Coproduit avec Le portefeuille de valeurs

La crise COVID-19 a provoqué sans discernement un recul important de la plupart des titres, fondé sur la peur. Les actions privilégiées n’ont pas été épargnées. La volatilité des marchés a entraîné tous les investisseurs dans des montagnes russes. La volatilité devrait rester avec nous pendant la lutte contre COVID-19, mais une fois de plus, nous pensons que le pire est déjà derrière nous. Nous restons optimistes quant à la poursuite du marché haussier à long terme, et le marché baissier actuel n’est qu’un des nombreux autres baissiers cycliques dans le contexte d’un marché haussier à long terme qui n’est pas encore terminé.

Les actions privilégiées restent l’un des investissements de choix pour les investisseurs à haut rendement plus conservateurs. Il s’agit d’un secteur qui connaît généralement une légère volatilité des prix, étant donné qu’il s’agit davantage d’un investissement à revenu fixe que d’actions ordinaires. Cela les rend encore plus attrayants lorsque les taux d’intérêt sont à leur plus bas niveau historique. Les actions privilégiées de qualité offrent en général un rendement élevé et une stabilité des prix, et ces retraits sont généralement très rares.

Aujourd’hui, nous mettons l’accent sur un fonds fermé qui investit dans des actions privilégiées relativement plus sûres et de bonne qualité. Ce fonds porte le nom de Flaherty & Crumrine Preferred and Income Opportunity Fund (PFO). Ce CEF rapporte actuellement environ 6,6 %.

Les gestionnaires de ce CEF, Flahterty & Crumrine, sont des experts dans le domaine des actions privilégiées et gèrent d’autres CEF tels que Flaherty&Crumrine / Claymore Preferred Securities Income Fund (FFC) et Fonds de revenu et de préférences dynamiques Flaherty & Crumrine (DFP) et sont dans ce domaine depuis plus de 25 ans maintenant.

Pourquoi investir dans une action privilégiée CEF ?

  1. A La principale raison de souscrire à un fonds d’actions privilégiées plutôt que d’acheter soi-même des actions privilégiées individuelles est la simplification. L’investisseur n’a pas à déterminer quelle émission offre le meilleur rendement pour la période de détention prévue, et à investir dans celle qui est sous-évaluée, et à vendre lorsque le risque de rachat est élevé par rapport au prix de l’action privilégiée. Les gestionnaires de fonds font cela pour vous. Notez que vous pouvez aussi très bien (et même mieux) investir dans des émissions privilégiées individuelles, si vous êtes capable de choisir les bonnes et de les suivre, et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous recommandons également de nombreuses émissions individuelles à nos membres. Le suivi nécessaire comprend, entre autres, l’évolution des risques, les valorisations (si l’action privilégiée commence à se négocier à un prix bien supérieur à la valeur nominale) et le risque d’appel.
  2. L’autre grande raison est qu’avec un fonds, vous pouvez vous diversifier instantanément. Il serait très difficile pour les investisseurs individuels de reproduire et de gérer les avoirs d’un CEF privilégié qui peut se composer de 50 à des centaines d’émissions privilégiées. En outre, certains fonds ont recours à l’effet de levier pour augmenter les rendements. Cet effet de levier se situe généralement à un niveau raisonnable et permet aux gestionnaires d’utiliser leurs compétences pour augmenter le rendement en fonction du risque. Si vous êtes un investisseur avec un portefeuille de petite taille et que vous souhaitez allouer disons 10 000 dollars à des actions privilégiées, les CEF peuvent souvent être l’une des meilleures façons de procéder. Par exemple, un fonds qui détient 100 émissions ou plus, la défaillance d’une seule n’ayant qu’un faible impact sur la performance globale.
  3. Enfin, les fonds ont également tendance à avoir des volumes de transactions assez élevés et une plus grande liquidité par rapport aux préférences individuelles. Si vous souhaitez acheter et vendre des préférences individuelles, vous devrez peut-être payer un spread élevé lorsque les marchés ne sont pas très liquides, en particulier en cas de forte volatilité. La possession d’un fonds (ou CEF) vous permet de faire la moyenne pendant les retraits sans perdre beaucoup d’écart. Cette question, celle de la liquidité, devient encore plus vitale lors de crises majeures comme celle que nous traversons actuellement.

L’un des meilleurs fonds d’actions privilégiées à capital fixe

Le PFO est un CEF qui investit au moins 80 % de ses actifs gérés dans un portefeuille de titres privilégiés et productifs de revenus. Le fonds est l’un des plus anciens CEF avec une très longue expérience. Il a commencé ses opérations d’investissement en février 1992. Pour récompenser les investisseurs, le fonds dispose d’un dividende d’environ 6,6 % protégé par ses titres privilégiés relativement sûrs.

Source : Site web du PFO

Le fonds, tant en termes de prix des actions que de valeur liquidative, a enregistré de très bons résultats depuis sa création. Depuis sa création, un investissement de 1 000 dollars s’est transformé en plus de 8 000 dollars. Et ce, même en tenant compte du récent ralentissement économique. Cette bonne performance peut être liée à l’investissement continu du fonds dans des actions privilégiées de haute qualité. Plus important encore, cette performance s’accompagne d’un dividende nettement supérieur au rendement moyen du S&P 500 ou d’autres investissements en actions.

Une autre chose qu’il convient de souligner ici est que le fonds se concentre fortement sur le secteur financier, avec une exposition supérieure à 50 %. Cette exposition au secteur financier est actuellement cruciale et constitue une caractéristique très positive pour les investisseurs du PFO, comme nous l’expliquerons plus tard.

Il convient de noter qu’en moyenne, le FOP a maintenu une prime modérée par rapport à sa VNI. Comme on pouvait s’y attendre, la volatilité de la prime ou de la décote par rapport à la valeur liquidative a été plus élevée que d’habitude pendant la récente crise. En tant qu’investisseurs de revenu, nous nous concentrons principalement sur la durabilité du rendement et, dans une moindre mesure, sur la prime ou la décote du CEF par rapport à la VNI. Toutefois, nous sommes attentifs aux écarts importants de ces primes ou décotes par rapport à leurs moyennes historiques. Au 9 avril 2020, le prix était de 11,09 $ contre une VNI de 10,18 $, ce qui donne une prime modérée d’environ 9 % par action.

GraphiqueDonnées par YCharts

Dans ce cas, l’opportunité présentée n’a pas grand-chose à voir avec la prime ou le rabais, mais plutôt avec les prix disloqués de la plupart des actions privilégiées sur les marchés actuels. N’oubliez pas qu’au plus fort de l’actuel marché baissier, presque toutes les actions privilégiées se sont fortement retirées en raison d’une grave sécheresse des liquidités et ne se sont jamais complètement rétablies, même celles qui sont émises par des institutions AAA.

Les exploitations de qualité

La force de PFO vient du fait qu’il dispose d’un portefeuille de qualité qui soutient ses revenus.

Source : Site web du PFO au 31/03/2020

Les 25 principaux émetteurs du portefeuille du fonds sont présentés ci-dessus. Les 10 premiers représentent à eux seuls 33,1 % du portefeuille du fonds, les 5 premiers représentant 18,8 %. Si vous regardez les émetteurs ici, il est clair que certaines des institutions financières les plus importantes et les plus stables des États-Unis constituent une part importante du portefeuille. Des noms comme MetLife (MET), Morgan Stanley (NYSE:MS), PNC Financial Services (PNC) et JPMorgan (JPM) sont les quatre premiers émetteurs du fonds.

Le secteur financier a connu des changements structurels majeurs depuis la grande crise financière de 2007-2009. Le secteur a été soumis à des réglementations importantes exigeant une plus grande solvabilité, des liquidités et d’autres exigences strictes en matière de gestion des risques. Relativement parlant, on pourrait facilement affirmer que les acteurs du secteur financier sont probablement les mieux préparés à la crise actuelle. Les investisseurs du PFO bénéficieront donc d’une exposition à ce secteur pendant et après la crise COVID-19 actuelle.

Le moment est venu d’investir dans le PFO

En outre, en plus d’un portefeuille impressionnant, c’est le bon moment pour investir dans le PFO pour trois raisons principales :

  • Aplatissement de la courbe COVID-19
  • Des mesures de relance significatives
  • Des taux d’intérêt historiquement bas (plus bas pendant plus longtemps).

Source : Aplatir la courbe – Vox

L’une des préoccupations les plus importantes concernant COVID-19 est que l’augmentation rapide du nombre de cas dépasserait les capacités des hôpitaux, ce qui augmenterait considérablement le nombre de décès, même pour les cas pouvant être traités. En conséquence, les économies du monde entier seraient paralysées. Des mesures ont été prises par la plupart des gouvernements dans le but d'”aplatir la courbe” pour réduire le nombre de décès. Les conséquences économiques désastreuses de ces fermetures ont évidemment été sans précédent, ce qui a entraîné une chute importante du marché par rapport à son pic de la mi-février.

Cependant, des signes actuels montrent que la courbe s’aplatit. Bien que le moment de la fin des fermetures reste indéterminé, un aplatissement de la courbe est le premier signe que l’économie peut commencer à reprendre le cours normal des affaires. Plus précisément, malgré sa récente reprise, le FOP est toujours en baisse à deux chiffres depuis le début de l’année. Une réouverture de l’économie pourrait ramener le cours de l’action du fonds à son niveau le plus élevé depuis 52 semaines, voire à un niveau supérieur. Cela pourrait être une opportunité très intéressante pour les investisseurs de revenus.

Deuxièmement, le PFO investit massivement dans le secteur financier, un secteur qui est bien placé pour bénéficier des mesures d’aide et de relance liées à la COVID-19 du gouvernement.

Ces mesures de relance contribueront à protéger les banques et autres institutions financières, et par extension, le PFO pendant cette période de ralentissement économique. La dernière chose qu’un banquier central souhaite, c’est un secteur bancaire en difficulté, qui est l’épine dorsale de l’économie.

Source : Capitaliste visuel

La troisième raison importante qui fait que le moment est opportun pour investir dans le FOP est le faible niveau des taux d’intérêt actuels. L’un des plus grands risques liés aux actions privilégiées est le risque de taux d’intérêt. En période de hausse des taux d’intérêt, les actions privilégiées peuvent sous-performer. Compte tenu de la situation actuelle, les taux d’intérêt resteront bas dans un avenir prévisible et constituent un bon soutien pour l’investissement dans des actions privilégiées CEF comme le PFO.

Afin de stimuler l’économie grâce à la COVID-19, la Fed a réduit les taux d’intérêt pour les ramener à 0 %. En 2008, lorsque cela s’est produit en raison de la crise financière, il a fallu sept ans à partir de la dernière réduction avant que la réserve fédérale ne recommence à augmenter les taux d’intérêt. Historiquement, l’augmentation des taux d’intérêt est très en retard sur la reprise du marché boursier et des entreprises. On peut s’attendre à ce que ce décalage important se reproduise cette fois-ci.

Dans un contexte de taux d’intérêt bas, les actions privilégiées de haute qualité prennent de l’éclat. Un rendement annuel de 6,6 % offert par des CEF de relativement bonne qualité comme le PFO commence à être extrêmement attractif. C’est particulièrement vrai pour les investisseurs de revenu qui s’inquiètent pour leur retraite. Cela reste le cas même lorsqu’on compare un rendement aussi attrayant à d’autres investissements à revenu fixe de meilleure qualité, tels que les obligations d’État, qui offrent des rendements toujours plus faibles oscillant autour de 1 à 2 % par an. Le taux actuel du Trésor à 10 ans est de 0,73 %, ce qui se traduit par un rendement supplémentaire de + 6 % en investissant dans le FOP.

Risques

Les risques les plus importants auxquels sont confrontés le PFO et tous les autres investisseurs de revenus sont COVID-19 et les risques liés aux taux d’intérêt.

  1. Plus précisément, pour COVID-19, comme nous l’avons vu plus haut, les gouvernements du monde entier ont été très favorables aux consommateurs et aux banques. Toutefois, si le virus réapparaît avec une certaine véhémence et que les gouvernements réduisent leur soutien, les banques et autres institutions financières pourraient se retrouver dans une position beaucoup plus difficile. Cela étant dit, la dernière chose que fera un banquier central à ce stade est de mettre en péril les banques qui sont l’épine dorsale de l’économie. Ce risque est faible.
  2. Le deuxième risque est le risque de taux d’intérêt. Comme nous l’avons vu précédemment, des taux d’intérêt bas sont une aubaine pour les investisseurs du FOP. Toutefois, si l’impression de monnaie se poursuit avec une faible expansion économique, elle peut entraîner une inflation et une baisse des prix des titres à revenu fixe, y compris des obligations et des actions privilégiées. C’est un risque réel qu’il convient de surveiller.

Conclusion

Le PFO est un fonds fermé qui mise fortement sur les actions privilégiées de qualité qui sont appelées à briller dans les conditions économiques les plus difficiles. Le fonds continue à maintenir un dividende de 6,6 % soutenu par certaines des plus grandes entreprises de la planète et les plus sûres financièrement. Dans le même temps, la nature du fonds permet une diversification instantanée pour les investisseurs de revenus, et donc une volatilité des prix relativement faible.

La Réserve fédérale a soutenu les institutions financières de qualité afin d’atténuer les effets d’une longue récession. Ce sont les mêmes entreprises auxquelles le PFO est largement exposé.

Aujourd’hui, les taux d’intérêt sont proches de zéro, ce qui rend la qualité du haut rendement très attrayante. Sur la base des tendances historiques, les taux d’intérêt ont tendance à rester plus bas pendant beaucoup plus longtemps après une récession. Par conséquent, la demande de produits de revenu de qualité tels que le FOP va augmenter, et se traduire par un prix plus élevé.

Nous recommandons d’acheter la baisse de l’espace des actions privilégiées avec PFO. Les CEF de haute qualité comme le PFO sont rarement mis en vente, et cette opportunité ne durera probablement pas longtemps.

Merci pour votre lecture ! Si vous avez aimé cet article, veuillez faire défiler la page et cliquer sur “Suivre” à côté de mon nom pour recevoir nos futures mises à jour.

Opportunités de dividendes élevés, n°1 à la recherche de l’alpha


HDO est la plus grande et la plus passionnante communauté d’investisseurs et de retraités, avec plus de 4 000 membres. Nous recherchons des membres supplémentaires pour rejoindre notre groupe dynamique et obtenir une réduction de 20 % sur leur première année ! Notre Immédiatement Méthode des revenus génère de forts rendements, quelle que soit la volatilité du marché, rendre les placements de retraite moins stressants, simples et directs.

Investissez avec les meilleurs ! Rejoignez-nous pour obtenir un accès instantané à notre modèle portefeuille visant un rendement de 9 à 10 %, notre portefeuille d’actions et d’obligations privilégiées, et des outils de suivi des revenus. Ne manquez pas le pouvoir des dividendes! Commencez votre essai gratuit de deux semaines dès aujourd’hui !

Divulgation : Je suis/nous sommes long(e)s FFC, PFO, JPS. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro