Vanda Pharmaceuticals (VNDA) a récemment fait la une des journaux en lançant un essai clinique pour son médicament tradipitant afin de traiter les complications liées au COVID-19. Bien que cela puisse représenter un avantage supplémentaire pour la société, les activités déjà existantes de Vanda semblent prometteuses pour l’investisseur à long terme. Vanda a deux médicaments approuvés par la FDA qui ont rapporté plus de 227 millions de dollars en 2019, et le pipeline est rempli d’indications supplémentaires dans la recherche de phase 3 qui pourraient bientôt s’ajouter au résultat net. Je possède des actions de Vanda, et dans cet article, j’expliquerai pourquoi je pense que Vanda est une solide participation à long terme avec beaucoup d’avantages par rapport à ces niveaux de prix.

Hetlioz et Fanapt font grimper les ventes de Vanda

Hetlioz est un agoniste sélectif pour les récepteurs de la mélatonine MT1 et MT2 qui est actuellement approuvé par la FDA pour les troubles du sommeil et de l’éveil de moins de 24 heures. Les recettes de Hetlioz se sont élevées à 143 millions de dollars en 2019, soit une hausse de 23 % par rapport aux 115,8 millions de dollars de 2018. Vanda prévoit que ce chiffre augmentera pour atteindre entre 155 et 165 millions de dollars en 2020.

En plus des fortes ventes actuelles d’Hetlioz, il existe 4 indications potentielles supplémentaires pour Hetlioz déjà en phase 3, dont 1 est déjà passée en phase réglementaire. Vanda a obtenu 1 LCR pour cette indication – décalage horaire – mais semble travailler avec la FDA pour faire passer le médicament à la ligne d’arrivée. Pour une autre indication dans laquelle Vanda a déjà déposé une DNDA – celle du syndrome de Smith-Magenis (SMS) – les analystes ont estimé le pic des ventes à 445 millions de dollars. La FDA prendra probablement une décision pour le SMS en 2020.

Le Fanapt est une monoamine qui agit sur des neurotransmetteurs spécifiques et les antagonise, en particulier les multiples sous-types de récepteurs de dopamine et de sérotonine qui sont actuellement approuvés par la FDA pour le traitement de la schizophrénie chez les adultes. Les recettes de Fanapt se sont élevées à 84,2 millions de dollars en 2019, soit une hausse de 9 % par rapport aux 77,3 millions de dollars enregistrés en 2018. Vanda prévoit des revenus de 85 à 95 millions de dollars en 2020.

Il est important de noter que Vanda a récemment gagné une bataille juridique qui garantira que les génériques Fanapt ne seront pas commercialisés jusqu’en 2027. En plus de l’indication actuelle, Vanda mène également une phase 3 de Fanapt pour le trouble bipolaire, ainsi que la collecte de données pharmacocinétiques supplémentaires pour une version injectable à longue durée d’action avant d’entamer un essai de phase 3.

Vanda réinvestit ce flux de trésorerie dans la croissance future avec Tradipitant et VTR-297

Même si la société devrait avoir un cash-flow positif en 2020, Vanda poursuit les travaux de la phase 3 dans trois indications distinctes pour son médicament tradipitant en pipeline.

Figure 1 : Programmes de développement clinique des tradipitants (source : présentation de l’entreprise)

Comme vous pouvez le voir dans la figure 1, le tradipitant est actuellement à l’étude pour une utilisation dans la dermatite atopique, le mal des transports et la gastroparésie. La NDA pour le mal des transports est attendue dans le courant de l’année, le tradipitant pourrait donc commencer à générer des revenus pour Vanda dès l’année prochaine. Les analystes de la vente ont estimé le pic des ventes pour ces indications à environ 900 millions de dollars si Vanda réussit, donc le potentiel de hausse pour la société est clair.

Vanda a eu quelques accrochages avec la FDA sur la question de savoir si des études de toxicité supplémentaires étaient nécessaires avant que la société puisse tester le tradipitant chez les patients pendant plus de 12 semaines. Vanda a finalement perdu son procès visant à lever la suspension clinique partielle. Cela va clairement retarder la quête de Vanda pour l’approbation dans l’indication gastroparésie, mais cela ne devrait pas être un fardeau insurmontable.

L’autre atout majeur de Vanda est le VTR-297, une petite molécule inhibitrice d’histone désacétylases (HDAC) pour le traitement des hématopathies malignes et qui pourrait être utilisée pour plusieurs indications oncologiques. Le recrutement est toujours en cours pour l’essai de phase 1 du VTR-297 de Vanda, de sorte que les revenus potentiels de ce médicament se feront dans plusieurs années. Il est néanmoins encourageant de voir les flux de trésorerie être réinvestis dans un médicament oncologique qui a le potentiel d’apporter des bénéfices à long terme à l’entreprise.

Tout progrès lié à COVID-19 ou toute recette éventuelle est en plus d’ici

Le 15 avril, Vanda a commencé un essai de phase 3 du tradipitant pour traiter l’inflammation neurogène du poumon secondaire à l’infection par le SRAS-CoV-2 (COVID-19). Vanda collabore également avec l’université de Washington pour étudier le rôle que jouent les variations génétiques humaines dans l’infection par COVID-19 et la progression de la maladie.

Comme nous l’avons vu plus haut, le tradipitant n’était étudié que pour la dermatite atopique, le mal des transports et la gastroparésie, et non pour une quelconque inflammation pulmonaire. Ainsi, l’utilisation potentielle étudiée en relation avec le COVID-19 est totalement nouvelle. Comme pour tout essai de phase 3, il est impossible de connaître l’impact futur exact qu’il aura sur la société, mais pour l’instant, cela semble être un développement qui ne présente que des avantages pour Vanda.

À court terme, Vanda pourrait être plus rentable en raison d’autres nouvelles et des spéculations liées à COVID-19, comme par exemple lorsque l’inscription au procès est terminée. À long terme, les revenus que Vanda pourrait éventuellement tirer d’une indication liée à COVID-19 sont tous à la hausse et ne sont pas intégrés dans le stock pour le moment.

Figure 2 : Graphique des stocks de la VNDA (source : finviz)

Comme vous pouvez le voir dans la figure 2, le cours de l’action de Vanda est encore bien inférieur à celui qu’elle avait à la mi-février, avant la cession des marchés liés à COVID-19. Si Vanda réussit à utiliser tradipitant pour COVID-19, il est difficile de voir comment le cours de l’action ne se rétablit pas au moins au niveau où il se négociait avant COVID-19.

Vanda est sous-évaluée et présente un bon rapport risque/récompense

Le ratio prix/ventes (P/S) et le ratio prix/bénéfices (P/E) sont les deux principaux indicateurs que j’examine pour les entreprises biopharmaceutiques qui ont déjà un flux de trésorerie positif, et j’évalue leur bilan pour déterminer si elles disposent de suffisamment de liquidités et si elles n’ont pas de dettes cachées. Pour Vanda, tous ces indicateurs pointent vers une entreprise de qualité se négociant à un prix raisonnable.

Lors de l’évaluation de la performance, je recherche généralement un résultat inférieur à 5, soit actuellement, soit à l’avenir, si l’entreprise atteint encore ce niveau avec un taux d’actualisation de 10 %.

Figure 3 : Vanda Revenue Estimates (source : À la recherche de l’Alpha)

Comme vous pouvez le voir sur la figure 3, Vanda se négocie à seulement 2,45 P/S sur la base d’une estimation des recettes à peu près au milieu de la fourchette de 240 à 260 millions de dollars prévue par la société. Vanda devrait se négocier à 22,59 $ pour avoir un ratio de 5 à l’heure actuelle.

Pour le P/E, le tableau n’est pas aussi optimiste :

Figure 4 : Estimations des revenus de Vanda (source : À la recherche de l’Alpha)

Les analystes s’attendent actuellement à deux années de stagnation des revenus, peut-être en raison des dépenses élevées que Vanda pourrait avoir à cause de la phase 3 de son activité. De ce fait, le ratio C/B prévu pour les deux prochaines années est très élevé, bien que le flux de trésorerie soit toujours positif pour les deux années.

Même si l’on considère 2023 et au-delà, les estimations de bénéfices sont suffisamment élevées pour permettre à l’entreprise de bénéficier d’une croissance, même si elle est réduite de 10 % par an jusqu’en 2020. Par exemple, la valeur actuelle des 1,43 $ par action en 2023 serait d’environ 1,04 $ par action, ce qui, avec un ratio cours/bénéfice de 15, se traduit par un prix de l’action prévu de 15,64 $.

Ces chiffres ne signifieraient pas grand-chose si le bilan de Vanda était en désordre – ce qui est malheureusement trop fréquent dans les premières entreprises biopharmaceutiques en phase de commercialisation. Heureusement, le bilan de Vanda est impeccable. La société dispose actuellement de 312 millions de dollars de liquidités et s’attend à ce que ce solde atteigne 320 millions de dollars ou plus en 2020. En revanche, Vanda n’affiche que 73 millions de dollars de dettes totales dans son bilan, un montant couvert quatre fois par le solde de trésorerie actuel de la société.

Conclusion

Vanda dispose de deux solides actifs de trésorerie à Hetlioz et Fanapt, ainsi que d’un potentiel de croissance supplémentaire. Pourtant, Vanda négocie à un P/S et un P/E à terme qui impliquerait un degré de risque beaucoup plus élevé. Sur la base de la fourchette de juste valeur calculée ci-dessus de 15,64 à 22,59 dollars, les chances d’obtenir un rendement à long terme supérieur à la moyenne d’un achat aux niveaux actuels d’environ 12 dollars sont bonnes et disposent d’une marge de sécurité de plus de 20 %, ne serait-ce que pour atteindre la partie inférieure de ma fourchette de juste valeur.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s VNDA. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Je ne suis pas un conseiller en investissement enregistré. Bien que je m’efforce de fournir les informations les plus précises possible, je ne garantis ni l’exactitude ni l’actualité. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs. Je me réserve le droit de prendre toute décision d’investissement pour moi-même sans notification. La thèse que j’ai présentée peut être modifiée à tout moment en raison de la nature changeante des informations elles-mêmes. L’investissement en actions et en options peut entraîner une perte de capital. Les informations présentées ne doivent PAS être interprétées comme une recommandation d’acheter ou de vendre une forme quelconque de titre. Mes articles sont à utiliser au mieux comme matériel éducatif et informatif pour aider les investisseurs dans leur propre processus de diligence raisonnable. Vous êtes censé effectuer votre propre contrôle préalable et assumer la responsabilité de vos actes. Vous devez également consulter votre propre conseiller financier pour obtenir des conseils spécifiques, car les circonstances financières sont individualisées.


Commencer à trader avec eToro