Les choses ne se présentent pas sous un jour particulièrement favorable pour Ressources Lonestar (LONE) et ses actionnaires. La récente chute des prix de l’énergie a eu un impact important sur l’entreprise et, bien que les réductions de la direction contribuent à apaiser certaines de ses inquiétudes, cette perspective comporte encore beaucoup de risques. Les investisseurs ne devraient cependant pas nécessairement abandonner Lonestar à ce stade. En fin de compte, ce qui compte, c’est la rapidité avec laquelle les prix du pétrole et du gaz vont augmenter à partir de là. Avec un peu de patience de la part des prêteurs, l’entreprise pourrait être capable de traverser la tempête, mais même si Lonestar survit, il existe des perspectives plus attrayantes sur le marché qui comportent moins de risques.

Beaucoup de douleur

Cette année n’a pas été particulièrement agréable pour Lonestar, ni pour beaucoup de ses pairs. La chute des prix de l’énergie, d’abord provoquée par l’OPEP et ses membres non membres, puis plus fortement par COVID-19, a vraiment fait mal à l’entreprise. Il suffit de penser à l’avant-dernière fois où j’ai écrit sur la société. Dans cet article, publié sur mon Marketplace Service, Crude Value Insights, le 25 décembrethJ’ai qualifié la société de perspective binaire. Dans mon dernier article, publié le 28 décembrethJe n’ai pas vraiment changé d’avis sur l’entreprise. Depuis la publication de ce dernier article, les actions de Lonestar ont chuté de 77,8 %, passant de 2,45 dollars à 0,54 dollar.

Les investisseurs qui surveillent Lonestar doivent prendre en considération un certain nombre de questions. La première, et peut-être la plus importante, est celle des engagements de l’entreprise. Fin 2019, elle s’est trouvée en violation de l’exigence de ratio courant de son contrat de crédit. La société a reçu une dérogation de son prêteur, mais il n’y a aucune garantie que celle-ci sera prolongée à jamais. En raison de cette violation et de cette renonciation, la direction a été contrainte de déplacer sa dette de 247 millions de dollars, qui était classée comme une dette à long terme, vers une dette à court terme. Si les prêteurs perdent patience et/ou si l’entreprise est incapable de rester en conformité avec ses engagements, la date d’échéance de cette dette pourrait être avancée et être due essentiellement sur demande. Cela pourrait également entraîner l’apparition d’autres dettes.

Outre le risque de faillite lié à sa situation d’endettement, Lonestar est également contrainte de revoir ses prévisions pour l’exercice en cours. La direction a récemment annoncé, dans son communiqué sur les résultats du quatrième trimestre, qu’elle réduirait de 25 % le budget d’investissement de la société pour l’année, qui se situerait entre 80 et 85 millions de dollars. Cela se traduira par le forage de 10 à 12 puits bruts, soit entre 8,5 et 10,5 puits nets. D’autres activités réalisées grâce à ce budget comprendront l’achèvement de 13 puits bruts, soit 11,5 puits nets. Même avec cette réduction, la production, à mi-parcours de 2020, devrait augmenter de 7 % par rapport à ce que nous avons vu en 2019, avec une production comprise entre 16 000 et 16 500 bep (barils d’équivalent pétrole) par jour. Cela se traduit, à mi-parcours, par environ 5,95 millions de bep pour l’année fiscale en cours.

Même avec ce résultat en réserve pour l’entreprise, la direction a quelques attentes décentes pour l’entreprise. Il est cependant un peu risqué de se fier aux prévisions de la société en ce moment, car les prix du WTI se situent dans la fourchette des 20 dollars les plus bas et leurs chiffres supposent un WTI de 35 dollars par baril, alors que le gaz naturel devrait se vendre 2 dollars par Mpc contre 1,70 dollar actuellement. Je pense qu’une hausse, peut-être même supérieure aux attentes de Lonestar, est tout à fait possible, mais il est risqué de faire des prévisions à ce sujet.

En supposant que les attentes de la direction pour 2020 soient exactes, Lonestar devrait continuer à afficher un EBITDA pour l’année compris entre 125 et 130 millions de dollars. Les couvertures aident considérablement l’entreprise. La dernière mise à jour sur ce front, fournie par la direction le mois dernier, a révélé qu’environ 66,4 % de la production de cette année et 71,3 % de celle de l’année prochaine (si la production reste stable) ont été couverts. La couverture moyenne pondérée du pétrole pour ces deux années s’élève à 57,09 dollars par baril et 50,40 dollars par baril, respectivement, tandis que la couverture du gaz naturel est de 2,55 dollars et 2,34 dollars par Mpc. Une fois que ces chiffres se seront dissipés, il est logique que les flux de trésorerie en souffrent.

Même si nous nous concentrons uniquement sur cette année, la situation pourrait se dégrader pour les investisseurs. Les estimations actuelles de l’EBITDA se traduisent par un ratio d’endettement net compris entre 3,87 et 4,02. Tout ce qui se situe au nord de 4 devrait être considéré comme un territoire dangereux que les investisseurs devraient fouler avec précaution. Au-delà, cependant, nous devons prendre en considération le cash-flow total. Selon mes estimations, l’entreprise devrait supporter cette année des charges d’intérêt d’environ 41,39 millions de dollars. Si cela se vérifie, le cash-flow opérationnel de remplacement serait de 86,11 millions de dollars. Cela laisse juste assez de marge pour couvrir les dépenses d’investissement de l’entreprise pour l’année, avec peu ou rien pour couvrir la dette. Avec ses émissions de covenant, ce n’est pas un scénario particulièrement agréable à vivre.

A emporter

En ce moment, le marché n’aime vraiment pas ce qu’il voit avec Lonestar. Je comprends pourquoi. La récente baisse des prix de l’énergie est inquiétante et, à un moment donné, une entreprise comme Lonestar ne pourra plus supporter la douleur. Pour l’instant, la société semble pouvoir survivre, mais les investisseurs doivent être conscients du risque extraordinaire qu’ils prennent avec ce nom. Il est certain que si cette entreprise offre des opportunités, les perspectives sont meilleures.

Crude Value Insights vous offre un service d’investissement et une communauté axés sur le pétrole et le gaz naturel. Nous nous concentrons sur le cash-flow et les entreprises qui le génèrent, ce qui permet d’obtenir des perspectives de valeur et de croissance à fort potentiel.

Les abonnés ont accès à un compte de plus de 50 modèles d’actions, à des analyses approfondies des flux de trésorerie des entreprises d’E&P et à des discussions en direct sur le secteur.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui pour un essai gratuit de deux semaines et obtenez un nouveau bail sur le pétrole et le gaz !

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro