Bank of Marin Bancorp (NASDAQ:BMRC) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 20 avril 2020 11h30

Entreprises participantes

Andrea Henderson – Directeur du marketing

Russ Colombo – Président et directeur général

Tani Girton – Vice-présidente exécutive et directrice financière

Beth Reizman – Directeur du crédit

Tim Myers – Directeur de la banque commerciale

Participants à la conférence téléphonique

Jeff Rulis – D.A. Davidson

Matthew Clark – Piper Sandler

Jackie Bohlen – KBW

Tim Coffey – Janney

Andrea Henderson

Bonjour et merci de vous joindre à l’appel aux résultats de la Banque de Marin Bancorp pour le premier trimestre se terminant le 31 mars 2020. Je suis Andrea Henderson, directrice du marketing de la Bank of Marin. Pendant la présentation, tous les participants seront en mode écoute seulement. [Operator Instructions] Pour rappel, cette conférence est enregistrée le 20 avril 2020.

Russ Colombo, président et directeur général, et Tani Girton, vice-président exécutif et directeur financier, se joignent à nous aujourd’hui. Le communiqué de presse sur les résultats que nous avons publié ce matin est disponible sur notre site web à l’adresse bankofmarin.com où cet appel est également diffusé.

Avant de commencer, je tiens à souligner que la discussion sur cet appel est basée sur les informations que nous connaissons au vendredi 17 avril 2020 et peut contenir des déclarations prospectives qui impliquent des risques et des incertitudes. Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux qui sont indiqués dans ces déclarations.

Pour une discussion de ces risques et incertitudes, veuillez consulter la divulgation des déclarations prévisionnelles dans notre communiqué de presse sur les résultats, ainsi que nos dépôts auprès de la SEC. À la suite de nos remarques préparées, Russ et Tani, ainsi que Beth Reizman, directeur du crédit, et Tim Myers, directeur de la banque commerciale, seront disponibles pour répondre à votre question.

Et maintenant, je voudrais passer la parole à Russ Colombo.

Russ Colombo

Merci, Andrea. Bonjour et bienvenue à l’appel. Avant de commencer, j’espère que tout le monde est en bonne santé et en sécurité. Je tiens tout particulièrement à exprimer ma gratitude envers les travailleurs essentiels qui continuent à fournir des ressources indispensables aux communautés locales de Californie du Nord et de tout le pays. Comme vous le savez, le monde a changé de manière spectaculaire et la situation reste très difficile. Heureusement, la Bank of Marin est bien capitalisée et nous disposons d’amples liquidités pour aider nos clients à traverser cette période difficile.

Nous participons à un programme de protection des chèques de paie des petites entreprises qui fournit des prêts à faible taux d’intérêt aux petites entreprises pour couvrir les frais de paie et autres frais généraux. À ce jour, nous avons reçu environ 1 300 demandes pour un montant total estimé à 350 millions de dollars.

Nous avons pu soumettre et recevoir l’approbation du SBA pour une partie significative de ces demandes avant la suspension du programme par le SBA. Nous continuons à traiter les demandes des clients en interne et nous sommes prêts à les soumettre pour approbation dès que le programme sera relancé.

Afin d’alléger le fardeau financier de nos clients, nous supprimons tous les frais de guichet automatique et de découvert, et nous annulons les pénalités de retrait anticipé pour les CD lorsque la loi le permet. Nous accordons également un allègement des paiements pendant 120 jours aux emprunteurs ayant des demandes difficiles, et nous avons réduit les taux d’intérêt plancher sur les prêts à taux préférentiel.

Au 14 avril, nous avons reçu environ 322 millions de dollars en demande de libération de prêt ou de conversion en intérêts seulement ou de report de paiement. 93% sont garantis par des biens immobiliers dont le ratio prêt/valeur est en moyenne inférieur à 45% et 129 millions sont liés à des industries principalement touchées par l’ordonnance californienne de “shelter-in-place”.

L’exposition de notre portefeuille de prêts aux secteurs les plus touchés comprend 10,4 % de propriétés et d’entreprises de détail, 4,6 % liés au vin et 2,7 % à l’hôtellerie. Les transports, les soins dentaires, les loisirs et les divertissements représentent ensemble moins de 1,5 % du portefeuille total. La santé de nos employés et de nos clients est également une priorité absolue.

La Banque de Marin a mis en place un protocole de sécurité tel qu’un renforcement de la propreté des succursales et des politiques strictes de distanciation sociale. Bien que nous ayons modifié les horaires d’ouverture des succursales, nous avons conservé tous nos employés à plein salaire, sans licenciement ni mise à pied.

Bien que de nombreux employés travaillent actuellement à domicile, nous disposons d’équipes bancaires expérimentées sur tous nos marchés et elles s’efforcent d’aider nos clients, que la tempête se produise ou non. En outre, nous encourageons nos clients à utiliser les services bancaires par guichet automatique, par voie numérique et par téléphone, qui sont tous disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

J’en viens maintenant à nos résultats du premier trimestre. Nous avons maintenu un niveau de prêt élevé et généré un revenu net de 7,2 millions de dollars avec un bénéfice par action dilué de 0,53 dollar. Le total des prêts de 1,8 milliard a légèrement augmenté par rapport à notre record du quatrième trimestre 2019. Les dépôts se sont maintenus à 2,3 milliards de dollars, et notre coût des dépôts est resté très bas, à 21 points de base. Les dépôts non rémunérés représentaient 49 % du total des dépôts.

Nous avons affiché un ratio de capital total basé sur le risque de 15,3 %, bien supérieur aux exigences réglementaires. Bien que nous soyons très bien capitalisés, notre conseil d’administration a décidé, le 20 mars, de suspendre indéfiniment notre programme de rachat d’actions, par mesure de précaution face à la pandémie. Le conseil d’administration prévoit de suivre de près la situation et de rétablir le programme le cas échéant.

La plupart des prêts non liés aux effets du coronavirus ont augmenté de 1,4 million au cours du premier trimestre pour atteindre 1,6 million, soit 0,9 % du total des prêts. Les prêts classifiés ont augmenté de 2,1 millions par rapport au trimestre précédent pour atteindre 12,1 millions ou étaient encore en baisse par rapport au premier trimestre de 2019. Les impacts de la crise COVID-19 sur le crédit mettront du temps à se matérialiser. Notre banque n’est pas à l’abri des pressions économiques importantes liées à la pandémie, mais nous sommes confiants dans notre philosophie de prêt prudente et dans la qualité historique de nos actifs.

Enfin, en raison de notre rentabilité continue, notre conseil d’administration a déclaré un dividende en espèces de 0,23 $ par action le 17 avril 2020. Il s’agit du 60e dividende trimestriel consécutif versé par la Bank of Marin Bancorp.

Sur ce, je vais céder la parole à Tani pour obtenir des informations supplémentaires sur nos résultats financiers.

Tani Girton

Merci, Russ et bonjour à tous. Comme Russ l’a noté, nous avons généré un bénéfice net de 7,2 millions de dollars et un bénéfice dilué par action de 0,53 $ au premier trimestre 2020, contre 9,1 millions et 0,66 $ respectivement au trimestre précédent. Le revenu net d’intérêt s’est élevé à 24,1 millions au premier trimestre, contre 23,9 millions au trimestre précédent. [Indiscernible] et un dernier jour du trimestre, les revenus d’intérêts nets ont dépassé ceux du quatrième trimestre 2019, en raison d’une importante base d’actifs productifs, d’une accrétion accélérée sur une production de titres d’investissement et de taux de dépôt du marché monétaire.

La marge d’intérêt nette équivalente sur le plan fiscal était de 3,88% au premier trimestre, contre 3,82% au trimestre précédent. L’accélération de la revalorisation des titres de placement a ajouté 7 points de base à la marge du premier trimestre. Nous avons reporté l’adoption de l’actuelle norme comptable sur les pertes de crédit attendues ou CECL, conformément à la disposition de la loi CARES sur la publication des comptes qui permet aux banques de reporter la mise en œuvre jusqu’à la fin de l’urgence nationale ou jusqu’au 31 décembre, selon la première éventualité.

Nous avons enregistré une provision pour pertes sur prêts de 2,2 millions de dollars au premier trimestre selon le modèle des pertes subies. C’était inhabituel pour la Bank of Marin et en hausse par rapport aux 500 000 du trimestre précédent, ce qui reflète les ajustements des facteurs qualitatifs pour les incertitudes économiques soulevées par la pandémie COVID-19. Les revenus hors intérêts se sont élevés à 3,1 millions au premier trimestre 2020, une augmentation par rapport aux 2,3 millions du trimestre précédent, principalement en raison des 800 000 gains réalisés sur la vente de titres de placement.

Le premier trimestre comprend généralement quelques dépenses saisonnières et cette année n’a pas fait exception. Les frais autres que d’intérêt se sont élevés à 15,5 millions, contre 13,3 millions au trimestre précédent. L’augmentation est principalement due à une hausse de 1,7 million des dépenses de salaires et d’avantages sociaux liée à la réinitialisation en janvier de l’appariement des 401K et des charges sociales, à l’ajustement des bonus de 2019, à l’appariement des 401K sur les paiements de bonus et à la rémunération à base d’actions, qui comprenait 388 000 pour les participants répondant aux critères d’éligibilité à la retraite.

Parmi les autres augmentations, citons quatre équivalents temps plein supplémentaires et une provision de 102 000 dollars pour engagement hors bilan. La Banque a obtenu un rendement de l’actif de 1,09 % et un rendement des fonds propres de 8,54 % au premier trimestre 2020. Nous sommes satisfaits de notre rentabilité continue et prêts à tirer parti de notre force opérationnelle pour soutenir nos clients pendant la crise COVID-19.

Maintenant, Russ aimerait partager avec vous quelques commentaires de clôture.

Russ Colombo

Merci, Tani. Personne ne peut prédire la durée et la gravité de la pandémie ni l’étendue de son impact sur nos vies et l’économie locale. Cependant, la Banque de Marin dispose d’une solide position de capital, d’un portefeuille de prêts de haute qualité avec d’excellents paramètres de crédit, et d’une base de dépôts à faible coût. Depuis plus de 30 ans, ces facteurs nous ont permis de soutenir nos clients et nos communautés dans les bons comme dans les mauvais moments. Nous traverserons la crise de la même manière.

Avant de répondre aux questions, je voulais vous communiquer les derniers chiffres concernant le programme de protection des salaires. Depuis le lancement du programme, la Banque de Marin a recueilli plus de 1 300 demandes, ce qui représente plus de 350 millions de dollars. Nous avons traité près de 250 prêts avant que la SBA n’arrête d’accepter des demandes, dont la plupart seront financées aujourd’hui.

Maintenant, nous allons ouvrir la ligne pour les questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

[Operator Instructions] Votre première question est tirée de la réplique de Jeff Rulis avec D.A. Davidson. Allez-y, je vous prie.

Jeff Rulis

Merci, bonjour.

Russ Colombo

Bonjour, Jeff.

Tani Girton

Bonjour.

Jeff Rulis

Je suppose – merci pour les détails sur le – type d’exposition du portefeuille dans ces catégories. Je suppose que le secteur viticole est peut-être un peu plus unique pour vous et pour d’autres, je suppose. Pourriez-vous nous parler des segments d’activités qui peuvent ou ne peuvent pas se poursuivre dans le secteur du vin et nous dire comment, selon vous, ce secteur évolue ?

Russ Colombo

Bien sûr, je serais heureux de le faire. C’est assez intéressant parce que, selon le vignoble, vous savez, il y a toujours – une partie de leurs affaires qui se passe bien parce que c’est [Wine Clubs] ses envois directs vers [Wine Club] Il n’y a rien qui se passe, c’est bien sûr la vente en salle de dégustation, et vous savez, la vente sur place, c’est-à-dire dans les bars et les restaurants, et des choses comme ça.

Donc, c’est évidemment à 100%. [indiscernible]. Vous savez, nous – les caves à vin – nous avons un certain nombre de caves à vin et nous avons des entreprises liées au vin. Elles sont certainement en perte de vitesse et la plupart d’entre elles ont fait une demande de PPT parce qu’elles sont en perte de vitesse et qu’elles ont – vous savez que leurs ventes sont en perte de vitesse et je me sens plutôt bien par rapport à cela. Une fois que nous serons revenus à la nouvelle normalité, une fois que les restaurants auront rouvert, ces établissements vinicoles seront de nouveau opérationnels, à 100 %.

Il est donc unique, mais il n’est pas complètement nul. Et, vous savez, les touristes finiront par revenir dans le pays du vin et commenceront à visiter la ligne et les salles de dégustation, mais en attendant, c’est – cette partie des affaires est la lutte, c’est sûr.

Jeff Rulis

C’est vrai. Et je sais qu’il y a un chiffre, vous savez, sur ces 4,7, il y a – vous savez qu’un quart est constitué d’envois directs ou vous y avez pensé – comme la part qui se trouve sur place ou, vous savez, le véritable type d’hospitalité de vente directe au détail ?

Russ Colombo

Vous connaissez chaque entreprise – chaque vignoble est différent, mais, vous savez, je peux peut-être demander à Beth Reizman, notre directeur du crédit qui est en ligne, et elle aura peut-être plus de détails à ce sujet. Beth ?

Beth Reizman

Non, en fait, beaucoup de nos clients ont toutes les facettes de l’entreprise où ils expédient directement ; ils disposent d’une salle de dégustation de vin, etc. Nous n’avons donc pas vraiment fait la distinction entre les clients qui sont généralement des grossistes ou des clients directs, mais je pense qu’ils ont tous – la plupart d’entre eux ont un aspect de chaque partie que Russ a mentionné dans leur activité.

Jeff Rulis

D’accord, merci. Vous avez parlé de la suppression des droits d’inscription ; je suppose que la première partie de cette question est de savoir quel impact vous avez constaté au cours du premier trimestre de la suppression de vos droits d’inscription. Ou si cela est arrivé très tard et n’a pas eu beaucoup d’impact, ce qui se traduit par – vous connaissez les perspectives sur les revenus des frais en espérant que les gains d’investissement que vous avez enregistrés au cours d’un trimestre s’arrêtent ?

Russ Colombo

Oui, je vais répondre et je vais demander à Tani d’intervenir. Vous savez que l’impact est minime au cours du deuxième – au cours du premier trimestre parce que c’est vers la fin du trimestre que tout a été mis en place, donc il n’y aura pas beaucoup de choses au cours du premier trimestre. Le deuxième trimestre aura certainement un impact sur les bénéfices. Comme vous le savez, nous sommes – vous savez que nos revenus de commissions par rapport à notre marge d’intérêt nette sont relativement faibles, donc cela n’aura pas un impact plus important que d’autres, je pense, mais vous savez, donc – mais ce sont les bonnes choses à faire à ce stade, donc nous n’avons aucun problème à faire ces changements. Mais Tani, voulez-vous faire des commentaires sur le gain sur les ventes ?

Tani Girton

Oui, en termes de gain sur la vente, nous avons vendu des titres adossés à des créances hypothécaires de plus courte durée qui, à notre avis, à l’approche des réductions de taux d’intérêt ou dans un environnement tendu, étaient soumis à un risque de remboursement anticipé plus élevé. Leur durée a donc été encore raccourcie et nous avons pu les vendre avec un gain et ensuite redéployer une grande partie de ces fonds dans des titres municipaux de plus longue durée et de haute qualité de crédit, ce que nous avons fait et ce qui a également contribué au rendement du portefeuille et a également protégé la Banque du risque de taux d’intérêt dans cet environnement de taux d’intérêt plus bas.

Jeff Rulis

Et des idées sur les ventes de sécurité à venir ou vous en avez pris une bonne partie dans le trimestre ?

Tani Girton

Oui, c’est une opportunité que nous avons vue à ce moment du trimestre. Pour l’instant, nous n’envisageons rien de particulier. Nous avons beaucoup de liquidités pour soutenir le PPP et les autres programmes que nous menons actuellement, et, vous savez, le [PPP LF] la facilité de liquidité est là si nous voulons générer des fonds. Nous ne vendrons donc pas de titres uniquement à des fins de liquidité. Si nous voyons des opportunités ou si nous surveillons de très près la qualité du crédit du portefeuille, donc si nous anticipons des problèmes de crédit, nous pourrions en vendre un ou deux au fur et à mesure qu’ils se présentent, mais en général, nous avons un portefeuille de très haute qualité de crédit et nous ne faisons pas trop de cette activité.

Jeff Rulis

Ok, super. Merci à tous. Je vais reculer.

Russ Colombo

Merci, Jeff.

Opérateur

Et votre prochaine question vient de la réplique de Matthew Clark avec Piper Sandler. Allez-y, je vous en prie.

Matthew Clark

Bonjour, bonjour.

Russ Colombo

Bonjour.

Matthew Clark

En ce qui concerne la constitution d’une réserve ce trimestre, vous savez, sachant que vous avez retardé CECL, avez-vous pu considérer la détérioration ultérieure de l’économie globale en avril ou était-ce vraiment au 31 mars ? Je suppose que ce que je veux dire, c’est si nous pourrions voir des réserves supplémentaires se constituer ici, au moins à court terme ?

Russ Colombo

Oui, bonne question. Je vais demander à notre directeur du crédit, Beth Reizman, de répondre à cette question.

Beth Reizman

Nous avons donc utilisé notre modèle des pertes encourues, qui est le modèle existant que nous utilisons avant la conversion du CECL. Nous avons donc examiné où nous en étions au 3/31. Cependant, il y avait déjà une détérioration certaine sur le marché. Nous avions, comme Russ l’avait indiqué, de nombreuses demandes d’allègement des paiements de la part des clients, c’est pourquoi nous avons ajusté nos facteurs économiques en disant que s’il y a une détérioration continue, nous en tiendrons compte en juin, surtout quel que soit le modèle utilisé.

Matthew Clark

D’accord. Et ensuite, en creusant un peu plus sur les expositions les plus à risque dans cet environnement, avez-vous effectué un test de stress interne pour essayer de déterminer le contenu de la perte potentielle si cet environnement se met en phase, vous savez, s’il reste en place pendant encore trois mois environ ?

Russ Colombo

Encore une fois, je vais demander à Beth de répondre à cette question.

Beth Reizman

Donc, comme nous mettons l’accent sur notre portefeuille immobilier chaque année et je dirais que vous avez des chiffres concernant les clients qui ont demandé un allègement de paiement, ils sont indicatifs de notre portefeuille. La valeur moyenne des paiements était inférieure à 45 %. Nous examinons donc les clients au cas par cas s’il y a une demande ou s’ils connaissent des difficultés financières, mais le portefeuille global est très bien sécurisé et nous sommes une banque relationnelle et notre crédit est généralement soutenu par un parrainage très solide sous forme de garanties.

Matthew Clark

Ok, super.

Russ Colombo

J’ajouterai simplement – Matthew, j’ajouterai simplement à cela, vous savez, l’une des caractéristiques de notre portefeuille est le faible ratio prêt/valeur que Beth a mentionné sur nos biens immobiliers et le – vous savez qu’une grande partie de notre portefeuille est garantie par les biens immobiliers, des garants et des liquidités de faible valeur et je dirai simplement que si vous vous retournez sur la dernière récession, nous nous en sommes très bien sortis parce que nos emprunteurs ont un engagement envers ces biens, et quand il y avait un problème, ils ont réglé le problème au lieu que la banque hérite du problème, et je pense que cela continue d’être le cas.

Comme Beth l’a mentionné, vous savez, le ratio prêt/valeur de 45 % sur nos – sur le portefeuille du stress – vous savez ceux auxquels nous avons apporté des modifications de prêt est indicatif de la solidité de cette partie du portefeuille et de la solidité du portefeuille total parce que c’est la partie qui a demandé de l’aide, le reste n’en a pas demandé. Donc, je me sens très bien par rapport à l’avenir. Bien sûr, tout le monde va avoir des problèmes en fonction de la durée de la crise, vous savez, les problèmes vont s’intensifier, j’en suis sûr, mais je me sens plutôt bien par rapport à la position dans laquelle nous sommes et à notre capacité à surmonter cette crise.

Tani Girton

Russ, puis-je ajouter un commentaire à ce sujet ?

Russ Colombo

Bien sûr.

Tani Girton

Je tiens donc à souligner que 2,2 millions de dollars constituent une provision très importante pour la Bank of Marin et même dans le modèle des pertes encourues, comme l’a dit Beth, il y a une projection, non pas une projection, mais un facteur dans les facteurs qualitatifs pour l’inconnu associé à COVID-19. Donc, bien que nous n’ayons pas intégré l’aspect prospectif du modèle CECL, il y a une part importante d’incertitude associée à COVID-19 – qui est intégrée dans la provision que nous avons prise, ce qui explique son importance.

Matthew Clark

Compris. Et puis, juste sur le [PPP] Vous savez, en supposant que les 350 millions de dollars soient entièrement financés, ce qui, vous savez, je ne sais pas quelle est la probabilité que cela se produise ou non, peut-être que si vous pouviez nous aider à répondre à cette question, mais en supposant que cela se produise, je veux dire avec une taille moyenne de prêt inférieure à 280 000 dollars, cela impliquerait environ 5 % de frais d’émission sur ces soldes, soit environ 17 dollars.Je pense que vous pourriez utiliser 5 millions d’euros de frais d’émission pour vous aider à traverser cette épreuve, et c’est un peu la vie en soi, mais ma question concerne en fait l’ensemble de ces prêts et le calendrier de ces frais d’émission si vous décidez de les décharger au moment où vous les soumettez à l’ASB pour être remboursés.

Russ Colombo

Tout d’abord en termes de – je dois essayer de m’y accrocher, [1% seems the] la plupart des prêts attrayants que vous détenez, il y a des frais liés. Vous savez, nous ne savons pas exactement quel sera le montant des frais. Le nombre de prêts est tellement important que – vous savez – il est en quelque sorte réparti. Nous avions prévu une moyenne plus élevée ici à [360, 370] C’était juste une supposition, mais si c’était le cas, nous avons probablement – vous savez, une moyenne de 3 % contre 5 %, mais c’est – c’est encore difficile à déterminer à ce stade.

Vous savez, je vais demander à Tim Myers d’intervenir. Tim, qui travaille dans la banque commerciale, a vraiment mené à bien tout ce programme et a travaillé très dur. Permettez-moi donc de demander à Tim d’intervenir pour résoudre ces problèmes.

Tim Myers

Bien sûr. Merci Russ. Oui, je pense qu’en ce qui concerne les recettes provenant des droits, nous n’avons pas vraiment essayé de faire des calculs basés sur la taille de chaque demande individuelle et le volume de celle-ci dans son ensemble. Comme Russ l’a également fait remarquer, ces frais resteront dans les livres à 1% s’ils le font. Donc, notre intention est, vous savez, comme nous recevons plus de conseils du SBA, c’est de suivre le processus de pardon et nous avons une plateforme que nous avons acquise pour aider à la demande par la documentation, la soumission, le suivi et la phase de pardon, je pense que nous attendons des conseils supplémentaires sur la façon de procéder, mais notre intention est de le faire, vous savez, une fois que nous serons en mesure de commencer à traiter cela pour nos clients, et certainement, il peut y avoir quelque chose qui dépend de la façon dont l’argent est dépensé ou de la façon dont ils considèrent cette demande ou utilisent les recettes où nous nous retrouvons, mais je pense que notre intention en ce moment est de permettre à tout le pardon d’avoir lieu le [cam].

Matthew Clark

D’accord. Et est-ce que vous – est-ce que votre sentiment va se manifester, et je suppose que oui, mais une confirmation quelconque ?

Russ Colombo

Cela va à quoi ?

Matthew Clark

Vous attendez-vous à ce que les, désolé, les – attendez-vous à ce que ces frais d’émission lorsque vous réalisez et réaliseront des revenus étalés et non des revenus de frais de façon assez naturelle ?

Russ Colombo

Je ne suis pas sûr de cela, je… Tani, peux-tu répondre à cette question ?

Tani Girton

Oui, oui. Notre attente initiale est que, oui, cela se fera par le biais des revenus d’intérêts nets et parce que nous sommes [indiscernible] Pour l’instant, en ce qui concerne le calendrier des remises, ce qui se passera probablement, c’est que nous les ferons passer par les revenus d’intérêts nets de la même manière que nous faisons d’autres frais avec une durée de vie de deux ans, car c’est la durée maximale de ces prêts. Et ensuite, s’ils sont annulés, nous accélérerons ces frais au moment de l’annulation.

Matthew Clark

Compris, d’accord. Et puis, juste une dernière pour moi sur les planchers de prêt, comme je l’ai mentionné sur l’abaissement des planchers, je suppose que vous pouvez nous donner une idée de l’ampleur des planchers que vous avez et je suppose le pourcentage qui pourrait, vous savez, baisser, si ce n’est pas tous ?

Russ Colombo

Bien sûr. Tani, tu veux répondre ?

Tani Girton

Bien sûr, nous l’avons fait – la réduction du plancher s’applique aux prêts aux entreprises de premier ordre, principalement parce que les planchers des prêts sur la valeur nette du logement étaient déjà au niveau le plus bas, ce qui représente, vous savez, entre 10 et 15 % du portefeuille, mais certains de ces prêts étaient à des planchers plus élevés que nous avons réduits et d’autres non. Je ne peux donc pas vous dire quel serait l’impact sur la marge d’intérêt nette, mais ce que je peux vous dire, c’est que cela ressemble – vous savez, si nous l’appliquions sur une année entière, cela pourrait être, vous savez, quelque chose comme 750 000 à 1 million de dollars en termes de revenu d’intérêt net.

Matthew Clark

D’accord, merci.

Opérateur

Et votre prochaine question vient de la ligne de Jackie Bohlen avec KBW. Allez-y, je vous en prie.

Jackie Bohlen

Bonjour à tous.

Russ Colombo

Salut, Jackie.

Jackie Bohlen

Je sais que vous avez fait un peu de positionnement de portefeuille pour éviter que cela ne se produise, mais avez-vous une idée de ce à quoi vous pouvez vous attendre au deuxième trimestre et comment vous envisagez le rendement global des titres au prochain trimestre, compte tenu de l’environnement des taux et des achats que vous avez effectués ce trimestre ?

Russ Colombo

Bien sûr. Je vais demander à Tani de répondre à cette question.

Tani Girton

Oui, donc – oui, les 7 points de base liés à la – je dirais que les rendements des titres sont à peu près stables, à part ces 7 points de base pour l’accrétion. Vous savez, ce n’était pas très important car une partie du portefeuille que nous avons vendu et redéployé, vous savez, peut-être un huitième du portefeuille ou même moins que cela, mais je pense que ce que cela fait, c’est plus de flux la baisse des rendements sur le portefeuille par opposition à une véritable pompe [them up].

Jackie Bohlen

D’accord. Et avez-vous une idée des prévisions d’amortissement, de ce delta entre ce qui s’est peut-être passé au premier trimestre et ce que vous prévoyez pour le deuxième trimestre ?

Tani Girton

Je ne connais pas la réponse à cette question. Vous voulez parler du delta entre les prétransactions du portefeuille et les transactions ultérieures sur l’amortissement des primes ?

Jackie Bohlen

Ou juste en général, vous savez, vous attendez-vous, étant donné l’évolution des taux qui s’est produite, vous savez, un peu plus tard vers la fin du trimestre ? Vous attendez-vous à ce que l’amortissement des primes reprenne au deuxième trimestre, avec des retombées comme celles-là ? Ou est-ce juste, vous savez, trop tôt pour le savoir ?

Tani Girton

Oui, je pense qu’il est un peu trop tôt pour le savoir. Je veux dire que je pense que nous avons remarqué qu’il y avait – avant que les choses ne se passent – vous savez, avant que les commandes d’abris ne soient en place et que les gens commencent à réaliser tous les impacts de ce qui se passe, nous avons vu une certaine augmentation des paiements anticipés du côté des hypothèques, mais cela semble anecdotiquement ralentir un peu, donc il est vraiment difficile de faire une projection sur ce point, mais je vais y jeter un coup d’œil, Jackie, et s’il y a quelque chose que nous pouvons partager avec vous tous, nous le ferons.

Jackie Bohlen

D’accord. Ok, et ensuite, en termes de rendement des prêts, en réalisant, vous savez, que l’activité est impactée par les, vous savez, les commandes de logements en cours, comment voyez-vous les nouveaux prêts qui enregistrent un rendement par rapport au portefeuille ?

Russ Colombo

C’est une bonne question. Je vais en fait la poser à Tim Myers parce qu’il est en ligne, donc pour répondre à cette question.

Tim Myers

Oui, merci, Russ. [I believe] ils diminuent quelque peu, mais pas autant, je pense, dans l’ensemble, que ce à quoi nous nous attendons potentiellement au cours du dernier trimestre, donc je pense, vous savez, que nous faisons de notre mieux pour, vous savez, maintenir l’approche de la banque relationnelle et obtenir autant que nous pouvons. Nous sommes équitables pour les deux parties, mais il ne fait aucun doute que certaines banques profitent de l’environnement en offrant des taux que je jugerais, vous savez, au-delà de la concurrence, et donc, vous savez, nous continuerons à faire de notre mieux, mais il ne fait aucun doute que les taux sont tombés en dessous des moyennes du portefeuille.

Jackie Bohlen

D’accord. Avez-vous une idée de l’ampleur de la baisse en dessous des moyennes ?

Tim Myers

Je n’ai pas de numéro arrogant pour vous, mais je peux travailler avec Tani pour vous l’obtenir.

Jackie Bohlen

D’accord. Merci. Beth, vous avez fait des commentaires sur l’examen de la disposition et vous avez dit que, quel que soit le modèle dans lequel vous opérez, il est possible que vous envisagiez d’adopter le CECL avant la fin de la situation d’urgence nationale ou le 31 décembre, selon la première éventualité.

Beth Reizman

Russ, je peux répondre ?

Russ Colombo

Oui, allez-y Beth.

Beth Reizman

Je doute que nous l’adoptions avant la fin de l’urgence nationale. Je pense que nous resterions dans le cadre du modèle des pertes subies, mais c’est un sujet dont nous discuterons en interne pour en dépendre vraiment. Il a été très difficile d’essayer de mettre en place le CECL pour, vous savez, le premier trimestre parce que c’était très, très difficile à prévoir. Les variables changeaient presque quotidiennement, et c’est ce qui rend la tâche très, très difficile, et nous avons déployé nos ressources pour nous concentrer sur notre client. Donc, ce n’est pas une réponse parfaite, mais, vous savez, nous verrons.

Jackie Bohlen

Non, non. Mais c’est tout de même utile, merci. Et à votre avis, dans combien de temps ? Disons que l’urgence nationale se termine le 15 septembre, je ne sais pas, je choisis une date, alors auriez-vous une adoption le 1er octobre, c’est comme ça que ça marche ?

Beth Reizman

Je m’en remettrai peut-être à Tani sur ce point, mais nous allons être prêts pour un tel scénario. C’est notre intention en interne. Nous ne voulons pas être – vous savez, avoir la fin et ne pas être prêts, donc notre intention est d’être prêts parce que nous étions presque là. Nous avons juste dû peaufiner quelques points. Et encore une fois, c’est la prévision qui était le vrai problème avec l’incertitude de l’économie et le changement constant de la projection par les différentes entités.

Russ Colombo

Tu sais, Jackie, je vais aussi ajouter à cela. Je ne pense pas que vous aurez un jour où l’urgence nationale se terminera. Je pense que c’est une période de temps et je ne pense pas – parce que je ne pense pas que nous allons – vous savez d’après ce que j’ai compris, je ne pense pas que nous allons avoir un moment [when, hey] c’est fini, nous pouvons tous revenir à la normale. Cela va arriver progressivement, il va donc être difficile de choisir une date et de dire d’accord, c’est le jour où nous devons mettre cela en œuvre.

Je pense donc qu’au cours des six à neuf prochains mois, ce sera un retour très progressif à la nouvelle normalité, quelle qu’elle soit. Et donc, vous savez, je ne pense pas que cela se produira – cette adoption se produira avant que nous n’ayons atteint cette nouvelle normalité, n’est-ce pas ? C’est juste qu’il est très difficile de prévoir ce que seront les marchés pendant cette période.

Jackie Bohlen

D’accord, compris. Et je veux dire que c’est aussi mon hypothèse que la nouvelle normalité va prendre beaucoup de temps pour – vous savez pour nous tous – comprendre ce que c’est.

Russ Colombo

Bien sûr, bien sûr.

Jackie Bohlen

Il semble donc que dans votre esprit, le scénario le plus probable est que nous arrivions au 31 décembre avant qu’il n’y ait une quelconque déclaration de fin de l’urgence qui déclencherait la mise en œuvre du CECL ?

Russ Colombo

Correct.

Jackie Bohlen

D’accord.

Tani Girton

Et Jackie, voici Tani. Si vous me permettez d’ajouter, nous n’avons pas vraiment de directives claires du FASB quant à la manière dont cela sera adopté pour les institutions qui ont choisi de retarder l’adoption du CECL. Donc, les mécanismes de l’adoption sont encore, vous savez, ce que nous pouvons deviner de mieux sur la base de ce que nous savons maintenant, mais ils n’ont pas vraiment donné de directives claires, et s’ils le font, évidemment, cela influencera ce que nous devons faire à l’avenir.

Jackie Bohlen

D’accord. Merci, Tani. C’est utile et merci d’avoir répondu à toutes mes questions et que tout le monde se porte bien.

Russ Colombo

Je vous remercie. Vous aussi.

Tani Girton

Vous aussi.

Opérateur

Et votre prochaine question est tirée de la réplique de Tim Coffey avec Janney. Allez-y, je vous en prie.

Tim Coffey

Je vous remercie. Bonjour à tous.

Russ Colombo

Bonjour, Tim.

Tani Girton

Bonjour, Tim.

Tim Coffey

En restant sur la disposition pendant un moment, le [Q factors] que vous avez utilisé ce trimestre, de quelle manière se comparent-ils à ce que vous avez vécu pendant la grande récession ? Étaient-ils comparables ? Ou bien utilisez-vous la perte que vous avez subie pendant la Grande Récession pour aider à définir le facteur Q, mettez-y un peu de couleur, s’il vous plaît ?

Russ Colombo

Beth, voulez-vous répondre à cette question ?

Beth Reizman

Bien sûr. Donc les deux – dans le modèle des pertes subies, les pertes historiques qui sont basées sur notre histoire – c’est un chiffre fixe que nous ne pouvons pas toucher. C’est un chiffre calculé. Les facteurs Q sont utilisés pour ajuster ce qui se passe sur le marché ou dans l’économie aujourd’hui et qui n’est pas indiqué par nos pertes historiques, et c’est donc ce que nous avons examiné et nous avons ajusté nos facteurs Q, des facteurs qualitatifs pour ce qui se passait en raison de la pandémie. Alors, est-ce que cela est utile ?

Tim Coffey

Oui, c’est le cas. Donc, vous n’avez pas utilisé les pertes subies lors de la Grande Récession comme base ou point de départ pour le facteur Q ce trimestre ?

Beth Reizman

Ils sont cuits dans notre modèle.

Tim Coffey

D’accord, d’accord. Je comprends.

Beth Reizman

Les pertes historiques sont un calcul dans notre modèle.

Tim Coffey

D’accord.

Beth Reizman

Le facteur Q tient compte de ce qui se passe en dehors du calcul des pertes historiques.

Tim Coffey

Bien sûr, d’accord.

Russ Colombo

Tim, j’ajouterai également – j’ajouterai une chose et, de retour dans la Grande Récession, si vous regardez en arrière, les pertes que nous avons subies, qui étaient franchement relativement minimes, la plupart d’entre elles étaient liées, vous savez, à des prêts de développement résidentiel, vous savez, au développement des voies. Et donc, nous n’avons plus vraiment cela du tout et ce n’est donc pas du tout comparable parce que c’était tellement lié au secteur des prêts hypothécaires et au développement des logements résidentiels et c’est tellement différent qu’il est difficile de comparer.

Tim Coffey

D’accord, bien sûr. Et puis j’apprécie les détails sur le portefeuille que vous avez exposé à la situation COVID, quel pourcentage des prêts que vous avez identifiés ont soit demandé un allègement de paiement, soit soumis une demande de prêt PPP ?

Russ Colombo

Quel pourcentage des prêts que nous avons demandés et que nous avons obtenus – nous avons modifié les prêts comme pour les prêts PPP, c’est ce que vous [indiscernible]?

Tim Coffey

Non, quel pourcentage des 17,7 % de votre portefeuille qui est exposé, hôtel, commerce de détail comme cela, a demandé un report ?

Russ Colombo

Oh ! Je vois. Je ne sais pas. Laisse-moi voir, Tim, tu connais la réponse à cette question ? Je ne pense pas que j’ai celle-là.

Tim Myers

Je n’ai pas de pourcentage précis pour cela. Il y a un croisement important entre le PPP et la libération de paiement, les différents modes de libération de paiement, mais je n’ai pas de chiffre précis.

Russ Colombo

Vous savez, Tim, quand on regarde les industries difficiles, on peut deviner que la plupart le font. Je veux parler des hôtels, des motels, des commerces de détail, bien que nous ayons – vous savez que nous avons – quand nous parlons de commerces de détail, en général, nous avons un emprunteur qui possède une sorte de centre et nous avons – vous savez que nous en avons un qui a une pharmacie, qui se porte très bien, donc nous ne faisons pas de paiement – nous n’avons fait aucune modification sur ce prêt, et pourtant le même emprunteur a quelque chose qui a – disons un restaurant, nous pourrions y faire une modification. Chaque situation est différente selon le type de bien et aussi selon la force de l’emprunteur, et vous savez, la liquidité dont il dispose, donc cela dépend en quelque sorte.

Tim Coffey

D’accord. Et puis, dans l’environnement actuel, Russ, vous voulez dire que les gains que vous avez connus ce trimestre ont été élevés, vous savez, je suppose qu’avec un taux plus bas vous vous attendriez à voir plus de gains, mais étant donné le caractère unique de la situation peut-être pas, quelle est votre perspective à ce sujet ?

Russ Colombo

Oui, je ne sais pas – vous savez, nous avons eu certains gains et je vais demander à Tim de nous dire quels étaient ces gains parce que, franchement, ils étaient plus liés à l’activité de construction qui a été réalisée, mais, vous savez, je ne sais pas – ce n’est pas un environnement dans lequel nous allons voir beaucoup de gains en ce moment parce que je ne pense pas – vous allez voir des gens se concentrer davantage sur leur activité comme – vous savez, leur quotidien par opposition à l’aspect financier. Je peux me tromper, mais je ne pense pas que les bénéfices seront importants ce trimestre. [indiscernible] début du troisième trimestre, mais Tim, tu peux peut-être lui donner un peu de couleur sur l’activité de remboursement du dernier trimestre.

Tim Myers

Oui, si vous regardez juste un quart, vous savez, si vous retirez les remboursements de type HELOC et TIC et que vous regardez juste les prêts commerciaux qui ont été remboursés, ils ont été relativement répartis de manière égale entre les actifs vendus et ce que nous avons considéré comme des remboursements d’usine ou d’achèvement de projet, et avec un actif vendu, vous savez, une partie assez importante de cela est la vente d’actifs sous-jacents aux prêts de construction, d’autres ne vendant que des propriétés.

En ce qui concerne le projet, une grande partie de ce travail a été réalisée – vous savez que nous avons de gros clients dans le secteur de la construction. Nous proposons ou recevons un grand projet de construction aux mêmes emprunteurs. Nous avions un certain nombre de prêts à terme, et donc, pour gérer notre exposition à ce groupe d’emprunteurs, nous, vous savez, venons de négocier qu’ils affinent certains de ces prêts à terme ailleurs et que nous nous concentrions sur le prêt de construction. C’est ce qui a permis de réaliser la plus grande partie de ce projet.

Il y a eu un refinancement matériel par des tiers, ce qui est probablement ce que vous visez, et nous avons constaté une tendance au cours des 18 derniers mois sur les parcs de maisons mobiles et autres choses de ce genre, qui ont été contractés par des prêteurs non bancaires à des conditions très agressives qui, vous savez, sans recours, à des taux très bas, avec des intérêts uniquement pendant de nombreuses années, juste, vous savez maintenant, des domaines qui ne nous intéressent pas et auxquels nous ne participons pas avec ce niveau d’agressivité. Donc, c’est vraiment le gros du problème, désolé, continuez.

Russ Colombo

Vous savez, j’allais dire, Tim, pourquoi ne pas lui donner un peu de couleur sur les paiements à venir au cours du prochain trimestre, pas le chiffre, mais juste ce que vous pensez à ce stade ?

Tim Myers

Oui, je veux dire que je pense que le nombre prévu va diminuer. C’était une situation unique. Je pense que les ventes, je m’attends à une baisse. Vous savez que les projets de construction seront menés à bien, mais moi – c’était un chiffre élevé. Je ne m’attends pas à ce que ce niveau de rentabilité se poursuive.

Tim Coffey

Ok, super. Eh bien, j’apprécie toute la couleur. Merci. Et puis, si nous examinons les dépenses hors intérêts, y a-t-il des investissements que vous aviez prévus pour cette année et dont vous pourriez vous retirer ou quelque chose qui exercerait une pression à la baisse sur ces dépenses, le chiffre de base, bien sûr, et non pas les dépenses saisonnières ?

Russ Colombo

Vous savez les dépenses que nous avons, vous savez, nous avons – évidemment, nous avons une branche qui déménage et qui va se faire en mai, donc nous avons cela. C’est une dépense relativement mineure, franchement, parce que nous – l’emplacement que nous avions était assez bien construit de toute façon. Vous connaissez les dépenses pour la plupart, les nouveaux projets, nous avons en quelque sorte mis en attente en termes de toute nouvelle technologie ou autre, nous nous concentrons simplement sur la façon de surmonter cette situation en ce moment.

Vous savez, en ce qui concerne l’expansion ailleurs, nous avons fait très attention à ne pas faire de grand projet pour le moment parce que nous voulons juste voir comment cela se passe. Vous savez que nous avons une succursale qui est en cours de construction à Hallsberg. Donc, cela va continuer. Nous n’avions donc pas beaucoup de choses sur la table en termes de grands projets, mais nous n’envisageons certainement pas de nouvelles idées en ce moment tant que nous n’aurons pas surmonté cette crise.

Tani Girton

Et Tim, voici Tani. J’ajouterais que, vous savez, en raison de l’éloignement social, des restrictions de voyage, des annulations de conférences et de tous les événements que nous organisons, un grand nombre de ces événements qui ont été annulés ou reportés vont évidemment exercer une pression à la baisse sur les dépenses hors intérêts.

Tim Coffey

D’accord. Bien, super. Merci beaucoup pour votre temps. C’était toutes mes questions.

Russ Colombo

Merci Tim.

Opérateur

[Operator Instructions] Nous avons une autre question de la ligne de Jackie Bohlen avec KBW. Allez-y, je vous en prie.

Jackie Bohlen

Bonjour, merci d’avoir pris mon suivi. Juste une petite question, je voulais vous demander si vous vous attendez à ce que des heures supplémentaires soient effectuées dans le cadre du PPP ?

Russ Colombo

Nous ferons des heures supplémentaires parce que nous avons eu une équipe qui travaillait littéralement jour et nuit sur ce dossier et quand nous – nous l’avons fait – il nous a fallu un peu de temps pour être approuvés parce que nous n’étions pas un prêteur du SBA. Donc, quand – nous n’avons été approuvés que la semaine dernière et quand nous avons été approuvés, nous avons dû – nous faisons tout le travail de fond pour soumettre dès que nous avons été approuvés, mais nous n’avons rien pu soumettre. Donc, une fois que nous avons obtenu l’approbation, l’équipe a travaillé littéralement jusqu’à 2h30 du matin pour soumettre ces demandes au SBA et jusqu’à la conduite bien rodée, pour ainsi dire.

Cela étant dit, nous aurons la même énergie et la même attention au cours de la prochaine – dès que le prochain paquet sera approuvé, ce qui, je crois, se rapproche. Je ne l’ai pas vu récemment, mais c’est ce que j’ai entendu ce matin et si cela se produit, cette équipe travaillera jour et nuit également. C’est donc une réponse très attendue pour dire qu’il y aura des heures supplémentaires parce que toutes ces personnes qui y travaillent ne sont pas des employés exemptés, certaines ne sont pas exactes. Je n’ai donc pas – je ne peux pas donner de chiffre pour l’instant, mais il y en aura.

Jackie Bohlen

D’accord. Très bien, merci.

Russ Colombo

Bien sûr.

Opérateur

Et nous n’avons pas d’autres questions audio pour le moment.

Russ Colombo

D’accord. Je pense qu’il y a des questions à nous poser par e-mail. La première question a donc été posée par David Feaster de Raymond James. Que pensez-vous des frais non liés aux intérêts à l’avenir ? Nous venons de parler un peu de cela à la lumière des vents contraires sur les recettes et, compte tenu de la faiblesse des taux et d’un contexte difficile, quel est le bon taux d’exécution à l’avenir. Tani, voulez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Tani Girton

Donc je pense, vous savez, si vous enlevez le bruit du premier trimestre que nous recevons tout le temps, je pense que nous sommes à un rythme de fonctionnement assez décent en ce moment. Donc, comme Russ l’a dit, je ne pense pas que nous ayons de nouveaux investissements importants, vous savez, qui restent ou qui sont annulés et nous avons une certaine pression à la baisse associée à la réduction des événements et des contacts sociaux, mais d’un autre côté, les heures supplémentaires associées au PPP. Donc, je pense qu’en général, si vous enlevez le bruit du premier trimestre, vous avez une base assez décente pour commencer.

Russ Colombo

Vous savez, nous avons aussi – et Tani a mentionné le fait que nous participons à de nombreux événements en termes de clients, des choses de cette nature, qui ont été mises en suspens au moins pour le moment et probablement annulées pour cette année. Cependant, c’est grâce à ces fonds que nous redirigeons vers des dons par le biais d’organisations à but non lucratif. Nous avons fait – nous avons engagé de l’argent pour – à un certain nombre de municipalités différentes qui font des subventions aux clients sur le marché pour les aider à traverser cette crise et notre banque a pris un rôle assez actif avec un couple – avec un certain nombre de municipalités. Et donc, dans l’ensemble, ces choses s’équilibreront dans une certaine mesure.

Nous n’organiserons peut-être pas d’événement, mais nous pourrions simplement donner l’argent à l’association à but non lucratif plutôt que de sponsoriser la table ou quelque chose de ce genre. Je pense donc que les frais non liés aux intérêts seront, à l’avenir, assez constants. La composition sera différente, mais le nombre de dépenses sera probablement assez similaire.

Il y a une autre question de – également de David Feaster. Suite à la question sur les PPP, comment comptez-vous les comptabiliser ? Ou bien pensez-vous que ces prêts seront mis en vente et que les frais seront prélevés ou bien s’agira-t-il d’un [loan fear] de l’information et de la communication ?

Je pense que Tani a répondu à cette question, mais Tani, avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

Tani Girton

La seule autre chose que je voudrais dire, c’est que vous savez, pour vous rappeler l’accent mis par Tim sur le fait que ces prêts peuvent être annulés si l’emprunteur utilise effectivement les fonds dans le but prévu et que notre priorité absolue est donc d’aider nos clients à obtenir l’annulation de ces prêts. Ainsi, lorsque cela se produit, c’est la SPA qui rembourse le prêt et non l’emprunteur.

Russ Colombo

Il y a une autre question d’Elizabeth, Park Capital. Et la question est de savoir si certains des TDR figurant dans le livre sont liés à l’industrie la plus efficace, la plus probablement affectée par le COVID ? Plus de détails sur la composition de ce seau de crédit. Je vais donc demander à Beth Reizman de commenter cela.

Beth Reizman

J’ai donc jeté un coup d’œil sur ces prêts et ils concernent en fait les différentes industries. Il y en a un grand, dans l’un de ces secteurs, mais il est bien garanti et bénéficie d’un bon parrainage, et vous savez qu’un certain nombre de nos TDR sont en fait des crédits passés. C’est juste qu’ils le sont – il est difficile d’éliminer ce statut.

Russ Colombo

D’accord. Et puis je pense qu’il y a une autre question de David Feaster de Raymond James. Juste curieux, ce que vous entendez de la part des régulateurs et des auditeurs dans votre discussion sur l’augmentation de l’offre de [Q factors] compte tenu de la pandémie en cours ? Compte tenu de la qualité de vos actifs, ont-ils jugé qu’elle était trop élevée, je pense que c’était une bonne estimation prudente ? Je suis juste curieux de savoir quels commentaires ont été reçus des autorités de régulation ou de vos auditeurs sur le sujet, et je serai certainement désespéré de répondre à cette question.

Beth Reizman

Nous avons donc eu de nombreuses conversations avec nos auditeurs au cours du processus, Tani et moi-même, et ils sont d’accord avec notre disposition et l’ont jugée appropriée. Je n’ai pas parlé avec les régulateurs pour le moment, je ne sais pas si Tani l’a fait ou si Russ l’a fait.

Russ Colombo

Ok. Je pense que peut-être toutes les questions. S’il n’y a pas d’autres questions de la part de quelqu’un, j’apprécie vraiment le temps que vous m’avez accordé ce matin. Nous serons évidemment en communication comme – le prochain – à la fin du prochain trimestre, en espérant que les circonstances seront meilleures, mais j’apprécie encore une fois le temps que vous m’avez accordé ce matin et j’attends avec impatience de vous parler au prochain trimestre. Je vous remercie.

Opérateur

Et ceci conclut la conférence téléphonique d’aujourd’hui. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro