Federal Signal Corporation (NYSE:FSS) Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 29 avril 2020 10:00

Entreprises participantes

Ian Hudson – Directeur financier

Jennifer Sherman – Présidente et directrice générale

Participants à la conférence téléphonique

Walter Liptak – Seaport Global

Chris Moore – CJS Securities

Ken Newman – KeyBanc

Marco Rodriguez – Stonegate

Steve Barger – KeyBanc

Greg Burns – Sidoti & Company

Opérateur

Salutations et bienvenue à la Federal Signal Corp. Conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020. Pour l’instant, tous les participants sont en mode écoute seulement. Une séance de questions-réponses suivra la présentation officielle. [Operator Instructions] Pour rappel, cette conférence est en cours d’enregistrement.

Je voudrais maintenant céder la parole à votre hôte, M. Ian Hudson, directeur financier. Veuillez poursuivre, Monsieur.

Ian Hudson

Bonjour, et bienvenue à la conférence téléphonique de Federal Signal pour le premier trimestre 2020. Je suis Ian Hudson, le directeur financier de la compagnie. Je suis également accompagné de Jennifer Sherman, notre présidente et directrice générale.

Nous nous référerons à quelques diapositives de présentation aujourd’hui ainsi qu’au communiqué de presse sur les bénéfices, que nous avons publié ce matin. Les diapositives peuvent être suivies en ligne sur notre site web federalsignal.com, en cliquant sur l’icône Investor Call et en se connectant à la webdiffusion. Nous avons également mis en ligne la présentation des diapositives et le communiqué sur les résultats sous l’onglet Investisseurs de notre site web.

Avant de céder la parole à Jennifer, je voudrais vous rappeler que certains de nos commentaires faits aujourd’hui peuvent contenir des déclarations prospectives qui sont soumises au langage de la sphère de sécurité (Safe Harbor) figurant dans le communiqué de presse d’aujourd’hui et dans les documents déposés par Federal Signal auprès de la Securities and Exchange Commission. Ces documents sont disponibles sur notre site web.

Notre présentation contient également certaines mesures qui ne sont pas conformes aux principes comptables généralement reconnus aux États-Unis. Dans notre communiqué de presse sur les résultats et dans les documents déposés, nous rapprochons ces mesures non conformes aux PCGR des mesures conformes aux PCGR. En outre, nous déposerons notre formulaire 10-Q plus tard dans la journée.

Jennifer va lancer les choses aujourd’hui avec quelques commentaires introductifs. Je donnerai ensuite quelques détails sur les résultats financiers de notre premier trimestre. Avant de rappeler Jennifer pour discuter de l’impact de la pandémie de coronavirus sur les opérations en cours et de son effet sur nos perspectives pour le reste de l’année. Après cela, nous ouvrirons la ligne pour toute question.

Sur ce, je voudrais maintenant passer la parole à Jennifer.

Jennifer Sherman

Merci, Ian. Nous ne sommes pas en temps normal et je vais commencer cet appel de manière non traditionnelle par la conclusion. La conclusion est que Federal Signal est bien placé pour affronter la tempête et que nous continuerons à croître et à prospérer sur le long terme. Notre portefeuille d’activités comprend de nombreuses marques leaders du marché avec des fondamentaux solides. Nous avons une position financière solide, un historique de forte génération de cash-flow, une culture de la victoire, une stratégie clairement définie et une équipe expérimentée qui a fait ses preuves en matière d’anticipation des problèmes et de mise en œuvre proactive des réponses.

Le coronavirus n’a modifié aucun de ces facteurs. Nous avons eu un excellent premier trimestre. Nous nous attendons à ce que le deuxième trimestre soit difficile. Et pour l’instant, le reste de l’année reste incertain. Nous avons des arriérés records qui nous permettront à la fois d’ajuster et d’optimiser nos calendriers de production pour servir nos clients. Nous avons également créé plusieurs nouvelles stratégies offensives avec notre initiative “Reclaiming Tomorrow, Together” qui créera des opportunités pour de nouveaux produits et des possibilités d’acquisitions. Nous disposons d’un personnel exceptionnel, de liquidités abondantes, d’entreprises de qualité et nous avons agi rapidement et de manière décisive pour assurer la sécurité de nos employés.

J’aimerais commencer par remercier chaleureusement chacun de nos employés pour leur engagement au cours des dernières semaines. La pandémie de coronavirus a eu un impact sur presque tous les aspects de notre vie quotidienne. L’une des dures réalités de cette pandémie est que pratiquement tous les participants à notre économie hautement intégrée, y compris nos employés, nos clients, nos concessionnaires, nos fournisseurs et nos investisseurs, sont confrontés à des défis économiques et à des incertitudes personnelles qui ne sont pas de leur fait et sur lesquels ils ont un contrôle limité.

Malgré ces défis sans précédent, j’ai été très fier de l’attitude positive et de la capacité d’adaptation de nos employés. En tant qu’entreprise, notre déclaration de mission n’a jamais été aussi pertinente. Nos produits permettent de déplacer des matériaux, de nettoyer les infrastructures et de protéger les communautés où nous travaillons et vivons. Nos entreprises sont considérées comme essentielles pour répondre aux besoins en infrastructures essentielles et assurer la sécurité publique.

Pendant cette pandémie mondiale, la perspective de voir les canalisations d’égouts se boucher et potentiellement contenir le virus qui cause le COVID-19 ou pire, un refoulement et des déchets d’égouts dans notre environnement est une chose que nous devons éviter. Les diverses ordonnances de maintien à domicile émises dans tout le pays entraînent une augmentation considérable de la demande sur les systèmes communautaires de traitement des eaux usées, des égouts et des eaux pluviales. Nous jouons un rôle essentiel en fournissant des pièces, des services et des équipements pour soutenir nos municipalités, nos gouvernements et nos services publics dans leurs efforts.

Le nettoyage de la fonction centrale de nombre de nos produits n’a jamais été aussi essentiel. Nous fournissons également aux premiers intervenants des équipements et des services d’aménagement essentiels, tant au niveau national que mondial. Certaines de nos opérations ont été affectées par des fermetures temporaires d’installations, soit en raison de mandats émis par le gouvernement, soit pour d’autres raisons liées à COVID-19. Jusqu’à présent, nos installations sont restées en grande partie opérationnelles pendant la pandémie.

Les résultats exceptionnels que nous avons pu obtenir dans des circonstances exceptionnellement difficiles au cours du premier trimestre témoignent de la qualité de nos activités, de l’engagement de nos employés et de l’agilité de nos équipes. Sur une base consolidée, notre chiffre d’affaires net a augmenté de 4 % par rapport à l’année dernière et notre résultat d’exploitation s’est amélioré de 25 %. Notre marge EBITDA ajustée pour le premier trimestre a été de 15,3 %, ce qui se situe dans la partie supérieure de notre fourchette cible et représente une augmentation de 220 points de base par rapport à l’année dernière.

Nous avons également enregistré une amélioration de 2 % des commandes, ce qui a contribué à un carnet de commandes record à la fin du trimestre. Notre performance du premier trimestre a été d’autant plus remarquable que nous avons commencé à voir certains des impacts négatifs de la pandémie de coronavirus à la mi-mars. Depuis le début de la pandémie, la santé et la sécurité de nos employés ont été au centre de nos préoccupations et j’aimerais prendre une minute pour parler de certaines des choses que nous avons faites dans cette optique.

Vers la fin du mois de février, lorsque les premiers cas ont été signalés aux États-Unis, nous avons commencé à sécuriser de manière proactive les fournitures de nettoyage et à élaborer des plans pour protéger la sécurité et le bien-être des employés dans chacune de nos installations. Nous avons également formé un groupe de travail interne COVID dirigé par notre directeur des opérations, Mark Webber, et avons établi des protocoles centralisés pour traiter les problèmes liés aux coronavirus.

Nous avons été proactifs dans la mise en œuvre de mesures de santé et de sécurité renforcées dans toute l’organisation, en établissant des accords de travail à distance lorsque cela était possible, en augmentant la fréquence des communications pour renforcer les directives en matière de santé et de sécurité. Chaque jour, à 17 heures, notre équipe de direction se réunit pour discuter des évolutions en cours et partager les meilleures pratiques sur la manière dont nous pouvons améliorer en permanence le soutien que nous apportons à nos employés, fournisseurs, concessionnaires et clients pendant cette pandémie. Nous terminons chaque appel avec un membre de l’équipe qui présente ses pensées positives pour la journée. Il est vrai que certains jours ont été plus faciles que d’autres. Une communication honnête, précise et fréquente est l’un des principes directeurs qui nous guide dans nos activités.

Nous avons mis en place de nombreuses nouvelles pratiques commerciales, notamment des équipes fractionnées sur certains sites, la mise en place d’une masse protectrice pour nos employés et la modification de nos processus de production de manière à respecter les directives de distanciation sociale. Nous avons mis en place des contrôles pour limiter le nombre de visiteurs dans nos installations et, par conséquent, nous avons mis notre projet d’expansion Vactor en attente en mars. Grâce aux mesures supplémentaires mises en place, nous avons récemment relancé une partie de la construction à Vactor selon un calendrier réduit, mais l’achèvement de ce projet devrait être retardé d’un trimestre supplémentaire.

Nous avons également modifié nos politiques de location et accordé des congés payés supplémentaires aux employés afin d’encourager ceux qui étaient malades, avaient des problèmes de santé ou subissaient les effets négatifs de la pandémie à rester chez eux. Et bien que nous reconnaissions qu’il y a un élément de chance, nous croyons fermement que les mesures que nous avons prises ont contribué à protéger notre personnel, seule une poignée d’employés ayant contracté le virus. Heureusement, tous ces individus se sont rétablis depuis et, actuellement, personne n’est hospitalisé.

Pour moi, c’est le fait le plus important que je vais partager sur cet appel aujourd’hui. À l’avenir, la santé et la sécurité de nos employés resteront une priorité essentielle de nos équipes. Il est également extrêmement important pour nous tous chez Federal Signal que nous fassions notre part dans les communautés dans lesquelles nous travaillons et vivons pour aider à l’ensemble des efforts d’intervention de COVID. En ces temps d’incertitude, la protection de la sécurité et du bien-être du public semble plus importante que jamais.

Sur ce point, nous avons récemment lancé un site web consacré aux efforts de nettoyage et d’assainissement en réponse à l’épidémie de coronavirus. En lançant ce site web, nous rappelons aux clients, revendeurs et utilisateurs finaux, nouveaux et existants, que la base installée de produits fabriqués par notre groupe de solutions environnementales peut être utilisée pour nettoyer et assainir les espaces publics extérieurs tels que les espaces de loisirs, les parcs et les musées.

En outre, ces produits peuvent être utilisés pour assainir d’autres véhicules comme les bus ou les trains, les voitures, ainsi que pour nettoyer les ponts, les gares et tout autre espace extérieur. Nous avons déjà vu nos équipements utilisés d’une manière que nous n’avions pas imaginée avant le déclenchement de la pandémie. Par exemple, nos nettoyeurs d’égouts sont maintenant modifiés pour utiliser des solutions de chauffage et de désinfection afin de désinfecter les cartes d’achat dans les épiceries et de nettoyer les zones extérieures que les sans-abri fréquentent à Los Angeles.

Les membres talentueux de l’équipe de notre parc universitaire ont aussi rapidement pivoté pour concevoir et fabriquer des écrans faciaux de protection à l’usage de nos clients premiers intervenants et de nos propres employés. Cette équipe a accéléré la production pour construire environ 800 unités par jour. Les premières livraisons ont récemment été effectuées au service de police de la ville de Chicago, suivies de livraisons à chacune de nos installations de fabrication pour que nos employés puissent les utiliser.

Nous prévoyons d’assembler environ 5 000 unités dans un premier temps, avec la possibilité d’augmenter ce nombre en fonction des besoins. Comme beaucoup d’entre vous le savent, la demande d’aide alimentaire augmente malheureusement à un rythme extraordinaire. La combinaison de la rareté des besoins et de l’anxiété entourant la nourriture est sans précédent. En raison de cette augmentation de la demande, un manque à gagner de 1,4 milliard de dollars est prévu pour les six prochains mois seulement. Une aide est grandement nécessaire.

Chez Federal Signal, nous faisons notre part en soutenant les banques alimentaires locales. Nous identifions également d’autres moyens de soutenir les personnes dans le besoin. Je suis extrêmement fier du rôle que nous jouons et de la réponse que nous apportons à cette pandémie.

Je passe maintenant la parole à Ian pour passer en revue les chiffres.

Ian Hudson

Merci, Jennifer. Nos résultats financiers consolidés du premier trimestre qui ont été publiés dans le communiqué de presse d’aujourd’hui. En résumé, nous avons démarré l’année en force et les équipes ont fait un excellent travail en relevant une série de défis sans précédent, dont l’impact s’est accentué vers la fin du trimestre.

Nos résultats du premier trimestre reflètent une augmentation impressionnante des ventes et des revenus, une expansion de 220 points de base de la marge EBITDA ajustée et une amélioration de 30 % du bénéfice par action ajusté. Le chiffre d’affaires net consolidé pour le trimestre s’est élevé à 286 millions de dollars, soit une hausse de 12 millions de dollars ou de 4 % par rapport à l’année dernière.

Le revenu d’exploitation consolidé au premier trimestre de cette année s’est élevé à 32,3 millions de dollars, soit une hausse de 6,5 millions de dollars ou de 25 % par rapport à l’année dernière. Sur une base ajustée, la marge opérationnelle consolidée a été de 11,6%, en hausse par rapport à 9,7% au premier trimestre de l’année dernière. L’EBITDA consolidé ajusté pour le trimestre s’est élevé à 43,9 millions de dollars, soit une hausse de 8 millions de dollars ou 22 % par rapport au premier trimestre de l’année dernière. Cela se traduit par une marge de 15,3% au premier trimestre de cette année, contre 13,1% l’année dernière.

Le revenu net au premier trimestre de cette année s’est élevé à 23,4 millions de dollars, contre 17,5 millions de dollars l’année dernière. Cela équivaut à un BPA GAAP de 0,38 $ par action, contre 0,29 $ par action l’année dernière. Sur une base ajustée, le BPA pour le premier trimestre de cette année était de 0,39 $ par action, contre 0,30 $ par action l’année dernière. Les prises de commandes au premier trimestre ont continué à être fortes avec des commandes de 304 millions de dollars, en hausse de 5 millions de dollars ou 2% par rapport à l’année dernière.

Le carnet de commandes consolidé à la fin du trimestre a établi un nouveau record pour la société, à 401 millions de dollars. Cela représente une augmentation de 37 millions de dollars, soit 10 %, par rapport à l’année dernière et une hausse de 14 millions de dollars, soit 4 %, par rapport à la fin décembre. En ce qui concerne les résultats du groupe au premier trimestre, le chiffre d’affaires du premier trimestre de ESG s’est élevé à 233 millions de dollars, soit une hausse de 14 millions de dollars ou 6 % par rapport à l’année dernière. Le bénéfice d’exploitation de la société ESG pour le trimestre s’est élevé à 29,4 millions de dollars, soit une hausse de 3,7 millions de dollars ou 14 % par rapport au premier trimestre de l’année dernière.

L’EBITDA ajusté de l’ESG pour le trimestre s’est élevé à 40 millions de dollars, soit une amélioration de 5,3 millions de dollars ou de 15 % par rapport à l’année précédente. Cela se traduit par une marge EBITDA ajustée de 17,2 % au premier trimestre de cette année, ce qui représente une hausse de 140 points de base par rapport aux 15,8 % de l’année dernière. L’ESG a fait état de commandes totales de 238 millions de dollars au premier trimestre de cette année, soit une baisse de 3 % par rapport à l’année dernière. Les ventes de produits ESG au premier trimestre de cette année se sont élevées à 53 millions de dollars, contre 54 millions de dollars l’année dernière. La légère baisse des ventes est principalement due à la diminution des ventes de produits de sécurité publique en Europe, où notre entreprise de Barcelone, en Espagne, a commencé à être touchée par l’épidémie de coronavirus plus tôt que certaines de nos entreprises basées aux États-Unis.

Le revenu d’exploitation de SSG pour le trimestre s’est élevé à 7,4 millions de dollars, contre 8,7 millions de dollars au premier trimestre de l’année dernière. L’EBITDA ajusté pour le trimestre s’est élevé à 8,2 millions de dollars, contre 9,6 millions de dollars il y a un an. Et la marge EBITDA ajustée de SSG pour le premier trimestre de cette année a été de 15,4 %, contre 17,7 % l’année dernière. Les commandes de SSG au premier trimestre de cette année ont été fortes, à 66 millions de dollars, soit une augmentation de 11 millions de dollars ou de 20 % par rapport à l’année dernière. Cette amélioration est due en grande partie à l’augmentation des commandes mondiales d’équipements de sécurité publique. Les dépenses d’exploitation de l’entreprise au premier trimestre de cette année se sont élevées à 4,5 millions de dollars, contre 8,6 millions de dollars l’année dernière, avec une diminution d’environ 2,6 millions de dollars d’une année sur l’autre résultant des variations des ajustements de la juste valeur de certaines réserves.

Ces ajustements basés sur le marché ont profité à nos bénéfices au premier trimestre de cette année d’environ 0,02 $ par action, mais ont été défavorables au premier trimestre de l’année dernière. Les frais généraux du premier trimestre de cette année comprennent également des frais moins élevés liés aux actions et à la rémunération incitative.

Passons maintenant au compte de résultat consolidé où l’augmentation des ventes a contribué à une amélioration du bénéfice brut de 4,5 millions de dollars. La marge brute consolidée s’est améliorée, passant de 25,7 % l’année dernière à 26,1 % pour le trimestre. En pourcentage des ventes, nos frais de vente, d’ingénierie, généraux et administratifs pour le trimestre ont diminué de 120 points de base par rapport au premier trimestre de l’année dernière.

Parmi les autres éléments affectant les résultats trimestriels, citons une diminution de 300 000 $ des dépenses liées aux acquisitions, une réduction de 200 000 $ des autres dépenses et une diminution de 500 000 $ des frais d’intérêt associée à des niveaux d’endettement et des taux d’intérêt moyens plus faibles par rapport au trimestre précédent. Les charges fiscales pour le trimestre ont augmenté de 1,3 million de dollars, principalement en raison de la hausse du bénéfice avant impôt, partiellement compensée par un avantage fiscal excédentaire de 700 000 $ lié à l’activité de rémunération en actions. En incluant les effets de cet avantage, notre taux d’imposition effectif pour le trimestre a été de 23,5 % inférieur aux prévisions et en baisse par rapport à 25,2 % au premier trimestre de l’année dernière. À l’heure actuelle, nous continuons à prévoir que le taux d’imposition effectif pour l’ensemble de l’année se situera dans une fourchette de 25 % et 26 %.

Sur une base GAAP globale, nous avons donc gagné 0,38 $ par action au premier trimestre, soit une hausse de 31 % par rapport à 0,29 $ par action au premier trimestre de l’année dernière. Pour faciliter les comparaisons de bénéfices, nous ajustons généralement nos bénéfices par action selon les GAAP en fonction des éléments inhabituels enregistrés au cours du trimestre en cours ou des trimestres précédents. Au cours du trimestre de l’année en cours, nous avons procédé à des ajustements du bénéfice par action selon les GAAP afin d’exclure les dépenses liées aux acquisitions, les dépenses liées aux coronavirus et les effets des dépenses liées à la comptabilité d’achat. Sur cette base, notre bénéfice ajusté pour le premier trimestre a été de 0,39 $ par action, soit une augmentation de 30 % par rapport à 0,30 $ par action et au premier trimestre de l’année dernière.

Si l’on considère maintenant les flux de trésorerie, où nous avons généré 5 millions de dollars de liquidités d’exploitation au premier trimestre de cette année, cela représente une amélioration de 14 millions de dollars par rapport à l’année dernière. Si notre flux de trésorerie d’exploitation s’est nettement amélioré au premier trimestre, l’incertitude a été plus grande au cours des trimestres suivants en raison de la pandémie. Nous réagissons en conséquence en prenant des mesures pour réduire nos coûts et gérer prudemment nos liquidités.

Au cours du trimestre, nous avons emprunté environ 64 millions de dollars sur notre facilité de crédit renouvelable, principalement pour renforcer notre position de trésorerie à court terme et maintenir notre flexibilité. Pour rappel, nous avons mis en place en juillet dernier une nouvelle facilité de crédit de 500 millions de dollars sur cinq ans. Nous pouvons augmenter notre capacité d’emprunt de 250 millions de dollars supplémentaires pour des acquisitions. Nous avons terminé le trimestre avec une dette nette de 210 millions de dollars et une disponibilité de 211 millions de dollars dans le cadre de notre facilité de crédit.

Notre ratio d’endettement net reste à un niveau confortable et est essentiellement inchangé par rapport à la fin de l’année. Jusqu’à présent, les flux de trésorerie en avril ont répondu aux attentes, sans changement significatif des retards de paiement des clients ou des créances douteuses. En fait, à ce jour, notre dette nette est inférieure à ce qu’elle était à la fin de l’année 2019. Nous avons mis en place des mesures pour gérer notre fonds de roulement et réduire les dépenses d’investissement discrétionnaires, sans pour autant reporter certaines initiatives clés en cours comme l’expansion de notre installation Vactor.

Nous prévoyons également de reporter certains paiements d’impôts et de cotisations à des régimes de retraite conformément aux dispositions de la loi CARES. Nous n’avons aucune dette arrivant à échéance avant juillet 2024 et, grâce à notre solide position financière, nous sommes bien placés pour traverser cette période difficile et nous restons fidèles à notre engagement d’apporter une valeur ajoutée à long terme à nos actionnaires.

À cet égard, nous avons versé un dividende de 0,08 dollar par action au cours du premier trimestre, soit 4,8 millions de dollars, et nous avons récemment annoncé un dividende similaire pour le deuxième trimestre. Notre conseil d’administration a également approuvé récemment une augmentation de 75 millions de dollars de notre autorisation de rachat d’actions. Et au cours du trimestre, nous avons dépensé 13,5 millions de dollars, en rachetant près de 0,5 million d’actions. À la fin du trimestre, il nous restait environ 91 millions de dollars d’autorisation dans le cadre de nos programmes de rachat d’actions. Mais pour l’instant, nous avons suspendu tout rachat d’actions supplémentaire jusqu’à nouvel ordre afin de préserver notre flexibilité financière.

Cela conclut mes commentaires et je voudrais maintenant rappeler Jennifer.

Jennifer Sherman

Merci, Ian. Notre premier trimestre a représenté un bon début d’année, mais comme beaucoup d’autres entreprises, nous prévoyons que les prochains trimestres seront peut-être difficiles en raison de l’incertitude actuelle liée à la pandémie de COVID. Comme Ian vient de le mentionner, nos commandes du premier trimestre ont été fortes, ce qui a contribué à un carnet de commandes record à la fin du trimestre. Cependant, les prises de commandes de certaines entreprises ont été lentes jusqu’à présent en avril.

Au cours du premier trimestre, TBEI, notre entreprise qui fabrique des camions à benne, des carrosseries et des remorques, a enregistré son plus grand nombre de commandes trimestrielles sous notre contrôle, avec des commandes du premier trimestre en hausse de 13,4 millions de dollars, soit 25 % par rapport à l’année précédente. Au cours de ce premier trimestre, nous avons constaté que de nombreuses initiatives stratégiques que nous avons mises en place ont porté leurs fruits. Alors que la forte prise de commandes du premier trimestre a permis de constituer un carnet de commandes bien rempli au début du deuxième trimestre, nous avons constaté une baisse significative des commandes jusqu’à présent en avril.

Cette diminution des commandes est due en partie au manque de châssis d’approvisionnement des clients disponibles. Pour rappel, contrairement à beaucoup d’autres entreprises de véhicules du TBEI, le client fournit presque toujours le châssis. De nombreux équipementiers de châssis ont fermé leurs portes au cours du mois d’avril. Certains clients ne passent pas de commandes parce qu’ils ne peuvent pas obtenir de châssis ou parce qu’ils sont fermés.

Nous avons commencé à voir que la semaine dernière, certains équipementiers ont commencé à se détendre un peu et à s’ouvrir à nouveau. Nous avons également constaté un certain relâchement dans les niveaux d’utilisation de notre flotte de location, avec des revenus de location au premier trimestre en baisse d’environ 8 % par rapport à l’année dernière. Outre les facteurs liés au coronavirus, la baisse d’utilisation est également liée à la réduction des activités de location avec les clients desservant les marchés du pétrole et du gaz.

Alors que notre exposition au pétrole et au gaz est une fraction de ce qu’elle était en 2015 et 2016, la récente dépression des prix du pétrole a contribué à une moindre utilisation des équipements de creusement sûrs de notre flotte de location. Elle a également entraîné une baisse de la demande d’unités de réapprovisionnement de la part de certains de nos partenaires de location. Nous suivons de près les niveaux d’utilisation et lorsque nous avons commencé à voir l’impact sur nos niveaux d’utilisation, nous avons commencé à réduire les ajouts prévus à notre flotte de location.

Nos équipements conservent bien leur valeur et nous prenons également des mesures de remise à neuf pour prolonger la durée de vie utile de notre flotte, dont l’âge moyen pondéré est actuellement d’environ deux ans. Nous continuons à croire que la location est une offre hautement stratégique que nous pouvons fournir à nos clients et comme beaucoup de nos clients attendent avec impatience de retourner au travail après la levée des commandes de séjour à domicile et la reprise du projet suspendu, nous prévoyons que l’utilisation de la location recommencera à s’améliorer.

Toutefois, nous nous attendons à ce que les revenus locatifs du deuxième trimestre soient en baisse par rapport à la très bonne performance que nous avons connue au deuxième trimestre de l’année dernière. Pour rappel, les deuxième et troisième trimestres sont généralement les périodes les plus fortes pour notre activité d’après-vente. Nous restons en contact étroit avec nos concessionnaires municipaux, qui s’efforcent de relever les défis liés à la situation actuelle. Nos entretiens individuels nous ont appris que les municipalités veulent et ont toujours besoin des produits que nous fabriquons pour répondre aux besoins des infrastructures essentielles et que la demande actuelle de pièces et de services est élevée, car de nombreux utilisateurs finaux continuent à fournir des services essentiels comme le nettoyage des égouts.

Au cours du premier trimestre, les ventes de pièces ESG ont totalisé 33 millions de dollars, soit une amélioration de 7 % par rapport à l’année précédente. Nous continuons à prévoir une forte demande de pièces de rechange. Nous prévoyons également que nos clients finaux municipaux bénéficieront de l’élargissement du financement disponible pour les municipalités qui a été récemment annoncé.

La structure actuelle de notre entreprise est très différente de celle que nous étions lors des précédentes crises. Nous avons une offre de produits très différente et plus variée que celle que nous avions à l’époque. Par exemple, dans notre activité de systèmes de sécurité publique basée aux États-Unis, nous nous concentrions auparavant sur les produits haut de gamme destinés aux grandes municipalités.

Nous avons considérablement élargi la gamme et l’étendue de nos produits pour inclure des offres dans les bonnes, meilleures et meilleures catégories. Nous équipons aussi désormais les véhicules de police, ce qui s’avère être une stratégie efficace. En tant que fournisseur de services essentiels pour soutenir les premiers intervenants, notre activité de systèmes de sécurité publique basée aux États-Unis a connu un premier trimestre solide et continue de bien se porter.

Grâce aux activités d’acquisition et de cession de ces dernières années et à notre processus de développement de nouveaux produits, nous sommes aujourd’hui une entreprise beaucoup plus diversifiée. La composition de nos activités et le portefeuille de produits que nous proposons actuellement nous ont permis de nous développer sur de nouveaux marchés finaux. Pierre angulaire de notre philosophie opérationnelle, notre principe 80/20 ou ETI est devenu un élément clé de notre culture.

En outre, durant la dernière période d’incertitude économique, la grande majorité de nos revenus provenaient de la vente de nouveaux équipements. À cette époque, nous tirons un petit pourcentage de nos revenus de la vente de pièces détachées, mais nous ne participons pas activement à l’activité de location ou de vente d’équipements d’occasion. L’acquisition de Joe Johnson Equipment en 2016 a accéléré la croissance de ce que nous appelons aujourd’hui notre activité d’après-vente.

Cette acquisition a également permis de doubler le nombre de centres de services que nous exploitons dans des endroits stratégiques en Amérique du Nord, à partir desquels nous pouvons vendre des pièces détachées et des équipements d’occasion, effectuer des travaux d’entretien et louer des équipements. Grâce à cette croissance, nos revenus globaux du marché des pièces de rechange représentent désormais environ 24 % des revenus des ESG.

En 2015 et 2016, nous étions fortement dépendants des ventes de nouveaux équipements sur les marchés du pétrole et du gaz. Depuis lors, nous avons diversifié nos activités pour ne plus dépendre d’un seul marché final particulier, en combinant les fusions et acquisitions et les initiatives de croissance organique, comme notre expansion sur le marché des services publics par le lancement de nouveaux produits.

MRL et Highmark, les activités de marquage routier et d’enlèvement de lignes que nous avons acquises l’année dernière, ont en fait connu une croissance pendant le dernier ralentissement économique et leurs prises de commandes jusqu’en 2020 ont été conformes à nos attentes. Pourtant, même avec ces changements, il reste une grande incertitude quant aux impacts potentiels de COVID-19 sur les entreprises et nous ne sommes malheureusement pas immunisés contre les effets de la pandémie.

Comme Ian l’a mentionné précédemment, notre arriéré à la fin du premier trimestre était à un niveau record. Toutefois, le calendrier de production et la réalisation de notre carnet de commandes pourraient être retardés ou autrement affectés par un certain nombre de difficultés opérationnelles que nous connaissons actuellement pendant cette pandémie. Le premier défi concerne la disponibilité de la main-d’œuvre. En raison de la combinaison des congés payés supplémentaires que nous avons accordés pour encourager les employés malades à rester chez eux et de la promulgation de la loi CARES, nous avons constaté ces dernières semaines une diminution de la disponibilité de la main-d’œuvre dans plusieurs de nos installations.

Par exemple, entre 50 et 60 % de notre personnel horaire travaille actuellement dans notre usine Vactor. Le second concerne les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les problèmes de livraison. Certains de nos fournisseurs ont temporairement cessé leurs activités en raison de commandes gouvernementales ou d’autres problèmes liés à COVID, notamment la disponibilité de leurs employés. En outre, certains clients ne peuvent pas prendre livraison de nos équipements, étant donné le personnel limité dont ils disposent actuellement.

Le troisième point concerne les mesures que nous avons prises pour garantir un environnement de travail sûr à nos employés. Ces mesures ont consisté notamment à adapter notre processus de production dans nos installations afin de respecter les lignes directrices en matière d’éloignement sûr pour protéger la sécurité de nos employés. Chacun de ces facteurs a un impact sur la productivité globale. Bien qu’ils aient eu un impact limité sur nos résultats du premier trimestre, nous nous attendons à un impact plus important au deuxième trimestre car nous ajustons nos calendriers de production en conséquence et nous prévoyons que ces facteurs pourraient entraîner une baisse de 20 à 40 % des niveaux de productivité de certaines de nos entreprises au deuxième trimestre par rapport à l’année précédente.

Nous abordons l’incertitude et les défis du deuxième trimestre et du reste de l’année 2020 avec détermination et en position de force, compte tenu de notre situation financière actuelle. Nous équilibrons la nécessité de réduire nos coûts à court terme, mais pas au détriment de notre croissance à long terme. Dans le même temps, nous continuons à nous concentrer sur nos initiatives d’amélioration 80/20. Dans certaines entreprises, nous avons pris des mesures pour traverser cette période, notamment en mettant en œuvre nos plans d’urgence et d’autres mesures visant à réduire les coûts et à gérer notre capital avec prudence.

Dans toute l’organisation, nous avons considérablement réduit les dépenses discrétionnaires et mis temporairement à pied des centaines d’employés, dont beaucoup se sont portés volontaires pour prendre un congé temporaire. L’une de mes plus grandes fiertés depuis que je suis devenu PDG au début de 2016 est la culture que nous avons réussi à construire chez Federal Signal. Nous sommes une équipe et nous avons vécu ensemble nos succès et nos épreuves.

Dans cette optique, notre équipe d’encadrement élargie procède à des réductions de salaire allant de 20 à 25 %. Chacun de nos directeurs a également accepté des réductions similaires de la rémunération en espèces. L’ampleur globale de l’impact de la pandémie sur nos résultats opérationnels et financiers reste incertaine et dépendra en grande partie de la durée de la pandémie et des mesures mises en œuvre pour y faire face, ainsi que de l’effet sur nos clients.

Compte tenu de ces facteurs, nous ne sommes pas en mesure de prévoir de manière fiable l’effet que la pandémie aura sur nos résultats financiers. C’est pourquoi nous retirons les perspectives du BPA ajusté pour 2020 que nous avions communiquées précédemment. Notre intention est de rétablir les prévisions pour le reste de l’année avec l’annonce de nos résultats du deuxième trimestre.

Alors que nous commençons à regarder vers l’avenir avec notre initiative Reclaiming Tomorrow, Together, nous pensons à l’avenir en trois phases. La première phase étant la situation actuelle. La deuxième étant le moment où les différentes ordonnances de maintien à domicile seront levées avec des restrictions. Et la troisième phase étant la nouvelle norme dans un monde post-vaccin. Nous pensons être bien placés pour accélérer notre croissance au sortir de la pandémie et, dans cette optique, nous avons organisé une série de séances de réflexion avec les équipes et sur les moyens de créer ou d’identifier de nouvelles opportunités commerciales.

Dans le cadre de cette initiative, nous travaillons sur quatre domaines principaux. Le premier domaine porte sur les moyens de nous différencier en améliorant l’expérience numérique des employés de nos clients. Nous avons investi dans la technologie et mis en place une équipe chargée de soutenir ces initiatives, qui comprennent le lancement d’un marché des équipements d’occasion rénové et le développement d’une plateforme de commerce électronique.

Le deuxième domaine consiste à générer des idées et à déterminer comment nous pouvons rendre nos produits et la manière dont nous menons nos activités plus sûrs pour nos employés, nos clients et les utilisateurs finaux de nos équipements. Le troisième est de se concentrer sur la manière dont nous et nos clients pouvons utiliser nos équipements pour nettoyer et assainir les espaces extérieurs. Nos équipes ont répondu très rapidement à ce besoin. Pour ceux d’entre vous qui ne l’ont pas encore fait, je vous encourage à visiter le site fedsigresponse.com, qui a été lancé à la mi-mars, pour voir comment notre équipement peut les aider dans leur effort de nettoyage. Nous générons beaucoup de trafic sur ce site web et cette semaine, le nombre de pages vues a atteint la barre des 40 000, soit plus du double de la semaine dernière.

Enfin, nous cherchons à identifier les possibilités de gagner des parts de marché dans l’environnement actuel. Et sur de nombreux marchés où nous opérons, nous avons tendance à être le leader du marché et beaucoup de nos concurrents sont plus petits, c’est-à-dire des opérations capitalisées. L’octroi des prêts de la SBA qui ont été inclus dans le cadre de la loi CARES contient également une préférence américaine.

Dans les deux cas, nous estimons que cela représente des opportunités pour nos entreprises de gagner des parts de marché. Nous suivons également les développements relatifs à un éventuel projet de loi sur les infrastructures. Si une loi sur les infrastructures devait être adoptée avec nos différentes entreprises, qui soutiennent les marchés de la maintenance et des infrastructures, Federal Signal en tirerait profit, nous continuerons à surveiller toute évolution supplémentaire.

Notre situation financière est solide et nous aidera à relever les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Dans le même temps, nous restons fidèles à nos priorités d’allocation de capital à long terme, qui consistent à investir dans des initiatives de croissance organique et à financer le rendement en espèces pour les actionnaires. Nous voulons également être en mesure de participer à un environnement de fusions-acquisitions avec des attentes de valorisation beaucoup plus raisonnables que celles qui existaient avant la création de COVID.

Pour l’instant, je pense que nous sommes prêts à répondre aux questions. Opérateur ?

Séance de questions-réponses

Opérateur

Je vous remercie. Nous allons procéder à une séance de questions-réponses. [Operator Instructions] Notre première question vient de Walter Liptak de Seaport Global. Veuillez poursuivre avec votre question.

Jennifer Sherman

Bonjour, Walt.

Walter Liptak

Salut, merci. Bonjour. Bonjour. Merci pour la présentation détaillée. Je voulais d’abord vous poser des questions sur les commentaires concernant les commandes du mois d’avril. Il semble que le TBEI ait connu un excellent trimestre, mais le mois d’avril a ralenti. Je me demandais si vous pouviez le quantifier un peu. Et puis aussi, les autres produits, certains des excavateurs sûrs et des nettoyeurs d’égouts, comment évoluent-ils en avril ?

Jennifer Sherman

La première chose, je pense, est donc la taille de l’échantillon assez limitée et les données changent de façon assez irrégulière au jour le jour. Il est donc très difficile d’examiner les tendances. Il y a eu des avantages et des inconvénients dans l’ensemble, comme nous l’avons dit, les commandes d’avril ont été plus lentes. Mais laissez-moi essayer de vous donner un commentaire en couleur. La première chose, c’est que nos commandes de SSG tiennent plutôt bien la route. Nous avons constaté, comme je l’ai dit dans mes remarques préparées, un certain relâchement au TBEI.

Pour replacer cela dans son contexte, les commandes de TBEI en avril semblaient être en baisse sur une base annuelle, de l’ordre de 8 à 10 millions de dollars. Mais au cours du premier trimestre, leurs commandes ont augmenté de 13 millions de dollars, soit 25 %, et ils ont eu les commandes trimestrielles les plus élevées sous notre contrôle. C’est donc un peu mitigé. Une grande partie de la mollesse que nous avons constatée est liée au fait que les clients ne peuvent pas obtenir de châssis auprès de nombreux OEM.

En ce qui concerne nos autres entreprises basées sur les véhicules ESG, la situation est mitigée. Nous constatons un ralentissement des commandes. Mais nous avons également remporté quelques commandes de parcs de véhicules. La semaine dernière, notre équipe Elgin a remporté une belle victoire. Je pense que l’une des choses dont vous devez vous souvenir, c’est que pour creuser en toute sécurité, les démonstrations sont vraiment importantes. Et nous avons été limités dans notre capacité à faire des démonstrations. Plusieurs clients ont été fermés ou avaient d’autres priorités. Et cela a été un défi pour nous au cours du trimestre.

Enfin, on parle de 50 % de nos employés qui se trouvent dans l’Illinois. Et comme vous le savez, l’Illinois a été l’un des premiers pays à imposer le séjour à domicile et l’un des plus restrictifs. Cela a donc créé des difficultés supplémentaires en termes de visites avec les clients au cours du trimestre. Nous pensons que notre initiative Reclaiming Tomorrow, Together sera importante à long terme, car nous éduquons les clients sur la manière dont nous pouvons utiliser nos équipements pour assainir les espaces extérieurs. Nous examinons également d’autres types de produits dans le cadre de notre activité SSG. En résumé, c’est un sac très mélangé, mais les commandes sont faites.

Walter Liptak

Ok, compris. Je voulais changer de sujet et m’informer sur les fusions et acquisitions, il y a une baisse des dépenses dans ce domaine. Je me demandais si vous pouviez nous en parler et nous dire à quoi ressemble le pipeline des fusions et acquisitions.

Ian Hudson

Eh bien, je vais prendre le premier. La baisse des dépenses de fusions-acquisitions est en fait une fonction. Nous avons le earn-out. Nous avons – nous accréditons ce passif. Ce n’était donc pas ce dernier trimestre, l’année dernière, car nous ne possédions pas de LMR. Ce trimestre, il est donc en baisse en raison du niveau d’activité du premier trimestre de l’année dernière, nous travaillions à peu près à plein régime sur l’acquisition de MRL. Et cette année, en raison de diverses restrictions de voyage, les activités de fusion et d’acquisition sont en baisse. Voilà donc la variation d’une année sur l’autre. Mais Jen peut vous en dire plus sur ce que nous observons dans le domaine des fusions et acquisitions.

Jennifer Sherman

Nous continuons donc à croire que les fusions et acquisitions seront un élément essentiel de la croissance pour notre avenir. J’ai passé une bonne partie des mois de janvier et février à dialoguer activement avec de nombreux candidats aux fusions et acquisitions. Nous mettons cela en pause maintenant. Nous pensons qu’il pourrait y avoir des opportunités pour nous d’aller de l’avant à des niveaux d’évaluation plus raisonnables qu’ils ne l’étaient peut-être avant la pandémie. Mais nous continuons à être encouragés par la qualité des objectifs et par l’adéquation stratégique des opportunités qui s’offrent à nous. Et j’ai continué comme beaucoup d’autres membres de notre équipe ont un dialogue actif avec ces entreprises.

Walter Liptak

Ok, super. Merci.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Chris Moore de CJS Securities. Veuillez poursuivre avec votre question.

Chris Moore

Bonjour, les gars.

Jennifer Sherman

Bonjour.

Chris Moore

Bonjour. Oui. Peut-être pouvez-vous nous parler un peu des défis de la chaîne d’approvisionnement autres que ceux liés au châssis dont vous avez parlé. Y a-t-il d’autres sujets de préoccupation spécifiques et quelle est votre visibilité en termes d’amélioration de la situation ?

Jennifer Sherman

Oui, les problèmes de châssis se sont donc vraiment posés à nos entreprises TBEI. En ce qui concerne notre entreprise Allegiant, par exemple, notre plus grande ligne de produits est Pelican, nous y construisons nos propres châssis. Pour notre activité Vactor, c’est environ la moitié du temps où nous acquérons le châssis, l’autre moitié du temps où le client acquiert le châssis. Donc, compte tenu des délais plus longs, l’activité Vactor est plutôt bien placée en ce qui concerne les châssis.

Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement ont été – nous avons eu quelques problèmes au Mexique. Nous avons eu un problème en Italie avec quelques cas de transfert. Ce qui m’a impressionné, c’est l’ingéniosité des équipes pour résoudre ce problème. Par exemple, nous avons eu un problème de harnais au Mexique et nos équipes ont trouvé le moyen de redéployer des techniciens de terrain pour fabriquer ces harnais de câblage chez nous et ont passé nos tests de qualité et les équipes ont fait un super travail.

L’autre défi a été, dans certaines situations, le simple transport pour acheminer les fournitures vers nos différentes installations. Cela a donc un impact sur la productivité. Mais nos problèmes de productivité ne se limitent pas à la chaîne d’approvisionnement. Et je peux peut-être vous donner un exemple qui pourrait être utile. Il s’agit de Vactor, qui est notre plus grande usine. Nous avons une initiative dont j’ai parlé à plusieurs reprises avec vous tous et qui s’appelle BMT, construire plus de camions. Et je suis heureux de vous annoncer qu’en février, nous avons atteint un record pour cette initiative en termes de productivité.

Malheureusement, nous avons commencé à constater l’impact de la pandémie en mars et la productivité a diminué de 10 % par rapport au pic de février. Puis, en avril, nous avons constaté un impact plus significatif et la productivité a diminué de 40 %. Et pourquoi donc ? Pour plusieurs raisons. L’une est Vactor, nous avons procédé à une expansion de l’usine de 25 millions de dollars, à la fois pour soutenir la croissance future, mais aussi pour nous donner plus de marge de manœuvre. Nous avons donc travaillé avec l’équipe de direction locale et nous avons élaboré un plan de productivité nettement inférieur à celui de février pour tenir compte de la disponibilité de la main-d’œuvre, des besoins en matière de sécurité, des défis de la chaîne d’approvisionnement et nous avons licencié un certain nombre de personnes.

Nous nous attendons actuellement à ce que ces personnes reviennent à la fin du mois de juin, mais les problèmes de productivité qui sont liés non seulement à la chaîne d’approvisionnement, mais aussi à la disponibilité de la main-d’œuvre, à la volonté des clients de prendre livraison, ont un impact assez important sur la productivité.

Chris Moore

J’ai compris. Tout cela est extrêmement utile. Je retourne dans la file. Merci, les gars.

Opérateur

Notre prochaine question nous vient de Ken Newman, de KeyBanc. Veuillez poursuivre avec votre question.

Jennifer Sherman

Bonjour, Ken.

Ken Newman

Bonjour, les gars. J’espère que vous allez tous bien et en bonne santé.

Jennifer Sherman

Oui, je vous remercie.

Ken Newman

Je voulais juste revenir sur les gammes de production que vous avez données pour le 2Q. Avez-vous une idée de la quantité de produits finis en attente aujourd’hui ? Ou, je suppose, une autre façon de demander est de savoir si vous vous attendez à ce que la baisse des recettes soit inférieure à celle de la production ?

Ian Hudson

Oui, en ce qui concerne la deuxième partie de la question, Ken, je pense qu’il est – à ce moment-là, il est tout simplement trop incertain de prévoir cela avec un degré raisonnable de précision. Nous étions dans le premier mois du trimestre et nous avons donné quelques statistiques sur ce que nous avons vu du point de vue de la production. La baisse se situe entre 20 et 40 % dans certaines de nos entreprises.

Donc je pense que – en termes de produits finis, nous avions des produits finis légèrement plus élevés à la fin du mois de mars, vraiment, comme Jennifer l’a mentionné, il y a certains clients qui n’ont tout simplement pas pu prendre livraison du matériel, juste parce qu’ils n’avaient pas d’employés disponibles pour prendre livraison.

Le bilan à la fin du trimestre était donc un peu élevé. Il était d’environ 93 millions de dollars, 94 millions de dollars. C’est donc une augmentation d’environ 7 millions de dollars par rapport à la fin de l’année. Nous nous attendions à ce que ces unités soient expédiées à un moment donné au cours du deuxième trimestre. Mais là encore, nous constatons des retards en termes de livraisons, juste avec le nombre limité d’employés dont disposent nos clients.

Ken Newman

J’ai compris. C’est utile. Et pour ce qui est des marges, je sais que l’incertitude de la demande vous frappe au beau milieu de quelques initiatives d’expansion, compte tenu de toutes les variables liées aux volumes et aux coûts fixes. Vous pouvez nous donner un cadre de référence sur la façon dont vous envisagez le levier d’exploitation ou la diminution des marges au cours du trimestre pour l’année.

Ian Hudson

Oui, c’est vraiment difficile, Ken, comme vous pouvez probablement l’imaginer, je veux dire que les marges de diminution peuvent varier pour nous d’une entreprise à l’autre et qu’elles peuvent varier considérablement en fonction de l’hypothèse de la détérioration du volume et du type de mélange des produits qui sont touchés. Je peux juste vous donner quelques données : si vous remontez à 2008, 2009, entre ces dates, la marge de diminution était d’environ 20 %. Entre 2015 et 2016, elle était un peu plus élevée que cela. Mais là encore, nous étions une entreprise très, très différente de ce que nous étions à l’époque, parce que c’est la diversification de nos marchés finaux, de notre flux de revenus.

Je pense donc que ces points de données sont des points de données, mais ils ne sont peut-être pas extrêmement précis. Je pense donc qu’avec autant d’incertitude, nous ne sommes pas en mesure de le dimensionner à ce point. Mais nous avons des fourchettes d’EBITDA cibles pour chacune de nos entreprises. Ces fourchettes sont censées correspondre aux objectifs de marge du cycle. À l’heure actuelle, nous ne sommes pas vraiment sûrs de nous trouver dans ce que nous appellerions un cycle typique. Je pense qu’il est juste de dire que nous n’avons pas nécessairement envisagé une pandémie mondiale, lorsque nous avons fixé ces objectifs, mais notre objectif est de continuer à fonctionner dans ces fourchettes. Et comme nous avons parlé de certaines des initiatives de réduction des coûts que nous avons prises au début du deuxième trimestre, celles-ci ont été conçues dans le but de fonctionner à l’intérieur de ces fourchettes cibles.

Jennifer Sherman

Oui, je pense que je vais ajouter que, je pense que ce qui est vraiment important, c’est que nous avons agi assez rapidement lorsque nous avons commencé à ajuster les niveaux de production. Et j’ai donné l’exemple, nous avons retiré plus de 10 millions de dollars de coûts au cours du deuxième trimestre et nous allons continuer à surveiller cela et nous allons nous ajuster en conséquence. Et c’est en gardant à l’esprit ces fourchettes d’EBITDA cibles. Mais j’ajouterai qu’à l’intérieur, il s’agit de circonstances très inhabituelles.

Ken Newman

Oui, je comprends tout à fait cela. Je suppose que, dans la foulée, les dépenses de la société et les marges des frais généraux et administratifs ont été inférieures à ce que nous avions prévu et se sont maintenues assez rapidement ou assez bien. Je suis juste curieux de savoir, à part l’incertitude de COVID, dans quelle mesure les marges sont durables à ce niveau, si nous devions revenir à un environnement de type cycle normalisé.

Jennifer Sherman

Pour le retour au cycle normalisé, oui, ils sont durables.

Ken Newman

J’ai compris. D’accord, merci. C’est très utile.

Opérateur

[Operator Instructions] Notre prochaine question vient de Marco Rodriguez avec Stonegate. Veuillez poursuivre avec votre question.

Marco Rodriguez

Bonjour les gars.

Jennifer Sherman

Bonjour, Marco.

Marco Rodriguez

Merci d’avoir répondu à ma question. Je me demandais si vous pouviez nous parler un peu de vos réflexions sur les récupérations, si vous le voulez bien. Je veux dire, je sais que c’est très difficile et je suppose que votre boule de cristal n’est pas meilleure que celle de n’importe qui d’autre, mais je suppose que vous avez effectué beaucoup d’analyses de scénarios différents sur les résultats potentiels pour votre entreprise jusqu’à l’exercice 2020. Peut-être que si vous pouviez partager un peu de couleur autour de ce à quoi ressemble votre scénario de base. Quelles sont vos attentes en ce qui concerne les reprises.

Jennifer Sherman

Oui. Donc, Q2, ça va être difficile. Au-delà du deuxième trimestre, c’est – nous vous tiendrons au courant à la fin du deuxième trimestre. Nous avons – nous avons commencé très tôt l’offensive. Si vous pensez à notre initiative “Reclaiming Tomorrow, Together” qui comporte quatre parties. Nous nous sommes adaptés assez rapidement. Nous avons quatre parties à cette initiative en termes de part de marché numérique : une partie de cette initiative, notre initiative sur l’assainissement et le nettoyage des espaces extérieurs. Pensez à ce que nous avons lancé à la mi-mars. Et cela doit encore être prouvé, mais nous gagnons du terrain. Je pense donc que certaines de ces initiatives vont être importantes pour la reprise. Nous sommes également dans une position où nous avons un retard record. Notre arriéré est de plus de 400 millions de dollars. Et cela nous donne le luxe de pouvoir optimiser la production, ce qui sonne comme des mots étranges dans des périodes très difficiles.

Et nous pouvons travailler avec nos clients pour nous assurer qu’ils obtiennent l’équipement dont ils ont besoin quand ils en ont besoin. J’ai été très impressionné par certaines des idées de nouveaux produits dont les gens vont avoir besoin dans ce nouveau monde. Et nous y travaillons avec diligence. Je pense que nous avons prouvé par le passé que notre nouvelle machine de développement de produits est bien différente de ce qu’elle était lors des précédents ralentissements.

Une grande partie de vos questions dépendra donc de l’impact de certaines de ces initiatives et de l’impact global sur nos clients. Nous avons encore des clients qui sont des clients importants qui sont fermés. Ils sont très encourageants lorsque nous leur parlons. Ils apprécient notre partenariat. Et dès qu’ils ouvriront leur – nous pensons que nous serons en excellente position pour le servir, les servir, mais il y a encore beaucoup d’inconnues.

Marco Rodriguez

D’accord, c’est utile. Et puis, en vous tournant vers le marché municipal, vous avez donné une belle couleur à la façon dont vous vous positionnez en termes de produits pour vraiment stimuler et augmenter votre part de marché. Je me demandais si vous pouviez nous faire part, si vous avez des signes avant-coureurs d’une augmentation de la demande ou d’un manque de demande, de certains clients municipaux et gouvernementaux.

Jennifer Sherman

Oui, je pense qu’un certain nombre de choses sont importantes : historiquement, les clients municipaux et gouvernementaux n’annulent pas de commandes et ils n’ont pas annulé de commandes de manière significative. C’est la première chose qu’il est important de comprendre. La deuxième chose est que, franchement, dans certaines situations, je ne pense pas que la livraison de notre produit ait été une priorité absolue. Par exemple, certaines des plus grandes municipalités font face à des défis, à la pandémie. Mais ce que je voudrais – je pense qu’il est vraiment important de se rappeler, c’est que nous – beaucoup de nos produits sont des produits essentiels. Et nous nous efforçons de les rendre encore plus essentiels.

L’objectif de l’initiative Reclaiming Tomorrow, Together est d’aider l’entreprise à aller de l’avant, mais aussi d’aider nos clients. Nous pensons qu’il existe des possibilités de réutiliser cet équipement essentiel pour aider au nettoyage extérieur et que cela profitera à la fois à nos clients et à Federal Signal sur le long terme.

Marco Rodriguez

J’ai compris. Et les dernières questions rapides, juste une sorte de clarification. Je crois que vous avez mentionné que, sur le plan de la productivité, vous avez constaté une baisse de 20 à 40 % d’une année sur l’autre. Est-ce spécifique à un domaine particulier de votre entreprise ou était-ce une sorte de commentaire général sur l’ensemble de vos entreprises, si vous voulez ?

Ian Hudson

Cela varie vraiment, Marco, d’une entreprise à l’autre. Je pense que nous avons parlé de SSG University Park dans l’Illinois, c’est l’entreprise qui soutient l’entreprise SSG, qui soutient principalement les premiers intervenants en cas d’urgence. Cette activité se développe assez bien. Les prises de commandes ont été bonnes. Ils ont eu un excellent trimestre. Dans certaines entreprises basées sur les véhicules, encore une fois, cela varie en fonction de l’état dans lequel vous opérez avec les différentes commandes de séjours à domicile qui sont en place. Nous avons trois établissements dans l’Illinois. Et il y a les commandes de services à domicile qui sont en place et donc, bien que nous soyons une entreprise essentielle, il y a eu un impact, comme Jennifer l’a dit, sur le niveau de productivité. Je dirais donc que dans notre usine de Vactor, les problèmes de productivité décrits par Jennifer ont eu un impact plus important. C’est donc probablement dans la partie supérieure de cette fourchette.

Jennifer Sherman

Et j’ajouterais que notre installation espagnole a été fermée par le gouvernement pendant deux semaines. Ils sont en ligne. Tout cela va donc contribuer aux résultats du deuxième trimestre.

Marco Rodriguez

Compris. Merci beaucoup. J’apprécie votre temps.

Ian Hudson

Merci, Marco.

Jennifer Sherman

Je vous remercie.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Steve Barger de KeyBanc. Veuillez poursuivre avec votre question.

Steve Barger

Bonjour. Désolé, je suis arrivé en retard. Un autre appel est arrivé. Je sais que Ken était déjà en ligne, mais j’ai juste eu quelques suivis rapides.

Jennifer Sherman

Bien sûr.

Steve Barger

J’ai peut-être déjà abordé ce point, mais lorsque vous pensez à des problèmes de production, de chaîne d’approvisionnement ou de main-d’œuvre plus faibles, puis compensés par les mesures que vous prenez en matière de coûts, vous attendez-vous à obtenir l’effet positif sur le flux de trésorerie disponible que le ralentissement des recettes entraîne généralement au cours des deux prochains trimestres ? Ou est-ce que les circonstances vous en empêcheront ?

Ian Hudson

Oui. Je pense, Steve, que nous surveillons de très près nos niveaux de liquidités. Je pense – je ne sais pas si vous avez entendu l’appel, mais nous avons parlé de nos soldes de trésorerie à partir d’aujourd’hui, et de ce que nous avons vu en avril jusqu’à présent. Notre dette nette à ce jour est en fait inférieure à ce qu’elle était à la fin de 2019. Nous sommes donc assez encouragés par les flux de trésorerie que nous avons constatés jusqu’à présent en avril, mais ce n’est que le début. Je pense que nous continuons à espérer que nous allons générer de bons flux de trésorerie comme nous l’avons fait, même si vous revenez à la période 2015, 2016, nous étions positifs pour les flux de trésorerie d’exploitation. Nous avons mis en pause certaines choses dont nous avons parlé.

Nous avons mis en pause une partie des CapEx discrétionnaires qui ont été mis en pause. Nous continuons à verser le dividende, mais nous avons suspendu tout nouveau rachat d’actions. Nous sommes donc encouragés par ce que nous avons vu jusqu’à présent, mais je pense que c’est une autre chose – c’est quelque chose que nous continuons à surveiller. Nous avons mis en place un certain nombre de mesures de fonds de roulement, comme vous pouvez probablement l’imaginer, et nous sommes encouragés par ce que nous avons vu jusqu’à présent.

Jennifer Sherman

Je suppose que la seule chose que je voudrais ajouter est que, à plus long terme, à la fin du troisième trimestre, du quatrième trimestre ces jours-ci, nous pensons vraiment qu’il y a de bonnes opportunités de fusions-acquisitions.

Steve Barger

C’est vrai. Juste – et est-ce que ce serait plus du côté de l’ESG ou de la sécurité ?

Jennifer Sherman

ESG.

Steve Barger

D’accord. C’est très bien.

Jennifer Sherman

Il y en a de plus petits du côté de la sécurité que nous examinons également. Mais, relativement, les plus grandes se trouveraient du côté de l’ESG. Mais encore une fois, je pense que nous avons prouvé que nous étions assez prudents en matière d’évaluation. Nous continuerons à le faire. Et comme d’autres entreprises, nous pensons que les évaluations seront plus raisonnables qu’avant la pandémie.

Steve Barger

Oui. Non, je pense que c’est logique. Avez-vous réellement vu les banquiers venir vous voir pour vous parler de la révision des prix sur des affaires que vous avez peut-être déjà approuvées ? Ou s’agit-il plutôt d’une hypothèse proactive qui va se concrétiser ?

Jennifer Sherman

Je pense que les banquiers ont généralement fait une sorte de quasi-pause. Mais comme nous en avons parlé dans le passé, nous avons développé des relations avec un certain nombre de candidats à l’acquisition. Et nous continuons – nous poursuivons ce dialogue. Il ne se passera rien au cours du deuxième trimestre. Mais nous pensons que c’est essentiel. Nous poursuivons ce dialogue. Les fusions et acquisitions constitueront une part importante de notre avenir, et il existe de très bonnes acquisitions stratégiques.

Steve Barger

Super. Et enfin, sur la diapositive 13, vous parlez de vos quatre initiatives. La première consiste à améliorer l’expérience numérique du client. Qu’est-ce que cela signifie réellement ? Dans quoi avez-vous investi ? À quoi cela ressemble-t-il pour le client ? Et en quoi cela aide-t-il ?

Jennifer Sherman

Bien sûr, quelques trucs. La première est que nous sommes rapides et que nous avons un calendrier très, très agressif, vous diront nos gens, en augmentant le nombre de vidéos que nous avons sur nos produits, sur la formation. Nous envisageons une livraison sans contact en termes de ce que nous pouvons faire. J’ai donc été impressionné par la rapidité, et nous avons des équipes autour de cela, le commerce électronique est une partie essentielle de notre avenir, en particulier pour nos activités SSG. Et nous nous engageons à poursuivre cette initiative particulière. Nous pensons donc que c’est une occasion de nous distinguer réellement de certains de nos concurrents, étant donné que nombre de nos concurrents sont des entités plus petites. Et ce sera un domaine sur lequel nous nous concentrerons au fur et à mesure que nous avancerons.

Steve Barger

Pour la livraison sans contact, est-ce que le fait de faire venir un auditeur tiers pour vérifier que la machine est construite selon les spécifications ? Ou est-ce quelque chose que vous feriez en interne par le biais d’un appel vidéo ou quelque chose comme l’inspection du véhicule ?

Jennifer Sherman

Oui, je pense qu’il se concentre vraiment sur l’inspection et la formation nécessaires pour utiliser beaucoup de nos équipements complexes. Et les équipes l’ont fait – nous avons commencé il y a plus de cinq semaines, il y a six semaines. Et le contenu que nous avons déjà pu fournir nous permet de livrer l’équipement, d’effectuer l’inspection et la formation à distance. Et c’est essentiel à mesure que nous avançons. Nous étudions également les moyens de rendre nos équipements plus sûrs pour les utilisateurs finaux. Et ce que je veux dire par là, c’est que nous avons plusieurs personnes qui entrent et sortent des camions. Nous travaillons donc sur des méthodologies qui vous permettront d’assainir rapidement et efficacement entre deux utilisations.

Steve Barger

Je suis curieux, pensez-vous que cette inspection indirecte et cette formation par vidéo et sans contact représenteront un changement permanent dans la façon de faire des affaires ? Ou pensez-vous qu’il s’agit simplement d’une passerelle pour que les choses reviennent à la normale ?

Jennifer Sherman

Oui, je pense que c’est probablement une combinaison des deux. Nos concessionnaires jouent un rôle essentiel dans la livraison de nos équipements Vactor, TRUVAC et Allegiant. La formation de nos clients est donc importante. Et bien souvent, il ne s’agit pas seulement d’une formation ponctuelle, car vous avez aussi de nouveaux employés. Et cet équipement est assez compliqué, et il y a une variété d’utilisations différentes. Je pense donc que vous verrez davantage de formations numériques, mais cela ne remplacera pas certaines des possibilités de face-à-face dont nos clients ont besoin.

Steve Barger

Très bien. Merci pour votre temps.

Jennifer Sherman

Je vous remercie.

Ian Hudson

Je vous remercie.

Opérateur

Notre prochaine question est un suivi de Walter Liptak de Seaport Global. Veuillez poursuivre avec votre question.

Jennifer Sherman

Bonjour, Walt.

Walter Liptak

Salut, merci. Je voulais juste demander un suivi. D’après les remarques que vous avez préparées, vous avez parlé de certains problèmes de réseau d’égouts que certaines villes ont en quelque sorte. Je me demandais si vous pouviez nous donner des détails à ce sujet. Et quel genre de services Federal Signal fournit-il pour aider à résoudre ces problèmes dans les villes ?

Jennifer Sherman

Oui, ces défis sont donc vraiment motivés par deux choses. L’un d’eux est le manque de papier toilette et les gens utilisent des choses qu’ils ne devraient pas utiliser dans les égouts. Et deuxièmement, nos habitudes ont beaucoup changé. Avant, tout le monde allait travailler à l’école, et maintenant les gens sont à la maison. Cela a donc mis à rude épreuve certains réseaux d’égouts. Il y a en fait une campagne de médias sociaux menée par différents services des eaux sur cette question particulière, qui tente d’éduquer les utilisateurs finaux à ce sujet. Il faut donc nettoyer les égouts plus fréquemment. Il y a eu des bouchons, il y a du refoulement. Et notre équipement est devenu plus essentiel que jamais.

J’ajouterais une autre chose, Walt. La seule autre chose que j’ajouterais, c’est qu’il y a des parties. Nous avons parlé de l’appel, notre activité dans le domaine des pièces détachées, pas seulement pour nous, a été solide en avril, mais nous avons parlé à un certain nombre de nos concessionnaires, et ils continuent à voir une activité très forte dans le domaine des pièces détachées au cours du mois d’avril.

Walter Liptak

D’accord, ça a l’air génial. Et puis le CapEx, vous avez mentionné qu’il y avait eu une certaine réduction. Je me demande si vous pourriez – si – peut-être que j’ai manqué ça, mais quel sera le CapEx pour 2020 ?

Ian Hudson

Oui. Donc Walt, l’estimation se situe entre 25 et 30 millions de dollars pour l’année, et une partie de cette somme correspond aux dépenses déjà engagées pour l’expansion de Vactor et de Rugby, dans le Dakota du Nord. Cela a donc diminué d’environ 5 millions de dollars pour l’instant, mais c’est quelque chose que nous continuons à évaluer. Et nous examinons les choses avec le retard de l’expansion dont nous avons parlé. Certains des paiements seront effectués sur une plus longue période, au lieu d’être plus importants. Nous les avions prévus au départ, mais ils seront plus importants au cours du premier semestre de l’année. Ils seront donc peut-être répartis un peu plus uniformément sur l’ensemble de l’année.

Jennifer Sherman

Oui. Et je veux être clair sur l’expansion de Vactor, nous l’avions mise en veilleuse à cause de la politique des visiteurs que nous avions mise en place, et nous ne voulions pas de visiteurs extérieurs. Depuis que nous avons mis en attente, nous avons relancé ce projet avec des contrôles supplémentaires en place, et il a un quart de retard. Mais nous sommes proches de la fin. Et nous pensons que nous devrions avoir terminé à la fin du troisième trimestre. C’est un projet important, en particulier pour nous permettre de nous éloigner en toute sécurité.

Walter Liptak

Ok, super. Merci. Bonne chance pour le deuxième trimestre.

Jennifer Sherman

Je vous remercie.

Opérateur

Notre prochaine question vient de Greg Burns de Sidoti & Company. Veuillez poursuivre avec votre question.

Jennifer Sherman

Bonjour, Greg.

Greg Burns

Bonjour. Merci de me laisser entrer ici. Juste – vous avez mentionné que vous n’avez pas vraiment vu d’annulations du côté de la municipalité. Mais du côté industriel, depuis la fin du trimestre, avez-vous constaté une évolution du retard, que ce soit des clients qui retardent ou repoussent les choses ou qui annulent ? Que se passe-t-il du côté municipal avec vos clients du point de vue de la demande ?

Ian Hudson

Oui. Du côté des municipalités, comme Jennifer l’a mentionné, très peu d’annulations ont été enregistrées à ce jour en avril ou historiquement. C’est rare, car si vous pensez au côté municipal de l’entreprise, cela fait souvent partie de notre RFID publique, l’achat de nos produits. Il est donc assez rare que nous ayons des annulations. Nous en avons vu par le passé dans le secteur municipal, et malheureusement aussi dans le secteur industriel. Nous en avons eu un peu en avril dernier. Mais toutes ces annulations – l’impact de ces annulations se reflète dans le retard que nous avons signalé, et il est toujours à un niveau record. Cela devrait donc vous donner une idée du fait que nous ne parlons pas d’un nombre important d’annulations étant donné que le retard à la fin du trimestre était à un niveau record.

Greg Burns

D’accord, merci. Et puis, parlez-nous de la nature de votre exposition au pétrole et au gaz aujourd’hui, par rapport à 2015 ou 2016. Je pense qu’il s’agit moins de biens entiers, peut-être plus orientés vers la location, mais pouvez-vous juste parler de votre exposition là-bas ? Et quoi – comment les affaires ont changé entre 2015, 2016 et aujourd’hui ?

Jennifer Sherman

Je vais commencer et peut-être que Ian pourra ajouter de la couleur, c’est qu’en 2015 et 2016, nous avons évalué la valeur de l’opération à environ 90 millions de dollars. Aujourd’hui, nous sommes passés à environ 30 millions de dollars et nous avons diversifié nos marchés finaux, comme je l’ai dit dans mes remarques préparatoires, de manière significative par le biais de fusions et acquisitions et de nos initiatives organiques. Notre exposition est vraiment – une grande partie est liée à notre flotte de location et au renouvellement de cette flotte de location. J’ajouterais toutefois que nous pensons que la flotte de location sera une stratégie importante, car les gens continuent de revenir au travail et les projets sont relancés, et nous prévoyons que nos tarifs de location, l’utilisation de la location augmentera au fur et à mesure que nous avancerons dans le deuxième et le troisième trimestre.

Ian Hudson

Oui. Nous l’avons vu, Greg, je crois que Jennifer en a parlé dans les – dans les remarques préparées. Nous avons vu certains des effets de la baisse des prix du pétrole sur les taux d’utilisation de notre flotte de location, principalement en ce qui concerne le matériel d’excavation sécurisé. Au premier trimestre de cette année, les revenus de location ont baissé d’environ 8 % par rapport au premier trimestre de l’année dernière. Et c’est aussi – certains de nos partenaires de location constatent la même chose. Cela a donc eu une incidence sur les nouvelles commandes de certains de nos partenaires de location pour du matériel de fouille.

Greg Burns

D’accord. Et quelle a été la contribution de Mark Rite Lines aux commandes et au carnet de commandes ce trimestre ?

Ian Hudson

Il s’agissait donc – donc de la LMR, la – il s’agissait d’environ 16 millions de dollars au premier trimestre.

Greg Burns

Pour les commandes et la croissance du carnet de commandes ou…

Ian Hudson

Oui, c’est ce qu’ils seraient – ce sont les commandes qu’ils ont reçues au cours du premier trimestre. Certaines d’entre elles, même si elles ne représentent qu’une très petite partie, auraient été expédiées au cours du premier trimestre. L’ajout au carnet de commandes aurait donc probablement été de l’ordre de 5 millions de dollars.

Greg Burns

D’accord. Et puis, si l’on considère les commandes ESG qui ont ensuite baissé de 2,5 %, il semble que le TBEI ait été fort au cours du trimestre. Ou – désolé, c’était en baisse, mais si je retire la contribution de Mark Rite Lines. Où avez-vous constaté le plus de faiblesses ? Etait-ce le TBEI ? Ou y avait-il d’autres domaines où les commandes commençaient à diminuer un peu ?

Ian Hudson

Oui. Le – vous avez raison, le TBEI était fort. La sécurité des fouilles était en baisse, probablement la plus importante. Et vraiment, comme Jennifer l’a dit, les démonstrations et les présentations sont un facteur réel dans le processus de vente là-bas, et avec les restrictions que nous avons mises en place sur les voyages et la participation aux salons, étant donné que beaucoup de ce que nous avons vu est en quelque sorte le fruit d’un travail presque missionnaire où vous essayez d’éduquer les gens sur les avantages de l’efficacité de nos produits ainsi que sur les avantages de la sécurité.

Notre équipe de vente n’a pas vraiment été en mesure d’aller sur place et de faire une sorte de démonstration de ces fonctionnalités. Nous avons donc constaté un certain impact sur les commandes entrantes. Je dirai que notre carnet de commandes est toujours très, très solide. Encore une fois, le carnet de commandes record à la fin du trimestre comprend une bonne quantité de matériel de creusement sûr. Et c’est l’un des autres facteurs à prendre en compte.

Jennifer Sherman

Oui, je suppose que l’autre chose que je veux ajouter à propos de la sécurité des fouilles, il est important de comprendre que malgré ces défis trimestriels, à plus long terme, c’est un – reste une partie critique de notre croissance. Et plusieurs de nos petits concurrents dans le domaine de l’excavation sécurisée sont beaucoup plus dépendants du pétrole et du gaz. Nous pensons donc qu’à l’avenir, compte tenu de la diversification de nos marchés finaux, cela créera des opportunités pour nous.

Greg Burns

Ok, super. Merci.

Opérateur

Pour l’heure, je voudrais céder la parole à Jennifer Sherman pour les commentaires finaux.

Jennifer Sherman

Nous vivons une époque tumultueuse et incertaine, on ne peut le nier. Cette expérience m’a confirmé dans ma conviction que notre main-d’œuvre est inégalée dans sa passion, son engagement et sa grille. Et même si ces jours peuvent sembler difficiles, je suis convaincu que nous allons relever ensemble ces défis, comme nous en avons beaucoup d’autres. Nous sommes agiles et nous avons agi rapidement. En conclusion, je voudrais remercier nos actionnaires, nos employés, nos distributeurs, nos revendeurs et nos clients pour leur soutien continu. Pendant cette pandémie, j’ai mis en place une nouvelle règle, qui nous oblige à mettre fin à toutes les discussions internes sur une note positive. En appliquant ma propre règle à cet appel, je voudrais nous encourager tous à réfléchir au fait que jamais auparavant le monde entier ne s’est concentré collectivement sur une seule chose, à savoir le développement et la production d’un vaccin contre cette maladie. Il y a actuellement plus de 70 essais de vaccins actifs et, pour ma part, je ne voudrais pas que cela se fasse contre la machine d’innovation américaine ou mondiale. Je suis également optimiste quant à l’avenir à long terme de notre entreprise. Je crois fermement que même si 2020 sera une année difficile, le signal fédéral sera plus fort à l’avenir. Je vous remercie de vous être joints à nous aujourd’hui. Soyez prudents et nous vous parlerons bientôt.

Opérateur

Ceci conclut la téléconférence d’aujourd’hui. Vous pouvez déconnecter vos lignes à ce moment, et nous vous remercions de votre participation.


Commencer à trader avec eToro