Préparez-vous à vivre un trimestre riche en action et en complications pour le fabricant d’iPhone. Apple (AAPL) publiera ses résultats du deuxième trimestre de l’année fiscale 20 le 30 avril, après la cloche de clôture, et les chiffres ne seront probablement pas très jolis.

Les analystes s’attendent à ce que le chiffre d’affaires et les résultats d’Apple chutent de 2 à 5 % au cours de la première période de l’année, même si je pense que l’incertitude rend les projections très peu fiables cette fois-ci. Au lieu de prêter beaucoup d’attention aux chiffres des gros titres, je me concentrerai sur quelques sujets de conversation clés qui pourraient donner un aperçu de ce que sera le solde de 2020 pour la entreprise de technologie.

Crédit d’image

Trois sujets de premier plan

Lorsqu’Apple fera état de ses bénéfices, je serai attentif à trois sujets de conversation clés. Tout d’abord, j’aimerais en savoir plus sur la dynamique des ventes de l’iPhone, en particulier dans les premières semaines du troisième trimestre fiscal.

J’ai souvent défendu l’idée que les smartphones, déjà en déclin séculaire avant la crise COVID-19 (voir tableau ci-dessous), deviendront lentement mais sûrement un segment d’activité moins important pour l’entreprise au fil du temps. Mais pour l’instant, l’iPhone restera un sujet brûlant dans l’esprit de tout investisseur, car ce produit représentait encore 61 % des revenus totaux lors de la dernière saison d’achat.

J’ai également souligné que le lancement d’appareils à bas prix pourrait être la clé pour qu’Apple puisse relancer les ventes dans les pays en développement et mieux concurrencer des sociétés comme Huawei et Samsung (OTC:SSNLF), qui ont toutes deux tendance à détenir une plus grande part de ces marchés. Compte tenu du ralentissement économique mondial, cette catégorie de produits peut devenir encore plus importante pour maintenir les ventes de smartphones à flot dans un avenir prévisible. Par conséquent, le lancement de l’iPhone SE en avril ne pouvait pas mieux tomber, même si le succès du nouveau modèle reste à voir.

Source : Analyse Canalys sur les smartphones, janvier 2020

Deuxièmement, je serai curieux de voir comment les revenus des services seront affectés par la crise sanitaire et économique. Pour rappel, les services sont devenus non seulement un pilier de la croissance d’Apple depuis 2016, mais aussi un élément clé de ma thèse d’investissement sur le titre.

J’ai généralement considéré ce segment comme très important en raison, entre autres, de la “rigidité” du modèle de revenus. Si certains services sont basés sur l’abonnement, d’autres (dont l’App Store, qui est crucial) dépendent de la volonté des utilisateurs de dépenser sur la plate-forme. Jusqu’à présent, les forces macroéconomiques ont été très favorables, et l’augmentation des revenus des services (ligne orange ci-dessous) a dépassé mes attentes (ligne bleue) fixées il y a quelques années. Mais la dynamique pourrait changer rapidement en raison de la baisse attendue des revenus excédentaires et des dépenses discrétionnaires.

Source : DM Martins Research, à partir de données provenant de rapports d’entreprises

Enfin, j’écouterai attentivement les plans de l’équipe de direction concernant la trésorerie et les liquidités de l’entreprise. Comme le montre le tableau ci-dessous, Apple est la société la mieux capitalisée parmi un groupe de pairs déjà bien positionné, composé de Facebook (FB), Amazon (AMZN), Microsoft (MSFT) et Alphabet (GOOG)(GOOGL).

Pour être clair, je n’ai aucune inquiétude concernant le bilan d’Apple. Bien au contraire, je pense que la société pourrait être l’une des rares à pouvoir se permettre des augmentations de dividendes et un soutien supplémentaire des actionnaires par le biais de rachats d’actions à une époque où tant de noms de sociétés américaines dépendront de douloureuses réductions de coûts et même d’une aide gouvernementale pour survivre. Si l’entreprise s’engageait dans ces initiatives d’allocation de capital, l’action Apple pourrait réagir positivement.

Source : DM Martins Research, à partir de données provenant de plusieurs rapports

Une tendance haussière, malgré les difficultés à court terme

Bien qu’ayant été un taureau de l’AAPL ces dernières années, je ne prétendrai pas qu’Apple aura la tâche facile face aux défis à court terme de la prochaine récession.

Logiquement, les achats discrétionnaires en général devraient être affectés par l’affaiblissement de l’environnement macroéconomique : Un chômage nettement plus élevé, des revenus des ménages potentiellement plus faibles, etc. Même la forte marque et la fidélité des clients d’Apple n’empêcheront pas la société de voir ses revenus et ses bénéfices chuter dans un avenir prévisible. Toute tentative de prévoir la demande pour les produits et services d’Apple à court terme peut s’avérer vaine face à un contexte de “coulage de tous les bateaux”.

Par conséquent, pour justifier l’achat de l’AAPL aux niveaux actuels, il faut regarder bien au-delà des problèmes à court terme. Je continue à croire que, dans une économie stable, Apple pourra prospérer, soutenu par les cycles de mise à niveau des appareils et la croissance continue des revenus des services. D’ici là, la société dispose d’un tas de liquidités (voir mon récent article sur la FAAMG) qu’elle peut déployer pour compenser la forte baisse des flux de trésorerie qui semble inévitable.

GraphiqueDonnées par YCharts

Je continue de penser qu’un investissement dans l’AAPL est judicieux, mais uniquement pour les investisseurs à long terme dont la tolérance au risque est suffisamment élevée pour supporter la volatilité à court terme et les éventuelles corrections. Le titre n’est toujours pas bon marché, compte tenu de la modeste baisse du pic au creux qui a suivi le doublement du multiple P/E entre janvier 2019 et février 2020. Mais je pense que le prix plus élevé reflète la qualité de l’entreprise et de son bilan, qui sont des considérations importantes en période de crise.

J’utilise une approche qui favorise la prévisibilité des résultats financiers et une large diversification lors du choix des actions pour mon portefeuille All-Equities Storm-Resistant Growth. Jusqu’à présent, le petit investissement de 229 $ par an pour devenir membre de la communauté SRG a porté ses fruits, comme le montre le graphique ci-dessous. Je vous invite à cliquer ici et à profiter dès aujourd’hui de l’essai gratuit de 14 jours.

Divulgation : Je suis/nous sommes longtemps AAPL, AMZN, MSFT. J’ai écrit cet article moi-même, et il exprime mes propres opinions. Je ne reçois aucune compensation pour cela (autre que celle de Seeking Alpha). Je n’ai aucune relation d’affaires avec une entreprise dont les actions sont mentionnées dans cet article.


Commencer à trader avec eToro