Notre dernier article sur le VIX a été publié le 4 décembre, dans lequel nous parlions d’une probable augmentation de l’indice de volatilité (voir l’article). Nous avions raison, tant du point de vue de la direction que du point de vue technique, puisqu’à cette époque, le VIX était aux alentours de 12-13 et qu’il est rare que l’indice reste aussi calme pendant une période prolongée.

Même s’il n’y a pas de nouvelles négatives à l’horizon, les investisseurs commencent toujours à rééquilibrer les options de vente et les options d’achat sur l’indice S&P 500 (SPY) et poussent ainsi inévitablement l’indice VIX à la hausse. Cependant, même dans nos rêves (ou cauchemars) les plus fous, nous ne pourrions pas envisager que le VIX dépasse le niveau de 80.

Le marché boursier, du moins les premières semaines, était certainement le meilleur des mondes, dans lequel les actions sous-jacentes ne se négociaient pas sur la base d’informations négatives ou même d’incertitudes. Le VIX à de tels niveaux ne pourrait être atteint que lorsqu’il y a un manque presque total d’informations.

Les niveaux de soutien du VIX à surveiller alors que l'indice S&P 500 recule à 3000

Cette période de “manque d’information” a duré du 19 février au 23 mars, lorsque le S&P 500 (et d’autres indices) a plongé d’environ 33%. Une fois de plus, les marchés n’ont été corrects qu’en ce qui concerne les actions, mais le niveau des erreurs d’évaluation était extrêmement élevé, puisque la valeur des entreprises ne peut pas baisser (par exemple) de 20 % un jour et augmenter ensuite de quelque 10 % le lendemain.

En outre, l’indice VIX a inévitablement souffert des fluctuations inhabituelles de l’indice S&P de 5 %+ dans les deux sens : plus d’un tiers des jours de mars ont enregistré de tels mouvements, le plus grand depuis la Grande Dépression (même septembre ou octobre 2008 n’ont pas approché en termes de nombre de jours avec de telles fluctuations).

Il y a eu plusieurs jours où les contrats à terme S&P, ainsi que ceux d’autres indices, ont atteint la limite maximale de baisse/hausse de 5 % pendant la nuit. En outre, à trois reprises, l’indice S&P 500 a chuté sous la barre des 7 % pendant les heures d’ouverture du marché, déclenchant une pause de quinze minutes. En fin de compte, il n’a fallu que 22 jours de bourse à l’indice pour chuter de 30 %. Le graphique ci-dessous juxtapose ce record aux trois précédents records des années 1930 :

Les niveaux de soutien du VIX à surveiller alors que l'indice S&P 500 recule à 3000Pendant ce temps, l’indice VIX a connu une croissance exponentielle de près de 300 % en quelques semaines, atteignant le pic intrajournalier de 85,47 le 18 mars. À ce moment-là, il devenait si insoutenable que même si l’indice S&P 500 continuait à monter, l’indice de la peur a en fait commencé sa descente progressive. Le 17 avril, il a clôturé à 38,15, soit moins de 55 % en dessous du pic.

Carte de Wall StreetLa question clé à l’heure actuelle est : et maintenant ? L’indice est toujours près de deux fois plus élevé que sa moyenne historique de 18-20 et à ~3 fois les niveaux pré-coronavirus de la mi-février. À notre avis, nous devons penser en termes de plusieurs niveaux de soutien.

Commençons par le haut :

VIX à 50 :

Il est très probable que VIX revienne sur ce niveau à court terme. Tout nouveau test significatif des valeurs les plus basses pourrait amener le VIX au-dessus de 50. Nous nous attendons à ce que cela se produise au moins plusieurs fois avant que l’indice de volatilité ne retrouve sa fourchette autour de sa moyenne historique.

Il suffit d’un pic d’environ 30 % pour atteindre 50 par rapport aux niveaux actuels, ce qui est loin d’être sans précédent : il suffit d’un événement négatif significatif, comme une lecture du PIB plus faible que prévu ou un pic soudain et inattendu dans les cas COVID-19. Le VIX à 50 n’est pas à craindre, selon nous : la revalorisation des niveaux les plus bas est un phénomène courant qui est nécessaire pour que la dynamique ascendante puisse finalement avoir lieu.

En outre, l’opinion dominante est que le marché a pris de l’avance au cours des dernières semaines : Le Wall Street Journal, par exemple, a récemment indiqué que l’intérêt à court terme pour le S&P 500 Trust (SPY) est à son plus haut niveau depuis janvier 2016. Nous pensons qu’il y a une probabilité de plus de 80 % de voir le VIX à 50+ au cours des 6 prochains mois.

VIX à 60 :

Il s’agit évidemment d’un scénario plus désagréable, qui peut résulter de plusieurs jours de routage du marché. Pour que cela se produise, il faut que Wall Street change d’avis : il faut passer d’un scénario de ralentissement temporaire à un scénario de promesses de récession à prolonger.

À notre avis, ce résultat nécessiterait un à deux mois ou plus de données pessimistes, ou une “deuxième vague” potentielle du coronavirus. Il existe un groupe de pessimistes sérieux du marché qui s’interrogent actuellement sur la sagesse du retour du marché : Un VIX supérieur à 60 donnerait à ce groupe une puissance de feu.

VIX à 70 :

À notre avis, tout niveau de VIX supérieur à 70 est une aberration qui n’est pas viable (comme les VIX inférieurs à 10, à l’autre extrémité du spectre). Par conséquent, ces niveaux ne devraient pas durer plus de quelques jours. Ils sont tellement déterminés par le sentiment que nous ne pouvons pas utiliser de variables fondamentales pour expliquer leur vitesse.

VIX à 40 :

Maintenant, redescendons. Le VIX à 40 est approximativement notre niveau actuel. À notre avis, il intègre deux des trois conditions nécessaires à une reprise future : 1) une réponse accommodante forte de la part de la Réserve fédérale et 2) un paquet fiscal solide. Dès que ces deux conditions sont devenues évidentes en mars, le marché a commencé à se redresser, le VIX ayant baissé d’environ 55 % pour atteindre les niveaux actuels.

VIX à 30 ans :

La différence entre les niveaux de 30 et 40 est fondée sur la troisième condition : la promesse d’une guérison et/ou d’un vaccin contre le virus COVID-19. Il ne doit pas s’agir d’une solution médicale facilement disponible, mais d’une attente solide. (Rappelons que la bourse est toujours tournée vers l’avenir et que tout est question d’attentes).

Une hausse de l’indice S&P d’au moins 5 à 10 % suivrait la concrétisation de ces attentes, ramenant le VIX à environ 30. Nous avons eu un avant-goût de ce à quoi pourrait ressembler ce rallye le 17 avril, après la fuite de certaines informations concernant le Remdesivir de Gilead, bien qu’il ne soit pas clair que ce rallye ait des chances de se concrétiser à ce stade.

VIX à 20 ans :

Encore une fois, il s’agit d’une moyenne historique pour VIX. Pour y parvenir, il faut que le marché boursier soit 1) en hausse ou en voie de l’être et 2) qu’une croissance positive du PIB se profile à l’horizon. Les deux sont clairement réalisables, puisque techniquement parlant, le S&P 500 n’est plus en territoire baissier) et il est possible (nous le situons à environ 30-40%) que l’économie rebondisse complètement d’ici fin 2020/début 2021.

VIX à 12h15 :

Enfin, la fourchette de 12 à 15 signifie que l’indice S&P 500 doit atteindre son précédent sommet de 3 393 et poursuivre sa dynamique de croissance à la hausse pendant au moins plusieurs points de pourcentage supplémentaires, pour atteindre très probablement 3 500+.

Cela signifierait que non seulement l’économie américaine récupère presque entièrement les pertes liées aux coronavirus, mais qu’elle retrouve également une croissance durable du PIB de 2 à 3 % par an. Un tel scénario est assez peu probable dans un avenir proche et nous lui attribuons une probabilité de 10 à 20 %.

Ne jamais dire jamais, mais nos attentes doivent être basées sur la réalité !

VIX et volatilité

Si c’est la première fois que vous entendez parler du VIX, sachez que ce ne sont pas des chiffres romains, mais l’acronyme qui signifie Volatility IndeX. Cet index est représenté par un chiffre, qui indique la volatilité du marché sur les 30 prochains jours.

Pour ceux et celles qui ne maîtrisent pas encore bien le langage économique, la volatilité du marché boursier indique les amplitudes de variation d’un actif financier. Plus cette dernière est élevée, plus l’actif est considéré comme volatile. Il est donc plus risqué d’investir sur ce type actif. Ainsi, plus le VIX est haut, plus les marchés financiers sont ce qu’on appelle “stressés”.

Si vous cherchez à savoir comment ce dernier est calculé, nous vous invitons à lire cet article sur le VIX pour mieux appréhender cet index. Vous comprenez ainsi aisément que grâce à cet index, un bon trader peut gagner des fortunes en quelques minutes seulement.
Vous avez peut-être déjà entendu dire, que tout s’achète et tout se vend.

Il est aujourd’hui possible de gagner de l’argent en achetant ou en vendant de la volatilité. Il s’agit de l’ETN (Exchange Traded Notes). Enfin et pour conclure, sachez que le VIX est également l’indice de la peur. Cet index est alors bien plus compréhensible par tous.

Commencer à trader avec eToro