Voici comment ces protections sont censées fonctionner :

1) La Commission de surveillance du Congrès

Qui est responsable

Le principal outil de contrôle du Congrès est un nouveau groupe de cinq membres chargé de surveiller un fonds de 500 milliards de dollars pour les industries en difficulté, géré par Mnuchin, en partenariat avec la Réserve fédérale. Les quatre principaux dirigeants du Congrès sont chacun nommés, le président étant choisi par la présidente du Parlement, Nancy Pelosi, et le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell.

Bien qu’il n’y ait pas de calendrier pour que les dirigeants fassent leur choix, ils ont indiqué que leur choix se ferait rapidement. C’est en partie par nécessité : La loi exige que la commission publie des rapports dans les 30 jours suivant l’octroi de tout financement par le Trésor et la Fed dans le cadre de l’effort de sauvetage – et publie ensuite des rapports supplémentaires tous les 30 jours. Le lobbying en coulisses pour les nominations s’est intensifié depuis l’adoption du projet de loi.

Quel argent sera surveillé

La majeure partie du fonds de Mnuchin est destinée à aider la Fed à injecter des liquidités dans l’économie par le biais d’un mélange de prêts, de garanties de prêts et d’investissements aux entreprises, secteurs et gouvernements d’État ou locaux en difficulté. Mais il y a aussi peu d’indications sur la manière dont cet argent sera distribué et à qui, Mnuchin n’ayant pas encore publié toutes ses procédures prévues. La commission du Congrès devrait se pencher sur la manière dont ces décisions sont prises.

Toutefois, M. Mnuchin a déjà publié des lignes directrices pour l’industrie du transport aérien – 25 milliards de dollars pour les compagnies aériennes commerciales et 4 milliards de dollars pour les transporteurs de fret. Ces lignes directrices de 11 pages recommandent aux bénéficiaires éligibles de soumettre leurs demandes avant le 3 avril et au plus tard le 27 avril pour être prises en considération. Les personnes sélectionnées peuvent recevoir jusqu’au montant total dépensé pour indemniser les employés entre avril et septembre 2019.

Quels sont les contrôles à venir ?

Les agences fédérales sont tenues de communiquer toutes les données demandées par le président de la commission, mais cela pourrait se heurter à des obstacles si M. Trump continue de rejeter largement le contrôle du Congrès sur le pouvoir exécutif.

Bien que la commission ait un mandat similaire à certains des autres mécanismes prévus par la loi, c’est le principal moyen par lequel le Congrès peut appliquer un contrôle en temps réel sur l’administration Trump. La commission est autorisée à tenir des audiences publiques, à faire appel à des experts pour obtenir des informations et à mettre en lumière l’efficacité des décisions de M. Mnuchin.

La clause d’atout

La nouvelle loi, à l’instigation des démocrates, comprend une disposition interdisant que les fonds autorisés par la loi aillent à toute entité dans laquelle “le président, le vice-président, le chef d’un département exécutif ou un membre du Congrès” ou “le conjoint, l’enfant, le gendre ou la belle-fille” de l’un de ces fonctionnaires ont une participation majoritaire. Les démocrates de la Chambre des représentants sont particulièrement préoccupés par le fait que tout mécanisme de contrôle surveille de près cette disposition ou toute faille. Les démocrates du Congrès sont soucieux d’éviter que des fonds ne profitent à des entreprises ou à des propriétés du Trump.

2) L’inspecteur général spécial pour la relance en cas de pandémie

Qui est responsable

La loi établit également un nouveau chien de garde au sein du département du Trésor pour surveiller spécifiquement le déploiement par M. Mnuchin des 500 milliards de dollars de fonds de sauvetage économique pour les industries en détresse. C’est ce même fonds qui sera supervisé par la Commission de surveillance du Congrès ; les démocrates ont insisté sur un effort de surveillance à deux volets pour le fonds afin de s’assurer que les décisions de M. Mnuchin fassent l’objet d’un examen adéquat. L’inspecteur général spécial sera nommé par M. Trump et confirmé par le Sénat, qui pourrait produire son propre combat partisan.

Quel argent sera surveillé

En vertu de la loi, le nouvel inspecteur général est tenu de procéder à des audits et à des enquêtes sur les prêts et autres investissements effectués par le secrétaire du Trésor. L’inspecteur général est également chargé de dresser une liste de toutes les décisions de financement prises par Mnuchin, de la justification de chacune d’entre elles et des détails sur toute personne engagée pour aider à gérer les prêts et les investissements.

Quels sont les contrôles à venir ?

Le nouvel inspecteur général est tenu de publier un rapport initial 60 jours après sa confirmation et des rapports ultérieurs tous les trimestres par la suite. Mais M. Trump a indiqué qu’il pourrait intervenir pour exiger que le nouvel inspecteur général partage certaines informations avec le Congrès. L’inspecteur général est un fonctionnaire du pouvoir exécutif, a indiqué M. Trump dans une déclaration de signature, et ne devrait donc pas être obligé de fournir des rapports au Congrès sans l’approbation du président. En particulier, la loi exige que l’inspecteur général dise au Congrès s’il est “déraisonnablement” empêché de recevoir des informations nécessaires à l’enquête ou à l’audit de l’un des choix du Trésor. Cela a suscité l’inquiétude des démocrates qui craignent que Trump n’empêche le Congrès de savoir, par exemple, si l’une de ses propriétés bénéficie effectivement de la nouvelle loi.

3) Le Comité de responsabilisation pour la réponse à une pandémie

Qui est responsable

Peut-être l’outil de contrôle le plus puissant de la nouvelle loi est ce panel de près de deux douzaines d’inspecteurs généraux dotés de larges pouvoirs pour enquêter, auditer et sonder la mise en œuvre de l’ensemble du plan de sauvetage des coronavirus de 2 000 milliards de dollars. Le président, le chien de garde du Pentagone Glenn Fine, a été choisi par ses collègues inspecteurs généraux en début de semaine. Il disposera d’un budget de 80 millions de dollars et choisira un personnel pour l’aider à mener les enquêtes.

Huit autres inspecteurs généraux devaient faire partie de son panel – y compris les chiens de garde du ministère de la justice, du ministère de la santé et des services sociaux et de l’administration des petites entreprises – mais Fine en a ajouté une douzaine mercredi, dont les inspecteurs généraux de la Réserve fédérale, du ministère des transports, de la NASA et l’inspecteur général spécial pour la relance de la pandémie qui sera nommé par Trump.

Là aussi, M. Trump a indiqué qu’il n’était pas d’accord avec un aspect de la loi exigeant que Fine coordonne les choix de ses cadres supérieurs avec les principales commissions du Congrès. Bien que M. Trump ait déclaré qu’il s’attendait à ce que Fine consulte les législateurs, le président a fait valoir que l’obliger à le faire serait inconstitutionnel.

Quel argent sera surveillé

Le champ d’action du comité est large et touche à tous les aspects de la mesure d’aide. Il comprend l’élimination du gaspillage, de la fraude et des abus ou de la mauvaise gestion ; l’audit et l’examen des contrats fédéraux autorisés par la nouvelle loi ; l’examen de l’administration des nouveaux programmes de financement et de prêt ; la liaison entre les agences fédérales chargées de la mise en œuvre de certains aspects de la loi ; et le renvoi de tout délit potentiel au ministère de la justice pour qu’il engage des poursuites.

Quels sont les contrôles à venir ?

La nouvelle loi impose au comité de créer un site web “convivial” dans les 30 jours, destiné à fournir des mises à jour régulières sur la mise en œuvre de la loi. Le site est conçu comme un portail accessible au public pour examiner les décisions de financement prises par le Trésor, ainsi que par d’autres agences. Il doit également inclure les conclusions et les rapports des inspecteurs généraux.

“Le site web doit fournir des données détaillées sur toutes les subventions du gouvernement fédéral qui dépensent des fonds couverts, y compris un numéro d’identification unique et traçable pour chaque projet, des informations sur le processus qui a été utilisé pour attribuer les fonds couverts, et pour tous les fonds couverts de plus de 150 000 $, une explication détaillée de tout accord associé, le cas échéant”, conformément à la loi. Le site doit également ventiler les fonds engagés par district du Congrès.

4) Contrôle général du Congrès

Qui est responsable

C’est l’Ouest, sauvage, sauvage.

La nouvelle loi sur les coronavirus prévoit un rôle étendu pour les commissions du Congrès. Les législateurs sont tenus de recevoir régulièrement des mises à jour et des rapports des agences fédérales et des inspecteurs généraux, de donner leur avis sur certaines décisions d’embauche et d’être informés chaque fois qu’un inspecteur général se heurte à des obstacles lors d’une enquête sur des décisions de financement.

Les commissions du Congrès veulent toutes une enquête sur certains aspects de la nouvelle loi. Les démocrates de la Chambre, en particulier, promettent d’être agressifs dans leur examen de la mise en œuvre de l’administration Trump. Par exemple, la présidente de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, Maxine Waters, a promis mercredi de surveiller Mnuchin de près et l’a exhorté à imposer des exigences plus strictes aux entreprises qui reçoivent des fonds que ce que la loi exige – comme la limitation de la rémunération des dirigeants.

Commencer à trader avec eToro