Genesco Inc. (NYSE:GCO) T1 2021 Earnings Conference Call 9 juin 2020 8:30 AM ET

Entreprises participantes

Dave Slater – VP FP&A & IR

Mimi Vaughn – Présidente et directrice générale

Mel Tucker – Directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Steve Marotta – CL King & Associates

Janine Stichter – Jefferies

Mitch Kummetz – Recherche fondamentale

Sam Poser – Susquehanna

Jonathan Komp – Baird

Opérateur

Bonjour à tous et bienvenue à la conférence téléphonique du premier trimestre de l’exercice 2021 de Genesco. Pour rappel, l’appel d’aujourd’hui est enregistré. Je voudrais maintenant passer la parole à Dave Slater, vice-président de FP&A et des relations avec les investisseurs. Allez-y, s’il vous plaît.

Dave Slater

Merci, Savannah et bonjour à tous et merci de vous joindre à nous ce matin pour discuter des résultats du premier trimestre de l’exercice 2021. Je suis accompagné aujourd’hui par Mimi Vaughn, notre président et directeur général, et Mel Tucker, notre directeur financier.

Les participants à l’appel s’attendent à faire des déclarations prospectives. Ces déclarations reflètent les attentes des participants à la date d’aujourd’hui, mais les résultats réels pourraient être différents. Genesco vous renvoie à la publication des résultats de ce matin et aux dépôts de la société auprès de la SEC, y compris le dernier dépôt de 10 000 $ pour certains des facteurs qui pourraient causer des différences par rapport aux attentes reflétées dans les déclarations prévisionnelles faites au cours de l’appel d’aujourd’hui.

Les participants s’attendent également à faire référence à certaines mesures financières ajustées pendant l’appel. Toutes les mesures financières non GAAP mentionnées dans les remarques préparées sont rapprochées de leurs homologues GAAP dans les pièces jointes au communiqué de presse de ce matin et dans les annexes disponibles sur la page d’accueil de la société sous la rubrique “Investor Relations” dans la section des résultats trimestriels.

Je tiens à rappeler à tous que nous avons publié une présentation résumant nos résultats, qui est accessible sur notre site web. J’aimerais maintenant passer la parole à Mimi.

Mimi Vaughn

Merci, Dave. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous aujourd’hui. Nous espérons que chacun d’entre vous et vos familles vont bien et restent en bonne santé. Beaucoup de choses ont changé dans le monde depuis notre dernier discours il y a quelques mois, alors que la pandémie COVID-19 a mis au défi Genesco et d’autres à bien des égards, et alors que nous nous efforçons de protéger notre population, nos clients et nos entreprises.

Avant de commencer, j’aimerais remercier l’équipe de Genesco pour l’incroyable ténacité et la résilience dont vous avez fait preuve en ces temps extraordinaires. Tout au long de la crise, notre personnel a fait preuve d’ingéniosité et d’efficacité pour nous permettre de mieux faire face à cette pandémie.

Notre société a entamé l’exercice 2021 avec un élan positif après 11 trimestres consécutifs de croissance des ventes de produits de consommation. Grâce au travail que nous avons accompli l’année dernière en créant une entreprise axée sur la chaussure et en nous appuyant sur le redressement de la rentabilité qui a débuté au cours de l’exercice 2019, nous sommes entrés dans la pandémie en position de force.

Chacune de nos entreprises a une position stratégique forte, fondée sur une compréhension profonde et en constante évolution du client qu’elle sert. La force de nos concepts et les avantages concurrentiels que nous avons intégrés dans nos positions de leader au fil du temps ont été évidents, puisque nos clients ont activement cherché à s’engager avec nous en ligne alors que nos magasins étaient fermés, et qu’ils sont retournés avec enthousiasme dans nos locaux physiques alors que nous avons rouvert nos magasins.

Pour en revenir à notre appel du quatrième trimestre, l’impact de COVID-19 à l’époque s’est limité à un certain ralentissement de la fréquentation des magasins, principalement dans les destinations touristiques du Royaume-Uni et d’Amérique du Nord et dans les magasins des aéroports.

La situation a rapidement changé, le nombre de cas signalés ayant rapidement augmenté, ce qui a amené le président à déclarer l’urgence nationale et de nombreux États à exiger la fermeture des entreprises non essentielles et l’hébergement des personnes chez elles.

Afin de préserver la santé de nos employés et de nos clients et en gardant à l’esprit leur bien-être, nous avons pris la décision de fermer temporairement tous les magasins d’Amérique du Nord à partir du 18 mars et tous les magasins du Royaume-Uni à partir du 23 mars. Nous avons également fermé les bâtiments de notre siège social à Nashville, à Montréal et en Écosse et avons commencé à travailler à distance à ce moment-là. Notre principale source de revenus ayant été interrompue, nous nous sommes rapidement mis au travail et avons pris des mesures draconiennes et rapides pour stimuler le commerce électronique, notre dernière source de revenus, et pour préserver nos liquidités et notre flexibilité financière.

Nous avons plus que doublé notre activité de commerce électronique au cours des cinq dernières années grâce à divers investissements. Nous avons mis l’accent sur le mobile. Nous avons amélioré l’expérience de notre site web pour la navigation et le contrôle, nous avons investi dans l’expansion de nos centres de distribution avec des solutions de commerce électronique dédiées, entre autres investissements. Nous avons pu capitaliser sur ces investissements, ce qui nous a permis de réaliser des gains importants dans notre activité numérique pendant la pandémie.

À la mi-mars, nous avons commencé à mettre en œuvre des actions spécifiques pour stimuler davantage les ventes en ligne et améliorer la communication avec nos clients ; pendant que les magasins étaient fermés, nous avons augmenté les dépenses de publicité en ligne au-delà de l’augmentation déjà prévue, en investissant dans des canaux de commercialisation qui ont toujours eu des taux de conversion plus élevés. En outre, nous avons révisé stratégiquement nos campagnes sociales et autres campagnes numériques afin de refléter le confort, la créativité et la messagerie à domicile, tout en mettant délibérément en avant un mode de vie favorisant la distanciation sociale. Le contenu généré par les utilisateurs, les messages positifs et les campagnes créatives, reflétant les quarantaines, ont particulièrement bien résonné auprès de nos clients adolescents et usagés.

Bien que nous ayons connu un bref ralentissement des ventes numériques de mi-mars à fin mars, les consommateurs ayant fait des provisions de nourriture et d’autres produits de première nécessité pour faire face à un confinement prolongé à la maison, les tendances ont repris début avril et continuent de s’accélérer semaine après semaine, ce qui a permis au commerce électronique de progresser à trois chiffres pour le mois et de gagner près de 65 % pour le trimestre.

Près de 90 % du trafic e-com de Journeys est passé par le mobile, avec une augmentation de 65 % des conversions. Les capacités numériques avancées de Schuh lui ont été très bénéfiques, et il y a eu des jours où les ventes en ligne ont été plus élevées que les ventes combinées des magasins et de l’internet l’année dernière. Le plus intéressant est le nombre de nouveaux visiteurs sur nos sites, qui représente près de 50 % du trafic au premier trimestre. Non seulement nous attirons de nouveaux clients et élargissons notre base d’acheteurs en ligne, mais nous convertissons également les clients traditionnels des magasins en acheteurs numériques.

En mai, les ventes du commerce électronique ont considérablement augmenté par rapport au niveau substantiel d’avril et nous avons enregistré une augmentation de plus de 300 % des prix, alors même que nos magasins rouvraient. En avril, nous avons battu des records historiques en matière d’envois de marchandises par voie électronique et, en mai, nous avons de nouveau battu ces records. Notre capacité à traiter ces volumes a été rendue possible grâce au travail acharné de nos équipes de DC et aux investissements que nous avons réalisés pour améliorer nos capacités de traitement des commandes.

Aussi heureux que nous ayons été avec l’e-com, la perte des ventes en magasin a représenté un énorme défi économique pour notre entreprise. En tant que tel, le prochain domaine d’intérêt important était l’inventaire. Sachant que nos magasins seraient fermés pendant plusieurs semaines, nos équipes de marchands et de produits hautement qualifiés et expérimentés se sont rapidement tournées vers la réduction de tout produit saisonnier qu’ils pouvaient donner à une saison de vente de printemps et d’été plus courte, repoussant les commandes de produits de base qui seraient nécessaires plus tard et annulant certaines commandes de marchandises d’automne et d’hiver qui, selon nos prévisions, ne seraient pas nécessaires.

Ce fut une entreprise très compliquée et nous remercions sincèrement notre équipe et nos fantastiques partenaires fournisseurs et usines qui non seulement nous ont accordé des délais de paiement supplémentaires, mais aussi, comme ils l’ont toujours fait au fil des ans, ont travaillé en collaboration et de manière productive avec nous pour ajuster les niveaux de stock à la demande réduite.

En conséquence, les stocks à la fin du premier trimestre n’ont augmenté que de 6 % en raison d’une réduction significative des ventes due aux fermetures de magasins. Et nous avons réduit les recettes de plusieurs centaines de millions de dollars à l’avenir. L’augmentation en fin de trimestre a été en grande partie due à Journeys qui représente des produits frais qui devraient se vendre à mesure que les magasins rouvrent. Notre attention s’est également portée sur la gestion des dépenses, le resserrement du capital et le contrôle des sorties de trésorerie. Nous avons pris la décision de réduire nos effectifs de 90 % dans nos magasins, nos bureaux, nos centres de distribution et d’appels, en grande partie grâce à de vastes permissions.

Nous avons choisi les permissions de sortie pour donner aux employés la confiance qu’ils avaient toujours chez nous et pour faciliter une montée en puissance plus rapide lorsque les magasins rouvriront. En outre, nous avons procédé à des réductions de salaire pour moi, notre équipe de direction et certains employés, tandis que notre conseil d’administration s’est porté volontaire pour renoncer à leur rémunération en espèces pendant cette période difficile. Grâce à ces mesures et à d’autres actions décisives et difficiles pour l’ensemble de notre compte de résultat, nous avons réduit nos dépenses de 20 % au cours du trimestre. Dans le même temps, nous avons eu des conversations productives avec nos partenaires propriétaires concernant l’allègement des loyers, tandis que les magasins ont été fermés et que des discussions ont eu lieu sur les structures de loyer au fur et à mesure de la réouverture des magasins, étant donné notre besoin de plus de flexibilité en raison de la grande incertitude qui nous attend.

Enfin, nous avons réduit les dépenses d’investissement de plus de 50 % pour l’année à venir. Nous allons de l’avant avec l’inventaire prévu, les investissements prévus dans les projets stratégiques numériques et omnicanaux tels que la mise à niveau des centres de concentration et de distribution, qui sont essentiels pour renforcer nos capacités. Mais nous avons arrêté d’autres dépenses, principalement liées à de nouveaux projets immobiliers. Alors que nous avons commencé la crise avec une trésorerie positive pour nous assurer de disposer de liquidités suffisantes, nous avons emprunté un peu plus de 200 millions de dollars sur nos facilités de crédit existantes, et avons récemment obtenu des disponibilités supplémentaires dont Mel discutera. Nous avons très bien géré la consommation de liquidités et, à la fin du trimestre, nous disposions de 239 millions de dollars de liquidités, y compris ces emprunts. Grâce aux efforts considérables que j’ai décrits dans toute l’entreprise, et à notre traitement des dettes et des loyers.

Dans l’ensemble, nous restons convaincus que nous prenons les mesures nécessaires et que nous travaillons activement pour maintenir la trésorerie nécessaire pour faire face à cette pandémie. Le 1er mai, nous avons changé d’orientation et nous sommes heureux de commencer rapidement à rouvrir des magasins et à accueillir de nouveau les clients pour les servir dans nos locaux. Nous fonctionnons à des heures réduites, conformément aux directives du CDC et d’autres autorités gouvernementales et sanitaires, là où l’État et les autorités locales ont autorisé l’ouverture de centres commerciaux.

À ce jour, nous avons ouvert plus de 900 magasins Journeys et plus de 80 magasins J&M, soit près de 1 000 magasins au total. Plus de 70 % de nos magasins sont maintenant ouverts en Amérique du Nord et deux tiers de notre flotte est ouverte au total. La santé et le bien-être de nos employés et de nos clients restent notre priorité absolue et nos équipes spéciales ont travaillé sans relâche pour s’assurer que les procédures et les équipements de sécurité appropriés sont en place pour nos magasins et notre siège social.

Tous les magasins sont soumis à des mesures renforcées, notamment en exigeant que nos employés portent des masques, en fournissant du désinfectant pour les mains à plusieurs endroits dans le magasin, en mettant en œuvre des protocoles de nettoyage et d’assainissement améliorés, en reconfigurant les surfaces de vente pour favoriser l’éloignement physique et en modifiant les interactions entre les employés et les clients pour limiter les contacts. Nous continuerons à rouvrir les magasins selon une approche progressive et là où nous pensons pouvoir travailler avec soin dans le cadre de nos mesures renforcées pour garantir la sécurité et la santé de nos employés et de nos clients.

Avec la visibilité dont nous disposons actuellement, nous prévoyons la réouverture de près de 85 % de nos magasins des deux côtés de l’Atlantique d’ici la fin juin, et de presque tous les magasins d’ici la fin juillet. Pour les magasins Journeys, nous avons rouvert, sans surprise, nous avons connu une baisse de trafic, une diminution à deux chiffres par rapport à l’année dernière. Toutefois, Journeys a pu plus que compenser ce vent contraire grâce à un taux de conversion nettement plus élevé et à un volume de transactions plus important, ce qui est très positif par rapport à l’année dernière dans les magasins ouverts jusqu’à présent.

Les ventes de femmes et d’enfants ont été particulièrement robustes, et nous avons vu des familles faire leurs achats ensemble pour satisfaire la demande refoulée. Dans l’ensemble, nous sommes très encouragés par les performances des magasins Journeys après leur réouverture. Nous avons toujours su que les clients de Journeys apprécient l’expérience en magasin et le service exceptionnel qu’ils ont reçu en personne. Il a été formidable de voir la force des marques Journeys attirer à nouveau les clients, donc le fait d’avoir ouvert autant de magasins aussi rapidement que Journeys est un véritable témoignage de ses capacités opérationnelles et les ventes ont bénéficié de cet avantage de premier arrivé.

La conversion dans les magasins Johnston & Murphy réouverts a également été beaucoup plus élevée. Le trafic a été lent, nettement plus lent que ce que nous avons vu chez Journeys. Bien que l’achalandage et les ventes s’améliorent chaque semaine, nous pensons que le retour aux niveaux d’avant la pandémie prendra un certain temps car le client de J&M est resté largement sur la touche en raison de l’incertitude économique provoquée par la pandémie. Jusqu’à présent, les ventes des magasins de réouverture ont atteint moins de la moitié des niveaux de l’année dernière. Et bien que J&M bénéficie historiquement d’une plus grande pénétration des ventes en ligne, les gains pendant la quarantaine n’ont pas été aussi prononcés que ce que nous avons vu dans nos entreprises d’adolescents et d’occasion. Comme c’était le cas avant la pandémie, les chaussures et les vêtements de loisirs continuent de stimuler les ventes de J&M, car le travail à domicile et le logement sur place ont temporairement réduit le besoin de produits plus élégants.

En ce qui concerne Schuh, il est trop tôt pour en faire la lecture puisque seuls quelques magasins ont été ouverts depuis quelques jours. Le Royaume-Uni a été plus lent à ouvrir que les États-Unis et ouvre avec un plus grand nombre de restrictions. Le 15 juin est une date clé à laquelle l’Angleterre autorise la réouverture des magasins et nous espérons que plus des deux tiers de notre flotte seront alors opérationnels. Grâce à ses capacités de commerce électronique de premier ordre, Schuh est l’entreprise qui a le mieux réussi à récupérer une partie des ventes perdues au cours des deux derniers mois, même si elle a dû faire face à une forte activité promotionnelle pour rivaliser avec la concurrence britannique.

Comme pour Journeys, les ventes de femmes et d’enfants ont été très dynamiques. Il est donc important de savoir que nous pensons que les ventes de mai, qui sont généralement un mois de faible volume pour nous, bénéficient d’un certain nombre de facteurs particuliers, notamment la demande refoulée, la diminution de la concurrence alors que de nombreux magasins restent fermés, le temps libre plus important car les consommateurs sont à la maison pendant la semaine avec des enfants qui ne vont pas à l’école et le pouvoir d’achat des consommateurs qui a été renforcé par les fonds de relance et l’amélioration des allocations de chômage.

Nous avons également ouvert dans les zones les moins touchées par le virus. Nous verrons donc où les ventes se sont normalisées une fois que tous les magasins seront ouverts. Indépendamment de la volatilité à court terme que nous pourrions connaître dans les mois à venir, nous restons confiants dans le positionnement stratégique de nos activités à plus long terme. Nous aspirons à créer et à gérer des marques de chaussures de premier plan et à être la destination des chaussures de mode préférées de nos consommateurs. Les marques Journeys et Schuh, en tant que maisons de marques, ont démontré leur grand attrait pour les consommateurs pendant cette crise.

J&M ainsi que Levi’s et nos autres marques sous licence ont une histoire riche et unique et leur succès à long terme repose sur la base de clientèle fidèle qu’ils ont constituée au fil des ans. Ce chaos et la consolidation du commerce de détail qui est en train de s’effondrer vont créer des opportunités et nos entreprises sont très bien placées pour en tirer profit. J’ai commencé et j’aimerais terminer mon intervention en remerciant notre extraordinaire équipe pour ses efforts diligents et sa persévérance, en particulier ceux qui ont été en première ligne dans nos magasins et nos centres de distribution. Les moments de grande adversité comme ceux-ci mettent en évidence notre plus grand atout.

Nos collaborateurs talentueux, expérimentés et très engagés, qui se sont adaptés rapidement et avec ingéniosité et créativité, relèvent les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés. Cela a fait toute la différence pour notre entreprise et a été une source d’inspiration à voir se développer. Équipe Genesco, je suis très fier de tout ce que vous avez accompli. En même temps, nous avons fait un réel effort pour prendre soin de notre communauté à travers des activités comme la participation de Journeys à la réponse COVID-19 des agences de gestion des urgences du Tennessee, le don de milliers de masques par J&M au centre de ressources de la communauté locale, le don de 3 millions de livres sterling du Schuh Trust au National Emergencies Trust et aux organisations caritatives des services de santé nationaux et le don de chaussures de marques autorisées aux écoles locales, aux travailleurs de la santé et à Soles4Souls.

Nous remercions également nos partenaires du monde entier qui nous ont apporté un grand soutien. Et enfin, en cette période de douleur et d’angoisse dans notre pays, nous tous à la Genesco sommes aux côtés de ceux qui se battent pour les causes de l’égalité et de la justice raciale et nous nous appelons tous à aider à guérir les divisions et à faire des progrès dans nos communautés. Et sur ce, je passe la parole à Mel pour qu’il nous donne un aperçu de nos performances et de notre situation financière.

Mel Tucker

Merci Mimi. Nous vivons certainement une période sans précédent, mais je ne pourrais pas être plus fier de la façon dont les membres de l’équipe Genesco se sont comportés dans cet environnement très difficile. Nous ne savions pas vraiment, lors de l’appel aux résultats du 12 mars dernier, ce qui nous attendait. Heureusement, Genesco est entré dans la pandémie mondiale COVID-19 dans une position de force financière, avec 81 millions de dollars en espèces au début de l’année et aucun emprunt nord-américain.

Au cours du premier trimestre, nous avons utilisé 45 millions de dollars pour financer les pertes d’exploitation et les fonds de roulement, et nous avons dépensé 7 millions de dollars pour des projets d’investissement. Nous avons emprunté 208 millions de dollars, ce qui nous a laissé 239 millions de dollars de liquidités à la fin du trimestre, bénéficiant de notre traitement des dettes et des loyers. Pour ce faire, nous avons renforcé notre position financière en tirant parti des lignes de crédit existantes aux États-Unis et au Royaume-Uni, en prolongeant les délais de paiement et en gérant les stocks en réduisant les recettes futures de plus de 300 millions de dollars au prix coûtant. Nous avons examiné avec soin toutes les dépenses de fonctionnement, en éliminant toutes les dépenses non essentielles. Les dépenses d’investissement prévues pour cette année ont été réduites d’environ 35 millions de dollars, nos prévisions de dépenses s’élevant maintenant à environ 30 millions de dollars.

Nous avons activement modélisé de multiples scénarios potentiels concernant la durée des fermetures de magasins, ainsi que divers niveaux de performance des ventes une fois nos magasins réouverts. En outre, nous avons évalué notre taux d’épuisement des liquidités dans le cadre de chaque scénario, compte tenu de l’incertitude entourant la réouverture et la reprise de l’économie, afin de nous assurer que nous disposions de liquidités suffisantes.

Afin de renforcer encore notre bilan ce mois-ci, nous avons modifié notre accord de prêt ABL, faisant passer la facilité de 275 millions de dollars à 350 millions de dollars de capacité d’emprunt. Grâce à ces améliorations de notre structure de capital, nous sommes encore mieux positionnés pour naviguer en ces temps de turbulences et nous avons des options pour des liquidités supplémentaires si nous en avons besoin.

En ce qui concerne les résultats du premier trimestre, étant donné que les magasins ont été fermés pendant la seconde moitié du trimestre, y compris pendant la période précédant les vacances de Pâques, les ventes nettes ont diminué de 44 %. Cette chute précipitée des recettes a entraîné une perte ajustée des activités poursuivies de 51,4 millions de dollars, soit 3,65 dollars par action, par rapport à un bénéfice ajusté de 5,9 millions de dollars l’année dernière, soit 0,33 dollar par action dans ce qui est généralement un trimestre à faible volume. Les revenus consolidés du premier trimestre se sont élevés à 279 millions de dollars, contre 496 millions de dollars l’année dernière, en raison de la fermeture de magasins, de la baisse des revenus de gros et des taux de change, partiellement compensés par une croissance de 64% des ventes de produits numériques.

Nous n’avons pas fourni de résultats globaux pour le premier trimestre, car notre politique de comptage a supprimé tous les magasins fermés pendant sept jours consécutifs. Nous estimons donc que le chiffre d’affaires global est un indicateur plus significatif. Par division, les ventes globales ont baissé de 48 % chez Journeys, 39 % chez Schuh et 48 % chez J&M, tandis que les ventes globales de Licensed Brands ont augmenté de 21 % en raison de l’acquisition de Togast.

En ce qui concerne la marge, la marge brute consolidée totale a diminué de 640 points de base pour atteindre 43 %. L’augmentation des frais d’expédition et d’entreposage, due à la forte progression du commerce électronique, a représenté 260 points de base de cette baisse et a affecté toutes nos activités. La marge brute de Schuh, qui a baissé de 1230 points de base, a été la plus touchée en raison de son importante activité de commerce électronique et d’une proportion plus élevée de produits vendus, étant donné l’environnement fortement promotionnel au Royaume-Uni. La marge brute de J&M a également diminué en raison de l’augmentation des activités de démarque et a baissé de 320 points de base. Les voyages n’ont pas été très promotionnels, mais les marges brutes ont diminué de 400 points de base en raison de l’augmentation des dépenses en matière d’informatique et de l’augmentation des réserves de stock.

Les frais généraux et administratifs ajustés se sont élevés à 190 millions de dollars, soit une réduction de 20 % en dollars par rapport à l’année dernière, en raison des mesures proactives que nous avons prises au début de la pandémie. Des économies importantes ont été réalisées grâce à la réduction des salaires des vendeurs en magasin dans nos secteurs d’activité, suite aux permissions et aux réductions de salaires. Les dépenses de rémunération ont également bénéficié des crédits de fidélisation des employés liés à la loi CARES aux États-Unis, ainsi que de l’aide gouvernementale fournie au Royaume-Uni et au Canada. Les charges locatives ont diminué au cours du premier trimestre, en partie grâce à l’allégement de l’impôt foncier au Royaume-Uni et à l’assainissement des loyers excédentaires qui ne seront probablement pas versés au cours de l’exercice 2021.

Le loyer intégral du contrat est inclus dans nos dépenses selon les exigences comptables, car nous continuons à négocier avec nos propriétaires. Pour le trimestre, il n’y a pas eu de dépenses de bonus par rapport à un montant significatif en raison d’un bon premier trimestre l’année dernière. Pour additionner tout cela, la perte d’exploitation ajustée du premier trimestre a été de 69,5 millions de dollars contre un bénéfice d’exploitation de 8,4 millions de dollars l’année dernière.

Nous avons entièrement déprécié le goodwill de Schuh lié à l’acquisition et partiellement déprécié d’autres noms commerciaux au cours du premier trimestre. Ces charges hors trésorerie sont incluses dans les résultats GAAP, mais sont retirées des résultats non-GAAP. Notre taux d’imposition ajusté non-GAAP pour le premier trimestre était de 27%.

En ce qui concerne le bilan, le stock total du premier trimestre s’est élevé à 392 millions de dollars, soit une augmentation de 6 % ou 24 millions de dollars par rapport à l’année dernière, alors que les ventes trimestrielles ont diminué de 44 %. La croissance des stocks de voyages est le principal facteur de cette augmentation de 14 %. Nous voyons très peu de risques ici, car la plupart de ces stocks sont des produits de base. Chez Schuh, à taux de change constant, les stocks ont diminué de 11 %. Chez J&M, il a baissé de 8 %. À la fin du mois de mai, le stock global était en baisse de 10 % par rapport à l’année dernière, grâce à la demande que nous avons connue depuis la réouverture de nos magasins et aux bons résultats du commerce électronique en mai.

En raison de l’incertitude persistante, nous ne donnons pas d’indications, mais nous donnerons quelques réflexions sur le deuxième trimestre compte tenu de notre point de vue actuel. En partant de l’hypothèse que le calendrier d’ouverture se déroule comme Mimi l’a décrit et que les écoles commencent à ouvrir comme d’habitude en août, nous pensons que les ventes globales au deuxième trimestre devraient être supérieures à celles du premier trimestre.

Notre activité de commerce électronique a pris un bon départ en mai, mais à mesure que d’autres magasins rouvriront, nous nous attendons à ce que cette bonne performance se modère. Au deuxième trimestre, nous prévoyons des taux de marge brute inférieurs à ceux du premier trimestre, avec une pression continue due à l’augmentation des frais d’expédition et d’entreposage due à la hausse des ventes du commerce électronique, un environnement promotionnel plus lourd et d’éventuelles réserves de stocks supplémentaires. Au deuxième trimestre, les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux seront plus proches des niveaux du premier trimestre que de ceux du deuxième trimestre de l’année dernière, mais pourraient varier en fonction de la cadence de réouverture des magasins. Nous espérons bénéficier des mesures d’économie que nous avons prises au premier trimestre, mais avec des coûts plus élevés en raison de la hausse des dépenses variables des magasins d’exploitation.

Nous prévoyons d’utiliser beaucoup plus de liquidités au cours du deuxième trimestre, car les dettes à échéance prolongée viendront à échéance, ce qui réduira notre solde de trésorerie. Nos clients grossistes ont commencé à payer leurs factures en souffrance, ce qui devrait augmenter quelque peu les liquidités, et nous espérons que les comptes restants rattraperont leur retard. Nous avons planifié l’inventaire de manière prudente, mais nous ajusterons en conséquence à mesure que la visibilité augmentera. Le taux d’imposition annuel devrait être d’environ 28 %. En conclusion, j’aimerais remercier nos équipes pour leur réponse rapide et leurs efforts diligents dans la gestion des stocks, du capital et des frais généraux et administratifs, qui nous ont permis de maximiser nos liquidités alors que nous traversons avec succès ces temps très difficiles.

Alors que nous endurons tous ensemble cette épreuve, nous aimerions souhaiter à chacun sécurité et santé. Ceci conclut les remarques que nous avions préparées. Pour l’instant, je voudrais renvoyer l’appel à l’opérateur pour les questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

Je vous remercie. [Operator Instructions] Et nous allons prendre notre première question de Steve Marotta avec CL King & Associates. Allez-y, s’il vous plaît.

Steve Marotta

Bonjour, Mimi et Mel. J’ai deux questions. La première est de savoir si vous pouvez parler un peu de l’activité du commerce électronique sur les marchés qui ont été réouverts. Il est clair qu’un certain nombre de vos magasins n’ont pas encore rouvert et je suppose que le commerce électronique y est très développé. Mais comment se présente l’activité de commerce électronique dans les marchés qui ont été réouverts, par exemple, au cours de la deuxième ou de la troisième semaine ?

Mimi Vaughn

Super, Steve, c’est bon de te parler, j’espère que tu vas bien. Nous avons été très satisfaits de la façon dont notre e-com a fonctionné au cours du premier trimestre. Fin mars, les consommateurs faisaient leurs achats en fonction des derniers stocks disponibles pour la quarantaine. Mais en avril, nos ventes de produits numériques ont commencé à augmenter assez fortement. Elles se sont renforcées chaque semaine d’avril et ont explosé à la fin du mois. Les fonds de relance ont eu un impact certain sur nos ventes de produits électroniques. C’était le seul canal disponible pour les consommateurs, mais cette activité vraiment soutenue s’est poursuivie jusqu’en mai.

Une analyse récente des comptes bancaires indique que le consommateur a dépensé la moitié de l’argent de la relance dans les dix premiers jours après l’avoir reçu. Cela nous rappelle que l’argent des impôts et des remboursements d’impôts est un véritable choc pour l’économie dans son ensemble. C’est donc sans aucun doute la combinaison de la relance et de la diminution de la capacité à faire des achats dans les magasins qui est à l’origine des volumes élevés de commerce électronique. Mais nous en avons profité. Et regardez, nous avons pu traiter ce volume, grâce à certains des investissements que nous avons réalisés. Et notre personnel de la DC a assuré le fonctionnement et la continuité des opérations.

Cet argent de relance a eu un impact en mai, puisque nous avons rouvert des magasins, la marée montante a fait augmenter les ventes en magasin et en ligne. Il est donc un peu trop tôt pour dire de manière définitive comment le commerce électronique va s’installer. Nous pensons qu’il va se modérer par rapport à notre niveau de plus 100 %. Mais le consommateur a vraiment apprécié l’expérience qu’il a eue en faisant ses achats en ligne. Nous avons converti à l’achat en ligne beaucoup de consommateurs qui avaient déjà fait des achats dans nos magasins et nous avons eu beaucoup de nouveaux clients. Je pense donc que cela est de bon augure pour l’avenir du commerce électronique.

Nous avons atteint un niveau de croissance d’environ 20 %, qui est passé de nos niveaux historiques à 15 %. Et j’ai imaginé qu’à l’avenir, elle sera encore plus forte que cela.

Steve Marotta

C’est utile. Et l’un des obstacles à la conversion des clients de Journeys, si je me souviens bien, a été le fait qu’un pourcentage assez important d’entre eux achetaient en liquide dans le magasin. Pouvez-vous nous rappeler quel était ce pourcentage l’année dernière, ou quel pourcentage des ventes dans les magasins Journeys étaient en liquide et comment vous pensez que cette pandémie pourrait affecter cela à l’avenir, et ensuite comment vous pouvez convertir certains de ces clients en ligne ?

Mimi Vaughn

Oui, donc vous avez raison de penser à ce client de l’équipe et vous pensez à la façon dont il interagit avec nous ; souvent, il travaillera à temps partiel ou il recevra de l’argent de ses parents ou de sa famille et apportera de l’argent dans les magasins pour acheter ses chaussures. Et nous avons vu par le passé qu’environ 30 % de nos ventes globales étaient réalisées en espèces.

Et ce n’était certainement pas une option pendant la période où nos magasins étaient fermés. Mais il est intéressant de noter que les clients de notre équipe ont compris que, qu’ils se fient à l’utilisation de la carte de débit, nous avons amélioré l’ensemble des options de paiement que nos clients peuvent utiliser en ligne, que ce soit PayPal, d’autres moyens de pouvoir payer dans plusieurs segments, nous avons adopté (inaudible) au Royaume-Uni, nous avons adopté un Afterpay est la société que nous utilisons même pour Johnston & Murphy et il y a donc plus d’options d’achat en ligne pour le consommateur.

Et nous espérons qu’à l’avenir, le consommateur sera plus intéressé par des choses comme les paiements sans contact, que nous avons la possibilité de traiter dans nos magasins et que nos paiements seront juste un endroit vraiment important pour — se concentrer pour nous à la fois en ligne et dans les magasins et nous avons amélioré et continuerons à améliorer nos options afin que le client puisse interagir avec nous comme il le souhaite.

Opérateur

Et nous allons prendre notre prochaine question de Janine Stichter de Jefferies. Je vous en prie, allez-y.

Janine Stichter

Bonjour. Bonjour à tous. Je voudrais juste vous poser quelques questions sur les stocks dans la chaîne qui semblent indiquer que Journeys n’a pas été trop promotionnel au premier trimestre, mais vous vous attendez à ce que cela se réchauffe un peu au deuxième trimestre. Pourriez-vous nous parler un peu de ce que vous voyez, juste en termes de stocks des concurrents et de l’impact que cela pourrait avoir sur l’environnement promotionnel ?

Mimi Vaughn

Bien sûr. Bonjour, Janine, c’est bon de vous parler. Il est intéressant de noter que chacune de nos entreprises a eu une position promotionnelle différente pendant la pandémie. Les voyages ont commencé par être quelque peu promotionnels en ligne, mais c’était en fait juste pour égaler les remises des concurrents sur le marché. Et je pense que c’était une réaction un peu brutale, car dès le départ, beaucoup de gens et de marques qui vendent des produits vendus par Journeys ont bénéficié de remises assez importantes au début, mais elles ont aussi été appliquées assez rapidement et pour le reste du trimestre et aussi lorsque nos magasins ont ouvert, nous n’avons pas été particulièrement promotionnels.

Et je pense que le consommateur a certainement un appétit de produit de vente. Nous en avons vu quelques exemples. Nous l’avons vu, il y a un peu plus de sensibilité économique que par le passé clairement, à cause de tout ce qui s’est passé. Mais nous n’anticipons pas la nécessité de faire une promotion intensive au sein de Journeys afin de dégager des marchandises. Je pense que vous avez peut-être entendu ce que Mel a dit, à savoir que notre inventaire en mai, depuis l’ouverture de nos magasins et la poursuite de la forte activité en ligne, a baissé de 10 %. Nous ne nous attendons donc pas à devoir faire de la promotion pour écouler notre stock.

Il y a eu une différence entre les chaussures et les vêtements, peut-être. Je pense que l’appétit des consommateurs pour les chaussures

a été plus forte. C’est un achat plus facile. Je pense que certains consommateurs sont peut-être encore un peu plus prudents lorsqu’ils essaient des vêtements. Mais nous verrons bien. Et je pense que d’autres qui ont fait des reportages sur les chaussures ont fait de belles ventes.

Aussi, tant que les ventes se développent rapidement et que les stocks ne deviennent pas un arriéré dans le circuit, nous allons faire tout ce qu’il faut pour nous assurer que nos stocks sont de la bonne taille. Et nous réfléchirons de manière créative à la manière d’atteindre les bons niveaux de prix pour satisfaire l’appétit des consommateurs pour une meilleure valeur et de meilleures ventes.

Janine Stichter

Ok, super. Et puis, au moment où vous négociez avec vos propriétaires, tout changement dans votre façon de penser à la taille de la flotte à long terme, compte tenu de ce que vous voyez avec la migration en ligne ?

Mimi Vaughn

Oui, donc je pense que vous avez deux questions là-dedans. La première concerne les négociations avec les propriétaires et ensuite la taille globale de la flotte. Nous avons donc déployé des efforts considérables ces derniers mois avec nos partenaires propriétaires. C’est une initiative clé, car le loyer est le principal poste de dépenses de notre compte de résultat, en dehors du coût des marchandises. Nous payons un loyer plus élevé par pied carré parce que nous pensons que nous devons être aux bons endroits. Il ne s’agit pas seulement de vendre des salaires et de définir les discussions sur le loyer, la façon dont nous avons pensé au loyer est que nous payons un loyer pour la circulation et les centres commerciaux qui vont stimuler et générer des ventes et la pandémie a entraîné deux problèmes.

La première est que les magasins ont été fermés et qu’il n’y avait aucun moyen de générer des ventes. Et puis, deuxièmement, les magasins qui ouvrent ouvrent selon des horaires différents et il y a une grande variation en termes de performances. Certains fonctionnent très bien. Notre moyenne est bonne, mais certains sont bien en dessous de la moyenne et cela montre qu’il faut réduire les loyers lorsque les magasins sont fermés.

De plus, le loyer variable permet de partager le risque et l’incertitude quant aux performances futures des magasins. Nous avons fait quelques progrès, surtout avec les petits propriétaires, certains des plus grands attendent simplement de mieux comprendre la réouverture. Pour ce qui est de la façon dont nous envisageons le parc de véhicules, au moment de la pandémie, je pense que nous vous avons déjà dit que nous avons obtenu de bons résultats dans les magasins A, B et C et qu’en fait, nos magasins C sont plus rentables sur la base d’un pourcentage de quatre murs que nos magasins A. Il est intéressant de noter que nos sites B et C ont obtenu de meilleurs résultats depuis leur réouverture. Tous ont été bons, mais les clients des sites B et C ont moins d’options et sont donc revenus en masse dans les centres commerciaux. Donc, pour dire précisément ce que nous pensons de notre flotte, nous avons réduit la superficie en pieds carrés au cours des dernières années, je pense que cela va continuer.

Et le nombre de magasins que nous avons ouverts dépendra très fortement des structures et des accords de location que nous avons mis en place. L’un des effets vraiment positifs de la réouverture des magasins, c’est que nous avons constaté une énorme productivité dans notre modèle de travail global, et nous avons pu le faire grâce à la réduction des heures d’ouverture des magasins, et aussi grâce à une conversion beaucoup plus importante, nous avons constaté que nous avons obtenu beaucoup de productivité de notre force de vente, et en utilisant des choses comme la gestion du personnel, et le comptage du trafic nous a permis de gérer cela a vraiment permis à notre équipe des opérations de faire un excellent travail de gestion de cette remontée et donc la vente des salaires a été un bon point de vue économique, mais c’est vraiment le loyer qui est le point fort et qui va dicter le nombre de magasins que nous allons garder ouverts.

Opérateur

Et notre prochaine question sera posée par Mitch Kummetz de Pivotal Research. Allez-y, s’il vous plaît.

Mitch Kummetz

Oui, merci d’avoir répondu à mes questions. J’espère que vous allez bien, je vais commencer par le deuxième trimestre. Y a-t-il un moyen de quantifier les performances des cinq premières semaines du trimestre, soit en termes de chiffre d’affaires, soit en termes de chiffre d’affaires global ?

Mimi Vaughn

Oui, alors écoute, Mitch, je pense que c’est le début, c’est vrai. Nous venons de déployer beaucoup d’efforts pour ouvrir nos magasins. Laisse-moi te donner un peu plus de couleur. Donc, Journeys, nous avons environ 80% de notre flotte ouverte en ce moment. Le trafic a beaucoup diminué. Je dirais qu’il a diminué de près de 20 %. Je pense que c’est mieux que certains des chiffres que j’ai vus dans le centre commercial en moyenne, ce jeune client a juste eu beaucoup d’appétit pour revenir dans le centre commercial.

Nous avons constaté une conversion beaucoup plus élevée et une taille de transaction plus importante. Nous avons vu des familles faire leurs achats ensemble, comme je l’ai dit, plus d’achats multiples. Et nous avons constaté, comme nous l’avons dit, des taux de conversion positifs et agréablement positifs, je veux dire que même dans la fourchette à deux chiffres, les magasins ont tendance à s’ouvrir très fortement. Et je pense que c’est la mesure de la demande refoulée. Et puis, avec le temps, elle tendra vers un niveau plus normal.

D’autres choses que nous avons vues, ou simplement un changement dans la circulation générale, les week-ends sont généralement très bons pour nous. En fait, nous avons constaté une augmentation du trafic en semaine. Les week-ends étaient ceux où il y avait des heures d’ouverture, mais maintenant nous voyons des heures d’ouverture en semaine, l’après-midi, les gens viennent faire leurs courses de midi à 17h ou de midi à 18h. Nous constatons également que certains de nos petits marchés obtiennent de bons résultats.

Il y a eu quelques États forts. Il est intéressant de noter que la Californie et le Midwest au Sud ont été forts. L’Ohio et l’Illinois, l’Indiana et le Tennessee ont été forts. Les États les plus faibles ont été des destinations très touristiques comme Hawaï, la Floride a été faible, des endroits comme Orlando ont été faibles, des endroits comme Miami ont été faibles. Le Texas est resté plat jusqu’à présent. Nous sommes donc chaque jour, chaque semaine, en train d’absorber, où nous sommes et nous sommes satisfaits des performances de Journeys en particulier, nous avons dit que Johnston & Murphy était un peu plus lent à se développer, je pense que la différence majeure a été le volume du trafic et Johnston & Murphy voit beaucoup moins de trafic que Journeys, la conversion est forte mais l’esprit des clients est ailleurs en ce moment.

C’est sur la pandémie, c’est sur l’économie. Il s’agit de prendre soin de leur famille. Et ils travaillent à la maison. Nous avons donc constaté des différences assez importantes entre J&M et la réouverture, mais comme la dernière comme la Grande Récession, J&M a connu neuf années fantastiques après avoir absorbé l’impact de la Grande Récession et nous sommes sûrs que cette entreprise se développera fortement avec le temps et reviendra à son niveau historique.

Mitch Kummetz

Ok, Mimi merci pour cette couleur. Et puis Mel à la Q2, je veux juste revenir sur quelques points que vous avez mentionnés. Je crois que vous avez dit des ventes supérieures à celles du premier trimestre. Et je me demande pourquoi, je pense que dans le passé, les ventes du deuxième et du premier trimestre étaient assez similaires. Est-ce vraiment dû au fait qu’il y a plus de magasins ouverts pendant plus de jours au deuxième trimestre qu’au premier ? Ou bien y a-t-il autre chose en jeu ? Et puis vous avez parlé de la marge brute et des frais généraux et administratifs et j’essaie de comprendre si, au deuxième trimestre, vous vous attendez à ce que l’EBIT soit supérieur ou inférieur à celui du premier trimestre ?

Mel Tucker

Donc, avec les ventes du deuxième trimestre, nous nous attendons à ce qu’elles soient plus élevées. Et je pense que c’est vraiment plus fonction du compte du magasin. Si vous regardez le premier trimestre, nous avons été fermés à peu près la moitié du trimestre, ce qui a été compensé en partie par l’e-com. Et si vous regardez où nous en sommes actuellement, environ deux tiers des magasins sont ouverts, avec un nombre plus important de magasins ouverts, et nous devrions être proches de l’ouverture complète d’ici la fin du mois de juillet.

Alors que nous continuons à ouvrir des magasins, et ils ouvrent bien comme Mimi l’a mentionné, avec les magasins Journeys qui deviennent positifs et le commerce électronique qui continue à être positif, nous avons établi un record de volume unitaire au mois d’avril, pour le dépasser au mois de mai. Cela dépend donc davantage du moment où nos magasins ouvrent et du fait que nous allons avoir davantage de jours d’ouverture, et que les magasins ouvrent très fortement chez Journeys.

Mimi Vaughn

J’ajouterai juste une chose à cela avant que Mel ne parle de la marge brute et des frais généraux et administratifs. Mitch, je pense qu’une partie de la demande que nous aurions obtenue en avril, fin mars et avril, a en fait été avancée au mois de mai et juin. Et nous pensons que les achats de printemps, qui auraient normalement dû avoir lieu plus tôt, vont continuer à avoir lieu. Elles auront lieu au deuxième trimestre, et non au premier. Et puis, juste pour parler un peu de la marge brute et des frais généraux et administratifs.

Mel Tucker

Ainsi, sur la ligne de marge, nous prévoyons que la marge sera un peu plus faible au deuxième trimestre qu’au premier. Et en réalité, cela est dû au fait que notre pénétration des communications électroniques est exceptionnellement élevée en ce moment. Les frais d’expédition et d’entreposage, ainsi que la structure des coûts variables et l’économie électronique vont entraîner une augmentation des coûts à cet égard, les flux nets passant par la ligne de marge. Au Royaume-Uni également, la promotion a été très forte. Et nous pensons qu’elle s’est poursuivie pendant une grande partie du trimestre et nous pensons que cela va continuer.

Et puis la dernière chose, c’est que je pense qu’il y aura une certaine pression concernant les réserves d’inventaire. Et ce n’est qu’une question de mathématiques : si vous regardez comment nous évaluons nos stocks, il s’agit de semaines d’approvisionnement et avec les magasins fermés, certains de ces chiffres ont augmenté. Nous pensons donc qu’il pourrait y avoir quelques réserves à prendre au cours du deuxième trimestre. Mais au bout du compte, il sera un peu plus bas qu’au premier trimestre. En ce qui concerne les frais généraux et les frais d’administration, nous pensons que nous serons probablement au même niveau qu’au premier trimestre, mais nous serons probablement en dessous du deuxième trimestre. Et c’est vraiment juste une fonction de nous continuer à économiser sur les choses que nous avons économisées précédemment.

Les plus grandes économies ont été réalisées sur nos salaires de vente. Nous continuons à économiser sur le loyer grâce aux crédits d’impôts fonciers britanniques que nous recevons dans le cadre de l’aide gouvernementale. Et nous allons également économiser sur le pourcentage du loyer. Ces lignes vont donc nous apporter des avantages considérables, mais au bout du compte, jusqu’à ce que les magasins retrouvent leur plein volume, nous serons toujours en dessous du niveau de l’année dernière en termes de frais de vente et d’administration.

Mimi Vaughn

Oui, c’est assez dynamique, cependant. Je pense que, comme vous l’avez entendu, nous avons ouvert davantage de magasins et que la capacité à réduire les dépenses au cours du premier trimestre est due en partie au fait que nos magasins ont été complètement fermés. C’est donc une relation vraiment dynamique entre le nombre de magasins que nous avons ouverts et exploités et la structure de nos dépenses, car nous nous efforçons, à la lumière des dernières ventes de l’année, de gérer les dépenses très soigneusement, et nous continuerons à le faire tout au long de l’année.

Opérateur

[Operator Instructions] Nous allons prendre notre prochaine question de Sam Poser avec Susquehanna. Je vous en prie, allez-y.

Sam Poser

Je vous remercie. Bonjour. J’espère que tout le monde va bien. Je suppose que ma première question est la suivante : vous n’en avez pas parlé, mais pouvez-vous nous donner une idée du pourcentage ou de l’importance du commerce électronique en ce moment, du pourcentage de vos ventes au premier trimestre par marque ou par bannière ou au total ? Nous pouvons donc avoir une idée, juste pour nous aider à modéliser et avoir une idée d’au moins une partie de l’action que nous pouvons être prudents ?

Mimi Vaughn

Oui, Sam, j’espère que vous vous en sortez bien aussi. La façon de penser au commerce électronique et à la taille de l’entreprise est que 64% seulement des entreprises ont été vendues au cours du premier trimestre. Je pense qu’il faut le considérer comme un pourcentage des ventes globales, ce qui n’est probablement pas la bonne façon de voir les choses de nos jours, simplement parce que tant de magasins ont été fermés. Les volumes sont assez étonnants en mai, nous avons parlé d’une hausse de 300% et je pense que nous allons maintenir une partie de ce niveau d’augmentation des volumes. Mais là encore, il ne fait aucun doute que les fonds de relance ont contribué à propulser ces ventes.

Ainsi, l’année dernière, nous nous efforcions de faire en sorte que le commerce électronique représente environ 15 % de nos ventes au détail totales cette année. Je pense à nouveau que ces proportions ne sont peut-être pas significatives, mais je pense qu’elles le seront certainement l’année dernière, nous avons augmenté notre activité de commerce électronique de 20 %. Au premier trimestre, nous avons enregistré une croissance de 64 %. Je pense donc que la bonne façon de voir les choses, c’est de se situer entre ces 20 % et 64 %, c’est-à-dire là où nous allons finir l’année.

Sam Poser

Je comprends cela, mais je suppose que ma question est la suivante : l’année dernière, le commerce électronique représentait-il 15 % des ventes ou combien au premier trimestre ?

Mimi Vaughn

C’est environ 13% l’année dernière, nous avons eu beaucoup de variations d’un trimestre à l’autre parce que la pénétration est beaucoup plus élevée au quatrième trimestre, et nous prévoyions que nous atteindrions environ 15% cette année. Et si l’on regarde si les ventes se sont normalisées, nous avons un taux de croissance supérieur à 20 %, ce qui est le taux de croissance que nous avions avant la pandémie. Donc, les ventes des magasins vont beaucoup baisser, Sam. Le dénominateur sera donc moins important. Et je pense que ce qui est important, c’est de penser à la croissance que nous allons obtenir de l’e-commerce en termes de dollars.

Sam Poser

C’est ce que j’essaie de comprendre. Pourriez-vous nous dire, par trimestre, quel était le pourcentage de commerce électronique ou quelles étaient les ventes en dollars par trimestre l’année dernière ? Nous pouvons donc au moins avoir quelque chose à faire avec cela, car les magasins ont été fermés ?

Mimi Vaughn

Bien sûr, pour ce qui est des chiffres trimestriels de l’année dernière, nous devrons vous donner les chiffres précis, je pense que tous ensemble, comme nous l’avons dit, le commerce électronique était d’environ 13 % l’année dernière, l’ecom est de 50 % plus élevé au quatrième trimestre. Je pense donc que vous pouvez revenir sur les chiffres des trois premiers trimestres.

Opérateur

Et nous allons prendre notre prochaine question de Jonathan Komp avec Robert Baird. Allez-y, je vous prie.

Jonathan Komp

Oui, bonjour, merci. Peut-être juste pour faire suite à la dernière question sur le commerce électronique, je sais que vous avez dit qu’il était prévu à l’origine d’atteindre 15 % des ventes cette année, si cela devait aller beaucoup plus loin, 20 %, 25 % et plus, pourriez-vous peut-être parler des implications de cette mesure sur les marges et envisager de revenir à 4 %, 5 % de marge d’exploitation au fil du temps, de la manière dont le commerce électronique pourrait avoir un impact à ce niveau ?

Mimi Vaughn

Bien sûr. C’est une excellente question, John, parce que l’économie de l’e-com est certainement différente de celle de nos magasins. Et je pense que je commencerais par dire que notre activité numérique est rentable, nous avons généralement géré notre canal e-com pour être rentables. Et je pense que c’est le résultat d’une tradition de ne pas trop dépenser en marketing, juste pour le sentiment de stimuler les ventes. Nous avons également eu recours à d’autres pratiques pour assurer la rentabilité, comme le seuil de gratuité des frais de port. L’e-commerce est un canal plus rentable que les magasins en raison de la façon dont nous faisons nos attributions. Nous tirons donc parti des investissements que nous avons réalisés sur une base de vente plus large.

Si nous passons à 20 à 25 % des ventes, nous augmenterons la rentabilité de l’e-com. Et nous avons pu le constater au cours du premier trimestre, en examinant les comptes du mois de mai, nous avons également pu constater que l’e-commerce est en train d’augmenter de manière positive et rentable. Ce n’est donc pas parce que nous réalisons des ventes par voie électronique que nous nuisons à la rentabilité. Le problème est que nous avons également besoin de ventes en magasin en raison de la base de dépenses fortement fixe, notre base de dépenses en magasin est fixe à environ 70 %. Et donc, si nous ne faisions que développer beaucoup plus la cyberactivité et maintenir les ventes en magasin à un niveau constant, nous serions plus rentables, mais avec la perte des ventes en magasin, c’est vraiment ce qui finit par avoir un impact sur le résultat global.

Jonathan Komp

D’accord, c’est utile. Peut-être juste une suite à cette Mimi, puisque nous avons en quelque sorte dépassé la période actuelle ou qu’il y a peut-être beaucoup de trafic naturel qui se dirige vers l’Internet, avez-vous une idée de la concurrence et du coût pour faire augmenter le trafic en ligne, que pourrait-il arriver ?

Mimi Vaughn

Oui, eh bien, c’est un bon point, c’est peut-être une bonne question, parce que nous voyions le coût de l’acquisition de nouveaux clients, et même la recherche payée augmentait de manière assez significative. Et une partie de ce que nous avons vu pendant la pandémie est que, bien que nous ayons augmenté nos dépenses publicitaires, ce retour sur les dépenses publicitaires a été très fort. Et je pense qu’avec plus de personnes intéressées par les achats en ligne, vous dépensez de l’argent même si vous dépensez le même montant, vous deviendrez plus efficace parce qu’il y a plus d’opportunités pour pouvoir stimuler les ventes.

Écoutez, je pense qu’autrement, que les choses ont tendance à se normaliser, je pense que certains clients vont se convertir définitivement au shopping e-com, je pense que nous avons probablement accéléré de deux à trois ans les tendances que nous observions. Et donc, je pense que ce que nous allons finir par normaliser, c’est que les coûts de recherche payante vont finir par se normaliser au nouveau niveau. J’espère que nous continuerons à voir une partie des augmentations de productivité, au moins pour le moment.

Jonathan Komp

D’accord, c’est très utile. Pourriez-vous nous rappeler à quel point vous diriez aujourd’hui que les styles plus décontractés sont préférables aux styles plus traditionnels ? Et comment voyez-vous les tendances actuelles avec les consommateurs qui sont à la maison et qui jouent pour cette marque et ce que vous faites ?

Mimi Vaughn

Bien sûr, je pense que, vous savez que J&M a traditionnellement été connu comme une ressource vestimentaire mais au cours des dix dernières années, nous avons fait un travail formidable, non seulement en proliférant les styles de chaussures en produits plus décontractés, mais aussi en vendant beaucoup de vêtements et d’accessoires. Et ce que nous avons vu récemment, c’est que le marché des chaussures habillées est en déclin, parce que les consommateurs ont vraiment aimé certains des produits hybrides que nous avons lancés avec les bas athlétiques, mais les hauts plus habillés et donc la croissance que nous avons constatée ont été autour des vêtements décontractés et habillés, les chaussures habillées sont proportionnellement beaucoup moins que nos vêtements décontractés et habillés.

Aujourd’hui, si vous regardez l’ensemble de notre assortiment, les chaussures décontractées sont de loin les plus répandues au cours du premier trimestre, suivies des chaussures habillées et des chaussures décontractées, puis des chaussures habillées, et notre pénétration des chaussures habillées n’est donc qu’un pourcentage qui a diminué au fil du temps, de sorte que nous sommes moins exposés à la catégorie des chaussures habillées que par le passé. En ce qui concerne le confort des consommateurs à la maison et la façon dont cela va se répercuter sur la mode, nous avons constaté qu’il est confortable d’être à la maison, nous avons vu de belles réponses en ligne pour faire certainement tout ce qui est lié au confort. Nous avons un énorme assortiment de chemises, vous devez habiller votre haut et pas nécessairement votre bas.

Nous avons donc un énorme assortiment de chemises dans notre ligne de printemps, à la fois des imprimés conversationnels. Nos tricots ont donné de très bons résultats. Mais avec le temps, nous nous attendons à ce que, lorsque les gens retourneront au travail et retrouveront un mode de vie plus normal, l’attention des clients de J&M se tourne à nouveau vers l’achat de chaussures. Et je m’attends, comme pour tout le reste, à ce que ces tendances que nous avons observées s’accélèrent. J’anticipe donc qu’après la pandémie, notre assortiment de chaussures décontractées s’orientera encore plus vers la décontraction.

Opérateur

Et notre prochaine question sera un suivi de Mitch Kummetz avec Pivotal Research. Allez-y, s’il vous plaît.

Mitch Kummetz

Oui, merci. J’ai quelques suivis. Tout d’abord, je veux juste approfondir un peu l’inventaire. J’espérais que vous pourriez peut-être me parler, je ne sais pas si vous pouvez me donner un pourcentage de ce que vous tenez qui est saisonnier, en particulier les sandales. Voyez-vous un excédent dans ce type d’activité ? Je sais, Mimi, vous avez dit que ce qui ne s’est pas vendu au premier trimestre se vendra peut-être au deuxième trimestre. Mais je me demande s’il y a un problème avec les sandales et comment vous pensez à un éventuel excédent en termes de liquidation ou de report, si elles ne se vendent pas et si elles sont dans l’inventaire, comment vous pensez au côté saisonnier de votre activité pour la deuxième moitié ? Êtes-vous inquiet d’une éventuelle deuxième vague et de vous faire prendre avec un excès de bottes, et donc vous planifiez peut-être cela en dehors de l’entreprise de manière conservatrice par rapport à des choses qui sont plus ou moins fondamentales. Donc, juste que sur l’inventaire, puis j’en ai eu un autre ?

Mimi Vaughn

Ok, super. Pour parler du pourcentage de stocks qui est saisonnier. Si j’y pense plus comme le produit saisonnier au printemps, en été c’est plutôt la cerise sur le gâteau, nous vendons beaucoup de produit de base au cours du printemps ; en été beaucoup de produit sportif. Je veux dire que nos enfants vivent dans des chaussures de sport toute l’année et c’est donc une grande partie de l’assortiment. Cela dit, Journeys avait un très bel ensemble de sandales et les sandales ont fait augmenter les ventes, le client a vraiment apprécié certaines sandales de marque. Nous ne nous inquiétons donc pas de la liquidation de notre stock de sandales et, avec l’ouverture des magasins, c’est un peu ce que nous constatons en ce qui concerne les ventes de sandales.

En ce qui concerne les stocks saisonniers pour la seconde moitié de l’année, c’est-à-dire que nous vendons des bottes dans la seconde moitié. Et donc, que vous vouliez appeler les bottes saisonnières ou non, je pense que nous considérons les bottes comme une mode. Nous continuons à servir à vendre des chaussures de sport toute l’année. Nous continuerons donc à vendre une partie de notre assortiment de chaussures de sport en fin d’année. Et en ce qui concerne les bottes, je pense que nous allons apprendre beaucoup plus.

Nos équipes de commerçants ont su s’adapter de façon vraiment phénoménale aux différences de la demande, ils ont pris les recettes assez rapidement alors que nous pensions que la demande serait moindre, puis ils sont en train de la remonter pour préparer la rentrée, car nous avons ouvert plus fortement que nous le pensions. Nous allons donc, nous avons placé nos achats de bottes et nous allons ajuster ces achats à mesure que nous aurons plus de visibilité au cours des prochaines semaines et des prochains mois et je pense que nous apprendrons beaucoup plus et que nous aurons beaucoup plus d’informations et nous prévoyons qu’il y aura plus de stocks disponibles dans le canal.

Nous avons eu, nous avons eu accès à des produits dans Journeys et dans Schuh que nous n’aurions pas pu obtenir autrement parce que les gens n’ont pas pris la totalité de leur allocation. Nous pensons donc que nous aurons beaucoup de souplesse pour pouvoir faire ce que nous devons faire en réponse aux vacances de Noël.

Opérateur

C’est ainsi que se terminera la séance de questions-réponses d’aujourd’hui. J’aimerais donc rappeler Mimi Vaughn pour toute remarque complémentaire ou de clôture.

Mimi Vaughn

Merci de vous joindre à nous aujourd’hui. Nous espérons que tout le monde restera en bonne santé et en sécurité et nous nous réjouissons de vous parler à nouveau dans quelques mois, si ce n’est avant.

Opérateur

Et ceci conclut la conférence d’aujourd’hui. Je vous remercie de votre participation et vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro