Suite à l’annonce faite par le président français Emmanuel Macron quant à l’application d’une mesure de taxes digitales sur les géants du numérique, Trump ne s’est pas fait attendre pour répliquer. Il a entre autre fait remarqué la stupidité du président gaulois et a également déclaré prendre des mesures équivalentes sur le vin français avec des taxes douanières.

Au mois de juin, le président américain avait déjà déclaré que les vins de son pays étaient trop taxés en France, contrairement aux vins français importés aux USA, et a jugé la situation comme étant une concurrence déloyale qu’il allait corriger.

Trump menace le vin face à la taxe digitale sur les GAFA américains

Rejetée par l’Union Européenne, la taxe digitale dénoncée par Donald Trump a été adoptée par le Parlement et le Sénat français le 11 juillet 2019. Elle concerne toutes les grandes multinationales du numérique disposant d’un capital supérieur à 850 millions USD et ayant réalisé un chiffre d’affaires de 28 millions USD sur le territoire français en 2019. Ces dernières devront payer 3% de leurs chiffres d’affaires à la France.

La taxe digitale, nouveau sujet de discorde entre la France et les USA

Selon le gouvernement français, les grandes firmes du numérique paient généralement des taxes dans le pays où se situe leur siège principal, c’est-à-dire à l’étranger et non dans les pays où ils réalisent leurs ventes, comme la France. De plus, ces entreprises choisissent surtout des pays où les impôts sont les plus bas, comme l’Irlande ou le Luxembourg. Selon la France, elles doivent également payer des impôts dans les pays où résident leurs clients.

L’application de cette taxe implique une trentaine d’entreprises mondiales, mais à majorité américaine. Pour Paris, la non-présence physique de ces entreprises dans les pays où ils réalisent le plus de bénéfices ne doit pas leurs éviter des taxes. La France a dû mettre en place ses propres systèmes de taxation digitale face au rejet de l’adoption par l’UE.

Parmi les entreprises concernées, l’on y retrouve les GAFA américains (Google, Apple, Facebook et Amazon), l’entreprise de communication publicitaire Criteo, ainsi que des sociétés chinoises, espagnoles, britanniques et allemandes. Ces taxes permettraient à la France d’engranger 400 millions € de recettes pour cette année. Or Trump juge que l’Elysée cible surtout et injustement les grandes entreprises technologiques américaines. Il déclare la prise de mesures de rétorsion immédiate pour répliquer à la taxe unilatérale adoptée par le gouvernement Macron.

Le vin français menacé de taxes douanières par les USA

Les Américains vont appliquer des mesures de représailles pour obliger la France à cesser de taxer les GAFA. Cela consistera surtout à taxer les importations américaines de vins français. En effet, les USA sont les plus grands consommateurs de vins au monde et les millésimes français tiennent une grande place dans leurs importations. Trump avait déjà dénoncé l’importance de taxes portant sur les importations de vins américains en France, mais il faut noter que ces impôts sont fixés et appliqués conjointement par les pays de l’UE.

Actuellement, les consommations vinicoles américaines sont de 34 millions d’hectolitres par an, dont 35% d’origine françaises. Ces exportations rapportent 4,4 milliards € par an à la France.

La France ne cède pas aux pressions américaines

Le gouvernement Macron a annoncé que les nouvelles taxes digitales seraient abandonnées si des mesures équivalentes sont adoptées par l’UE pour les remplacer. Sous les menaces américaines de taxes supplémentaires sur les vins français, l’Elysée déclare que ces impôts numériques seront néanmoins appliqués.

La France et l’Europe affirment leur souveraineté face aux USA

Les objections de Donald Trump face aux nouvelles taxes et ses menaces contre le vin français ne suffisent pas à ébranler les décisions de l’Elysée. Par ailleurs, d’autres pays comme le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne souhaitent également mettre en place une taxe sur les activités numériques. La prochaine réunion du G7 qui aura lieu à Biarritz à la fin du mois d’Août sera l’occasion pour de trouver un consensus global quant aux divers désaccords entre les USA et ses alliés.

L’intégration des règles concernant la taxe digitale au niveau de l’OCDE serait l’un des objectifs phares de l’année 2020 pour avancer dans la résolution d’autres différends. En effet, depuis le retrait des USA de l’accord sur le nucléaire iranien, ses relations avec l’UE se sont compliquées et plus particulièrement avec la France. Trump a en effet menacé de sanctionner toutes les entreprises européennes qui continuent de commercer avec l’Iran.

Dans le même temps, la France s’est attiré les foudres des USA durant son appel aux 28 pays de l’UE pour créer une armée européenne pour protéger le vieux continent. Cela s’est rajouté à la tension déjà existante entre Washington et l’Elysée, laquelle n’a jamais cédé aux pressions américaines qui voulaient lui interdire de faire appel à Huawei pour la mise en place des infrastructures nécessaires au développement de la technologie 5G. Il faut en effet rappeler que le géant de la télécommunication chinoise est actuellement sur la liste noire américaine. L’entreprise est ainsi interdite de commerce avec les sociétés américaines et s’est vue privée des principales technologies essentielles à ses produits, dont Android, Google, Facebook et Windows.