Dufry AG. (OTCPK:DUFRY) Conférence téléphonique sur les revenus du 1er trimestre 2020 12 mai 2020 8:00 AM ET

Entreprises participantes

Julian Díaz – PDG

Yves Gerster – Directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Jon Cox – Kepler Cheuvreux

Jaafar Mestari – Exane BNP Paribas

Rebecca McClellan – Santander

Gian Marco Werro – MainFirst

Neill Keaney – CreditSights

Edouard Aubin – Morgan Stanley

Stefan Alb – Sierra Global

Alexander Kretzler – Barclays

Aman Mahal – PGIM

Linda Pasquini – Reuters

Iva Horcicova – Napier Park Global Capital

Julian Díaz

Bonjour, et merci de participer à cet appel pour la mise à jour des échanges du premier trimestre 2020. Je suis moi-même, Julian Díaz, PDG, et Yves Gerster, directeur financier, qui vous présentent aujourd’hui ces mises à jour. Comme pour les appels précédents, nous allons utiliser la présentation divulguée ce matin sur notre site web.

Passons à la diapositive 3. Nous avons ici l’ordre du jour, je vais d’abord passer en revue nos performances commerciales dans les périodes puis Yves présentera les initiatives récemment lancées pour soutenir notre structure financière. Et pour conclure, je reviendrai pour une mise à jour commerciale de nos performances en avril et des conclusions.

Avant de commencer avec les mises à jour, je voudrais également vous rappeler que pour cette année, pour les performances des premier et troisième trimestres, Dufry ne fournira qu’une mise à jour des transactions et divulguera des résultats financiers complets pour les périodes de six mois et d’un an. Cette approche a déjà été communiquée dans la présentation des résultats du troisième trimestre 2019.

Passant à la diapositive 5, je voudrais mettre en évidence les sujets les plus importants du premier trimestre 2020. Notre chiffre d’affaires au cours des trois premiers mois de 2020 s’est élevé à 1,4 milliard de francs suisses, ce qui, à taux de change constants, représente une baisse de 20,8 % par rapport à l’année précédente. Pour gérer la crise actuelle, Dufry a immédiatement mis en place un comité dédié au niveau du comité exécutif mondial en janvier, comme je l’ai commenté dans l’appel précédent, et a mis en œuvre notre plan d’action global pour stimuler les ventes, réduire les coûts fixes et sécuriser les liquidités du travail. Je discuterai plus en détail de ce plan plus tard au cours de la présentation.

En outre, je tiens à souligner les importantes mesures financières que nous avons mises en œuvre au cours des dernières semaines. Dans le cadre des discussions avec les banques, nous avons examiné plusieurs approches possibles pour renforcer la structure financière et la position de liquidité, tout en réduisant autant que possible la dilution de nos actionnaires existants, et nous avons mis en œuvre des solutions qui pourraient être intégrées dans notre plan. Ces négociations et ces initiatives ont eu pour résultat que nous avons tout d’abord signé un accord avec les banques pour renoncer aux clauses restrictives jusqu’en juin 2021 et augmenté notre alliance financière de 425 millions de francs suisses.

Ensuite, en incluant le placement d’actions, les nouvelles obligations convertibles et les liquidités disponibles, nous avons maintenant atteint une position de liquidité pro-forma de 1,6 million de francs suisses. Combiné à une série d’initiatives de réduction des coûts mises en œuvre en parallèle, cela nous permet de maintenir une période prolongée de décaissements et de détérioration et, bien évidemment, nous pouvons atteindre le prochain cycle de génération de liquidités.

Pour l’avenir, nous sommes prêts à reprendre les opérations dès que la situation le permettra. Et nous avons déjà élaboré notre plan de réouverture sur notre base de localisation par localisation sans envisager individuellement de baser la rentabilité des scénarios par opération. Cela nous permet d’ajouter avec souplesse et de nous adapter aux opportunités locales dès que les restrictions de voyage seront levées.

Dans ce contexte, nous nous attendons à voir d’abord les vols intérieurs – évidemment, le premier développement des vols intérieurs, comme je l’ai commenté dans les appels précédents, suivi par les vols continentaux et à moyen terme par exemple, la deuxième moitié probablement du vol intercontinental de 2020.

Si nous passons à la diapositive 6, nous pouvons voir que le chiffre d’affaires, comme je l’ai mentionné, atteint 1,4 milliard de francs suisses au premier trimestre, ce qui équivaut à moins 20,8 % en monnaie constante.

Si l’on examine l’évolution des affaires au cours du premier trimestre, on constate qu’elle a été caractérisée par une évolution et des performances commerciales totalement différentes chaque mois. En janvier, la première partie du mois a commencé par une croissance organique accélérée, puis durant la deuxième partie du mois de janvier et en raison de la crise qui a débuté en Asie. Nous avons atteint, en janvier, une performance de plus 7,8 %, même si elle était positive.

En février, nous avons vu les ventes commencer à ralentir et nous avons atteint moins 7 %. Si vous savez, les principaux apports ont été ceux de l’Asie et des destinations internationales avec une clientèle asiatique. Ainsi, la croissance organique pour les deux premiers mois a atteint moins 2,3 %, et en mars, nous avons vu un nombre accru de restrictions de voyage mises en place, surtout, pendant la deuxième partie du mois de mars.

Et cela réduit considérablement les flottes de passagers en avril, ce qui se traduit par une baisse des ventes pour le mois de mars de près de 56%.

La croissance organique a été de moins 21,4 % au cours du trimestre. L’impact provient en grande partie des performances à données comparables et de la baisse respective du nombre de passagers dans toutes les divisions. De nombreux aéroports ont été fermés ou des magasins ont dû être fermés en raison de réglementations gouvernementales concernant notamment l’interdiction des arrivées internationales dans les pays ou la limitation de la circulation des personnes.

Si nous passons à la page 7, nous pouvons voir plus de détails sur la composante de la croissance, comme je l’ai déjà mentionné, avec l’impact principal de la composante “like-for-like”. En ce qui concerne le changement de périmètre, vous pouvez voir l’impact positif généré par les deux acquisitions réalisées en 2019, notamment l’opération Vnukovo à Moscou et les boutiques Brookstone dans plusieurs aéroports aux États-Unis.

Regardons la diapositive n° 8. Regardez l’évolution du taux de change au premier trimestre 2020, qui a eu un impact négatif de moins 2,8 % sur les ventes totales. Cela montre une accélération moindre par rapport au quatrième trimestre de 2019 et reflète l’appréciation continue du franc suisse par rapport à nos principales devises. Le dollar américain moins 2,9 %, l’euro moins 5,6 % et la livre britannique moins 4,6 %.

Si nous passons à la diapositive 9, nous pouvons voir comment la crise actuelle a affecté chaque division, l’Asie-Pacifique et le Moyen-Orient moins 30 %, comme je l’ai dit, la première division ayant commencé à être touchée en janvier et l’Amérique du Nord moins 24 % étant la plus exposée. Suivent l’Europe moins 20 % et l’Amérique centrale du Sud moins 16,3 %. En ce qui concerne l’Amérique centrale et du Sud, qui est la moins touchée au cours du premier trimestre, nous devons considérer que les restrictions de voyage y ont commencé plus tard que dans d’autres parties du monde.

Passons à la diapositive 10. Si l’on passe à la division Europe et Afrique, la croissance organique de cette division atteint moins 20,2 % sur la période. Le format a été négatif dans la plupart des endroits de la division et particulièrement en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni et en Espagne avec une croissance négative à deux chiffres. La Turquie a enregistré une performance positive au cours du trimestre, soutenue par un très bon moteur de trafic de passagers en janvier et février, mais en baisse sensible en raison des restrictions de voyage. Et les performances en Afrique ont été stables, la croissance des deux premiers mois de l’année étant compensée par le ralentissement observé en mars.

Si nous passons à la diapositive numéro 11, nous pouvons voir que sur l’ensemble du trimestre, la division Asie-Pacifique et Moyen-Orient est celle qui a été la plus longtemps touchée, ce qui se traduit par une croissance organique de moins 13,2 %. Au sein de la division, l’Asie-Pacifique a été la région la plus touchée, avec une performance négative sur l’ensemble du trimestre. En Europe de l’Est, en Australie et au Moyen-Orient, la plupart des opérations ont connu une croissance organique négative.

Nous avançons donc comme le montre la diapositive 12. En Amérique du Nord, la croissance organique a été de moins 24 % sur la période, nous avons connu un ralentissement dans les deux segments, mais surtout dans le secteur des produits hors taxes, qui est exposé aux clients internationaux et chinois. Nous avons également assisté à la fermeture temporaire d’un grand nombre de magasins, surtout pendant la deuxième partie du mois de mars.

Si nous passons à la page 13. Les performances de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud ont été moins touchées par toutes les divisions, avec une croissance organique de moins 15,3 %. Ici, les plus importantes sont les restrictions mises en place en mars, les performances en Amérique centrale et dans les Caraïbes ont été moins touchées et ont enregistré une croissance organique négative à un chiffre, tandis que l’impact en Amérique du Sud a été plus prononcé.

En passant à la diapositive 14, vous verrez le détail des nouvelles ouvertures et des rénovations réalisées au cours du premier trimestre. La plupart de ces ouvertures et rénovations ont eu lieu au cours des mois de janvier et février. Les nouvelles ouvertures, pour un total de 2 800 mètres carrés, sont réparties entre toutes les divisions, avec un nouveau magasin aux États-Unis, 5 magasins au Brésil, 2 à Perth, en Australie, et 1 en Finlande et au Mexique.

Dans le tableau ci-dessous, nous le voyons par rapport à la surface commerciale totale rénovée de 5 500 mètres carrés. La majorité des rénovations ont été effectuées sur l’aéroport de Stansted au Royaume-Uni et sur le site de Guayaquil en Équateur, avec respectivement 2 600 et 1 100 mètres carrés. Depuis le mois de mars, nous avons interrompu quelques travaux de rénovation afin de réduire les dépenses d’investissement à court terme, mais nous prévoyons de renouveler les magasins dès que la situation générale se sera normalisée.

Si vous voulez bien vous rendre à la diapositive 15, nous avons également continué à signer un nouveau contrat, étendant notre empreinte avec 13 800 mètres carrés de magasins qui seront ouverts en 2020 et 2021. Le plus grand magasin ici est un magasin à droits acquittés. L’opération Circle à l’aéroport de Zurich qui ouvrira au cours du quatrième trimestre de cette année. En ce qui concerne l’expansion, le graphique du bas avec 36 000 mètres carrés dans le pipeline actuel montre que le secteur du travel retail continue à proposer de nouvelles opportunités et que nous pouvons bénéficier de cette tendance générale à la croissance.

Si nous passons à la page 16, et dans cette diapositive, je voudrais vous donner une mise à jour de notre plan d’action pour gérer la crise. Comme vous le savez déjà en janvier, nous avons créé un comité spécial au niveau du comité exécutif du groupe, qui a mis en œuvre un ensemble complet d’initiatives opérationnelles pour stimuler les ventes, réduire les coûts fixes et préserver les liquidités. Ce comité, soutenu par 13 équipes dédiées, a centralisé la conduite et la supervision de l’exécution de toutes les initiatives. Il est important de noter que nous avons basé le plan d’action sur différents scénarios prenant en compte différents niveaux de baisse des ventes sur l’année entière, de 40 à 70 %, et permettant d’adapter sélectivement les mesures aux performances de l’entreprise.

Ces scénarios comprennent les niveaux de réduction des coûts et d’économie suivants. En cas de baisse de l’activité de 40 à 70 %, les dépenses liées à la concession s’élèveraient à 32 500, exprimées en pourcentage du chiffre d’affaires dans une situation pré-IFRS16. Les dépenses de personnel seraient réduites de 20 à 35 % par rapport à l’année précédente et les autres dépenses seraient réduites de 26 à 30 % par rapport à l’année précédente. Permettez-moi de vous présenter ces initiatives plus en détail.

Afin de réduire autant que possible les coûts fixes, nous avons adapté la structure opérationnelle de la société pour refléter la situation actuelle de l’environnement commercial et pour niveler autant que possible la structure flexible des coûts.

Si l’on examine en détail les mesures de réduction des coûts, les principales initiatives sont les suivantes. La réorganisation de la croissance du personnel au niveau comprenant la participation aux régimes gouvernementaux, la mise en œuvre d’un programme volontaire de réduction des salaires en empruntant à la fois à la direction et aux employés. Je dois dire que nous avons reçu un grand soutien et une grande réponse de toutes nos équipes, comme en témoigne la forte adhésion au programme, qui a conduit à un gel important, y compris une limitation des nominations de personnel temporaire et une réduction des dépenses de personnel au siège, dans les divisions et dans les bureaux nationaux.

Avec nos propriétaires, nous avons actuellement de nombreuses discussions pour négocier les redevances de concession. À Jeanette, nous avons reçu des réactions positives et le soutien de la majorité des propriétaires, et certains aéroports ont déjà accordé des allègements. Il est important de noter ici que, d’une part, pour la grande majorité de nos concessions, nous payons une redevance précieuse et que, d’autre part, pour la dernière partie du contrat qui contenait un élément fixe, nous avons reçu le consentement du propriétaire pour renoncer aux MAG ou sommes toujours en discussion pour réduire le loyer et la concession. En outre, si les April ont fermé leurs portes de leur propre chef ou si la législation locale n’autorise pas l’ouverture des magasins, ou encore si nous comprenons que, pour cette période, nous sommes libres de payer un loyer.

De plus, nous réduisons autant que possible toutes les dépenses de fonctionnement et contrôlons chaque paiement au niveau du groupe avec une équipe dédiée. En ce qui concerne les initiatives relatives au fonds de roulement net et aux dépenses d’investissement, nous avons également mis en œuvre plusieurs initiatives qui sont bien supervisées par une équipe spécialisée au niveau du groupe. Dans le cadre de ces initiatives, nous négocions avec les fournisseurs des conditions de paiement très souples et des promotions pour les affiliés afin de réduire les volumes. Nous avons actuellement réduit les dépenses d’investissement pour vendre et nous continuerons à les gérer de manière rigoureuse à l’avenir.

Pour 2020, le niveau global de CapEx sera vraisemblablement inférieur à celui de l’année précédente. En ce qui concerne l’initiative de dimension totale au niveau du capital de mise en réseau et des CapEx, les économies totales en espèces s’élèvent à environ 150 millions de francs suisses pour l’ensemble de l’année 2020. Afin de maximiser les ventes dans les sites encore ouverts et également pendant la phase de reprise, nous avons mis en place plusieurs initiatives, notamment des promotions mondiales et la concentration de l’assortiment de l’offre sur des catégories de produits de base et des exclusivités pour stimuler les ventes et les volumes et permettre d’augmenter la conversion et de maximiser les ventes par client.

Je vais maintenant passer la parole à Yves pour qu’il représente les initiatives détaillées mises en œuvre pour soutenir notre structure financière et notre position de liquidité, Yves ?

Yves Gerster

Merci, Julian. Et bonjour ou bon après-midi à tous, selon l’endroit d’où vous écoutez l’appel.

Sur la diapositive 18, je voudrais vous présenter les différentes initiatives que nous avons mises en œuvre au cours des dernières semaines et qui soutiennent fortement notre structure financière et notre position de liquidité. Tout d’abord, nous avons reçu des engagements de la part d’un groupe de banques relationnelles pour une facilité de crédit engagée de 12 mois supplémentaires d’environ 425 millions de francs suisses avec deux prolongations de six mois. Cette nouvelle facilité est de même rang que la facilité syndiquée existante. Cette nouvelle facilité remplace les facilités non engagées existantes. L’accord est soumis à la documentation finale, qui est en cours de finalisation.

Deuxièmement, nous avons réalisé avec succès un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels au moyen d’une procédure de book building accélérée de 5 millions d’actions provenant de notre capital social autorisé existant et de 500 000 actions propres. Le placement a généré un produit de 151,3 millions de francs suisses. Il convient de mentionner ici que ce placement d’actions a également été soutenu par les membres du conseil d’administration et de la direction avec un montant significatif.

Troisièmement, nous avons émis les obligations convertibles non garanties de premier rang. En raison d’une forte demande, le montant initial de 300 millions de francs suisses a été augmenté de 50 millions de francs suisses pour atteindre un montant total de 350 millions de francs suisses.

L’obligation convertible porte un coupon de 1% payable semestriellement. Le prix de conversion est de 33 CHF, ce qui correspond à une prime de conversion de 20 % par rapport au cours de référence de l’action. Sauf conversion, remboursement ou rachat et annulation préalables, les obligations convertibles seront remboursées jusqu’à l’échéance du 4 mai 2023.

Passons à la diapositive suivante. Il est important de noter que notre consortium bancaire, composé de 25 banques internationales, a approuvé notre demande de dérogation aux clauses financières actuelles jusqu’en juin 2021 inclus et d’établir un seuil d’endettement net accru par un flux de trésorerie d’exploitation ajusté de 5,0 au lieu de 4,5 précédemment pour le test des clauses en septembre et décembre 2021. Cet accord est signé et est entré en vigueur.

De plus, si l’on considère maintenant les propositions qui seront faites à la prochaine assemblée générale ordinaire du 18 mai, le conseil d’administration a reconsidéré sa proposition initiale et a décidé d’annuler le paiement du dividende 2020, évitant ainsi une sortie de fonds à court terme de près de 200 millions de francs suisses.

En outre, le conseil d’administration a proposé à la prochaine assemblée générale ordinaire d’augmenter le capital social conditionnel à 63,5 millions de francs suisses, divisé en 12,7 millions d’actions nominatives Dufry d’une valeur nominale de 5 francs suisses pour permettre le règlement physique des obligations convertibles de la conversion.

En résumé, les mesures relatives aux fonds propres présentées aujourd’hui ainsi que la nouvelle facilité de crédit, l’annulation des dividendes et les autres mesures de réduction des coûts opérationnels mises en œuvre renforceront considérablement la base de capital et les positions de liquidité de Dufry. Les initiatives sont conçues pour nous aider à poursuivre nos activités jusqu’au prochain cycle de génération de liquidités en 2021, même dans un scénario sévère avec des ventes qui diminuent de 40 à 70 % sur une année complète, tout en nous offrant suffisamment de souplesse pour réagir aux opportunités commerciales qui se présentent dans le contexte de la situation actuelle.

Ceci conclut ma présentation et je passe la parole à Julián.

Julián Díaz

Merci, Yves. Je vais maintenant essayer de résumer en trois blocs. Le premier concerne le fonctionnement. L’autre concerne la structure financière et l’autre la communication. En ce qui concerne la première partie, les opérations, je pense qu’au cours du premier trimestre 2020, le chiffre d’affaires a été considérablement affecté par la crise et nous avons atteint 1,4 milliard de francs suisses, soit une baisse de 20,8% des coûts et des devises par rapport à l’année dernière et une baisse de 23,6% de la croissance déclarée.

En examinant les tendances, nous avons constaté que les niveaux de vente diminuent en quelques mois – en février, comme prévu, car un plus grand nombre d’endroits ont été touchés en avril. Les ventes périodiques ont été de moins 94,1 %. Depuis janvier, nous avons mis en œuvre un plan d’action complet pour stimuler les ventes, réduire les coûts fixes et préserver notre position de liquidité. Le plan d’action envisage un scénario de baisse des ventes pour l’ensemble de l’année de 40 à 70 % des ventes, ce qui, selon le scénario, entraînera une réduction des coûts différente selon le type de coûts, des redevances de concession aux frais de personnel et aux frais généraux. En ce qui concerne le capital de mise en réseau et les initiatives de CapEx, nous visons des économies de 150 millions de francs suisses.

En outre, en vue de la réouverture, nous avons déjà élaboré les plans respectifs pour chaque lieu. Évidemment, basé sur la reprise – une reprise progressive. Dans le cas présent, les plans sont basés sur la rentabilité de chaque site afin de stimuler les ventes et les volumes parallèlement à la reprise des différentes opérations.

Dans le deuxième bloc, vous voyez en termes d’amélioration de la structure financière. Le côté positif de la tarification, je tiens à souligner à nouveau la mise en œuvre réussie de plusieurs initiatives financières exécutées dans un court laps de temps. Nouvelles facilités bancaires, congé de convention, augmentation de capital et prêts convertibles. Ensuite, l’intégrité nous permet de maintenir et même de prolonger une période d’impact pour atteindre évidemment le prochain cycle de génération de liquidités au deuxième ou troisième trimestre 2021.

Et la dernière partie est en termes de communication. Nous avons déjà fait savoir que nous avons retiré nos orientations pour l’exercice 2020, car l’environnement des entreprises est très dynamique et la visibilité est encore très faible. La date et les modalités de reprise des activités sont encore incertaines, mais nous avons constaté un nombre important de nouveaux vols réguliers en juin et surtout en juillet.

De mon côté et du côté des entreprises, ceci conclut notre présentation et nous pouvons maintenant passer à la session de questions-réponses. Je vous remercie beaucoup.

Séance de questions-réponses

Opérateur

La première question est tirée de la phrase de Jon Cox avec Kepler Cheuvreux. Allez-y, s’il vous plaît.

Jon Cox

Deux questions pour vous. La première est que vous parlez vraiment de ces liquidités pro-forma dont vous disposez à la fin mars, soit 1,6 milliard de francs suisses, ce qui inclut évidemment une convertible et toutes les nouvelles facilités, etc. Pouvez-vous nous dire quel était ce chiffre à la fin du mois d’avril, puisque vous nous avez gentiment indiqué que vos ventes avaient diminué de 94 % en avril ? Et puis la deuxième question, concernant le type de reprise ou quoi qu’il puisse arriver, Julian, je pense que vous avez déjà dit que votre pire scénario est que les affaires ou les passagers de 2019 reviennent au plus tard en 2022 là où ils étaient. En attendant, vous avez vu ACI et IITA, Boeing et Airbus et un certain nombre d’opérateurs aériens, qui disent que le chiffre le plus probable est de revenir en 2024 ou même en 2025. Je me demandais simplement si vous aviez réfléchi à une date ou si vous aviez changé d’avis sur la date à laquelle nous pourrions revenir à ces niveaux de 2019. Je vous remercie.

Julián Díaz

En ce qui concerne la situation de trésorerie, comme je vous l’ai dit la dernière fois en avril, nous attendions entre 200 et 220 millions de francs suisses ; je pense qu’il s’agissait de 215 millions de francs suisses, de l’érosion des liquidités et c’est déjà confirmé. Vous pouvez réduire de 1,6 million à 200 millions de francs suisses, comme je l’ai mentionné à l’époque, et cela a été confirmé. C’est juste pour confirmer la première chose. La deuxième est d’avoir un verre plus manifestement difficile parce qu’il y a maintenant de nombreux scénarios différents. Et je pense que si vous regardez bien, je ne veux pas mentionner une institution spécifique, mais si vous regardez par exemple l’ACI, c’est – désolé, l’IATA, et je pense que c’est évidemment l’une des plus pertinentes. Ils parlent d’une diminution de 57 % du revenu par passager pour les compagnies aériennes en 2020, nous envisageons le pire scénario moins 70, et puis en termes de recouvrement lorsque j’ai dit que le temps et les informations que nous avons également recueillies sont encore très courts. En tout cas, la récupération totale de ces moins 70 % se fera en 2022 et je n’ai pas d’autres informations.

Vous verrez qu’il y a plus d’informations disponibles que nous pouvons partager, mais la visibilité est encore très courte. Je maintiens que dans un scénario de moins 70 %, les ventes sont basées sur un nombre important de passagers en baisse aujourd’hui. Je pense que nos informations précieuses se situeront un jour entre 50 et 60 % de baisse du nombre de passagers en 2020. Je n’en enchaîne aucune Je préfère dire que les informations que nous avons recueillies indiquent qu’en 2022, le nombre de passagers pourrait se rétablir. Il pourrait être de 24, il pourrait être de 25. Je n’en ai pas la moindre idée, mais je ne sais pas quelle est la raison pour laquelle on dit 22, 23 ou 24 aujourd’hui, c’est juste très tôt.

Jon Cox

Merci pour cela. Je me demande si je peux encore essayer. En gros, vous avez dit la dernière fois que vous étiez là, vous pensez que la consommation d’argent devrait se réduire à environ 70 millions de francs suisses à partir du mois de mai, car vous avez en quelque sorte mis le paquet sur toutes les sorties d’argent. Pouvez-vous juste confirmer ce chiffre si les ventes sont en baisse.

Julián Díaz

Non, je n’ai pas dit ça, je me suis peut-être expliqué. Vous m’avez posé la question la dernière fois. Quel est le scénario du cas de brûlure. Pour moi, le burn case scenario est un ensemble de vente. Avec le set of sale, j’ai maintenu la même chose : 70 millions de francs, 75 millions de francs. Quand je pense que quelqu’un me pose la question sur le mois de mai et que je dis en mai, le cash out externe, le cash burn scenario, le cash out scenario a été fait à moitié en avril. C’est environ 90 millions de francs, 95 millions de francs, mais d’une manière standard, sans vente, disons en mai, juin ou juillet, je maintiens la même chose, soit 70 millions de francs, 75 millions de francs. En mai sera — en raison des prévisions des engagements de paiements ou des sorties de fonds au cours du premier trimestre sera environ la moitié d’avril. Mais à partir de maintenant, s’il n’y a pas de ventes, le cash burn un scénario 70 millions de CHF, 75 millions de CHF

Opérateur

La prochaine question vient de la ligne de Jaafar Mestari avec Exane BNP Paribas. Allez-y, s’il vous plaît. M. Mestari, votre ligne est ouverte. Vous pouvez poser votre question.

Jaafar Mestari

Juste deux questions pour moi, s’il vous plaît. La première est la suivante : pourriez-vous s’il vous plaît répéter vos hypothèses de coûts de fonctionnement ? Vous parlez très vite. Je crois vous avoir entendu dire que dans votre scénario de moins 40 % des recettes, votre hypothèse est que les loyers représenteraient, j’ai entendu 38 % des recettes.

Julián Díaz

Pour 40%, le scénario est de 32,5. Dans le scénario moins 70 %, c’est 38 %.

Jaafar Mestari

Je vous remercie. Et cela doit être comparé aux numéros pré-IFRS.

Julián Díaz

Si j’ai vu — en IFRS est encore nous n’allons pas finir. Je suis vraiment assis là. Je pensais que c’était plus facile de comparer les normes pré-IFRS16 pour la raison que j’ai mentionnée.

Jaafar Mestari

Je pense donc que le numéro de référence est de 28%. Donc, évidemment, il est assez proche. Mais pour être très clair, vous ne supposez pas que tous les contrats auront des loyers entièrement variables. Vous supposez que les loyers seront…

Julián Díaz

Nous supposons — en fonction de l’emplacement car il y a des loyers qui n’ont pas de masse sont liés aux mètres carrés et des choses comme ça. Mais dans la plupart des cas, ces — parlons de l’esprit 70%, moins 70% et 30% considère une grande majorité des MAG et du relief.

Jaafar Mestari

Ok, donc un peu de relief MAG, donc 100% de relief MAG.

Julián Díaz

Je ne m’en souviens plus maintenant, mais la plupart d’entre eux. Vous pouvez compter sur la plupart d’entre eux parce qu’aujourd’hui, la plupart des processus de négociation sont très avancés ou vraiment aujourd’hui fermés. Et nous sommes déjà dans le premier mois.

Jaafar Mestari

Et ma deuxième question porte sur vos scénarios de réouverture. Avez-vous la possibilité de choisir votre propre calendrier de réouverture ? Ou êtes-vous plutôt lié et engagé aux horaires que les aéroports décideront ? À titre d’exemple, pourriez-vous choisir de retarder une certaine réouverture si l’aéroport décide que nous serons en service demain matin, mais vous pensez que, d’un point de vue réaliste, la fréquentation attendue est encore trop faible ? Ou êtes-vous absolument sûr qu’il vaut mieux avoir des ventes, même si elles sont de 10 à 20 %, et vous êtes alors sûr que payer des équipes de vente, payer des équipes de soutien, payer un loyer vaut la peine, même s’il n’y a qu’une petite reprise.

Julián Díaz

Il est également difficile de répondre à la question. Ce que nous avons, c’est un plan qui identifie d’abord la rentabilité de base pour penser, emplacement par emplacement, c’est-à-dire magasin par magasin. Quel devrait être le scénario que nous aimerions rouvrir ? Mais il n’y a pas encore un seul processus de négociation ouvert aujourd’hui avec qui que ce soit dans le monde afin de discuter de la manière dont la réouverture se fera. Car je pense que la première chose à faire sera probablement d’ouvrir les aéroports, surtout si l’on comprend mieux l’évolution de la situation au cours du mois prochain.

Dès qu’il s’agit d’un défi. Nous devons évidemment rencontrer chacun des propriétaires et discuter de ce que devrait être le plan de réouverture, mais ce que nous avons fait dans ce sens, ce que nous avons identifié, emplacement par emplacement, la rentabilité de base, c’est-à-dire les magasins que nous devrions ouvrir dans le cas de la réouverture d’un aéroport. Mais ensuite, en fonction du nombre de passagers et en fonction de l’aéroport d’entrée, nous ne contrôlons évidemment pas la deuxième partie. Aujourd’hui, si vous posez la question, est-ce que vous me l’avez posée. Savez-vous si, demain, vous serez obligé d’ouvrir tous les magasins en un seul endroit. Je n’en ai pas la moindre idée. Je n’en sais rien. Parce qu’alors, le propriétaire pourrait se le permettre. Mais le plan tient compte de ce que j’ai mentionné.

Opérateur

La question suivante provient de la ligne de [Michael Bow with Sona]. Allez-y, je vous en prie.

Analyste non identifié

Peu de questions de ma part. Il serait très utile que je sache que nous vivons une période exceptionnelle, et je sais que vous avez accepté de ne pas déposer de rapports financiers trimestriels. Mais la réalité est qu’il est très difficile de modéliser cette entreprise sans pouvoir voir ce qui lui arrive sur une base trimestrielle. Est-il possible que vous publiiez les résultats financiers du premier trimestre pour que nous puissions faire nos propres calculs et essayer de mieux comprendre les différents plans d’entreprise ?

Julián Díaz

La réponse est non, nous ne pouvons pas nous contenter de révéler d’abord que nous n’en avions pas l’intention parce que, tout d’abord, cette activité était très volatile en raison de la saisonnalité et que c’était la principale raison et ce moment. S’il y a de la volatilité maintenant, c’est réglé parce qu’évidemment nous n’avons pas d’activité et la réalité de l’activité est complètement différente et dans le passé. Et nous n’avons pas encore décidé quelle est la meilleure façon d’aborder l’entreprise du point de vue comptable. Nous discutons avec les auditeurs, et avec d’autres personnes et nous ne voulons pas immuniser les informations de divulgation qui ne sont pas complètement dépassées et je suis désolé, je ne peux pas répondre à la question parce que ce n’est pas possible.

Analyste non identifié

La deuxième question concerne les différentes options de prêt dans votre compte de résultat et ce que vous avez commenté, car il a été assez rapide autour des concessions, de la réduction du personnel, d’autres postes sur la baisse de 40 % et 70 % de l’activité ?

Julián Díaz

Désolé, je n’ai pas compris la question.

Analyste non identifié

Je veux dire, le personnel américain

Julián Díaz

Laissez-moi vous expliquer, je l’ai évidemment mentionné dans les lignes du compte de résultat et qui sont liées à l’opération. Je pense qu’en dessous comme aujourd’hui c’est plus facile parce que rien n’a changé. En fait, nous sommes en dessous de la performance opérationnelle ou vous avez ces lignes difficiles des résultats financiers du P&L et c’est tout, mais c’est quelque chose que rien ne change jusqu’à présent.

Analyste non identifié

Ce que je vous demande, c’est de combien, par exemple, vos taux de concession diminueront, de combien, par exemple, vos coûts de personnel diminueront dans le cadre de la [indiscernible].

Julián Díaz

Je pense que je l’explique dans un scénario moins 40 % de redevance de concession, nous nous attendons à 32,5 dans tout scénario moins 70 % est le pourcentage de redevance de concession sur le chiffre d’affaires, nous nous attendons à 38 %. Les dépenses personnelles dans n’importe quel scénario moins 40 % moins 20 % dans n’importe quel scénario moins 70 % ou moins 55 % diminuent ou diminuent les entreprises commerciales. Dans les autres dépenses, si moins 26 % correspond à un scénario de moins 40 % ou si moins 38 % correspond à un scénario de moins 70 %. Maintenant, il est certain que nous passons correctement en revue l’industrie.

Opérateur

La question suivante vient de Rebecca McClellan avec Santander. Allez-y, s’il vous plaît.

Rebecca McClellan

Eh bien, la plupart de mes questions ont reçu une réponse, mais y a-t-il une situation où le verrouillage a été facilité et où vous pouvez en quelque sorte nous parler de ce que vous voyez dans le trafic intérieur ? Ou bien pouvez-vous nous donner des informations pour comprendre ce qui se passe sur le terrain ?

Julián Díaz

Bonjour, Rebecca, je pense qu’au cours des deux dernières semaines, nous avons encore constaté une très, très, très faible augmentation aux États-Unis, je pense surtout à la côte Ouest, nous avons constaté une augmentation par rapport aux ventes et si l’on compare les ventes aux semaines précédentes, c’est probablement le meilleur exemple. L’autre division est encore en mai sont au même niveau.

Rebecca McClellan

Donc, ce que vous dites est dans le meilleur des cas, les versets d’auto-contraction ont une portée moindre par rapport à ce qu’ils étaient peut-être dans le portail.

Julián Díaz

Si vous comparez les ventes des deux dernières semaines aux États-Unis, parlons des États-Unis, principalement parce que la côte Ouest, si vous comparez les ventes des deux dernières semaines aux ventes d’il y a un mois afin de comparer avec une période où vous n’auriez été que très difficile, leurs ventes ont augmenté, augmentant en pourcentage élevé, mais c’est encore très faible.

Rebecca McClellan

C’est vrai. Et c’est évidemment juste du trafic intérieur, n’est-ce pas ?

Julián Díaz

Au Canada, c’est international parce qu’évidemment, quand vous dites États-Unis, on parle de toutes les divisions,. En ce qui concerne les États-Unis, l’augmentation au Canada, encore une fois, des chiffres très faibles mais l’augmentation des produits hors taxes au Canada, en particulier à Vancouver, l’augmentation du trafic intérieur aux États-Unis.

Rebecca McClellan

C’est vrai. D’accord. Et je pense que Ryanair a annoncé qu’ils allaient reprendre 50% des horaires de vol ou quelque chose comme ça à partir de juillet. As-tu eu de la visibilité sur ces plans ? Et pouvez-vous nous parler des compagnies aériennes ?

Julián Díaz

C’est très difficile. Rebecca, nous avons vu beaucoup plus de vols réguliers pour juin et juillet. Et avec des chiffres, ce que j’ai entendu, parce que j’ai appelé directement certaines des compagnies aériennes, c’est qu’elles veulent déplacer entre 15 et 25 % des passagers.

Rebecca McClellan

Et dans ce cas, il faut ouvrir un minimum de magasins pour répondre aux besoins du flux de passagers. N’est-ce pas ?

Julián Díaz

Oui, c’est le plan que nous avons est une exigence minimale en termes de rentabilité par magasin.

Opérateur

La question suivante provient de la ligne de Gian Marco Werro avec MainFirst. Allez-y, s’il vous plaît.

Gian Marco Werro

Salut tout le monde. Pour ma part, je n’ai qu’une petite question sur le capital réseau et les améliorations du CapEx que vous avez mentionnées. En ce qui concerne les 160 millions de francs suisses mentionnés dans le communiqué de presse, j’ai juste essayé de comprendre un peu mieux le contexte, afin de pouvoir comprendre qu’il s’agit d’estimations approximatives pour l’année complète en cours. Mais si je regarde simplement les inventaires à la fin de 2019, qui s’élevaient à plus d’un milliard dans le livre. Peut-on s’attendre à ce que, surtout maintenant, avec le trimestre en cours, vous réduisiez de manière significative le capital de réseau par des montants plus importants que ce que vous avez mentionné pour l’année entière.

Julián Díaz

D’accord. Le capital réseau, quand vous n’avez pas de ventes et que vous achetez de la marchandise et à partir de certains moments en pourcentage, ne va pas poser de problème, tout d’abord. Parce que vous ne pouvez pas le comparer mais en termes de valeurs. Je pense que l’objectif que nous avons en termes de fonds de roulement net est de réduire le fonds de roulement net entre 10 et 20 millions de francs suisses. C’est quelque chose que nous avons annoncé il y a probablement trois ou quatre appels. La différence avec 160 millions de francs suisses est essentiellement un arrêt des investissements. Et c’est l’arrêt de ces 140 millions de francs suisses, cet arrêt de CapEx dépendra de la situation de la réouverture. Car si nous commençons avec un niveau d’activité important, nous investirons davantage. Mais les CapEx minimums de base que nous investirons cette année, y compris en janvier et février et à la mi-mars qui ont été investis auparavant, la crise est d’environ 59 millions de CHF, plus le CapEx total que nous attendons dans un scénario de crise maximale cette année. Ces 70 millions de francs suisses seront de l’ordre de 80 millions de francs suisses 085 millions de francs suisses. C’est le scénario maximum. Ensuite, il y a un écart par rapport aux 140 millions de francs suisses en fonction de l’évolution de l’entreprise en termes de ventes.

En termes de stock, il est évident que nous ne vendons rien pour l’instant et que nous essayons surtout de maintenir notre stock et nos produits à un niveau de vente solide autour de 20 millions de francs suisses. C’est parce que nous connaissons déjà la marchandise, ce qui est considéré comme obsolète ou la marchandise qui est proche de la date d’expiration et c’est une amélioration de 20 millions de francs suisses dans ces deux lignes, non pas parce que nous vendons plus ou moins.

Mais si vous voulez modéliser malgré moi, je dirais en termes de CapEx. Je mettrais des entreprises et initié au cours des 30 ou 60 prochains jours, je considérerai 140 millions de CHF d’économie par rapport à l’année précédente. Et en termes de fonds de roulement net, à égalité, l’objectif sera d’avoir la même valeur par rapport à l’année précédente. Mais dans le cas présent, nous essayons d’économiser 20 millions de francs suisses grâce à des ventes solides et à deux jours d’expiration.

Gian Marco Werro

D’accord, merci. Cela signifie qu’en ce moment, vous essayez simplement de revendre des biens non durables à des fournisseurs ou même à d’autres canaux de vente au détail. Donc tous les biens durables pour les garder en stock.

Julián Díaz

Oui, les bons produits sont dans les magasins parce que nous voulons nous vendre par l’intermédiaire du fournisseur.

Opérateur

La question suivante provient de la réplique de Neill Keaney avec CreditSights. Allez-y, s’il vous plaît.

Neill Keaney

Salut, les gars, merci pour votre temps. Juste quelques questions techniques pour moi. Vous avez mentionné, en ce qui concerne les dérogations au pacte, que vous avez obtenu jusqu’en juin 2021. Et ensuite renégocié à cinq fois le seuil pour les mois de septembre et décembre. Pouvons-nous donc supposer que le test du pacte aura lieu tous les trimestres à partir de maintenant ? Je crois qu’il était semestriel auparavant.

Deuxièmement, pouvez-vous confirmer si une violation de la convention ne serait qu’un événement de dépôt ? Ou s’agirait-il d’un cas de défaillance, que vous devriez surmonter ou par lequel vous devriez passer jusqu’à ce que votre accord de services aux personnes âgées soit conclu ?

Julián Díaz

Ainsi, le premier, les tests ont déjà été effectués sur une base trimestrielle auparavant. Ce n’est donc pas nouveau. Nous avons des tests trimestriels de la convention et nous allons continuer à en faire une fois que la convention sera terminée. En ce qui concerne le second, une violation des conventions entraînerait un cas de défaillance.

Opérateur

La question suivante vient de David Holmes de la Bank of America. Allez-y, s’il vous plaît.

David Holmes

Juste une petite question sur les baux. Vous avez mentionné que vous étiez à un stade assez avancé des négociations avec les partenaires. Je me demande simplement si vous pouvez nous dire à ce stade si vous pensez que cela entraînera un report des paiements de garantie à la commune, en quoi cela devrait-il être un frein à l’argent ?

Julián Díaz

Eh bien, je vais diviser ce type de résultats pour le processus de négociation car, comme je l’ai dit, mon bilan annuel des partenaires s’aligne sur l’idée que nous devons résoudre ces problèmes afin de créer une entreprise durable. Si nous avons 1400 contrats ou si je ne sais pas combien et seulement une petite partie de ces contrats sont liés à notre marque possible, j’ai mentionné la dernière fois que 20 à 25 % des contrats sont liés à différentes approches en termes de marque, peut-être que nous ne devons pas dire 100 %, mais je pense que ces pourcentages que je donne, nous sommes dans — nous considérons ce type de possibilités.

Opérateur

La question suivante provient de [Kelly Gonsalves from Zurbe]. Allez-y, je vous en prie.

Analyste non identifié

Clarification rapide. Vous pouvez donc découvrir que la consommation d’argent d’un numéro est de 70 à 75 millions de francs suisses, si maximum, si vous avez zéro pour cent – je veux dire, pouvez-vous aussi nous aider et pouvez-vous nous expliquer comment nous devrions penser ou travailler au mouvement numérique cette année, l’année prochaine, à travers vos trois cas. Si possible, c’est vous.

Julián Díaz

En ce qui concerne le scénario du client plutôt que de la vente, je confirme qu’il pourrait être de 70 à 75 millions de francs suisses, probablement selon les circonstances, mais oui, je confirme. En ce qui concerne le fonds de roulement, je pense que pour 2020, ce que je suggère, c’est de ne pas oublier le pourcentage maintenant, car tout sera totalement différent. Vous devez faire le suivi du montant du capital de réseau, moins 20 millions de francs suisses, ce qui signifie que le montant que nous avions au début de la crise sera le même en 2020 ; c’est l’intention moins 20 millions de francs suisses. En 2021, je n’ai pas l’information ici, mais nous en discuterons avec vous lors d’un autre appel.

Opérateur

La question suivante est tirée de la phrase d’Edouard Aubin de Morgan Stanley. Allez-y, je vous en prie.

Edouard Aubin

Juste deux ou trois questions pour moi. La première est Julian, vous avez eu la gentillesse de me donner vos hypothèses en termes de coûts d’entrée, selon différents scénarios. Pourriez-vous préciser un peu plus ce que vous attendez en termes d’appartenance et de soutien gouvernemental, car sur certains des principaux marchés, certains gouvernements, dont celui du Royaume-Uni, ont annoncé que le soutien serait maintenu de manière assez importante au cours des prochaines semaines ou des prochains mois. C’est donc la première question. La deuxième question porte sur le côté de la trésorerie pour revenir et cela encore une fois, que vous nous avez donné le scénario de 70 à 75 millions de francs de ventes. Mais essayez de poser la question suivante : en fait, la consommation de liquidités pourrait-elle encore augmenter dans ce scénario où les marchés sont ouverts et où vos ventes sont très faibles ? Et la dernière question porte sur le Royaume-Uni et Gatwick, car je suis sûr qu’il est très probable qu’il perde un VA, en norvégien. C’est donc très important, amplement suffisant pour vous. Comment devraient-ils perdre du matériel, une partie de la compagnie aérienne. Comment cela pourrait-il être important pour vous ? Je vous remercie.

Julián Díaz

La première question, c’est le soutien des gouvernements, combien de temps durent-ils ? Vous savez qu’il y a différentes approches selon le gouvernement. Je peux répondre à la question en un seul chiffre. Si vous me posez la question sur le Royaume-Uni, nous avons évidemment un délai en espagnol, un autre. Il existe des centaines de programmes de soutien. Mais je pense que tous ces programmes de soutien sont liés à la crise, au tourisme et à l’aviation. La crise nous a évidemment fait comprendre que le verrouillage et d’autres choses similaires ne sont pas les seules décisions de soutien qui ont manifestement établi le soutien du gouvernement. Je n’en connais pas des centaines ; je ne peux pas vous donner un chiffre précis.

En ce qui concerne la consommation d’argent, j’ai répété les 70 millions de francs suisses, 75 millions de francs suisses parce que le scénario des ventes de mise en place, si vous me dites 10 %, 20 % des ventes, 50 % des ventes, ce que j’ai dit au moment où nous avons annoncé les initiatives financières est que nous avons moins 70 % est le scénario des ventes que nous étions en mesure de poursuivre jusqu’au prochain cercle de distribution. Nous avons commencé par augmenter le financement de base, la facilité de financement a augmenté. C’est ce que j’ai mentionné à l’époque et que je confirme maintenant. Ensuite, cela dépend de ce que je ne peux pas vous dire : 20 %, 50 %, c’est différent, évidemment, mais la société prépare un scénario de moins 70 % et avec l’augmentation des lignes de financement, nous avons convenu d’avancer les fonds pour continuer jusqu’au prochain, disons au deuxième trimestre. Ce sera en avril et mai.

En ce qui concerne le Royaume-Uni et Gatwick, je ne sais pas quoi dire. Nous assurons évidemment le suivi de tous nos partenaires et nous maintiendrons le même niveau d’activité. Mais je n’ai aucun commentaire à faire à ce sujet. Je pense que c’est une situation dont on discute probablement avec British airways et d’autres compagnies aériennes.

Opérateur

La question suivante provient de la phrase de Stefan Alb avec Sierra Global. Allez-y, s’il vous plaît.

Stefan Alb

Ma question porte essentiellement sur le fait que, je suppose, vous avez clairement mentionné que 20 à 25 % des négociations se font avec les aéroports où vous avez une sorte de MAG. Est-il possible qu’une sorte de partenaire, même très difficile, comme je l’ai fait, puisse vous donner une certaine marge de manœuvre ? Ou bien vous devrez payer la totalité du montant du MAG en janvier ? Nous verrons donc que la consommation d’argent sera en fait reportée en 2020, mais elle se manifestera au début de 2021. C’est la première question.

La deuxième question que je me pose, c’est qu’il est clair qu’à l’heure actuelle, le commerce électronique serait bien d’avoir une sorte de moyen de liquider une partie des stocks. Y a-t-il une initiative que vous poursuivez en ce qui concerne la mise en place de vos propres capacités de commerce électronique ? Ou par l’intermédiaire de partenaires pour essayer de liquéfier quelque peu les stocks afin de vous débarrasser de ce que vous ne pouvez pas renvoyer aux fournisseurs. Mais de quoi pouvez-vous au moins tirer de l’argent grâce à des plates-formes, par exemple ? Ce sont donc deux questions.

J’aimerais bien acheter un parfum pour ma femme, par exemple. Bien que ce serait une sorte de — si la question est de savoir si les fournisseurs vous permettent de vendre dans un canal de vente différent, alors vos canaux physiques.

Julián Díaz

Oui. La première question, concernant AENA, je me réfère au fait qu’il faut évidemment revenir à AENA et à la Chine. Je n’ai pas de questions concernant AENA. Je veux dire que je comprends bien où nous en sommes. Mais il me semble que faire des commentaires sur le public alors que nous sommes en train de le faire n’est pas la bonne chose à faire. Il s’agit d’une conversation confidentielle. Je pense qu’il est probablement préférable qu’il y ait eu une déclaration officielle du ministre en Espagne et aussi une déclaration officielle d’AENA lors de la dernière conférence téléphonique. C’est mon point de référence. Mais de la part de Dufry, nous n’avons pas de commentaires.

En ce qui concerne le commerce électronique, nous utilisons le fait que nous ne pouvons pas vendre de produits hors taxes, non pas parce que le fournisseur ne nous y autorise pas, mais parce que, comme vous le savez, nous sommes des zones sous douane dans des entrepôts sous douane, nous ne pouvons pas vendre de marchandises en ligne. Ce que nous pouvons faire, c’est préserver, lorsque vous couvrez. Je pense que ce que nous pouvons faire, c’est, si vous me le demandez, de vendre des produits hors taxes en ligne. Nous ne pouvons pas le faire légalement.

Stefan Alb

Mais y a-t-il un moyen de vendre un produit dont vous pensez qu’il n’est peut-être pas périmé mais qui n’est en fait plus pertinent ? Par exemple, s’il s’agit d’une collection de printemps ou de quelque chose qui ne sera clairement pas en demande. Mais vous pouvez peut-être le vendre sur une autre plateforme. Même si vous liquidez votre stock, si vous pouviez faire une remise et récupérer une partie de l’argent.

Julián Díaz

Nous l’avons ici avec le fournisseur.

Opérateur

La question suivante d’Alexander Kretzler avec Barclays. Allez-y, s’il vous plaît.

Alexander Kretzler

Bonjour, merci d’avoir répondu à ma question. Juste une question, en fait pour le genre de brûlure d’argent en avril, mai. Je pense qu’au tout début de la question où vous avez dit que je n’avais pas compris, il y avait cette phrase. J’ai noté que vous aviez brûlé environ 50 millions de francs suisses le 20 avril. Est-ce que cela inclut votre chiffre de mai ? Ou est-ce que cela vient s’ajouter à cela ?

Yves Gerster

Donc, pour clarifier encore une fois, ce que nous avons dit auparavant, c’est que l’érosion des liquidités en avril a été déclarée la dernière fois de 200 à 215 millions de francs suisses et non de 50, 215 millions de francs suisses. Eh bien, il a confirmé qu’environ 200 millions de francs suisses étaient destinés au mois d’avril. Pour mai, ce que nous avons dit auparavant, ce que Julian a mentionné auparavant, c’est environ la moitié du mois d’avril. Donc, c’est probablement un peu juste en dessous de 100 millions de francs suisses. Et les autres messages dans un scénario de non vente 70 à 75 millions de francs par mois.

Opérateur

La question suivante provient de la phrase d’Aman Mahal du PGIM. Allez-y, je vous prie.

Aman Mahal

J’avais quelques questions. La première est que vous avez manifestement modélisé très intelligemment l’année entre moins 40 % et moins 70 %. Plus de baisse des ventes ou quel type de baisse des ventes vous permet d’atteindre le seuil de rentabilité du cash-flow libre ?

Yves Gerster

Donc, c’est probablement pour dire regarde, c’est difficile à dire. L’apparence dépend vraiment de la façon dont vous vous débarrassez du scénario. Mais dans un scénario où nous perdons 40 % des ventes, nous constatons déjà un certain élément négatif de trésorerie pour l’année.

Aman Mahal

Avez-vous une sorte de déclin du seuil de rentabilité, c’est-à-dire que vous parlez de 30% ?

Yves Gerster

Écoutez, je ne peux pas vous donner de pourcentage, et je crois que cela serait probablement aussi trompeur. Cela dépend donc de la façon dont vous tracez la ligne, dont vous faites les découpages géographiques, etc. Je pense donc qu’il est assez difficile de donner un pourcentage précis et ce n’est pas non plus la façon dont nous avons examiné nos modèles. Nous regardons les modèles de moins 40 % à moins 70 % de cette étape, et nous ne calculions pas un modèle d’équilibre dans ce sens.

Aman Mahal

Et puis les ventes peuvent être une hypothèse de stress pour 2020. Comment pensez-vous qu’il y aura des hypothèses, également sur la taille que vous travaillez pour la qualité du service. Maintenant, vous pensez à 2021 en termes d’éventail de scénarios ?

Yves Gerster

En 2021, ce que nous attendons est évidemment, dans le premier scénario les 40% que nous commentons, ce que nous attendions c’est une reprise tardive en 2020 c’est-à-dire en novembre, décembre et ou début 2021. Et moins 50 %, nous parlions d’une reprise au milieu ou à la fin de 2021 et moins 70 %, nous parlerons d’une reprise complète en 2020. Ce sont les bases sur lesquelles nous nous sommes appuyés.

Aman Mahal

Et puis une dernière question. Je suppose que vous nous avez un peu parlé de la consommation d’argent en avril et mai, mais en pensant seulement aux dépenses de fonds de roulement. Si vous regardez l’ensemble de l’année, vous constatez une amélioration de 20 millions de francs suisses par rapport à l’année précédente. Mais où voyez-vous le pic du fonds de roulement d’une année sur l’autre en termes de consommation d’argent ?

Yves Gerster

Cela dépend évidemment du scénario et des hypothèses – les hypothèses sous-jacentes, mais vous pouvez supposer que c’est dans la première moitié de 2020. Donc, en gros, vous pouvez supposer qu’il y a un certain décalage parce que nous avons commencé à arrêter d’acheter à un moment donné au premier trimestre. Mais évidemment, comme nous sommes déjà en partie dans la crise, le pic dans ce sens est évident au premier semestre et ensuite l’effet montre ou devrait s’estomper avec le temps.

Opérateur

La question suivante provient de la ligne de [Zuly Mata with Aberdeen Standard]. Allez-y, je vous en prie.

Analyste non identifié

Bonjour, bonjour. Je reviens juste sur la question du fonds de roulement. Je pense que vous avez un réseau positif et que vous vous positionnez dans le scénario où les stocks et les créances dépassent assez largement vos dettes. Et donc je pense que dans l’esprit de la plupart des gens, si vous avez une entreprise qui génère la moitié des ventes habituelles, vous devriez pouvoir dégager un peu d’argent de ce fonds de roulement. Il me serait donc difficile de comprendre pourquoi vous voudriez avoir un fonds de roulement d’une valeur similaire en 2021, alors que votre entreprise sera ce qu’elle est. Et vous vous attendez à ce qu’un mod ne se rétablisse qu’à partir de 2022. Je suppose donc que vous enverrez la plupart de vos inventaires comme vous le pouvez en 2022. Pas de reconstitution d’un véritable stock à recevoir du commerce, du bois et du vent également. Vous devriez donc voir une certaine mise en cache pour l’avenir. J’ai du mal à comprendre pourquoi vous ne verriez pas cela. Je vous remercie.

Yves Gerster

Je le dis même. Ce que j’ai dit concerne le 21 [indiscernible] car je ne me souviens pas de tous les faits. En termes de 2020, ce à quoi je réponds. Et en termes de 2020, nous sommes allés maintenir — Nous voudrions maintenir le même niveau en valeur du capital de réseau moins les 20 millions que nous voulons améliorer. En ce qui concerne 2021, c’est théoriquement correct, mais nous devons évidemment demander avec les informations prévues. Théoriquement, c’est correct, mais réfléchissez si vous avez pour certains niveaux de ventes, vous devez acheter des marchandises et cela est aujourd’hui incertain. Quel est le type de marchandises que nous devons acheter ? Nous avons le chiffre pour 2021, mais là encore, il est moins concret et moins précis. Mais en ce qui concerne 2021, au moins, je n’ai pas répondu à la question parce que j’ai dit que nous n’avions pas les informations nécessaires. S’il y a manifestement un intérêt à montrer au service des relations avec les investisseurs les questions de suivi. Ces données concernent l’année 2020.

Analyste non identifié

D’accord, mais si vous excluez le produit que les clients veulent, je ne suis pas sûr de ce que votre scénario implique en termes de reprise en termes de ventes, mais vous iriez dans le 21e siècle ou dans le monde entier, n’est-ce pas ? Si vous aviez le même montant de fonds de roulement en 2020, en 2021 ?

Yves Gerster

Cela dépend évidemment de l’inventaire que vous avez dit, tout l’inventaire n’a pas la même rotation en jours. Le plus important est de savoir de quel stock cette entreprise va avoir besoin, et non pas des valeurs, évidemment la quantité, si en termes de quantité et de type de produit, et nous ne le savons pas, personne ne le sait encore. Lors de la crise précédente, comme je l’ai déjà mentionné, les catégories de base, tabac, spiritueux et parfums et cosmétiques et les autres catégories de la mode, du luxe et des produits de luxe en général, ont connu la plus forte accélération ou la première reprise. Il y en avait évidemment plus en bas maintenant, et c’est une partie importante à cause de la partie de l’inventaire social pour calculer en 2021 les ventes indépendantes, le volume des ventes qu’il sera de toute façon en dessous de 2019 ; comme je l’ai dit, la reprise est prévue en 2022 ; il faut vraiment savoir comment ces différentes lignes de produits vont être touchées par la crise. Si nous parlons de tabac, de spiritueux et de mode et de cosmétiques, nous avons un avantage car l’investissement en capital de réseau dans ces lignes de produits est inférieur à celui de l’autre famille : les autres lignes de produits. Mais nous ne savons pas encore, sauf dans de nombreux cas, pour les informations financières, nous avons un chiffre que nous avons évidemment prévu et qui sera communiqué par la suite si vous avez un intérêt.

Analyste non identifié

D’accord. Et juste sur le CapEx de sorte que vous avez dit une réduction de 140 CapEx. Donc, pour nos besoins de modélisation, 100 millions de francs suisses est un chiffre fiable pour les dépenses d’investissement cette année.

Yves Gerster

Imaginez que notre situation ne se rétablisse pas. Et ce que j’ai dit, c’est que si la situation ne se rétablit pas, nous allons investir environ 55 à 59 millions de francs suisses entre le début de la crise et la fin de l’année et que, en ajoutant tout cela à ce que nous avons déjà investi, nous obtiendrons environ 80 à 85 millions de francs suisses. Si la situation se normalise dans le sens où nous avons évidemment des ventes qui n’atteignent pas le niveau que nous attendons probablement des CapEx par rapport à l’année précédente, nous avons aujourd’hui une économie possible de 114 millions de CHF comme projection.

Mais dans un scénario très bas, vous devez modéliser un montant de 80 millions de francs suisses et 85 millions de francs suisses en CapEx. Dans des circonstances normales, les capitaux propres de l’année dernière sont de moins 140. Mais tout dépend des circonstances. La situation est la même qu’aujourd’hui, avec un total de 80 millions de francs suisses.

Opérateur

La question suivante provient de la réplique de Linda Pasquini à Reuters. Allez-y, s’il vous plaît.

Linda Pasquini

Bonjour, je voulais juste vous demander, je crois que vous avez parlé en mars de la réduction du personnel. Si vous prévoyez de nouvelles réductions de personnel. Et si vous pouviez avoir un chiffre indicatif sur le nombre de postes qui ont été aidés ?

Yves Gerster

Non. Je ne fournis pas du tout cette information. Elle est totalement confidentielle. C’est évidemment l’une des informations les plus précieuses pour les employés.

Opérateur

La question suivante provient de [Gail Mojave with Walna] marché. Allez-y, s’il vous plaît.

Analyste non identifié

Salut, merci pour l’appel. J’ai juste une petite, juste une question. Et elle concerne votre portefeuille de précision. Je veux savoir si vous envisagez de vous retirer de certains de vos contrats existants. Par exemple, 17 % de vos contrats ont une durée de vie restante d’un à deux ans. J’ai donc pensé qu’il serait apprécié de les exécuter peut-être sans payer de pénalités. Alors, que pensez-vous de cela ? Je vous remercie.

Yves Gerster

Nous ne sommes pas aujourd’hui – nous n’avons pas l’intention de sortir d’un quelconque contrat. Parce que si le contrat a une durée de deux ans, c’est le bon moment pour commencer notre renégociation pour la prolongation du contrat. En principe, la réponse est non. Mais la réalité est peut-être la suivante : s’il n’y a pas de négociation. Mais aujourd’hui, la réponse très claire est non. Nous ne prévoyons pas de truquer les concessions aujourd’hui.

Opérateur

La prochaine question vient d’Iva Horcicova, Napier Park Global Capital. Allez-y, s’il vous plaît.

Iva Horcicova

Bon après-midi. Et merci d’avoir répondu à ma question. Pourriez-vous nous dire ce que vous voyez en termes de rebondissement en Asie ? Je sais que votre présence là-bas n’est pas énorme, mais ce que vous y voyez en termes d’augmentation du nombre de passagers sera vraiment utile. Je vous remercie.

Julián Díaz

Nous n’avons pas de nouvelles positives en provenance d’Asie. La seule chose positive est probablement dans les affaires intérieures que nous avons en Chine. Nous avons constaté une légère augmentation, mais pas significative sont livrés pour dire quoi que ce soit dans le reste des endroits un semblable alors –.

Opérateur

Nous avons un suivi de la part de M. Jon Cox de Kepler Cheuvreux. Je vous en prie, allez-y.

Jon Cox

Oui, j’ai juste quelques points de clarification. Juste sur le — vous avez mentionné les frais de personnel. Avez-vous dit qu’ils représenteraient 20 % de l’année dernière ? Ou avez-vous dit qu’ils seraient en baisse de 20 % par rapport à l’année dernière, si vous êtes en baisse de 40 % pour les années ?

Julián Díaz

Il est en baisse.

Jon Cox

20 puis 35 s’il était en baisse de 70 et de même pour l’autre, il est en baisse de 26 puis de 14 ?

Julián Díaz

Oui, en bas.

Jon Cox

Où se trouve la redevance de concession était une part

Julián Díaz

Pourcentage sur le chiffre d’affaires.

Jon Cox

D’accord. Et puis vous avez également mentionné, je pensais que vous disiez, que si vos ventes continuent à baisser ou à diminuer de 70 %, vous pourriez durer et vous avez parlé du prochain cycle de trésorerie. Vous pouvez durer jusqu’au deuxième trimestre de l’année prochaine. Est-ce bien ce que vous disiez ?

Julián Díaz

Exactement.

Jon Cox

D’accord, c’est votre hypothèse.

Julián Díaz

Exactement cela.

Opérateur

La question suivante provient de la ligne de [indiscernible]. Allez-y, je vous en prie.

Analyste non identifié

J’ai une question concernant les prêts de sauvetage des gouvernements. Je pense que lors de votre dernier appel, vous avez mentionné que vous pouviez potentiellement bénéficier de 180 millions de francs suisses au maximum de ces prêts de sauvetage ou subventions des gouvernements qui possèdent les filiales combinées. Pouvez-vous nous dire où vous en êtes à ce sujet ? Et si vous avez une tranche pour certaines d’entre elles, les montants reflètent-ils vos estimations jusqu’à 180 millions de francs suisses ? Je vous remercie.

Yves Gerster

Merci beaucoup pour cette question. Donc, ce que nous avons à ce stade, nous avons examiné un certain nombre de possibilités. Nous disposons actuellement d’environ 60 à 65 millions de francs suisses, dont nous avons convenu avec les gouvernements. Comme vous l’avez souligné à juste titre, le potentiel est probablement l’adversaire de la zone de 180 millions de francs, 200 millions de francs, mais regardez à nouveau les liquidités et nous avons été incapables de sauvegarder au cours des deux dernières semaines les 1,6 milliard de francs au total, c’est-à-dire que les nouvelles facilités et celles existantes que nous avons au bilan sont, de notre point de vue, suffisantes pour naviguer à travers la crise actuelle. S’il existe des possibilités supplémentaires, nous les examinons évidemment, mais nous n’en dépendons pas.

Opérateur

Nous avons une question complémentaire de M. Stefan Alb de Sierra. Allez-y, je vous prie.

Stefan Alb

Juste une petite précision, parce que je dois juste penser à l’avenir pour comprendre. Donc les frais de personnel seront réduits de 20% en termes absolus dans le scénario des 40% ou 20% des ventes et c’était joli.

Yves Gerster

Il s’agit peut-être d’un malentendu. Dans le scénario moins 40 % de dépenses spéciales différentes de celles que nous utiliserons, c’est ce que j’ai dit de 20 % sur le — scénario et 70 % moins 75 %, c’est ce que j’ai dit. Et en dessous de 50 millions, il y a peut-être un malentendu.

Stefan Alb

J’apprécie cela. Ce doit être un malentendu. Et puis, il y a des stocks qui sont pris dans les navires de votre nouvelle initiative en faveur des compagnies de croisière, qui ne sont probablement pas tout à fait au même niveau de stock en douane, n’est-ce pas ? Pourriez-vous les liquéfier ? Et quel avantage pourriez-vous en tirer ? Vous savez, comme la question précédente. Je pense aussi qu’il y a peut-être un moyen d’avoir une sorte de meilleur mélange à la fin de 2020 en termes de produits que vous orientez clairement vers le tabac, l’alcool, etc. et qui se vendront mieux en 2021 et peut-être une baisse de valeur en valeur absolue. Il pourrait également y avoir une certaine déflation des prix dans les différents produits, ce qui pourrait vous aider.

Julián Díaz

Je pense qu’en ce qui concerne les compagnies de croisières, l’inventaire est évidemment combiné à une partie importante de la marchandise de marque, et c’est cette marchandise qui sera là. Et comme vous le savez probablement, ces compagnies de croisières prévoient de relancer différentes lignes vers le mois d’août et c’est une autorisation officielle. Je ne sais pas encore si les détails sont précis, mais j’ai fait le reste de l’inventaire que j’ai déjà mentionné, c’est-à-dire que nous ne sommes pas vraiment l’inventaire que nous identifions en premier lieu sur la base d’un sens solide, sur la base d’une explication et c’est déjà en cours. Pour le reste de l’inventaire, nous préférons garder l’inventaire et le métro ouverts parce que, comme vous le savez, ce type d’entreprises se trouve toujours dans le capital réseau, parce que, évidemment, les délais de livraison et la distribution ne sont pas les mêmes que sur le marché intérieur.

Nous devons nous assurer que nous ne perdons pas une seule occasion de vente parce que nous faisons du commerce de gros, de la marchandise XY ou autre. Aujourd’hui, la stratégie est claire. Nous préférons évidemment, dans la mesure où nous l’ouvrons vraiment, conserver les stocks pour les vendre dans le magasin avec une marge plus élevée et, évidemment, vous devriez avoir la possibilité de vendre des marchandises lorsque les clients passeront. Pour le reste, j’ai terminé une autre affaire : nous sommes une entreprise de vente au détail.

Stefan Alb

Je vous remercie. Et la question qui se posait auparavant, à savoir s’il s’agit de ventes nulles ou d’un niveau de ventes de 20 ou 30 %, est-il juste de dire qu’une fois que les ventes augmentent, votre capital réseau — pardon, votre consommation d’argent devrait en fait diminuer ? Pouvez-vous le confirmer ? Donc, si nous avons une sorte de positif ou si cela dépend des zones géographiques ?

Julián Díaz

Non, cela ne dépend pas des zones géographiques, il est juste de dire que lorsque les ventes augmenteront, elles augmenteront beaucoup. Différentes lignes du compte de résultat seront influencées positivement. En particulier les lignes avec le coût fixe de l’acier parce que le pourcentage d’augmentation et le temps seront importants si ses 5 à 10 % quand vous dites les États-Unis nous parlons de 40, 50 % d’augmentation complètement différente dans le scénario. Ce que j’obtiens ici, c’est le scénario d’épuisement des liquidités qui a été planifié en accord avec les différents départements, c’est le premier scénario de vente. Et le numéro deux, ce sont les trois scénarios que nous avons mentionnés précédemment, de 40 à 70 %, y compris les 50 % du milieu. Et dans ces trois scénarios, la situation de la structure de financement que nous avons mise en place est résolue. Alors si c’est 10% ou 20%, je ne peux pas vous le dire maintenant. Je n’en ai pas la moindre idée, mais la réalité est que 40 %, 50 % et 70 % moins les ventes sont complètement couverts. Et la seule chose est que le scénario d’épuisement des liquidités des ventes est déjà couvert. Ensuite, nous verrons et nous adapterons l’entreprise à la réalité de la situation. C’est l’une des choses que j’ai déjà mentionnées, surtout pendant la période fiscale, lorsque nous parlions de la crise en Asie à ce moment-là.

Nous avons dit une chose qui est toujours valable. La chose la plus importante maintenant est la flexibilité et l’adaptation de l’organisation à la réalité de l’entreprise. Cette réalité de l’entreprise est encore incertaine. Et dire qu’une chose est spécifique est très difficile. Nous travaillons avec les scénarios. Si demain après-demain, nous voyons que la vente est à moins 40 %, moins 50 %, moins 70 %, nous avons un plan. Si elle est à moins 40 %, nous avons un autre plan. Mais c’est une toute autre histoire selon les circonstances. Ce que je veux dire, c’est que nous essayons de faire preuve de flexibilité, de mettre en œuvre notre structure de coûts flexible et d’adapter la nouvelle entreprise. Plus que cela, je ne sais pas. Nous n’avons pas plus d’informations.

Stefan Alb

Compris. Donc, en gros, je suppose que si je le comprends. Si nous étions à moins 70 %, disons, l’un des pires scénarios à trois. La consommation d’argent pourrait être plus élevée, mais vous avez la possibilité de prendre des mesures supplémentaires à ce moment-là pour essayer de vous faire rester dans les limites des 70 millions de francs suisses, 75 millions de francs suisses. Vous ferez plus.

Julián Díaz

C’est définitivement différent.

Opérateur

La question suivante est un suivi de Rebecca McClellan avec Santander. Allez-y, Madame.

Rebecca McClellan

Ma question ne porte que sur deux choses en quelque sorte. En ce qui concerne vos scénarios, je suppose que vous avez intégré toutes les sortes de soutien gouvernemental ou de soutien gouvernemental potentiel qui sont possibles pour l’entreprise.

Julián Díaz

Le soutien du gouvernement est positif pour l’industrie, la réponse est oui.

Rebecca McClellan

Non. Je dois dire que dans vos scénarios actuels, ils intègrent tout le soutien possible que vous pourriez obtenir.

Julián Díaz

En 2020. Oui.

Opérateur

M. Alexander Kretzler nous a donné une autre suite avec Barclays. Allez-y, je vous prie.

Alexander Kretzler

Oui. Bonjour, merci. Juste une petite question sur les aides d’État ou les prêts d’État. Et vous avez dit que 60 à 65 millions de francs suisses avaient déjà été convenus. Cela signifie-t-il que vous utilisez ces facilités ? Ou bien vous pensez toujours que les liquidités au niveau actuel sont suffisantes pour atteindre votre objectif du deuxième trimestre 2021.

Yves Gerster

Ainsi, comme je l’ai déjà mentionné, les facilités dont nous disposons, soit 1,6 milliard de francs suisses, sont suffisantes pour le groupe. Néanmoins, nous disposons de 60 millions de francs suisses, soit l’équivalent de 65 millions de francs suisses de facilités soutenues par le gouvernement. Et dans les cas où nous en disposons, nous avons également fait appel à ces facilités. C’est donc ainsi qu’elles fonctionnent en réalité. Elles ne fonctionnent donc pas comme un CCR, que nous venons d’engager mais sur lequel nous n’avons pas puisé.

Alexander Kretzler

Alors, comment se classent-ils par rapport à vos autres facilités de crédit ?

Yves Gerster

Je ne peux pas entrer dans les détails.

Opérateur

Votre dernière question pour aujourd’hui provient de la ligne de M. Edouard Aubin avec Morgan Stanley. Allez-y, je vous prie.

Edouard Aubin

Oui, bonjour, messieurs. Donc, juste un petit suivi de — sur la structure du capital. Vous êtes donc entré dans cette crise avec un endettement important dans votre bilan, je suppose 3 milliards de francs suisses. À l’avenir, si nous considérons le moyen à long terme, quel type de structure de capital optimale envisagez-vous. Pensez-vous que l’effet de levier sera moins important que les 3 milliards de francs suisses que vous aviez auparavant et cela signifierait-il évidemment que nous ne devons pas nous attendre à un paiement de dividendes au cours des 3, 4 ou 5 prochaines années ?

Julián Díaz

Je pense que le paiement du dividende a été suspendu en raison des circonstances, soit les circonstances s’améliorent Je pense que le paiement du dividende sera réinitialisé, numéro un. Deuxièmement, en ce qui concerne la livraison, cette société a été dans un certain niveau d’endettement, en fonction de l’acquisition, comme vous le savez, et évidemment en raison des circonstances à mentionner sur les acquisitions maintenant n’est probablement pas un scénario de diversification en conséquence, mais je pense que la société va planifier pour les deux prochaines années et voir que cela dépend de la visibilité est d’essayer de réduire le niveau comme – le niveau de 3 fois à 3,5 fois comme nous l’avons dit dans la précédente, évidemment dans la diapositive précédente où nous parlions d’un scénario différent, je peux maintenir la même chose.

Opérateur

C’était la dernière question. Je voudrais maintenant céder la parole à M. Diaz pour les remarques finales.

Julián Díaz

Merci beaucoup, et merci pour tous les participants et les questions.



tout savoir sur la crypto