Pour la septième semaine consécutive, les investisseurs ont été globalement des acheteurs nets d’actifs de fonds (y compris ceux des fonds conventionnels et des ETF), injectant 62,9 milliards de dollars pour la semaine des flux de fonds de Lipper qui s’est terminée le 15 avril 2020. Cette semaine, les investisseurs ont été des acheteurs nets de fonds du marché monétaire (+46,8 milliards de dollars), de fonds à revenu fixe imposable (+10,3 milliards de dollars), de fonds d’actions (+5,0 milliards de dollars) et de fonds d’obligations municipales (+833 millions de dollars).

Récapitulation du marché

Pendant la semaine des flux de fonds qui s’est terminée le 15 avril 2020, les marchés sont restés volatils mais ont eu tendance à se redresser lorsque les investisseurs ont appris que plusieurs gouverneurs d’États ont commencé à faire des plans pour rouvrir leurs économies, que les hospitalisations dues à la pandémie de coronavirus ont commencé à ralentir et que le Conseil de la Réserve fédérale a annoncé les détails de son programme de prêts sur la rue principale. Cependant, le début de la saison de publication des résultats du premier trimestre et les nouvelles économiques décevantes ont tenu beaucoup de monde à l’écart.

L’indice composé NASDAQ Price Only (+3,74%) a connu les plus fortes hausses pour la semaine des flux de fonds parmi les indices américains largement suivis, suivis par l’indice S&P 500 Price Only (+1,21%). Pendant ce temps, l’indice Russell 2000 Price Only Index (-0,65%) a subi les seuls rendements négatifs du groupe. A l’étranger, l’indice Nikkei 225 Price Only (+2,27%) a été le seul à enregistrer les rendements positifs des indices mondiaux à large base souvent suivis, tandis que l’indice FTSE 100 Price Only (-0,49%) a subi les pertes les plus importantes de la semaine.

Le jeudi 9 avril, malgré l’annonce de 6,6 millions de nouvelles demandes d’allocations de chômage pour la semaine précédente, le marché a terminé la semaine de négociation raccourcie par une note positive, les principaux indices récupérant environ la moitié des pertes enregistrées en mars. Le S&P 500 (+12,10 %) a enregistré sa plus forte hausse hebdomadaire depuis la semaine s’étant terminée le 11 octobre 1974 (+14,12 %). La Fed a annoncé les détails de son nouveau programme Main Street Lending, qui apportera un soutien aux entreprises de taille moyenne. Les investisseurs ont également été encouragés par la nouvelle d’une baisse du nombre de nouvelles infections COVID-19 signalées, bien qu’ils aient appris que l’enquête préliminaire sur le sentiment des consommateurs a enregistré sa plus forte baisse sur un mois, tombant à son plus bas niveau (71) depuis 2011. Les marchés ont été fermés le vendredi, à l’occasion du Vendredi Saint.

Cependant, le lundi 13 avril, les actions américaines ont fini en demi-teinte, les investisseurs se préparant à un début de saison des bénéfices des entreprises au premier trimestre. Cela a été partiellement compensé par la nouvelle que l’OPEP, la Russie et les États-Unis ont conclu un accord dimanche pour réduire la production mondiale de brut de 9,7 milliards de barils par jour à partir de mai, mettant ainsi fin, espérons-le, à la guerre des prix qui a duré un mois. Les marchés ont été levés après que le gouverneur de New York Andrew Cuomo ait déclaré que New York et cinq autres États élaboraient des plans pour rouvrir leurs économies après avoir affirmé que le “pire était passé” pour New York. Néanmoins, le prix de l’or a atteint son point le plus élevé depuis octobre 2012, s’établissant à 1 761,40 dollars l’once.

Mardi, les actions se sont redressées alors que certaines régions des États-Unis et d’Europe ont montré des signes de stabilisation du nombre de cas COVID-19 et que certains experts ont commencé à parler de la réouverture de l’économie américaine dès le 1er mai. Le Dow a clôturé la journée en hausse de 2,4 % à 23 949,76, malgré quelques rapports sur les bénéfices des entreprises au début du premier trimestre qui ont donné un ton prudent à la saison des bénéfices et l’avertissement de l’économiste en chef du Fonds monétaire international concernant l’une des pires récessions depuis la Grande Dépression. Les marchés ont été soutenus par des nouvelles optimistes en provenance de la Chine, selon lesquelles les exportations et les importations de mars ont continué à baisser, mais à un rythme plus lent. Cependant, les marchés des actions ont clôturé en baisse le mercredi 15 avril, alors que des bénéfices d’entreprises lamentables ont été annoncés, ainsi qu’une autre chute importante des prix du pétrole brut à court terme. Le Dow a baissé de 1,9 % ce jour-là et les prix du pétrole brut ont terminé à 19,87 dollars le baril après que l’AIE ait prédit une baisse record de la demande. En plus des rapports de bénéfices décevants, les investisseurs ont réagi à la nouvelle selon laquelle les ventes au détail et la production industrielle américaines de mars ont diminué de 8,7 % et 5,4 %, respectivement. Le rendement du Trésor à 10 ans a baissé de 13 points de base pour atteindre 0,63 %.

Fonds d’actions négociés en bourse

Pour la deuxième semaine consécutive, les ETF sur actions ont enregistré des entrées nettes de capitaux, soit 7,7 milliards de dollars pour la dernière semaine de flux de fonds. Les participants autorisés (PA) ont été des acheteurs nets de FNB d’actions nationaux (+9,6 milliards de dollars), injectant des capitaux nets, également pour la deuxième semaine consécutive. Cependant, les ETF d’actions non domestiques ont connu leur huitième semaine de sorties nettes, en rapportant 1,8 milliard de dollars la semaine dernière. Secteur sélectionné des soins de santé SPDR ETF (XLV, +2,2 milliards de dollars) et iShares ESG MSCI USA ETF (ESGU, +2,0 milliards de dollars) a attiré les plus grands montants d’argent frais net de tous les ETF sur actions individuelles. À l’autre bout du spectre, SPDR S&P 500 ETF (PY, -4,0 milliards de dollars) a connu les plus importants rachats nets individuels, et iShares Edge MSCI USA Quality Factor ETF (QUAL, – 1,2 milliard de dollars) a subi le deuxième plus grand rachat net de la semaine.

Fonds à revenu fixe négociés en bourse

Pour la troisième semaine consécutive, les ETF à revenu fixe imposables ont enregistré des entrées nettes de capitaux de 7,9 milliards de dollars. Les AP ont été des acheteurs nets d’ETF de qualité pour les entreprises (+5,9 milliards de dollars), d’ETF à haut rendement pour les entreprises (+4,0 milliards de dollars) et d’ETF flexibles (+1,6 milliard de dollars), tout en étant des rachats nets d’ETF du Trésor public (-3,3 milliards de dollars) et d’ETF d’hypothèques publiques (-562 millions de dollars). ETF iShares iBoxx $ Investment Grade Corporate Bond (LQD, +2,7 milliards de dollars) et ETF iShares obligations d’entreprises à court terme (IGSB, +1,7 milliard de dollars) a attiré les plus importantes entrées nettes de fonds de tous les ETF à revenu fixe imposables pour les particuliers. Entre-temps, ETF iShares sur les obligations du Trésor américain (GOVT, – 1,7 milliard de dollars) et iShares 20+ Years Treasury Bond ETF (TLT, -690 millions de dollars) a restitué les plus importants rachats nets individuels de la semaine. Pour la première semaine sur sept, les ETF d’obligations municipales ont enregistré des entrées nettes de capitaux, qui se sont élevées à 100 millions de dollars cette semaine.

Fonds d’actions conventionnels

Pour la deuxième semaine consécutive, les investisseurs des fonds classiques (ex-FE) ont été des rachats nets de fonds d’actions, retirant 2,7 milliards de dollars, malgré un rendement de 0,93% en plus pour la semaine des flux. Les fonds d’actions domestiques, qui ont restitué un peu moins de 738 millions de dollars, ont également enregistré leur deuxième sortie nette hebdomadaire, tout en affichant un rendement de 1,07 % en moyenne pour la semaine des flux. Les fonds d’actions non domestiques – qui ont enregistré une hausse de 0,64 % en moyenne – ont connu leur deuxième sortie nette hebdomadaire consécutive, en restituant 2,0 milliards de dollars la semaine dernière. Du côté des fonds d’actions nationaux, les investisseurs ont continué d’éviter les fonds de grande capitalisation (- 1,1 milliard de dollars), tandis que du côté des fonds d’actions non nationaux, les investisseurs ont été des rachats nets de fonds d’actions internationaux (- 1,8 milliard de dollars).

Fonds conventionnels à revenu fixe

Pour la première semaine sur sept, les fonds d’obligations imposables (ex-ETF) ont enregistré des entrées nettes de 2,4 milliards de dollars la semaine dernière, tout en affichant un rendement de 1,60 % pour la semaine des flux de fonds. Les investisseurs ont été des acheteurs nets de fonds d’entreprises à haut rendement (+3,7 milliards de dollars) et de fonds du Trésor et de fonds hypothécaires (+177 millions de dollars), tandis que les fonds d’obligations internationales et mondiales (-600 millions de dollars), les fonds du Trésor (-347 millions de dollars) et les fonds hypothécaires (-210 millions de dollars) ont enregistré les plus importantes sorties nettes du groupe. Pour la première semaine sur sept, les fonds d’obligations municipaux (ex-FE) ont enregistré des entrées nettes – de 734 millions de dollars – tout en affichant un gain de 1,18 % en moyenne pour leur troisième gain hebdomadaire consécutif sur le marché.

Poste original

Note de l’éditeur : Les puces de résumé de cet article ont été choisies par les rédacteurs de Seeking Alpha.


Commencer à trader avec eToro