Introduction

Énergie Husky (OTCPK:HUSKF) verse actuellement un très beau dividende de 0,50 dollar canadien par an, ce qui donne aux actions ordinaires un rendement actuel de 12,5 %, car le cours de l’action de Husky s’est effondré en raison des problèmes liés au COVID-19 sur les marchés financiers ainsi que de l’impact du virus dans le secteur du pétrole et du gaz. Bien que le dividende ordinaire puisse être menacé, les actions privilégiées offrent une option de repli intéressante.

GraphiqueDonnées par YCharts

Husky Energy est principalement cotée au Canada, à la Bourse de Toronto, sous le symbole HSE. La capitalisation boursière actuelle (à 3,98 dollars canadiens) est presque exactement de 4 milliards de dollars canadiens, et le volume quotidien moyen se situe au nord de 4 millions d’actions.

Husky Energy : Intégré verticalement et un monstre de trésorerie en 2019

Husky Energy est un grand producteur de pétrole avec un taux de production moyen de 290 000 barils d’équivalent pétrole par jour, qui termine l’année par un second semestre fort avec une production d’équivalent pétrole attribuable au nord de 300 000 bep/jour, culminant à 311 000 bep/jour au dernier trimestre de l’année. Environ un cinquième de la production provenait d’actifs offshore qui ont également eu les résultats les plus élevés en termes de rendement net par baril.

Source : rapport annuel 2019

La société a généré un revenu total de presque exactement 20 milliards de dollars canadiens au cours de l’exercice 2019 (ajusté en fonction des paiements de redevances, mais incluant les frais de marketing), ce qui s’est traduit par un EBIT négatif de 2 milliards de dollars canadiens. La raison principale de ce résultat est l’augmentation des dépenses de production (ce qui n’est pas une surprise étant donné le taux de production plus élevé), mais aussi l’amortissement et la dépréciation de 5,5 milliards de dollars canadiens. En regardant les notes de bas de page, il semble que cela ait été causé par une charge de dépréciation de 2,24 milliards de dollars canadiens dans la division en amont et une charge de 90 millions de dollars canadiens dans la division en aval, indiquant qu’un total de 2,32 milliards de dollars canadiens de dépenses étaient des charges de dépréciation non monétaires et c’est ce qui a poussé le revenu avant impôt dans le rouge.

Source : rapport annuel 2019

Grâce à un revenu fiscal différé, la perte nette est restée limitée à 1,37 milliard de dollars canadiens ou 1,40 dollar canadien par action.

Ce n’est en effet pas du tout satisfaisant, mais étant donné que les dépenses non monétaires (amortissements et dépréciations) ont été le principal responsable de la perte nette, les flux de trésorerie devraient être beaucoup plus importants.

Et en effet, Husky a fait état d’un flux de trésorerie d’exploitation de 2,97 milliards de dollars canadiens, qui comprend un investissement de 280 millions de dollars canadiens dans le fonds de roulement, mais exclut 233 millions de dollars canadiens de paiements de location et 177 millions de dollars canadiens de frais d’intérêt capitalisés. Sur une base ajustée, le flux de trésorerie d’exploitation s’élève à 2,84 milliards de dollars canadiens.

Source : rapport annuel 2019

Cela n’était pas suffisant pour couvrir les 3,4 milliards de dollars canadiens d’investissements, mais comme je l’expliquerai dans la prochaine section de cet article, ces 3,4 milliards de dollars canadiens d’investissements comprennent un certain nombre d’investissements de croissance, car le niveau des investissements de maintien est inférieur à 2 milliards de dollars canadiens par an. Ainsi, sur une base durable, Husky aurait eu un flux de trésorerie disponible positif de 840 millions de dollars canadiens, ce qui était plus que suffisant pour couvrir les 540 millions de dollars canadiens de dividendes sur les actions ordinaires et privilégiées.

COVID-19 laissera ses traces en 2020, et Husky réduit ses activités – la suspension du dividende est-elle la prochaine étape ?

Husky a fortement investi dans le nouveau projet offshore White Rose, qui sera un atout essentiel dans le plan de Husky visant à réduire son seuil de rentabilité (investissements de maintien + dividendes) ; le prix du baril de pétrole qu’il souhaite voir réduit à moins de 30 dollars américains par baril (sur la base du WTI) d’ici 2023 :

Source : présentation de la société

Le projet White Rose était achevé à 57% à la fin du mois de février, et Husky avait prévu de dépenser environ un demi-milliard de dollars pour le projet pétrolier offshore, situé à 350 kilomètres de Terre-Neuve, mais a maintenant suspendu les activités de construction en attendant que la situation financière s’améliore (la raison officielle de la suspension était le virus COVID-19 et la santé et la sécurité des employés, mais la réduction de plus de 500 millions de dollars canadiens en investissements par rapport aux engagements de 2020 est un bonus supplémentaire). La suspension de West White Rose fait suite à la suspension des activités de construction de la raffinerie de Superior qui était en cours de reconstruction (en partie financée par le produit des assurances) après un incendie.

Cela vient s’ajouter à un programme d’investissements déjà réduit. En mars, Husky Energy a décidé de réduire de 900 millions de dollars canadiens son programme d’investissements et a identifié 100 millions de dollars canadiens d’économies pour réduire ses sorties de fonds de 2020 d’un milliard de dollars canadiens. Le total des dépenses d’investissement a été réduit de 3,2 à 2,4 milliards de dollars canadiens à 2,3 à 2,5 milliards de dollars canadiens avec un impact minime sur la production de pétrole qui devrait diminuer de 5 à 7 % pour atteindre 275 à 300 000 bep/jour. Ce n’est guère un facteur négatif car la demande de produits pétroliers a de toute façon diminué et les raffineries ont été ajustées pour maximiser la production des produits les plus recherchés.

Source : communiqué de presse

Étant donné que les investissements de maintien sont estimés à moins de 2 milliards de dollars canadiens, Husky pourrait probablement réduire encore plus ses dépenses annualisées, pour les ramener au niveau de 2 milliards de dollars canadiens.

Source : présentation de la société

Étonnamment, Husky Energy n’a pas encore fait le point sur son dividende. Le dividende trimestriel actuel de 0,125 dollar canadien par action coûte à l’entreprise environ un demi-milliard de dollars canadiens par an et constituerait un élément de sortie de fonds facile à réduire pour diminuer encore les sorties de fonds. Il semble que Husky Energy ait mis en œuvre des plans de réduction/suspension du dividende en attendant et en espérant une hausse des prix du pétrole, mais il n’est pas impensable qu’une réduction du dividende soit annoncée lorsque Husky publiera ses résultats du premier trimestre à la fin de ce mois.

J’ai acheté la série 7 des actions privilégiées

Ainsi, bien que Husky Energy ait déjà pris des mesures pour réduire ses sorties de fonds de 1 milliard de dollars canadiens, il est très probable que la société aura encore des flux de trésorerie négatifs au prix actuel du pétrole (sans oublier que les performances financières des deux premiers mois de l’année seront relativement normales). Le dividende des actions ordinaires est donc en danger et je n’ai aucune raison d’investir dans les actions ordinaires (bien qu’une éventuelle réduction ou suspension du dividende puisse déjà être anticipée à l’heure actuelle).

Source : tmxmoney.com

Husky Energy possède quatre types d’actions privilégiées qui sont également négociées à la Bourse de Toronto. Après mûre réflexion, j’ai décidé d’ouvrir une position longue sur les actions privilégiées G, également appelées actions de la série 7

Source : fiche d’échange de l’auteur

L’action privilégiée de la série 7 a un rendement légèrement supérieur aux autres, même si vous tenez compte de la prochaine réinitialisation quinquennale. Examinons les conditions :

Source : rapport annuel 2019

Nous n’avons plus qu’un seul versement trimestriel à effectuer avant que le taux d’intérêt sur les actions privilégiées ne soit réinitialisé. Jusqu’en juin (il reste un paiement), les actions privilégiées de Husky ont un rendement de 4,6 %, ce qui signifie que le dernier paiement trimestriel de dividendes privilégiés sera de 0,2875 dollar canadien par action privilégiée.

Super. Mais ce qui sera plus important, c’est le nouveau taux d’intérêt qui sera fixé, en juin 2020, pour la période de cinq ans suivante. Ce taux est en fait relativement facile à calculer, puisqu’il correspond simplement au taux des obligations d’État canadiennes à cinq ans + 3,52 % de marge bénéficiaire.

Source : marketwatch.com

Le rendement actuel des obligations à 5 ans est d’environ 0,45 %, donc si le taux de l’obligation reste inchangé jusqu’en juin, nous pouvons nous attendre à un rendement de 0,45 % + 3,52 % = 3,97 %. Sur une valeur nominale de 25 dollars canadiens par action privilégiée, cela représente un nouveau dividende annuel privilégié de 0,9925 dollar canadien, divisé en quatre versements trimestriels de 0,248125 dollar canadien par action. Comme j’ai acheté mes actions privilégiées à 8,21 dollars canadiens, un dividende annuel de 0,9925 dollar canadien représente un rendement de 12,09 %. Ce chiffre est évidemment basé sur le rendement actuel des obligations d’État à 5 ans, qui peut encore changer (pour le meilleur ou pour le pire) d’ici à ce que le nouveau rendement soit bloqué en juin.

Thèse sur l’investissement

Bien que je prévoie que Husky Energy réduise le dividende de ses actions ordinaires, je reste confiant dans les actions privilégiées. Non seulement le paiement des dividendes privilégiés est lié au rendement des obligations d’État à cinq ans, ce qui signifie que le coût des dividendes des actions privilégiées est astronomiquement bas (2,2-4 %, ce qui est très faible pour ce qui est essentiellement un instrument de capitaux propres) et facilement abordable pour Husky Energy, mais les actions privilégiées sont également des actions privilégiées cumulatives : Même si Husky choisit de ne pas verser les dividendes trimestriels, elle devra compenser tous les paiements manqués avant de pouvoir verser un centime supplémentaire en dividendes sur les actions ordinaires. Et comme de nombreux actionnaires détiennent Husky en raison de son généreux dividende, je ne pense pas que Husky suspendra trop longtemps le dividende de ses actions ordinaires.

J’ai une position longue dans la série d’actions privilégiées 7 (qui se négocie sous le nom de HSE.PR.G au Canada) et je prévois d’ajouter une faiblesse supplémentaire. Même si le rendement des obligations d’État 5Y tombe à 0 %, le rendement sur une base d’achat de 8,21 dollars canadiens serait toujours d’environ 10,7 %.

Envisagez de rejoindre Idées européennes sur les petites entreprises pour obtenir un accès exclusif à la recherche pratique sur les possibilités d’investissement attrayantes axées sur l’Europe, et à la fonction de chat en temps réel pour discuter d’idées avec des investisseurs partageant les mêmes idées !

NOUVEAU à l’ESCI : un PORTEFEUILLE EUROPÉEN DE REIT dédié !

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s HUSKF PREFERRED SHARE SERIES 7. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Je n’ai aucune position dans les actions ordinaires de Husky Energy mais j’ai acheté les actions privilégiées.


Commencer à trader avec eToro