Les dernières nouvelles

Le vétéran Adam Feuerstein, écrivain spécialisé dans les biotechnologies, avec Matthew Herper, a fait un reportage pour STAT jeudi en dehors des heures de bureau sur l’antiviral expérimental de Gilead (GILD), qui a déclenché une hausse des échanges de GILD et de tous les principaux indices boursiers américains. L’éditorial de l’article présente l’essentiel de l’histoire :

Un hôpital de Chicago qui traite des patients atteints de covide-19 sévère avec le remdesivir, un médicament antiviral de Gilead Sciences, dans le cadre d’un essai clinique étroitement surveillé, constate une récupération rapide de la fièvre et des symptômes respiratoires, la quasi-totalité des patients ayant reçu leur congé en moins d’une semaine, a appris STAT…

L’Université de médecine de Chicago [“UCM”]a recruté 125 personnes avec Covid-19 dans les deux essais cliniques de phase 3 de Gilead. Parmi ces personnes, 113 avaient une maladie grave. Tous les patients ont été traités avec des perfusions quotidiennes de remdesivir.

Le remdesivir, ou RDV dans le jargon de GILD et que j’adopterai, est un médicament à large spectre qui est conçu pour bloquer la réplication des virus à ARN tels que ceux qui causent le virus Ebola et COVID-19 (que j’appellerai COVID pour simplifier).

Le RDV ne s’est pas révélé très efficace dans un essai comparant divers médicaments dans le cadre d’un essai Ebola, mais les preuves précliniques et maintenant cliniques l’ont mis en évidence.

La double thèse de cet article est que la RDV peut servir de catalyseur pour amener un DIB sous-évalué à des prix beaucoup plus élevés, et qu’elle pourrait également être le catalyseur d’une économie fortement déprimée et d’une population déprimée et quasi emprisonnée pour qu’elle retrouve son statut antérieur.

Essais cliniques du RDV

Un site web qui répertorie les essais de médicaments en montre actuellement 12 qui impliquent le RDV, soit comme seul médicament étudié, soit comme l’un des médicaments examinés. Les plus connus sont celui sponsorisé par le NIAID, qui a débuté en février, et deux autres sponsorisés par le GILD, auxquels l’UCM a participé. Chaque étude nécessite une discussion, mais veuillez envisager de consulter la liste complète des études (et qui s’étend).

Une étude porte sur des patients souffrant d’une maladie COVID modérée. Je résumerais les critères d’inclusion comme étant une pneumonie avec des niveaux d’oxygène sanguin adéquats dans l’air ambiant. Au 18 avril, cette étude a pour objectif d’inscrire 1 600 patients. Elle a commencé le 5 mars et prévoit une date d’achèvement primaire le mois prochain. Apparemment, seuls 10 %, soit 12/125, des patients atteints de MUC étaient dans cette catégorie. L’étude comporte trois volets, qui comprennent tous un traitement standard de soins, plus :

  • placebo
  • RDV, cours de 5 jours
  • RDV, cours de 10 jours.

Je pense que comme ces patients ne sont pas (encore) très malades, il a été jugé éthique de leur donner un placebo.

L’étude sur les patients COVID gravement malades a très récemment été étendue à 6 000 patients, contre 2 400 auparavant. Je suis convaincu que le GILD et les différents hôpitaux et comités dirigés par des médecins n’élargiraient pas l’étude si la RDV ne semblait pas aider. Je crois qu’il n’y a pas de groupe placebo pour des raisons éthiques et car le sentiment général est que le RDV fait quelque chose de bien pour ces patients désespérément malades. Ce sont les bras de l’étude en plus du traitement standard de soins :

  • RDV, cours de 5 jours (pas sur le ventilateur)
  • RDV, cours de 10 jours (pas sur le ventilateur)
  • RDV, cours de 10 jours (sur le ventilateur).

La date d’achèvement prévue est le mois de mai.

En raison de la nature critique de la pandémie de COVID, les règles habituelles de partage et d’interprétation des données qui sont de routine dans les essais cliniques menés par une société pharmaceutique à but lucratif ont probablement été ajustées.

La conception générale de ces études me semble appropriée compte tenu de la toile de fond que le RDV est connu pour avoir :

  • au moins un assez bon profil de sécurité de l’étude Ebola ;
  • activité in vitro contre les coronavirus ; et
  • des données encourageantes sur l’utilisation compassionnelle chez les patients atteints de COVID.

Avant de revenir à l’article sur le STAT, il convient de mentionner l’article de la revue sur les résultats du RDV en tant qu’usage compassionnel.

Des résultats encourageants pour le RDV dans l’usage compassionnel

Le 10 avril, le NEJM a publié Compassionate Use of Remdesivir for Patients with Severe Covid-19 de Grein et al. (Je crois qu’il n’y a pas de pare-feu). Les conclusions du résumé se lisent comme suit :

Dans cette cohorte de patients hospitalisés pour un Covid-19 grave et traités avec le remdesivir à usage compassionnel, une amélioration clinique a été observée chez 36 des 53 patients (68 %). La mesure de l’efficacité nécessitera des essais randomisés et contrôlés par placebo du traitement par le remdesivir. (Financé par Gilead Sciences).

Le contexte des chiffres ci-dessus est pertinent pour l’article STAT, et en particulier pour l’essai COVID sévère en cours qui n’a pas de groupe placebo. Grein et al. résument les données antérieures dans leur section de synthèse (discussion). Les points pertinents sont notamment les suivants (c’est moi qui souligne) :

Dans un récent essai contrôlé et randomisé sur le lopinavir-ritonavir chez des patients hospitalisés pour le Covid-19, l La mortalité à 28 jours était de 22%..10 Il est important de noter que seuls 1 sur 199 patients dans cet essai recevaient une ventilation invasive au départ.

…parmi 201 patients hospitalisés à Wuhan, en Chine, la mortalité était de 22%. en général et 66% (44 sur 67) parmi les patients recevant une ventilation mécanique invasive.

Les auteurs ont donc eu des réflexions favorables sur RDV, en disant

… la mortalité de 13% observée dans cette cohorte de remdesivir à usage compassionnel est remarquable…

Aucun nouveau signal de sécurité n’a été détecté au cours du traitement de courte durée par le remdesivir dans cette cohorte d’utilisateurs compassionnels.

… des comparaisons avec des cohortes contemporaines tirées de la littérature, dans lesquelles les soins généraux sont censés être cohérents avec ceux de notre cohorte, suggèrent que Le remdesivir pourrait présenter un avantage clinique chez les patients atteints de covide-19 grave.

C’est à peu près tout ce qu’un auteur voudrait conclure, ou ce que les éditeurs du NEJM lui permettraient de conclure, à propos d’une étude rétrospective d’une drogue dans un contexte d’usage compassionnel. Cela dit, les données étaient effectivement encourageantes pour moi, mais même si elles étaient valables, elles ne changeaient pas clairement la donne pour la stratégie de la société contre COVID ou pour le stock de GILD.

En raison de la longueur de l’article, et des divers commentaires supplémentaires de couverture et d’explication, les extraits ci-dessus sont incomplets. Veuillez envisager de revoir l’article lui-même afin d’obtenir une histoire plus complète que celle qui pourrait être présentée ici.

Passons maintenant à une brève série de citations et de commentaires sur l’article de STAT.

Les données de Chicago sont impressionnantes ; est-ce possible ?

Je l’écris samedi, près de 24 heures après la diffusion de l’histoire. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu l’authenticité fondamentale de l’article qui est remise en question. J’espère donc que, par exemple, lorsque le chef de la branche UCM de ce procès multicentrique, le Dr Mullane, est cité dans l’article comme ayant “confirmé l’authenticité des images”, cela est correct.

Selon l’enregistrement audio-vidéo d’une conférence au sein de l’UCM la semaine dernière, des données très encourageantes ont été présentées. Dans l’article, les citations de la vidéoconférence, apparemment toutes du Dr Mullane, comprenaient plusieurs points, dont les suivants, chacun avec un bref commentaire de ma part :

Nous n’avons eu que deux patients qui ont péri…

Mon commentaire: Étonnant compte tenu des 113 patients graves ; meilleur que prévu compte tenu des données sur l’usage compassionnel.

Citation suivante :

… lorsque les patients arrivent avec une forte fièvre, ils [reduce] assez rapidement. Nous avons vu des personnes cesser de respirer un jour après le début de la thérapie.

Mon commentaire: Impressionnant ; conforme à une “balle magique” à action rapide. Notez que cela semble prouver que tout commentaire circulant sur Internet selon lequel aucun de ces patients n’était sous respirateur est incorrect.

La dernière citation à présenter :

La plupart de nos patients sont graves et la plupart d’entre eux partent au bout de six jours, ce qui nous indique que la durée du traitement n’a pas besoin d’être de dix jours. Nous en avons très peu qui sont partis à dix jours, peut-être trois…

Mon commentaire: L’idée que les patients gravement malades atteints de COVID, certains sous ventilation mécanique, se soient rétablis en quelques jours est très surprenante.

Que faire de tout cela, d’abord sur le plan médical, puis pour les actions GILD, et enfin pour la vue d’ensemble ?

Les étoiles pourraient bien s’aligner pour RDV, GILD… et donc nous tous

Parfois, une série de bonnes choses se produisent, et commencent à paraître inexorables. C’est peut-être, et j’insiste sur “peut-être”, ce qui se passe avec RDV. Par exemple, le NIH a publié ce communiqué de presse vendredi (c’est moi qui souligne) :

Le remdesivir antiviral prévient la progression de la maladie chez les singes atteints de COVID-19

L’étude soutient les essais cliniques en cours aux États-Unis.

… Les enquêteurs constatent que les données permettent de lancer le traitement au remdesivir chez les patients COVID-19 le plus tôt possible pour obtenir un effet maximal du traitement. Les auteurs, des laboratoires Rocky Mountain du NIAID à Hamilton, Montana, notent également que si le remdesivir a aidé à prévenir la pneumonie, il n’a pas réduit l’excrétion du virus par les animaux. “Cette découverte est d’une grande importance pour la prise en charge des patients, où une amélioration clinique ne doit pas être interprétée comme un manque d’infectiosité”, écrivent-ils.

L’article sur lequel portent les rapports ci-dessus est intitulé “Clinical benefit of remdesivir in rhesus macaques infected with SARS-CoV-2”. Sa conclusion est convaincante :

Le traitement thérapeutique par le remdesivir, initié précocement pendant l’infection, présente un avantage clinique évident chez les macaques rhésus infectés par le SRAS-CoV-2. Ces données soutiennent l’initiation précoce du traitement par le remdesivir chez les patients atteints de COVID-19 pour prévenir la progression vers une pneumonie grave.

Je ne m’attendais pas à voir le NIAID, dirigé par le Dr Fauci, passer des données sur les singes au traitement clinique de la COVID chez les personnes atteintes de RDV. Mon interprétation optimiste de la STAT L’article a donc été amélioré lorsque j’ai vu les commentaires ci-dessus.

Il est également utile qu’en février, les chercheurs aient élucidé le mécanisme par lequel le RDV fonctionne pour bloquer la réplication de l’ARN viral dans le coronavirus qui cause la MERS. Le lien vers le résumé peut intéresser certains lecteurs.

Conclusion provisoire

Mon observation est que les nouvelles de l’UCM n’existent pas dans le vide. Au contraire, il y a maintenant une proposition de mécanisme d’action moléculaire du RDV, un modèle animal que le NIAID interprète favorablement, et des données encourageantes provenant de l’utilisation compassionnelle. Les données de Chicago, en supposant qu’elles soient valides, me semblent étonnamment fortes. D’un point de vue médical, bien sûr, il faut davantage de données, à la fois de l’UCM et de tous les autres sites. Une autre goutte d’eau dans l’océan est peut-être le fait que les données de l’UCM ont apparemment été verrouillées jeudi (et celles des autres sites ?), et que vendredi, il me semble que GILD a augmenté la taille de l’étude sur les patients gravement malades de 2 400 à 6 000. Je ne vois pas GILD faire cela si le médicament n’a pas fonctionné et a bien fonctionné.

Ainsi, mon hypothèse de travail est que le RDV sera le premier médicament approuvé pour la COVID sévère.

Bien qu’il y ait peu de données sur les cas modérément graves de COVID, c’est-à-dire l’étude plus petite contrôlée par placebo sur le RDV, ma compréhension du traitement des maladies infectieuses en général et des infections virales en particulier est que si un médicament fonctionne pour les cas avancés, il fonctionnera pour les cas moins avancés ou moins graves.

En établissant une matrice de probabilités de ce qui se passera – et une seule chose se passera avec le RDV – j’ai déplacé la courbe vers le côté haussier du terrain de jeu.

Dans les sections suivantes, je spéculerai brièvement sur une nouvelle valeur équitable pour le GILD, puis je ferai quelques commentaires sur l’environnement général du marché si le RDV est effectivement commercialisé pour le RDV avec des données cliniques solides à l’appui de l’approbation.

Mise à jour d’une juste valeur pour le GILD ; ce que le RDV pourrait générer

Quelques données de base. Le nombre d’actions diluées au quatrième trimestre était de 1,277 millions ; j’utiliserai 1,25 millions comme nombre moyen d’actions pour 2020.

Lorsque le GILD a fourni des orientations en même temps que la déclaration des bénéfices le 4 février, il a prévu des ventes pour 2020 et un BPA GAAP de 22,0 milliards de dollars et 5,35 dollars, respectivement. Dans mon article sur GILD qui a suivi ce rapport, j’ai estimé la valeur actuelle de GILD sur la base d’un calcul de la somme des parties de 115 milliards de dollars.

Cela se compare à une capitalisation boursière diluée ajustée de 105 milliards de dollars, en utilisant le cours de clôture de vendredi autour de 84 dollars et 1,25 million d’actions diluées pour 2020.

En ignorant le potentiel de la RDV et en notant que les rendements requis des actions ordinaires augmentent généralement pendant les crises, je dirais que la GILD se situe actuellement autour de mon estimation de la juste valeur. Bien entendu, ce type d’estimation comporte de nombreux risques et incertitudes.

Mais nous pouvons dire qu’avec un BPA prévu d’environ 15,7 fois pour cette année, le GILD n’est pas cher.

À l’exception peut-être de Regeneron (REGN), je considère GILD comme la seule pièce COVID qui n’est pas surévaluée en mettant de côté le potentiel lié à COVID.

Penser à la valeur actuelle de RDV

Si la RDV peut être presque aussi efficace que les données de Chicago qui ont fait l’objet d’une fuite le suggèrent, alors en ayant investi dans la RDV, la GILD peut fournir un filet de sécurité qui constituerait une raison puissante de rouvrir les économies. Ce potentiel serait plus fort si la RDV est également efficace pour traiter :

  • une maladie suffisamment grave pour justifier un séjour à l’hôpital, mais qui ne met pas (encore) la vie en danger ; et
  • maladie bénigne, qui a une forte infectivité et un risque d’aggravation.

Les données sur l’usage compassionnel sont cohérentes avec un effet positif sur les maladies modérément graves, mais ici, je pense que les incertitudes des précédents historiques nécessitent l’étude contrôlée par placebo qui est en cours.

En pensant au rôle que la pilule unique de GILD, c’est-à-dire les traitements quotidiens du VIH, a joué pour faire du sida une maladie à laquelle il est possible de survivre, avec un degré élevé d’observance de la thérapie, mon point de vue est que GILD pourrait être bien récompensé financièrement par les pays riches. Disons que le médicament arrive sur le marché en septembre en grandes quantités, que les économies se rouvrent, qu’aucun vaccin n’est disponible et qu’un très grand nombre de personnes tombent malades.

Il semble que le monde ajoute 100 000 cas par jour qui sont diagnostiqués, et c’est certainement un sous-dénombrement. Si le RDV est une sorte de solution miracle, alors les soins aux patients et la santé publique pourraient nécessiter le traitement de toutes les personnes infectées. Dans ce cas, combien les pays riches indemniseraient-ils la DAVID ?

Tout ce que je peux dire, c’est que les chiffres des ventes et des bénéfices augmentent rapidement.

Parmi les questions de suivi figurent la durabilité de tout flux de bénéfices.

On pourrait s’attendre à une concurrence, peut-être de la part du REGN, et tôt ou tard d’autres médicaments. On pourrait également s’attendre à ce qu’un vaccin efficace réduise le nombre de cas, idéalement de manière spectaculaire. Si l’on considère ces éléments par rapport aux flux de trésorerie de la GILD, il y a des options de vente et d’achat pour lesquelles nous ne disposons pas de données fiables permettant une estimation.

Je pense également à au moins trois extensions de lignes à intégrer dans un modèle financier. Il s’agit de

  • une forme intramusculaire ou subcu de RDV, pouvant être approuvée par bioéquivalence ;
  • un traitement unique à forte dose pour une maladie légère et peut-être modérée
  • un dérivé supérieur du RDV, spécifiquement conçu pour ce nouveau coronavirus.

Pour résumer cette section, la valeur du RDV est inconnaissable et, à mon avis, le GILD est une action que j’aimais avant et je considère le RDV comme un “kicker”, avec une valeur positive mais pas un médicament qui fait ou défait le GILD. Ce raisonnement m’a permis d’ajouter GILD dans la fourchette de 84 $ vendredi sans avoir l’impression que le titre devrait retomber à 60 $ si le RDV est un fiasco financier.

Ensuite, je veux présenter un scénario qui montre pourquoi j’évalue le RDV – très provisoirement – dans la fourchette de 10 $ par action, soit environ 12 milliards de dollars.

Pourquoi l’avantage financier de la RDV peut être substantiel

Je vais utiliser un raisonnement similaire à celui que j’ai utilisé pour la valeur de Vascepa to Amarin (AMRN), la première entreprise pharmaceutique dont j’ai parlé À la recherche de l’Alphadans un article du 6 mars 2013. En discutant de la façon dont je pensais que la Vascepa avait une grande valeur actuelle malgré les chances qu’elle ne devienne pas un grand succès, j’ai dit

J’évalue l’affaire du taureau comme la somme de seulement deux possibilités de 10 %. L’aspect positif est toujours intéressant pour le stock, même en supposant que le grand succès espéré de Vascepa n’a que 20 % de chances de se produire.

Je ferais quelque chose de similaire ici, à savoir prendre un scénario fort, l’évaluer, puis lui attribuer une probabilité. Ce scénario comprendrait les éléments suivants :

  • COVID s’inscrit dans le paysage mondial de façon permanente ;
  • La vaccination de la population est incomplète, en partie parce que le VDR est disponible pour traiter la maladie ;
  • comme pour la grippe, la vaccination des personnes âgées et des personnes immunodéprimées n’offre pas de protection fiable contre la maladie ;
  • Le RDV est le meilleur de sa catégorie pour le traitement des COVID
  • Le RDV a une durée de vie de 12 ans avant de devenir un médicament générique.

Nous avons un exemple de quelque chose comme cela : Le Tamiflu. Ce médicament, chimiquement oseltamivir, a été développé par – de toutes les sociétés – GILD dans les années 1990. Le dernier commercialisateur, plus étrange encore, était Roche (OTCQX:RHHBY), et le PDG de la division pharmaceutique de Roche était Daniel O’Day, aujourd’hui PDG de GILD.

Ainsi, GILD se trouve avoir un PDG qui sait comment commercialiser un médicament pour les maladies respiratoires aiguës (et qui a dirigé l’équipe lorsque Roche a obtenu les droits du meilleur médicament actuel pour la grippe, Xofluza). Je pense donc que le GILD pourrait se charger lui-même de la majeure partie de la commercialisation du RDV, c’est-à-dire auprès des hôpitaux, des cliniques et des spécialistes des maladies infectieuses, ainsi que des publicités directes aux consommateurs. Certaines actions de marketing auprès des médecins de premier recours pourraient trouver un écho favorable auprès de Roche, pour qui une co-promotion avec Xofluza serait un match fait au paradis de la biotechnologie.

J’estimerai ensuite que cette situation idéale pour GILD (pas idéale pour la société) générerait 6 milliards de dollars par an en valeur actuelle des ventes. En supposant des marges brutes de 95% (ce qui est faible pour une petite molécule de marque) et une marge bénéficiaire nette après impôt de 50%, cela suggérerait 3 milliards de dollars par an. En multipliant par 12 ans et en tenant compte d’une probabilité de 20 % seulement qu’une telle chose se produise, on obtient environ 7 milliards de dollars en valeur actuelle.

Cela laisserait 80 % de l’éventail des possibilités pour toutes les autres possibilités. Ce spectre pourrait, par exemple, commencer par le côté négatif sans revenus et se terminer par le méga-succès spectaculaire mais de courte durée de GILD dans le domaine du VHC.

Il n’y a pas de bien ou de mal que je puisse voir ici, mais lorsque j’additionne les principales possibilités, j’arrive à une somme des parties de ces potentiels pour donner une valeur actuelle d’environ 12 milliards de dollars. Il est clair que cela est très incertain, mais un point positif est qu’il n’y a pas beaucoup de chance d’une perte importante pour GILD. Si le médicament ne fonctionne pas bien en fin de compte, le coût de tous ces essais est relativement faible compte tenu des 22 milliards de dollars de revenus à marge élevée de GILD.

La RDV pourrait être plus importante pour la société, et le marché dans son ensemble, que la GILD

Bien que je considère le RDV comme un élément utile de l’histoire du flux de trésorerie libre à long terme de GILD, je le considère, s’il est au moins modérément efficace pour prévenir la mort et l’invalidité à long terme de COVID, comme aidant le monde à renverser la tendance. Au minimum, cela devrait permettre aux personnes à faible risque de réintégrer pleinement leur monde normal, et au mieux, cela permettrait même aux personnes âgées comme moi de faire de même.

Si l’on tient compte de l’étonnante qualité de l’UCM et si l’on pense à GILD, qui a soudainement plus que doublé la taille de l’échantillon de la sévère étude COVID, je pense que cela tendrait également à tronquer le très effrayant risque fondamental de détérioration de l’économie. Cela pourrait donc modifier la courbe de probabilité de l’évolution de l’indice S&P 500 (SPY) et d’autres indices. Peut-être que le niveau fortement déprimé de l’indice Russell 2000 (IWM) pourrait permettre à cet indice de générer alpha.

Il est possible que le RDV puisse être considéré comme le médicament clé qui a donné à la société la confiance qu’un virus effrayant pourrait et serait bientôt mis à sa place comme un problème peut-être chronique, mais qu’il pourrait finalement être considéré comme n’étant pas pire que la grippe dans son impact sur des milliards de personnes dans le monde.

Risques pour le GILD et le marché boursier

Je pense que tout le monde comprend que les actions individuelles ont tendance à être plus risquées que les marchés. GILD présente de nombreux risques spécifiques aux entreprises dont les investisseurs doivent être conscients lorsqu’ils envisagent de devenir propriétaires d’une action. Je mettrai la liste à jour après que GILD aura annoncé ses bénéfices dans deux semaines environ. D’une manière générale, veuillez noter que les récessions peuvent nuire aux entreprises pharmaceutiques de diverses manières, et que le RDV peut ne jamais être mis sur le marché. La GILD pourrait donc être prête à chuter après sa hausse exubérante de ces derniers jours et semaines.

En ce qui concerne le SPY et d’autres indices, les données accumulées sur le RDV représentent le premier élément semi-tangible (s’il existe) que je peux voir qui pourrait renverser la tendance. Donc, même si je suis plein d’espoir, il se peut que ce soit un faux espoir, et que le SPY et d’autres indices soient prêts à atteindre de nouveaux creux de cycle et à continuer à baisser. C’est souvent le cas lors de mauvaises récessions, et il existe des risques dans de nombreux secteurs qui pourraient produire un tel résultat. Si tel est le cas, rien ne garantit que le marché rebondisse cette fois-ci vers de nouveaux sommets.

Veuillez faire preuve de prudence dans la répartition des risques à tout moment.

Conclusions – GILD en tant que société de retour

Après une certaine irrésolution, j’ai décidé l’automne dernier que l’équipe O’Day avait ce qu’il fallait pour faire passer GILD de la dinde à la haute volée à nouveau. Je considère le RDV comme un catalyseur, potentiellement très important, dans ce processus. Et, stimulé par cette possibilité – ne regardez pas maintenant si vous êtes un ours GILD, mais le titre a battu le SPY sur des périodes de 1, 3 et 10 ans. Le GILD pourrait-il être une action à 150 dollars plus tôt que ne le pensait la Street ? Si les ventes de VIH sont fortes, que les pertes de Kite se transforment en profits modestes, que le RDV démarre au moins pour un temps et que le lancement de filgotinib est fort, peut-être que GILD pourrait gagner 7 dollars par action en vertu des GAAP et avoir un P/E de 22X. Les deux sont possibles et impliqueraient un cours de 154 $.

J’ai l’intention d’en dire plus sur le GILD après qu’il aura déclaré ses revenus.

Plus important que GILD, c’est que REGN, avec ses technologies rapides, est à la recherche d’un traitement sûr et efficace en une seule dose pour le COVID, et d’autres médicaments sont à l’étude. Les vaccins prendront plus de temps, mais dans l’ensemble, l’industrie biotechnologique peut et je pense qu’elle mettra bientôt le nouveau coronavirus à sa place. Si c’est le cas, la “Grande Récession” actuelle, qui est sortie de nulle part, pourrait bien se terminer et s’éteindre.

La RDV ne comporte aucune garantie, et je ne suis qu’un cardiologue à la retraite qui n’a jamais eu d’expertise en matière de maladies infectieuses, donc je parle ici en tant qu’investisseur, pas en tant qu’expert médical. Pour ce que ça vaut, j’aime les chances d’un traitement sûr et efficace pour le COVID à venir bientôt – peut-être d’ici juillet – beaucoup plus que ce que j’ai fait il y a une ou deux semaines. Il faut espérer !

Merci de lire et de partager les réflexions que vous souhaitez apporter.

Soumis samedi.

DORURE 83,99 $, ESPIONNAGE 286,64 $.

Pour une revue récente couvrant le RDV et de nombreux autres médicaments à l’étude pour le COVID, vous pouvez envisager de lire les Traitements pharmacologiques pour la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) de JAMA. Je pense qu’en général, les articles sur COVID ne sont pas mis derrière des pare-feu.

Divulgation : Je suis/nous sommes longtemps DORÉ, RHHBY, IWM. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.

Divulgation supplémentaire : Pas de conseil en investissement. Je ne suis pas un conseiller en investissement.


Commencer à trader avec eToro