DTE Energy Company (NYSE:DTE) Conférence téléphonique sur les résultats du 4e trimestre 2019 le 28 avril 2020 à 9h00 (heure de l’Est)

Entreprises participantes

Barbara Tuckfield – Directrice des relations avec les investisseurs

Jerry Norcia – Président et directeur général

Peter Oleksiak – Premier vice-président et directeur financier

David Ruud – Premier vice-président et nouveau directeur financier

Participants à la conférence téléphonique

Shar Pourreza – Partenaires du Guggenheim

Michael Weinstein – Crédit Suisse

Julien Dumoulin-Smith – BoA

Jonathan Arnold – Recherche verticale

Andrew Weisel – Nouvelle-Écosse

Ryan Levine – Citi

Sophie Karp – KeyBank

David Fishman – Goldman Sachs

Anthony Crowdell – Mizuho

Opérateur

Mesdames et Messieurs, merci d’être présents et bienvenue à la conférence téléphonique sur les bénéfices du premier trimestre 2020 de DTE Energy. [Operator Instructions] Veuillez noter que la conférence d’aujourd’hui est enregistrée. [Operator Instructions]

Je voudrais maintenant passer la parole à votre oratrice d’aujourd’hui, Barbara Tuckfield, directrice des relations avec les investisseurs. Je vous en prie, allez-y.

Barbara Tuckfield

Merci et bonjour à tous. Avant de commencer, je voudrais rappeler à tous de lire la déclaration sur la “sphère de sécurité” à la page 2 de la présentation, y compris la référence aux déclarations prospectives.

Notre présentation comprend également des références aux bénéfices d’exploitation, qui sont une mesure financière non conforme aux normes comptables. Veuillez vous référer au rapprochement entre les bénéfices GAAP et les bénéfices d’exploitation fourni dans l’annexe de la présentation d’aujourd’hui.

Nous avons avec nous ce matin Jerry Norcia, président et directeur général, et Peter Oleksiak, premier vice-président et directeur financier, David Ruud, premier vice-président et nouveau directeur financier à partir du 4 mai. Je laisse maintenant la parole à Jerry pour qu’il commence à nous appeler ce matin.

Jerry Norcia

Eh bien merci, Barb, et bonjour à tous, et merci de nous avoir rejoints aujourd’hui. Tout d’abord, je tiens à dire à tous ceux qui nous écoutent que j’espère que vous et vos familles êtes en bonne santé et en sécurité. C’est une période très difficile pour tout le monde, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour essayer de limiter les pressions auxquelles sont confrontés tous nos clients et toutes les communautés.

Je tiens également à remercier les efforts inlassables de nos employés qui, chaque jour, veillent à ce que la communauté bénéficie d’un service sûr et fiable. Nous organisons cet appel de fonds à partir de lieux différents, car nous suivons nos directives en matière de logement à domicile.

Ce matin, je vais fournir des détails sur la façon dont COVID-19 affecte nos activités et sur ce que nous faisons pour répondre aux défis qu’il a présentés. Je présenterai également les grandes lignes des progrès réalisés par chacune de nos unités commerciales. Ensuite, Peter fera le point sur nos finances et nous conclurons, avant de répondre à vos questions.

Et je vais commencer par la diapositive 4. Au niveau de l’État, un groupe de chefs d’entreprise, d’experts médicaux et de représentants du gouvernement se sont réunis pour élaborer des recommandations sur la manière de relancer l’économie du Michigan aussi rapidement et sûrement que possible.

Notre président exécutif, Gerry Anderson, est le coprésident de ce groupe qui a été mis en place par le gouverneur. Nous espérons que la construction reprendra ses activités dans la première partie du mois de mai, et que l’industrie automobile et les autres entreprises industrielles reprendront leurs activités plus tard dans le courant du mois.

Ici, au DTE, nous prévoyons de reprendre nos travaux de construction et d’entretien. Dans la première partie du mois de mai, je vous donnerai plus de détails sur ces plans un peu plus tard dans la discussion. Nous travaillons en étroite collaboration avec les dirigeants de l’État et les autorités locales ainsi qu’avec nos régulateurs pour répondre à cette crise, de la meilleure façon possible pour tous les habitants du Michigan.

En ces temps difficiles, les organismes de réglementation et les entreprises peuvent se réunir ou se séparer. Au Michigan, nous avons tous travaillé avec nos organismes de réglementation et le gouvernement de l’État pour nous réunir pendant cette pandémie.

Parlons de ce que notre entreprise fait pour répondre à cette crise. Tout au long de la crise COVID-19, notre priorité a été la santé et la sécurité de nos employés et de nos clients. Nous travaillons sur de multiples fronts pour garantir la sécurité de tous les employés de DTE. Tout en continuant à fournir une énergie sûre et fiable à nos clients.

Nous nous efforçons également de répondre aux besoins de nos communautés par la philanthropie et le bénévolat. En ce qui concerne l’impact que cette crise aura sur les plans financiers des ETT, je dirais simplement que nous prévoyons un impact important. Bien que personne ne sache exactement comment cela se passera au cours de l’année, nous pensons que nous pouvons atténuer les difficultés de notre plan initial par des mesures de gestion.

J’entrerai dans le détail de ces actions dans quelques minutes, mais je tiens à vous assurer que nous avons un plan pour atteindre nos objectifs financiers. Ce plan nous permet de réaffirmer nos objectifs initiaux en matière de BPA, de trésorerie et de capital, tout en maintenant un bilan solide et en continuant à offrir une saine augmentation du dividende de 7 % cette année.

Je donnerai plus de couleur aux hypothèses de ce plan et aux principales variables au fur et à mesure que nous avancerons dans la discussion. La DTE a un fier héritage de routage dans les moments les plus difficiles, que nous soyons confrontés à des tempêtes catastrophiques ou à une crise économique, dans chaque cas, nous sommes sortis renforcés et améliorés. Il ne fait aucun doute que le travail qui nous est demandé aujourd’hui nous prépare à une nouvelle décennie fructueuse.

Passons à la diapositive 5, alors que je parle davantage de nos efforts pour lutter contre cette pandémie. Pour assurer la sécurité et le bien-être de nos employés, nous avons mis en place le travail à domicile à la mi-mars et actuellement, plus de la moitié de nos employés travaillent à domicile. Cela fonctionne bien dans nos systèmes et nous aidons beaucoup nos employés.

Nous avons séquestré le personnel d’exploitation clé de manière ordonnée et hiérarchisée afin de nous assurer que nous disposions de la bonne combinaison de personnel d’exploitation, de poursuivre des opérations fiables et sûres et nous avons également fait une pause dans tout travail non résidentiel pour certains de nos employés. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer leur sécurité au fur et à mesure que nous comprenons mieux le virus.

Un grand merci à nos employés, qui doivent quitter leur domicile pour effectuer un service essentiel pour nos clients. Ils n’ont pas manqué un seul instant de leur travail et ont maintenu d’excellentes opérations. Nous devons équiper ces employés avec les équipements de protection appropriés, tels que des masques et des combinaisons de protection pour entrer dans les maisons. Nous accomplissons nos tâches avec une distance sociale sûre et nous assainissons régulièrement nos installations, nos camions et nos piscines. Chaque employé qui quitte son domicile fait l’objet d’une vérification quotidienne de sa température.

Nous avons créé des plans détaillés de retour au travail pour nos employés et nous suivrons les conseils de nos dirigeants d’État. Comme je l’ai mentionné, nous sommes profondément impliqués dans le développement de ces pratiques. Nous reprendrons nos activités de construction et de maintenance au début du mois de mai, et nous les intensifierons tout au long du mois.

Nous attendons de nos employés de bureau qu’ils restent à la maison pendant l’été, car nous déterminons quand il est sûr de rentrer. Nous poursuivrons toutes les pratiques de sécurité que je viens de mentionner, qui ont très bien réussi à atténuer l’impact sanitaire de ce virus pour les milliers d’employés de l’ETT qui quittent leur domicile chaque jour pour effectuer leur travail.

Passons maintenant à la diapositive suivante. Du point de vue de notre communauté, notre fondation soutient les besoins de base tels que la nourriture et le logement, pour plus de 100 000 familles en finançant plus d’un million de repas à ceux qui sont dans le besoin et en veillant à ce que les familles aient accès aux services médicaux de base.

Nous avons créé un fonds de stabilisation d’urgence pour aider les organisations à but non lucratif et les petites entreprises. À ce jour, nous avons distribué plus de 4 000 masques respiratoires au département de police de Detroit et plus de 900 000 masques respiratoires dans les hôpitaux de la région et nous prévoyons d’en distribuer d’autres, dont le besoin se fait cruellement sentir.

Nous aidons les institutions religieuses qui sont une ressource de confiance pour les membres de la communauté. J’ai aussi personnellement organisé de nombreux appels avec des leaders religieux et des agences sociales afin de mieux comprendre les besoins de la communauté.

Nous nous sommes également associés à des organisations philanthropiques de la ville de Detroit et à des chefs d’entreprise pour améliorer l’Internet à haut débit dans toute la ville et fournir des dispositifs à plus de 50 000 étudiants, afin qu’ils puissent poursuivre leurs études en ces temps difficiles. Nous doublons les dons caritatifs des employés, des entrepreneurs et des anciens élèves du DTE pour soutenir des services à but non lucratif.

Nos employés font du bénévolat virtuel dans différentes organisations, dans les communautés sœurs, tout en assurant la sécurité et le bien-être de chacun. Nos employés se sont mobilisés pendant cette période pour continuer à faire le travail qui est si important pour nos communautés. Il s’agit de fournir une énergie fiable à nos clients de la manière la plus sûre possible.

Je suis extrêmement fier de toute la famille du DTE. Ce n’est qu’un exemple de plus de l’union de nos employés au moment où il est le plus crucial de répondre aux besoins de nos communautés.

Passons maintenant à la diapositive 7, où je vais commencer à vous expliquer l’impact attendu de cette pandémie sur nos activités. Nous avons passé beaucoup de temps ces dernières semaines à comprendre les impacts financiers potentiels de la construction de la pandémie et à mettre en place un plan pour réagir à ces défis.

Bien que nous ayons mis à jour nos prévisions pour le reste de l’année, nous avons examiné les impacts potentiels sur les ventes et les coûts supplémentaires associés à COVID-19 et avons également reconnu que nous étions en baisse au premier trimestre par rapport à notre plan en raison d’un temps plus chaud que la normale ainsi que d’autres impacts économiques, compensés par la favorabilité des non-utilités.

Ces changements sont plus importants que l’éventualité que nous avons normalement dans notre plan annuel. Ainsi, lorsque nous avons rassemblé tout cela, nous avons constaté une pression sur les revenus de 60 millions de dollars qu’il nous fallait compenser. Nous voulions travailler et créer un nouveau plan qui non seulement (10:02) le manque à gagner de 60 millions de dollars, mais au moins le double pour accumuler une réserve supplémentaire afin de couvrir d’autres impacts potentiels, y compris un retour au travail plus lent dans le Michigan, ce qui entraînerait des impacts COVID-19 encore plus importants.

Un potentiel d’été frais et d’automne chaud et nos non-utilitaires ne font qu’atteindre leur plan annuel. Actuellement, nous sommes en avance sur le plan de nos non-utilitaires et nous supposons que cette favorabilité est considérée comme une éventualité pour le reste de l’année. Nous estimons qu’il est prudent de prévoir de couvrir les éventuelles pressions sur les revenus provenant de ces éléments, même si elles ne se produisent pas toutes.

C’est ainsi que nous avons pu atteindre de manière fiable nos objectifs de revenus par le passé. C’est un plan conservateur. Nous avons plus de 2,5 milliards de dollars d’O&M à gérer pendant les périodes de vaches maigres, ainsi que l’avantage d’avoir investi plus tôt que prévu dans l’O&M au cours des années précédentes.

Nous avons déjà été confrontés à des pressions de récession en 2008 et 2009 et nous sommes sortis de cette période plus forts que jamais, en atteignant les objectifs de BPA opérationnel et de réduction des coûts et en dépassant les prévisions de trésorerie opérationnelle. Nous sommes confrontés à des pressions similaires et je suis convaincu que nous avons élaboré un plan solide pour relever ces défis.

Sur la diapositive 8, je vais discuter des scénarios de vente que nous avons créés pour comprendre les impacts potentiels de COVID-19 sur notre activité. Nous avons élaboré quelques scénarios de récession en nous basant sur des hypothèses concernant le calendrier de retour au travail du Michigan.

L’objectif de ces scénarios est de mesurer l’impact et de vous le communiquer. Cependant, nous avons réalisé que personne ne sait avec certitude comment cela va évoluer. La diapositive 8 présente certaines de ces hypothèses pour nos deux scénarios.

Un scénario suppose que notre retour au travail commence en mai. Le deuxième scénario suppose un démarrage lent. Pour nos scénarios, nous avons l’avantage de nos capacités de comptage avancées, qui nous permettent de voir l’évolution des ventes en temps réel. Les données de l’AMI nous ont fourni de très bonnes informations au quotidien et elles ont vraiment été un outil puissant pour nous donner un aperçu de l’impact de cette crise sur nos ventes.

Je vais passer en revue quelques détails de notre scénario de démarrage en mai. Les entreprises de construction, de fabrication et de plein air commenceront à reprendre le travail en mai et progresseront tout au long de l’année, les commerces de détail non essentiels, les restaurants et les hébergements commenceront à reprendre le travail pendant les mois d’été. Les travaux de bureau non essentiels commencent plus tard dans l’été et les universités et les écoles reviennent à la normale à l’automne. Le résultat de l’élaboration de ces scénarios est une estimation de l’impact sur nos ventes d’électricité par chaque classe.

Je vais maintenant passer en revue ces impacts sur les ventes. Comme vous pouvez vous en douter, notre charge résidentielle a été plus forte avec plus de personnes à la maison et elle a augmenté de 10 à 11 % en avril. Cependant, notre charge commerciale a diminué de 16 à 18 % et notre charge industrielle a baissé de 40 à 46 %. Nous pensons que nous avons atteint le creux de la vague pour notre charge à ce stade.

Le Michigan reste sous le régime du “stay-at-home order” avec seulement des entreprises essentielles en activité et notre charge a été assez constante au cours des dernières semaines. Les données de l’AMI nous ont permis de voir la charge par grande catégorie de clients et les impacts par sous-segment dans chacune de ces catégories, y compris des groupes comme l’automobile, les hôpitaux, les épiceries et les écoles.

Cela nous donne des analyses très puissantes pour pouvoir comprendre ce qui se passe avec notre charge. Nous utilisons ces analyses et les enseignements tirés du plan de retour au travail au niveau de l’État pour élaborer des scénarios prévisionnels dont j’ai parlé sur une diapositive précédente et les impacts sur les revenus dans le cadre de chaque scénario.

Vous pouvez voir sur la diapositive que l’impact de la pandémie COVID-19 sur les ventes d’électricité est estimé entre 30 et 50 millions de dollars. Il faut comprendre qu’aucun d’entre nous ne sait exactement comment tout cela va se dérouler. Nous estimons une fourchette pour chaque catégorie de clients en utilisant les paramètres, donc les deux scénarios que nous avons établis pour le secteur résidentiel, nous estimons une augmentation de 3 à 4 % pour l’année en raison des personnes travaillant à domicile une partie de l’année. Cette augmentation des ventes résidentielles se traduit par une augmentation des revenus de 40 à 50 millions de dollars sur une base annuelle.

Pour les ventes commerciales, nous estimons une baisse de 6 à 9%, ce qui se traduit par une diminution des recettes de 50 à 75 millions de dollars et enfin, du côté industriel, nous estimons une baisse des ventes de 18 à 22%. Cela se traduit par une baisse des bénéfices de 20 à 25 millions de dollars pour l’année.

Nous avons rassemblé tout cela dans un plan de relance économique ciblé pour nous assurer que nous pouvons tenir nos promesses dans les limites de nos orientations. Je vais vous parler de ce plan dans une minute. Il est évident que de nombreux scénarios différents pourraient se dérouler, y compris des scénarios plus ou moins favorables.

Dans un scénario moins favorable, vous devriez réévaluer nos plans de relance économique, en veillant à ce que je puisse relever tous les défis, dont le rythme de retour des charges est l’une des plus grandes variables de notre plan de relance économique.

Passons à la diapositive 9. Notre équipe de gestion procède généralement à un examen hebdomadaire de notre plan et, en cette période de stress économique, nous l’avons examiné quotidiennement. Comme nous l’avons déjà dit, nous disposons d’une planification solide qui prévoit de commencer chaque année avec des mesures d’urgence dans tous les secteurs d’activité.

Nous avons également des plans de réduction des coûts que nous pouvons mettre en place. Cette année, nous avons dû ajouter des étapes supplémentaires à notre processus, notamment un examen quotidien des finances de l’année en cours par la direction générale et des actions ponctuelles supplémentaires pour atteindre nos objectifs. Étant donné qu’une grande partie de la réserve annuelle sera utilisée pour la météo cette année, nous allons maintenant travailler à partir de notre plan d’action allégé plus profond, qui comprend une liste d’éléments ponctuels visant à réduire les coûts à court terme ne sont pas viables à long terme.

Parmi les éléments déclencheurs que nous appellerons “pause”, citons l’arrêt de toute nouvelle embauche, la réduction des heures supplémentaires, la production de dépenses de contrats et de consultants et le déploiement de notre personnel dans les activités requises et le report des travaux d’entretien des banques que nous avons accumulés au cours des trois dernières années. Nous sommes également en mesure de réduire les dépenses de matériel et de soutien, de diminuer les frais de déplacement, d’accélérer l’automatisation, de travailler sur des projets à domicile et de reporter les travaux non essentiels, toujours avec le maintien de la sécurité comme priorité absolue. Grâce à toutes ces mesures d’allègement, je suis convaincu que nous atteindrons nos objectifs financiers pour l’année sans sacrifier la sécurité ou le service à la clientèle.

Je vais maintenant laisser la parole à Peter pour qu’il nous présente les résultats financiers du trimestre et nous donne un aperçu des finances pour le reste de l’année. Mais avant cela, j’aimerais profiter de cette occasion pour le remercier de son dévouement envers le DTE pendant toutes ces années. Je suis sûr que vous savez tous que Peter a décidé de prendre sa retraite cette année-là. Je suis heureux de le voir poursuivre sa vie en dehors du DTE. Nous avons eu de nombreuses bonnes années ensemble, et il me manquera en tant que leader de confiance. La bonne nouvelle est qu’il a accepté de rester en tant que conseiller alors que Dave Ruud est en train de passer au poste de directeur financier.

Sur ce, je vais le remettre à Peter.

Peter Oleksiak

Merci, Jerry, et merci pour ces aimables paroles, et bonjour à tous. Tout d’abord, je tiens à remercier tout le monde pour toutes les félicitations et les bons vœux que j’ai reçus de la part de tant d’entre vous. J’ai eu la chance de travailler en étroite collaboration avec vous tous au fil des ans et j’apprécie les relations que nous avons établies ensemble. J’aimerais également remercier la famille du DTE avec laquelle j’ai passé plus de 20 ans et je félicite David Ruud pour sa nomination au poste de directeur financier, et je le soutiendrai pleinement pendant cette transition. C’est un peu aigre-doux d’en être à mon dernier appel de salaire DTE, mais je suis enthousiaste à l’idée de ce nouveau chapitre de ma vie.

J’en viens maintenant à ma dernière mise à jour sur mes Tigres de Detroit. Mes Tigres de Detroit sont en sécurité comme tout le monde, mais ils contribuent également à la communauté et aux efforts de réponse à la COVID-19. J’attends avec impatience le repêchage du MLB en juin, où mes Tigers auront le premier choix, mais j’ai vraiment hâte que nous puissions tous retourner au stade en toute sécurité pour assister à un match.

Passons à la mise à jour de notre plan financier sur la diapositive 10. Le total des bénéfices pour le trimestre s’élève à 320 millions de dollars. Cela se traduit par 1,66 $ par action pour le trimestre. Vous trouverez en annexe une ventilation détaillée du BPA par segment, y compris notre rapprochement avec les bénéfices déclarés selon les GAAP.

Permettez-moi de commencer mon examen en haut de la page avec nos services publics. Dans l’ensemble, ce trimestre a été plus chaud que la normale et a été le sixième plus chaud jamais enregistré. Les bénéfices de DTE Electric se sont élevés à 94 millions de dollars pour le trimestre, soit 53 millions de dollars de moins qu’en 2019, en grande partie en raison du temps plus chaud, des pertes d’investissement des régimes d’avantages sociaux non qualifiés et de la mise en place de taux d’amortissement plus élevés, compensées par l’application d’un nouveau taux.

Juste une petite note sur les pertes d’investissement du régime de prestations. Comme il s’agit d’un facteur important au cours du trimestre, nos régimes de prestations aux employés non qualifiés sont largement financés et soutenus par des investissements similaires à notre régime de retraite. J’aime notre régime de retraite. Les variations des investissements sont comptabilisées immédiatement et non pas de manière linéaire dans le temps. Ces investissements ont diminué d’environ 15 % au cours du trimestre.

Descendons la page. Les bénéfices d’exploitation de DTE Gas ont diminué de 30 millions de dollars en 2020. Cette baisse est principalement due au réchauffement climatique.

Continuons à descendre la page jusqu’à notre activité de stockage et de transport de gaz, au troisième rang. Le bénéfice d’exploitation de notre secteur SPG s’est élevé à 72 millions de dollars pour le trimestre. Ce résultat est dû à l’acquisition de Blue Union et à l’augmentation des revenus des gazoducs sur nos autres plateformes. En conséquence, ce trimestre est en hausse de 24 millions de dollars par rapport au premier trimestre 2019. Notre activité SPG a été plus performante que prévu au cours du premier trimestre.

Sur la ligne suivante, vous pouvez voir que les bénéfices d’exploitation de notre secteur d’activité Énergie et industrie se sont élevés à 30 millions de dollars. Les bénéfices ont augmenté de 4 millions de dollars par rapport au premier trimestre 2019. Cette augmentation est due à la cogénération et aux projets de R&D, compensée par la baisse des volumes de gaz. Le secteur P&I a également réalisé des performances supérieures aux prévisions.

Sur la ligne suivante, vous pouvez voir que les bénéfices d’exploitation de notre activité de négoce d’énergie se sont élevés à 14 millions de dollars. Les bénéfices ont augmenté de 9 millions de dollars au premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019 en raison de la performance du portefeuille énergétique. L’annexe contient notre rapprochement standard du négoce d’énergie, montrant à la fois la performance économique et comptable. Notre activité de négoce d’énergie a connu un très bon premier trimestre.

Enfin, le secteur des entreprises et autres a été défavorable de 8 millions de dollars au premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019, et cela est principalement dû au calendrier des impôts. J’aimerais noter que 27 millions de dollars sur les 54 millions de variation étaient prévus dans le plan. Au total, le DTE a gagné 1,66 $ par action au premier trimestre 2020.

Passons maintenant à la diapositive 11. Comme Jerry l’a mentionné, nous sommes bien placés pour atteindre nos objectifs pour 2020. Les hypothèses qui sous-tendent ce confort sont les suivantes : le Michigan commence à reprendre le travail à la mi-mai, les ventes augmentent pour les clients résidentiels de 3 à 4 % pour l’année, diminuent pour les clients commerciaux de 6 à 9 %, et diminuent pour les clients industriels de 18 à 22 %. La reprise sera lente et se poursuivra jusqu’en 2021. Les bénéfices pour le reste de l’année comprennent la croissance de nos services publics grâce à des commandes de tarifs en mai et en septembre, la croissance réduite de nos services non publics, notamment l’acquisition de Blue Union-LEAP chez GSP et RNG et les projets de cogénération chez P&I, ainsi que l’exécution de notre plan de réponse économique.

Passons maintenant à la diapositive 12 pour discuter du bilan. Comme vous le savez, le maintien d’un bilan solide est toujours une priorité pour nous. Nous continuons à avoir un bilan solide, ce qui nous permet de maintenir nos plans d’investissement et notre position de liquidité. Notre équipe de trésorerie a agi à la vitesse de l’éclair pour augmenter nos liquidités lorsqu’il est apparu que les marchés financiers seraient agités pendant un certain temps. Nous disposons de 3,2 milliards de dollars de liquidités disponibles en avril de cette année, contre 1,6 milliard de dollars en début d’année. Cela comprend une importante facilité de crédit garantie par un portefeuille de grandes banques. Nous avons émis 1,7 milliard de dollars de dette à long terme à DTE Electric en 2020 à des taux extrêmement favorables, et nous avons obtenu de gros prêts à terme pour des liquidités supplémentaires, ce qui atténue considérablement le risque lié au papier commercial et aux marchés financiers.

En passant à la diapositive suivante, nos mesures de l’effet de levier et de la trésorerie se situent dans les fourchettes cibles et nous prévoyons d’atteindre nos objectifs en matière de capital. Nous maintiendrons de solides notations de crédit de qualité et nous nous concentrerons sur notre gestion de contrôle de trésorerie de premier plan, et nous visons le bas de notre fourchette de fonds propres pour 2020.

Avant de céder la parole à Jerry pour parler de la mise à jour de nos activités et pour conclure, j’aimerais remercier tous ceux qui nous ont écoutés. Ce fut un grand voyage de travailler ici. Et je verrai peut-être certains d’entre vous sur la route à l’avenir au stade de baseball de votre ville.

Je vais maintenant le rendre à Jerry.

Jerry Norcia

Eh bien, merci, Peter, et je vais le reprendre sur la diapositive 14. Nous avons fait beaucoup de progrès dans toutes nos entreprises au cours du premier trimestre et je soulignerai certaines de ces réussites sur les prochaines diapositives.

Chez DTE Electric, nous avons rempli notre IRP en mars dernier et le MPSC a approuvé notre plan, qui prévoit d’augmenter notre efficacité énergétique à 1,75 % en 2020 et 2 % en 2021, et de combler nos besoins en capacité en 2030 pour le mélange d’éoliennes et de solaires. Nous avons déposé ce mois-ci notre plan actualisé sur les énergies renouvelables. Toujours sur le plan réglementaire, nous devrions recevoir un décret sur les tarifs d’électricité début mai, et grâce à nos conversations avec la MPSC, ce décret ne sera pas retardé.

Nous continuons à développer notre programme volontaire renouvelable et actuellement nous sommes en avance sur notre plan quinquennal que nous avons mentionné à l’EEI en novembre de l’année dernière. En 2019, nous avons ajouté plus de 400 mégawatts d’énergie renouvelable volontaire pour nos clients commerciaux et avons atteint 10 000 clients résidentiels qui se sont engagés à utiliser l’énergie renouvelable volontaire. L’année 2020 a bien commencé, General Motors ayant souscrit 250 mégawatts supplémentaires. Et nous sommes en avance sur le rythme de notre plan quinquennal pour les énergies renouvelables volontaires. Nous sommes impatients d’augmenter notre base de clients pour les énergies renouvelables volontaires et de continuer à fournir une énergie propre et fiable.

Notre centre énergétique Blue Water, qui est une centrale au gaz naturel de 1 100 mégawatts que nous construisons, progresse également comme prévu. Nous sommes à plus de 50 % achevés, avec une mise en service prévue pour le printemps 2022. Il soutient notre plan de réduction du carbone en réduisant nos émissions de carbone de 70 % par rapport aux trois centrales au charbon qui prenaient leur retraite. Dans l’ensemble, je suis convaincu que notre activité électrique connaîtra une nouvelle année de succès en 2020.

À DTE Gas, nous avons reçu l’approbation de la Commission du service public du Michigan et notre premier projet de renouvellement du transport de gaz. Le projet est en phase de conception et la construction devrait commencer au milieu de l’été de cette année. Nous avons fait une pause dans notre principal projet de renouvellement et nous prévoyons de reprendre les travaux en mai. L’année dernière, nous avons achevé le renouvellement principal de 180 miles. Nous visons environ 180 à 200 miles cette année. Dans l’ensemble, ces projets illustrent l’engagement de DTE Gas à fournir un service sûr et fiable à nos clients, notamment notre engagement à réduire le méthane de 80 % d’ici 2040.

Passons maintenant à la diapositive 15. Nos secteurs autres que les services publics continuent d’enregistrer de bons résultats et sont en bonne voie pour atteindre les objectifs de 2020. Ils sont bien placés pour assurer la croissance à long terme que nous avons définie. Comme Peter l’a mentionné, elles se sont avérées très précieuses et sont actuellement en avance sur le plan.

En ce qui concerne notre activité de stockage et de gazoduc, l’intégration de notre actif de Haynesville se déroule très bien. L’investissement se déroule comme prévu et le gazoduc LEAP est en bonne voie pour être achevé dans les délais au troisième trimestre de cette année. L’activité SPG produit un EBITDA ajusté solide en 2020, avec une fourchette comprise entre 665 millions et 703 millions de dollars. Nos actifs sont bien positionnés et sont soutenus par des contrats solides, et nos producteurs forent selon leur calendrier initial.

Nous poursuivons nos contrôles préalables et examinons les paramètres de crédit de nos producteurs, nous modélisons leurs liquidités et nous nous assurons que les producteurs paient leurs factures. Nos frais fixes sont soutenus par le fait que la majorité de nos producteurs en 2020 sont couverts à 85 % à environ 2,75 $ et à 50 % en 2021 à 2,65 $. Nous avons également été encouragés par le renforcement du complexe des prix du gaz en 2020, 2021 et 2022. 85 % des recettes du SPG sont couvertes par des contrats à revenus fixes, déployant le gaz sur une période de trois ans.

Nos principaux producteurs sont dans une position solide, sont fortement couverts pour les deux prochaines années, sont connectés aux marchés de prime, ont des échéances minimales à court terme et notre structure de contrat est solide et comprend des commissions à la demande, des MVC et des dispositions de crédit.

En outre, les fondamentaux de l’offre et de la demande de gaz naturel à long terme restent intéressants. Nous pensons que la correction de l’offre de gaz naturel a commencé avec la réduction des activités de forage, en particulier dans les bassins pétroliers avec du gaz associé. La demande de gaz devrait croître de 2 % jusqu’en 2030, principalement sous l’effet des exportations de GNL.

Wood Mackenzie s’attend à ce que l’approvisionnement provienne des régions où se trouvent nos actifs, notamment le nord-est et la côte du Golfe. Alors que la demande devrait augmenter, l’offre sera contrainte de rester stable. Compte tenu de la diminution du nombre de puits, il faut 19 milliards de pieds cubes par jour de nouvelle production pour maintenir l’offre à un niveau stable. La faiblesse actuelle des prix du pétrole fera baisser la production de pétrole et la production de gaz naturel associée, ce qui aura un effet positif sur nous en raison de notre position sur le marché du gaz naturel sec. Cela dit, nous continuons à nous concentrer sur la croissance organique et la création de valeur à partir de ces plateformes et de nos autres plateformes bien positionnées.

Passons maintenant à la diapositive 16 et discutons de notre activité Énergie et industrie. Chez P&I, nous continuons à nous concentrer sur le développement d’activités de GNR et de cogénération pour générer des revenus à long terme afin de soutenir les projets du REF qui arrivent à échéance. Les projets RNG du Wisconsin et Ford Motor sont pleinement opérationnels ce trimestre. Nous avons fixé nos objectifs de bénéfices depuis 2017 et nous visons 15 millions de dollars de nouveaux projets par an. Les affaires résistent bien en période de récession et nous n’avons pas vu beaucoup de variations lors de la récession de 2008 et 2009. À l’avenir, nous continuerons à développer d’autres projets de GNR et de cogénération, avec des objectifs supplémentaires dans le cadre de l’examen préliminaire. La décarbonisation dans le secteur de l’énergie continue de soutenir le développement du GNR et nous apporterons d’autres opportunités associées pour notre activité de P&I.

Passons maintenant à la diapositive 17 pour conclure. Dans l’ensemble, nous avons été confrontés à des défis importants au cours du premier trimestre, liés au temps plus chaud que la normale et à l’émergence de la pandémie COVID-19. Comme vous vous en doutez, notre équipe de direction et notre entreprise se sont mises à l’œuvre pour répondre rapidement à ces défis. Nous avons modélisé la profondeur de la crise et créé une série d’impacts possibles. Nous avons la chance de disposer de données AMI, qui nous permettent de comprendre l’impact actuel et de calibrer nos hypothèses de modélisation pour l’avenir.

À un niveau détaillé, nous avons créé une réponse viable à l’impact de ces scénarios sur nos revenus et notre trésorerie, ce qui nous donne la certitude que nous atteindrons nos objectifs pour 2020. Nous mettrons en œuvre cette reprise en nous concentrant sur la sécurité et le bien-être de nos employés, en apportant un soutien à nos clients et en répondant aux besoins les plus vitaux de notre communauté. Nous poursuivrons notre action en faveur de nos actionnaires, tout en maintenant des paramètres de crédit et un bilan solides.

Sur ce, j’aimerais remercier tout le monde de nous avoir rejoint ce matin et nous pouvons ouvrir la ligne pour les questions.

Séance de questions-réponses

Opérateur

Certainement. [Operator Instructions] Votre première question est tirée de la ligne de Shar Pourreza avec Guggenheim Partners. Votre ligne est ouverte.

Shar Pourreza

Bonjour, les gars.

Jerry Norcia

Bonjour, Shar.

Peter Oleksiak

Bonjour.

Shar Pourreza

Donc, juste quelques questions ici. Tout d’abord, vous faites état de ce vent contraire de 60 millions de dollars et vous envisagez de le compenser en quelque sorte à la diapositive 7. Quel scénario de la diapositive 8 intégrez-vous dans l’hypothèse des 60 millions de dollars pour l’année ? Est-ce le mois de mai ? Est-ce le scénario de démarrage lent ? Et est-ce que cette compensation de 60 millions de dollars vous permet d’atteindre le point médian de la fourchette d’orientation de 2020 en supposant des conditions météorologiques normales, évidemment ?

Jerry Norcia

Alors, bonne question, Shar. Je commencerai donc par dire qu’elle concerne le début du mois de mai en termes d’impact sur les bénéfices des réductions des ventes. Ainsi, les 60 millions de dollars qui viennent d’être dépensés concernent la réduction des ventes de COVID à 30 millions de dollars, les coûts supplémentaires associés à la pandémie de COVID-19. Il intègre également les résultats du premier trimestre qui ont été influencés par les conditions météorologiques et les performances de la confiance, ainsi que la durabilité des services autres que les services publics, et tient également compte de l’éventualité initiale dans le plan. Ainsi, la pression sur les revenus de 60 millions de dollars que nous devons trouver et remplacer par d’autres mesures d’urgence est bien réelle, et nous envisageons également de retarder encore les 20 millions de dollars restants pour les mesures d’urgence et les conditions météorologiques potentiellement défavorables en été et en automne.

Ce sont donc les choses que nous construisons en plus des 60 millions de dollars. Nous allons donc construire une réponse de 60 millions de dollars. En plus de cela, nous allons constituer une réserve autour de ces 60 millions de dollars pour faire face à d’éventuelles dégradations supplémentaires et à des ventes ou à des conditions météorologiques défavorables.

Peter Oleksiak

Oui. Et, Shar, voici Peter. Je veux dire que le plan d’urgence va être d’environ – c’est environ le double de ces 60 millions de dollars. Nous comprenons donc qu’il y a une incertitude dans le plan. Nous allons donc développer un plan d’urgence pour couvrir cela.

Shar Pourreza

Et puis, si l’on suppose que le temps normal et le temps estival reviennent, êtes-vous à l’aise avec le point médian de ces prévisions de revenus ?

Jerry Norcia

Oui, nous sommes à l’aise avec le point médian et nous sommes même en train de constituer une réserve au-delà des 60 millions de dollars, Shar, pour faire face à des choses comme un temps plus frais que la normale ou peut-être un automne chaud.

Shar Pourreza

Parfait. Et puis le plan détaillé de rationalisation vise ce budget d’exploitation et d’entretien de 2,5 milliards de dollars. Avec les mesures d’allègement que vous indiquez sur la diapositive 9, ce budget est intégré dans la compensation de 60 millions de dollars. Avez-vous besoin de reconstituer cette réserve pour le reste de l’année 2020 ? Quelle part de ce budget est en quelque sorte bloquée et quelle part de ce budget d’exploitation et d’entretien vous pensez pouvoir utiliser en une seule fois ? Y a-t-il une partie de ce budget qui pourrait être perpétuelle à des fins de prévision ? Et peut-être juste un peu plus de précision et je suppose que tout montant en dollars sur ce budget de 2,5 milliards de dollars que vous pensez collecter ?

Jerry Norcia

Eh bien, comme Peter l’a mentionné, notre objectif pour la mise en place d’un plan d’urgence est d’environ 120 à 130 millions de dollars, ce qui est bien plus que 60 millions de dollars. Et la raison pour laquelle nous faisons cela est de nous assurer que nous avons suffisamment de fonds de réserve dans notre dette de 60 millions de dollars. Et les tactiques que nous utiliserons consisteront à retarder l’embauche de personnel supplémentaire, à minimiser les heures supplémentaires, à réduire les dépenses de nos entrepreneurs et consultants et à déployer réellement notre personnel dans ce travail. De plus, Shar, nous avons développé une banque de travaux d’entretien différés au fil des ans que nous pouvons maintenant différer sans sacrifier la sécurité ou le service. Nous allons également examiner d’autres points, comme la réduction des matériaux et des dépenses de soutien. Ce sont les points importants et nous avons un plan très détaillé. Je vous le dis : 3 millions de dollars de prévoyance construits.

Peter Oleksiak

Et Shar, vous avez aussi demandé la nature de la nature ponctuelle, combien est durable, n’est-ce pas ?

Shar Pourreza

C’est vrai. C’est vrai.

Peter Oleksiak

À l’heure actuelle, la plupart d’entre eux sont – la majorité d’entre eux seront de nature ponctuelle. Nous savons que nous avons dû faire la transition entre les affaires de taux et nous prévoyons de déposer une autre affaire cet été. Ainsi, avec le processus de dix mois, nous savons que nous allons nous concentrer sur les ventes à ce moment-là. Cela ne veut pas dire que, comme nous le faisons, les nouveaux gains d’efficacité et de productivité peuvent être plus durables et c’est ce que nous aimerions faire, c’est-à-dire offrir une plus grande marge de manœuvre pour l’investissement en capital.

Shar Pourreza

C’est formidable. Enfin, en ce qui concerne l’équité, vous l’avez évidemment mentionné dans les diapositives, vous êtes dans le bas de l’échelle de l’orientation en 2020. Comment pouvons-nous penser aux besoins d’équité en 2021 ? Est-ce que cela augmente les besoins en capitaux propres en 2021 ? La raison pour laquelle je dis cela, c’est qu’il y a évidemment eu une certaine pression sur la notation de crédit de la DTE au cours des derniers mois. Et je pense que les agences ne sont pas très à l’aise avec le niveau d’exposition à mi-parcours. Que devez-vous faire pour compenser ces inquiétudes ? Avez-vous besoin de plus de fonds propres en aval ? Alors, comment pouvons-nous réfléchir au guide des fonds propres au-delà de 2020 ?

Peter Oleksiak

Oui. Shar, c’est encore Peter. D’abord sur les agences de notation, je sais que nous avons eu une action récente de Fitch, qui était attendue. Nous avons maintenant une bonne notation de crédit d’investissement dans toutes les agences. Elles sont toutes au même niveau et ont toutes un coussin de sécurité. Notre plan n’est pas vraiment d’utiliser ce coussin. Nous voulons vraiment garder un bilan solide alors que nous entrons dans une période plus incertaine. Nous nous dirigeons donc vers la partie inférieure de la fourchette visée. Nous avons donc une fourchette de 100 à 300 millions de dollars en 2020, et cela ne va pas reporter les capitaux propres à l’année prochaine, cela va vraiment être basé sur la solidité de la trésorerie et la réduction du bilan pour cette année.

Et nous avons quelques projets. Je veux dire, nous avons parlé des revenus, nous construisons en permanence. Nous examinons également les liquidités, car nous aimerions maintenant savoir où nous pouvons minimiser les capitaux propres pour cette année.

Shar Pourreza

C’est formidable. Peter, félicitations pour la phase 2. Je sais que ce n’est pas un au revoir, alors je vous le dis, à plus tard. Merci encore, les gars.

Peter Oleksiak

Je l’apprécie.

Shar Pourreza

Je vous remercie.

Opérateur

Michael Weinstein du Crédit Suisse, votre ligne est ouverte.

Michael Weinstein

Bonjour, bonjour.

Jerry Norcia

Bonjour.

Peter Oleksiak

Bonjour.

Michael Weinstein

Pour être clair, je veux juste m’assurer que les orientations tiennent la route dans le cadre du scénario de démarrage lent. Je veux m’assurer que je suis bien clair sur ce point. Et aussi, quel est le taux de dégradation mensuel pour l’été dans le cadre du scénario de démarrage lent ? Je suppose que les choses s’éternisent.

Jerry Norcia

Je suppose donc que la réponse à la première question, Michael, est oui, les orientations tiennent la route dans le cadre du scénario de démarrage lent. Nous avons modélisé de cette manière et nous avons également modélisé notre contingence construite de cette manière. Nous sommes donc convaincus que le plan que nous avons aujourd’hui peut être mis en œuvre dans le cadre du démarrage en mai et du démarrage lent.

Nous avons donné l’impact annuel sur la diapositive 8 des réductions des ventes. Nous n’avons pas vraiment – nous avons modélisé – nous avons divers scénarios et des scénarios abandonnés qui vous font passer entre le scénario de démarrage en mai et celui de démarrage lent sur une base mensuelle, mais nous n’avons pas exposé cela ici.

Michael Weinstein

Et quelle part de ces 120 à 130 millions de dollars d’imprévus que vous prévoyez provient des reports de CapEx par rapport aux réductions d’OpEx ?

Jerry Norcia

Nous maintenons notre orientation en matière de capitaux. Nous mettons donc en pause certains de nos projets d’investissement, comme vous pouvez l’imaginer, en raison de l’ordre du gouverneur de nous abriter chez nous. Mais nous reprenons notre activité de construction ici en mai et nous prévoyons de rattraper nos investissements en capital et de respecter nos prévisions pour l’année.

Michael Weinstein

Et y a-t-il – l’IRP, la nouvelle IRP, l’IRP redéposée et aussi notre nouvelle centrale renouvelable qui a été déposée, est-ce que cela a modifié les CapEx ou les plafonds à l’avenir ?

Jerry Norcia

Il n’a pas modifié le plan de CapEx à l’avenir. En fait, l’IRP a récemment été approuvé et nous avons déposé nos contrats associés à notre plan d’énergies renouvelables. Nous attendons l’approbation de ce plan en juillet. Nous sommes également satisfaits de ce plan, qui est à la fois un autoconstruction et un certain nombre d’accords d’achat d’énergie.

Michael Weinstein

Et juste pour confirmer, il semble que les choses avancent plutôt bien dans le domaine du stockage et des pipelines de gaz. Mais je veux juste confirmer que dans la région de Haynesville en particulier, la courbe actuelle de croissance du gaz qui s’établit est favorable aux utilisateurs de croissance, vos clients producteurs, les plans de croissance à long terme sont soutenus par les courbes de croissance ?

Jerry Norcia

Oui, le point positif pour l’activité Pipeline et Stockage au premier trimestre est qu’elle a été meilleure que prévu pour le premier trimestre. C’est donc un début d’année positif. Et si vous regardez la diapositive 29, et que vous avez parlé du complexe de prix dans le secteur du gaz, vous verrez que la raison pour laquelle le complexe de prix est influencé de manière positive est que le gaz associé à l’extrémité avant de cette courbe d’expédition devrait diminuer en termes de volumes de production. Et ce que cela fait, c’est que cela commence à – sur cette courbe des coûts, cela commence à glisser, vous avez raison, afin de remplacer un approvisionnement qui se ralentit aujourd’hui.

Ainsi, les prix qui sont pratiqués sur le marché aujourd’hui et les prix auxquels nos producteurs sont couverts sont bien à droite de l’endroit où nos ressources sont expédiées. Vous pouvez donc voir, par exemple, en bleu nos actifs de Haynesville et vous pouvez voir là, tout à l’avant de la courbe de répartition du gaz sec, bien à l’intérieur du complexe de prix actuel pour les années 2020, 2021 et 2022. Nous avons donc le sentiment que les ressources que nous expédions par nos gazoducs sont extrêmement bien placées dans tous les bassins où nous opérons.

Michael Weinstein

Aide les bassins à gaz secs.

Jerry Norcia

Oui, cela contribue également à la qualité des ressources.

Michael Weinstein

Très bien. Merci beaucoup.

Jerry Norcia

Merci Michael.

Opérateur

Julien Dumoulin-Smith de BofA, votre ligne est ouverte.

Julien Dumoulin-Smith

Bonjour l’équipe, et Peter, félicitations.

Jerry Norcia

Bonjour.

Peter Oleksiak

Bonjour, Julien. Merci.

Julien Dumoulin-Smith

Bonjour. Absolument. Alors, ok, faisons un peu de ménage suite à certaines de ces questions. Donc, si je peux revenir sur la nature continue des réductions de coûts auxquelles vous venez de faire allusion ou dont vous parliez en gris, comment pensez-vous équilibrer les éléments continus de cette réduction de coûts par rapport aux augmentations de tarifs et comment cela encadre vos futurs plafonds d’investissement compte tenu de ce que cela implique pour les augmentations de tarifs ?

Je sais donc que cela s’applique de manière plus globale à l’industrie, mais puisque nous parlons spécifiquement de réduction des coûts aujourd’hui et de la forme que cela prend ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ? Et surtout dans le contexte de, il semble que vous soyez tous très spécifiquement confiants quant à la possibilité de rattraper le CapEx envisagé en 2020 malgré certains obstacles, ce qui est impressionnant. Je voudrais donc vous parler de l’autre aspect de la question, celui de la reprise, etc.

Jerry Norcia

En ce qui concerne les coûts, Julien, je pense que vous savez que nous avons une longue expérience de la gestion des coûts pour nos clients et aussi de la gestion des taux et des factures, à des taux inférieurs à l’inflation depuis de nombreuses années. Et nous continuerons dans cette voie. Cet événement a présenté un défi unique où nous devons poursuivre certains éléments ponctuels pour nous réduire. Mais comme Peter l’a dit, nous aurons peut-être l’occasion, à mesure que nous avancerons ici, de poursuivre certaines de ces réductions de coûts. Et si cela se produit, cela nous donnera une plus grande marge de manœuvre dans nos plans d’investissement.

Je pense que nous avons déjà mentionné que nous avons deux milliards de dollars de capitaux qui restent sur la touche, à la recherche d’une marge de manœuvre financière. Eh bien, je pense que cet événement peut nous donner l’occasion d’en apporter une partie à l’avenir, mais la première chose que nous devons faire est de garantir cette année. Et puis, en regardant vers l’avenir, nous verrons si certaines de ces réductions de coûts nous offrent une opportunité.

Julien Dumoulin-Smith

D’accord, très bien. Et pour en venir à l’autre côté de l’affaire, c’est-à-dire le côté non réglementaire, pouvez-vous nous parler des implications de la hausse des prix du gaz ? Et je sais que vous l’avez déjà fait – ou jusqu’à présent dans la conversation. Pouvez-vous parler spécifiquement des possibilités d’augmentation, n’est-ce pas ? Je suppose donc que l’impression est qu’il s’agit en grande partie de réduire les risques pour les contreparties, etc. Et comment cela peut-il être grossier pour votre trajectoire dans ce domaine, quand on y pense ?

Jerry Norcia

Nous constatons que la majeure partie de notre croissance, Julien, dans le secteur des pipelines a été contractée au cours des trois prochaines années. Mais nous voyons beaucoup d’action dans le Haynesville où de petits projets commencent à émerger. Le fait que nous aurons un pipeline qui peut transporter des volumes importants du Nord au Sud et dont la capacité pourrait être doublée de façon très économique.

Il commence également à montrer des signes de promesses en termes d’opportunités si tôt à dire puisque nous sommes nouveaux dans ce bassin. Mais je pense que nous commençons à y voir un mouvement vraiment positif et une croissance potentielle. Et il s’agira de petits projets avec un taux d’IRS très élevé, donc très reluisants. Nous avons également constaté un mouvement sur Nexus.

Nous avons constaté un mouvement très positif dans ce domaine, les clients manifestant de l’intérêt et aussi une valeur – la valorisation, la valeur de ce pipeline s’appréciant sur les marchés à court terme et même à moyen terme. Et même pour notre actif Bluestone, qui est arrivé à maturité, nous commençons à voir une certaine activité là aussi. Je pense donc qu’il est positif que le complexe de prix évolue dans la bonne direction et je pense que cela contribuera à propulser certains de nos développements.

Julien Dumoulin-Smith

Je vous remercie donc tous beaucoup. Prenez soin de vous.

Jerry Norcia

Merci Julien. Merci.

Opérateur

Stephen Byrd avec Morgan Stanley. Votre ligne est ouverte. Stephen Byrd, votre ligne est ouverte. Votre prochaine question provient de la ligne de Jonathan Arnold avec Vertical Research. Votre ligne est ouverte.

Jonathan Arnold

Bonjour les gars.

Jerry Norcia

Bonjour, Jonathan.

Jonathan Arnold

Merci pour le détail et Peter, félicitations de ma part.

Peter Oleksiak

Merci.

Jonathan Arnold

Juste une petite question. Vous venez de mentionner que le SPG et les P&I étaient en avance sur le plan au cours du premier trimestre. Pouvez-vous être un peu plus précis sur les raisons de cette variabilité par rapport au plan ?

Peter Oleksiak

Eh bien, en avance – le pipeline de magasins était en avance sur le plan, principalement en raison de volumes favorables dans toutes nos plateformes, nos plates-formes ainsi que nos pipelines de collecte. Nous constatons donc une situation favorable à cet égard. Chez P&I, cela a été principalement dû aux nouveaux projets que nous avons mis en ligne et qui ont montré une certaine favorabilité.

Jonathan Arnold

Et étant donné la nature de ceux-ci, Jerry, je suis juste curieux de savoir quelle est la source de cette variabilité ?

Jerry Norcia

Je dirais que la capacité du pipeline, à moins que d’autres événements ne viennent la défaire pour le reste de l’année, nous prévoyons de conserver cette faveur pour le reste de l’année, une grande éventualité dans le plan. Nous n’y comptons pas entièrement, Jonathan. Nous renforçons donc la cohérence dans et autour des activités de pipeline et de P&I afin d’obtenir un résultat conservateur pour le reste de l’année. Nous avons donc obtenu environ 30 millions de dollars de faveur au cours du premier trimestre pour nos activités non liées aux services publics. Et nous n’allons pas compter sur tout cela pour le reste de l’année et constituer un fonds de réserve autour de ces 30 millions de dollars.

Jonathan Arnold

Ok, super. Merci. Et ensuite, en ce qui concerne l’hypothèse que vous faites sur les ventes résidentielles, en fait avant cela, faites-vous des hypothèses sur le gaz naturel et quelle est leur importance pour votre plan d’urgence dans la situation actuelle ou vous concentrez-vous principalement sur la faiblesse des ventes d’électricité ?

Jerry Norcia

Eh bien, notre – dans le tuyau, vous avez parlé de la compagnie de gaz naturel, Jonathan ?

Jonathan Arnold

Oui, oui.

Jerry Norcia

Cette expérience COVID-19 a eu un impact modeste sur la compagnie de gaz naturel, principalement parce que la plupart des événements se sont produits après le premier trimestre. Nous ne voyons donc pas beaucoup d’impact pour le reste de l’année. La pression principale vient de la compagnie d’électricité en termes de ventes…

Jonathan Arnold

L’augmentation de 3 à 4 % des ventes annuelles d’électricité. Et je pense que vous avez mentionné que vous les voyez actuellement augmenter de 10 à 11 % en avril. Pouvez-vous nous aider à faire le lien avec la confiance que vous avez dans le fait que ce chiffre est aussi élevé pour l’ensemble de l’année. Si vous supposez que nous avons en quelque sorte – cela aura effectivement été un mois ou deux à la maison et puis nous commencerons à revenir en quelque sorte.

Jerry Norcia

Bien sûr, nous sommes très proches des projets que l’État développe en matière de retour au travail. Nous savons donc très bien quand les employés de bureau retourneront au travail et quand les travailleurs de l’industrie le feront aussi. Nous comprenons donc ce calendrier, qui est en cours de planification, et nous avons évidemment modélisé des scénarios autour de ces plans de retour au travail, à la fois un scénario de départ en mai, comme nous l’appelons, et un départ lent.

Ainsi, nous faisons passer nos ventes de logements de 10 à 11 % plus élevées que prévu ici en avril et une partie du mois de mai, puis nous commençons lentement à les ramener à la normale d’ici la fin de l’année. Avec les jalons intégrés dans le plan que nous connaissons de l’État.

Jonathan Arnold

D’accord. Il y a donc un élément de l’été et de la saison de la climatisation qui aide…

Jerry Norcia

Oui, on s’attend à ce que les employés de bureau retournent travailler dans nos bureaux plus tard dans l’été, ils ne seront pas les premiers à sortir car, sur la base du risque, ils sont considérés comme étant à très haut risque parce qu’ils travaillent dans des locaux très proches et dans des environnements très encombrés. Les experts médicaux de l’État pensent donc que les employés de bureau seront les derniers à retourner dans leurs complexes de bureaux.

Jonathan Arnold

Super. Merci pour la couleur supplémentaire.

Opérateur

Andrew Weisel de Scotia, votre ligne est ouverte.

Andrew Weisel

Bonjour à tous.

Jerry Norcia

Bonjour, Andrew.

Andrew Weisel

Je tiens à me faire l’écho des félicitations adressées à Peter pour son parcours fantastique à la DTE, dans les bons comme dans les mauvais moments, vous avez su garder les choses stables. Dave, félicitations à toi aussi, tu as de grandes chaussures à remplir, mais au moins les appels de salaire seront plus courts d’une minute, de sorte que nous n’aurons plus à entendre parler des Tigres de Detroit hors saison.

Jerry Norcia

Oui, c’est vrai.

Andrew Weisel

Donc, première question, je veux juste clarifier les 30 à 50 millions de dollars d’impacts potentiels de COVID, est-ce que cela signifie que 30 millions de dollars seraient le scénario de départ de mai et 50 millions de dollars seraient le départ lent ou est-ce juste une sorte de fourchette pour le scénario de mai ?

Jerry Norcia

30 millions de dollars comme impact sur les ventes pour le scénario de démarrage en mai et 50 millions de dollars comme impact sur les ventes avec un scénario de démarrage plus lent.

Andrew Weisel

Ok, super. Je voulais juste être clair sur ce point. Et en ce qui concerne l’éventualité, pouvez-vous comparer les 120 à 130 millions de dollars à ce que vous avez pu couper en 2008, 2009 si vous aviez la mémoire de revenir aussi loin ?

Jerry Norcia

C’est un montant similaire, nous avions prévu 150 millions de dollars en 2008 et 2009, mais c’était avant impôt, donc c’est 120 à 130 millions de dollars après impôt. Mais nous sommes une société beaucoup plus importante à l’heure actuelle et nous avons une base beaucoup plus large pour poursuivre.

Andrew Weisel

D’accord. Super. Et pour ce qui est de l’IRP, félicitations pour avoir fait approuver la version modifiée. Pouvez-vous nous rappeler et nous présenter les changements que vous avez apportés, en particulier du côté de l’auto-construction de la génération ? Et que se passerait-il si le ralentissement économique était plus profond et plus durable ? Le plan risque-t-il d’ajouter beaucoup de capacité de production ?

Jerry Norcia

En fait, nous sommes en avance sur le plan de nos énergies renouvelables volontaires. Nous avions prévu de souscrire à environ 600 mégawatts au cours des trois ou quatre prochaines années, et je suis heureux de vous annoncer que General Motors a souscrit il y a quelques semaines à 250 mégawatts supplémentaires d’énergies renouvelables volontaires. Nous en étions alors à 650 mégawatts vendus contre un objectif de 600, qui était un objectif sur trois ou quatre ans. Nous sommes donc bien en avance sur le plan. Et c’est donc très excitant. Et nous continuons à commercialiser le produit. Évidemment, nos efforts de marketing et de vente ont un peu ralenti ici, mais nous prévoyons de reprendre en été. Ce produit suscite un grand intérêt de la part de nos clients industriels ainsi que de nos clients commerciaux et résidentiels.

Pour ce qui est de ce que nous avons déposé pour l’auto-construction, nous avons déposé 325 mégawatts d’auto-construction, qui est un parc éolien. Et nous avons également signé des accords d’achat d’énergie solaire pour répondre à notre exigence de 15 %. C’est notre exigence en matière de RPS pour ici au Michigan, 15 % d’ici 2021. C’est ce qui permettra de répondre à cette exigence, les 650 mégawatts d’énergie volontaire, dont 400 ont été approuvés l’année dernière. Cet été, nous allons donc déposer une demande pour 350 mégawatts avec une certaine auto-construction – avec beaucoup de ventes et quelques accords d’achat d’électricité.

Andrew Weisel

Très bien. Et puis juste la dernière…

Jerry Norcia

Ce qui soutient notre – pardon, ce qui soutient notre plan d’investissement à long terme. Oui, tout cela soutient notre plan d’investissement à long terme.

Andrew Weisel

D’accord. Super. Et enfin, pour être tout à fait clair, pouvez-vous nous dire si vous avez envie de procéder à d’autres fusions et acquisitions en cours de route, compte tenu de l’agitation qui règne dans cet espace ?

Jerry Norcia

Nous avons essentiellement, ce que je dirais, rempli le carnet de commandes pour les acquisitions et l’espace du pipeline. Nous sommes en train de digérer ce que nous possédons. Nous avons acquis l’actif de Haynesville, nous avons l’actif lié et nous avons NEXUS ; ce sont toutes sortes de nouvelles plateformes, si vous voulez. Et nous allons poursuivre des expansions et des développements organiques dans et autour de ces plates-formes, avec une forte valeur ajoutée et un rendement élevé. C’est notre plan pour l’instant.

Andrew Weisel

Ça a l’air bien. Merci.

Jerry Norcia

Oui. Merci, Andrew.

Opérateur

Steve Fleishman de Wolfe Research, votre ligne est ouverte.

Steve Fleishman

Bonjour. Merci.

Jerry Norcia

Bonjour, Steve.

Peter Oleksiak

Bonjour, Steve.

Steve Fleishman

Salut, Jerry. Et félicite encore Peter. Bonne chance. Les données d’avril que vous avez fournies, est-ce que vous avez le même chiffre d’affaires global quand vous faites du profit pour l’entreprise, pour cette affaire.

Peter Oleksiak

Oui, le total – c’est Peter. Oui, le prêt total a diminué de 16% à 18%.

Steve Fleishman

Une baisse de 16 à 18 % ?

Peter Oleksiak

Oui. Oui.

Steve Fleishman

D’accord. Et puis juste le – pourriez-vous faire le point sur ce que vous constatez en termes de paiements et de non-paiements des clients, et ensuite être lié à ce report des créances irrécouvrables que la commission a proposé et à toute sorte d’élément de coût lié à cela aussi ? Il y a donc deux questions à ce sujet.

Peter Oleksiak

Bien sûr. Merci, Steve, pour ces questions. Je vais donc commencer par ce que nous avons fait pour nos clients. Nous avons suspendu notre pour nos clients à faibles revenus et nos clients âgés vulnérables jusqu’à la première semaine de juin. Et c’est un point sur lequel nous travaillons en étroite collaboration avec la Michigan Public Service Commission, donc un alignement total à cet égard. En ce qui concerne les arriérés, Steve, nous les observons tous les matins lors de notre appel financier. L’une des premières choses que nous observons, ce sont les arriérés et ils ont commencé à bouger, mais pas de manière fondamentale, mais nous prévoyons que cela puisse faire partie de notre plan d’urgence.

Maintenant que le point positif ici est que la commission a émis un ordre comptable qui nous permet de reporter ces dépenses. Et nous avons demandé le recouvrement en espèces de ces dépenses prévues dans notre affaire du gaz, qui est en cours en ce moment même. Et nous chercherons à demander le recouvrement de ces dépenses dans l’affaire de l’électricité que nous déposerons plus tard cet été. Nous avons donc un report comptable, suivi d’un recouvrement en espèces dans les affaires futures.

Steve Fleishman

Et c’est pourquoi vous supposez que cela fait partie de votre plan ?

Jerry Norcia

C’est intégré. Et c’est très constructif. En 2008 et 2009, nous avions une piste dans le gaz, mais pas dans l’électricité. La Commission peut donc vraiment travailler avec elle sur notre stratégie de déconnexion avec ces clients, avec une commande très constructive pour nous. Et cela limite vraiment le montant de l’exposition que nous avons sur les produits irrécouvrables.

Steve Fleishman

Et puis je pense qu’il y a eu des discussions dans l’appel du CMS hier sur le fait qu’il pourrait y avoir une compensation des coûts pour le report. Pourriez-vous nous en parler ? Est-ce quelque chose que vous devez surveiller ?

Jerry Norcia

Bien sûr, la commission a indiqué qu’elle prendrait en compte les coûts extraordinaires liés à cette pandémie, comme le coût des employés séquestrés et des hôtels, le coût d’une réserve de logement, de la main-d’œuvre et aussi le coût de l’EPI supplémentaire. Ils nous ont donc demandé de faire une demande pour prendre en considération tous ces coûts. Ce sera donc un dossier pour l’avenir, quelque chose que nous devrons rechercher à l’avenir.

Peter Oleksiak

Oui, Steve, c’est distinct de l’irrécouvrable. L’irrécouvrable peut se suffire à lui-même. Ils demandent maintenant des commentaires sur un éventuel report des coûts directs réels liés à COVID-19.

Steve Fleishman

D’accord. La dernière question est juste si – c’est difficile à comparer exactement, mais il semble que votre sensibilité à la vente soit un peu plus faible que celle du CMS. Avez-vous un moyen de mieux expliquer cela ? Avez-vous des frais fixes plus élevés, peut-être ou un autre élément ?

Jerry Norcia

Peter, des idées à ce sujet ?

Peter Oleksiak

Oui. C’est l’une des choses qui est intégrée ici, et je sais que nous avons eu quelques questions sur le résidentiel. Nous disons que l’augmentation dans le secteur résidentiel est de 2 à 4 %. Et évidemment, moins que la baisse commerciale et industrielle, mais 1 % de changement dans le secteur résidentiel représente environ 15 millions de dollars de positif pour nous. Et c’est environ 2,5 fois plus que le commercial et 15 fois plus que l’industriel. Je pense donc que nous avons fait un travail de prévision très détaillé pour l’ensemble de l’année, le résidentiel. Et nous avons constaté que le secteur résidentiel a augmenté même au premier trimestre, de 2 %, ce qui est vraiment lié à la mise en place de logements en mars. Je pense donc que c’est là une partie de la différence. Et je pense que c’est également une différence en 2008 et 2009, où nous avons connu une crise du logement. Nous avons constaté une baisse du nombre de logements. Il s’agit donc d’une compensation et la réduction globale de la charge, même si nous avons baissé de 6 à 8 %, le secteur résidentiel contribue vraiment à réduire une partie de cette exposition.

Steve Fleishman

Super. Ok. Merci beaucoup.

Opérateur

Ryan Levine avec Citi, votre ligne est ouverte.

Ryan Levine

Bonjour.

Jerry Norcia

Bonjour.

Ryan Levine

Que voyez-vous ou quels sont vos EBITDA et vos CapEx pour le secteur des activités intermédiaires ce trimestre ? Et où avez-vous constaté l’écart favorable en termes de quel actif ?

Jerry Norcia

Eh bien, je vais commencer par – là où nous avons vu la variabilité, nous l’avons vue sur toutes les plateformes. Nous avons constaté une évolution positive, comme je l’ai mentionné pour notre plate-forme de Haynesville, ainsi que pour nos plates-formes NEXUS et Vector, qui vont de pair avec nos actifs Bluestone et Millennium. Nous avons donc – encore une fois, c’était sur toutes les plates-formes. En termes d’EBITDA pour le premier trimestre, Peter, est-ce quelque chose que vous avez de la couleur ?

Peter Oleksiak

Nous n’avons pas, nous ne l’avons pas encore fait savoir. Nous avons récemment introduit cet EBITDA global pour l’année. Mais il est, je dirais, proportionnel aux bénéfices. Nous avons donc constaté une certaine augmentation de l’EIBTDA en même temps que ces bénéfices. Eh bien, peut-être quelque chose à l’avenir qui sera assez important pour que nous ne le supprimions pas.

Ryan Levine

Ok, super. J’apprécie. Et puis, compte tenu de la structure de votre contrat à Haynesville, est-ce que vous et vos clients envisagez un report mutuellement avantageux de l’expansion ? C’est prévu pour le prochain trimestre ?

Jerry Norcia

Nous ne le sommes pas. La construction de ce gazoduc se déroule comme prévu et, en fait, nos clients sont très enthousiastes à l’idée de commencer à expédier du gaz sur ce gazoduc. Donc, aucune de ces récessions ne se produit.

Ryan Levine

D’accord. Et puis, pour en revenir aux dépenses liées aux créances douteuses, y a-t-il des points de données que vous pourriez nous indiquer pour quantifier la récente hausse que vous avez remarquée ?

Jerry Norcia

C’est modeste, la hausse. Donc nous le regardons tous les jours, n’est-ce pas ? Nous avons les instruments pour pouvoir le regarder tous les jours. Et je ne dirais pas que cela met la pression sur UCX en ce moment. Mais là encore, nous ne sommes pas, comme vous le savez, au début du vieillissement des seaux. Plus les comptes vieillissent, plus la réserve est élevée, donc nous sommes au début d’une – ne vous attendez pas à une certaine pression là, mais nous avons un ordre comptable qui diffère cette dépense et qui nous donne la possibilité de la récupérer dans les cas de taux futurs.

Ryan Levine

D’accord. Et puis vous m’avez dit que vous ne pouvez pas, que vous ne divulguez pas l’EBITDA du trimestre. Pouvez-vous partager les dépenses en capital du trimestre ?

Jerry Norcia

Peter ?

Peter Oleksiak

Oui. Nous n’avons pas fourni cela et peut-être que j’ai mis Barb en ligne, nous pourrions voir ce que nous avons, nous pouvons aller de l’avant avec des documents publics auxquels nous pouvons potentiellement le relier. Avez-vous ce numéro.

Barbara Tuckfield

Nous avons fourni les CapEx non utilitaires de 338 pour le trimestre.

Peter Oleksiak

Oui, je vous l’avais dit.

Ryan Levine

D’accord. Merci.

Peter Oleksiak

Merci.

Opérateur

Ok, merci à Sophie Karp de KeyBank. Votre ligne est ouverte.

Sophie Karp

Les gars, merci de m’avoir fait entrer. Quelques questions ici.

Jerry Norcia

Bonjour.

Sophie Karp

Bonjour, oui. Sur le client des non-paiements potentiels, oui. Et je sais qu’il a été reporté, d’après l’ordre comptable et il semble que vous puissiez récupérer cet argent assez rapidement en raison de votre cadence de cas de taux, mais donnez-nous simplement quelque chose qui ne devrait pas nous inquiéter en ce qui concerne les pressions sur le bilan à la suite de cela ou est-ce quelque chose que vous examinez ?

Jerry Norcia

Eh bien, nous avons modélisé l’argent liquide qui vient avec les arriérés de créances douteuses et nos actions correspondantes pour répondre à cette pression, impliquent beaucoup d’actions en espèces. Nous pensons donc que la compensation se fera par le biais de nos initiatives en matière de liquidités et de revenus.

La plupart de nos initiatives en matière de revenus sont également des initiatives en espèces. Ainsi, les 120 millions de dollars que nous visons compenseront toute pression que nous pourrions subir du fait des arriérés.

Peter Oleksiak

Oui. Et voici Peter et je suppose Sophie, juste pour ajouter à cela que nous voyons le plan de relance à partir de l’argent liquide en hausse pour nous. L’AMT technologique va être accéléré, si vous vous rappelez bien, en 2018, l’AMT a été supprimé avec un remboursement sur trois ans. Et il a été accéléré à deux ans. Ainsi, pour ne citer qu’un exemple, c’est avec une capacité d’environ 75 millions de dollars que nous allons continuer à chercher des opportunités du côté des liquidités également. Et nous modélisons à la fois les revenus et l’argent liquide en séparant les créances irrécouvrables et notre objectif serait de compenser cet impact sur l’argent liquide.

Sophie Karp

J’ai compris. Parmi les choses dont vous avez réalisé cette année qu’une minuscule dont vous parlez, quelle part pourrait être maintenue dans le rythme de la course à l’avenir, par opposition à une simple réduction ponctuelle et à un retour à une base de référence ?

Peter Oleksiak

C’est une excellente question, car nous avons déjà eu cette même discussion en 2008, lorsque nous avons lancé une initiative similaire. Ce qui a commencé comme un élément ponctuel, au fil du temps, nous avons pu en convertir une partie en réductions de coûts permanentes, ce qui bien sûr crée un avantage pour nos clients. Et avec notre infrastructure vieillissante, cela nous donne une marge de manœuvre pour investir sans créer de pression sur les prix pour nos clients.

Donc, je considère que c’est positif dans le temps, mais c’est difficile à quantifier maintenant car nous sommes en avance et quelqu’un de ces éléments ponctuels. Mais notre objectif sera d’essayer d’utiliser cette opportunité pour créer une marge de manœuvre à l’avenir.

Sophie Karp

J’ai compris. Et le dernier point, pour moi, étant donné la topographie de votre réseau gazier, à Marcellus même, y a-t-il une quelconque incitation pour certains d’entre vous, preneurs de gaz, à injecter leur contrat avec vous en faveur d’autres marchés, s’ils venaient à connaître des difficultés financières et à rechercher activement de meilleurs revenus ?

Jerry Norcia

Eh bien, nous avons examiné cela de très près, surtout lorsque le complexe gazier était soumis à de fortes pressions du point de vue des prix. Ce que nous examinons, c’est évidemment qu’une grande partie de nos clients sont captifs de notre système en raison de l’infrastructure. Il est difficile de reproduire l’infrastructure, de la livrer, de s’approvisionner et de livrer le gaz aux endroits où il est acheté et livré. C’est donc l’une des raisons.

Deuxièmement, nous examinons également la nature compétitive de nos contrats en termes de prix et nous sommes très compétitifs pour tous nos contrats. Troisièmement, notre structure contractuelle est très solide et comporte également de solides dispositions en matière de crédit.

Sophie Karp

J’ai compris. Merci beaucoup. J’apprécie la couleur.

Jerry Norcia

Merci Sophie.

Opérateur

David Fishman avec Goldman Sachs. Votre ligne est ouverte.

David Fishman

Bonjour Peter. Félicitations David. Je reviens juste à l’IRP et plus précisément aux résultats de la demande de propositions que vous avez présentés. Je sais que vous avez un peu abordé ce sujet lorsque vous avez parlé du vent que vous allez construire vous-même et que vous allez posséder dans le solaire, ce qui va permettre d’avoir plus de PPA. J’espérais que vous pourriez peut-être nous expliquer comment vous voyez la position concurrentielle des ETT par rapport aux autres soumissionnaires en ce qui concerne l’éolien par rapport au solaire.

Jerry Norcia

Bien sûr, dans ce dernier dépôt, qui était un dépôt de conformité au compteur une norme renouvelable en 2021, nous étions très compétitifs avec nos ressources éoliennes et, donc, nous avions ce projet bien développé. Il s’agissait d’un projet autonome et nous l’avons en fait développé à partir de zéro.

C’était donc un projet très compétitif. Nous avons également mis en place des accords d’achat d’énergie solaire qui étaient très compétitifs. Donc, en gros, nous avons fait ce qui était bon pour nos clients. Nous avons proposé le produit le plus compétitif, en fait, la combinaison de l’auto-construction et du solaire. À l’avenir, nous allons probablement nous concentrer sur l’énergie solaire. Et pour l’instant, nous pensons que nous pouvons être compétitifs avec le photovoltaïque, mais nous allons également introduire des accords d’achat d’électricité là où c’est bénéfique pour nos clients. Ainsi, nous ferons toujours ce qui est bon pour nos clients à long terme. Et cela – jusqu’à présent – soutient nos plans d’investissement dans ce domaine et dans l’ensemble.

David Fishman

D’accord. C’est logique. Et pour ce qui est des engagements volontaires, comme vous l’avez mentionné plus tôt, vous avez déjà obtenu environ 600 mégawatts au début des années 2020, comme vous l’avez montré dans votre diaporama. Je pense que lorsque j’ai parcouru l’IRP, j’ai vu que jusqu’en 2024, il s’agissait plutôt d’un chiffre de 790 mégawatts. Serait-ce un avantage par rapport au plan d’investissement que vous nous avez présenté ? Ou est-ce que le chiffre de 800 mégawatts est plus proche de celui du segment volontaire ? Qu’est-ce que vous intégrez ou est-ce un avantage pour le budget d’investissement ?

Peter Oleksiak

Je pense qu’il pourrait y avoir un avantage dans ce domaine, tout simplement parce que nous avions prévu de vendre 600 mégawatts en trois ans et que nous en sommes à 650 vendus la première année. Il semble donc que nous vendons le produit plus rapidement que prévu. Reste à savoir si cela continue ou non, mais ce produit suscite un intérêt considérable.

Même au niveau résidentiel, nous avons déjà vendu 10 000 contrats pour ce produit. Et nous ciblons également les petits clients commerciaux et industriels qui pourraient avoir un intérêt dans cet espace. Mais il y a certainement, je dirais, les gains de nos ventes sur ce point. Il y a un grand désir pour ce type de produit dans nos communautés.

David Fishman

Et avez-vous plus de flexibilité à ce sujet, est-il garanti que le processus sera plus autonome sur le plan du volontariat ou passez-vous par un processus de demande de propositions similaire à celui qui a été décrit

Jerry Norcia

Nous allons passer par un processus d’appel d’offres similaire et nous voulons évidemment être compétitifs et construire autant que nous le pouvons, mais il y a des moments où d’autres développeurs peuvent offrir un produit aussi compétitif que le nôtre et nous les prendrons également. Mais notre objectif est certainement d’en construire autant que possible. Mais nous devons alors être réalistes et savoir qu’il y en a d’autres qui ont peut-être de petits avantages dont nous aimerions profiter pour nos clients.

David Fishman

J’ai compris.

Jerry Norcia

Eh bien, nous pensons qu’il y a beaucoup de constructions ici – beaucoup de constructions ici qui vont soutenir nos plans d’investissement.

David Fishman

J’ai compris. Merci. Merci d’avoir répondu à la question.

Opérateur

Nous avons le temps pour une dernière question. Anthony Crowdell avec Mizuho. Votre ligne est ouverte.

Anthony Crowdell

Bonjour, les gars. Peter, félicitations. Ça fait probablement un moment depuis notre appel du premier trimestre. Les tigres n’ont pas été éliminés du jeu d’après-saison.

Peter Oleksiak

Nous n’avons pas de pertes cette année

Anthony Crowdell

Aucune perte cette année. On a répondu à la plupart de mes questions. Si je peux me permettre de passer à vos actifs SPG, en particulier dans la région orientale. Il y a eu de multiples retards dans la construction d’autres canalisations sur la côte Est. Avez-vous constaté une augmentation du nombre de clients souhaitant souscrire à l’un de vos actifs sur la côte Est ? Et si vous voulez donner votre avis, pensez-vous que ces actifs sont encore en construction ? Je pense que d’autres actifs sont construits sur la côte Est ?

Jerry Norcia

Eh bien, laissez-moi commencer par nos atouts, Anthony. Nous constatons une activité accrue sur tous nos atouts. Nous avons en fait constaté un mouvement favorable sur les prix dans NEXUS ainsi que sur les niveaux d’intérêt, mais c’est surtout le niveau d’intérêt de NEXUS qui a été tiré par la demande. Au départ, le gazoduc a été construit en combinant la poussée de l’offre et la traction de la demande, les producteurs mettant du gaz dans le gazoduc dans le cadre de contrats à long terme. Puis, bien sûr, LDC le retire de l’autre extrémité dans le cadre de contrats à long terme.

Nous commençons à voir beaucoup de choses, quelques PMA supplémentaires se présentent et signent des contrats ainsi que des centrales électriques le long de la route, et des clients industriels que nous avons connectés à NEXUS, de sorte que – tout cela a été assez positif. En ce qui concerne les pipelines qui vont vers la côte Est, cela reste vraiment à voir. Il a fallu beaucoup de temps pour qu’ils obtiennent leur approbation et je crois qu’une partie de cette infrastructure sera construite. Je ne suis pas sûr que tout sera construit. Mais je pense que tout cela a été positif pour nous en ce qui concerne la manière dont cela pourrait se dérouler au fil du temps, qu’il s’agisse d’un simple retard ou peut-être qu’une partie de l’infrastructure ne sera pas construite.

Anthony Crowdell

Merci d’avoir répondu à ma question et j’espère que tout le monde restera en bonne santé.

Jerry Norcia

Je vous remercie. Pareil pour toi Anthony.

Opérateur

Ceci met fin à notre session de questions-réponses. Je voudrais maintenant vous rappeler.

Jerry Norcia

Eh bien. Merci Jack, et merci à tous de vous être joints à nous aujourd’hui. Encore une fois, j’espère que tout le monde et leurs proches sont en bonne santé et en sécurité. Nous vivons une époque difficile et je crois que le DTE a les personnes et les projets nécessaires pour mener à bien cette année et aussi pour réaliser notre plan à long terme. Alors, restez en bonne santé et en sécurité.

Opérateur

Ceci conclut la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de DTE Energy. Nous vous remercions de votre participation. Vous pouvez maintenant vous déconnecter.


Commencer à trader avec eToro