C’est avec des propos humiliants que Donald Trump a de nouveau pris Jerome Powell et les autres décideurs pour cibles dans ses tweets matinaux. Tout en les traitant de têtes dures, le président américain a critiqué le fait qu’ils ne font pas la même chose qu’en Europe, c’est-à-dire abaisser les taux d’intérêt à zéro. Il en vient même à réclamer des taux négatifs, pour que les USA adoptent un programme de refinancement des dettes nationales.

Selon Trump, les Etats-Unis devraient toujours proposer les taux les plus bas au monde. Cela permettra au cours du dollar de baisser également, pour que les produits américains soient plus compétitifs au niveau du commerce international. Un billet vert moins cher favoriserait également les consommateurs et les électeurs. En pleine campagne pour les élections présidentielles de 2020, il monte ainsi le ton contre les dirigeants de la banque fédérale américaine, reflétant l’inquiétude des électeurs face à la situation économique actuelle des USA.

Trump veut dynamiser l’économie américaine, en imitant l’UE

Avec une baisse des taux d’un quart de point à la fin du mois de juillet, la FED a loin d’avoir satisfait les réclamations du président américain. Celui-ci veut attirer les investisseurs avec des taux aussi bas que possible, pour attirer des capitaux et relancer la production sur le sol US. Il veut surtout que les Etats-Unis cessent de dépendre des importations de produits chinois et consomment des produits made in USA.

En effet, l’économie US a souffert d’un lourd déficit commercial de plus de 400 milliards de dollars en 2018, au profit de la Chine. Avec un coût bas du crédit, le cours du dollar américain baissera également et favoriserait les exportations US.

La politique des taux de la FED barre la route au président américain

Actuellement, les taux d’intérêt aux USA s’élèvent à 2,25% après la dernière baisse de 0,25% réalisée par la FED fin juillet. La légèreté de cette baisse a notamment été décidée face à la solidité des résultats au niveau du secteur manufacturier qui démontre une croissance de 2% malgré les inquiétudes et la guerre commerciale.

D’ailleurs, le taux de chômage à 3,7% est également très bas, reflétant un certain manque de main-d’œuvre. Néanmoins, malgré tout cela, le taux d’inflation stagne à 1,4%, alors que le seuil qui est fixé par la FED est à 2%. Cette situation marque la controverse qui a lieu actuellement entre le marché de l’emploi en bonne santé et les prix en hausse. Le président des USA veut redynamiser le commerce intérieur du pays, en favorisant les investisseurs américains et étrangers. Selon la politique de Trump, ces derniers se ruent vers les autres pays, parce qu’ils y bénéficient de taux d’intérêt plus avantageux.

En effet, les taux de la FED sont les plus élevés, en comparaison de ceux appliqués par la BCE en Europe. Depuis trois ans, la banque centrale européenne a en effet baissé ses taux à 0%. C’est d’ailleurs ce que le président américain souhaite que Jerome Powell imite. Les investisseurs seront ainsi plus enclins à emprunter au niveau des banques américaines pour relancer et accroître la machine de production sur le sol US.

Trump réclame des taux négatifs de la part de la FED

Le tweet dans lequel Donald Trump demande des taux négatifs aux décideurs de la FED peut paraître exagéré. Néanmoins, la situation économique a amené de nombreux pays à adopter une politique des taux très souple.

En effet, les taux de refinancement sont nuls en Europe. Ils sont descendus en territoire négatif dans certains pays, comme au Japon, en Suisse et en Suède. La BCE prévoit également une réunion qui a pour objectif de réviser son taux et de suivre l’exemple de ces pays. Actuellement, les USA présentent donc un handicap majeur pour les investisseurs.

La FED peut-elle ruiner la campagne présidentielle de Trump ?

Malgré l’apparente bonne santé économique des USA, la FED a considéré que la guerre commerciale est un risque majeur de ralentissement. Les récentes escalades du conflit avec la Chine vont obliger Jerome Powell et son comité à décider une autre baisse des taux. Cette dernière est notamment prévue pour le 18 septembre, lors de la prochaine réunion.

Les taux de la FED, de nombreux enjeux pour Trump

De nombreux analystes pensent que la FED n’abaissera encore une fois ses taux que de 0,25%. Le principal obstacle qui se dresse contre la volonté de Donald Trump de mettre en place des taux nuls voire négatifs est constitué par l’indépendance de la banque fédérale vis-à-vis de l’administration en place. Ainsi, le président US n’a aucun pouvoir direct sur cette institution. C’est la raison pour laquelle il use d’autres moyens pour contraindre celle-ci à céder à ses exigences. Donald Trump mise aussi sur le fait que depuis une dizaine d’années, l’économie du pays a été tirée vers le haut par la consommation.

L’importance des importations en produits étrangers et notamment chinois nuit selon lui à la consommation des produits américains et donc à l’économie du pays. De plus, les taux actuels maintiennent trop haut le cours du dollar US et freinent aussi bien les exportations que la consommation américaine. Avec un taux nul ou négatif, il espère aussi avantager les électeurs pour rallier ces derniers à sa campagne présidentielle.

Actuellement, malgré le taux nul appliqué en Allemagne, le taux d’inflation n’est que de 1,1%. L’économie américaine est également alourdie par une dette de plus de 22 000 milliards de dollars, nourrie par les réductions fiscales et le budget de l’armée américaine. Selon Trump, une baisse significative des taux permettra à l’Etat de refinancer plus rapidement sa trésorerie.