Bien que l’on sache déjà ce qu’il advient du prix du Bitcoin après les réductions de moitié, l’impact de ces réductions sur l’exploitation minière numérique a de multiples facteurs qui ne se répètent pas toujours

Les moitiés sont des éléments fondamentaux de la cryptologie en général et de Bitcoin en particulier. Tous les quatre ans ou tous les 210 000 blocs exploités, la récompense est réduite de 50 % pour chaque bloc exploité. Il s’agit d’une programmation du code de cette monnaie virtuelle, qui permet de poursuivre l’exploitation numérique pendant plus d’un siècle.

On sait que le prix du bitcoin a tendance à monter en flèche après avoir été réduit de moitié.

Qu’arrivera-t-il à Bitcoin et à Digital Mining après la troisième réduction de moitié ?

Il est devenu évident que l’augmentation du prix de Bitcoin, après avoir diminué de moitié, ne se fait pas du jour au lendemain. L’examen de certains graphiques montre que le point culminant des prix est atteint dans une période d’environ un an à un an et demi. Dans le graphique CoinDesk ci-dessous, vous pouvez voir clairement le comportement des prix et le délai.

La réduction de moitié historique montre une augmentation des prix en un an environ. Source : CoinDesk
La réduction de moitié historique montre une augmentation des prix en un an environ. Source : CoinDesk

Dans cette optique, deux facteurs collatéraux affectant l’étendue de la production de Bitcoin doivent être évalués jusqu’à ce que l’augmentation des prix de la CTB soit achevée : 1) la production de matériel obsolète et 2) le problème de la décentralisation minière.

“Game Out” des puces 16nm

La première est la “sortie du jeu” des mineurs de faible puissance. Par exemple, les puces 16nm 14 TH/s (les populaires S9), ont été les meilleures équipes après la réduction de moitié de 2016. Cependant, le développement du marché de la fabrication, l’ajout constant de nouveaux mineurs (le taux de hachage a été multiplié par 100 environ au cours des quatre dernières années) et l’arrivée de la troisième moitié, ont placé les propriétaires de la 16nm à un carrefour entre la réduction du coût de l’électricité ou leur déconnexion.

La production d’équipements obsolètes a entraîné une baisse de la pression commerciale sur le réseau. Mais l’arrêt des ventes dû à la pandémie de Covid-19 a fait chuter le taux de haschisch. Ce dernier point, semble-t-il, n’est pas un sujet de préoccupation en raison de la nouvelle génération de sociétés minières qui ont commencé à distribuer, la plus importante étant la série S19, qui va de 90 à 110 TH/s avec des améliorations significatives de l’efficacité. Cela permettrait au taux de hachage de reprendre l’augmentation.

L'installation minière Genesis, ferme virtuelle, a été déplacée de la Chine vers l'Islande et le Canada.
L’installation minière Genesis, ferme virtuelle, a été déplacée de la Chine vers l’Islande et le Canada.

Centralisation de l’exploitation minière

Le deuxième point qui découle de ce cadre est le problème de la centralisation de l’exploitation minière. Selon les données publiées par Btc.com, deux pools miniers, F2Pool, AntPool et Btc.com, contrôlent 52 % du hachage total de la chaîne de blocage (les deux derniers appartiennent à la société chinoise Bitmain).

En outre, les principales fermes virtuelles se trouvent également en Chine. Selon la carte récemment mise à jour du Centre for Alternative Finance de l’université de Cambridge, la Chine détient 65,08% du hashrate mondial.

La liste est suivie par les États-Unis (7,24 %) et la Russie (6,90 %).

Décentralisation en cours ?

Cependant, le mouvement de décentralisation s’est renforcé. Le nouvel équipement minier permettra une grande ouverture du hashrate grâce à sa puissance et à sa faible consommation.

En même temps, il y a la surveillance toujours menaçante de l’État chinois sur Bitcoin. Tout cela a lancé un processus de migration des fermes virtuelles vers d’autres pays plus sûrs. L’exemple le plus notable est le projet de Bitmain d’ouvrir une ferme minière numérique géante à Rockdale, au Texas.

Un autre cas intéressant est celui de l’immense ferme virtuelle Genesis Mining, qui s’est déplacée de la Chine vers l’Islande et le Canada.

Il reste environ 120 ans (le dernier bitcoin devrait être exploité en 2140), pour déterminer, d’une part, si la tendance sera à la décentralisation ou, d’autre part, si la Chine restera la toute-puissante en termes d’exploitation du bitcoin.

Commencer à trader avec eToro