Heidrick & Struggles International, Inc. (NASDAQ:HSII) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 27 avril 2020 17h00

Entreprises participantes

Suzanne Rosenberg – Vice-présidente des relations avec les investisseurs

Krishnan Rajagopalan – Président et directeur général

Mark Harris – Directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Josh Vogel – Sidoti & Company

Kevin Steinke – Barrington Research

Tobey Sommer – SunTrust Robinson Humphrey

Kevin McVeigh – Crédit Suisse

Opérateur

Mesdames et Messieurs, merci d’être présents et de nous souhaiter la bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats de Heidrick & Struggles Q1 Fiscal Year 2020. Pour l’instant, tous les participants sont en mode écoute seulement. Après la présentation des orateurs, il y aura une session de questions-réponses. [Operator Instructions]

Je voudrais maintenant passer la parole à votre oratrice d’aujourd’hui, Suzanne Rosenberg, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Je vous en prie, allez-y.

Suzanne Rosenberg

Bonjour à tous et merci d’avoir participé à la conférence téléphonique du premier trimestre de Heidrick & Struggles 2020. Notre président et directeur général, Krishnan Rajagopalan, et notre directeur financier, Mark Harris, se joignent à moi pour la conférence d’aujourd’hui.

Nous avons publié nos diapositives du premier trimestre sur la page d’accueil des RI de notre site web à heidrick.com et nous vous encourageons à les consulter pour plus de contexte, mais nous ne ferons pas référence à des numéros de page spécifiques lors de nos commentaires d’ouverture.

Dans nos documents, nous faisons référence à des mesures financières non conformes aux PCGR qui, selon nous, donnent un aperçu supplémentaire de nos résultats sous-jacents. Un rapprochement entre les mesures financières conformes et non conformes aux PCGR se trouve dans la dernière annexe du communiqué. Dans nos remarques, nous ferons également des déclarations prospectives et vous demandons de vous référer au langage de la sphère de sécurité contenu dans notre communiqué de presse.

Krishnan, je te passe maintenant la parole.

Krishnan Rajagopalan

Suzanne, merci. Bonjour à tous et merci d’avoir pris le temps de vous joindre à notre appel. Avant de commencer et au nom de tous les membres de Heidrick, nous adressons nos meilleurs vœux à tous en ces temps difficiles et turbulents et nous espérons vraiment que chacun d’entre vous et vos familles restent en sécurité et en bonne santé. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les professionnels de la santé et les autres travailleurs de première ligne qui courent le plus grand risque dans cette lutte contre la pandémie. Nous faisons notre petite part en mettant en relation les entreprises qui ont un besoin urgent de travailleurs et celles qui ont malheureusement dû licencier des employés en congé.

Je suis fier de l’équipe de Heidrick, qui a su s’affirmer au cours de cette période sans précédent et continuer à servir ses clients dans un marché turbulent. Nous sommes convaincus que nous sortirons de cette période d’incertitude en bonne position pour aider nos clients à se remettre sur pied et à planifier l’avenir.

À l’occasion de l’appel d’aujourd’hui, je commencerai par passer en revue les résultats de notre premier trimestre, puis j’expliquerai comment notre entreprise réagit dans l’environnement actuel et comment nous sommes positionnés pour non seulement faire face aux incertitudes économiques actuelles, mais aussi pour en sortir plus forts.

Les principes sur lesquels nous avons construit notre entreprise ont permis à Heidrick de relever les défis des événements perturbateurs. Au cœur de notre entreprise et de notre culture, il y a une équipe de professionnels incroyablement engagés et dévoués qui se lèvent chaque jour pour servir nos clients.

Au cours du premier trimestre, notre équipe a obtenu de solides résultats malgré le début de la pandémie COVID-19 qui a débuté fin janvier et la fermeture de nos bureaux en Chine. Nous avons généré des revenus dans la moitié supérieure de notre fourchette d’objectifs et avons géré efficacement les dépenses tout en générant une forte croissance du résultat d’exploitation. Permettez-moi de souligner quelques mesures du premier trimestre par rapport à la période de l’année précédente.

Les recettes nettes sont en ligne avec les résultats records de l’année précédente, soit 171,6 millions de dollars. Le résultat d’exploitation a augmenté de 10,7 % et la marge d’exploitation a progressé de 100 points de base pour atteindre 10,6 %. Les frais généraux et administratifs en pourcentage des recettes nettes ont augmenté de 120 points de base pour atteindre 18,8 %. L’EBITDA ajusté a augmenté de 14,6 % et la marge EBITDA ajustée a augmenté de 180 points de base.

Nous avons terminé le premier trimestre avec 396 consultants en recherche et 70 consultants Heidrick, ce qui reflète nos promotions, notre recrutement stratégique et notre très faible rotation. Nous sommes extrêmement fiers de notre nouvelle catégorie de consultants qui ont prouvé leur capacité à fournir un service client exceptionnel, à générer une forte croissance et à renforcer la culture générale de notre entreprise. Ils servent nos clients en tant que conseillers de confiance et font également preuve d’un leadership fort au sein de notre entreprise, ce qui est un élément clé de notre culture gagnante et de notre succès continu.

Il est important que nous restions concentrés sur le travail au sommet des organisations et que nous continuions à favoriser une collaboration étroite entre nos entreprises de recherche de cadres et de conseil Heidrick afin de nous assurer que nous apportons le meilleur de Heidrick à nos clients.

Chez Heidrick Consulting, nous avons constaté une forte augmentation du chiffre d’affaires net au premier trimestre, en partie grâce à une importante mission de conseil qui s’appuie sur notre offre de laboratoire d’entreprise, qui crée un changement de comportement unique en modifiant les mentalités sur la façon dont les gens travaillent pour obtenir des résultats transformationnels et révolutionnaires.

Bien que les résultats du premier trimestre de Heidrick Consulting n’aient été que très peu affectés par les effets de la pandémie, nous prévoyons que cette activité sera plus fortement touchée au cours des trimestres suivants. Il est certain que notre équipe pivote rapidement pour créer de nouvelles idées de solutions numériques qui peuvent être livrées virtuellement pour aider à s’éloigner de la dépendance aux rassemblements physiques de personnes.

Pour l’avenir, les prochains trimestres seront difficiles sur le marché. En Amérique et en Europe, nous verrons la situation se détériorer avant de s’améliorer. Il est important de rappeler que la rencontre avec la pandémie a été forte sur le plan des fondamentaux des entreprises.

Sur le plan positif, nous avons déjà vu des poches d’Asie commencer à revenir à une tendance plus régulière. Nous savons que les conditions du marché finiront par s’améliorer, mais il est trop tôt pour prédire à quoi ressemblera réellement cette courbe. Néanmoins, nous sommes certains qu’à mesure que les conditions s’amélioreront, les besoins de nos clients en matière de solutions pour les talents seront plus importants que jamais.

En ces temps d’incertitude, nous nous concentrons sur quatre objectifs clés. Premièrement, assurer la sécurité et le bien-être de nos employés. Deuxièmement, continuer à nous aligner et à sortir de cette crise comme une seule et même entreprise. Troisièmement, faire tout notre possible pour aider nos clients pendant cette période difficile. Et quatrièmement, sortir de cette pandémie mondiale encore plus fort en tant qu’entreprise.

Notre premier objectif est de veiller à la sécurité et à la santé des employés. Avec des bureaux dans toutes les grandes zones géographiques du monde, nous avons rapidement adopté notre modèle de fonctionnement global pour répondre à l’évolution rapide des besoins et des préoccupations de sécurité de nos employés dans le monde entier. Notre équipe de crise mondiale travaille sans relâche depuis la mi-janvier pour préserver la santé et le bien-être de nos employés. Notre action est centrée sur le maintien de la sécurité des employés et la continuité des activités tout en soutenant nos clients.

Nos capacités informatiques nous ont permis de passer rapidement à des solutions d’accès à distance tout en préservant la cyber-sécurité, de fermer très tôt certains de nos bureaux en Asie et de passer à un modèle de travail à domicile et, début mars, nous sommes passés à un modèle de travail entièrement à distance dans le reste du monde.

Nous sommes maintenant de retour à Pékin, Shanghai, Hong Kong, Séoul et Copenhague et nous réfléchissons à la manière dont nous allons reprendre le travail en faisant de la sécurité de nos employés notre priorité absolue.

En ce qui concerne le deuxième objectif, continuer à s’aligner et à sortir de cette crise comme une seule entreprise. Même avant la pandémie actuelle, la perturbation s’était avérée être la nouvelle norme et continue à transformer radicalement le paysage des entreprises dans tous les secteurs et toutes les industries. Chez Heidrick, nous ne sommes pas à l’abri des perturbations et sommes en pleine transformation. Nous avons été les pionniers de la recherche de cadres lorsque notre entreprise a été fondée en 1953 et aujourd’hui, alors que nous continuons à innover et à construire pour l’avenir, nous avons déjà mis en place une plateforme de recherche entièrement numérique.

Vous m’avez entendu parler de notre plateforme client numérique Heidrick Connect et elle n’a jamais été aussi utile qu’aujourd’hui. Dans toute notre organisation, nous trouvons également de nouveaux moyens de nous réunir et de nous connecter virtuellement les uns avec les autres et, surtout, notre infrastructure informatique a été mise en place pour soutenir un environnement virtuel. Notre passage à un modèle de travail à domicile à la mi-mars s’est donc fait sans heurts.

Nos outils de communication numérique d’entreprise sont utilisés de différentes manières pour accroître la collaboration au sein de notre équipe interne et avec nos clients. Nous nous assurons des derniers développements liés à nos propres solutions et nous approfondissons la façon dont nous pouvons mieux servir nos clients, accélérer le rythme de l’innovation au sein de notre entreprise et alimenter nos futures opportunités de croissance.

Nous continuons également à aligner et à permettre la collaboration interentreprises entre la recherche et le conseil. Nous remportons d’excellents projets dans le monde entier, notamment des exercices de constitution de conseils d’administration et de planification de la relève, ainsi que des travaux de collaboration sur des évaluations liées à des fusions et acquisitions. Nous continuons également à voir une activité dans le monde du capital-investissement et des engagements transfrontaliers.

En ce qui concerne le troisième objectif, faire tout notre possible pour aider nos clients pendant cette période difficile. Le principal facteur de différenciation de Heidrick est l’attention que nous portons à la tête des organisations. Cette focalisation se traduit par de nombreuses caractéristiques positives de la demande sous-jacente, en particulier en temps de crise, et nous nous engageons à soutenir nos clients en tant que conseillers mondiaux de confiance.

Dans le contexte actuel de changement et d’incertitude constants, les dirigeants ont la capacité d’accélérer les performances de leur entreprise et de se transformer avec agilité. En mettant encore plus l’accent sur l’agilité, les clients identifient les lacunes en matière de compétences et les équipes de direction, ce qui apportera de nouvelles opportunités tant pour le conseil en leadership que pour la recherche de cadres supérieurs.

Nos équipes continuent de tirer parti de nos solutions éprouvées et distinctives, basées sur les données et la technologie, pour répondre de manière proactive et transparente aux besoins croissants de nos clients en matière de données dans ce monde virtuel. La puissance de notre personnel et de notre culture, associée à notre propriété intellectuelle et à notre solide plateforme numérique, nous place en bonne position pour obtenir des résultats. Nous avons déjà de nombreux projets que nous avons lancés et réalisés virtuellement, ce qui nous donne encore plus confiance dans notre capacité à opérer avec succès dans cet environnement. Nous nous préparons également à faire passer Heidrick Consulting Solution à un modèle entièrement virtuel.

Dans cet environnement, les clients sont également impatients d’entendre d’autres entreprises et d’autres secteurs d’activité parler d’une variété de questions, notamment des meilleures pratiques, des préoccupations et des différents scénarios pour le futur lieu de travail, entre autres. Au cours des dernières semaines, nous avons réuni des centaines de dirigeants de C-Suite dans le monde entier pour partager ces idées. Ces sessions ont généré un grand retour d’information et des opportunités d’engagement plus approfondi et nous nous réjouissons de continuer à fournir ce type de formulaires précieux à notre communauté de clients.

Nous avons également publié plusieurs documents de réflexion sur le leadership et la culture dans le contexte de la crise COVID-19, en donnant des conseils sur des sujets tels que la rencontre avec l’agilité, la planification d’urgence de la succession du PDG, le maintien des liens et de l’engagement des employés, l’innovation avec une main-d’œuvre répartie et la préparation de l’avenir, entre autres.

En ce qui concerne le quatrième objectif, en sortir encore plus fort en tant qu’entreprise. Alors que nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos clients en ces temps sans précédent, nous restons optimistes et pensons que les types de projets de transformation sur lesquels nous travaillons continueront à être des impératifs commerciaux forts pour nos clients. Nous restons concentrés sur la rétention de nos talents et nous continuons à investir dans nos capacités numériques et de données au sein de l’entreprise.

Nous poursuivons la formation et le développement en ligne, y compris la formation croisée entre le secteur de la recherche et Heidrick Consulting et, comme je l’ai mentionné, nous numérisons maintenant nos offres Heidrick Consulting. L’inclusion de la diversité, qui a été un sujet important, le sera encore plus lorsque nous sortirons de cette crise. Nous avons beaucoup investi dans ce domaine et nous lançons une pratique de D&I entre la recherche et le conseil. Nous avons récemment mené une enquête auprès de plus de 400 entreprises dans le monde entier et nous publierons nos résultats cette semaine.

J’aimerais également souhaiter la bienvenue à Laszlo Bock qui a rejoint notre conseil en avril dernier. Laszlo, le cofondateur et PDG de Humu, a également occupé le poste de vice-président directeur des opérations pour les personnes chez Google pendant une décennie. Sa grande expérience de l’exploitation des données et des technologies pour créer des solutions de capital humain axées sur les personnes nous sera très utile chez Heidrick.

En résumé, je voudrais être clair. Les défis auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent, mais nous sommes une entreprise forte et résistante, tant sur le plan stratégique que financier. Nous allons réussir à naviguer à travers les conditions mondiales actuelles défavorables en tirant parti de notre solide bilan, de notre position de leader sur le marché et de notre équipe de professionnels qui a fait ses preuves. Il est important de noter que les atouts que nous avons construits, notamment notre cadre propriétaire Infinity, Heidrick Connect et notre suite d’outils d’accélération, nous permettent de fonctionner de manière efficace et efficiente dans un monde de plus en plus numérique et virtuel. Malgré l’incertitude qui règne sur le marché, nous sommes convaincus que nous en sortirons encore plus forts en tant qu’équipe Heidrick.

Merci de vous joindre à nous et merci encore à nos équipes dans le monde entier pour tout ce que vous faites et nos remerciements les plus sincères à tous les héros en première ligne que nous devrions tous applaudir.

Permettez-moi maintenant de passer la parole à Mark pour qu’il nous donne des précisions sur le trimestre.

Mark Harris

Merci, Krishnan. Bonjour à tous ceux qui ont répondu à l’appel aujourd’hui et nous vous remercions de vous être joints à nous. Permettez-moi tout d’abord de vous dire que j’espère que vous êtes tous en bonne santé et que vos familles sont en sécurité en ces temps difficiles. Je vais modifier un peu la structure de mon appel. Comme d’habitude, je commencerai par un examen des résultats du premier trimestre, qui étaient clairement très solides, puis j’ajouterai à cela une plongée plus profonde dans la supervision au début du deuxième trimestre de 2020.

En examinant rapidement les chiffres du premier trimestre, nous avons constaté une autre grande réalisation en termes de revenus nets de 171,5 millions de dollars, qui se situe dans la moitié supérieure des prévisions que nous avons fournies fin février, dépassant le consensus et presque identique à notre revenu net record de 171,6 millions de dollars au premier trimestre 2019, même si nous avons constaté une perturbation importante de nos opérations en Asie en raison de la pandémie de COVID-19.

À taux de change constant, nos recettes nettes ont augmenté de 1 % et, selon toute mesure raisonnable, les réalisations de notre équipe au cours du premier trimestre ont clairement été une incroyable réussite. En ce qui concerne la recherche de cadres, les revenus nets ont diminué de 2,9 millions de dollars, soit 1,8 %, pour atteindre 155,5 millions de dollars. A taux de change constant, les revenus nets ont diminué de 1 million de dollars, soit 0,6 %. La région Amériques a augmenté de 1 % ou 1,4 % à taux de change constant, tandis que l’Europe a diminué de 1,4 % mais a augmenté de 0,8 % à taux de change constant.

C’est en Asie-Pacifique que nous avons constaté une baisse beaucoup plus importante de 13,3 % et, en monnaie constante, de 10,5 %, ce qui n’est pas surprenant étant donné l’impact de la pandémie sur cette région au premier trimestre. Comme l’a fait remarquer Krishnan, nous commençons déjà à voir des poches d’Asie revenir à des niveaux plus normaux en avril, ce qui est un signe positif et un modèle potentiel pour la façon dont nous prévoyons l’impact des marchés en Amérique et en Europe.

Nous avons également le plaisir d’annoncer la croissance des revenus nets de Heidrick Consulting de 20,6 % ou 21,2 % à taux de change constant. Cela montre une bonne traction au début de l’année et une fois de plus la forte croissance est en dépit des perturbations causées par la pandémie. À la fin du premier trimestre, nous avons constaté des tendances positives de confirmation, mais nous nous attendons à ce que celles-ci soient retardées pendant les commandes de shelter in place en Amérique, en Europe et, dans une moindre mesure, en Asie.

En ce qui concerne les salaires et les avantages sociaux, nous avons vu notre rémunération fixe s’améliorer de 0,4 million de dollars et notre rémunération variable augmenter de 0,6 million de dollars en raison de la rémunération conditionnelle liée à l’acquisition de 2GET. Les salaires et les avantages sociaux en pourcentage des revenus ont atteint 70,6 %, contre 70,4 % au premier trimestre de 2019. Les frais généraux et administratifs ont augmenté de 6,2 %, soit 32,2 millions de dollars, par rapport à l’année précédente, et ce grâce aux frais de déplacement et de représentation, aux taxes et aux licences et aux économies réalisées sur l’occupation des bureaux.

En pourcentage des recettes nettes, les frais généraux et administratifs se sont élevés à 18,8 %, contre 20 % au premier trimestre 2019, soit une amélioration de 120 points de base. Compte tenu de nos nouveaux schémas de travail, avec une plus grande partie de notre équipe travaillant à domicile, moins de déplacements et des attentes continues de notre stratégie numérique transformatrice, nous prévoyons des économies et des frais généraux et administratifs au cours des deuxième et troisième trimestres et des économies potentiellement plus importantes à plus long terme.

Je suis heureux d’annoncer que notre revenu d’exploitation au premier trimestre 2020 a augmenté de 10,7 % pour atteindre 18,2 millions de dollars. Les autres marges d’exploitation ont augmenté de 100 points de base pour atteindre 10,6 %, principalement en raison des réductions des frais généraux et administratifs dont il a été question. Cela a permis à notre EBITDA ajusté de croître de 14,6 % par rapport à la période précédente, pour atteindre 23,6 millions de dollars, et à la marge EBITDA ajustée de gagner 180 points de base pour atteindre 13,8 %.

Vous verrez une charge inhabituelle et d’autres revenus hors exploitation qui sont liés au plan de rémunération différée de Heidrick qui permet aux participants de différer un pourcentage de leur rémunération et à divers véhicules d’investissement. Nous devons évaluer ces actifs et passifs à leur valeur de marché. Compte tenu des performances boursières mondiales du premier trimestre, cela a eu un impact hors trésorerie de 3,9 millions de dollars lié à ce plan.

En ce qui concerne le bénéfice net, il s’est élevé à 8,7 millions de dollars au premier trimestre 2020 et le bénéfice dilué par action à 0,44 dollar. En comparaison, le bénéfice net était de 12,1 millions de dollars et le bénéfice dilué par action de 0,62 dollar au premier trimestre de l’année dernière. Cependant, comme je l’ai déjà indiqué, notre compte de résultat a été affecté par la charge hors trésorerie de 3,9 millions de dollars liée au plan de rémunération différée au premier trimestre, sans laquelle nous aurions eu un bénéfice net et un BPA plus élevés.

Compte tenu de nos performances au premier trimestre, notre conseil d’administration a approuvé et nous avons annoncé que nous verserons un dividende en espèces de 0,15 $ par action en mai pour tous les actionnaires inscrits le 8 mai. Ce dividende génère actuellement un rendement de près de 3 %, tout en dépassant les bons du Trésor et toute autre caractéristique du secteur.

Permettez-moi maintenant de passer au bilan. Comme vous le savez, en mars, nous avons utilisé de manière proactive 100 millions de dollars sur notre facilité de crédit renouvelable non garantie de 175 millions de dollars. Les emprunts effectués dans le cadre de la facilité de crédit renouvelable doivent arriver à échéance en octobre 2023 et, à moins d’un taux d’intérêt annuel d’environ 1,77 %. Nous avons fait appel à notre facilité uniquement par mesure de précaution et non en raison d’un besoin sous-jacent de liquidités, car nous voulions augmenter notre position de trésorerie pour saisir les opportunités que ce marché pourrait nous offrir.

Vous pouvez voir la procédure de tirage sur le bilan, qui ont été investis dans des placements très liquides, à court terme, principalement des bons du Trésor du gouvernement américain détenus sur un compte de dépôt auprès de différentes banques. Nous avons toujours été d’avis que notre facilité est principalement destinée aux acquisitions, ce qui n’a pas changé. Nous avons commencé le premier trimestre avec une trésorerie de 251 millions de dollars, contre 114,4 millions de dollars au 31 mars 2019. En excluant le tirage de 100 millions de dollars de la facilité de crédit, nous avons terminé le premier trimestre à 151 millions de dollars, soit une augmentation de 32 % par rapport à la même période l’année dernière.

Je suis heureux d’annoncer que nous avons terminé le trimestre avec 322 millions de dollars de liquidités, ce qui démontre la solidité de notre bilan. Nous pouvons le constater dans nos nombreux ratios de liquidité, tels que le ratio de liquidité immédiate (1,84), le ratio de liquidité générale (2,14) et le ratio de trésorerie (1,21). Tous ces éléments montrent que nous disposons de très fortes liquidités pour répondre à nos besoins actuels et futurs. Nous avons une dette nette négative car nos liquidités sont nettement supérieures à notre dette, tandis que notre facilité de crédit a une clause d’endettement ne dépassant pas le triple de l’effet de levier autorisé, ce qui équivaut à près de 300 millions de dollars de levier que nous pourrions potentiellement équilibrer.

Cependant, nous n’envisageons pas ce montant de dette pour le pipeline que nous envisageons, même si notre pipeline reste solide et aligné sur notre stratégie à long terme. Nous travaillons avec de nombreuses entreprises pour explorer des partenariats similaires à BTG, des acquisitions similaires à 2GET Brazil et des alliances similaires à des fournisseurs clés qui soutiennent nos initiatives.

Comme les pressions actuelles du marché persistent, nous nous attendons à ce que notre pipeline s’élargisse avec de futures possibilités d’améliorer notre modèle d’entreprise. Outre notre profil de liquidité solide et notre flexibilité financière, je pense qu’il est important de souligner que par rapport à la grande récession, beaucoup de choses ont changé dans nos activités. Nous sommes maintenant plus à même de mener nos travaux de manière numérique et sans interruption. Nous avons déplacé nos activités vers le cloud et protégeons nos données en conséquence. Nous avons réduit notre empreinte physique et nous utilisons la technologie depuis un certain temps déjà pour permettre à nos équipes de travailler à distance.

D’un point de vue financier, nous avons modifié la structure de nos frais d’exploitation fixes, qui représentent désormais 66 % du total de nos dépenses d’exploitation au premier trimestre 2020, contre 86 % dans le passé. Nos frais généraux et administratifs ont diminué au cours des dernières années et nous prévoyons que cette tendance se poursuivra.

Passons maintenant au deuxième trimestre et au-delà. Compte tenu de l’incertitude persistante due à la pandémie, nous pensons qu’il est prudent de s’abstenir actuellement de fournir des orientations financières pour le deuxième trimestre. Permettez-moi plutôt de vous donner quelques-unes des dernières tendances que nous observons au mois d’avril. En ce qui concerne les confirmations, nous constatons un retard d’environ 25 % en avril par rapport à la même période de l’année dernière, une tendance qui devrait se poursuivre à un rythme de baisse plus marginal jusqu’en mai.

Toutefois, nous nous attendons à des améliorations au cours des troisième et quatrième trimestres, à mesure que de plus en plus de pays ouvriront des sauvegardes pour les entreprises. En ce qui concerne les frais moyens, même si les confirmations ralentissent, nous constatons que nos frais moyens par recherche se maintiennent bien. Notre gamme de recherches continue de suivre le rythme de notre histoire pré-pandémique et nos équipes font un excellent travail dans la prestation de nos services.

En ce qui concerne nos missions en attente, nous constatons une augmentation significative de notre taux d’attente en avril, car nos clients font une pause pour évaluer la situation du marché, mais il est très important de noter que notre taux d’annulation reste à un niveau normal. D’après nos conversations avec nos clients, ils pensent que ces mises en attente seront des retards dans la recherche et non des annulations car ils ont encore besoin de temps pour exécuter leur stratégie, surtout en ces temps difficiles.

Sur la base de ces conversations avec les clients, nous pensons que cela conforte notre opinion selon laquelle le volume reprendra probablement plus tard dans l’année. En ce qui concerne notre taux d’achèvement, nous n’avons pas encore constaté d’impact significatif, ce qui signifie que nos clients continuent d’embaucher dans l’environnement actuel, ce qui est très important, tout comme le principal moteur de notre hausse. En fait, au premier trimestre 2020, les hausses ont été de 19 % supérieures à ce qui avait été prévu et se poursuivent tout au long du trimestre.

Toutefois, à mesure que les confirmations ralentissent et que notre retard de traitement du premier trimestre 2020 se transforme en confirmations ou en suspens, nous nous attendons à ce que les confirmations diminuent aussi progressivement.

En ce qui concerne Heidrick Consulting, qui propose des services nécessitant des rencontres en personne, nous avons commencé à voir certaines missions suspendues, mais elles n’ont pas été annulées non plus. Nos clients souhaitent vivement poursuivre les projets, surtout au vu des changements qu’ils constatent dans l’environnement de travail actuel.

Dans certains cas, nous sommes en mesure de les mener virtuellement et de continuer à éduquer le marché sur l’efficacité de la diffusion numérique. Veuillez comprendre que notre carnet de commandes pour le deuxième trimestre est très bien rempli, tant pour la recherche que pour Heidrick Consulting. Cela compensera donc partiellement la baisse de revenus attendue au deuxième trimestre, mais nous prévoyons que cette baisse pourrait être plus importante au troisième trimestre en raison des règles de reconnaissance des revenus. J’espère que cela vous aidera à comprendre ce que nous savons aujourd’hui.

En résumé, la solidité de notre bilan et de notre position de liquidité nous donne une grande confiance en cette période d’incertitude exceptionnelle pour continuer à mettre en œuvre la stratégie que nous avons lancée il y a deux ans. Il s’agit notamment de poursuivre organiquement notre voyage numérique pour améliorer encore ce que nous faisons aujourd’hui, grâce à une automatisation accrue et à la saisie d’informations plus précieuses, et aussi d’étendre nos plates-formes actuelles ; nous recherchons de nouvelles passes qui augmentent nos plates-formes actuelles et améliorent considérablement nos capacités de livraison à nos clients et augmentent la valeur pour les actionnaires.

Sur ce, nous serons heureux de répondre à vos questions. Opérateur, à vous.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator instructions]

Et votre première question vient de Josh Vogel avec Sidoti. Allez-y, je vous en prie.

Josh Vogel

Bonjour, les gars. Merci d’avoir répondu à mes questions et j’espère que vous et vos familles allez bien. Ma première question est la suivante : pouvez-vous nous dire quel a été le montant des primes versées au premier trimestre de cette année et me rappeler également ce qu’il en était l’année dernière ?

Krishnan Rajagopalan

Bien sûr, cette année, nous avons fait un commentaire selon lequel il s’agissait de 205 millions de dollars pour le premier trimestre et je crois que l’année dernière, c’était environ 175 millions de dollars, 185 millions de dollars pour le premier trimestre et un peu de temps.

Josh Vogel

D’accord. Super. Donc, lorsque nous pensons à la fois au côté exécutif et au côté conseil, quel pourcentage et quel type d’activité diriez-vous que l’on mène aujourd’hui de manière virtuelle ou à distance et que cela génère des revenus pour vous ?

Krishnan Rajagopalan

Toutes les recherches que nous avons lancées, nous avons entièrement transformé notre modèle de recherche en une modélisation virtuelle et nous l’avons fait en fait avant cette perturbation. Nous avons donc pu le faire. Nous poursuivons maintenant de cette manière. Nous sommes donc très opérationnels dans toutes les recherches que nous avons lancées et toutes les recherches sont menées, les entretiens ont lieu, les clients voient la présentation, etc. Nous poursuivons donc chacune de ces recherches dans un modèle virtuel, sauf celles qui étaient en suspens, comme l’a dit Mark.

Quelques-uns ont été mis en attente parce que les clients n’étaient pas prêts à poursuivre à ce moment-là. Nous les avons donc mis en attente, mais nous travaillons sur les autres en ce moment même.

Josh Vogel

D’accord. Super. Mark, vous avez fait des commentaires sur les G&A et vous avez fait un très bon travail en les réduisant en pourcentage des revenus. J’étais juste curieux de savoir si cela reflétait des actions trimestrielles liées de votre côté en réponse à COVID-19 ou s’il s’agissait simplement d’un nouveau rythme de fonctionnement auquel vous pensez pouvoir fonctionner lorsque les choses reviendront à la normale ?

Mark Harris

Non, je pense que ce que j’essaierais de faire, c’est de peindre deux tableaux différents sur ce Josh et d’ailleurs il est à 200 l’année d’avant en 205 l’année dernière. Pensons donc à deux choses : la première est le logement et le prix, et bien sûr, le fait que nous respections cela et que beaucoup de gens travaillent à domicile et que beaucoup de nos frais généraux et administratifs sont supprimés parce qu’il n’y a pas vraiment de voyages, etc. que nous aurions normalement.

Ainsi, les voyages et les divertissements diminuent. Certains de nos usages et installations, l’électricité, etc., sont en baisse à un point tel que vous vous en doutez. Je dirais que c’est une sorte de première voie. La deuxième voie est ce que nous appellerons potentiellement la nouvelle norme, c’est-à-dire la façon dont nous voulons réellement remodeler notre empreinte, la façon dont nous voulons remodeler la manière dont nous fournissons nos services si le réseau numérique prend vraiment son envol, pour ainsi dire, ce qui pourrait être très différent en termes de coûts d’exploitation, etc.

Krishnan et le reste de l’équipe se sont donc vraiment assis et ont réfléchi à la question et continuent d’évoluer dans notre processus, mais nous pensons que cela mettra à juste titre plus de pression à long terme sur les frais généraux et administratifs en tant que pourcentage en soi que toute forme d’expansion vers le haut.

Josh Vogel

D’accord. Super. Et juste un et je saute. Krishnan, vous avez fait un commentaire sur la baisse du chiffre d’affaires. Je me demandais si vous pouviez nous donner quelques chiffres concernant la recherche de cadres et le conseil. Compte tenu de cet environnement, dans quelle mesure est-il important de conserver vos consultants ? Envisagez-vous de modifier la composante fixe variable, la manière dont vous payez ces personnes ?

Krishnan Rajagopalan

Oui, alors laissez-moi vous parler de l’attrition, qui se situe dans la fourchette à un chiffre de l’attrition et nous sommes donc en bonne position. Nous avons travaillé sur nos processus de gestion des performances dans le passé. Le taux d’attrition est donc assez faible dans notre secteur d’activité en ce moment. C’est donc un bon endroit pour nous et nous essayons de conserver notre équipe. C’est donc une bonne chose — nous avons une structure de rémunération qui est de toute façon fortement basée sur la performance.

Donc, sur la base des performances de l’équipe, des revenus que nous générons, c’est ainsi que la formule de rémunération a fonctionné dans tous les domaines. Nous sommes donc assez à l’aise avec la structure de cette formule au moins.

Josh Vogel

D’accord. Super. Eh bien, merci encore et content d’entendre que vous allez bien tous les deux.

Opérateur

Votre prochaine question vient de Kevin Steinke, de Barrington Research. Allez-y, je vous en prie.

Kevin Steinke

Bonjour à tous. Vous avez donc parlé de voir des poches d’Asie commencer à se normaliser et vous avez en quelque sorte lié cela à ce à quoi pourrait ressembler un modèle à l’avenir, à mesure que les États-Unis et l’Europe se redressent. Le fait d’essayer d’avoir une idée de la normalisation de ces poches en Asie peut indiquer à quel point elles sont éloignées des opérations normales, de la capacité normale maintenant, juste pour avoir une idée de la rapidité avec laquelle un bureau ou une région peut se rétablir à mesure que nous avançons ?

Krishnan Rajagopalan

Je pense donc qu’il est encore trop tôt pour avoir les données réelles sur la montée en puissance de ces bureaux, car ils viennent juste d’ouvrir leurs portes au cours des deux ou trois dernières semaines pour nous aussi. Ce que nous pouvons ou je peux vous dire, c’est que le niveau d’énergie dans ces bureaux est élevé, que les entreprises commencent à revenir et qu’il y a certainement beaucoup d’autres conversations qui ont lieu et qui, selon nous, porteront finalement sur des projets supplémentaires.

Nous sommes donc sur la bonne voie pour essayer de voir cela et nous pensons que c’est une tendance positive, une énergie positive. C’est donc ce que nous imaginons qui va se produire aux États-Unis et en Europe également.

Kevin Steinke

D’accord. Je vous remercie pour cela et, au dernier trimestre, vous avez parlé de 5 à 10 millions de dollars de dépenses supplémentaires pour les investissements, alors que vous vous tournez vers l’avenir. Devrions-nous penser à ces investissements mis en attente comme une composante des G&A en baisse ou continuez-vous à penser à plus long terme et à chercher à faire ces investissements là où vous le pouvez ?

Krishnan Rajagopalan

Je vais le prendre en premier et peut-être que Mark vous pouvez aussi vous y mettre. Je pense que la façon d’y réfléchir est que ce que nous avons fait semble être un moment difficile, car nous avons présenté tous nos investissements pour l’année, nous les avons présentés par mois et ce que nous avons fait, c’est que nous avons déterminé ceux qui seront différents et donc certains que nous pourrions faire au début de l’année prochaine maintenant et ceux qui ne sont pas nécessairement stratégiques. Nous n’investirons donc probablement pas autant, mais nous avons encore des investissements très stratégiques qui continueront à être faits.

Nous continuons à prendre des décisions stratégiques en matière d’embauche, nous continuons à investir dans les laboratoires H. Nous continuons à investir dans certains projets technologiques clés que nous avons lancés pour continuer à faire avancer notre voyage numérique. Il y a donc des investissements clés que nous continuons à faire, mais il y en a plusieurs que nous pensons maintenant pouvoir remplacer, faire quelques autres choses différemment et nous les faisons aussi.

Kevin Steinke

D’accord. Bien, vous avez parlé du tirage sur la facilité de crédit et de votre lien avec le fait de vouloir capitaliser sur les opportunités, puis vous avez parlé du fait que les facilités sont principalement destinées aux acquisitions et vous voyez un bon pipeline. Je voulais donc mettre plus de couleur sur ce point si, dans ce contexte, vous voyez plus d’opportunités, des opportunités moins chères et si vous pensez que vous pouvez vraiment capitaliser sur certaines opportunités d’acquisition dans ce contexte de marché.

Mark Harris

On voit en quelque sorte trois types de tempêtes différentes se rencontrer, ce qui est intéressant. Je pense évidemment à la première, qui est l’ajustement de la valeur du marché que vous voyez sur le marché boursier. Les prix sont donc sous pression à la baisse et à la hausse. Je pense que la deuxième tempête est celle de la liquidité, qui est généralement très difficile sur les marchés des capitaux.

Nous avons donc vu qu’avec beaucoup de ce que le gouvernement essaie de faire, mais nous savons aussi que dans la communauté que nous planifions, la communauté du capital-risque et celle des services financiers, la tarification va être très chère. Vous pouvez donc avoir le troisième élément que vous connaissez et qui est en quelque sorte le point de départ de notre intervention, et dire : regardez, nous avons un plan très stratégique à long terme, nous parlons à beaucoup d’entreprises différentes.

Lorsque nous avons retiré ces 100 millions de dollars, c’était vraiment parce que nous étions dans une phase de discussions très fortes avec certains partenaires potentiels du pipeline et notre opinion était que nous ne voulions pas qu’ils soient suspendus en termes de problèmes de bilan que nous ne contrôlons pas. Nous ne voulions pas qu’il soit suspendu à des questions de bilan que nous ne contrôlons pas. C’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur le fait de l’avoir prêt à partir et c’est la raison pour laquelle nous avons appuyé sur la gâchette.

Je pense que pour répondre pleinement à votre question, cela va créer une opportunité vraiment intéressante à nouveau en termes soit d’accélération d’une stratégie à long terme, soit au moins de nous maintenir sur la voie que nous avons déjà empruntée dans ces conversations, mais le pipeline est cohérent. J’imagine qu’au cours des trois à six prochains mois, il va probablement s’élargir considérablement, simplement parce qu’il va attirer beaucoup de monde vers nous.

Kevin Steinke

D’accord. Merci. C’est utile et je suppose qu’il y en a un dernier ici. Vous avez parlé de l’importante mission de conseil réalisée au premier trimestre et de la façon dont cela a permis de tirer parti de votre offre de laboratoire d’entreprise. Je sais que vous vous attendez à ce que le conseil fasse une pause ici dans cet environnement, mais peut-être ne parlez-vous que de ce lien avec le laboratoire d’entreprise et quand les choses commenceront à se normaliser ou peut-être même dans ce monde virtuel, comment vous pouvez tirer parti de ce laboratoire d’entreprise dans vos missions de conseil et comment il a été utilisé au premier trimestre ?

Krishnan Rajagopalan

Laissez-moi le prendre. C’est Krishnan ici. C’est donc un bon exemple. C’est en fait l’une des offres que nous avons maintenant numérisées et nous allons la lancer ici au mois de mai avec ce client qui sera touché dans la deuxième phase des modèles virtuels. Ce n’est donc pas comme nous avons vendu ce projet, il n’a pas été mené de cette manière, mais nous avons trouvé comment le réaliser virtuellement.

Donc, ce genre d’offres continuera à réfléchir à la manière dont nous pouvons offrir cela, le numériser et en faire une offre virtuelle. C’est donc un excellent exemple d’offre que nous continuerons à proposer de cette manière.

Kevin Steinke

D’accord. Merci de répondre aux questions. Tous mes vœux de réussite pour les prochains trimestres.

Opérateur

Votre prochaine question vient de Tobey Sommer de SunTrust. Allez-y, je vous en prie.

Tobey Sommer

Je vous remercie. Pourriez-vous nous parler de la contrainte que vous utilisez pour gérer le compte de résultat dans un contexte de ralentissement et de baisse de la demande ? Gérez-vous en fonction d’un niveau de marge, d’un revenu par consultant et d’une sorte d’utilisation ? Quelle est votre approche ?

Mark Harris

Voici donc votre première approche, car j’ai déjà vécu plusieurs cycles. La première chose que vous voulez faire, Tobey, à mon avis, c’est de penser à ce qui se trouve devant vous, d’accord. Ce qu’il y a en 2021. Ce qu’il y a en 2022. Ce que tu ne veux pas faire, c’est que tu ne veuilles pas avoir la bonne taille pour le trimestre de demain. Vous voulez avoir la bonne taille pour ce qui se passera à plus long terme et c’est la première chose que nous faisons.

Nous prenons un avis sur la question, puis nous prenons du recul et nous faisons une évaluation en termes de frais généraux et d’autres types de dépenses et de ce qui en découle le plus logiquement. Donc, les leviers sur lesquels vous vous interrogez, je pense, c’est encore une fois que nous les examinons dans le cadre de nos conférences de conseil en matière de voyages, donc nous examinons strictement toutes sortes de choses en fonction de ce que nous pensons que cela va générer. Nous regardons ce que cela va faire à nos marges. Nous sommes convaincus que cela n’aura pas d’impact sur nos dividendes. C’est pourquoi nous avons augmenté notre dividende l’année dernière au premier trimestre.

Nous avons estimé que 0,15 dollar était viable, même pour des périodes comme celle-ci. Donc, en général, c’est vraiment ce sur quoi nous nous sommes concentrés. Je pense que comme beaucoup de gens sur ce marché, si le deuxième trimestre dépend à nouveau du fait que vous êtes une entreprise légitime et que vous savez que votre marge va être fortement impactée, vous ne pourrez peut-être pas éviter les effets négatifs sur la marge. Vous voulez vraiment vous concentrer sur ce qu’est le quatrième trimestre, sur ce à quoi ressemblera l’année 2021 et vous préparer à cela, et c’est ce que c’est en termes de deuxième trimestre, juste pour que les gens comprennent comment vous avez fait.

Krishnan Rajagopalan

Oui, laissez-moi juste ajouter, écoutez, je pense que dans nos scénarios, nous pensons que nous nous rapprochons de votre normale en 2021. C’est donc ainsi que nous pensons aux affaires, aux gens et à la culture. C’est notre atout numéro un et dans ce scénario, nous essayons de faire passer toute l’équipe Heidrick.

Bien sûr, nous faisons notre gestion normale des performances et ainsi de suite, comme nous le ferions de toute façon, et nous avons pris beaucoup de mesures prudentes qui, à notre avis, sont liées aux coûts. Nous ne faisons pas de remplacement, nous avons déplacé tout notre apprentissage et notre développement, ce qui est vraiment important pour une plate-forme virtuelle au fil du temps, et nous l’exploitons et nous avons mis en place, comme je l’ai mentionné, tous ces investissements et nous essayons de déterminer lesquels nous faisons maintenant, où nous avons un peu de capacité pour le faire d’une manière différente et nous avons pris tout cet excédent ou une partie de la capacité excédentaire que nous pouvons avoir et nous retirons actuellement des choses qui vont ensuite nous accélérer pour sortir de — de cette crise ainsi que de la formation sur l’informatique numérique sur le leadership, la culture, toutes ces sortes de choses. Voilà donc notre plan pour attaquer ce marché.

Tobey Sommer

D’accord. Y a-t-il des implications en termes de flux de trésorerie suite à l’interruption des recherches ?

Mark Harris

Cela dépend de l’étape à laquelle ils se trouvent dans le processus de retenue de garantie. Si nous pouvons évidemment prolonger un peu la période d’attente, comme ce fut le cas lors du dernier paiement, mais pour la plupart, les périodes d’attente qui se présentent sont celles qui ont déjà plus ou moins été payées et elles ne font que prolonger cette période ou la mettre en attente en ce moment. Et en disant : “Écoutez, nous ne voulons pas annuler, nous allons y revenir, et évidemment, cela a été payé. C’est donc un peu comme ça que nous voyons la situation actuelle.

Tobey Sommer

Si nous examinons l’entreprise non pas sous l’angle des confirmations, mais plutôt sous l’angle du recrutement des postes à la fin d’une recherche, y a-t-il des différences selon le niveau et le type de traitement – les recherches de PDG sont-elles vraiment terminées pratiquement au cours des six dernières semaines ou sont-elles différentes selon le niveau et la catégorie ?

Krishnan Rajagopalan

Oui, c’est probablement un peu différent selon le niveau et la catégorie. Mais nous avons tout vu. Je veux dire, nous avons vu des recherches que nous avons commencées et que nous avons terminées, qui sont des recherches de PDG où ils ont pu rencontrer la personne en cours de route. Je ne suis pas sûr que nous ayons déjà effectué une recherche de PDG de haut niveau de manière totalement virtuelle. Nous l’avons fait pour les directeurs financiers, ok complètement déjà virtuellement là où nous avons fait la recherche virtuellement, nous l’avons faite et avons remplacé le candidat de cette façon aussi.

Donc, au niveau des directeurs financiers, je sais que nous l’avons déjà fait et que nous l’avons fait dans le monde entier à ces niveaux. Mais aux niveaux inférieurs, j’imagine que c’est peut-être un peu plus facile, mais nos clients apprennent aussi. Je veux dire que ce sont des besoins urgents qu’ils ont. Et donc, ils s’adaptent. Nous avons beaucoup, beaucoup de clients qui modifient également leurs processus de recrutement et apprennent à tirer parti de la technologie pour savoir comment ils veulent procéder. Je dirais donc que ce cadran évolue rapidement.

Mark Harris

Oui, et la seule voix off que j’ajouterais à la remarque de Krishnan est que nous avons pris une sorte de taux d’achèvement pré-pandémique et nous l’avons examiné et comparé à la fin mars et avril et où — si vous êtes autour de cette moyenne, elle est en fait légèrement au-dessus.

Nous ne voyons donc pas cet impact. Et puis, pour ce qui est de l’autre point, parce que nous évoluons dans un contexte différent, les personnes qui ont un contrat de travail moyen restent là où elles sont, et j’ai fait un commentaire à ce sujet, on n’a pas l’impression que cela a un impact. Sinon, nous aurions assisté à un changement très spectaculaire du montant moyen des honoraires. Il semble donc, mathématiquement parlant, que nous maintenons à peu près le cap.

Tobey Sommer

D’accord. Parmi les bureaux qui ont rouvert après une période de fermeture, y a-t-il des leçons particulières à tirer et quelles sont celles qui ont le mieux réussi à relancer l’activité des entreprises ?

Krishnan Rajagopalan

Oui, je pense, comme je l’ai déjà dit, qu’ils sont en quelque sorte au début de ce jeu, c’est-à-dire dans les deux ou trois semaines. Je pense qu’il y a beaucoup de leçons que nous apprenons sur la façon d’ouvrir un bureau ou de le gérer ; nous échelonnons les équipes dans certains cas pour créer l’espacement approprié, les protocoles de nettoyage, je veux dire, toutes sortes de choses pour donner de la sécurité et pour donner du confort aux gens aussi.

Il y a donc des différences géographiques entre les normes culturelles de l’Asie et la façon dont elle fonctionne là-bas, et certains modèles. Je n’ai donc pas encore de données que je pourrais partager avec vous à ce sujet, mais je pense que nous avons beaucoup appris sur la façon d’ouvrir des bureaux en toute sécurité.

Opérateur

[Operator Instructions] Et votre prochaine question vient de Kevin McVeigh du Crédit Suisse. Allez-y, je vous en prie.

Kevin McVeigh

Super, merci. Encore une fois, j’espère que tout ira bien. Hé, et juste un commentaire sur les effectifs de l’Executive Search et de Heidrick Consulting, il semble qu’ils aient augmenté d’une année sur l’autre au premier trimestre. Avez-vous pris des mesures dans ce domaine ou prévoyez-vous de le faire ? Et j’imagine que vous n’avez qu’une idée de ce que cela représente en termes de coûts, compte tenu de l’environnement dans lequel nous évoluons ?

Krishnan Rajagopalan

Oui, Krishnan — écoutez, comme je l’ai dit dans ce scénario que nous modélisons et comme nous voyons où nous allons — nous prévoyons un deuxième trimestre difficile qui s’accélère un peu vers la fin du troisième trimestre, le quatrième trimestre devant être en hausse et se rapprocher de la normale en 2021 selon ce scénario à l’heure actuelle. Nous essayons de faire passer tout le monde au travers et nous pensons que, comme je l’ai dit, les gens et la culture sont le premier atout des entreprises de services professionnels.

C’est donc ce que nous essayons de faire. Et bien sûr, comme je l’ai déjà dit pour la normale, il y aura toujours une gestion des performances que nous faisons. Mais au-delà de cela, c’est la façon dont nous y pensons. Entreprise de services. C’est donc ce que nous essayons de faire. Et bien sûr, comme je l’ai déjà dit pour la normale, il y aura toujours une gestion des performances que nous faisons. Mais au-delà de cela, c’est la façon dont nous y pensons.

Kevin McVeigh

C’est utile. Et puis Krishnan ou Mark, est-il juste de dire que le genre de baisse de 25% des confirmations — je sais que vous ne donnez pas de directives explicites. Mais vous attendriez-vous à ce que les recettes soient en quelque sorte supérieures ou inférieures à cette fourchette de 25 %, comme vous le pensez pour le deuxième et le troisième trimestre ?

Krishnan Rajagopalan

Je veux dire que c’est la complexité, n’est-ce pas ? Comme je l’ai dit dans les commentaires lorsque nous avons ouvert, nous avions 25 % à l’heure actuelle, je m’attends à ce que cela diminue encore et à ce que nous arrivions en avril, excusez-moi, et en mai. Vous avez le retard accumulé avec la comptabilisation des recettes.

Cela va toujours faire un peu de bruit, donc tant que je ne connais pas l’ampleur et la performance de l’arriéré, il m’est très difficile de vous dire si ce sera 25%, 30% ou 10%. C’est juste que… beaucoup de choses peuvent arriver, et puis bien sûr, il y a le mois de juin, dont je n’ai pas encore conscience en ce qui concerne les performances qui se dessinent. C’est donc ce qui rend les choses si compliquées.

Kevin McVeigh

Oui, je comprends. Et puis Krishnan, ma dernière question, vous avez parlé de l’émergence d’une force. Quels seraient les trois domaines sur lesquels vous vous concentreriez pour positionner Heidrick au moment où vous en sortirez plus fort ?

Krishnan Rajagopalan

Oui, je pense qu’il y a quelques domaines dans lesquels nous travaillons aujourd’hui, mais je pense qu’il faut aider les entreprises dans leur transformation numérique. Je pense que c’est un domaine dans lequel nous devrions être encore plus impliqués. Je pense qu’il y aura un certain roulement à la suite de tout cela au niveau des C-Suites et du conseil d’administration, donc continuer à travailler au sommet. Et ensuite, aider les organisations à sortir plus rapidement de cette crise. Je pense que ce sont là les trois domaines dans lesquels nous continuerons à travailler.

Kevin McVeigh

Super, merci.

Opérateur

[Operator Instructions] Il n’y a plus de questions par téléphone pour le moment. Je renvoie l’appel aux présentateurs.

Krishnan Rajagopalan

Super. Merci à tous de vous joindre à notre appel aujourd’hui. Je tiens à répéter que nous espérons que vous et vos familles resterez en sécurité et en bonne santé. Un grand cri et merci à l’équipe Heidrick. Ecoutez, bien qu’il y ait de l’incertitude sur ce marché, ce dont nous sommes conscients, nous sommes également très confiants dans le fait que nous allons sortir forts de cette équipe Heidrick. Merci à tous.

Opérateur

Ceci conclut la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Merci de vous être joints à nous. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro