La paire de devises CAD/JPY, qui exprime la valeur du dollar canadien par rapport au yen japonais, est l’un des croisements de devises les plus volatils, ce qui s’est avéré être le cas récemment. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution récente des cours du CAD/JPY, qui fait suite à une vente d’actions mondiales, ainsi qu’à un effondrement des prix du pétrole.

Vente de CAD/JPY contre actions et pétrole

(Graphique créé par l’auteur à l’aide de TradingView. Il en va de même pour tous les graphiques en chandelier présentés ci-après.)

Le CAD/JPY est illustré à l’aide de chandeliers quotidiens, tandis que la ligne bleue représente les prix des contrats à terme du S&P 500 (une approximation de la performance des actions américaines) et la ligne rouge représente les prix du pétrole brut WTI.

La volatilité rapide à la baisse a entraîné une chute du CAD/JPY, qui est passé d’un peu moins de 85 à un peu moins de 74 en moins de trois semaines (soit une baisse d’environ 13 %). Les exportations de pétrole sont importantes pour le Canada, comme le montre le graphique ci-dessous qui illustre certaines des principales catégories d’exportation du pays.

Catégories d'exportation canadiennes

(Source : L’Observatoire de la complexité économique)

Une réduction de la valeur des principales exportations affecte négativement les termes de l’échange d’un pays, c’est-à-dire le prix relatif des exportations par rapport aux importations (le rapport entre les prix des exportations et ceux des importations). Les termes de l’échange d’un pays indiquent la quantité d’importations qu’une économie peut acheter par unité de biens exportés. Si la valeur du pétrole baisse, les termes de l’échange du Canada diminuent, ce qui peut exercer une pression directe sur le dollar canadien.

En outre, étant donné que l’industrie pétrolière est importante pour l’industrie canadienne et, par conséquent, pour l’économie nationale (y compris les indicateurs macroéconomiques : emploi et inflation), une réduction des prix du pétrole peut menacer un nombre important d’emplois dans le pays. En effet, la production de carburant et d’électricité (c’est-à-dire l’industrie énergétique du pays, y compris la production de pétrole et de gaz conventionnels) a contribué à environ 10 % du PIB canadien en 2012 (voir ci-dessous).

PIB du Canada

(Source : Échange d’énergie)

Il est naturel que le dollar canadien s’affaiblisse en raison de la baisse des prix du pétrole, et malheureusement, le pétrole brut WTI (qui sert de substitut au marché pétrolier nord-américain) reste dans le marasme autour de 20 dollars le baril. Cette forte baisse est due à la crise COVID-19, car les interventions gouvernementales consistant en un verrouillage des entreprises et en une distanciation sociale des consommateurs individuels ont entraîné une forte diminution de la demande de carburant.

Comme pour le graphique des prix au début de cet article, voici un graphique du CAD/JPY par rapport à l’indice brut canadien (illustré par la ligne rouge). L’indice du pétrole brut canadien sert de référence pour le pétrole produit au Canada.

CAD/JPY contre l'indice brut canadien

Il sera extrêmement difficile pour le dollar canadien de se redresser si les prix du pétrole restent bas. Pour l’instant, nous devons nous attendre à voir le dollar canadien baisser par rapport aux monnaies à risque comme le yen. Le yen japonais se renforce car les investisseurs japonais se trouvent dans un environnement dans lequel il n’est plus logique d’étendre les fonds à l’étranger pour acquérir des actifs à risque comme les actions, ou même les obligations (puisque les taux mondiaux ont chuté).

Par conséquent, la situation macroéconomique devrait rester assez sombre à court terme, et de nouveaux creux pour le CAD/JPY sont probables avant que la paire ne puisse remonter sensiblement à la hausse. Il est également regrettable que la Banque du Canada ait effectivement eu le taux d’intérêt le plus élevé des pays du G10 au début de la crise. En réponse à la crise actuelle, les taux ont été réduits jusqu’à +0,25 %, contre +1,75 % entre janvier et mars 2020.

Ces réductions de taux d’intérêt représentent l’un des plus grands “deltas négatifs” des taux des banques centrales du G10, et par conséquent, l’attrait de détenir des dollars canadiens à haut rendement a disparu en même temps que la pression due à l’effondrement des prix du pétrole. Comme l’indique le graphique ci-dessous, tiré du rapport hebdomadaire de la Commodity Futures Trading Commission intitulé Commitments of Traders, les positions courtes spéculatives commencent à peine à se développer (les données hebdomadaires les plus récentes ont été publiées le 10 avril 2020).

CAD/JPY Positionnement à court terme

(Source : Investir.com)

Nous devrions nous attendre à ce que le dollar canadien continue de baisser par rapport au yen pour le moment, alors que la marée continue de descendre. Les opérateurs devraient attendre que le CAD/JPY se casse en dessous de ses récents plus bas niveaux avant de tenter d’atteindre un plancher. La volatilité à la baisse devrait continuer à être attendue.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro