Brinker International, cotée au NYSE sous le nom de EAT, a publié le 2 avril 2020 un communiqué de presse donnant de nouvelles orientations financières pour l’année fiscale 2020 et donnant aux investisseurs un aperçu de ce qui se passera au cours de ce trimestre. Je vais parcourir ce communiqué de presse et mettre en évidence certains points critiques et l’utiliser pour mieux analyser Brinker International et le secteur de la restauration décontractée en général.

Stratégie de restauration hors établissement :

Brinker International et ses marques, Chili’s et Maggianos, ont mis en place les mêmes mesures de protection que les autres restaurants qui ont décidé de rester ouverts pour continuer à servir leurs clients. Ces mesures de protection consistent à limiter les contacts entre les employés et les clients en n’ouvrant que les services de livraison et de ramassage en bordure de trottoir des entreprises. Brinker attribue à sa décision stratégique de renforcer les activités hors établissement au cours des dernières années la raison pour laquelle elles ont pu battre les ventes du secteur de plus de 10 %.

J’ai trouvé un article datant de janvier 2018, dans lequel l’entreprise indique que sa stratégie visant à améliorer les activités hors site montre des signes de réussite. Cette stratégie n’est pas exclusive à Brinker International ; c’est une stratégie qui est mise en œuvre dans l’ensemble du secteur. En avril 2019, quatre restaurateurs sur dix prévoient d’investir davantage de capitaux dans ce secteur. Je serais tenté de dire que c’est le client qui stimule la demande de restauration hors établissement, mais j’ai le sentiment que les restaurants le veulent aussi. La tendance à la restauration hors établissement se développe et les restaurants pourront réduire leur empreinte écologique.

À mon avis, la stratégie de restauration hors établissement des restaurants de type “Casual Dining”, “Family Dining” et “Fine Dining” est une tentative pour mieux concurrencer les restaurants de type “Quick Service”, “Fast Casual” et “Coffee & Snack”. Voici un tableau que j’ai rassemblé pour mieux montrer comment j’en suis arrivé à l’opinion ci-dessus.

% DU TRAFIC DE CLIENTS HORS ÉTABLISSEMENT EN 2018 % DE REPOS. QUI INVITERA. DANS LES LOCAUX EN 2019
DÎNER EN FAMILLE 20% DÎNER EN FAMILLE 41%
DÎNER D’AFFAIRES 17% DÎNER D’AFFAIRES 35%
DÎNER D’AMENDE 6% DÎNER D’AMENDE 35%
SERVICE RAPIDE 72% SERVICE RAPIDE 36%
CAS RAPIDE 50% CAS RAPIDE 39%
CAFÉ & SNACK 73% CAFÉ & SNACK 43%

SOURCE DE DONNÉES : FSR MAGAZINE

Comme vous pouvez le constater, plus de la moitié des ventes des restaurants Quick Service, Fast Casual et Coffee & Snack proviennent de la restauration hors établissement, et près de 40 % de ces types de restaurants investissent dans la restauration hors établissement. Investir dans la restauration hors établissement signifie qu’ils vont créer ou améliorer leur établissement de restauration hors établissement. Je pense que dans le cas de ces types de restaurants, ils investissent simplement dans des améliorations.

De l’autre côté de l’équation, les restaurants de type “Family Dining”, “Casual Dining” et “Fine Dining” ont des ventes hors établissement de seulement 20%, 17% et 6%, respectivement. Près de 40 % de ces types de restaurants investissent également dans la restauration hors établissement, mais je suis enclin à croire que cela signifie qu’ils créent ces installations plus qu’ils ne les améliorent.

Imaginez que les investissements dans les restaurants “Family Dining, Casual Dining, and Fine Dining” dans le domaine des repas hors domicile soient un succès, ce qui serait une pilule difficile à avaler. Et pour que les choses soient plus claires, je définirai le succès comme une croissance de 20 % du trafic hors établissement. Cela signifie que les restaurants de type “Family Dining”, “Casual Dining” et “Fine Dining” ont connu une croissance de 24 %, 20 % et 7 %, respectivement.

Les ventes hors site de Brinker International soutiendront l’entreprise :

VENTES :

Dans le communiqué de presse de Brinker International, ils ont déclaré que les ventes hors établissement ont plus que doublé. La stratégie de restauration hors établissement a permis à l’entreprise de vendre environ un tiers de ce qu’elle a vendu l’année dernière au cours de cette même période. Dans ce scénario : Les ventes du 4e trimestre de l’année F20 proviendront exclusivement des restaurants hors établissement. Ce scénario suppose qu’en avril, mai et juin, tous les États-Unis resteront chez eux en raison de la commande de repas à domicile. Ce serait considéré comme le pire des scénarios et je ne voudrais en aucun cas que cela soit vrai. Ainsi, au quatrième trimestre de l’exercice 19, ils ont vendu pour 805 millions de dollars, dont un tiers de 268 millions de dollars. Les revenus des franchises étaient de 29 millions de dollars, et imaginons que les performances des franchises soient les mêmes que celles de la société mère, ce qui fait que les revenus des franchises s’élèvent à 10 millions de dollars et les ventes totales à 278 millions de dollars.

COGS :

Le coût des ventes pour l’entreprise au cours des six derniers trimestres a été d’environ 26,5 %. Je vais augmenter un peu ce pourcentage pour tenir compte de la nourriture qui va se dégrader à mesure que le système d’inventaire “juste à temps” se corrige. J’estime leur COGS à environ 74 millions de dollars (27,5 % de 268).

DÉPENSES :

Leur dernier trimestre public (2Q F20) a coûté 292 millions de dollars en main-d’œuvre et 225 millions de dollars en dépenses de restaurant, respectivement. Étant donné la capacité de l’entreprise à réduire son personnel et ses dépenses, je dirai qu’elle réduira les coûts de main-d’œuvre de 25 % sur les dépenses de restaurant de 10 %, ce qui lui donne une dépense totale pour ce trimestre de 422 millions de dollars.

Juste un exercice mental pour nous permettre de mettre la situation en perspective, j’irai dans la direction opposée à celle de la plupart des analystes. Avec une marge brute de (278 – 74) 204 millions de dollars, l’entreprise devrait réduire ses dépenses de plus de 60 % pour avoir 0,00 $ comme revenu d’exploitation. Non seulement cela n’est pas possible, mais je pense que le marché réagirait de manière très négative à cette situation. Il faudrait qu’elle licencie presque tout le personnel du restaurant.

La source des données de cette section provient des états financiers de l’entreprise qui se trouvent sur le site des relations avec les investisseurs de l’entreprise.

Conclusion :

Même avec une stratégie hors établissement extraordinaire, nous pouvons conclure que les restaurants de type “Casual Dining”, “Family Dining” et “Fine Dining” seront les plus touchés par la pandémie. Je ne pense pas que l’EAT, ou tout autre téléscripteur dans ce secteur, devrait avoir une cote d’achat. À long terme, EAT serait une bonne cote d’attente si vous pensez que l’économie américaine s’améliorera de manière significative au cours du 4e trimestre de Brinker International. On pourrait faire valoir le bien-fondé d’une baisse de la cote des restaurants qui entrent dans la catégorie “Fine Dining” parce que leur meilleur scénario de ventes hors établissement est inférieur à 10 %, ce qui ne suffira pas à soutenir les entreprises qui ont peu de liquidités et de réserves équivalentes.

Veuillez me suivre sur Seeking Alpha pour vous tenir au courant des questions relatives à l’industrie alimentaire et aux investissements brésiliens.

Divulgation : Je n’ai/nous n’avons aucune position sur les actions mentionnées et je ne prévois pas d’en prendre dans les 72 heures à venir. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro