Le mercredi 20 mai 2020, le pipeline canadien et le géant du secteur intermédiaire Pembina Pipeline (PBA) ont fait une présentation à leurs investisseurs. Le but de cette présentation semble être de rassurer les investisseurs quant à la capacité de l’entreprise à faire face aux conditions économiques actuelles jusqu’à ce qu’un sentiment de normalité revienne. Elle y parvient largement et, en effet, il y a de nombreuses raisons de penser que Pembina Pipeline est dans une position beaucoup plus forte que nombre de ses pairs, ce qui devrait aider l’entreprise à surmonter les problèmes auxquels est confrontée l’industrie énergétique sans voir son activité trop affectée. C’est une chose que tout investisseur devrait apprécier, et en fait, cela peut nous offrir certaines opportunités.

Sans aucun doute, l’événement le plus marquant qui a affecté les marchés de l’énergie cette année est l’apparition de la pandémie COVID-19. Cette épidémie a entraîné la fermeture de nombreuses nations dans le monde entier, ce qui a eu pour effet de paralyser leur économie et de mettre en place des procédures de quarantaine qui ont découragé ou obligé les gens à s’abstenir de tout voyage non essentiel. Cela a réduit la demande de pétrole et de gaz naturel et a entraîné une surabondance de ces deux problèmes. Ce problème a été exacerbé en mars lorsque la Russie a refusé de suivre le plan de l’Arabie saoudite visant à réduire la production et à diminuer la surabondance. Comme je l’ai mentionné dans un article précédent, cette surabondance a atteint vingt à trente millions de barils par jour au plus fort de la crise. Comme on pouvait s’y attendre, elle a provoqué une baisse significative du prix du pétrole en raison de la loi économique de l’offre et de la demande. Comme nous pouvons le voir ici, le prix du baril de Brent est passé de 66,00 dollars au début de l’année à 39,93 dollars aujourd’hui :

Source : Initié aux affaires

Nous avons déjà vu que cela avait un impact dévastateur sur l’industrie de l’énergie. Comme je l’ai mentionné dans un article précédent, nous avons déjà commencé à voir les entreprises en amont, grandes et petites, réduire leurs plans d’investissement et diminuer leurs dividendes. Nous avons également commencé à voir les entreprises du secteur intermédiaire réduire leurs propres programmes de croissance. Cela est dû au fait que la croissance de la production ne sera plus aussi élevée qu’elle l’était auparavant, ce qui réduit la nécessité de mettre en place de nouvelles infrastructures en amont, et au fait que certaines de ces entreprises sont confrontées à des risques de contrepartie plus élevés et qu’elles doivent renforcer leur bilan pour compenser. Heureusement, le gazoduc Pembina n’est pas étranger à la nature cyclique de l’industrie énergétique. Comme nous pouvons le voir ici, l’entreprise a une longue histoire de croissance constante de l’EBITDA ajusté, quel que soit le prix du pétrole :

Source : Oléoduc Pembina

L’une des raisons en est le modèle économique de l’entreprise. Comme la plupart des entreprises du secteur intermédiaire, Pembina Pipeline agit un peu comme une route à péage en ce sens qu’elle reçoit de ses clients une redevance ou un paiement similaire en fonction des volumes de produits transportés. Cette redevance ne dépend pas de la valeur des ressources, ce qui permet à l’entreprise de se protéger dans une certaine mesure contre les fluctuations des prix des produits de base. En outre, l’entreprise fournit ce service à ses clients dans le cadre de contrats à relativement long terme qui prévoient un volume minimum de ressources que ses clients doivent transporter par son infrastructure. Cela a pour effet de donner à Pembina Pipeline une source de revenus relativement sûre et constante sur une longue période. C’est exactement le genre de situation que nous aimons voir avec un investissement de revenu. Comme nous pouvons le voir ici, environ 85% de l’EBITDA ajusté de la société provenait de ces contrats l’année dernière, et ce chiffre est en augmentation :

Source : Oléoduc Pembina

Ainsi, Pembina Pipeline travaille activement à accroître la sécurité de ses flux de trésorerie. Cela devrait apporter un certain réconfort aux investisseurs de l’entreprise. Bien entendu, ces contrats ne signifient pas grand-chose si la contrepartie n’est pas en mesure de rester solvable. C’est pourquoi nous voulons examiner la solidité financière de ses clients. Heureusement, Pembina Pipeline semble être bien positionnée dans ce domaine. Comme nous pouvons le constater, la grande majorité de ses contrats sont conclus avec des sociétés ayant valeur d’investissement :

Source : Oléoduc Pembina

C’est quelque chose que nous aimons voir dans l’environnement actuel. En effet, les entreprises ayant valeur d’investissement ont généralement des bilans beaucoup plus solides et des flux de trésorerie plus diversifiés que celles qui n’ont pas valeur d’investissement. Elles sont donc bien mieux placées que leurs homologues plus faibles pour faire face au climat actuel et éviter la faillite. En outre, les entreprises de qualité ont une réputation de solidité et de stabilité financières, et il semble probable qu’elles voudront protéger cette réputation. Ainsi, elles peuvent aussi être moins enclines à annuler arbitrairement un contrat et feront tout ce qui est en leur pouvoir pour continuer à honorer leurs engagements. Par conséquent, le fait que la très grande majorité des contrats de Pembina Pipelines soient conclus avec des sociétés aussi solidement financées devrait renforcer la sécurité des flux de trésorerie de la société et sa capacité à maintenir son dividende.

Comme je l’ai expliqué dans quelques articles précédents, ce sont les sociétés d’exploration et de production en amont qui sont les plus vulnérables au stress financier ou à la faillite en ce moment. Une entreprise comme une société de services publics est beaucoup moins vulnérable. Cela est dû au fait que les revenus et le cash-flow dépendent directement des prix de l’énergie. Ainsi, lorsque le prix de ces matières premières baisse, ces mesures financières le font, mais pas les engagements de l’entreprise (comme la dette). Ainsi, la capacité de l’entreprise à respecter ces engagements diminue, ce qui la met sous tension. Pour cette raison, il est donc agréable de voir que la partie des contrats de l’entreprise qui concerne les entreprises n’ayant pas la qualité d’investissement est assez bien diversifiée. Nous pouvons le constater ici :

Source : Oléoduc Pembina

Comme on peut le voir, seulement 50 % environ des contreparties de la société qui ne sont pas de qualité investissement sont des sociétés d’exploration et de production en amont. Le reste de ces contreparties sont des entreprises qui devraient être en mesure de mieux résister à la faiblesse des prix de l’énergie car leurs revenus ne dépendent pas autant des prix des matières premières. En fait, certaines entreprises telles que les services publics bénéficient en fait de la baisse des prix des matières premières, car le coût de leurs intrants diminue. En plus de maintenir un portefeuille de clients diversifié, Pembina a pris d’autres mesures pour atténuer ses risques. Par exemple, elle peut exiger de ses clients n’ayant pas la qualité d’investisseur qu’ils fournissent soit une garantie d’une grande entreprise mère, soit une lettre de crédit d’une banque, soit un paiement à l’avance. Ces mesures garantissent effectivement que Pembina Pipeline sera payée pour les services qu’elle fournit même si la contrepartie rencontre des problèmes financiers, ce qui contribue à accroître la sécurité de ses propres flux de trésorerie.

Le gazoduc Pembina a également un profil d’échéance de la dette assez solide. Nous pouvons le constater ici :

Source : Oléoduc Pembina

Comme nous pouvons le voir ici, le gazoduc Pembina a très peu de dettes arrivant à échéance cette année et des échéances de dettes échelonnées dans le temps. C’est important car cela minimise le montant de la dette que l’entreprise doit rembourser au cours d’une année donnée. Cela peut être important dans un environnement comme celui que nous connaissons aujourd’hui. Le marché a craint l’endettement de nombreuses entreprises ces derniers temps, mais il s’est surtout inquiété de l’endettement des entreprises du secteur de l’énergie, car il craint que la faiblesse des prix de l’énergie n’augmente le risque qu’elles ne puissent pas rembourser leur dette. Si le gazoduc Pembina semble avoir des flux raisonnablement sûrs, cette crainte pourrait facilement s’étendre à lui et rendre difficile le refinancement d’un montant important de la dette de l’entreprise au cours d’une année donnée. Le fait que l’entreprise n’ait pas besoin de refinancer un montant important à un moment donné réduit donc ses risques, ce que tout investisseur devrait apprécier.

Malgré tout ce que la société a fait, Pembina Pipeline a été dévastée par le marché, comme presque toutes les autres actions. Cela dit, elle n’a peut-être pas été aussi punie que d’autres sociétés du secteur intermédiaire. Comme nous pouvons le constater, la société est toujours à environ 36% de son plus haut niveau en 52 semaines, à savoir 40,65 dollars par action :

Cela peut représenter une opportunité pour les investisseurs. Au niveau actuel, l’action affiche un rendement de dividende impressionnant de 6,95 %. Comme nous venons de l’établir, l’entreprise devrait être au moins relativement stable à l’avenir et devrait pouvoir maintenir ce dividende. Ainsi, les investisseurs ont la possibilité de percevoir un rendement en dividendes raisonnablement élevé en attendant que le secteur se redresse.

Chez Energy Profits in Dividends, nous cherchons à générer un rendement de plus de 7 % en investissant dans un portefeuille de titres énergétiques tout en minimisant notre risque de perte de capital. En vous inscrivant, vous aurez accès à nos meilleures idées avant qu’elles ne soient diffusées au grand public (et beaucoup d’entre elles ne le sont pas du tout) ainsi qu’à des recherches bien plus approfondies que celles que nous mettons à la disposition de tous. Nous offrons actuellement un essai gratuit de deux semaines pour ce service, alors n’hésitez pas à nous consulter !

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.



tout savoir sur la crypto