Introduction

Cela fait presque un an que je n’ai pas discuté Aliments nomades (NOMD) ici sur Seeking Alpha, et bien que la société ait obtenu des résultats conformes aux attentes, elle ne reçoit pas beaucoup d’attention. Bien que Nomad soit cotée sur une bourse nord-américaine, le fait qu’elle publie ses résultats en euros et ne verse pas de dividende est probablement dissuasif pour de nombreux investisseurs locaux.

GraphiqueDonnées par YCharts

L’exercice 2019 a été une bonne année encore

Nomad Foods a terminé l’année 2019 sur une note positive puisqu’elle a enregistré une augmentation de 2% de ses revenus au quatrième trimestre, à 628 millions d’euros. Il est important de souligner que la majorité de l’augmentation des revenus a été organique (1,7%). Plus importante encore est l’augmentation de l’EBITDA ajusté à 116 millions d’euros, soit environ 15 % de plus qu’au quatrième trimestre 2018. La stratégie d’achat et de consolidation semble bien fonctionner pour Nomad puisque l’ensemble de l’exercice financier 2019 s’est avéré bon.

Les recettes déclarées pour l’exercice financier ont augmenté de 7 % pour atteindre 2,32 milliards d’euros. Cela inclut une croissance organique de 2,1 %, tandis que l’EBITDA ajusté pour l’ensemble de l’année s’est élevé à 432 millions d’euros. C’est un excellent résultat, mais le BPA de seulement 80 cents par action est décevant car il est inférieur de près de 20 % au BPA de 0,97 EUR par action de l’exercice 2018, et légèrement supérieur au bénéfice net de 0,78 EUR par action de l’exercice 2017.

Source : rapport annuel

La clé pour comprendre ce résultat décevant est le montant de 54,5 millions d’euros d’éléments exceptionnels qui a été plus élevé que les années précédentes, alors que les coûts financiers nets de l’exercice 2019 ont augmenté à 73 millions d’euros contre seulement 56 millions d’euros pour l’exercice 2018.

Une grande partie des éléments exceptionnels sont liés à des coûts non récurrents liés à l’optimisation et à l’intégration des divisions commerciales, mais la principale cause de la forte augmentation des éléments exceptionnels est les 44 millions d’euros affectés à la “libération/réévaluation des actifs d’indemnisation” :

Source : rapport annuel

Cette dépense de 44 millions d’euros est liée à la libération des actions détenues sous séquestre dans le cadre de l’acquisition du groupe Findus et du groupe Iglo. Il devrait s’agir d’un élément non récurrent.

La forte augmentation des charges financières est liée à la hausse des charges d’intérêts (79 millions d’euros contre 64 millions d’euros pour l’exercice 2018). Comme Nomad Foods réduit rapidement sa dette nette, les frais d’intérêt devraient également commencer à diminuer à partir de cette année.

Ces éléments exceptionnels ont également eu un impact sur la performance de la trésorerie de Nomad Foods, qui estime l’impact net sur la trésorerie à environ 15,9 millions d’euros (inférieur aux dépenses déclarées car toutes ces dépenses supplémentaires ne sont pas liées à la trésorerie).

Nomad a déclaré un flux de trésorerie d’exploitation de 377 millions d’euros avant impôts et éléments exceptionnels, mais dans les notes de bas de page des états financiers, nous voyons que cela inclut un investissement de 45 millions d’euros dans le fonds de roulement, et le flux de trésorerie d’exploitation avant changements dans le fonds de roulement, impôts et éléments exceptionnels est de 422 millions d’euros :

Source : rapport annuel

Donc, si je prends les 422 millions d’euros comme point de départ, je déduis les 57 millions d’euros d’impôts dus (contre les 46 millions d’euros d’impôts effectivement payés) et 70 millions d’euros de sorties de fonds liées au financement [lease liabilities (22M EUR) and interest payments (48M EUR)]Le flux de trésorerie d’exploitation ajusté pour l’exercice 2019 était de 295 millions d’euros.

Source : rapport annuel

Après déduction des 47 millions d’euros d’investissements, Nomad Foods a généré un flux de trésorerie disponible de 248 millions d’euros, soit 1,27 euro par action (ou environ 1,40 dollar par action au taux de change actuel), ce qui indique que Nomad se négocie actuellement à un taux de rendement du flux de trésorerie disponible d’environ 7 %.

Pour 2020, Nomad Foods prévoit une nouvelle augmentation de l’EBITDA d’environ 2-3% à 440-445 millions d’euros, et cela, combiné à la réduction de la dette nette grâce à la stratégie de maintien du cash-flow libre, continuera à avoir un impact positif sur la situation financière de Nomad.

Le ratio d’endettement de Nomad diminue rapidement, ce qui lui permet de commencer à racheter des actions

En effet, à la fin de l’année fiscale 2019, Nomad Foods disposait de 851 millions d’euros de liquidités et d’investissements à court terme (aucun problème de liquidité) et d’une dette brute de 1,88 milliard d’euros, ce qui donne une dette nette de 1,03 milliard d’euros et un ratio d’endettement de 2,4, et la majorité des dates d’échéance de la dette sont éloignées, il n’y a donc pas de besoin immédiat de rembourser la dette :

Source : rapport annuel

Malheureusement, cela signifie aussi que les dépenses financières ne diminueront pas aussi vite que je le pensais au départ : Nomad réserve 78 millions d’euros pour les intérêts et les loyers en 2020, puis 75 millions d’euros pour l’exercice 2021. Bien sûr, Nomad peut décider d’accélérer le remboursement de la dette, ce qui aura également un impact notable sur les paiements d’intérêts, mais étant donné la date d’échéance des prêts à terme en 2024 et l’annonce récente d’une autorisation de rachat d’actions de 300 millions de dollars, Nomad pourrait trouver un moyen terme sain entre la réduction de la dette et l’amélioration des paramètres par action.

Même si Nomad Foods dépensait la totalité de son cash-flow libre pour 2020 (qui, selon moi, sera proche de l’allocation de rachat de 300 millions de dollars), le ratio d’endettement diminuerait légèrement de 2,37 à 2,32 grâce à l’augmentation prévue de l’EBITDA.

Cela étant dit, si la société rachetait effectivement 14 millions d’actions (ce qui implique un prix de rachat moyen de 21,4 dollars), le nombre d’actions tomberait juste en dessous de 181 millions. Le cash-flow libre par action serait ainsi porté à 1,50 $ pour un rendement FCF légèrement inférieur à 7,5 %.

Thèse sur l’investissement

Nomad Foods avance bien et le cash-flow libre a été utilisé pour réduire la dette nette en 2019. Comme le ratio d’endettement a maintenant atteint un niveau confortable entre 2,3 et 2,4, le conseil d’administration de Nomad Foods a approuvé un plan de rachat de 300 millions de dollars qui, je pense, apportera une valeur ajoutée à l’entreprise. En attendant, Nomad pourrait potentiellement se tourner vers des entreprises au bilan plus faible qui font face à des difficultés dans les circonstances économiques actuelles, car l’équipe de Nomad est un consolidateur éprouvé dans le secteur.

La situation actuelle de COVID-19 peut avoir un impact sur la chaîne d’approvisionnement de Nomad, mais devrait avoir un effet positif sur la demande de ses produits : comme les restaurants sont fermés dans plusieurs pays desservis par Nomad Foods, un repas surgelé est maintenant souvent la solution la plus simple pour un dîner qui ne demande pas beaucoup de travail.

Envisagez de rejoindre Idées européennes sur les petites entreprises pour obtenir un accès exclusif à la recherche pratique sur les possibilités d’investissement attrayantes axées sur l’Europe, et à la fonction de chat en temps réel pour discuter d’idées avec des investisseurs partageant les mêmes idées !

NOUVEAU à l’ESCI : un PORTEFEUILLE EUROPÉEN DE REIT dédié !

Divulgation : Je suis/nous sommes un long NOMD. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro