Vue d’ensemble

HyreCar (NASDAQ:HYRE) présente une opportunité intéressante d’investissement de croissance en microcapital pour les investisseurs qui cherchent à s’exposer au marché de la mobilité/du transport de ~1,3 trillion de dollars. L’entreprise a pour ambition de devenir un marché de location de voitures en ligne qui permet aux propriétaires de voitures de louer leurs voitures au ralenti à des conducteurs qui souhaitent utiliser ces voitures pour gagner de l’argent en conduisant pour n’importe quelle livraison et pour des services de covoiturage. HyreCar génère ensuite des revenus en prélevant des frais sur les transactions de location traitées par sa plate-forme.

Ce modèle commercial perturbe le marché traditionnel de la location de voitures, occupé par des sociétés comme Hertz (NYSE:HTZ) et Avis (NASDAQ:CAR). Il surfe également sur la vague de la popularité et de la pénétration du covoiturage. En tant que tel, le titre offre une solide opportunité de croissance à une valorisation raisonnable. En 2019, les revenus ont augmenté d’environ 62 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 15,9 millions de dollars, tandis que son cours de 1,25x représente une capitalisation boursière d’un peu plus de 24,5 millions de dollars. En outre, l’entreprise était en passe d’atteindre 900 000 jours de location avant le lancement de COVID-19.

Concours

Il existe plusieurs concurrents directs de HyreCar, tels que Fair, Hertz, FlexDrive et Avis. Tous ces services permettent aux conducteurs de louer leur voiture à des fins de covoiturage. Toutefois, HyreCar est différente en cela :

  1. Il n’y a pas de limitation quant au type de services pour lesquels les conducteurs souhaitent louer les voitures. Un conducteur peut louer une voiture à HyreCar pour conduire pour Lyft (LYFT), Uber (UBER), Uber Eats, DoorDash (DOORD), Grubhub (GRUB), ou Postmates (POSTM).

  2. HyreCar ne possède aucun stock de voitures. Elle met en relation les stocks de voitures excédentaires avec les conducteurs.

En conséquence, HyreCar dispose d’un cas d’utilisation plus diversifié et d’un modèle d’équipement léger qui augmente sa défendabilité.

Catalyseur

À court terme, la flexibilité qui permet aux conducteurs d’utiliser les voitures pour le covoiturage ou le service de livraison sera le principal catalyseur de l’entreprise. Comme la demande de services de covoiturage tels que Uber et Lyft a chuté de 70 à 80 % en raison de l’épidémie de COVID-19, les conducteurs utilisent désormais HyreCar pour livrer des aliments et des colis pour DoorDash, les facteurs, et même Amazon. Bien qu’ayant absorbé l’impact de la situation COVID-19, les revenus du premier trimestre devraient augmenter d’environ 57% par rapport à l’année précédente pour atteindre 5,5-5,6 millions de dollars, tandis que le nombre de jours de location augmentera de 66% par rapport au trimestre précédent pour atteindre 229 000, soit 16%. De plus, comme nous l’avons appris lors de l’appel de revenus du quatrième trimestre, l’augmentation de la demande de livraison de nourriture et de colis lors des commandes de séjours à domicile a également compensé les revenus perdus par le conducteur grâce au covoiturage.

(Source : fourweekMBA.com)

Après la COVID-19, le passage du peer-to-peer au partenariat commercial du côté de l’acquisition de l’offre servira de catalyseur à long terme étant donné la meilleure extensibilité, disponibilité et qualité des voitures associées au modèle d’approvisionnement du partenariat commercial. L’entreprise est sur la bonne voie puisqu’elle a conclu un partenariat commercial avec Clutch. Avec des services comme Clutch, les équipementiers et les concessionnaires peuvent s’intégrer au marché HyreCar et y faire figurer leurs stocks. Les premiers résultats ont été prometteurs. Au quatrième trimestre 2019, le nombre de voitures louées auprès des partenaires commerciaux a augmenté de 52 % par rapport au trimestre précédent. En outre, l’utilisation des véhicules des équipementiers et des concessionnaires a également été supérieure de 1 500 points de base à celle de l’offre peer-to-peer.

Risque

Bien qu’elle soit cotée en bourse, HyreCar, de par sa taille actuelle, fonctionne davantage comme une jeune entreprise en phase de croissance. En ce sens, le risque de financement est considérable, car l’entreprise devra investir massivement dans la croissance de sa part de marché à partir de son bilan léger. Comme l’entreprise est encore en phase d’autofinancement et n’est donc pas encore autonome, elle devra constamment mobiliser des capitaux chaque année pour poursuivre ses activités pendant les 12 mois à venir. En 2018 et 2019, l’entreprise a levé environ 22,6 millions de dollars lors de son introduction en bourse et de son placement secondaire.

(Source : stockrow)

En mars 2020, l’entreprise avait brûlé près de 65 % des recettes. Toutefois, cela ne s’est pas traduit par une exécution au mieux, ce qui constitue un autre problème clé potentiel à l’heure actuelle. Au cours des derniers mois, en 2019, la direction s’est efforcée de maintenir un déclin plus gracieux de son taux de croissance à trois chiffres du chiffre d’affaires, qui a chuté de 8 000 points de base environ. Comme COVID-19 a frappé au premier trimestre, l’entreprise va continuer à compter sur les ~2 millions de dollars supplémentaires garantis par un prêt PPP en avril 2020 tout en mettant en œuvre des mesures de réduction des coûts.

Évaluation

Comme nous l’avons vu, la société de micro-capitalisation s’en sortira très probablement bien de l’épidémie de COVID-19. Compte tenu du potentiel énorme du marché de la mobilité aux États-Unis, il est plus que possible de maintenir une croissance de plus de 60 % en cas d’exécutions massives après l’épidémie de COVID-19.

(Source : stockrow)

Le 1.25x P/S fournit un point d’entrée à faible risque pour les investisseurs qui recherchent une exposition à la combinaison attrayante du covoiturage, du partage de voitures et aussi de la livraison en ligne. Au total, ils représentent plus de 1,3 trillion de dollars d’opportunités de TAM dans le secteur des transports/mobilité. En outre, le titre est également au point le moins cher depuis l’introduction en bourse. Au sein de COVID-19, il existe un potentiel de hausse valable à court terme étant donné le passage à la livraison de denrées alimentaires et de colis qui a entraîné les perspectives relativement fortes du premier trimestre. Toute exécution forte et constante au cours des prochains trimestres après COVID-19 entraînera potentiellement une hausse des cours de l’action entre 2 et 3,5 fois le cours de clôture. Si l’on tient compte de tous ces éléments, les 21 millions de dollars de recettes attendues et la croissance de 38 % par rapport à l’année précédente en 2020 signifient un objectif de prix de 2,5 à 3,8 dollars par action.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro