du conflit entre Téhéran et Washington, ces derniers ont menacé de sanctionner durement les entreprises chinoises qui ont continué sciemment à importer du brut iranien, malgré l’embargo imposé par les USA. La Chine a d’ailleurs déclaré qu’elle prendrait les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de ses entreprises.

Par ailleurs, Trump a également déclaré que le déroulement des négociations commerciales dépendra aussi de la gestion des manifestations qui ont lieu à Hong-Kong par l’autorité centrale chinoise. Cette dernière a notamment répliqué par une forte critique de l’ingérence américaine dans les affaires de l’Empire du Milieu et de l’atteinte de la souveraineté de celui-ci par les propos de Trump.

A la veille de la rencontre prévue à partir de ce jeudi, Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison-Blanche, a cependant confié son optimisme quant aux bonnes surprises qui pourraient déboucher des négociations. Il considère entre autre la reprise des achats chinois en produits agricoles US comme étant un excellent présage et déclare également qu’il ne faut rien exclure.

Par ailleurs, il confirme que la répression violente des mouvements pro-démocrates à Hong-Kong pourrait en effet bloquer les pourparlers. Bien que ces informations n’ont pas encore pesé sur les bourses, il est également important de noter que la Chine pourrait prendre en compte les enquêtes actuellement menées sur Donald Trump, et pourrait même compter sur la destitution de celui-ci pour engager des négociations avec une administration américaine plus accommodante.

tout savoir sur la crypto