LG Chem Ltd (OTCPK:LGCLF) Conférence téléphonique sur les revenus du Q 2020 le 27 avril 2020 à 21h00

Entreprises participantes

Hyun-suk Yoon – Chef de la division IR

Dong Seok Cha – Vice-président, directeur financier et directeur

Young Suk Lee – Chef, Planification des affaires

Lun Cha – Responsable de la stratégie commerciale

Participants à la conférence téléphonique

Young-chan Baek – KB Valeurs mobilières

Yusik Hwang – NH Investment & Securities Co.

Rui Hua Ong – JPMorgan Chase & Co.

Hoonsik Min – Crédit Suisse

Hyun-suk Yoon

Bonjour. Voici Hyun-suk Yoon, responsable de l’IR chez LG Chem. Merci de vous intéresser à LG Chem et de vous joindre à cet appel malgré votre emploi du temps chargé. Nous allons maintenant commencer la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de LG Chem. Nous commencerons par présenter les dirigeants de l’entreprise lors de cette conférence, puis nous passerons aux résultats du premier trimestre 2020, aux perspectives de résultats pour le deuxième trimestre 2020, à la présentation des points forts des directeurs financiers et à la séance de questions-réponses. Les présentations seront interprétées simultanément, tandis que les questions-réponses seront interprétées consécutivement.

Commençons l’appel d’aujourd’hui par la présentation de l’équipe de direction. Nous avons le directeur financier, Dong Seok Cha ; Cha Lun de la stratégie commerciale ; Young Suk Lee de la planification commerciale ; Ho Lee de la pétrochimie ; Hong Su Jeung d’Energy Solutions ; et Chong Wook Park des matériaux avancés.

Tout d’abord, les résultats du premier trimestre 2020. Le chiffre d’affaires du premier trimestre 2020 s’est élevé à 7 1157 milliards de wons sud-coréens (KRW), soit une baisse de 4,5 % par rapport au premier trimestre. Avec le COVID-19, les expéditions ont chuté alors que nous avons procédé à des ajustements des opérations de nos usines et à la suspension des activités de l’industrie en aval. La baisse générale des PSA des produits pétrochimiques due à la baisse des prix du pétrole a également contribué à cette diminution. Le bénéfice d’exploitation s’est élevé à 236,5 milliards KRW, et la marge d’exploitation à 3,3 %. L’EBITDA du premier trimestre s’est élevé à 765 milliards KRW, soit 10,8 % du chiffre d’affaires. Le bénéfice avant impôts s’est élevé à 176 milliards KRW, et le bénéfice net à 36,3 milliards KRW.

Un petit changement dans la façon dont nous présentons nos chiffres de bénéfices en raison de la suspension de certaines entreprises au premier trimestre. Afin de faciliter la comparaison et de maintenir la cohérence, nous avons ajusté rétroactivement les bénéfices des entreprises suspendues par rapport aux bénéfices passés, en fonction des règles comptables. Par conséquent, alors que le revenu net des exercices 18 et 19 reste inchangé par rapport au passé, les ventes, le bénéfice d’exploitation, l’EBITDA et le bénéfice avant impôt excluent les bénéfices des entreprises suspendues. Pour des questions comptables plus détaillées, veuillez vous référer à notre rapport trimestriel, qui sera publié à la mi-mai.

Ensuite, nos finances. À la fin du premier trimestre 2020, l’actif s’élevait à 37 1211 milliards de wons sud-coréens (KRW) et le passif à 19 705 milliards de wons sud-coréens (KRW). Les emprunts s’élevaient à 11 5537 milliards de wons sud-coréens (KRW), soit une augmentation de 3 140 milliards de wons sud-coréens (KRW). Nous avons émis des obligations d’entreprises et de nouveaux emprunts à l’étranger, notamment en Europe, afin de garantir des liquidités de manière préventive pour nous préparer aux incertitudes. En outre, l’effet du taux de change dû à la dépréciation du won coréen à la fin du premier trimestre a augmenté la valeur comptable des emprunts de 400 milliards de KRW. Le ratio d’endettement était de 113 %, et le total du passif par rapport aux capitaux propres était de 50 %. Le levier financier a quelque peu augmenté en raison de la fluctuation du taux de change et des mesures de liquidité préventives. Toutefois, nous nous attendons à ce qu’il atteigne un pic au premier semestre et continue à diminuer à partir du second semestre.

Ensuite, les résultats et les perspectives par division. Tout d’abord, la pétrochimie. Les ventes du premier trimestre 2020 se sont élevées à 3 6959 milliards KRW, le bénéfice d’exploitation à 242,6 milliards KRW et la marge d’exploitation à 6,6 %. Les ventes et la rentabilité ont chuté en raison de la baisse générale du PSA et des ajustements apportés aux opérations de l’usine chinoise en raison de la COVID-19. Alors que les prix du naphte ont baissé par rapport au second semestre 2019, l’effet de retard a entraîné l’affaiblissement de la rentabilité en amont. Toutefois, les gains de marge sur les produits clés pour l’aval et les ventes robustes de NBL et d’IPA ont limité la baisse de rentabilité. Au deuxième trimestre, nous prévoyons des incertitudes dans la demande en raison de la diffusion mondiale de COVID-19. Toutefois, la faiblesse des prix des matières premières due à la faiblesse des prix du pétrole entraînera le rétablissement de la rentabilité en amont et le maintien d’une marge solide dans les activités en aval.

Ensuite, les solutions énergétiques. Au premier trimestre, les ventes d’Energy Solutions se sont élevées à 2 2609 milliards de wons sud-coréens (KRW) et la perte d’exploitation à 51,8 milliards de wons sud-coréens (KRW). Les ventes d’Energy Solutions ont également été affectées par le problème COVID-19 et ont chuté de 10 % Q-o-Q en raison de la suspension des opérations dans certaines de ses usines et de l’interruption de la production personnalisée. Avec des ventes inférieures aux attentes, associées à l’exploitation de la nouvelle ligne de production, nous avons enregistré une perte d’exploitation. Toutefois, l’affaiblissement de la rentabilité a été maintenu au minimum grâce à l’amélioration du rendement dans le cadre des efforts de réduction des coûts après la planification. Au deuxième trimestre, l’impact de COVID-19 sera plus important avec la suspension de la production aux États-Unis. Toutefois, avec l’augmentation des livraisons de nouveaux modèles de VE, l’accroissement du volume des ESS et l’augmentation des livraisons de batteries cylindriques pour VE, les ventes seront plus élevées qu’au premier trimestre.

Ensuite, les matériaux avancés. Au premier trimestre, les ventes de matériaux avancés se sont élevées à 1 1074 milliards de wons sud-coréens (KRW), le bénéfice d’exploitation à 62,1 milliards de wons sud-coréens (KRW) et la marge d’exploitation à 5,6 %. Le marché de l’affichage en aval est en basse saison. Et avec l’impact de COVID-19, les ventes ont chuté sur le trimestre, mais il y a eu des améliorations significatives de la rentabilité grâce à un degré élevé de réalignement des activités et à des mesures de rentabilité. Nous nous attendons à ce que les ventes et les bénéfices diminuent au deuxième trimestre avec une plus grande diffusion de COVID-19. Toutefois, nous pensons que les gains d’efficacité commerciale et les améliorations de la structure des coûts auront des avantages tangibles.

Ensuite, les sciences de la vie et la ferme Hannong. Au premier trimestre, le chiffre d’affaires des sciences de la vie s’est élevé à 159,3 milliards KRW et le bénéfice d’exploitation à 23,5 milliards KRW. Les ventes ont légèrement augmenté, dépassant les attentes car les clients ont commencé à acheter certains produits pour se préparer aux incertitudes liées à COVID-19. La rentabilité s’est également renforcée grâce à la baisse des dépenses de marketing et de R&D. Les ventes de Farm Hannong se sont élevées à 221,2 milliards KRW, et le bénéfice d’exploitation à 35 milliards KRW. En raison de la dépréciation du won coréen, la rentabilité s’est légèrement affaiblie en raison de la hausse des prix des matières premières pour les produits clés. Bien que les ventes de certains produits des sciences de la vie, comme l’esthétique, en seraient affectées, nous avons l’intention de surmonter cette situation par une augmentation des ventes de nos produits de base. Nous prévoyons de continuer à augmenter les investissements en R&D pour le développement de nouveaux médicaments. Toutefois, le montant total de l’investissement pourrait être inférieur à celui prévu en raison d’un éventuel retard dans les essais cliniques. Bien que Farm Hannong puisse connaître des perturbations dans l’approvisionnement en matières premières en raison de COVID-19, nous prévoyons une amélioration des bénéfices pour l’année entière grâce à l’augmentation des ventes de produits à haute valeur ajoutée, de Terrad’or et d’engrais spéciaux.

Ceci conclut notre présentation des résultats. Ensuite, le directeur financier, Dong Seok Cha, présentera les points forts de nos résultats du premier trimestre.

Dong Seok Cha

Mesdames et Messieurs les actionnaires, les investisseurs et Mesdames et Messieurs, bonjour. Je suis le directeur financier de LG Chem, Dong Seok Cha. Je vous remercie de votre vif intérêt et de votre participation à la conférence téléphonique de LG Chem malgré votre emploi du temps chargé.

Au cours du premier trimestre, les ventes ont été affectées par le COVID-19, ce qui a entraîné non seulement la suspension de certaines de nos activités d’usine, mais aussi la suspension des activités de nos clients et une baisse de la demande. Malgré cela, nous avons réalisé des gains de productivité, notamment un meilleur rendement pour les batteries des VE et une efficacité interne plus élevée grâce à l’amélioration de la structure des activités et des coûts de la division des matériaux avancés. Par conséquent, LG Chem a été en mesure d’afficher des bénéfices qui ont dépassé nos attentes sur le marché. Au deuxième trimestre, avec la propagation du coronavirus dans le monde entier, y compris aux États-Unis et en Europe, nous prévoyons que son impact sera plus important qu’au premier trimestre, et que la volatilité de l’environnement commercial atteindra un sommet historique avec la poursuite de la chute brutale des prix du pétrole.

Dans le cas de telles incertitudes massives, LG Chem prévoit de surmonter prudemment cette crise grâce à 3 stratégies de réponse : Premièrement, nous voulons être toujours plus vigilants et nous concentrer sur ce que nous pouvons faire. Même si nous ne sommes pas en mesure de contrôler les facteurs externes, nous pouvons canaliser notre énergie vers ce que nous pouvons faire en interne, par exemple améliorer l’efficacité et renforcer les compétences pour surmonter les prix et maximiser les opportunités. Comme ce fut le cas au premier trimestre, les gains de productivité, notamment l’amélioration des rendements et la nouvelle installation de la ligne de production dans notre usine polonaise au deuxième trimestre, progressent sans heurts. Et grâce à l’expansion des capacités et aux gains de productivité, nous espérons être plus stables et transférer un plus grand volume au cours du deuxième trimestre. Par ailleurs, des activités d’amélioration de la structure des coûts à l’échelle de l’entreprise sont en cours. Et en particulier, l’exploitation du système de gestion de la chaîne logistique pour améliorer l’efficacité des achats et la poursuite des initiatives de réduction des coûts telles que la localisation et la diversification des fournisseurs améliorent encore l’efficacité et la compétitivité globales de l’entreprise.

Deuxièmement, l’accent est davantage mis sur une gestion stable des flux de trésorerie afin de se préparer aux incertitudes. En premier lieu, nous avons déjà assuré une trésorerie stable grâce à des emprunts préventifs et à la cession d’actifs non essentiels au cours du premier semestre. Au cours du premier trimestre, nous avons émis des obligations nationales et emprunté auprès de banques européennes. Et nous avons également obtenu 700 milliards KRW grâce au contrat de prêt vert avec la KDB en avril. En outre, 400 milliards de KRW en espèces ont été garantis par la vente d’actifs non essentiels, y compris nos actions dans la Twin Tower de Pékin. Et en ce qui concerne les capitaux propres, nous les examinons à partir de leur base en euros et nous les exécutons avec prudence. Si nous procédons comme prévu pour les investissements essentiels pour l’avenir, nous réduisons également autant que possible les domaines que nous pouvons reporter ou réduire. Ainsi, nous vous avons dit que les CapEx de cette année seraient d’environ 6 000 milliards de wons sud-coréens (KRW) lors du précédent appel de fonds. Toutefois, pour être plus circonspect, nous le réduisons à environ 5 000 milliards de wons. Nous voulons également être plus efficaces et plus stables dans la gestion de nos flux de trésorerie grâce à une gestion plus stricte de notre fonds de roulement, comme les stocks et les comptes clients.

Enfin, grâce aux gains d’efficacité et à la stabilité des flux de trésorerie, les investissements essentiels pour l’avenir de l’entreprise resteront sur la bonne voie. Dans le domaine de la pétrochimie, la deuxième extension de capacité de Yeosu NCC progressera comme prévu et sera prête à fonctionner au cours du premier semestre 2021. Cela permettra d’améliorer la compétitivité de l’entreprise grâce à l’internalisation des matières premières et à la différenciation des produits. Dans le secteur des solutions énergétiques, l’expansion de la capacité des batteries des VE se poursuit sans heurts, en fonction de la demande croissante, et les investissements en R&D sont constamment renforcés. Dans le domaine des matériaux avancés, nous continuons à améliorer la structure de l’entreprise en améliorant le portefeuille d’activités, y compris les matériaux OLED. Et dans les sciences de la vie, nous continuerons à développer le pipeline en nous concentrant davantage sur le développement de nouveaux médicaments.

Les incertitudes dans notre environnement extérieur n’ont jamais été aussi grandes. Si l’on regarde en arrière dans le temps, des opportunités ont toujours été disponibles dans ces moments de crise. En plus de sept décennies, nous sommes devenus le LG Chem d’aujourd’hui en changeant et en innovant sans cesse face à de nombreuses crises. Bien qu’il puisse y avoir une certaine volatilité à court terme, les possibilités de croissance et l’avantage stratégique de l’entreprise restent inchangés à moyen et long terme. LG Chem s’efforcera de poursuivre son développement par une gestion stricte des crises et un renforcement de son efficacité. L’ensemble de l’entreprise et des employés s’y engagent. Je vous remercie.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions]. Le premier, Young-chan Baek de KB Securities.

Young-chan Baek

Il y a deux questions que je voudrais vous poser. Premièrement, si vous regardez votre activité Solutions énergétiques, il semble qu’au cours du premier trimestre, sa rentabilité s’est améliorée. Et de ce fait, elle semble être très positive. Cependant, pour le deuxième trimestre, la question que je me pose est la suivante : quelle serait votre utilisation globale des installations en Pologne ? Et comment pensez-vous que les recettes globales seront perçues à cet égard ?

La deuxième question que je voudrais vous poser concerne les perspectives de marché pour le PE et le PVC. Il semble bien que ces deux marchés présentent des aspects différents. À l’horizon 2020, quelles seraient vos perspectives globales pour ces marchés ?

Représentant d’une société non identifiée

Je peux donc peut-être répondre à votre première question concernant les installations en Pologne, l’utilisation que nous en faisons, les rendements et les perspectives globales de nos performances, et parler des perspectives de ventes pour le deuxième trimestre. Je m’appelle Hong Su Jeung et je travaille dans le secteur des solutions énergétiques. Et tout d’abord, pour parler de la performance globale, je crois que c’est quelque chose que nous avons mentionné lors de notre conférence téléphonique de février. Mais en ce qui concerne les chiffres spécifiques de notre utilisation et les niveaux de rendement globaux, c’est un sujet que nous ne pouvons malheureusement pas partager avec vous. Toutefois, ce que je peux dire, c’est que pour l’ensemble de l’installation en Pologne, nous constatons une amélioration générale de ces chiffres. Et cette amélioration se poursuit sur le plan de la dynamique. Ainsi, si nous examinons les dernières étapes de la construction de nos installations en Pologne, l’équipement en lui-même est similaire ou identique à celui dont nous disposons pour nos installations existantes.

Et dans la situation où se déroule COVID-19, il y a bien sûr eu, pour certains clients, des ajustements de volume en termes de quantité prise. Par conséquent, si nous examinons l’utilisation globale ligne par ligne, nous constatons certaines différences. Ainsi, pour certaines lignes, nous avons diminué l’utilisation globale des lignes en raison du volume de la clientèle. Cependant, pour d’autres lignes, nous avons en fait atteint la pleine utilisation qui serait possible.

En outre, si nous parlons des niveaux de rendement globaux, je dois dire que pour certaines lignes qui – en termes d’utilisation globale – affichent des niveaux inférieurs, nous pensons que nous nous engageons dans des changements globaux des installations globales et aussi des processus que nous avons en même temps. Ainsi, pour le rendement, nous sommes en train d’essayer de stabiliser les niveaux de rendement globaux dans leur ensemble. Donc, si nous examinons les performances globales de cette entreprise, comme nous l’avons vu au premier trimestre, nous pensons que la construction globale continuera à se dérouler très bien. En même temps, pour l’utilisation, ligne par ligne, il y aura quelques différences par ligne selon le client, mais nous pensons que du côté du rendement, globalement, nous devrions voir une normalisation des rendements.

Donc, avec ce contexte général, si nous parlons des perspectives pour le deuxième trimestre, tout d’abord, je pense que ce que je peux dire, c’est que si nous regardons la performance du premier trimestre par rapport au quatrième trimestre de l’année dernière, sur la ligne de fond, nous avons effectivement vu une baisse de 10 % du Q-o-Q. Et en ce qui concerne la rentabilité, il est vrai que nous l’avons fait – nous étions dans le rouge. Cependant, comme nous l’avons déjà mentionné, pour les nouvelles lignes, les choses se passent bien. En plus de cela, nous avons inclus de nouvelles lignes. De plus, pour les batteries de petite taille, il y a eu une certaine saisonnalité. Et puis la situation COVID-19 nous a frappés, ce qui a réduit notre rentabilité.

Toutefois, nous avons constaté des améliorations des niveaux de rendement et nous poursuivons nos efforts de réduction des coûts. Nous avons donc essayé de minimiser les pertes autant que possible. En ce qui concerne le deuxième trimestre, si l’on considère l’ensemble des recettes, je dois dire que, comme COVID-19 continue d’être une situation qui se poursuivra au cours du deuxième trimestre, nous pensons que le coup porté aux recettes pourrait être plus important que le premier trimestre pour cette raison. Cependant, nous constatons également, sur une note positive, que le nombre de nouveaux modèles de batteries pour VE continue d’augmenter. Le volume des ESS continuera d’augmenter. Et aussi, les batteries de type cylindre pour les VE sont quelque chose que nous voyons à nouveau se produire. Donc, dans l’ensemble, nous pensons qu’il y aura une augmentation de 20 %. Et pour l’ensemble de l’année 2020, en regardant les prévisions globales que nous avons, nous pensons que par rapport au plan que nous avions initialement, il peut y avoir quelques ajustements. Toutefois, en termes de croissance globale, nous constatons que cette tendance se poursuit tout au long de l’année.

Représentant d’une société non identifiée

Je peux donc peut-être passer à votre question sur l’industrie pétrochimique. Je suis Ho Lee, de Business Strategy for Petrochemicals. Tout d’abord, pour parler du marché du capital-investissement, il est vrai que les prix du brut ont été globalement faibles. Par conséquent, nous voyons les écarts de taux du capital-investissement s’élargir. Et à court terme, nous pensons que la demande absolue que nous observons sera très faible et que cela devrait se poursuivre au cours du deuxième trimestre. Toutefois, lorsque nous parlons de notre compétitivité sur le marché du capital-investissement par rapport à la capacité du CEC nord-américain, le CEC gagne beaucoup en compétitivité, et c’est une tendance qui, selon nous, se poursuivra tout au long de l’année compte tenu de l’évolution du prix du pétrole. C’est pourquoi nous pensons que cela nous apportera une certaine robustesse.

Pour parler du marché du PVC, au deuxième trimestre, encore une fois, si nous regardons nos principaux marchés d’exportation, par exemple l’Inde, il est dans une situation de verrouillage et c’est quelque chose que nous voyons se poursuivre au deuxième trimestre. Par conséquent, la demande de PVC sera à nouveau atone. Nous prévoyons de faire face à cette situation en effectuant nos redressements au cours du deuxième trimestre. Pour ce qui est de l’offre, nous voulons donc pouvoir disposer d’une certaine flexibilité à ce niveau. Encore une fois, comme nous l’avons mentionné pour le PE et le PVC, je pense que c’est le même type de dynamique que nous voyons se produire. Les prix bas du brut, dans l’ensemble, rendront nos installations de fabrication de polymères plus compétitives par rapport aux installations chinoises. En outre, divers gouvernements ont mis en place des plans de relance. Nous pensons également que le marché de la construction pourrait faire l’objet d’autres mesures. Nous pensons donc que cela sera positif pour le PVC. Nous pensons donc que le PVC sera un marché fort pendant toute l’année.

Opérateur

La prochaine question est celle de Yusik Hwang de NH Securities.

Yusik Hwang

Il y a deux questions que je voudrais vous poser. Premièrement, si vous regardez le COVID-19 qui se déroule dans le monde entier, les progrès que nous constatons pour l’épidémie actuelle, je pense qu’il y a différentes étapes d’une région à l’autre. Par exemple, en Chine, nous assistons à la réouverture de l’économie, alors qu’aux États-Unis et en Europe, l’économie est toujours en état d’arrêt. Donc, si nous regardons vos produits pétrochimiques, par exemple pour l’ABS et d’autres produits que vous avez, et si nous regardons les expéditions par marché dans le monde entier, comment cela a-t-il changé ? Par exemple, si nous prenons les expéditions au début de l’année, puis au premier trimestre, et que nous sommes au milieu du deuxième trimestre, si nous examinons vos expéditions, dans deux régions différentes du monde, comment cette tendance a-t-elle changé pour chaque marché ? C’est la première question.

Et puis la deuxième question concerne les batteries des VE. Je crois que vous avez mentionné que vos batteries de VE ont diminué en termes de revenus globaux. Si nous devions examiner vos prévisions pour l’année entière en termes de chiffre d’affaires, de marges bénéficiaires, de capacité et de volumes globaux de votre carnet de commandes, à quoi ressembleraient les prévisions actuelles ?

Représentant d’une société non identifiée

Je peux donc peut-être répondre à votre première question sur l’industrie pétrochimique. Si nous examinons les produits, les produits qui entrent dans la composition des pneus ou des automobiles sont les domaines dans lesquels nous constatons une plus grande influence. Ainsi, par exemple, pour l’ABS et aussi les caoutchoucs synthétiques, nous pensons que le marché global restera faible. En outre, si nous examinons la situation par région, il est vrai qu’en Europe et aussi en Amérique du Nord, le marché est encore bloqué à l’heure actuelle. Donc, si nous regardons le marché total et le marché des PO, il est freiné à cause de cela. En outre, nous avons déjà mentionné que pour le PVC, en raison de la situation de verrouillage en Inde, nous pensons que la demande continuera d’être faible dans ce pays. Par conséquent, pour l’Europe et pour la capacité qui dessert les marchés européens et nord-américains, nous pensons qu’il faudra procéder à quelques ajustements de la capacité au cours du deuxième trimestre.

Pour la capacité de PVC dont nous disposons, comme nous l’avons mentionné, la façon dont nous voulons être plus flexibles est de faire en sorte que notre rotation ait lieu plus tôt que prévu. C’est donc quelque chose qui va se faire. Toutefois, en ce qui concerne la demande globale du marché, nous pensons que, dans l’ensemble, nous assisterons à une diminution d’environ 20 % de ce nombre. Bien sûr, beaucoup de changements peuvent avoir lieu autour de ce chiffre en raison de la façon dont la situation va évoluer à l’avenir. Par exemple, si nous regardons la Chine, elle peut être l’un des principaux moteurs. Ainsi, pour le produit ABS, pour la Chine, en réalité, le mois de février a été un point bas. C’était donc le point le plus bas. Et si nous regardons la situation depuis lors, elle s’est progressivement redressée. Actuellement, nous en sommes à 80 % d’utilisation et de ventes.

Donc, comme mentionné, pour la situation globale, nous devrons voir comment les choses se normalisent. Et en plus de cela, nous voyons aussi qu’il y a certains domaines de demande qui sont liés à la situation COVID-19. Ainsi, par exemple, pour le latex et le MBPP, ce sont des domaines dans lesquels nous constatons une demande plus forte. Nous pensons donc que la flexibilité est nécessaire pour surmonter la situation actuelle.

Représentant d’une société non identifiée

Peut-être pour passer à la deuxième question sur notre activité de batteries pour VE et parler des différences régionales et, en plus de cela, pour les orientations annuelles en termes de chiffre d’affaires, de rentabilité et de capacité. Tout d’abord, pour parler du premier trimestre, il est vrai que pour certaines de nos installations en Chine et aux États-Unis, nous avons eu des périodes pendant lesquelles elles n’ont pas fonctionné au cours du premier trimestre. En outre, pour nos clients, certains d’entre eux avaient fermé leurs installations. Tout compte fait, cela s’est traduit par un niveau de revenus plus faible. Pour ce qui est du deuxième trimestre, encore une fois, si l’on considère les États-Unis pour l’installation américaine, à partir de la fin mars, pendant 6 semaines, cette installation sera fermée. Cependant, en Corée et en Chine, nous constatons qu’il y a une normalisation des activités dans ces pays. Nous pensons donc que la capacité dont nous disposons dans ces pays fonctionnera à un rythme normal. Ainsi, d’une région à l’autre, nous constatons des différences et des écarts.

En ce qui concerne les chiffres indicatifs annuels, en parlant d’abord de nos recettes, comme nous l’avons déjà mentionné, nous constatons en fait que pour la croissance globale des recettes, c’est une tendance que nous ne voyons pas s’interrompre. Toutefois, pour le chiffre absolu, je pense que lors de notre précédente conférence téléphonique, nous avions mentionné un chiffre global de 15 000 milliards de wons sud-coréens pour l’année. Inévitablement, en raison de l’évolution actuelle, nous pensons que ce chiffre sera inférieur d’environ 10 à 15 %. Et comme le chiffre d’affaires sera inférieur en termes de rentabilité, je pense qu’il faudra également ajuster ce chiffre. Nous avions donc parlé précédemment d’un chiffre à un chiffre au milieu de la fourchette. Ce serait probablement plutôt un nombre à un chiffre bas. Toutefois, comme l’a mentionné le directeur financier lors de ses interventions, en ce qui concerne nos préparatifs pour l’avenir en matière d’investissement et de renforcement des capacités, c’est un domaine dans lequel nous n’avons pas l’intention de ralentir. Les usines continueront donc à fonctionner selon notre calendrier initial. Donc, pour cette installation, cela devrait se faire selon notre calendrier normal.

Opérateur

La question suivante est Tae Sung Yun [ph] de Hana Investment.

Analyste non identifié

La première question que je voudrais vous poser concerne votre activité dans le domaine des matériaux avancés. Si l’on considère les chiffres des recettes et aussi de la rentabilité, il semble que vos chiffres historiques aient été modifiés. Cela est-il dû à des changements comptables ? Et si oui, quels types de changements ont été pris en compte ? En outre, je pense qu’en ce qui concerne les bonnes performances de ce trimestre, l’une des raisons que vous avez mentionnées est que pour vos coûts, vous avez pu atteindre une meilleure efficacité. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur ce que cette efficacité en matière de coûts représente réellement ?

La deuxième question que j’ai concerne votre activité globale dans le domaine des batteries pour VE. Il y a eu des reportages sur le fait que Tesla a fait plus de progrès en construisant ses propres batteries internes ou des batteries internes plus récentes. Y a-t-il donc des informations que vous avez partagées au sein de l’entreprise sur ce développement ? Et en ce qui concerne ce client, quel type de risques pensez-vous que cette nouvelle batterie représenterait par rapport à l’opportunité qu’elle représenterait pour l’entreprise ?

Hyun-suk Yoon

Je peux donc peut-être répondre à votre première question. Je suis Yoon Hyun-suk du département IR, et cela concerne les changements comptables qui ont eu lieu. La raison principale en est que nous avons une activité abandonnée. Donc, si l’entreprise a cessé ses activités, nous essayons de nous assurer qu’avec les données historiques, vous pouvez faire une comparaison entre des pommes et des pommes. Ainsi, pour les données des deux dernières années, nous ajustons les activités abandonnées en fonction de nos performances passées. Nous avons donc abandonné l’activité des substrats en verre, et c’est la raison pour laquelle les chiffres de 2018 et 2019 ont été retirés de cette activité – des chiffres historiques en termes de revenus et aussi de bénéfices d’exploitation. Cela a donc été appliqué rétrospectivement à ces années. Cependant, si vous regardez le niveau de revenu net, ces chiffres restent les mêmes. Mais en ce qui concerne le chiffre d’affaires, par exemple, si vous regardez l’année fiscale 2019, cela représenterait une diminution d’environ 110 milliards de wons sud-coréens (KRW). Donc, pour plus de détails sur les ajustements qui ont réellement eu lieu, nous pensons qu’une fois que notre processus d’audit global sera terminé, à la mi-mai, nous disposerons d’un rapport annuel dans lequel les détails seront présentés pour votre référence.

Représentant d’une société non identifiée

Et je peux peut-être ajouter à la question que vous avez posée sur le type d’activités rentables que nous avons entreprises. Je suis Park Chong Wook de l’entreprise Advanced Materials. Au cours du premier trimestre, l’une des activités que nous avons entreprises a consisté à examiner le nombre d’unités de gestion des stocks ou de numéros d’article que nous avions, à identifier celles qui étaient peu efficaces et à essayer de rationaliser certaines d’entre elles. Il y a donc eu une certaine restructuration du nombre d’unités de gestion des stocks. En outre, dans les domaines où nous avons constaté un excès de coûts, nous avons mis en place une activité ou un programme à coût F au sein de l’entreprise pour réduire les coûts. C’est donc un effort que nous allons poursuivre au cours du deuxième trimestre afin que nous puissions, d’un point de vue structurel global, accroître la compétitivité de notre entreprise.

Représentant d’une société non identifiée

Et peut-être que je peux parler de la deuxième question sur Tesla et le développement interne de batteries qu’ils prévoient. Voici Hong Su Jeung, de l’entreprise Energy Solutions. Tout d’abord, je dois commencer par dire qu’il nous est très difficile de faire des commentaires spécifiques sur un client particulier dans le passé. Je dois dire que nous vous prions de comprendre notre position dans ce domaine. En ce qui concerne votre question, ce que nous pouvons dire, c’est que pour l’ensemble du secteur des batteries pour VE, comme la demande globale du marché continue à augmenter dans l’espace du marché, nous constatons que certaines entreprises essaient de développer leurs propres batteries dans ce domaine. Nous continuons donc à suivre de très près cette évolution et nous avons notre propre connaissance du marché, mais – et c’est là que ça se passe – c’est quelque chose auquel nous prêtons beaucoup d’attention.

Et je pense que du point de vue de l’entreprise, ce que nous pouvons dire, c’est que le secteur des batteries est pour nous un secteur dans lequel nous sommes engagés depuis deux ou trois décennies. Nous disposons donc de notre propre technologie fondamentale et exclusive. Nous avons beaucoup de technologie pour les processus, et nous avons accumulé un savoir-faire et une expertise considérables au cours de cette période. Je pense donc qu’en termes de chimie de nos batteries, nous avons un point de différence, que ce soit pour la longévité des batteries en termes de distance parcourue, que ce soit pour le côté charge ou que ce soit pour la charge rapide, les caractéristiques générales. Je pense que sur tous ces différents points, il y a des points de différenciation que nous avons pu atteindre. Et c’est pourquoi nous continuons à fournir une offre très forte dans l’espace de marché. En outre, du côté de la transformation ou de la fabrication, nous avons également l’automatisation et beaucoup d’efficacité de production que nous avons pu réaliser en termes d’augmentation de notre productivité. Et il va sans dire que cet effort se poursuivra à l’avenir. Ainsi, à l’avenir, nous pensons que le marché et nos clients reconnaîtront la différence – la différenciation – la différence de valeur que nous continuons à leur offrir.

Opérateur

La prochaine question est Parsley Ong de JPMorgan.

Rui Hua Ong

Voici Persil de JPMorgan. J’ai deux questions concernant votre division de batteries pour VE. La première question est que la Chine a récemment prolongé de deux ans la politique de subvention des batteries pour VE. Quel impact pensez-vous que cela aura sur votre activité ? Par exemple, y a-t-il des modèles que LG Chem fournit en Chine et qui devraient bénéficier de subventions pour les batteries de VE ? Et dans l’ensemble, observez-vous une forte pression de la part des équipementiers pour renégocier les contrats ou baisser les prix ? Et vous venez de mentionner que vous vous attendez à ce que la marge opérationnelle d’Energy Solutions soit à un chiffre près, mais plus précisément, quelles sont vos perspectives de marge opérationnelle pour les batteries de VE au deuxième trimestre, au deuxième semestre et au cours des trois prochaines années ?

La deuxième question concerne votre plan d’expansion des capacités. Vous venez de mentionner que vous réduisez vos dépenses d’investissement pour 2020. Pourriez-vous — cela vient-il de votre division de batteries pour VE en Chine ? Et pourriez-vous nous donner une mise à jour de vos plans d’expansion de capacité, y compris votre joint-venture Geely ? [Foreign Language]

Représentant d’une société non identifiée

Je peux donc peut-être répondre à vos questions une par une. Je peux peut-être répondre d’abord à votre question sur l’impact que devraient avoir les annonces de la Chine de prolonger de deux ans ses subventions. La deuxième partie dont je parlerai serait l’orientation globale de la rentabilité pour le deuxième trimestre et le deuxième semestre. Et enfin, je peux peut-être répondre à votre question sur ce que seraient nos plans d’expansion des capacités pour la Chine et en général.

Donc, pour parler d’abord de la question des subventions, comme vous l’avez mentionné, la Chine a pris la décision de prolonger les subventions pour deux ans. Et nous pensons que si nous examinons l’impact sur le marché, il est vrai que récemment, la demande de VE a légèrement baissé en Chine. Toutefois, à moyen et long terme, nous pensons qu’elle va continuer à croître. Et nous pensons que les récentes annonces du gouvernement chinois auront une influence positive sur l’ensemble du marché. Ainsi, comme cela a déjà été annoncé, certaines voitures qui utilisent nos batteries ont été incluses dans la liste des modèles éligibles pour les subventions. Nous pensons donc qu’avec cela, en plus, pour l’ensemble des équipementiers étrangers, la réglementation à leur égard ou l’attitude générale que le gouvernement chinois a eu dans le passé s’assouplit. Je pense donc qu’en soi, cela représentera plus d’opportunités pour notre entreprise à l’avenir, non seulement pour les modèles qui ont été inclus dans la liste récemment, mais aussi à moyen et long terme. Pour la Chine dans son ensemble, nous continuerons à essayer d’élargir nos opportunités commerciales sur ce marché.

Et peut-être pour passer à la deuxième question, qui porterait sur les marges globales au deuxième trimestre et au deuxième semestre et sur les orientations à cet égard. Pour le deuxième trimestre, comme nous l’avons dit, pour le chiffre d’affaires, nous pensons qu’il y aura une augmentation. Si nous examinons l’impact de COVID-19 en particulier, nous pensons que cela aura une plus grande influence au deuxième trimestre qu’au premier trimestre. Donc, bien que nous pensions que le deuxième trimestre verra une amélioration de nos niveaux de marge, nous pensons que le niveau de celle-ci sera limité. Cependant, une fois encore, dans les trois différents domaines de notre activité de batteries, nous pensons que les livraisons continueront à augmenter. De plus, nous constaterons une amélioration du rendement dans des usines comme celle de Pologne. Par conséquent, nous pensons que les marges du deuxième trimestre seront meilleures que celles du premier trimestre. Pour le second semestre, comme nous l’avons mentionné, nos prévisions initiales de marge se situaient dans la moyenne à un chiffre. Et maintenant, nous nous intéressons aux chiffres inférieurs à un chiffre. Et je pense que cela représente ce que nous verrons – que nous nous attendons à une amélioration progressive des niveaux de marge globale d’un trimestre à l’autre tout au long de l’année. Cela signifie donc que nous pensons que le deuxième trimestre, bien que léger, sera meilleur que le premier. Et ensuite, au troisième et au quatrième trimestre, nous pensons que la rentabilité globale s’améliorera tout au long de l’année, de sorte qu’à la fin de l’année, nous atteindrons le faible nombre à un chiffre dont nous avons parlé précédemment.

Donc, juste la dernière partie de la question, qui concernait notre plan d’expansion des capacités, en se concentrant sur la Chine. À court terme, en raison de la situation de COVID-19, pour notre capacité globale en Chine, il y a eu quelques légers retards que nous avons connus à cause de COVID-19, mais nous ne pensons pas que cela entraînera un retard global. Donc, comme nous l’avons déjà mentionné, nous prévoyons de nous tenir à 100 gigawattheures pour cette année et à 120 gigawattheures pour l’année prochaine. Donc, pour ces plans de capacité, il n’y a pas de changement sur une année complète. Et en Chine, nous avons non seulement les extensions de capacité que nous avons dans la région de Nanjing, mais nous avons aussi une JV que nous avons formée avec Geely. En ce qui concerne le calendrier en lui-même, il n’y a pas de grands changements que nous attendons pour l’usine de production commerciale.

Opérateur

La dernière question est celle de Hoonsik Min du Crédit Suisse.

Hoonsik Min

Il y a deux questions que je voudrais vous poser. Premièrement, pour le second semestre, quels sont vos plans de financement ? Avez-vous d’autres plans pour lever davantage de fonds au cours du second semestre ? Et en plus de cela, vous êtes en train de vendre votre entreprise de polariseurs. Pouvez-vous nous donner des informations actualisées sur cette vente ?

Le jeune Suk Lee

Voici donc Young Suk Lee, du département de planification des affaires. Je peux peut-être répondre à cette question. Si nous parlons du premier trimestre, comme nous l’avons déjà mentionné, nous avons effectivement levé environ 2 700 milliards de wons sud-coréens de dette au cours du premier trimestre. Puis, en avril, nous avons levé 700 milliards de KRW supplémentaires. Fin avril, nous étions donc à 3 400 milliards de wons sud-coréens pour cette année. En plus de cela, nous avons également vendu certains actifs non essentiels. Et grâce à cette vente, nous avons pu générer environ 400 milliards de KRW supplémentaires. Au deuxième trimestre, nous avons des échéances qui viendront à échéance. Cela représente environ 600 milliards de wons sud-coréens (KRW). Donc, pour le second semestre de l’année, le plan est de refinancer cet encours, et ce sont les plans que nous avons pour cette année.

Lun Cha

Voici donc Lun Cha, de Business Strategy. En ce qui concerne le secteur des polariseurs, nous sommes actuellement en discussion avec plusieurs parties pour trouver des alternatives stratégiques pour l’avenir. Veuillez comprendre qu’il s’agit d’un processus continu dont nous ne pouvons pas vous communiquer les détails.

Représentant d’une société non identifiée

Nous aimerions donc conclure notre conférence téléphonique sur les bénéfices pour le premier trimestre 2020. Nous savons qu’en raison de l’heure, tout le monde n’a pas eu l’occasion de poser des questions. Si vous n’avez pas eu l’occasion de le faire ou si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à contacter l’équipe des IR. Et encore une fois, pour tous ceux d’entre vous qui sont – qui ont participé, merci beaucoup.


Commencer à trader avec eToro