Devant l’épidémie de coronavirus et surtout devant le grand manque de moyens pour les personnels soignants, toutes les ingéniosités sont de mise.

C’est ainsi que des valves destinées à s’adapter à un masque de plongée pour en faire un respirateur, ont été imprimées en 3D à Ajaccio en Corse.

Une belle initiative et une belle idée, réalisée à l’aide des technologies propres à l’impression 3D.

impression-3D

De l’utilité à la nécessité absolue

L’épidémie et le manque de moyens laisse place ainsi à toutes les idées mises en oeuvre par des bricoleurs ou par des startups comme l’entreprise Silex 3D, spécialiste de l’impression 3D, qui n’ont qu’une idée en tête, venir en aide aux manques de matériels destinés aux personnels soignants qui sont en première ligne de cette épidémie. Masques de protections, pièces sur mesure, avec les technologies liées à l’impression 3D, des particuliers comme des professionnels ont mis leurs imprimantes au service des soignants. Certains ont ainsi imprimé des masques en plastique pour des caissières de supermarché, pour des soignants en Ehpad, des gendarmes, des personnels hospitaliers…

C’est le cas de ce passionné d’aéromodélisme, qui avec des filaments de plastique et un fichier de création a lancé sa machine de fabrication additive. 4 heures pour un seul masque non homologué mais comme on dit : c’est mieux que rien ! Tout comme lui, de nombreux particuliers disposent d’une imprimante 3D et la solidarité fabrication additive s’est ainsi mise en route. A travers des équipements ainsi fabriqués, certains médecins ont ainsi pu valider des visières fiables. Des raccords pour les respirateurs, des masques personnalisés, des visières ont pu être mis à disposition.

Du côté des entreprises spécialisées Impression 3D

Les entreprises spécialisées sont elles aussi engagées dans la bataille qui reste toutefois structurée, car il convient que les matériaux fournis soient décontaminés, assemblés avant d’entrer dans les hôpitaux. Pour cela ce sont des services qui se sont organisés, des navettes récoltent les pièces et se chargent du nettoyage avant livraison aux personnels soignants… L’offre évidemment n’est pas toujours disciplinée et l’organisation n’est pas toujours au rendez-vous non plus, il convient de faire face à l’urgence.

C’est en Italie que le masque de plongée proposé à la vente par Decathlon a été modifié en appareil respiratoire et cela a été possible grâce à une valve d’adaptation réalisée par impression 3D. Par ailleurs, du côté de Nice, un fabricant d’imprimantes 3D professionnelles à obtenu l’autorisation d’imprimer des éprouvettes destinées aux tests de dépistage sur demande des Laboratoires Cerballiance. Tout le monde répond donc à l’urgence. Mais de nombreuses entreprises lancent ainsi des valves, des raccords, des pièces diverses et variées, des pousses-seringues, du matériel d’intubation etc …
Bien évidemment, toutes les attentions sont portées quand il s’agit de pièces comme celles destinées à des respirateurs, mais avec l’intervention de la fabrication additive, les hôpitaux découvrent aussi un moyen subtile pour une indépendance constructive et très utile.

En pleine crise comme celle vécue actuellement dans le monde, les technologies de l’impression 3D sont en effet très sollicitées. La fabrication additive prouve une fois de plus son utilité, son ingéniosité, sa créativité dès lors que les fichiers CAO sont disponibles, et pour cela, les professionnels concernés sont aussi sur le pied de guerre et veillent à ce que les fichiers pour les pièces les plus fiables soient disponibles facilement. Au niveau amateur comme professionnel, l’imprimante est en route, et c’est bien cela l’essentiel !

tout savoir sur la crypto