Cette “tempête parfaite” pour les entreprises comme l’immobilier, le pétrole et d’autres secteurs particulièrement touchés par la crise comprend également de multiples sociétés de consommation discrétionnaire. Actuellement, ce secteur ne représente qu’environ 3 % de mon portefeuille, et j’ai veillé à ne pas mettre plus d’argent dans ce domaine.

Pourtant, il y a de vraies étoiles brillantes, des exemples qui l’emportent sur la nature autrement risquée d’une époque où les gens n’achètent tout simplement pas de choses. Whirlpool (WHR) est une entreprise pour laquelle je me suis battu. Thor Industries (THO) est une autre entreprise dont j’ai parlé plus tôt, mais dont je n’ai pas encore fait le point (bien que j’en aie l’intention).

Aujourd’hui, cependant, nous passons de la classe 4 à la classe 2 et nous examinons un solide stock de classe 2 dans le secteur discrétionnaire qui n’est pas Tourbillon. Il s’agit de Leggett & Platt (LEG).

Bildresultat för Leggett Platt

Leggett & Platt – Que fait l’entreprise ?

Nous avons déjà parlé un peu des activités de l’entreprise. Cela nous permettra de nous rappeler ce que fait l’entreprise.

L’entreprise, fondée en 1883, vend de la literie/des ressorts (qu’elle a également brevetés/inventés), du matelassage, des fils, des tiges, des sièges, des cadres de lit, des vérins hydrauliques, des câbles tubulaires et d’autres produits connexes. Les ventes de l’entreprise sont diversifiées tant en termes de marchés que de produits.

(Source : Investor’s Day 2019)

Et parmi ses clients figurent certaines des meilleures entreprises de la planète.

(Source : Présentation aux investisseurs)

L’entreprise est, dans une très large mesure, intégrée verticalement. Plus de 60 % de ses besoins en matières premières en termes d’acier sont produits par la fusion de déchets métalliques dans une aciérie de l’Illinois.

(Source : Présentation aux investisseurs)

En 2019, la société a réorganisé sa structure en termes de segmentation pour devenir plus efficace – de 4 à 3 segments. Ces segments représentent également les segments à déclarer de la société à l’avenir.

(Source : Investor’s Day 2019)

L’avantage de l’entreprise, qui est présente dans le secteur depuis plus de 100 ans, réside en partie dans les relations de longue date avec les clients, les économies d’échelle globales, la distribution mondiale et l’intégration verticale susmentionnée. La LEG possède également un portefeuille impressionnant de PI, accumulant plus de brevets dans le segment de la “literie” que toute autre entreprise sur la planète.

Il y a aussi l’avantage tout à fait naturel que les produits de Leggett & Platt ne sont pas des offres à cycle de vie court – ces produits, même dans des conditions moins qu’idéales, peuvent durer décennies. L’intégration verticale de l’entreprise signifie que la LEG peut fabriquer des produits à des prix compétitifs par rapport à ceux pratiqués dans les économies à faibles coûts, avec des marges de 75 à 80 % si l’on considère le prix de la matière première en termes de production, où l’entreprise estime à <25 % le coût de revient.

L’entreprise vise une croissance organique, mais aussi une croissance liée aux fusions et acquisitions, comme dans le cas de l’acquisition d’ECS, dont on a beaucoup parlé et qui était la dernière pièce du puzzle en 2018. L’entreprise a des résultats impressionnants, comme le fait que les flux de trésorerie d’exploitation, malgré les fusions et acquisitions, ont dépassé les capitaux propres et les dividendes pour décennies sur la fin. Il s’agit d’une entreprise très conservatrice, qui a traversé les tempêtes les unes après les autres – le type d’entreprise que nous devrions envisager dans des moments comme celui-ci.

Bref, Leggett & Platt est une entreprise qui, à première vue, est assez facile à comprendre. Il s’agit d’une entreprise qui fabrique de la literie, des matelas, de la mousse, des machines et des produits pour toute une série d’industries connexes, et ce depuis des décennies. Elle est fortement intégrée verticalement. La LEG a fait ses preuves à de nombreuses reprises au cours des 100 dernières années et nous a montré que lorsque les choses changent, elles changent avec elles.

Examinons les résultats.

Leggett & Platt – Comment se porte l’entreprise ?

Et voilà que nous trouvons quelque chose que j’ai souligné dans mes précédents articles. Les fondamentaux de l’entreprise parlent d’eux-mêmes. Il s’agit d’une société notée “Safe” et BBB, dont le taux de distribution, malgré un rendement de 5,35%, ne dépasse pas 62% sur une base NTM. Si la croissance des dividendes peut être considérée comme faible, avec une moyenne de 5 % sur cinq ans, la société va bientôt devenir le roi des dividendes, avec 48 ans d’existence dans son sac. L’entreprise a ce que l’on considère comme un fossé “étroit”.

Nous avons les résultats de 2019, et je vais en afficher quelques-uns ici.

(Source : Rapport annuel 2019)

Nous constatons que si certaines choses sont encore en période difficile, comme l’endettement, un RCI plus faible et des marges stagnantes, certains facteurs clés pointent droit vers le haut, comme les ventes, le BPA, les dividendes et les flux de trésorerie d’exploitation. L’interprétation ici est qu’ECS a fait l’objet d’une fusion-acquisition, que ces ventes ont été ajoutées et que l’entreprise doit maintenant atteindre ses objectifs de marge ainsi que ses objectifs de ventes absolus. Bien que la tendance semble globalement favorable, le fait est que la LEG a sous-performé le marché haussier général au cours des dernières années.

(Source : Rapport annuel 2019)

Les objectifs de l’entreprise pour l’avenir s’articulent autour de son plan visant à tirer parti de son vaste réseau et de ses opérations mondiales pour bénéficier d’une augmentation des marges, des ventes et des revenus grâce à ses activités de fusion et d’acquisition, tout en rendant les segments existants encore plus rentables. Les marges devraient augmenter et l’entreprise vise à long terme un ratio de distribution de 50 % du BPA pour son dividende.

Si nous pouvons mettre en évidence les défis actuels, nous devons également nous souvenir des faits essentiels. Il s’agit notamment de

  • Le taux de réussite inégalé de l’entreprise depuis 100 ans.
  • Le fait que l’entreprise ait construit des positions de 1ère ou 2ème place en termes de parts de marché dans la plupart de ses catégories actives actuelles.
  • Le dividende bien couvert et historiquement sûr.
  • Le taux de réussite des fusions et acquisitions de l’entreprise, qui est bon.

Avant le coronavirus, la société prévoyait de ramener la dette nette à 2,5X l’EBITDA…

(Source : Investor’s Day 2019)

…et même avec le coronavirus, ce plan ne devrait être que retardé, et non mis en danger d’échouer à long terme. La société a eu quelques de rachat au cours des dix dernières années, mais pas de manière massive et, par rapport à d’autres entreprises, pas même de manière proche.

Bien que le RCI comparatif soit plus faible, il est également important de souligner que les marges de l’entreprise en termes de RdE sont absolument les meilleures de la classe à près de 30 %, avec un RdE de 27 % sur la base de la MLT. Bien que le RCI comparatif soit en baisse, il reste supérieur à la référence de 8 %, et les marges du FCF approchent les 8-10 %.

La sous-caractéristique de la LEG et la raison de son déclassement d’une action de classe 1 à une action de classe 2 est l’acquisition d’ECS, qui n’aurait pas pu survenir à un pire moment, poussant la dette nette à un EBITDA supérieur à 3X (3,32X, base NTM) et la couverture des intérêts à 5,68X sur une base NTM.

Cela étant dit, Leggett & Platt est toujours un bien fonctionner société qui s’est lancée dans la crise du coronavirus avec les deux yeux ouverts. Bien qu’il faille surveiller l’augmentation du niveau d’endettement, il est très peu probable qu’elle influence les activités de l’entreprise à moyen et long terme. On s’attend à ce que les choses diminuent en 2020, naturellement, mais il suffit de regarder en arrière pour voir que Leggett & Platt produira probablement nos matelas, nos ressorts et nos produits pendant des décennies.

Comment se porte l’entreprise ? Tout compte fait, assez bien.

Examinons les risques.

Leggett & Platt – Quels sont les risques ?

Malheureusement, rien ne change le fait que Leggett & Platt est une société de consommation discrétionnaire qui présente les faiblesses et l’exposition d’une action de consommation discrétionnaire.

  • La LEG a toujours l’exposition au coût des matières premières. Même s’ils fabriquent leur propre métal, ils achètent la ferraille, et leur intégration verticale n’est que partielle.
  • FX peut également faire des ravages dans les marges de l’entreprise, et des taux de change défavorables peuvent faire baisser les bénéfices – et l’ont fait par le passé.
  • Mais surtout, l’entreprise est peut-être exposée à les tendances de consommationLes cycles de dépenses sont soumis à une multitude de facteurs. Le coronavirus n’est ici qu’un exemple. Il est probable que les gens ne sont pas exactement en train de s’épuiser et de se concentrer sur l’achat de nouveaux lits en ce moment, et les cycles de baisse ont déjà montré ce qu’ils font aux bénéfices des entreprises.

En fin de compte, cependant, même en tenant compte du coronavirus, rien de ce qui est mentionné ici ne constitue de nouveaux risques ou de nouveaux facteurs que la société n’a pas traités – et efficacement – dans le passé. Ainsi, bien que ces risques existent, je ne les considère personnellement que comme une chose récurrente qui n’a pas entraîné, et n’entraînera probablement pas à l’heure actuelle, la société dans une situation négative plus grave à long terme.

Néanmoins, il faut les prendre en considération avant d’investir.

Leggett & Platt – Quelle est l’évaluation ?

J’ai déjà eu une position d’achat sur la société par le passé, basée sur l’évaluation. Aujourd’hui, l’évaluation est donc un élément clé.

La LEG se porte très bien, tout compte fait. Bien que des risques existent, l’entreprise négocie rarement en dessous de sa juste valeur et négocie actuellement autour de 13,2X le P/E moyen pondéré.

(Source : graphiques F.A.S.T)

En termes de bénéfices attendus pour 2020, nous nous attendons à un ratio de 18,9, mais il est fort probable que ce ratio ne soit que temporaire, tout comme les baisses de bénéfices de l’entreprise ont été enregistrées précédemment.

Si l’entreprise n’est pas aussi sous-évaluée que certaines des entreprises que nous avons examinées, elle n’en a pas moins une 20% sous-évaluation par rapport à ce que je considère comme un bon point médian entre les attentes actuelles et futures de 36 dollars par action, ce qui la situerait à environ 15X le P/E pour les bénéfices de 2021E. N’oubliez pas que cette société se négocie généralement plus près de 20X et mon objectif de prix correspond assez bien (22X P/E) aux bénéfices de 2020E.

La LEG de prévision est plus précise que ce que l’on pourrait attendre d’un consommateur discrétionnaire. Bien qu’il y ait une certaine incertitude dans le passé, elle n’est pas aussi élevée que dans le cas de certaines entreprises.

(Source : graphiques F.A.S.T)

Le fait est que même si la société se négocie latéralement à des valeurs actuelles de 13 fois les bénéfices pour les deux ou trois prochaines années, il est plus que probable qu’elle offrira des rendements supérieurs à ceux du marché, approchant les 9-10 %.

(Source : graphiques F.A.S.T)

Ce taux passe rapidement à 13-20 % de rendement annuel si l’on tient compte du fait que la LEG est généralement négociée à des valeurs bien plus élevées que cela.

Le mot-clé est ici la sécurité. C’est la sécurité que l’on retrouve dans un rendement de plus de 5 % dans une entreprise qui est presque le roi des dividendes, qui rend le consommateur discrétionnaire, mais qui offre une gamme de produits incontestablement importante et fondamentale, et qui est une entreprise éprouvée qui a un siècle d’histoire.

Mes propres évaluations et mesures parlent d’elles-mêmes. Alors que la classe 2, la LEG affiche une qualité élevée de 18,0, battue seulement par Whirlpool dans sa classe, et une note d’opportunité élevée, la portant à un total de 3,2 sur 4,3. Cela peut ne pas sembler élevé, mais en termes relatifs, c’est incroyablement élevé. C’est le deuxième plus haut de tous les titres de consommation discrétionnaire que je suis, battu seulement par Whirlpool, qui obtient un 3,6.

Si l’on compare les deux, Whirlpool remporte actuellement toutes les catégories, à l’exception de la sécurité des dividendes et du rendement – sans conteste – mais si vous ne voulez pas ou si vous avez déjà une exposition suffisante à Whirlpool, alors je vous présente la LEG comme une alternative dans le secteur de la consommation discrétionnaire, par ailleurs en difficulté.

Ma thèse est simple.

Thèse

Le fait qu’une entreprise, qui se négocie généralement à environ 19-20 fois ses bénéfices, se négocie à 13 fois ses bénéfices en raison d’un vent contraire qui n’influencera probablement ses bénéfices que pendant un an signifie qu’il y a une opportunité et une sous-évaluation.

Je considère que Leggett & Platt est une entreprise de qualité qui peut s’adresser à n’importe quel portefeuille. Elle est résistante et, bien qu’elle soit un consommateur discrétionnaire, on peut dire qu’elle fournit des produits qui sont fondamentalement requis en permanence par les clients et les industries. Bien que l’entreprise soit volatile en raison de la cyclicité de la demande, il suffit d’examiner les données historiques pour voir comment Leggett & Platt gère les changements de circonstances ou les difficultés.

Le pivot des investissements en ces temps est, à mon avis, la sécurité fondamentale et les bonnes perspectives de rendements supérieurs à la moyenne à des prix inférieurs à la moyenne. Bien que Leggett & Platt ne soit pas la société en matière de placements discrétionnaires, je considère que le most sous-évalué par rapport à sa note de qualité, il est deuxième sur cette liste, derrière le géant de l’électroménager Whirlpool.

Comme pour d’autres groupes de sociétés attrayantes, je possède les deux et j’ai l’intention de continuer à les acheter à long terme.

Je pense que vous devriez faire preuve de la diligence requise dans ce domaine, car vous avez la possibilité de bloquer un rendement de 5,35 % dans un titre qui est presque le roi des dividendes, avec d’excellentes garanties globales à long terme et des perspectives de rendement annuel de 9 à 20 % pour les prochaines années, même si la crise du coronavirus se prolonge.

Merci de votre lecture.

Position

Avec une sous-évaluation de 20 % par rapport à ce que je considère comme une évaluation prudente des bénéfices de 2020-2023, je considère que Leggett & Platt est un achat avec un potentiel de hausse annuelle de 9 à 20 %.

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s LEG, WHR, THO. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Bien que cet article puisse ressembler à un conseil financier, veuillez noter que l’auteur n’est pas un CFA ou n’est en aucune façon autorisé à donner des conseils financiers. Il peut être structuré comme tel, mais ce n’est pas un conseil financier. Les investisseurs sont tenus de faire leurs propres vérifications et recherches avant tout investissement.

Je possède les tickers européens/scandinaves (et non les ADR) de toutes les sociétés européennes/scandinaves mentionnées dans mes articles.


Commencer à trader avec eToro